Manga Time : March comes in like a lion tome 4

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.4

Ce tome de March comes in like a lion nous permet de mieux découvrir Shimada, et le monde du shôgi.
Je suis toujours aussi partagée sur la soeur de Rei, car elle est nocive pour lui et lui fait mal, je comprends qu’il l’aime quand même et ne peut juste refuser de lui parler, sa compagnie.
C’est vraiment triste ces choix, sa réaction avec Rei, sa famille, comme quelqu’un le dit si bien on dirait vraiment une sorcière.
Rei rejoint un club d’études, comme toujours on en ressort des choses positives et négatives, le côté positif c’est de se confronter aux autres, élargir son opinion, sa vision, d’ailleurs ils en ont même des discussions enflammées. Mais c’est aussi difficile de faire face aux autres, faire entendre son opinion, voire être face à leur jugement.
Les filles remettent toujours de la bonne ambiance, et ça fait du bien, en tout cas elle aime leur famille et participe activement à son bien-être.
Shimada nous touche, il montre aussi la relativité des choses, combien on peut être bon à un endroit, mais plus commun à un autre. Il y a aussi quelque chose de vraiment dur dans les règles, c’est qu’ils peuvent être rétrogradé. Shimada fait face à ce monde avec beaucoup de courage, et le pauvre a pas mal de maux d’estomac.
On rencontre brièvement le Meijin, Soja, qui a l’air d’être un être à part, au-dessus, quand on le voit ainsi (mais peut-on juste dire ça ainsi ? et pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose de lui).
Dans ce tome, il y a également quelques planches sublimes graphiquement *o*.
Quant à Rei, il fait de son mieux pour concilier le shogi, ses études, et faire face aux autres et leur potentiel jugement. Heureusement que des gens le connaissent et le soutiennent. Nishida est quand à lui très positif et étonnant quand il parle de son futur.

C’est beau, c’est triste, il y a de la joie, de la peine, des doutes, des succès, des échecs, et rien n’est jamais si évident que cela.
Rei gagne bien sa vie, assure son indépendance. C’est une chose positive, mais il ne doit cesser de se battre.

 

Publicités

Manga Time : Dans l’intimité de Marie – Point série

Dans l'intimité de Marie, tome 9 par Oshimi

Avec ce tome se termine cette histoire originale, atypique, intéressante, troublante. On en ressort comme si on se disait au revoir, une nouvelle vie commence avec le risque de moins voir les gens de son passé (fin du lycée pour les filles), mais on apprend de toutes nos expériences.

Comme il n’y avait pas eu de fiche sur la série, profitons en pour la mettre.

Résumé :
Quand Isao komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l’université, il s’imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac… Mais sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, le voilà déjà seul. Désabusé, il finit par vivre cloîtré chez lui. Son seul petit plaisir est d’aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s’y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d’habitude, il la suit jusqu’à chez elle, un curieux événement se produit : la lycéenne remarque sa présence et… Isao se réveille alors, un matin comme les autres, dans la peau de la jeune fille ?! Il devra désormais se faire passer pour Marie, la fille la plus populaire du lycée ! Un nouvel enfer quotidien commence pour le jeune homme, tandis qu’une énorme question subsiste : puisqu’il est entré dans le corps de Marie, où est passé l’esprit de la jeune fille ?

Fiche de la série

Terminer en 9 tomes, tous sont maintenant sortis et disponibles.

Point série : avis & impressions :

Le thème du changement de corps, même un changement de sexe en même temps est connu et intéressant. Mais encore jamais, vous n’aviez vu une série comme celle là.
Intéressante, troublante, déroutante, atypique, originale.
Mention spéciale aussi en particulier sur cette série où j’ai adoré le graphisme, les personnages si bien croqués, le décor, la vie tout simplement tellement bien croquée.
En parlant de vie, j’adore les instants de vie si joliment croqués.

