Cinéma Time : Seven sisters

Résumé :
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
(Source : Allociné)

Fiche SB

Le titre est soit Seven sisters (7 soeurs) soit What Happened to Monday ? (Qu’est il arrivé à Lundi ?). Les 2 titres sont plutôt pas mal et en anglais XD

Mon avis/mes impressions :
Les dystopies sont passionnantes, les sujets sont énormes, et ici il m’a tout de suite beaucoup intéressé ! Le film a un côté réaliste, cru, percutant, ironique, cynique tout en nous offrant des moments tendres, drôles.
J’ai beaucoup aimé ce film qui est marquant, et pourra encore nous faire réfléchir longtemps après. On peut déjà commencer dès qu’on lit l’histoire.
La première partie est assez psychologique, on les revoit aussi enfants et on voit une partie de comment ils se sont organisés. Leur grand père est rusé, intelligent. Son idée est aussi géniale que tordue. Mais l’idée qu’à 7 on est plus forte que seule est vraiment sympa.
La seconde partie nous plonge dans l’action, le thriller oppressant et angoissant, la lutte pour la survie, découvrir la vérité.
La musique participe bien à l’ambiance du film. Certes si vous êtes un peu habitué, vous devinerez certaines choses, mais une fois plongée dedans avez vous vraiment tout deviné ? Cela ne vous a pas fait de l’effet ? Fait réfléchir ?

Dès le début, le ton est donné, comme un documentaire, on voit le constat de ce monde et la politique de l’enfant unique qui fût mise en place pour pallier à la surpopulation. Certes, la loi est très cruelle, mais on peut aussi se poser la question de quel avenir pour les êtres humains sans elle ?
Certes quand des enfants sont arrachés à leurs parents ça fait très mal.
On peut aussi se poser la question du travail qu’on accepte de faire. C’est aussi une grande question non ?
Bien sûr, tout le monde ne connaît pas tout.

Le monde est rempli d’une technologie formidable, pourtant il m’a paru très froid, très austère, très aseptisé. Avec leurs règles, Karen Settman peut s’assurer une vie, qui semble assez « confortable ». Mais Karen est 7 personnes à la fois.
La maman des filles meurent en les mettant au monde, le papa est aux abonnés absents. Leur grand-père prend alors une décision, il va les élever et comme elles sont autant que de jour de la semaine, chacune portera le nom d’une journée : lundi, mardi, mercredi …
Et chacune sortira son jour de la semaine.
D’ailleurs samedi et dimanche ne serait-elle pas privilégier vu que c’est les jours de liberté ? XD
C’est déjà compliqué ainsi, alors je pense que le plus sûr était de ne surtout pas bouger la journée. On ignore le métier du grand père. Il est rusé, leur enseigne, met des règles en place, les met en garde. Et promet qu’on leur trouvera un métier qui se servira de toutes leurs compétences. Comment a-t-il fait pour toutes les nourrir ? Il n’y a pas de rationnement en place ?…
Comment assurer ceci : règles plus point quotidien en fin de journée où on doit tout se dire, montrer. Car il ne faudrait pas être prise en défaut. Il attend apparemment qu’elles aient l’âge de raison (6-7 ans) pour tenter la 1ère sortie.
C’est la promesse d’une vie qui n’est plus tout à fait sa vie, contre celle d’être cryogénisé, et de revenir plus tard, les siens ne seront plus là, et c’est sans sûreté.

Leur grand-père leur a dit dehors vous êtes Karen Settman, comportement identique, mais à l’intérieur vous êtes vous-mêmes, exprimer vous. Chacune a ses compétences, son style, sa coiffure, ses envies. Chacune aimerait ne pas juste avoir un jour de la semaine. Petites, elles ont déjà payées très chères. Et en grandissant, des envies se développent, elles veulent autre chose qu’une aventure d’un soir.
Et se sont-elles vraiment tout dit ? tout le temps ?

