Films Time : Nos amis les films

Hello tout le monde,

On se retrouve pour parler de quelques films, et téléfilms.
Je ne vais pas m’en sortir avec des fiches pour chacun, du coup j’espère que vous apprécierez ainsi.

Harcelée

Hier soir, j’ai regardé ce téléfilm sur france 2, suivi d’un débat très intéressant. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet.
Ici, nous parlons de harcèlement sexuel. Il y a aussi le harcèlement moral. Les 2 sont très graves et peuvent anéantir des vies : perte de confiance, perte d’envie de vivre, perte de sentiment d’appartenance, etc.
Des séquelles invisibles restent forcément et marquent profondément, pouvant induire des changements de comportement.
Les témoignages étaient tous très touchant et à différents niveaux, même des femmes qui avaient de hautes responsabilités.
C’est quelque chose de compliquer, cela peut être induit par un manque de communication ou une mauvaise communication MAIS si ça vous détruit, si vous n’arrivez plus aller au travail/en cours, vous perdez motivation, croyance, vous sombrez. Oui, c’est grave !!!! Attention, à la tendance de la société de parler de fort et de faible (on l’est tous à différents niveaux, on fait des choix au mieux), de victimiser les coupables, de taire les choses parce que ça dérange, voire de vous enfoncer encore plus, anéantir votre carrière … Une situation déjà grave, qui va ne pas s’améliorer avec la loi du travail (de l’esclavagisme moderne) -_-. Il faut aussi voir qu’on est dans un monde d’homme -_-, dans un monde de capitalisme et de profit, où on récompense les grandes gueules. Ce qui n’améliore rien.
Nous sommes des humains, à cause des complications j’ai d’ailleurs tendance à en dire le moins possible sur moi en public, au travail … dans ce genre de cercle.
Mais on peut aussi rencontrer son partenaire au travail, se faire des amis. Cela existe. D’ailleurs vous vous imaginez devenir ami avec des collègues ? En avez fait l’expérience ? Voire plus si affinités ?
Même si la frontière est compliquée, je pense quand même qu’on ressent la différence.
Vos collègues font des blagues sans fond méchant, et sans vous attaquer personnellement, ça passe, c’est la vie (j’ai envie de dire).
N’oubliez pas non plus, chose très importante, qu’on ne ressent pas tous les choses de la même manière, qu’on n’a pas le même degré de tolérance, qu’on peut aussi mal se comprendre. D’où l’importance de la communication, mais si on a du mal à communiquer ? (genre timide)

Dans le téléfilm, c’était insidieux et révoltant, elle se retrouve seule contre tout le monde, personne ne la comprend, et c’est elle qui semble avoir un comportement d’hystérique (j’emploie exprès ce mot vu ce qu’on a pu entendre dire par certains hommes).
Cette dame n’est pas timide, elle a une famille, elle est épanouie, mais y a des difficultés. En fait, tout se fait progressivement, on a quelques doutes. Puis à un moment, on n’a juste plus aucun doute. Déjà, je pense qu’il faut quand même distinguer quand on est dans la vie professionnelle : insultes inacceptables, touchers inacceptable, chercher le café NON (il est assez grand pour se le chercher lui-même !).
Ici, c’était très claire, il cherche le rapport de force, à dominer, à faire d’elle sa chose. Et cela est parfaitement inacceptable ! Il y a également des comportements, des choses à ne pas faire au travail. C’est déjà assez compliqué comme cela (de faire avec les autres, etc.), d’autant plus pour une femme malheureusement.
Du coup, il lui met le doute, elle se dévalorise, elle perd pied. Atroce.
Au travail, on se parle, on négocie, pas de manipulation et chose très importante ce sont vos compétences qu’on vend, pas vous (en tant que personne). Même si je pense sincèrement que tout notre système est à revoir, y compris éducatif, il y a foncièrement quelque chose qui ne va pas du tout, et c’est de pire en pire.

Je suis un peu désolée, parce que n’est pas vraiment pas gai, maintenant on passe au deuil

The book of love

Disponible sur Netflix

C’est un très beau film, très prenant. On revoit Arya (de GoT).
Beau, touchant, magnifique. 2 êtres brisés, un projet a priori fou.
Ici, nous avons un architecte, un métier plutôt bien, intéressant, il doit également être bon en dessin, mais il a aussi des impératifs, le côté client, etc.
Il est gentil, rationnel. Sa femme, elle est un électron libre, qui a un métier plus dans l’émotionnel. Elle est douce, enjouée, elle a des petits jeux, des petites choses pour donner du pétillant à leur vie, pas toujours facile, mais pleine d’amour et de projets. Chacun se donne à fond à sa façon. On reverra des bribes de leur passé. Mais un jour, c’est l’accident, qui a été fatal. Il perd sa femme, et bien plus, tout ses projets, son avenir, sa force. Et là, il est anéanti. Non franchement, il va prendre quelques jours et se remettre à bosser, voire se réfugier dedans ? mais à quoi bon ? Il est détruit, mais pas fou, personne ne peut lui rendre sa femme, alors qu’il doute, ne sait plus quoi faire, son chemin croise celui d’une jeune fille vive, intelligente, qui ne le laisse pas approcher facilement, qui récolte des choses, pour construire un radeau. L’architecte et le passionné s’anime en lui.
Mais qui est cette jeune fille ? Où sont ces parents ? …
Elle est seule, elle a l’habitude, mais elle ne l’est pas totalement, elle a son fidèle compagnon à 4 pattes, un chien, qui est un personnage tout aussi important dans le film.
Ces 2 êtres écorchés par la vie vont s’unir (et pas si facilement que cela) pour réaliser un projet fou, semé d’obstacles. Ils s’aident à tenir le coup, se concentrer sur autre chose, il y a des moments très forts en émotion, très émouvant !
La curiosité, c’est aussi ces 2 gars qui étaient venus faire des travaux. Il y a aussi sa mère à elle, très ancrée dans la vie réelle et encore très active.

