Cinéma Time : Jun, la voix du coeur

Le film a une affiche très belle et poétique, tout comme son titre.
On regrettera qu’on ait pas le droit de le voir sur grand écran, qu’il n’y ait pas eu de sortie cinéma sur ce titre.
J’ai eu très envie de voir ce film depuis que Kazé nous en a parlé sur les réseaux sociaux.

Le film est également connu sous les noms anglais et japonais :
The Anthem of the Heart
Kokoro ga sakebitagatterunda
Il dure environ 2 heures (1h59)
Un film de Tatsuyuki Nagai et Ken Sakamoto
Ecrit par Mari Okada
Avec Sora Amamiya, Yoshimasa Hosoya, Inori Minase…
Studio : A-1 Pictures
Il est disponible en
– DVD
– Blu-Ray
– Edition DVD + Blu-Ray -> Collector (avec un livret du 96 pages)
Edité par Kazé
Grosso modo le prix varie entre 15€ et 35€ selon le lieu où vous le prenez et le type d’édition.
Disponible en japonais sous-titré et même en français (bien si vous voulez le faire découvrir à des gens réticents à sortir du français, à lire des sous-titres).
On regrettera aussi qu’il ne semble pas y avoir de bonus spécialement intéressant, enfin juste un livret dans la collector
En streaming sur ADN

Fiche SB

Résumé :
Jun Naruse porte en elle le poids des regrets suite à un événement de son passé, elle en devient muette. L’histoire nous entraîne aux côtés de 4 camarades de classe qui ne semblent pas se connaitre vraiment mais qui doivent travailler ensemble sur un projet scolaire. Ils ont été choisi par leur professeur pour participer au comité et être en charge du projet présenté par leur classe. Il se dessine alors un collectif au mélange inattendu.

(Bon, j’ai pris un peu de 2 résumés différents, plus remanié).

Résultat de recherche d'images pour "Jun la voix du coeur"

Mon avis/mes impressions :

C’est un très beau film qui s’adresse à tout le monde, petits et grands enfants. Passionné du Japon, de mangas et autres, ou non. 
Le film bénéficie d’une image sublime *o*. L’animation est belle et toute en sensibilité. On sent très bien les sentiments des gens, leurs mouvements.
La musique est très belle et s’intègre au film. Il faut aussi savoir qu’on a de la musique classique, de la musique très connue, qui touche direct en plein coeur, qui évoque des choses pour la majeur partie d’entre nous (j’ai ajouté un point au film avec cela).
Le film aborde avec subtilité et brio le pouvoir des mots, de la communication, et ses difficultés à plein de niveaux, et pas seulement pour Jun.
Le film revêt une dimension fantastique, qui est plus de l’ordre de l’imagination débordante d’une jeune fille.

On commence l’histoire aux frontières du réel, il y a un château, et une petite fille rêve d’aller au bal du château, de rencontrer le prince, elle est subjuguée par ce lieu. Vous verrez quand vous saurez ce qu’est le lieu, la terrible ironie.
C’est notre Jun, encore petite et pleine de vie. Beaucoup de gens lui disent que c’est un moulin à paroles, ça ne lui fait pas trop plaisir d’être appelée ainsi.
Un jour, elle surprend quelque chose, qui elle la fait rêver avec son imagination débordante, qu’elle ne comprend pas, elle en parle en toute innocence, et à jamais sa vie va changer. Elle se sent responsable, mais elle n’a quand même fait que dire la vérité, elle n’y peut rien.
Pendant tout le film, on est cerné par les oeufs aussi (tamago). Oui, vous verrez une partie très fun.
Ainsi, Jun vit comme si on lui avait lancé une malédiction. Elle fait penser à quelqu’un qui a subi un choc traumatique, qui l’a rendu muette.
Je reste aussi assez marquée par le fait que finalement rien n’est fait à ce sujet, et que la mère de Jun se soucie surtout des rumeurs, de l’image que sa fille renvoie.

