Manga Time : Dernière heure tome 3

Fiche

Dernière heure, tome 3 par Yû

Je me sens touchée, perdue, aussi doux que brutal, et poétique. Sur un sujet dur et poignant.
Le graphisme est toujours aussi beau et soigné.
Autant ceux qui restent ou ceux qui partent vivent cette guerre, la ressente, vive ses conséquences au quotidien.
On a de simples instants de vie parfois, de bons petits plats mijotés. C’est touchant.
Les premières pages sont tout en couleur et ça fait du bien aux yeux.
Il y a des tensions au sein du groupe de jeunes, des doutes, de la peur pour l’avenir.
Il y a ces mystères : l’ennemi, le lapin, le cube. Une personne qui a l’air d’être la seule à entendre le lapin, une autre qui a l’air de voir à travers lui quand il le représente sur son dessin.
Il y a cette île qui nous révèle un bien étrange mystère sur la procréation, sur comment un couple a un enfant et que depuis la guerre il n’y en a pas eu.
Qui sont les gens de cette île ?
Il y a l’ennemi, l’apparence, le doute, la peur !
Il y a cet enfant dont le père peignait la guerre, il participait à sa façon, sans aller au front, mais ça ne passait pas, et on lui faisait payer. Les gens oublient souvent qu’on ne voit pas tous le monde de la même manière, qu’on ne ressent pas les choses de la même façon, qu’on ne les voit pas pareillement, qu’on n’a pas tous les mêmes compétences.

Venez également retrouvé l’avis de tachan si juste qui touche en plein coeur : ici
« C’est doux, poétique et en même temps dur et sombre, j’adore. » Exactement !

Publicités

Lecture Time : Le Joyau tome 3 (Fin)

Couverture Le joyau, tome 3 : La clé noire

Nous voici, avec le tome 3 du Joyau de la collection R d’Amy Ewing. Cette saga a été une très bonne surprise. J’ai passé de très bons et intéressants moments avec tout ce petit monde.Une saga que je ne peux que chaleureusement vous conseiller.

Le titre après lecture résonne en nous !

Tout a commencé ici

Lien LA vers le tome 3

Couverture :

Encore une jolie robe, mais aussi une jeune femme qui se tient droite et qui a l’air résolue.

Sans avoir lu les tomes 1&2 :

Ce tome 3 boucle bien l’histoire. Violet continue avec tout le monde son projet. Mais son coeur lui dicte également un projet fou, qu’elle ne peut s’empêcher de mettre en oeuvre. Elle a bien appris, elle est étonnante par moment. Cela lui fait également une bonne expérience, alors que la révolte qui gronde paraît loin d’elle, pendant son plan elle va d’autant mieux ressentir son poids. C’est différent quand on vit directement les choses.

On est tenu en haleine tout le long du tome, redoutant ce qui peut arriver, que tout tombe à l’eau. Comme dans toute révolution, il va y avoir de la casse, des dommages collatéraux, des pertes. 

Pourquoi conseiller de lire cette saga ?
*L’univers est riche et intéressant
*Il se lit comme un petit pain, les pages se tournent très facilement et défilent comme un rien
*Style très agréable. Les descriptions ne m’ont paru ni trop courtes ni trop longues, j’étais totalement dedans
*Pour la progression de l’histoire très intéressante. On est dans une certaine continuité et on monte d’un cran
*Pour la richesse des personnages
*Pour la moral, l’amour, et l’amitié que des gens partagent 
*Pour toute la réflexion dégagée
*Pour des histoires d’amour pas faciles, intéressantes
*Pour se dire que si ça va vraiment trop loin il faut se battre et non l’accepter
*Il y a un réalisme, une bonne continuité, progression, ni de choses trop faciles, ni trop compliquées.
*L’union fait la force. Ensemble contre l’oppression on est plus fort
*Pour des personnages humains, complexes, pas trop lisses

etc.

Attention, à la fin des tomes 1&2 on a très envie de continuer, on a bouclé notre tome mais le petit détail qui tue, le petit événement où il faut la suite.
L’histoire se finit, mais elle pourrait aussi continuer. Cela reste une vraie fin.

Vous avez lu les tomes 1&2 (ou ça ne vous dérange pas, je n’en dis pas trop ou à demi mot  pour certains points) :