Sous le même toit

Dans sous le même toit, on se retrouve avec quelques bonnes idées, du rire, mais aussi de l’horreur face à un tel comportement, et de l’énervement, surtout que le gars, le père de famille donne envie de lui mettre des claques, et qu’il est très énervant, il n’a pas l’air de faire grand chose.
On joue sur le problème d’argent, et de la société moderne, comme il a payé 20% de la maison, il a le droit d’habiter 20% de la maison ! Après avoir tenté de squatter tout le monde.
La femme est intelligente, mais j’ai trouvé certaines choses affligeantes même chez elle, comme la fête du divorce.
La gamine est une adolescente tête à claque, tout à fait dans le schéma, le petit gars est plus intéressant et sympathique. Mais même si sa soeur n’est pas toujours sympa avec lui, elle n’hésite pas à le défendre.
Comme je dis, il est sauvé par quelques bonnes idées. Mais a toujours le côté horrible et affligeant des films français, que je déteste.

Un ciel radieux

Ce téléfilm a été diffusé par Arte et est inspiré du manga du même nom de Jiro Taniguchi. J’ai eu peur, parce que malheureusement ce sont les français qui s’en sont occupés. Même si j’ai senti leur maladresse, leur côté soporifique, j’ai également senti la puissance et la force de l’histoire qui s’en dégage. Un coup de maître. J’ai très envie de lire le manga, et tout ces autres mangas, mais malheureusement ça se fera difficilement, vu leurs coûts.
C’était vraiment impressionnant à plusieurs niveaux. Déjà les problèmes de société sont bien pointés, dénoncés, là aussi. L’homme est dans la vie active, désabusé, et on sent également son horrible oppression. Le jeune homme est un adolescent typique.
Là encore, nous avons un accident. Un seul se réveillera, mais surprise, dans le corps de l’autre, d’où la dimension fantastique.
L’échange de corps permet de réfléchir à l’autre, à sa situation, à la vie. Il y a de beaux moments, des moments tendres, des moments durs, des moments tristes, des moments poignants … On passe par une très large palette d’émotions, y compris le rire, oui parce qu’il ne connaît pas la vie de ce jeune et reste lui, il s’adapte comme il peut. Je vous laisse par contre le plaisir de voir comment les choses vont se passer, si cet homme pourra protéger sa famille même mort, si Léo est vraiment mort, comment il va s’en sortir dans le corps d’un autre, d’un jeune loup fou, fougueux. Cette situation peut-elle durer ? Comment vont finir les choses ?

En tout cas, plein de sujets sur lesquels réfléchir !
Oui, c’est film au sens large, vu qu’on a aussi des téléfilms.
Vous en avez vu certains ? Ils vous intéressent ?

Publicités

Anime Time : The Ancient Magus Bride OAV

Mahou Tsukai no Yome - Hoshi Matsu Hito

Résumé :
Ces OAVs sont des prequels. Ils adaptent une histoire inédite, rédigée par l’auteur, se déroulant avant la rencontre de Chise Hatori et du magicien.

Les OAVs seront respectivement disponibles avec les tomes 6, 7 et 9 du manga. Le premier sera également diffusé en avant-première dans 8 cinémas nippons.

Allandryll vous présente d’ailleurs un regarde extérieur à la série.

The ancient magus bride est aussi connu sous le nom Mahou Tsukai no Yome

Pour ma part, je connais la série. La maison d’édition Komikku a eu la très bonne idée de faire rentrer dans nos contrées un peu de magie et d’espoir.
J’adore le manga, j’ai écris sur chaque tome, parfois ils étaient à part et parfois avec d’autres amis mangas : ici le tome 1.
Comme toujours, on va être sincère, il faut s’intéresser à la magie, à l’envoûtement, au tranche de vie, car ici ça ne profuse pas d’actions, et il y a des gens, c’est leur droit, avec qui ça ne marche pas, avec moi il marche à merveille.

Nous avons donc 7 très jolis tomes sortis dans notre contrée, par contre leur prix fait mal quand même. Les dessins sont beaux et nous emportent.
Je suis également très touchée par Chise, qui peut rappeler Natsume du pacte des yokai, car ils ont été rejetés, harcelés, ils ne correspondaient pas aux normes de la société. Mais tous les 2 ont une spécificité difficile à gérer, ils peuvent voir les Yokais, invisibles aux yeux de beaucoup d’humains.

Nous allons avoir un anime, qui appartiendra donc à la saison d’automne 2017. C’est juste merveilleux, qui sera disponible sur crunchyroll.

Et nous nous retrouvons en ce jour pour parler des 3 OAV qui constituent une histoire à part. A la hauteur des 3 OAV, une fois réunis, cela fait un film d’animation, ainsi même si vous ne regardez pas d’animes, si vous regardez des films d’animation, il n’y aucune raison de passer à côté !

Ces 3 OAV sont disponibles sur crunchryroll.

Mon visionnage c’est fait ainsi, le 1er sort je le regarde, le 2ème sort je regarde à nouveau le 1er puis le 2, le 3ème sort je regarde à nouveau le 1, le 2 puis le 3 ^^.
Cela se suit très bien, on reprend pile où on s’arrête au précédent et on a enfin toute l’histoire ^^.

Mon avis/mes impressions :
Il s’agit là de 3 sublimes OAV à regarder digne d’un film de Miyazaki, et qui m’ont fait fortement penser à cela. 
Vous aimez la lecture ? la magie ? Vous êtes contre le harcèlement, rejet ?
Venez vite ! Entrez dans ce monde !

Ici, Chise est avec Elias. Elle apprend, Elias lui fait part aussi de l’importance de la pratique. Elle vient de recevoir un colis d’Angelica.
Dedans, il y a un livre qui éveille ses souvenirs, son passé.
L’histoire qui nous est contée est autant emplie d’espoir que de douleurs.

Chise est encore une petite fille, qui ne maîtrise pas l’étrange pouvoir qu’elle a. Son comportement porte à équivoque, tant qu’il est difficile de blâmer totalement la famille qui l’a recueilli, ainsi qu’elle. Mais elle souffre. La situation se tend, et cela fait mal, très mal.