Leur professeur leur fait un coup fourré en nommant Jun et 3 autres personnes pour le comité. Mais même si c’est eux le comité, c’est au final toute la classe qui sera concernée.
Ils sont différents, a priori ne s’entendent pas spécialement, mais vont devoir travailler ensemble, et même pire arriver à fédérer la classe entière.
On a entre autre Jun Naruse, muette, mais qui sait parler. On a ses essais pour dire ce qu’elle pense, ce que ça déclenche en elle (ce n’est pas rien). Daiki Tasaki, bourru, qui s’est blessé à l’épaule, ne peut plus jouer au baseball pour le moment et le vit très mal. Takagami Sagaki, qui vit avec ses grand parents (mais où sont ses parents ?), et qui lui essaye de lier connaissance avec Jun.

Le passé s’en mêle pour un peu tout le monde, les difficultés de communication pas mal de ces jeunes y sont confrontés. Oui, les mots peuvent blesser, mais parfois il faut aussi qu’ils sortent, avant que tout explose.

Le mal être de Jun, les mots qui sont difficiles à sortir, ce qu’elle ressent, les mots qui sortent mais difficilement, le prix qu’elle paye en sortant des mots (je vous laisse découvrir), tout cela a est très bien rendu, très expressif. Mais son coeur s’exprime lui aussi. Ses hochements de tête, ses expressions, cela fait partie de la communication, certes non verbal. Elle échange aussi pas mal par écrit par moment.

Le projet va dériver d’une certaine façon sur une comédie musicale. Jun arriverait à mieux s’exprimer en chantant, elle aurait l’illusion que là cela va mieux, que la malédiction ne fait pas effet. Autant dire que persuader tous les membres de comité, puis toute la classe d’un tel projet sera ardu.
Le projet est une bonne chose, il leur apprend à faire avec les autres, à contribuer, à socialiser, à faire avec les compétences et les aptitudes de chacun, à faire un travail d’équipe.

Jun arrivera-t-elle à nouveau à parler correctement ? Pourront-ils tous dire ce qu’ils ont sur le coeur ? Exprimer ce qu’ils ressentent vraiment ? Pourront-ils mener à bien une comédie musicale ? La mère de Jun ira-t-elle mieux ? Pourra-t-elle à nouveau communiquer avec sa fille, ouvrir les yeux sur elle ?

Mention spécial aux grand-parents de Tagakami, à leur gentillesse. A leur manière, sans reproche et avec une main tendue, ils savent être là pour quelqu’un qui en a beaucoup besoin.

Les âmes sensibles risquent de fondre en larmes dans les dernières minutes du film.

Une pépite que je vous encourage vivement à découvrir.

Publicités

Manga Time : Le mari de mon frère tome 4 (Fin)

On se retrouve pour la suite et fin tout en émotion d’une très belle série qui a su aborder des thèmes difficiles/compliqués de manière intéressante et avec subtilité.
Par contre, j’ai relevé une grosse erreur d’orthographe (d’accord) dans ce tome.

Fiche

Le mari de mon frère, tome 4 par Tagame

Couverture :
Sur la couverture, nous retrouvons 3 personnages auxquels nous nous sommes beaucoup attachés depuis cette première rencontre forte en émotion : Yaichi, Kana et Mike. Une belle famille <3. Le ciel est lui aussi très beau avec un arc-enc-ciel et tout le monde a l’air heureux et sourient.

Nous avons également une page couleur, ce qui est toujours très appréciable et n’oublier pas de soulever la couverture pour quelques surprises, l’emploi du temps c’était bien amusant XD.

Ce tome est également vendu dans un coffret. La chose bien c’est qu’Akata a autant pensé à ceux qui n’ont pas encore commencé la série qu’à ceux qui l’ont déjà commencé, ce qui n’est pas bien c’est que cela coûte plus cher et que dans certaines librairies le tome seul n’était même pas proposé o_O.

Mari de mon frère (le) - Coffret intégral

Personnellement, j’ai dit non, ok c’est joli, mais je n’ai pas envie de payer plus cher pour un carton.

Mon avis/mes impressions :

Tout a une fin, même si j’aurai bien envie de me balader au Canada. On retrouve cette famille pas comme les autres qu’on a appris à connaître et à aimer, qui a l’air épanoui et où chaque membre participe. D’ailleurs Yaichi nous dit de très jolis phrases à la fin, dans le dernier chapitre, et ça lui a permis de faire son deuil aussi.