La clé noire, symbole de liberté. Notre groupe se prépare pour la prochaine vente aux enchères, pour faire tomber la royauté. Ces nobles qui prennent les gens plutôt pour des objets, même leur prénom ils l’ont perdu. Ainsi, non, ce n’est pas seulement chez les mères porteuses que la colère gronde. Mais avec ce qu’on a appris, et si elles s’unissent l’espoir renaît chez chacun.
Violet est sauve, son amoureux est avec elle, mais elle est prête à se battre, d’ailleurs lui aussi, d’où des disputes. Avec la fin du tome 2, on sait quel nouveau coup a eu Violet, et c’est difficile pour elle. Les formations continuent, des idées germent. Le grand jour se prépare, mais ils ne maîtrisent pas tout.
Violet n’en peut plus et met au point un projet fou, grâce à ses nouveaux dons, on peut dire qu’elle a bien réussi une partie mais gare à la voix, et ceux qui la connaisse de trop. Dans l’antre de l’ennemi, elle découvre un autre travail, une autre manière de se promener dans cet endroit qu’elle connaît si bien et si peu à la fois. Sa folie reste mesurée, elle n’essayera pas de s’enfuir avec elle de suite.
Mais comment ne pas se faire découvrir ? Comment la sauver ? Comment vont-ils changer leurs destins lors des enchères ? (si tout ne s’arrête pas avant) Quelle vie ensuite ? Qui survivra ? Dans le plan fou de Violet, elle sera aussi au coeur, pourra apprendre des choses. L’aide et la trahison peuvent venir de partout. Seront-ils assez fort ? Tout le monde sera-t-il au rendez-vous ? Violet fera des choses bien, mais elle peut aussi se laisser dépasser ou submerger par les émotions, et là on peut en payer le prix.

On découvre d’autres choses, de nouvelles personnes, on en retrouve d’autres et on continue à apprendre des choses sur eux.
Coral (je ne précise pas qui elle est) est une noble, mais pas si méchante, Violet aurait pu travailler pour pire. Mais dans son éducation, sa tête, on voit bien les frivolités qui l’intéressent, qu’elle ne se rend pas vraiment compte ou ne le veut pas, en tout cas c’est loin d’être la pire.

Bref, venez dans le Joyau !

Mon vide grenier Livresque #1

J’ai découvert aujourd’hui grâce à Xander « Mon vide grenier livresque », un nouveau rendez-vous littéraire lancé par la blogueuse Fifty shades of books. L’idée est de ressortir une ancienne chronique sur un thème imposé tout en partageant les chroniques d’autres blogs qui en ont également parlé.
J’aime bien l’idée mais je ne promets rien, je n’aime pas trop m’imposer des choses ici, c’est déjà assez compliqué IRL.

Cette semaine, la thématique du vide grenier est : La science-fiction avec comme sous thème Voyage dans le temps ou Voyage dans l’espace.

Je pense que mon livre correspondra (je suis encore toute marquée par mon visionnage du soir) : La nuit des temps de Barjavel

Couverture La nuit des temps Editions Pocket 2017

Un livre qui m’a marqué adolescente, un livre avec des questionnements, et un livre que j’ai même relu grâce à Phebusa

Ma modeste chronique ici

Celle d’autres blogeurs :

Phebusa
Ma Lecturothèque

Un livre qui reste intemporel, et a d’ailleurs de nombreuses chroniques de disponible. Vous l’avez lu ?

J’espère avoir bien fait les choses *moi fatiguée ^^’*

Cinéma Time : Blade Runner & Blade Runner 2049

J’ai la phrase en tête du petit malin qui a sorti qu’il n’avait pas vu les 2048 autres XD

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler de Blade Runner, de science-fiction, quand on pense que le premier est de 1982, wow quand même !
Encore plus fort, il y a plein d’anecdotes à son sujet.
Et c’est adapté librement d’un livre (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick)
Déjà tout cela, ce n’est pas rien, le film a aussi une thématique très forte, qu’on n’a pas mal exploitée depuis, sur laquelle on s’est posé pas mal de questions.
La musique et le monde sont immersifs, que ce soit en 1982 ou en 2017.

Résumé:
L’an 2019.
Les bas quartiers de Los Angeles sont noyés de pluie et envahis par une foule grise.
Deckard, un ancien « blade runner », policier spécialisé dans l’élimination des « répliquants », ces rebelles humanoïdes ultra-perfectionnés habituellement cantonnés dans l’espace, est chargé de retrouver la trace de quatre d’entre eux, qui se sont introduits dans la ville.
Son seul indice pour les détecter : les répliquants n’ont pas d’affectivité, donc pas de mémoire.
Il commence ses investigations par une visite à Tyrell, le créateur de ces humanoïdes, et fait ainsi la connaissance de Rachel, l’assistante du savant.