Un jour, elle se perd dans un parc, puis comme dans une forêt, puis elle voit une maison et entre, et là pour elle un monde merveilleux s’ouvre à elle, c’est comme une bibliothèque, avec plein de livres, de voyages, pouvoir oublier quelques instants sa propre vie.
Elle fait alors la connaissance du jeune homme qui la tient, reçoit d’étranges consignes, il se présente même d’une manière insolite.

Ce lieu devient son cocon, son refuge, elle partage des moments avec lui, elle peut enfin parler à quelqu’un qui la comprend.
Sa vie à l’extérieur fait toujours plus mal, la situation entraînée brise le coeur.
Mais un jour, elle pose l’oeil sur le livre qu’il ne fallait pas, celui qui éveille son histoire à lui.

Venez retrouvé ou découvrir Chise, petite fille, dans un monde merveilleux du livre. Venez découvrir une belle histoire qui fait passer par plein d’émotions.

Au niveau du graphisme, ce qui se dégage, cela rappelle Miyazaki et c’est du pur enchantement. C’est la magie, l’envoûtement qui rentre en nous. La musique est elle aussi sublime.

Les OAV porte le nom En attendant une étoile (en anglais The Man Who Waits for Stars).

BD Time : Silencieuse(s)

Couverture Silencieuses

Résumé :
Stop au Harcèlement de rue: « Chatte à talon! » Des mots crachés comme ça. A son passage. Mais elle a fait semblant de ne rien entendre. Comme toujours. Avec le recul, ce n’est pas grand-chose… Elle pourrait même trouver la formule assez drôle. Sauf qu' »Elle », c’est Anaïs, Mahé, Zoé, Julie…

de Sibylline Meynet  et Salomé Joly.

Fiche LA

J’ai découvert son existence par la petite renarde Margaud. Quand l’occasion s’est présenté de le lire, je l’ai saisi.

Mon avis/mes impressions :
Une excellente BD qui traite d’un sujet qui n’aurait jamais dû exister : le harcèlement de rue, tout comme le harcèlement en général.
Les dessins sont très agréables (surtout pour une BD) et la vie est bien croquée, réaliste. On voit les liens entre les différentes jeunes femmes, des instants de vie nous font sourire, elles tentent de construire leur vie au mieux, d’avancer. C’est déjà pas tous les jours faciles, alors ne pas pouvoir aller où on veut, s’habiller comme on veut, être prise comme une sorte d’objet sans considération est une HONTE et NON ça ne devrait pas exister, ce n’est PAS TOLERABLE. Non, mais il se sentent bien pour oser faire ça ?! Les hommes ne doivent pas sous-estimer non plus ce que ça peut créer. Elles ne l’ont pas cherché, elles sont victimes, et doivent faire entendre leurs voix.

Nous rencontrons assez vite toutes ces jeunes femmes, c’est tellement bien croqué qu’on s’attache vite à elles. Pourtant on n’a pas vraiment le temps de faire connaissance, juste de croquer des instants de vie, de les voir avancer, avec leur famille, avec leur petit-ami. Et toutes à un moment rencontre une situation hallucinante : on les siffle, on les touche, on leur lance des « invitations », on les suit.
Le thème c’est le harcèlement de rue, mais on aurait aimé passer plus de temps avec elle.
Après, il y a l’incompréhension, la honte, la peur, ne pas oser en parler. On tremble, car il n’y a que quelques pas pour que ça atterrisse au viol. On voit que ça les retourne, les larmes.
Jupes ou pantalons, ils trouvent toujours une raison pour les embêter :(.

Il y a des moments touchants, la fille avec sa grand-mère trop mignonne, mais on a de quoi s’interroger, car il y a encore beaucoup de progrès à faire.

A cause d’idiots, elles changent leur comportement pour se préserver. Malheureusement, ce n’est pas le seul cas dans lequel on est amené à ce genre de chose :s.

Nous sommes encore dans une histoire de différence et ici vous savez quoi ? C’est juste d’être née femme.

Dans un monde où on trouve ça normal, où les gens ne bougent pas en voyant ça, où des gens se permettent de faire ça, où les femmes sont toujours moins bien payées que les hommes, où certains hommes font des remarques qui vont dans leur sens. Dans un monde qui tolère le harcèlement sous toutes ses formes, et rend coupable les victimes. Il faut vraiment faire comprendre que ce n’est pas normal, en parler et que ça change !

 

Vous en avez déjà été victime ? -_-

Série Time : Sweet Vicious Saison 1

Résumé :
Durant la journée, Jules est la parfaite étudiante américaine. Elle fait même partie d’une des confréries de son université. Mais cette dernière garde un lourd secret : elle a été victime d’un viol commis sur le campus. Bien décidée à faire payer le responsable et à empêcher que cela ne se reproduise, Jules décide de faire justice, elle-même, la nuit. Aidée par Ophelia, une étudiante en droit, hacker et dealer, elle part en quête de vengeance… (Source : Allociné)

La saison 1 est composée de 10 épisodes d’environ 45 minutes.
Série diffusée sur MTV

J’ai découvert cette série par l’intermédiaire de mon amie tachan.

Fiche série SB

Mon avis/mes impressions :
Une série a priori sous des airs adolescents avec des beuveries et tout le toutim, ce côté là j’ai du mal, mais la série a su se montrer originale, sympathique, intéressante, alliant avec brio des moments sombres et de légèretés. Ils ont fait un très bon travail sur cette série qui aborde un thème atroce : le viol. La série ne fait que se bonifier, le duo improbable a priori des 2 filles (Jules et Ophélia) est superbe. Les sentiments et l’horreur de ce que provoque cette situation, comme le harcèlement de manière générale est vraiment très bien rendu, comme l’injustice subie.