3 semaines dans une vie, si c’est long et si peu à la fois. Ils ont perdu Ryoji, Yaichi a des regrets sur la mauvaise communication à la fin, mais avec la visite de Mike, le mari de son frère, c’est l’occasion de renouer avec la famille, et de redécouvrir son frère. Ce n’est pas forcément une situation facile à accepter, mais Mike est un nounours adorable, barbu, gentil et toujours prêt à aider. Yaichi peut ainsi discuter de son frère, voir combien il était épanoui et heureux sur des photos, et faire son deuil.
A la maison, la vie s’écoule chaque jour, la majeure partie du temps paisiblement, tout le monde participe (très bien) même la petite Kana. Tous sont solidaires.
Mais entre le fait que Yaichi élève seul sa fille, et que son frère ait été homosexuel et que Mike loge chez eux, ça ne passe pas toujours bien auprès d’autres personnes. Pourtant les enfants eux sont beaucoup plus ouverts, compréhensifs et tolérants. S’ils s’aiment mutuellement, et que ça signifie qu’ ils sont bien ensemble, ils se marient, ça leur va. Parfois c’est surtout s’ils reproduisent les schémas des parents, ou voit qu’ils sont mal à l’aise, qu’ils s’interrogent ou sortent de drôles de choses. En toile de fond, on a aussi Roméo & Juliette, car les gens ne voulaient pas qu’ils se marient, et les enfants ont du mal à comprendre pourquoi tout le monde étaient contre eux avec leurs yeux innocents, ce qui leur permet aussi par moment d’être très directs dans leurs propos ^^
Yaichi va se faire convoquer à l’école, ça gêne que Kana parle autant de son oncle, et j’ai beaucoup aimé ses réponses et comment il arrive à remettre les choses en place.

A la fin, nous avons un très joli petit mot de l’auteur, on voit aussi les recherches, et un petit mot pour les lecteurs 🙂

Bilan de la série :
Une très bonne série à lire et à relire
Un beau dessin (seinen) très agréable
Beaucoup d’émotions et de réflexion
Oser aborder la famille monoparentale ou du moins différente
Oser aborder l’homosexualité d’une manière innovante (plus que ce que j’ai pu voir dans les séries, films)
Des personnages attachants, gentils, qui participent
Les enfants qui offre des moments de belle réflexion avec leur innocence et leur franc parler
Yaichi qui se remet lui même en question
Mike le nounours canadien, un super gars, qu’on n’oubliera pas de sitôt
Avoir un peu d’anglais
Page couleur
Une édition plutôt bonne en général

See you again !

Manga Time : March comes in like a lion tome 4

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.4

Ce tome de March comes in like a lion nous permet de mieux découvrir Shimada, et le monde du shôgi.
Je suis toujours aussi partagée sur la soeur de Rei, car elle est nocive pour lui et lui fait mal, je comprends qu’il l’aime quand même et ne peut juste refuser de lui parler, sa compagnie.
C’est vraiment triste ces choix, sa réaction avec Rei, sa famille, comme quelqu’un le dit si bien on dirait vraiment une sorcière.
Rei rejoint un club d’études, comme toujours on en ressort des choses positives et négatives, le côté positif c’est de se confronter aux autres, élargir son opinion, sa vision, d’ailleurs ils en ont même des discussions enflammées. Mais c’est aussi difficile de faire face aux autres, faire entendre son opinion, voire être face à leur jugement.
Les filles remettent toujours de la bonne ambiance, et ça fait du bien, en tout cas elle aime leur famille et participe activement à son bien-être.
Shimada nous touche, il montre aussi la relativité des choses, combien on peut être bon à un endroit, mais plus commun à un autre. Il y a aussi quelque chose de vraiment dur dans les règles, c’est qu’ils peuvent être rétrogradé. Shimada fait face à ce monde avec beaucoup de courage, et le pauvre a pas mal de maux d’estomac.
On rencontre brièvement le Meijin, Soja, qui a l’air d’être un être à part, au-dessus, quand on le voit ainsi (mais peut-on juste dire ça ainsi ? et pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose de lui).
Dans ce tome, il y a également quelques planches sublimes graphiquement *o*.
Quant à Rei, il fait de son mieux pour concilier le shogi, ses études, et faire face aux autres et leur potentiel jugement. Heureusement que des gens le connaissent et le soutiennent. Nishida est quand à lui très positif et étonnant quand il parle de son futur.