Mon avis/mes impressions :

Pour une fois, j’ai été sage, j’ai bien fait les choses. J’ai donc revu le premier, qui n’avait rien perdu de sa force, qui dégageait quelque chose, et cette musique ! La ville, tout comme le thème nous montre quelque chose à la fois magnifique et effrayant.
Cela m’a également fait plaisir de revoir Harrisson Ford et jeune.
On nous parle donc de répliquant. Mais là où je trouve que c’est le plus dérangeant, c’est que d’un côté on veut les utiliser, mais de l’autre on les fait ressembler à des êtres humains, comment les différencier ? On nous dit même qu’ils ont eu une « merveilleuse » idée : c’est qu’un répliquant a une durée de vie limitée de 4 ans. Mais pourquoi donc ? Eh bien, tout simplement parce qu’on a remarqué qu’ils commençaient à avoir des sentiments, et que là ça dérange. Tout ceci questionne aussi l’humanité. Qu’est-ce qu’être un humain ? S’ils ont des sentiments sont-ils encore des robots ? On pourrait aussi les voir comme une version améliorée de l’humain, plus robuste et tout, comme l’avenir de l’humanité. Pourquoi auraient-ils moins de droits ? Ils ont quelque part étaient encore plus retord, car certains répliquants ne savent pas ce qu’ils sont. Comment est-ce possible ? On leur a implanté des souvenirs, comme c’est quelque part notre identité, ce qui nous forge.
Ici, on se retrouve donc avec 4 répliquants en fuite. Et un blade runner, il est chargé de les désactiver, de mettre hors service, ce n’est pas vraiment tuer comme ils sont considérés comme des machines. Mais avec Rachel, les doutes l’assaillent, puis il doute de ce qu’il est aussi. Plus rien se sera alors comme avant pour lui.

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…

Mon avis/mes impressions :

Ici ils proclament haut et fort leurs désirs d’esclaves, oui comme l’Histoire nous le montre c’est avec des esclaves qu’on forge une grande société (c’est ce qu’un sombre homme soutient). Il y a donc ces êtres si semblables aux humains, mais qui n’en sont pas, pour s’occuper des tâches dont personne ne veut, il y en a pour donner du plaisir aussi, …
Encore une fois, on voit plein de choses gênantes, qui questionnent, qui mettent mal à l’aise. Etre un être de biogéniérie permet aussi de se casser moins facilement, d’être plus robuste, …
Bien sûr, on a toujours ces merveilleux implants, alors comment savoir si vous êtes humains ou non ? Mais finalement qu’est-ce qui fait de vous un humain ? On a de quoi se poser des questions, parfois ce sont les humains qui ressemblent le moins à des humains.
Et ces jolis souvenirs comment sont-ils créent ? appartiennent-ils à quelqu’un ? Comment savoir si c’est vraiment le sien ? Comment en inventer de si réaliste ?
La ville est toujours très colorée, agressive, voulant plaire, la nuit il ne fait pas si nuit que cela, aussi belle qu’étouffante, la prostitution existe toujours, il y a même moyen de moderniser. On a toujours ces affiches clinquantes, ces hologrammes, la pub vous prend de toute part et vient sur vous, de la folie pure !
On se retrouve à nouveau avec un blade runner, nommé K cette fois-ci, oui parce qu’il n’a pas vraiment besoin d’un vrai nom selon eux. K fait sob job, mais va tomber sur une épine, qui va le faire remettre des choses en question. K est régulièrement contrôlé par toute une batterie de tests. Alors que K semble seul dans son appartement, on entend une douce voix : sa chérie. Elle n’est pas comme vous le croyez, elle ne peut pas le serrer dans ses bras, mais elle a amour et réparti. C’est le job de ce qu’elle est, pourtant elle dégage tellement plus, dans ses expressions elle est si pleine de charme, elle s’émerveille de ce qu’elle découvre. Un très bel amour, fait tout en subtilité. Ils ont de très beaux échanges.

Blade Runner nous parle d’une histoire classique et dérangeante, c’est un grand film de science-fiction par sa thématique, son ambiance, ses questionnements qui nous mettent mal à l’aise et font réfléchir à plus d’un titre.
La relève est joliment assurée avec un visuel très fort, comme le permet l’époque. Bien sûr, depuis on a déjà vu ce questionnement avec les robots, machines dans des films, séries…Cela reste une thématique d’époque et importante !

J’ai eu l’impression que la musique dégageait quelque chose de plus fort dans le premier film, même si j’ai aimé dans le 2ème aussi, et qu’on a même envie de rester tout le générique, quitter cette ambiance c’est quelque chose (je crois parce que dans le 2 il n’y a jamais de paroles). A part que c’est long sur un fauteuil de cinéma, le temps est passé vite. J’ai aimé revoir des personnages du 1 voire faire quelques liens. La thématique est géniale ! Cela, je vous l’ai déjà dit XD !