Cette série peut être cru par moment, montré des détails. Il peut y avoir un côté pervers aussi. Mais en refermant ce dernier tome, et peu importe finalement la conclusion, j’ai l’impression qu’on a aussi un hymne à la vie. Continuer à avancer, éviter les pièges.

Le relation qui se développe entre Marie et Yori est belle et touchante, elles partagent des moments de complicité, d’amitié, s’aident à avancer, elle est aussi troublante par moment au vu de la situation étrange.

Isao Komori montre le piège à éviter. Il faut éviter de finir comme lui, être isolé, ne plus aller en cours, ne plus être motivé. Sinon c’est un peu comme la fin, et un cercle vicieux duquel il est dur de s’échapper.

En tout cas, c’est une expérience unique au monde ce manga XD.

Pour ma part, j’ai apprécié de le lire une fois.

Mention spéciale pour cette fin de série avec quelques bonus de fin, des mots de l’auteur et également d’autres auteurs.

Et voici des extraits pour montrer le sublime graphisme, et la jolie page couleur.

Manga Time : March comes like in a lion tome 3

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.3

Fiche du manga

Mon avis/mes impressions :

C’est une histoire qu’on retrouve toujours avec plaisir et plein d’émotions, de bonnes comme de mauvaises viennent nous visiter. Bref, elle prend aux tripes par moment, elle vous bouleverse. On rit, on pleure, on est en colère, on est joyeux, etc.
Ce tome nous questionne sur où on se sent vraiment bien, où est notre maison ? celle du coeur, celle où est au chaud, où on se sent bien, qu’on ne veut plus quitter, qui est si douillette.
Rei ne sent pas bien au chaud dans son appartement austère et froid, mais ailleurs il se sent bien, comme chez lui, et pourtant …
Rei fait le fier, il a ses idées, il a peur de déranger, il se met en danger, il est malade, heureusement on le secoue de partout.
Il faut également qu’il assure ses matchs de shogi et ses cours, c’est bien difficile d’assurer les deux, heureusement un des ses profs passionnés de shogi l’aide beaucoup (et nous fait beaucoup rire par la même occasion). C’est aussi difficile au niveau de ses absences.
Malgré son talent, il lui reste beaucoup à apprendre, il doit prendre sur lui, se relever, apprendre de ses erreurs, s’améliorer. Ce n’est pas toujours facile et on ne peut pas toujours gagner.
Il retrouve également Goto avec qui il a un passif, ce type est assez exécrable mais malheureusement également un bon joueur de shogi. Est-ce que Rei pourra un jour le défier ? sur ce terrain là plutôt ?
Rei va également se diriger vers une proposition, car parfois on a besoin des autres, même si l’idée germe vite dans la tête de son aîné, pour la donner, proposer ce n’est pas si facile. Rei devait déjà être prêt à l’accepter, d’abord lui laisser un peu de temps pour réfléchir, accepter.
Par moment des bribes de son passé lui revienne, avant il avait une famille à lui aimante.

Manga Time : Je voudrais être tuée par une lycéenne Tome 1

Manga - Je voudrais être tué par une lycéenne

Résumé :
Les enseignants ont tous une bonne raison d’avoir choisi ce métier: passion de la transmission, foi en la future génération, soif d’aider la jeunesse à se construire… ou désir incommensurable de se faire tuer par une élève !

Haruto Higashiyama n’est excité que par le risque de se faire tuer par une lycéenne. Cet autassassinophile est donc devenu professeur dans l’espoir de pouvoir être un jour mis à mort par une lycéenne. Il jette son dévolu sur une de ses élèves, rêvant d’être assassiné de ses douces mains de jeune fille. Il prépare alors son plan minutieusement, révélant petit à petit sa personnalité pour le moins grotesque…

Disponible en papier et numérique

Fiche du manga MN

L’auteur :
Je ne peux pas dire que l’histoire ou le titre donne envie. Mais l’auteur et les graphismes c’est une autre histoire.
Il a fait la petite musique de Marie <3; le cercle du suicide, Tokyo magnitude 8, Litchi hikari club, Genkaku Picasso, Je ne suis pas un homme …