C’est beau, c’est triste, il y a de la joie, de la peine, des doutes, des succès, des échecs, et rien n’est jamais si évident que cela.
Rei gagne bien sa vie, assure son indépendance. C’est une chose positive, mais il ne doit cesser de se battre.

 

Manga Time : Dans l’intimité de Marie – Point série

Dans l'intimité de Marie, tome 9 par Oshimi

Avec ce tome se termine cette histoire originale, atypique, intéressante, troublante. On en ressort comme si on se disait au revoir, une nouvelle vie commence avec le risque de moins voir les gens de son passé (fin du lycée pour les filles), mais on apprend de toutes nos expériences.

Comme il n’y avait pas eu de fiche sur la série, profitons en pour la mettre.

Résumé :
Quand Isao komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l’université, il s’imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac… Mais sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, le voilà déjà seul. Désabusé, il finit par vivre cloîtré chez lui. Son seul petit plaisir est d’aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s’y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d’habitude, il la suit jusqu’à chez elle, un curieux événement se produit : la lycéenne remarque sa présence et… Isao se réveille alors, un matin comme les autres, dans la peau de la jeune fille ?! Il devra désormais se faire passer pour Marie, la fille la plus populaire du lycée ! Un nouvel enfer quotidien commence pour le jeune homme, tandis qu’une énorme question subsiste : puisqu’il est entré dans le corps de Marie, où est passé l’esprit de la jeune fille ?

Fiche de la série

Terminer en 9 tomes, tous sont maintenant sortis et disponibles.

Point série : avis & impressions :

Le thème du changement de corps, même un changement de sexe en même temps est connu et intéressant. Mais encore jamais, vous n’aviez vu une série comme celle là.
Intéressante, troublante, déroutante, atypique, originale.
Mention spéciale aussi en particulier sur cette série où j’ai adoré le graphisme, les personnages si bien croqués, le décor, la vie tout simplement tellement bien croquée.
En parlant de vie, j’adore les instants de vie si joliment croqués.

Cette série peut être cru par moment, montré des détails. Il peut y avoir un côté pervers aussi. Mais en refermant ce dernier tome, et peu importe finalement la conclusion, j’ai l’impression qu’on a aussi un hymne à la vie. Continuer à avancer, éviter les pièges.

Le relation qui se développe entre Marie et Yori est belle et touchante, elles partagent des moments de complicité, d’amitié, s’aident à avancer, elle est aussi troublante par moment au vu de la situation étrange.

Isao Komori montre le piège à éviter. Il faut éviter de finir comme lui, être isolé, ne plus aller en cours, ne plus être motivé. Sinon c’est un peu comme la fin, et un cercle vicieux duquel il est dur de s’échapper.

En tout cas, c’est une expérience unique au monde ce manga XD.

Pour ma part, j’ai apprécié de le lire une fois.

Mention spéciale pour cette fin de série avec quelques bonus de fin, des mots de l’auteur et également d’autres auteurs.

Et voici des extraits pour montrer le sublime graphisme, et la jolie page couleur.

Manga Time : March comes like in a lion tome 3

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.3

Fiche du manga

Mon avis/mes impressions :

C’est une histoire qu’on retrouve toujours avec plaisir et plein d’émotions, de bonnes comme de mauvaises viennent nous visiter. Bref, elle prend aux tripes par moment, elle vous bouleverse. On rit, on pleure, on est en colère, on est joyeux, etc.
Ce tome nous questionne sur où on se sent vraiment bien, où est notre maison ? celle du coeur, celle où est au chaud, où on se sent bien, qu’on ne veut plus quitter, qui est si douillette.
Rei ne sent pas bien au chaud dans son appartement austère et froid, mais ailleurs il se sent bien, comme chez lui, et pourtant …
Rei fait le fier, il a ses idées, il a peur de déranger, il se met en danger, il est malade, heureusement on le secoue de partout.
Il faut également qu’il assure ses matchs de shogi et ses cours, c’est bien difficile d’assurer les deux, heureusement un des ses profs passionnés de shogi l’aide beaucoup (et nous fait beaucoup rire par la même occasion). C’est aussi difficile au niveau de ses absences.
Malgré son talent, il lui reste beaucoup à apprendre, il doit prendre sur lui, se relever, apprendre de ses erreurs, s’améliorer. Ce n’est pas toujours facile et on ne peut pas toujours gagner.
Il retrouve également Goto avec qui il a un passif, ce type est assez exécrable mais malheureusement également un bon joueur de shogi. Est-ce que Rei pourra un jour le défier ? sur ce terrain là plutôt ?
Rei va également se diriger vers une proposition, car parfois on a besoin des autres, même si l’idée germe vite dans la tête de son aîné, pour la donner, proposer ce n’est pas si facile. Rei devait déjà être prêt à l’accepter, d’abord lui laisser un peu de temps pour réfléchir, accepter.
Par moment des bribes de son passé lui revienne, avant il avait une famille à lui aimante.