Jules est une jolie blonde, intelligente, pleine de vie, elle fait partie d’une sororité, elle a sa meilleure amie Kennedy. Elle sait parler aux filles, et aux hommes. Elle est belle, pétillante. Pourtant, elle a subi une grave agression, un viol, qui l’a changé à jamais. Comme la plupart des humains, et on retrouve cela sur la majorité des jeunes femmes que l’on croise, avant elles n’avaient pas peur, et maintenant c’est un travail énorme de reconstruction de soi-même, d’acceptation, de comprendre ce qui s’est passé et que non ce n’était pas normal.
Cette jeune femme qui n’en a pas l’air comme ça est devenue une justicière pour réparer l’infamie subie par les jeunes femmes violées, et ces hommes qui n’ont en vraiment rien à faire, et ne voit pas le mal. Elle est devenue une combattante hors pair. D’ailleurs, au fur et à mesure des épisodes, on retrace de plus en plus ce qui s’est passé pour elle, son changement, sauf comment elle a appris à se battre ainsi.
Ophelia, elle est rebelle avec ses cheveux verts, geek, douée avec les ordinateurs, vendeuse de drogue, belle aussi à sa manière et intelligente. Elle confond assez vite le justicier, c’est houleux au départ, et pour des raisons propres à elle, elle n’a rien subi de ce genre, elle va aider Jules. Quand même à deux, ce sera plus facile.
Toutes les 2 ont des amis, des amoureux.
Jules réagit maintenant au quart de tour, elle est plus méfiante, elle a du mal à être trop proche d’un garçon, d’être touché, il ne faut surtout pas la prendre par surprise, elle dit que tout va bien alors que parfois elle craque, qu’elle a mal, si mal, qu’elle n’est plus elle-même. Quelque part réaction typique après ce qu’elle a subit, et même du harcèlement en général.

Vont-elles réussir à ne pas se faire prendre ? Elles affrontent une situation très difficile aussi après leur rencontre. Est-ce que Jules dira la vérité un jour aux siens ? (elle a changé et les autres notamment Kennedy ne comprennent pas). Peut-elle réussir à être dans la même pièce que celui qui a bousillé sa vie ? (car oui ça peut ruiné une vie, des gens). Comment sera perçu ce qu’elles font ? C’est aussi grisant que dangereux ! Réussiront-elles à s’en sortir ? Est-ce que cela sert à quelque chose ? Réussiront-elles à ne pas se tromper d’ennemi ? Se feront-elles découvrir par quelqu’un et comment réagira cette personne ? Comment Jules va-t-elle continuer à vivre ? Arrivera-t-elle à nouveau à faire confiance, être avec quelqu’un ? Sa thérapie à elle, ce qui lui fait du bien, c’est de rendre la justice. Aurait-elle pu s’en sortir en portant plainte ? Est-ce que légalement ils font quelque chose ? Peut-on vraiment faire confiance au système ? Et son image ?

Il y a vraiment plein de choses à découvrir, des surprises, des retournements de situation, du rire, de la joie, de l’action. Et des sentiments très justes, proches de la réalité.

D’ailleurs, ça fait plaisir de voir certains jeunes hommes qui trouvent aussi cela abominable et révoltant.

Ainsi, je ne peux que vous recommander cette série, qui avec la fin peut nous promettre une bonne saison 2.

Déconseillé aux personnes sensibles, il y a un disclaimer surtout après un certain nombre d’épisodes.

Cinéma Time : Before I Fall / Le Dernier Jour de ma Vie

Résumé :

Une élève de Terminale se rend compte qu’elle est peut-être en train de revivre sans cesse le dernier jour de sa vie jusqu’à ce qu’elle fasse les choses bien. (Source : Allociné)

Adapté du livre Le Dernier Jour de ma vie de Lauren Oliver

Mon avis/mes impressions :

Before I fall est peut être un film typiquement adolescent, mais c’est aussi tellement plus. Il aborde un sujet des plus intéressants et nous permet de fissurer tous les masques.
Et si vous deviez vivre éternellement la même journée ? Si rien de ce que vous faisiez n’y changeait rien ?

Before I Fall, avant que je ne tombe, avant que je réfléchisse, que je remette les choses en perspective.
La dernier jour de ma vie, mais elle n’est pas réellement morte, elle revit la même journée perpétuellement.

Samantha dite Sam est une adolescente à qui semble tout réussir, famille aimante, groupe d’ami, petit ami, pas de problème majeur à l’école, de santé ou autre.
Elle n’est pas vraiment méchante, mais elle n’hésite pas non plus à suivre le groupe, et donc à en rajouter une couche. Elle n’est pas vraiment gentille, car elle a oublié des choses essentielles, elle n’a plus beaucoup de contact avec sa famille, se souci de l’amour, de ses amitiés, ça ne la gêne pas de dire ou faire des choses méchantes, elle ne perd pas son temps avec certaines personnes. Bref, une adolescente dans toute sa splendeur. Les 4 filles ont quelque chose d’attachant, leur amitié, et en même temps on voit l’effet de groupe par moment. Le film ne récèle donc rien de spécial au départ, oui ces petits adolescents sont même énervants, ils n’ont pas l’air non plus de se tuer au travail ou de se soucier de leurs cours. Il disent des méchancetés, vont à des fêtes etc, la plupart. Ceux qui ne sont pas comme eux, qui sont considérés comme les « faibles » (je n’aime pas ce terme) en font les frais, à croire qu’il faut absolument emmerder l’autre, alors quoi ils ne se sentent pas vivre sinon ?!

Comme je dis toujours le harcèlement, le rejet c’est compliqué. Et cette vie qui ne tient qu’à un fil. Encore une journée passée 100 à l’heure, et là l’accident, ça aurait pu être la fin, mais Sam se réveille dans son lit, et tout recommence, c’est exactement pareil sauf si elle change la donne.

Classiquement, elle remet tout en question, elle a du mal à accepter la vérité. Et puis petit à petit, elle remet les choses en question autour d’elle, elle en marre de ces petits jeux qui se répètent inlassablement, elle réfléchit à ce qui est vraiment important, à ce qu’elle ressent vraiment, à comment les choses ont pu évoluer ainsi, elle se confronte à des gens, elle apprend des choses, des vérités qui ont de quoi vous faire rire jaune. Elle renoue avec sa famille, elle gueule d’abord un bon coup sur ses amies, puis la fois suivante renoue avec elles. Elle ose dire aux gens qui comptent pour elle que c’est le cas, qu’ils comptent, qu’elle les aime !