Sinon oui l’histoire reste classique, elle n’en perd pas son efficacité, son propos, et les questionnements.
Je n’ai pas été choquée du jeu des acteurs, tellement j’étais prise dedans. Après Rick Deckard faisait bien l’homme blasé, un peu au bout, méfiant, mais qui a eu la force de survivre et pas totalement seul. Ryan Gosling était un plaisir à retrouver, peut être même oscillant entre machine et humain, ne savant plus trop. Mais c’est aussi à cause de son travail (oui ça aussi c’est une grande question le travail qui nous définit, peut modifier notre comportement, jusqu’où accepter etc.), pourtant il l’aime Joy, il est touché par des choses.
Quand à Ana de Armas et Carla Juri, elles sont merveilleuses et subtiles dans leurs rôles, très émouvantes.
Après de manière générale, je ressens moins le jeu des acteurs que d’autres (ou je mets sur le compte d’autre chose et je ne suis pas choquée XD)

Si jamais on a une suite, classique aussi vers quoi on va, vous avez deviné ? (surligner en dessous ou pas)
Révolte des machines

Il faudrait quand même allé plus vite ^^ (ne pas mettre aussi longtemps)

Lecture Time : Le Joyau tome 2 La Rose Blanche

Couverture Le joyau, tome 2 : La rose blanche

Fiche

Mon avis/mes impressions :
Une dystopie très intéressante et puissante, on est totalement pris dedans, le style très agréable et très fluide fait que les pages glissent comme un rien. On continue à apprendre des choses, on a plein de rebondissements et on tient compte des sentiments de chacun.

J’ai à nouveau beaucoup aimé ce tome, la lecture était de nouveau très fluide, très agréable.
Ca se laisse lire comme un petit pain ! La chose la plus horrible, c’est à nouveau la fin qui nous laisse à nouveau gravement en plan.
On comprend vite d’où sort le titre, les augures ont un rôle encore plus grand à jouer.
Si on le soupçonnait fortement avant, ici on a la confirmation que ce ne sont pas seulement les mères porteuses qui sont mal loties, que plusieurs gens sont en danger, n’ont pas eu le choix, ont été pris à leur famille.
Beaucoup de gens veulent retrouver leur liberté, renverser le gouvernement, la royauté.
Le livre est à nouveau très riche, l’univers continue à se développer, on continue à apprendre pas mal de choses.
Violet découvre plus qui elle est.
En même temps, tout est très bien abordé, les doutes, les envies de chacun, la soif de liberté, d’en avoir marre qu’on lui dicte quoi faire.
On sent le danger, la révolte qui gronde.
A qui se fier ? Comment s’y prendre ?

Un tome à nouveau passionnant
Je vous encourage très fortement à découvrir cette dystopie ! Vivement le prochain tome (je pense me jeter dessus une fois ma nouvelle lecture terminée)

Un nouveau succès pour la collectionR

Le tome 1 nous disait « Vous êtes plus précieuse que vous le pensez« .
Le tome 2 nous dit « Combien êtes-vous prête à payer pour la liberté ? »
Une grande question que les êtres humains ne doivent jamais oublier.

Il est aussi question de se dépasser, de ne pas seulement penser à soi, de risquer sa vie, car une fois sauvée c’est aussi difficile de se remettre en danger. Violet est aussi motivée par l’envie de protéger sa famille.

Un peu plus :
Violet va souffrir pour découvrir et maîtriser son pouvoir et également devoir prendre en main d’autres mères porteuses.
L’union fait la force !

Je vous laisse découvrir les détails par vous-mêmes et surtout entièrement les savourer. Nous reprenons pile où nous nous sommes arrêtés au tome 1 😉

Lecture Time : Le Joyau tome 1 & tome 1.5

Couverture Le joyau, tome 1Couverture Le joyau, tome 1.5 : La maison de la pierre

Résumé :
Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d’être formée dans l’optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l’opulence et le luxe, c’est la descendance…
Achetée par la Duchesse du Lac lors de l’Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie d’une manière singulière qui donne le ton. Désormais connue sous l’appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l’étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.
Violet doit accepter ce sinistre quotidien… et tâcher de rester en vie. Mais c’est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme …

Attention, le résumé de base en révèle plus sur le jeune homme, si vous voulez gardé la découverte ne le lisez pas en entier.

D’Amy Ewin
Chez CollectionR
Disponible en numérique

Mon avis/mes impressions :

Le tome 1.5 est consacrée à la meilleure amie de Violet : Raven. Dans le tome 1 on a de sérieux doutes, ici ils sont confirmés dans une petite histoire d’une soixantaine de page et uniquement en numérique apparemment. Il n’est pas conseillé aux âmes sensibles. Ce que je regrette le plus c’est qu’on soit laissé dedans, ça aurait été bien d’aller plus loin jusqu’où on en est à la fin du tome 1. Non, pas pour les séances de tortures, mais pour relier encore mieux les choses (je ne peux pas vous en dire plus).

Sans que cela soit un coup de coeur, c’est une excellente lecture, où les pages défilent comme un rien, le style est très agréable, c’est plutôt bien vu, de bons rebondissements. On est facilement totalement pris dedans.
Mélange de la sélection et the handmaid’s tale. On pense vraiment à ces 2 là en découvrant le monde du joyau.
Avec un peu de recul, même à the curse.
C’est la découverte d’un monde terrifiant encore plus selon sa classe sociale. La lecture est très fluide, très agréable, l’histoire est prenante et on suit une jeune femme intelligente, qui ne se faisait pas d’illusion non plus sur le monde.