Manga Time : Je voudrais être tuée par une lycéenne Tome 1

Manga - Je voudrais être tué par une lycéenne

Résumé :
Les enseignants ont tous une bonne raison d’avoir choisi ce métier: passion de la transmission, foi en la future génération, soif d’aider la jeunesse à se construire… ou désir incommensurable de se faire tuer par une élève !

Haruto Higashiyama n’est excité que par le risque de se faire tuer par une lycéenne. Cet autassassinophile est donc devenu professeur dans l’espoir de pouvoir être un jour mis à mort par une lycéenne. Il jette son dévolu sur une de ses élèves, rêvant d’être assassiné de ses douces mains de jeune fille. Il prépare alors son plan minutieusement, révélant petit à petit sa personnalité pour le moins grotesque…

Disponible en papier et numérique

Fiche du manga MN

L’auteur :
Je ne peux pas dire que l’histoire ou le titre donne envie. Mais l’auteur et les graphismes c’est une autre histoire.
Il a fait la petite musique de Marie <3; le cercle du suicide, Tokyo magnitude 8, Litchi hikari club, Genkaku Picasso, Je ne suis pas un homme …

Mon avis/mes impressions :
La série est en 2 tomes et tout à la fin, on nous dit que le tome 2 est pour octobre. Les graphismes claquent, avec des photos réalité par moment, de vraies photos je pense. Et l’histoire ?! L’histoire est prenante, intéressante, captivante, et nous permet de découvrir plein de personnages, leurs histoires, leurs choix, de mieux les comprendre.
Réservé à un public mûr, averti, à cause de certaines scènes plus explicites. Mais ça s’intègre bien.

On aurait de quoi avoir peur quand on nous dit que cet homme est devenu professeur pour cette raison. Pourtant il est bien sous tout rapport, au début il agit même bien pour sauver une pauvre demoiselle. Il a une vie, des études, eu des conquêtes féminines, mais alors pourquoi ? D’ailleurs, son envie est même très spécifique. Lui-même ne le sait pas vraiment et nous le fait découvrir.
Mais on ne retrouve pas seulement lui, mais aussi certains jeunes avec leurs soucis, leurs secrets, les raisons de leurs agissements. Et c’est vraiment intéressant, et plein de surprises. Ca nous ouvre d’autres points de vue, une meilleures compréhension. Tout le monde est loin d’être pareil, d’avoir les mêmes facilités, les mêmes envies …
Je vous laisse le plaisir de tout découvrir par vous même.
Une dernière surprise nous attend ensuite, un dernier personnage à retrouver !

Vous êtes mûrs, avertis, vous voulez savoir ce que ce professeur a fait comme étude ? ce qu’il prévoit ? découvrir ce que cache des jeunes gens ? une histoire captivante, intéressante, bien servie, avec de bons dessins. Venez donc découvrir cette histoire 😉