La musique participe bien à l’ambiance du film.

Tout a une nouvelle perspective pour elle, vu que ce qu’elle fait ce jour là, elle n’en a pas les répercussions, vu que le jour suivant n’arrive jamais. Elle ignore ce qui se passe, comment casser la boucle, si elle est en Enfer, si c’est une punition, elle réfléchit plus sur ses actes, la mort n’a plus la même perspective pour elle (si elle meurt, elle revient). Tout change !

La fin est assez abrupte, mais ce film vaut surtout pour ses réflexions et ce qui se dégage une fois le masque fissuré !
Ce ne serait peut être pas une mauvaise idée de temps en temps oublier la routine, se poser pour réfléchir sur soi, sur les autres, sur ses actions, sur ce qu’on désire vraiment, ce qui compte vraiment, si c’est juste la société qui a poussé à faire ce choix ….

Lecture Time : Before I Fall

Couverture Le Dernier Jour de ma vie

Résumé :
Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour changer votre destin ? » Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une cote de popularité illimitée. Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt six chances. Six jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Six occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure. Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ?

Mon avis/mes impressions :
Before I Fall part d’une idée, d’une base intéressante. Quelque part ça vaut le coup de le lire, ou au moins de s’intéresser à cette histoire, mais le style est lourd, pas percutant. C’est typiquement adolescent, mais j’ai toujours eu beaucoup de mal avec ce genre de comportement qui ne me parlent pas. Il lui a fallu pas mal de temps à Sam pour commencer à prendre du recul et réfléchir vraiment aux choses. Le plus important à retenir c’est que la frontière est fine, et que tout le monde peut finir par être brimé, harcelé, et ça non ça ne va vraiment pas et c’est intolérable.

Le style employé dans 13 raisons est beaucoup plus incisif, percutant.
Au bout de quelques journées, Sam devient enfin plus intéressante : elle se rend compte qu’elle aime quelqu’un pour son statut, qu’elle a peur d’être rejetée, remet en question ce jeu pervers avec ce prof qu’elle aimait bien, elle se questionne. Elle prend enfin du recul, et petit à petit découvre l’envers du décor.
Alors que dans le film, on a joué sur les mots, ici nettement moins, elle n’a pas l’air de valoir mieux que les autres, ses amies, elle pratique les mêmes comportements détestables, le tout en priant de ne jamais rejoindre l’autre côté. Mais maintenant qu’elle n’a plus rien à perdre, que demain n’arrivera peut être jamais, que peut être elle est morte, elle remet beaucoup plus les choses en perspective, c’est cela qui est vraiment intéressant.
Tout comme le fait que pour une jeune personne tout peut changer un instant. Qu’à cause d’un petit détail, d’un petit quelque chose fait, on peut devenir harcelé, être rejeté ! Croyez vous cela vraiment sain et normal ?

Ces amies ont un côté peste, mais aussi une très belle complicité. On est vraiment dans les affres adolescents dans toutes leurs splendeurs. Et il y a de quoi soupirer.

Une histoire qui vaut pour sa réflexion, mais où le style et les affres adolescents dans toutes leurs splendeurs insupportent (encore beaucoup plus que dans le film), sauf que le livre rentre plus dans le détail et que Sam parait encore moins sympa.

J’encourage quand même les gens à au moins voir le film. Et surtout de se pencher sur la série et le livre de 13 raisons.

Conte : Belle et la Bête Time

Et si aujourd’hui on parlait d’un beau conte, ses thématiques sont intéressantes et en tant qu’ « amoureuse » des livres ça ne peut déjà que toucher, non ?!

Je vous invite également à lire mon avis sur le magnifique film sorti cette année avec Emma Watson.

Quand je suis ironique, je dis : « Vraiment, tout ça pour une rose » ! XD
Mais quelque part ça aussi été une merveilleuse opportunité et rencontre pour l’un comme pour l’autre.

La Belle et la Bête par Leprince de Beaumont

Fiche babelio

Mon avis/mes impressions :
Le livre est très grand pour offrir une meilleure immersion.
Il y a des moments où il y a juste un petit texte en italique, et autrement pas mal de texte pour nous conter cette histoire fort connue qui a des différences selon les versions.
Mais il en reste toujours que Belle aime les livres, est ouverte d’esprit, et qu’il ne faut pas se fier aux apparences.
Certaines pages textes finissent très joliment avec une ligne de bourgeons de roses.
Dans cette version, son père est marchand, fait faillite, et elle a 2 soeurs, odieuses, qui ne se fient qu’aux apparences et en plus lui mettent des bâtons dans les roues.
La bête l’accueille très gentiment, il a même préparé une chambre pour elle, petit à petit ils apprennent à se connaître et elle voit au delà de l’apparence du « monstre » elle voit son coeur, sa générosité.
On nous dit que 3 mois a passé, qu’ils passent du temps ensemble, mais on n’arrive pas à ressentir comment cette proximité s’établit. Ca va presque trop vite, heureusement elle n’a quand même pas accepté tout de suite XD.

Néanmoins, une lecture agréable, et je serai ouverte à lire d’autres livres de cette collection.

La Belle et la Bête - Le destin de Belle par DisneyLa Belle et la Bête : la Bête par Nobi Nobi

Fiche du manga MN

Comme vous le voyez, la rose se réunit une fois ensemble (wow et même parfaitement)
Il faut savoir que j’ai une sorte de crush avec nobi nobi, et avec ce conte.
Mais quand même, on vous dit c’est l’adaptation manga du film, donc pourquoi certains ne sont pas contents et le lui reproche ?!
Ensuite, vous avez 2 points de vue, eh oui les 2 personnages ont des scènes communes, mais si vous avez des variations, ne serait-ce que la pensée.
Il a apparemment fait couler beaucoup d’encre, beaucoup ont hésité à le prendre, et ensuite je l’ai vu se prendre de sacrés critiques.
Bref, pour celles qui sont sur les 2 points que j’ai cité, on était au courant quand même.
Après, oui ils auraient pu faire un effort pour le prix, de mettre des pages couleurs, voire un coup promotionnel les 2 pour le prix d’un.