Mais voilà, qu’un jour, jour où elles allaient savoir si elles décrochent leur promotion grâce à un travail d’équipe, et étaient en concurrence avec un collègue, que Lundi disparaît. Que lui est-il arrivé ? Sont-elles compromises ? Quel avenir pour elles après ? Peuvent-elles vivre individuellement après autant de temps ? …
Alors que le gouvernement n’a aucun intérêt à avouer que pendant 30 ans elles ont réussi à survivre ensemble, une traque sans merci et sans pitié commence, où elles devront déployer toutes leurs compétences, où elles seront aussi fortes que faibles, où elles seront déstabilisées sur des parties qu’elles ignorent, où elles tenteront de reconstituer le puzzle, de découvrir la vérité, de survivre, où les pistes s’emmêlent pour nous perdre, où notre souffle sera coupé.

PS : Noomi Rapace est superbe dans ces 7 rôles différents.
Le film est mis en scène sous forme de chapitre qui correspondent aux jours de la semaine.

Publicités

Manga Time : A la folie … Pas du tout !

À la folie... Pas du tout ! par Ono

Résumé :
Ah l’amour. Les petites fleurs, les oiseaux qui gazouillent, le soleil au beau fixe. Les coups d’aspirateur en pleine face. Les écrasements de tête dans les murs. Les étranglements avec cette écharpe si douce dans laquelle on aimait tant se blottir à deux. Sora Ono en a gros sur le coeur.

Edité par Delcourt/Tonkam
De Sora Ohno
C’est un one-shot.

Mon avis/mes impressions :
J’avais au moins envie de tenter cette expérience des plus insolites, j’étais prévenue !
Le livre est un bel objet, de beaux dessins, grand format, sur un beau papier qui tient bien, de beaux dessins, une jaquette en transparence. Ils foisonnent de couleurs, des pages roses, des pages violettes.
L’homme parle en bleu, la fille en rose.
Néanmoins attention à ne pas trop l’ouvrir, je ne suis pas sûre qu’il tienne le coup sinon.
Un couple est mis en scène à chaque scénette.
La première partie s’intitule parle à ma main, elle met en scène un couple, et nous offre une fin des plus surprenantes, insolites et violentes. Il faut également lire ce qui est écrit en haut de la page en vertical en plus petit.
La deuxième partie s’appelle le mur, elle met toujours en scène des couples, et nous parlent de cette situation où on se retrouve dos au mur avec son autre moitié, et que notre coeur bat la chamade. On apprend plein de méthodes différentes, on a un petit texte. Oui, c’est tout aussi violent !
Parfois c’est par accident, parfois la situation dérape, parfois le couple minaude un peu.
C’est une expérience à part !
A offrir aux hommes qui en ont marre des comédies romantiques, des shojos mielleux XD
Ici, rien ne se passe comme on aurait pu l’imaginer.
Souvent les scénettes se déroule sur 2 pages, mais parfois même un peu plus.

BD Time : Adieu Monde Cruel !

Adieu monde cruel par Rousselot

Résumé :
Séparés, ils ont raté leur vie… Ensemble, vont-ils réussir leur mort ?
A la faveur d’une rencontre anonyme sur internet, trois hommes et une femme se donnent rendez-vous à l’aube sur la place d’une grande ville. Sans échanger noms ni prénoms, ils entrent dans une voiture, abandonnent leurs téléphones et quittent la ville.
Le mode opératoire de leur funeste projet, décidé d’un commun accord, semble bien en place : L’endroit, l’ambiance, les derniers mots. Bref, il y a plus qu’à…
Seulement rien ne va se passer comme prévu. Car si vivre seul n’est pas toujours facile, vouloir en finir en groupe est loin d’être simple et peut vous réserver quelques surprises..

de Stéphane Massard, Jean Rousselot et Nicolas Delestret (2017)

Fiche LA

Mon avis/mes impressions :
Cette BD est une jolie surprise.