Quand on rencontre Violet, elle est déjà à l’institut la préparant à être mère porteuse. C’est avec elle qu’on découvre le monde dans lequel on est tombé, comment il fonctionne. Violet est une jeune femme intelligente, qui suit les règles du mieux qu’elle peut tout en se faisant aucune illusion, en remettant en cause ce qu’on lui dit. Raven est sa meilleure amie, elle l’a aidé lors de son arrivée à l’institut et est beaucoup plus rebelle et révoltée. Lily, elle croit tout, naïve, mais attachante, elle y croit dur comme fer, et suit tous les potins.
Ces jeunes filles ont été arrachées à leurs foyers car un test les a prédisposé pour être mère porteuse. Il y a également une belle dimension fantastique avec les augures, c’est important, quelque part magique, mais elles en payent le prix à l’utilisation, et elles n’ont aucune véritable idée de ce qui les attend, et de ce à quoi cela va leur servir.
Y a-t-il vraiment un endroit mieux ? On voit que la vie qui les aurait attendu était bien pénible et difficile, oui mais seulement il y avait plus de libertés.
On découvre le passé et comment elles en sont arrivées là au fil de l’eau.
Violet, Raven, Lily et tant d’autres sont arrivées à la fin de leur formation, maintenant voilà qu’elles perdent leur identité et sont de simples numéros de lot, qui vont être vendues aux enchères.
On leur tourne cela comme une belle mission, comme un honneur, vu qu’elles peuvent enfanter. Oui, il y a des problèmes de natalité.
Mais comment vont-ils s’y prendre ? Quel futur ?
Violet est devenue le lot 197 acquise par quelqu’un du joyau, par une des maisons fondatrices, mais quel honneur !
Ces dames sous les apparats, les airs, la richesse vont vous dégoûter, même si Violet aurait pu tomber bien pire.
On donne une belle chambre à Violet, de bons repas, de drôles de règles, on récompense et on punit. Bref, sa vie ne lui appartient plus vraiment, encore pire qu’au centre. Livrée à elle-même dans un nouveau monde qui pourtant brille tant, et sous-entend tout autant d’indicibles horreurs.
Alors qu’elle tente de rester en vie, de profiter des quelques personnes sympathiques qu’elle a croisé, qu’elle s’inquiète d’enfanter l’enfant d’une autre, qu’elle a plein de choses en tête, par hasard son regard croisera celui d’un homme, et là tout va changer pour elle, ça lui rappelle aussi qu’elle est une personne à part entière, une humaine, et non un jouet.
Est-ce que cela vaut le coup pour cet amour interdit de tout risquer ? L’aime-t-il seulement sincèrement ? Est-ce un piège ? Est-ce vrai ? Et quel avenir dans leurs conditions respectives ? Violet n’a jamais connu d’homme, jamais un amour dans ce sens là.

Violet ne connait que l’endroit où elle est née, que l’institut, que ce qu’on lui a appris. Elle se méfie, mais n’a guère le choix. Privée de sa liberté, elle tente de survivre. Elle est conciliante, ce qu’il faut pour survivre mais elle est et reste Violet Lasting et non un simple numéro de lot, lot 197. Moyen classique pour se détacher de l’humain derrière, l’oublier. On l’a acheté, elle appartient à quelqu’un. Une société pas si éloignée de la nôtre qui fait réfléchir, où seuls quelques nantis sont vraiment privilégiés, mangent à leurs faims, et pourtant se livrent des jeux macabres et malsains.

Un univers intéressant, riche et plein de surprises (Chut, c’est à vous de découvrir maintenant)

Attention risque : à la fin du tome 1 qui a mis les pièces en place, vous aurez envie de vous jeter sur le tome 2. Je suis d’ailleurs en train de le lire et il est tout aussi bien, fluide, intéressant.

Manga Time : Dernière heure tome 2

Manga - Manhwa - Dernière Heure Vol.2

Fiche

Mon avis/mes impressions :