Belle :
Dans cette relecture de la belle et la bête, j’apprécie autant sa modernité que sa magie, comme dans le film.
J’aime beaucoup le personnage de Belle, qui est indépendant et aime les livres. Ici, son père est inventeur, et elle est sa fille unique bien aimée.
On sent sa différence qui dérange les villageois.
Belle a de la volonté, très forte, qui passe par son regard.
Le trait graphique est beau.
Sa rencontre avec la bête est aussi belle qu’houleuse, car elle n’accepte pas si facilement de dîner avec lui, lui parler.
J’apprécie aussi les personnages qui s’animent autour d’elle, et qui arrivent à calmer le jeu.
C’est une jolie idée que de voir tout à travers les yeux de Belle, ainsi il est normal de ne pas voir son père arrivait au château. On voit ce qu’elle vit et son ressenti.

La bête :
La bête nous ait ici dépeint comme un prince cruel, très caractériel, et l’image qu’on a de lui au départ maquillé à outrance est laide.
Bref, on le plaint quelque part moins, on se dit plutôt qu’il ne l’aura pas voler.
Seulement tous ces domestiques ont été ensorcelés avec lui, tous les gens du château. Méritaient-ils un tel traitement ? On a plus de peine pour lui quand on voit que privé de sa mère, il en a oublié la compassion avec un père trop dur (petite pensée pour le conte les 3 soeurs et le roi méchant).
Mais il en reste, qu’ils n’ont rien fait, ils ont laissé faire. Pouvaient ils faire quelque chose ? (ça me rappelle la thématique du harcèlement).
Avec Belle, il est confronté à lui même, à ses erreurs où malgré l’enchantement et comme a dit mme samavoir, qu’il faudrait vraiment qu’ils apprennent de ces erreurs.

Ici, on a ce que vit la bête, avec ses pensées, on retrouve bien évidemment des images communes (vu qu’ils ont vécu des choses ensemble) mais également les différents ressentis, les pensées intimes des personnages.

J’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture, tout en ayant un petit quelque chose qui me manque, une petite magie, étincelle que le manga n’a pas réussi à produire.
Certaines vont peut être un peu trop vite, trop suggestive avec juste une image, pour qu’on sente le rapprochement entre ces 2 êtres. Bien que l’essentiel soit dit et montré.

Il n’a donc pas dégagé la magie du film, tout en reprenant les points essentiels, tout en nous faisant rêver avec les objets animés et autres, il est mieux d’avoir vu le film avant pour ne pas être gêné par des petits manques, rapidité, petits éléments, le graphisme est sympa.
Après, à moins de faire une partie hors des 2 personnages, des choses se tiennent comme aucun des 2 ne l’a vécu directement.
L’idée est original, sympa, et mériterait une meilleure exploitation.

Si vous aimez beaucoup la belle et la bête, ça devrait vous faire plaisir.

Lecture Time : 13 raisons

Ce sont les 3 couvertures que vous êtes susceptible de croiser pour ce livre.
Comme la majorité le sait, il a inspiré la série poignante, prenante et puissante de Netflix.
Mon avis ici

Histoire :
Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Mon avis/mes impressions :

L’auteur Jay Asher nous fait part de ses doutes à la fin du livre, très touchant, des gens qui l’ont soutenu. Et ils ont eu bien raison, car c’est un sujet grave mais aussi très difficile à traiter, pourtant cet auteur avec son style qui va droit au but, percutant l’a traité d’une main de maître. Il faudrait le rendre disponible aux élèves de collège et lycée, fortement les inciter à le lire. Et même, tout le monde devrait le lire !!!!

Vous avez vu la série ? Fort bien, mais je ne peux que vous encourager à lire également le livre !

Le livre se lit très facilement, sauf au niveau émotionnel. C’est un livre coup de poing, très intense, qui fait réfléchir.

J’ai vu sur amazon, que ça semblait compliquer de se procurer le livre aujourd’hui, mais ne vous inquiétez bientôt vous pourrez l’avoir avec la couverture de la série (ou l’avez déjà) en petit et grand format, et en numérique.
Papier grand format le 29 mars (donc disponible)
Papier poche le 28 juin (donc bientôt)
Numérique le 20 avril, acquisition immédiate sans attente, voire même lecture immédiate.
Sous réserve que les dates sur Amazon sont exactes
Bref, en clair vous pouvez l’avoir en numérique et grand format et pour le poche il faudra attendre fin juin.

Les grands faits restent les mêmes entre le livre et la série, mais des petits détails changent, des petites choses, voire des relations.
Vous avez ces petites différences et d’un coup vous avez les faits qui petit à petit ont contribué à la disparition d’Hannah.
Par exemple ce n’est pas le même type de magasin que les parents d’Hannah ont, la méthode de suicide d’Hannah n’est pas la même (mais le même lieu) et donner dès le départ.
Et on ne saura pas ce qu’ils font ensuite, on ne verra pas de confrontation, les choses sont posées, on a les réactions de Clay. Ici, on passe une nuit, une nuit longue et terrible avec Clay qui écoute les cassettes à la suite. Et se demande ce qu’il fait dessus ? s’il aura la force de les faire passer ? Comment se comporter au lycée demain matin ? Qu’est ce que ça lui fera de revoir les gens cités sur les cassettes ? …

La voix d’Hannah en direct et en stéréo sort des écouteurs, on a les paroles d’H., son ressenti, sa vérité, et Clay qui réagit, qui bouge, qui tente de faire face. C’est cruel pour Clay, il ne peut plus rien faire, mais c’est aussi important qu’il sache.