Mon avis/mes impressions :
La série est en 2 tomes et tout à la fin, on nous dit que le tome 2 est pour octobre. Les graphismes claquent, avec des photos réalité par moment, de vraies photos je pense. Et l’histoire ?! L’histoire est prenante, intéressante, captivante, et nous permet de découvrir plein de personnages, leurs histoires, leurs choix, de mieux les comprendre.
Réservé à un public mûr, averti, à cause de certaines scènes plus explicites. Mais ça s’intègre bien.

On aurait de quoi avoir peur quand on nous dit que cet homme est devenu professeur pour cette raison. Pourtant il est bien sous tout rapport, au début il agit même bien pour sauver une pauvre demoiselle. Il a une vie, des études, eu des conquêtes féminines, mais alors pourquoi ? D’ailleurs, son envie est même très spécifique. Lui-même ne le sait pas vraiment et nous le fait découvrir.
Mais on ne retrouve pas seulement lui, mais aussi certains jeunes avec leurs soucis, leurs secrets, les raisons de leurs agissements. Et c’est vraiment intéressant, et plein de surprises. Ca nous ouvre d’autres points de vue, une meilleures compréhension. Tout le monde est loin d’être pareil, d’avoir les mêmes facilités, les mêmes envies …
Je vous laisse le plaisir de tout découvrir par vous même.
Une dernière surprise nous attend ensuite, un dernier personnage à retrouver !

Vous êtes mûrs, avertis, vous voulez savoir ce que ce professeur a fait comme étude ? ce qu’il prévoit ? découvrir ce que cache des jeunes gens ? une histoire captivante, intéressante, bien servie, avec de bons dessins. Venez donc découvrir cette histoire 😉

Manga Time : March comes like in a lion Tome 2

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.2

Mon avis / mes impressions :
Ca percute toujours autant.
On a ce réalisme cru, qui peut nous faire passer de la joie à le tristesse en un instant.
Il y a cette jeune femme, belle diablesse à la langue de vipère, qui fait parti de la vie de Rei. A vous de découvrir quel est son lien. Depuis la première fois que je l’ai rencontré, elle met mal à l’aise.
On découvre aussi comment Rei a vraiment repris le lycée après doute, comme il savait ce qu’il voulait professionnellement faire : joueur de shôgi professionnel, il n’en voyait point l’utilité. Qu’est ce qu’il l’a persuadé à revenir ? Comment ça se passe pour lui ?
Même si Rei est vraiment bon, comme tout professionnel quand il n’a pas de match officiel, il doit s ‘entraîner pour progresser, garder le niveau. Malgré tout, les échecs peuvent aussi arriver. Même lui, comme tout le monde peut perdre. Quand on est joueur professionnel, il faut apprendre à gérer ses émotions, à gérer les victoires, mais aussi les défaites. Il faut également apprendre de ses défaites, ne pas se reposer sur ses lauriers, sur ses acquis. Il faut donner le meilleur de soi-même pour ne rien regretter.
D’ailleurs, entre professionnel, même si ce n’est pas du même domaine, il semblerait qu’on se comprenne. J’ai adoré l’interaction riche qu’il a eu avec un personnage.
Le shôgi (comme un jeu d’échec japonais) concerne les 7 à 77 ans, comme on disait sur certains jeux de société, pour dire que cela concerne des gens de tout âge, c’est aussi une grande richesse !
On nous offre des pages d’explication de qualité, intéressantes pour en apprendre plus sur le shôgi et mieux l’appréhender. Je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre ni les échecs, et encore moins le shôgi, mais je peux quand même me délecter de l’histoire, sentir la tension, etc.
Une chose assez critique aussi : on peut passer un niveau, mais également régresser de niveau, en tant que joueur professionnel, c’est donc un métier rémunéré, ce qui veut dire qu’on peut stagner, avoir plus ou avoir moins !
Il semblerait qu’il n’ait pas tout dit aux filles. Une surprise de taille les attend
!
Le shôgi est aimé et apprécié par une bonne partie de la population japonaise, bien sûr tout le monde ne passe pas professionnel. Mais quand Hina demande à apprendre, c’est un beau et touchant moment. Je vous laisse découvrir pourquoi, comment, qui participe.
Nikaido est certes riche, mais encore une fois il m’a impressionné et touché, on découvre un talent caché. Il met beaucoup d’effort dans ce qu’il fait et ne laisse pas tomber Rei !
Les 3 soeurs nous offrent de nouveaux moments, instants de vie beaux, touchants, qui font du bien au coeur.
En match, on se retrouve également face aux gens. Il faudrait également réussir à ne pas être déstabilisé
. Rei va livrer un match contre un senior, aussi touché par cette personne tenace qui fait du shôgi depuis 40 ans, que troublé, également par la situation (à découvrir lors de la lecture XD). Comment cela va se passer entre eux ? Que va faire le senior ?