La couverture continue de donner le ton on voit 2 élèves dans une classe, jusque là rien de choquant, sauf quand nos yeux se pose sur le fusil, une arme, sur le pupitre d’une élève.
Un manga qui continue à être beau, touchant, poétique, mystérieux.
Avec les situations, les relations se tendent, et quelques disputes, hausses de ton éclatent voire un peu plus.
Il y a cette fille qui ne peut pas partir, et ce jeune homme qui ne peut pas partir non plus. Chacun voit les choses d’un oeil différent. La fille tente de garder le sourire et de le transmettre aux gens avec sa cuisine, lui il culpabilise et en voyant la fille sourire explose en pensant qu’elle le prend à la légère.
Il y a ces 2 amis, de bons potes, mais en fait un a toujours adulé l’autre, il réussit mieux que lui, pour une fois c’est lui qui peut faire quelque chose que l’autre ne peut pas faire, et là aussi ça éclate.
Il y a cette jeune fille qui est revenu de la guerre, miraculeusement intacte et qui lâche ses émotions dans une activité, et ce jeune homme qui croise son regard et son secret lors de son activité à lui.
Il y a cette jeune fille qui s’occupe des siens et même plus encore, quelque chose de très bizarre, aussi adorable que flippant. Mais elle a dû apprendre, dans des circonstances difficiles.
Il y a donc une amitié qui la lie à cet autre jeune homme.
Il y a ceux qui sont partis à la guerre, ceux qui sont restés.
Il y a le retour de la guerre, et parfois des blessures ou pire encore ? Il y a toutes ces choses qu’on ne sait pas, même les adultes, et cette impossibilité d’avoir un médecin, ce qui pourrait tout aggraver et fait mal.
Il y a de drôle de cours : étude d’autonomie, et un qui apparaît suite à une mauvaise expérience cours de tir à la place du sport.
Il y a ce jeune homme qui ne peut pas partir à la guerre. Il y a cette question d’utilité qui obsède les humains. On l’assigne à autre chose, il y a ces mots tendres qui font du bien.
Et déjà les suivant repartent à la guerre. On a beau la refuser, ne pas vouloir tirer car c’est tuer quelque chose, c’est une question de survie !
Et il y a cette fin qui nous laisse bouché bée, mystère mystère jusqu’au prochain tome.

Le tome 3 est prévu pour le 26 octobre.

 

Cinéma Time : Seven sisters

Résumé :
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
(Source : Allociné)

Fiche SB

Le titre est soit Seven sisters (7 soeurs) soit What Happened to Monday ? (Qu’est il arrivé à Lundi ?). Les 2 titres sont plutôt pas mal et en anglais XD

Mon avis/mes impressions :
Les dystopies sont passionnantes, les sujets sont énormes, et ici il m’a tout de suite beaucoup intéressé ! Le film a un côté réaliste, cru, percutant, ironique, cynique tout en nous offrant des moments tendres, drôles.
J’ai beaucoup aimé ce film qui est marquant, et pourra encore nous faire réfléchir longtemps après. On peut déjà commencer dès qu’on lit l’histoire.
La première partie est assez psychologique, on les revoit aussi enfants et on voit une partie de comment ils se sont organisés. Leur grand père est rusé, intelligent. Son idée est aussi géniale que tordue. Mais l’idée qu’à 7 on est plus forte que seule est vraiment sympa.
La seconde partie nous plonge dans l’action, le thriller oppressant et angoissant, la lutte pour la survie, découvrir la vérité.
La musique participe bien à l’ambiance du film. Certes si vous êtes un peu habitué, vous devinerez certaines choses, mais une fois plongée dedans avez vous vraiment tout deviné ? Cela ne vous a pas fait de l’effet ? Fait réfléchir ?

Dès le début, le ton est donné, comme un documentaire, on voit le constat de ce monde et la politique de l’enfant unique qui fût mise en place pour pallier à la surpopulation. Certes, la loi est très cruelle, mais on peut aussi se poser la question de quel avenir pour les êtres humains sans elle ?
Certes quand des enfants sont arrachés à leurs parents ça fait très mal.
On peut aussi se poser la question du travail qu’on accepte de faire. C’est aussi une grande question non ?
Bien sûr, tout le monde ne connaît pas tout.

Le monde est rempli d’une technologie formidable, pourtant il m’a paru très froid, très austère, très aseptisé. Avec leurs règles, Karen Settman peut s’assurer une vie, qui semble assez « confortable ». Mais Karen est 7 personnes à la fois.
La maman des filles meurent en les mettant au monde, le papa est aux abonnés absents. Leur grand-père prend alors une décision, il va les élever et comme elles sont autant que de jour de la semaine, chacune portera le nom d’une journée : lundi, mardi, mercredi …
Et chacune sortira son jour de la semaine.
D’ailleurs samedi et dimanche ne serait-elle pas privilégier vu que c’est les jours de liberté ? XD
C’est déjà compliqué ainsi, alors je pense que le plus sûr était de ne surtout pas bouger la journée. On ignore le métier du grand père. Il est rusé, leur enseigne, met des règles en place, les met en garde. Et promet qu’on leur trouvera un métier qui se servira de toutes leurs compétences. Comment a-t-il fait pour toutes les nourrir ? Il n’y a pas de rationnement en place ?…
Comment assurer ceci : règles plus point quotidien en fin de journée où on doit tout se dire, montrer. Car il ne faudrait pas être prise en défaut. Il attend apparemment qu’elles aient l’âge de raison (6-7 ans) pour tenter la 1ère sortie.
C’est la promesse d’une vie qui n’est plus tout à fait sa vie, contre celle d’être cryogénisé, et de revenir plus tard, les siens ne seront plus là, et c’est sans sûreté.