Des petites choses où vous pourriez dire qu’elles sont insignifiantes, pas si graves, mais mis bout à bout, l’une après l’autre, ça a fait un trop plein ! Tout a éclaté !
Pourtant elle n’a pas pris sa décision à la légère, elle a même tenté de laisser passer, ce n’est que le lycée. Mais ce lieu, censé être un lieu d’apprentissage et d’épanouissement personnel, de communication avec les autres, est devenu un Enfer, un lieu oppressant, ça devait être dure pour elle de se lever tous les matins, encore une journée, encore tenir. Pourquoi ? Pourquoi me font-ils cela ? Que leur ai-je fait ? Pourquoi continuer ? A qui manquerai-je ?
On aurait pu la détromper, mais ces choses s’accumulent, elle ne trouve pas la force, pas encore, de l’espoir reste, mais il s’amenuise de plus en plus, elle provoque implicitement quelque chose de physique. Puis une dernière fois, elle tente de chercher de l’aide, elle ose enfin demander de l’aide, comme elle peut, c’est dur de le dire. Quand on le dit oralement, c’est comme si ça devenait réel, alors qu’avant on peut faire comme si ce n’était rien, comme si ça ne détruisait pas. Alors imaginez la difficulté, le courage qu’il lui a fallu pour faire ces cassettes et enfin tout sortir. Là, sa décision était prise et irrévocable, se sentant piégée, ne voyant plus d’issue, tout le système a échoué avec elle.

Il est très grave que de telles choses se produisent, il est très grave de dire que ce n’est rien de banaliser la violence, le rejet, le harcèlement, le viol …
Si c’est grave, et personne ne devrait subir cela !

Vous avez remarqué comme quand les choses restent moral, qu’il n’y a rien de physique, on minimise encore plus ?! Mais quand c’est physique, ils se sentent un peu obligé de faire quelque chose.

Par contre, j’ai toujours eu de mal à comprendre ces jeux idiots, il y a le terrible effet de groupe aussi.

Des gens ne se gêneront pas pour accuser Hannah, que c’est sa faute, et que se suicider est un acte de faiblesse. Pourtant c’est une décision lourde et on en arrive pas ainsi du jour au lendemain.

Hannah commence à voir sa réputation et son image défaillir, à voir le comportement des gens changeaient, et petit à petit elle est prise comme dans un cercle vicieux.
Clay lui s’en tire remarquablement bien, même sur son image.

C’est une histoire dont vous ne sortirez pas indemne et qui risque de vous marquez !
Si ça en fait réfléchir, ce serait bien aussi.

D’ailleurs j’ai écrit cet article en écoutant la sublime BO de la série <3.

Cinéma Time : La belle et la bête (2017)

affich_36928_4

Résumé :
Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui la jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.(Source : Allociné)

Fiche du film sur SB

J’ai cru à l’affiche qu’il était en 3D, mais pas dans mon cinéma, ou c’est une 3D spécifique pas disponible partout.

Je les félicite tout particulièrement pour le magnifique travail réalisé sur ce film, s’ils font un travail d’aussi bonne qualité ils peuvent continuer à adapter en film live les autres Disney et même nous sortir des coffrets collector, mais abordable quand même.

Mon avis/mes impressions :
Venez vivre un moment magique et enchanteur, être transporté(e).
Il est quand même assez rare qu’un film vous touche autant, vous enchante, vous charme à ce point là. J’ai également eu la chance d’y aller avec quelqu’un de mon entourage qui était aussi enchantée, et transportée.
A la sortie du cinéma, vous avez le sourire aux lèvres, vous êtes ailleurs. Encore complètement sous le charme, émoustillé(e), transporté(e). Vous n’avez guère envie de redescendre sur Terre.
Il est magique, enchanteur, magnifique. Les effets spéciaux sont sublimes et participent au fait qu’on est aussi transporté(e). La magie des effets spéciaux opère complètement.
Mais c’est aussi une histoire qui aborde pas mal de choses. Elle a aussi réussi l’exploit, alors qu’elle est très connue, que pratiquement tout le monde la connaît, d’être aussi belle et magique.

J’ai revu il y a quelques mois, dans la période enchanteresse de Noël le film d’animation de Disney. C’était aussi un moment enchanteur et magique.
Mais alors que dans le film d’animation tout reste en surface, et plutôt gentil, on sent ici derrière les rideaux la réalité crue de la vie.

Belle est une jeune femme intelligente, courageuse, belle (elle porte bien son prénom, mais il fallait oser), qui aime sa famille (mais il ne reste que son père), juste, authentique, franche mais aussi différente, voire en avance sur son temps.
Elle aime lire des livres, elle n’aime pas les mêmes activités que les autres, et comme bien souvent sa différence dérange. Sois belle et tais-toi, fais ce qu’on te dit, il n’en était pas question pour elle, elle aspirait à autre chose dans la vie qu’une vie bien définie, étriquée, et où elle risquerait de perdre sa liberté. Elle aide à la maison, elle rêve. On n’a aucune idée du métier auquel elle se destinerait pour assurer sa vie. Mais on sent aussi qu’elle est dans une époque où la place de la femme est à la maison. De plus, la menace voilée de Gaston laisse présager qu’elle serait dans l’embarras si son père décédait.
Elle vit dans un petit village, moins dangereux qu’une ville, mais où on peut être passé à la loupe.
Ils se disent bonjour, la plupart sont plutôt gentils, mais elle a bien conscience de ne pas être comme eux, et que ça en dérange, que leurs mots, le fait de dire qu’elle est différente, ce n’est pas un compliment.
On l’embête alors qu’elle trouve une manière originale de faire sa lessive, et qu’elle veut transmettre le goût de lire à une petite fille.
Son père est un homme bien, il aime sa fille, et lui cache une partie de son passé. Quand il appelle à l’aide, il a de quoi être déçu. Les villageois peuvent être méchant,se liguer, ne pas vraiment réfléchir par eux-même, ne pas faire la part des choses, foncer tête baissée, suivre comme une meute qui en devient austère et dangereuse (effet de groupe).
Gaston, est un homme qui paraît beau pour beaucoup de femmes, qui est fort, mais pas courageux, une grande gueule, mais qui réussit, et les gens n’y voient rien (un peu comme dans notre société moderne). Il est rustre, injuste. Il désire Belle pour sa beauté, et le plaisir de la chasse. Il décevra tout du long. Son fidèle acolyte le suit, l’encourage, et pourtant il se fait traiter plus bas que terre, restera-t-il ?