Le tome 3 est prévu pour le 21 avril.

Manga Time : March comes in like a lion Tome 1

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.1

Résumé :
Rei, 17 ans, est un joueur professionnel de Shogi (jeu d’échec version japonaise). Mais Rei est aussi un adolescent meurtri par la mort de ses parents et de sa petite soeur. Alors qu’il vit une vie de solitaire, il fait la rencontre de trois soeurs qui vont lui redonner le goût à la vie. A leur contact il va petit à petit ouvrir les yeux sur lui-même et sur les personnes qu’il rencontre sur son chemin. Il s’ouvre au monde mais découvre aussi la difficulté du chemin qu’il a choisi de suivre.

Disponible en numérique

Mon avis/mes impressions :
Le trait de crayon est agréable et percute par moment.
L’histoire est bien plus profonde qu’il n’y paraît au premier abord, prenante, intéressante. On aborde pas mal de sujets et de problèmes.
Quand on commence le manga, on a un peu l’impression de commencer en plein dedans, et petit à petit on va tout retracer.
On passe de la joie à la tristesse.

Le manga n’est pas réservé non plus qu’à des amateurs de shôgi, il y a beaucoup de choses autour et aussi une raison d’être aussi à fond là dedans.

Les 3 soeurs sont l’élément fraîcheur de l’histoire, celles qui nous permettent de sourire, de vivre, de retrouver goût à la vie. Et pourtant, elles n’ont pas une histoire si facile que cela. On sait au courant de ce premier tome comment Rei Kiriyama a fait leur connaissance, on apprend aussi le surprenant « métier » d’Akari.

Akari et Rei doivent « survivre », trouver de l’argent !

Ce manga a un côté mature, réaliste, percutant !

Lors de sa jeunesse Rei a vécu une tragédie. Alors qu’il était grandement menacé, il s’est raccroché à un dernier espoir. Alors qu’à partir de ce jour, la vie aurait pu lui sourire, des ombres terrifiantes planaient. Cet homme gentil, bon lors de la première rencontre que j’ai eu avec lui est à fond dans le shôgi et a déjà 2 enfants.

Rei a grandement souffert de la perte de toute sa famille, et de l’évolution de la situation. Comment se faire une place ? Il a concentré tous ces efforts dans le shôgi quitte à y perdre quelque chose, une partie de sa vie, de son enfance, pour toujours être considéré et aussi devenir joueur professionnel au plus vite pour pouvoir être indépendant.

Des situations à vif, qui écorchent à vif.

Sa rencontre avec les soeurs va mettre du soleil dans sa vie.

On fait également déjà la connaissance dans ce 1er tome, d’un jeune adversaire qui s’impose. Malgré sa richesse, tout n’a pas été facile pour lui non plus, et pas seulement car il continue de perdre contre Rei. On peut en tout cas admirer sa persévérance.