Manga Time : March comes like in a lion Tome 2

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.2

Mon avis / mes impressions :
Ca percute toujours autant.
On a ce réalisme cru, qui peut nous faire passer de la joie à le tristesse en un instant.
Il y a cette jeune femme, belle diablesse à la langue de vipère, qui fait parti de la vie de Rei. A vous de découvrir quel est son lien. Depuis la première fois que je l’ai rencontré, elle met mal à l’aise.
On découvre aussi comment Rei a vraiment repris le lycée après doute, comme il savait ce qu’il voulait professionnellement faire : joueur de shôgi professionnel, il n’en voyait point l’utilité. Qu’est ce qu’il l’a persuadé à revenir ? Comment ça se passe pour lui ?
Même si Rei est vraiment bon, comme tout professionnel quand il n’a pas de match officiel, il doit s ‘entraîner pour progresser, garder le niveau. Malgré tout, les échecs peuvent aussi arriver. Même lui, comme tout le monde peut perdre. Quand on est joueur professionnel, il faut apprendre à gérer ses émotions, à gérer les victoires, mais aussi les défaites. Il faut également apprendre de ses défaites, ne pas se reposer sur ses lauriers, sur ses acquis. Il faut donner le meilleur de soi-même pour ne rien regretter.
D’ailleurs, entre professionnel, même si ce n’est pas du même domaine, il semblerait qu’on se comprenne. J’ai adoré l’interaction riche qu’il a eu avec un personnage.
Le shôgi (comme un jeu d’échec japonais) concerne les 7 à 77 ans, comme on disait sur certains jeux de société, pour dire que cela concerne des gens de tout âge, c’est aussi une grande richesse !
On nous offre des pages d’explication de qualité, intéressantes pour en apprendre plus sur le shôgi et mieux l’appréhender. Je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre ni les échecs, et encore moins le shôgi, mais je peux quand même me délecter de l’histoire, sentir la tension, etc.
Une chose assez critique aussi : on peut passer un niveau, mais également régresser de niveau, en tant que joueur professionnel, c’est donc un métier rémunéré, ce qui veut dire qu’on peut stagner, avoir plus ou avoir moins !
Il semblerait qu’il n’ait pas tout dit aux filles. Une surprise de taille les attend
!
Le shôgi est aimé et apprécié par une bonne partie de la population japonaise, bien sûr tout le monde ne passe pas professionnel. Mais quand Hina demande à apprendre, c’est un beau et touchant moment. Je vous laisse découvrir pourquoi, comment, qui participe.
Nikaido est certes riche, mais encore une fois il m’a impressionné et touché, on découvre un talent caché. Il met beaucoup d’effort dans ce qu’il fait et ne laisse pas tomber Rei !
Les 3 soeurs nous offrent de nouveaux moments, instants de vie beaux, touchants, qui font du bien au coeur.
En match, on se retrouve également face aux gens. Il faudrait également réussir à ne pas être déstabilisé
. Rei va livrer un match contre un senior, aussi touché par cette personne tenace qui fait du shôgi depuis 40 ans, que troublé, également par la situation (à découvrir lors de la lecture XD). Comment cela va se passer entre eux ? Que va faire le senior ?

Le tome 3 est prévu pour le 21 avril.

Manga Time : March comes in like a lion Tome 1

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.1

Résumé :
Rei, 17 ans, est un joueur professionnel de Shogi (jeu d’échec version japonaise). Mais Rei est aussi un adolescent meurtri par la mort de ses parents et de sa petite soeur. Alors qu’il vit une vie de solitaire, il fait la rencontre de trois soeurs qui vont lui redonner le goût à la vie. A leur contact il va petit à petit ouvrir les yeux sur lui-même et sur les personnes qu’il rencontre sur son chemin. Il s’ouvre au monde mais découvre aussi la difficulté du chemin qu’il a choisi de suivre.

Disponible en numérique

Mon avis/mes impressions :
Le trait de crayon est agréable et percute par moment.
L’histoire est bien plus profonde qu’il n’y paraît au premier abord, prenante, intéressante. On aborde pas mal de sujets et de problèmes.
Quand on commence le manga, on a un peu l’impression de commencer en plein dedans, et petit à petit on va tout retracer.
On passe de la joie à la tristesse.

Le manga n’est pas réservé non plus qu’à des amateurs de shôgi, il y a beaucoup de choses autour et aussi une raison d’être aussi à fond là dedans.

Les 3 soeurs sont l’élément fraîcheur de l’histoire, celles qui nous permettent de sourire, de vivre, de retrouver goût à la vie. Et pourtant, elles n’ont pas une histoire si facile que cela. On sait au courant de ce premier tome comment Rei Kiriyama a fait leur connaissance, on apprend aussi le surprenant « métier » d’Akari.

Akari et Rei doivent « survivre », trouver de l’argent !

Ce manga a un côté mature, réaliste, percutant !

Lors de sa jeunesse Rei a vécu une tragédie. Alors qu’il était grandement menacé, il s’est raccroché à un dernier espoir. Alors qu’à partir de ce jour, la vie aurait pu lui sourire, des ombres terrifiantes planaient. Cet homme gentil, bon lors de la première rencontre que j’ai eu avec lui est à fond dans le shôgi et a déjà 2 enfants.