Le prince est un homme égoïste, il a un beau château, des gens à son service. Il n’arrête pas de vouloir donner des fêtes, de toujours en avoir plus, en faire plus. Il s’habille avec tellement d’artifices que ça en devient ridicule. Il est bien plus beau sans tout ce fatras. Cette nuit là, en rejetant cette femme, en étant aussi égoïste et cruel. Il va apprendre une bonne leçon, il pourra alors réfléchir sur ces actes, mais il garde beaucoup de dureté, de froideur, de rage. Les autres seront entraînés avec lui, car ils se sont moqués, ils ont laissé faire, ce qui est tout aussi répréhensible. Vous savez c’est comme dans les situations de harcèlement, on vous avez ceux qui commettent l’acte, mais également ceux autour qui ne font rien. Ne rien faire c’est aussi quelque chose !
Bref, ils semblent condamnés à une lente agonie. Tout ce petit monde nous semble même beaucoup plus sympathique sous leur forme actuel. Et c’est toujours amusant de voir des objets prendre vie, bien que pour Maurice et Belle, cela va surtout faire un choc.

Et un jour, la Belle et la Bête vont se rencontrer. Ils vont passer par plusieurs stades, se chercher, se confronter, elle cherche à s’enfuir, à comprendre. Elle voit les actes. Petit à petit, elle voit derrière les apparences.
Dans cette histoire, cela paraît toujours aussi fou au premier abord qu’on le laisse tout faire, mais qu’on le condamne pour une simple rose. Mais ceci est dû à son histoire à lui, et la trace que ça lui a laissé.
Les autres y voient une opportunité et tentent de les réunir, bien sûr ce n’est pas de la pure gentillesse au départ, mais totalement intéressés.
On a aussi de bons moments de rire : du genre, voilà votre modeste chambre, oui la chambre dans un château c’est vraiment modeste, tout est relatif.
Belle est émerveillée par sa bibliothèque, et lui n’en revient pas. Mais elle dans son village, elle n’avait accès qu’à quelques livres et se retrouver à devoir les relire pour à nouveau voyager.
Et la discussion qu’ils ont sur Roméo et Juliette XD.
C’est tellement bien de pouvoir aussi échanger, discuter, confronter les opinions, partager des choses ensembles, s’aider à s’épanouir.

Bref, c’est une très belle histoire remise au goût du jour, avec des choses bien connues, des nouvelles ou un peu différentes bien senties, avec beaucoup de thèmes importants abordés.

Bien sûr, il y a aussi les musiques. Du coup, ça donne aussi un petit côté comédie musical, que personnellement j’adore. La musique parle au coeur, et ça touche encore plus. J’aime aussi la voix-off qui nous explique des choses, nous conte au départ l’histoire du prince par exemple.

Ca m’a fait très plaisir de revoir Emma Watson aussi, qui a incarné une magnifique et intelligente Belle, et oui la robe où ils dansent est sublime.

Après avoir vu la belle et la bête : on n’a pas envie de redescendre sur Terre, on a envie d’un thé, si on est passionné de comédie musicale on rêve de voir celle de la belle et le bête en live puis d’avoir le blu-ray ensuite.

Cinéma Time : Quelques minutes après minuit

Résumé :

Pour échapper à son quotidien se partageant entre la maladie de sa mère et les humiliations répétées de ses camarades de classe, un jeune garçon se réfugie dans un monde imaginaire digne des contes de fées, où il est question de courage, de perte et de foi. (Source : Allociné)

Adapté du livre Quelques minutes après minuit de Patrick Ness

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :
Un très beau film touchant, poétique, troublant, magique, cruel. Je suis tombée sous le charme de ce film qui est une très belle découverte, comme pour le jeune homme, les histoires contées déboussolent au premier abord. Ce petit bout d’homme est différent, un peu dans son monde, harcelé par ses camarades, et face à une situation familiale très difficile. Il va devoir être courageux et faire face à la réalité, et comme on dit continuer à avancer.

Il y a ce petit bout d’homme qui agit normalement, il aide sa mère, il préfère de loin rester avec elle. Chaque jour, il doit faire face à son état, qui ne s’améliore guère. Il vit déjà une situation difficile avec la maladie de sa mère, et cette peur, ce doute qu’il préfère oublier. Mais en plus, un peu différent, un peu dans son monde, il se fait harceler, avec des implications physiques.
Par moment, il craque, il teste, les gens sont exceptionnellement gentils et compréhensifs au vu de la situation. Parfois, la colère doit sortir.

Il y a la douce maman, qui n’arrête pas d’essayer traitement sur traitement, des fois ça peut aller, mais d’autres fois elle sombre et n’est plus que le fantôme d’elle-même.
Il y a ce père absent, qui va quand même revenir un peu.
Il y a sa grand-mère maternelle qui paraît tel un monstre, pourtant elle ne l’est pas tant que ça. Elle tente de le protéger, lui offrir un peu de stabilité…
Lui veut juste que sa mère guérisse et resté dans sa maison.
Il y a beaucoup d’émotions ! Des personnages justes qui nous touchent.

Et il y a ce monstre centenaire qui a connu tant de choses, il va lui conter 3 histoires, et lu devra conter la 4ème, dire la vérité.
Le monstre est bien fait, ses mouvements, sa représentation, sa voix, il confronte le jeune homme : Connor, et lui raconte des histoires, là on est emporté, comme dans un dessin. Ces histoires nous trompent, et paraissent absurdes au premier abord. Connor a beaucoup de mal à les accepter, car où est la justice ? Que faire ? Qui punir ? Qui a eu tort ? Un peu, comme l’absurdité de la vie par moment.

Qui est le monstre ? Qu’est ce qui est normal ? …

Je n’ai plus qu’à me replonger dans cette belle et terrible histoire avec le livre. Il existe également une version illustrée par Jim Kay (oui le même que pour Harry Potter).