Rei, comme le shôgi et les rencontres lui prennent beaucoup de temps se retrouve également avec beaucoup de retard, d’absence en cours. Au départ, il avait aussi décidé de ne pas aller au lycée.
On fait la connaissance d’un professeur qui s’intéresse au shôgi, il fait attention à Rei, l’encourage, l’aide dans la mesure de ses moyens, il est aussi assez drôle.

Un premier tome déjà bien riche 🙂
et l’éditeur nous a déjà sorti le tome 2
Il y a également une recette de cuisine offerte par l’éditeur pour chaque tome, le 1er premier tome est au prix spécial de lancement pratiqué sur tous leurs premiers tomes en ce moment.
Je suis un peu triste qu’on ait pas une pensée pour les gens qui prennent en numérique.
En tout cas, la lecture est très agréable ❤

On a également l’anime qui est en cours de diffusion en France actuellement 🙂

Manga Time : Bienvenue chez Protect Tome 1

Manga - Bienvenue chez Protect

Résumé :

Pour son apprentissage professionnel, la jeune Nanami doit réaliser un stage en entreprise. C’est au sein de la société Protect qu’elle va avoir la chance de pouvoir s’immerger dans le monde du travail… Cette boîte de consulting en médias numériques est dirigée par un véritable génie de l’informatique : un certain Jingorô Yamada ! Consultant aussi extravagant que visionnaire, il va ouvrir la lycéenne à de nouveaux horizons… Et sa première mission sera de remettre sur les rails un mangaka dont la carrière est au point mort. Et si le numérique était la clé pour créer de nouveaux business models dans le monde de la culture et du droit d’auteur ?

Mon avis/mes impressions :
L’édition est soignée : papier agréable, pages couleurs, mêmes quelques pages glacées noires et blanches.
Le sujet est très intéressant et plein de pistes nous sont offertes.
Par contre, je trouve le graphisme affreux. Cela n’engage que moi.
Les interactions entre la jeune fille et le génie sont très intéressantes aussi.

La série fait 3 tomes. Et 2 tomes sont sortis.

Elle est complètement dans l’air du temps. On parle de l’avenir du manga, des éditeurs, de comment survivre. On parle d’auto entrepreuneriat, de pourquoi les choses vont mal, et de la possibilité du numérique.
On a un génie au comportement fou, avec une mémoire aussi géniale que terrifiante. Une jeune étudiante brillante et volontaire. Une secrétaire efficace.
Et dans ce 1er tome, on s’occupe d’un mangaka à la dérive.
Il faut s’adapter, internet a changé la donne, de nouveaux modèles économiques ? Il faut arriver à être rentable …
Bref, niveau sujet et piste, je ne peux que vous encourager à le lire.

Il montre par exemple aussi comment on numérise, un petit peu le processus.

Akata a pris un pari risqué et intéressant. Bravo à eux pour cette histoire très intéressante et d’actualité. Ce manga vaut donc surtout pour son sujet !

Réflexion générale en passant sur le numérique :

Il faut dire qu’ils donnent plus l’impression de vouloir faire péricliter le numérique, l’achever dans l’œuf.
Des prix pas franchement intéressant qui restent très élevés
Ceux qui commencent et arrêtent en cours de route cf Pika sur certaines séries.
Ceux qui ne le proposent même pas
Et aucun abonnement possible, alors que pour la BD il y a (pas toutes. Vous vous doutez que quand c’est sorti récemment …)
Un décalage énorme entre la sortie papier et numérique chez d’autres
Des pages couleurs qui ont disparu voire d’autres informations
Un énorme manque d’informations et de communication en général !!!
Oui, il y a aussi eu des sorties en avance en numérique, des sorties en même temps …
Mais disons qu’il y a encore beaucoup de travail !