Le dessin est sympa.
On tourne quelque part à la dérision, pourtant le sujet est sérieux, et on se demande comment ils en sont arrivés là, à prendre une telle décision.
Quand on débute, ils se rejoignent, on dirait vraiment que c’est pour préparer un sale coup, un crime (braquage, meurtre …). Ils ne savent ni leur prénom, ni leur âge, ni leur profession, ni la raison de cette envie d’en finir avec la vie définitivement.
On voit quelques bribes, et petit à petit comme rien ne se passe comme prévu, des choses se dévoilent.
Adieu le joli plan bien préparé, plein de bâtons dans les roues.
On note aussi qu’ils aimeraient en finir ensemble sans souffrir, et que leurs réactions restent très humaines et touchantes. Ils n’ont pas vraiment les réactions de gens allant commettre un tel acte. Ils se soucient de choses, comme toujours, comme tout le monde.
Alors que va-t-il arriver à ce petit groupe réunit pour un bien sombre projet ?
La couverture est belle et impacte, ils sont réunis mais comme prêt à se faire sauter la tête.
Une lecture sympathique que je ne regrette pas d’avoir eu l’occasion de faire.

Cinéma Time : Wonder Woman (2017)

Résumé :
Avant d’être Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.(Source : Allociné)

Fiche du film SB

J’essaye d’être assez patiente mais voilà un film que j’attendais avec grande impatience, de pied ferme.
Je rappelle que je n’ai jamais lu les comics, simple manque d’opportunité.

J’ai vérifié, c’est long et heureusement que j’adore la bande son, il n’y a pas de scènes bonus. Aucune. Vous pouvez quitter la salle ^^’

Mon avis/mes impressions :
Diana Prince alias Wonder Woman a grandi loin des Hommes, elle en a gardé une fraîcheur, une innocence, elle a tout à découvrir.
Elle essaye d’être juste, elle est vite révoltée par certaines choses qu’elle voit. Elle est capable de déployer une force énorme. C’est une femme qui mérite d’être connue.
J’ai adoré le film, la mentalité de la miss, la bande son, l’action, l’humour.
Mais oui, on retrouve toujours un peu les mêmes choses, mais Diana souffle un air nouveau, de liberté, et découvre le monde des Hommes dans une bien sombre période. Elle s’imagine qu’il suffit d’abattre le grand méchant loup, pour que l’Homme redevient bon. Si seulement c’était vrai.
J’ai découvert son Histoire avec grand plaisir, et maintenant elle va se consacrer comme les autres super héros à rendre le monde des Hommes meilleur.

Au tout début, Diana semble s’être intégré au monde des Hommes, y vivre sa vie. Elle regarde une photo, et on va découvrir son Histoire.
On découvre alors la jeune Diana, tout le monde semble gentil et prévenant à son égard, elle est espiègle, rusée, elle en veut. Elle est la fille de la reine des Amazones, mais aussi la seule enfant de cette île paradisiaque. Mais comment ils fonctionnent ? On n’en sait pas vraiment grand chose, sauf que sa mère tente de la protéger, ne veut pas qu’elle participe aux entraînements et protège le secret de sa naissance et qu’il n’y a que des femmes sur cette île. On comprend aussi plus tard que Diana passait du temps le nez dans des livres ;).
Evidemment Diana ne l’entend pas de cette oreille, et s’entraîne comme toutes les autres Amazones. Quand sa mère comprend qu’elle n’y peut rien, elle exige qu’elle soit entraîner plus durement que toutes les autres. Diana a une force insoupçonnée en elle.

La vie s’écoule donc paisiblement sur cette île qui est de toute beauté. Mais un jour, tout change. La rencontre avec ce pilote blessé américain lui ouvre les yeux sur autre chose. De plus, leur île est brièvement en danger et des pertes sont essuyées.
Sa mère la reine tente encore une fois de la protéger, mais la laissera également tracer sa route, mais sans lui révéler toute la vérité avant son départ, et en la mettant en garde que si elle part, cela risque d’être pour toujours.
Diana et Steve apprennent à se connaître, elle découvre de nouvelles choses avec lui, entre autre ce petit instrument montre qui nous donne l’heure et assujettis le temps, nous dit quand manger, dormir, travailler, etc. C’est fou non quelque part ?!
Elle apporte un regard neuf sur toutes ces choses qu’elle ne connaît pas, ne comprend pas, ou a simplement lu dans les livres.
Ainsi ils partent ensemble, à la rencontre de la Guerre, Diana lui demande de l’emmener là bas, elle va tuer Arès et les humains seront sauvés et redeviendront bons.