Rei a grandement souffert de la perte de toute sa famille, et de l’évolution de la situation. Comment se faire une place ? Il a concentré tous ces efforts dans le shôgi quitte à y perdre quelque chose, une partie de sa vie, de son enfance, pour toujours être considéré et aussi devenir joueur professionnel au plus vite pour pouvoir être indépendant.

Des situations à vif, qui écorchent à vif.

Sa rencontre avec les soeurs va mettre du soleil dans sa vie.

On fait également déjà la connaissance dans ce 1er tome, d’un jeune adversaire qui s’impose. Malgré sa richesse, tout n’a pas été facile pour lui non plus, et pas seulement car il continue de perdre contre Rei. On peut en tout cas admirer sa persévérance.

Rei, comme le shôgi et les rencontres lui prennent beaucoup de temps se retrouve également avec beaucoup de retard, d’absence en cours. Au départ, il avait aussi décidé de ne pas aller au lycée.
On fait la connaissance d’un professeur qui s’intéresse au shôgi, il fait attention à Rei, l’encourage, l’aide dans la mesure de ses moyens, il est aussi assez drôle.

Un premier tome déjà bien riche 🙂
et l’éditeur nous a déjà sorti le tome 2
Il y a également une recette de cuisine offerte par l’éditeur pour chaque tome, le 1er premier tome est au prix spécial de lancement pratiqué sur tous leurs premiers tomes en ce moment.
Je suis un peu triste qu’on ait pas une pensée pour les gens qui prennent en numérique.
En tout cas, la lecture est très agréable ❤

On a également l’anime qui est en cours de diffusion en France actuellement 🙂

Manga Time : Bienvenue chez Protect Tome 1

Manga - Bienvenue chez Protect

Résumé :

Pour son apprentissage professionnel, la jeune Nanami doit réaliser un stage en entreprise. C’est au sein de la société Protect qu’elle va avoir la chance de pouvoir s’immerger dans le monde du travail… Cette boîte de consulting en médias numériques est dirigée par un véritable génie de l’informatique : un certain Jingorô Yamada ! Consultant aussi extravagant que visionnaire, il va ouvrir la lycéenne à de nouveaux horizons… Et sa première mission sera de remettre sur les rails un mangaka dont la carrière est au point mort. Et si le numérique était la clé pour créer de nouveaux business models dans le monde de la culture et du droit d’auteur ?

Mon avis/mes impressions :
L’édition est soignée : papier agréable, pages couleurs, mêmes quelques pages glacées noires et blanches.
Le sujet est très intéressant et plein de pistes nous sont offertes.
Par contre, je trouve le graphisme affreux. Cela n’engage que moi.
Les interactions entre la jeune fille et le génie sont très intéressantes aussi.

La série fait 3 tomes. Et 2 tomes sont sortis.

Elle est complètement dans l’air du temps. On parle de l’avenir du manga, des éditeurs, de comment survivre. On parle d’auto entrepreuneriat, de pourquoi les choses vont mal, et de la possibilité du numérique.
On a un génie au comportement fou, avec une mémoire aussi géniale que terrifiante. Une jeune étudiante brillante et volontaire. Une secrétaire efficace.
Et dans ce 1er tome, on s’occupe d’un mangaka à la dérive.
Il faut s’adapter, internet a changé la donne, de nouveaux modèles économiques ? Il faut arriver à être rentable …
Bref, niveau sujet et piste, je ne peux que vous encourager à le lire.

Il montre par exemple aussi comment on numérise, un petit peu le processus.

Akata a pris un pari risqué et intéressant. Bravo à eux pour cette histoire très intéressante et d’actualité. Ce manga vaut donc surtout pour son sujet !

Réflexion générale en passant sur le numérique :

Il faut dire qu’ils donnent plus l’impression de vouloir faire péricliter le numérique, l’achever dans l’œuf.
Des prix pas franchement intéressant qui restent très élevés
Ceux qui commencent et arrêtent en cours de route cf Pika sur certaines séries.
Ceux qui ne le proposent même pas
Et aucun abonnement possible, alors que pour la BD il y a (pas toutes. Vous vous doutez que quand c’est sorti récemment …)
Un décalage énorme entre la sortie papier et numérique chez d’autres
Des pages couleurs qui ont disparu voire d’autres informations
Un énorme manque d’informations et de communication en général !!!
Oui, il y a aussi eu des sorties en avance en numérique, des sorties en même temps …
Mais disons qu’il y a encore beaucoup de travail !