 

Lecture Time : Au gré du vent

au-gre-du-vent-pika-graphic_m

Résumé :
Pourquoi l’indice de bonheur des Népalais est-il si élevé malgré leur pauvreté ? C’est ce que la jeune Yumeng part découvrir afin d’écrire un article à la demande de sa rédactrice en chef. Durant le voyage, elle rencontre Wang, un gosse de riche qui vient de rater son mariage, et Li «Sang Chaud», jeune fille spontanée que son copain vient de quitter. Avec les autres voyageurs du groupe, ils vont tenter de trouver un sens à leur vie tout au long de cette aventure jalonnée de moments d’amitié, de bagarres, de retrouvailles et de révélation !

Fiche manga MN

Disponible en numérique.
One-shot : vous avez l’histoire de l’auteur en entier avec ce livre.

Sur la couverture, on voit la jeune fille avec son écharpe, le vent a l’air de l’emporter, ainsi que des cheveux. Un autre jeune homme, et une fille (oui c’est une fille) en arrière et un paysage.

Mon avis/mes impressions :
Au gré du vent passe la vie, les saisons, le temps. Le titre prendra aussi vers la fin un sens plus littéral.
Une chronique sociale douce amère, avec des couleurs chatoyantes, un voyage original qui permet de nouvelles rencontres, s’ouvrir à une autre culture, découvrir d’autres choses.
Une opposition entre la ville excitée, folle, toujours en mouvement et un endroit plus calme.
Une belle lecture qui peut vous faire réfléchir, ou simplement vous évader, sans rien de révolutionnaire non plus.
J’ai beaucoup aimé le graphisme, et découvrir plein de paysages le tout en couleur.

On a une jeune femme, chroniqueuse dans un journal dans la grande ville de Pékin, toujours en mouvement, éclairée la nuit. Elle était censée partir en Toscane faire un sujet, mais finalement elle est envoyée au Népal, et s’y rend plutôt à contre coeur.
Un jeune homme qui se dispute avec son père.
D’autres gens à l’aéroport.
On rencontre pas mal de gens, des gens qui ne se seraient sans doute pas adressés la parole sans ce voyage, d’âges, de niveau social différent, avec chacun son bagage, son histoire personnelle, sa raison de faire un voyage au Népal.
La jeune femme est touchante, notre chroniqueuse, elle fait bien écho à la jeunesse désabusée, et aux problèmes rencontrés comme le logement…
Ils tentent d’apprendre à se connaître, de s’ouvrir à la culture mais ce n’est pas toujours facile, et là aussi un mot mal placé devant les locaux peut poser problème, de faire avec ce qu’ils ont (il peut y avoir des surprises), de profiter de ce que le Népal a à leur offrir, de se confronter, se disputer, réfléchir à soi même et à sa vie.

Autant qu’elle doit rendre son article à temps, qu’elle devrait tenter de faire la part des choses voir le positif, le négatif, être professionnel dans son article me paraît normal, dit comme ça cela serait normal, mais la rédactrice qui lui dit vends du rêve, donne envie d’aller là bas, alors quitte à mentir ? inventer ? et si ce n’est pas à temps quelqu’un d’autre qui n’y est jamais allé va pondre un article, là ça ne pousse pas à faire confiance au journalisme et à ce qu’on lit.

Comme partout il y a du positif et du négatif, pour un voyage, faire une pause, si on est ouvert à d’autres cultures ça le fait d’être au Népal, on se ressource, on fait des choses que dans notre grande ville que ce soit Pékin ou ailleurs on ne pourrait faire : voyager sur le dos d’un éléphant, se faire doucher par l’éléphant …
Mais économiquement ce n’est pas tout rose, le travail il n’y en a pas tant que cela (c’est expliqué)…

Pour finir, on a le droit à quelques croquis se préparation.

En tout cas, l’auteur a su croquer une tranche de vie sociale douce amère et nous dépayser.