Leur grand-père leur a dit dehors vous êtes Karen Settman, comportement identique, mais à l’intérieur vous êtes vous-mêmes, exprimer vous. Chacune a ses compétences, son style, sa coiffure, ses envies. Chacune aimerait ne pas juste avoir un jour de la semaine. Petites, elles ont déjà payées très chères. Et en grandissant, des envies se développent, elles veulent autre chose qu’une aventure d’un soir.
Et se sont-elles vraiment tout dit ? tout le temps ?

Mais voilà, qu’un jour, jour où elles allaient savoir si elles décrochent leur promotion grâce à un travail d’équipe, et étaient en concurrence avec un collègue, que Lundi disparaît. Que lui est-il arrivé ? Sont-elles compromises ? Quel avenir pour elles après ? Peuvent-elles vivre individuellement après autant de temps ? …
Alors que le gouvernement n’a aucun intérêt à avouer que pendant 30 ans elles ont réussi à survivre ensemble, une traque sans merci et sans pitié commence, où elles devront déployer toutes leurs compétences, où elles seront aussi fortes que faibles, où elles seront déstabilisées sur des parties qu’elles ignorent, où elles tenteront de reconstituer le puzzle, de découvrir la vérité, de survivre, où les pistes s’emmêlent pour nous perdre, où notre souffle sera coupé.

PS : Noomi Rapace est superbe dans ces 7 rôles différents.
Le film est mis en scène sous forme de chapitre qui correspondent aux jours de la semaine.

Anime Time : Psycho-pass saison 1

Résumé:
L’histoire se déroule dans un futur proche, quand il est possible de mesurer instantanément et quantifier l’état d’esprit et la personnalité d’une personne. Ces informations sont enregistrées et traitées, et le terme « Psycho-Pass » fait référence à une norme utilisée pour mesurer un personne. La police peut désormais appréhender les « criminels dormants » avant même qu’ils n’aient commis leurs méfaits ! Akane Tsunemori intègre la Brigade Criminelle au grade d’inspecteur et elle va découvrir les avantages mais aussi les inconvénients de ce système !

La saison 1 est composée de 22 épisodes.
La saison 2 est composée de 11 épisodes. Dispo sur ADN.
Une saison 1 intitulée Psycho-Pass: Extended Edition Saison de 11 épisodes mais de 46 minutes
Un film d’animation
Des supports physiques sont sortis.
Et disponible sur netflix

Extended c’est la saison 1 refaite ?!

Le dominator :

On n’a plus besoin d’arme, seulement de celle ci, le dominator qui va d’abord vérifié votre psycho-pass et changer de mode selon l’état. Il est impossible de tricher. Mais qu’arriverait-il face à quelqu’un de dangereux alors que le dominator reste bloquer et que selon lui tout va bien ?

Un extrait, utilisation de la technologie moderne :

S’habiller en toute simplicité. Avec ça facile de changer de tenue. Facile d’avoir une tenue professionnelle et d’aller voir des amies après le travail avec une autre.

Un manga centré sur Kogami a commencé à sortir chez Kana. J’ai un peu de retard, mais d’après mes souvenirs un bon 1er tome, mais dommage pour des gens qui ne connaissent pas l’univers, sybille.
Bientôt va sortir celui centré sur Akane qui donc va reprendre l’anime, permettre de faire connaissance avec ce monde, cette technologie et le système sybille. Le premier tome sortira le 8 septembre, n’hésitez pas à tenter l’aventure si ces questionnements vous intéresse, ce monde, sybille.

Mon avis/mes impressions :
Psycho-pass est un excellent anime, très prenant, passionnant. Le monde avec le système Sybille semble en paix et en sécurité. Avec Akane on découvre de très sympathiques utilisations. Seulement il y a les exécuteurs, et ils n’ont pas forcément toujours été dans ce cas là. Seulement le système décide de tout, ce qui semble être un soulagement peut aussi prêter à questionnement. Petit à petit, le système n’a pas l’air d’être si parfait que cela. De quoi s’interroger jusqu’à la terrible vérité. Nos agents auront aussi à faire un homme intelligent et redoutable qui défie le système. Et qui les poussera à s’interroger.
Bref, très belle replongée et vivement qu’on ait le manga de cette partie là. Un anime que je ne peux que conseiller sauf aux âmes sensibles. Ça peut être dur.