Diana déchante vite en voyant Londres si moche, brumeux, noir, en voyant toute cette diplomatie. Elle acquiert donc le surnom, l’identité de Diana Prince, quand elle allait dire qui elle était XD.
Les gens sont fatigués, blessés, c’est dur d’y croire encore. Mais Diana ose tout, autant devant des machos diplomates, que sur le front. Elle apporte de l’espoir, un vent de liberté.
Diana est armée d’un lasso magique (pour attraper des gens, et aussi un très bon serum de vérité), d’un bouclier et d’une épée. Elle aime être libre de ses mouvements, et a de très bonnes protections bien utiles aux poignets.

Steve a dérobé un carnet à une horrible scientifique allemande, indigne d’une scientifique. Tellement horrible de se servir des sciences ainsi.

Diana va voir sa vie bouleversée à jamais, apprendre la vérité, faire la part des choses, tenter de mettre fin à la guerre, et assumer le combat que seule elle qui a plus de pouvoir que les Hommes peut mener, son combat à elle. Elle va aussi apprendre à connaître le monde des Hommes, autant sa beauté que sa laideur, et qu’ils peuvent basculer du côté obscur.

On a un joli clin d’oeil vers la fin à un autre super héro.

Jolie réflexion de Steve sur ce qu’est être un héro aussi.

Lecture Time : Hallow

  

Fiche MN

Résumé:
À la dernière heure de la nuit d’Halloween, les habitants du monde d’Hallow ouvrent leur porte et accueillent les gens morts en cette journée si joyeusement lugubre. Mais d’ordinaire on ne prend que les morts ! Or Geoffroy, garçonnet trouillard comme pas deux, est bien vivant lorsqu’il est « accueilli » par erreur dans cette ville peuplée de monstres et de créatures fantastiques !

Un vivant dans le monde des morts, le résultat ne se fait pas attendre.
Hallow se disloque, se craquelle de tous côté et risque l’implosion si le garçon n’est pas renvoyé au plus vite chez lui !
Pas de chance pour Geoffroy, même dans le monde des morts, sa vie reste un cauchemar !

Contexte & Infos :

Je suis tombée sur celui ci par hasard en achetant les autres, et je me suis dit tiens on va être Halloween pourquoi pas, entre temps par de sympathiques connaissances et la fin du manga me l’apprend aussi : ils sont disponibles en manga et en BD. C’est le cas aussi pour les autres de leurs collections. C’est un global manga qui se lit dans le sens occidental.
Ayant eu une offre pour lire la BD, je l’ai lu aussi.

Mon avis/ Mes impressions:

Une histoire adaptée pour Halloween, un brin enfantine sans doute mais plaisante à lire, et ayant la bonne ambiance pour Halloween. Néanmoins, j’ai plus apprécié la BD et ces belles couleurs.

Mais dites moi, aviez vous déjà pensé à ce que vous deviendriez si vous rendait l’âme le soir d’Halloween ?!

J’ai déshabillé mon manga, et la couverture est tout orange, bien sympathique.
Quelques pages couleurs l’agrémente aussi.
Mais quand on prend la BD, on a de le couleur partout, l’orange et tout, c’était quand même mieux XD, oui j’ai beau être une passionnée de mangas et habituée au noir et blanc du coup (ou du moins j’avais dû m’adapter XD).
On se concentre sur l’histoire de Jack O’Lantern.
Il y a des moments drôles, c’est bien abordé, faire entrer la vie dans Hallow qui est un lieu entre la vie et la mort, n’est pas sans conséquences XD
Mention spéciale aux 2 filles, j’ai adoré ces personnages XD

Le monde est intéressant et on a une pléthore de personnages.

Ainsi, une lecture plaisante, pas transcendante, mais qui tiens ses promesses et adaptée à Halloween, j’ai été surprise par la fin et que ce ne soit pas en un tome, mais je les vois bien sortir le suivant au prochain Halloween.

Bouh