 

Manga Time : Le mari de mon frère Tome 1 <3 <3 <3

Fiche de la série sur MN

Résumé :
Yaichi élève seul sa fille. Mais un jour, son quotidien va être perturbé… Perturbé par l’arrivée de Mike Flanagan dans sa vie. Ce Canadien n’est autre que le mari de son frère jumeau… Suite au décès de ce dernier, Mike est venu au Japon, pour réaliser un voyage identitaire dans la patrie de l’homme qu’il aimait. Yaichi n’a pas alors d’autre choix que d’accueillir chez lui ce beau-frère homosexuel, vis-à-vis de qui il ne sait pas comment il doit se comporter. Mais ne dit-on pas que la vérité sort de la bouche des enfants ? Peut-être que Kana, avec son regard de petite fille, saura lui donner les bonnes réponses…

Mon avis/mes impressions :
Cette lecture était excellente, intéressante, enrichissante, touchante !
On aborde plein de thèmes l’air de rien.
Le questionnement de Yaichi est bien fait, et Kana pose les questions très directement.
L’édition est soignée et très agréable, enrichie de quelques pages couleurs pour notre plus grand plaisir *o*
En plus, Mike nous initie, nous raconte des choses à savoir sur les homosexuels.

C’est quand même pas tous les jours qu’on est aussi conquis, mais je suppose que selon les mots que j’emploie, mon « intonation » vous le voyez aisément ?!

La première fois où j’ai lu le titre : le mari de mon frère…au bout de quelques secondes, mais attends y aurait pas quelque qui cloche là ?
Puis, quand on me parle d’homosexuel, je pense toujours à ça, la chanson qui vous touche en plein coeur : ici
Mais même si ça paraît contre nature sur le coup, je pense que ce qui m’a encore le plus choqué c’était la réaction de certains humains : allez un petit coup de lobotomie, etc. Bref, toute une réflexion …

Effectivement, comme l’ont dit d’autres personnes, c’est rare de voir un homme comme Mike, homosexuel. Cela fait quelques années maintenant qu’on en prend plus compte dans les médias, séries, films … Mais la plupart du temps, je vois un gars efféminé, où on a surtout l’impression qu’en fait il est né dans la mauvaise peau. La plupart du temps c’est comme si l’un jouait le rôle du mari et l’autre celui de la femme, mais là c’est abordé totalement différemment !

Yaichi n’est pas méchant, mais il se pose des questions, et là c’est bien naturel. Et du coup, il ne sait pas comment réagir, réagit de travers, ce que sa jeune fille dynamique Kana lui fait prendre conscience. De plus, il est également confronté à un choc culturel, vu que Mike vient d’Amérique, et plus précisément du Canada.
La vie se déroule simplement, Yaichi tente de faire connaissance avec Mike, et ensemble ils peuvent se remémorer le passé, son frère décédé.

On nous laissait présager quelque chose qui fait mal au coeur, Mike a dû le penser aussi, alors autant dire que la dernière scène surprend ! Après, on nous avait jamais dit le contraire. Mais alors, pourquoi ?
J’ai hâte de poursuivre la vie avec eux et d’apprendre de nouvelles choses.

Pistes de réflexion :

Yaichi a peur que Mike lui saute dessus, après dans son cas, c’est encore plus normal.
Mais quand même, si on laisse une homme et une femme héréto dans la même pièce, ils ne vont quand même pas se sauter dessus ?!! :p

Kana ne comprend pas pourquoi on pourrait se marier entre hommes à certains endroits/pays et pas à d’autres. Pourquoi font-ils cela ? Mais alors, ils s’aiment ?

etc.

Je ne peux que vous encourager tous à vite venir découvrir cette histoire !

Au fait, savez ce qu’est la triangle rose renversé que porte Mike ? Vous le saurez en lisant votre tome sinon, il faut croire que cette période de l’histoire n’en a toujours pas fini de glacer mon sang.

chas17961pmge90331kzqe12261