Nous rencontrons Akane, qui a tout pour elle, son psycho pass a toujours été clair. Elle a l’embarras du choix pour son métier, elle eu la liste. Car oui, vous ne choisissez plus, selon vos résultats, vous avez une liste d’affectation possible. Akane est intègre, elle a le sens de la justice et du devoir, elle croit en ce système, en plus il a été doux avec elle, mais elle n’est pas au bout des ses surprises.
Le système sybille régente beaucoup de choses, il allège le poids pour les humains, et en même temps, on peut se questionner sur le libre-arbitre. Que devient-il ? Le système a-t-il forcément toujours raison ? En tout cas, la société semble baigner dans une paix apparente. Mais est-ce que tout le monde est heureux ?
Akane va travailler dans la police, son 1er vrai job, c’est différent de ses études. Elle s’adapte, voit comment ça fonctionne. Elle est calme et plutôt sûre d’elle en même temps, après tout elle a toujours été bien vu par le système, plein de possibilités se sont ouvertes devant elle, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
De temps en temps elle voit ses amies, on voit l’impact, le pouvoir et la puissance de la technologie.
Au milieu des affaires se posent très vite une question. Il y a comme un problème, les exécuteurs ils étaient autre chose avant, ils avaient une vie, certains étaient même policier. Mais alors pourquoi tout a fini ainsi ? Et quel est le risque ? Ca en fait de mauvaises personnes ? Qui est préservé de basculer ? Si on prend les choses plus à coeur, on est plus sensible, ne risque-t-on pas de faire basculer son psycho-pass ? Peut-on totalement s’y fier ?
On sera amené à découvrir certains liens, certaines existences avant d’être exécuteur. Une fois que le psycho-pass a basculé, ils étaient isolés et certains ont eu cette proposition. Ils ne sont pas vraiment libres de leurs mouvements et sacrifiables.
Alors qu’Akane fait ses premiers pas, se confronte à toutes sortes de gens, découvre le métier qu’elle a choisi, le monde semble s’emballer, perdre pied, entre autre à cause d’une personne redoutable, intelligente, ça va pousser Akane a sacrément réfléchir sur des choses, sur le système Sybille.

Manga Time : Dernière heure Tome 1

Ayant retrouvé un peu de forces, c’est parti 🙂

Manga - Dernière Heure

Résumé :
Cela fait cinq années que le Japon est en guerre. Mais Saku, jeune collégien, ne le réalise pas vraiment. Vivant sur une petite île isolée, son quotidien n’est synonyme que d’ennui, entre les cours et la frustration de repas trop sommaires. Pourtant, tandis que les affrontements semblent s’intensifier, une terrible nouvelle vient bouleverser sa vie et celle de ses camarades : désormais, chaque vendredi, certains d’entre eux seront appelés à aller se battre sur le front. Tous, sauf Saku et Miyako, son amie d’enfance, exemptés sans savoir pourquoi de partir à la guerre…

Manga en 4 tomes.

Fiche sur MN

Couverture et titre :
La couverture dégage quelque chose, elle est belle, et si on ne regarde pas de près, on aurait tendance à ne pas voir que cette jeune fille porte une arme.
Dernière heure peut évoquer tant de chose, on sait déjà que c’est relatif à la dernière heure de cours pour partir en guerre. Mais au fait pourquoi à ce moment là ? Et peut nous faire craindre d’autre chose, comme une fin imminente.

Mon avis/mes impressions :
Une belle découverte. La poésie se mêle au drame et les mystères restent entiers.
C’est une lecture des plus originales et des plus envoûtantes. On est dans du tranche de vie, des jeunes gens vont à l’école.
C’est la guerre au Japon depuis déjà 5 ans, mais dans leur campagne ils en sont loin, certains élèves sont même partis pour aller s’y réfugier. Et personne ne sait vraiment contre qui, pourquoi on se bat ! Certains parleraient d’extraterrestre. Certains élèves de la ville sont allés s’y réfugier, une notamment a du mal à s’acclimater à la campagne et a tout de suite mis de la distance avec ses camarades, qu’elle paye fort aujourd’hui, en étant totalement isolée, donc dans une situation pas bonne, sous-jacente de harcèlement.
Mais un jour, alors qu’ils se croyaient à l’abri, voilà qu’on lit sur le planning pour la dernière heure de cours du vendredi : GUERRE. Mais quelle est cette blague ? C’est loin d’en être une : chaque vendredi, pour la dernière heure de cours, il faudra que certains y aillent, à la Guerre. Et la préparation ? Que nenni pour le moment, un peu comme un propulsage sans préparation, comme on peut vous faire le coup dans la vie active.
Mais mystère 2 élèves sont dispensés, on en ignore totalement la raison, mais comme toujours ça va faire jaser, trop incompétent ? trop précieux ? 2 désignés au hasard ? Cela peut être tant de choses.
Et ils ne le prennent pas bien, se sentent coupables par rapport aux autres.
Ainsi c’est bien la réalité une élève est envoyé au front, reviendra-t-elle ? Qui seront les suivants ?
Les relations entre les gens changent.
Un autre mystère bien étrange se dévoile sont nos yeux.
Et pour en savoir plus, plus qu’une solution, allez le lire ! 😉

Le graphisme me plaît beaucoup. Et on a quelques pages couleurs pour commencer. On sait aussi que la série sera terminée en 4 tomes.
Une jolie pioche originale, mystérieuse, poétique, tranche de vie d’Akata.

J’ai hâte de découvrir la suite de cette histoire pas comme les autres.