Un échantillon de ce superbe graphisme ❤

 

Lecture Time : Les misérables Tomes 1 à 3

Suite à ma lecture du tome 3, j’en profite pour en parler ici aussi, grâce à mon groupe, je vais pouvoir récupérer les avis sur les 2 1ers aussi 🙂

Fiche manga

Disponible en numérique

MN

—–
RÉSUMÉ

Jean Valjean soutient depuis toujours sa soeur et ses 7 enfants. Il essaie de gagner de l’argent et de les nourrir comme il peut en élaguant des arbres. Mais l’hiver arrivé, il n’a plus de travail. Après avoir vendu le pistolet de son défunt père, il ne peut même plus braconner et se trouve obligé de voler du pain pour les empêcher de mourir de faim.
Malheureusement, il se fait arrêter. Sorti de prison après 19 ans d’incarcération, c’est un homme changé, un rebut de la société qui n’a plus foi en rien. Après s’être fait rejeter de toutes les auberges et tous les villages sur son passage, il trouve refuge chez l’évêque Bienvenu, un homme d’église au cœur bon, qui ne vit que pour aider son prochain… Commence alors pour Jean Valjean, l’ancien forçat, une nouvelle vie.

LES POINTS FORTS DE LA SÉRIE:

La série reprend très fidèlement l’histoire du roman mais offre un support original et des illustrations remarquables. Idéale pour les curieux, les passionnés de l’œuvre…

Entre expériences amoureuses, aventure et conflits d’époque… ce classique littéraire ne vous aura jamais paru aussi moderne qu’en manga !

———–

Tome 1

C’est un classique, une histoire connue mais qui mérite de l’être
C’est un long roman en plusieurs tomes que j’ai lu une fois, il y a fort longtemps
Mes derniers souvenirs sont aussi un film comédie musicale
et un anime avec des sorties disparates, lentes que je n’ai jamais réussi à finir du coup

Le manga en lui même était super; j’ai été très agréablement surprise
J’y retrouve des éléments connus et révoltants : cette disparité énorme entre riche et pauvre, se faire arrêter pour ça (un vol de pain et même pas que pour lui) et surtout autant de temps.
En plus, il n’est pas fainéant du tout, essaye de trouver du travail, a beaucoup de gens à nourrir, et les petits ne sont pas fort raisonnables.
Après en exacerbant ses sentiments, il se fait d’autant plus avoir, à avoir plein de prolongations de peine.
Et pour achever le tout une fois sorti marqué ainsi, quelle chance de refaire sa vie ? avoir un travail ?
Vous « naissez du mauvais côté de la barrière », toujours plus dur.
Le graphisme est très agréable, beau, nous fait bien ressentir le lot d’émotions.
Dans ce 1er tome, on est témoin de la déchéance de Jean Valjean, de la haine qui naît en lui, comme quelqu’un peut changer les choses alors que d’autres enfoncent (expliquer moi l’utilité d’enfoncer les gens ainsi ?)
On a le droit à quelques belles pages couleurs *o*
Et il y a une superbe analogie faite avec les animaux.

Très belle découverte, fortement recommandé
Oui, classique, oui on suit ce que beaucoup connaissent déjà
mais je le conseille

et si ça peut permettre aux jeunes gens de découvrir cette histoire, c’est bien !

Tome 2 

Le graphisme est superbe.
Les quelques pages couleur sont très appréciables et superbes aussi
On reste sur ce qu’on connaît et on va se concentrer sur Fantine, une belle femme aux cheveux d’or, qui a l’air toute gentille, au début c’est la joie, elle est entourée d’amies…

Ca a toujours de quoi m’émouvoir et me révolter les différentes situtations de cette histoire (et il y aurait de quoi discuter un bon moment).
En tout cas, des personnages bien connus apparaissent : Thénardier, Javert, Cosette.

Fantine a fait quelques mauvais jugements qui lui coûteront très chers et pas seulement à elle.
De plus être une femme et dans sa situation à cette époque n’arrange guère les choses.
Ca devient comme un horrible cercle vicieux.

On revoit aussi Jean Valjean et on voit ce qu’il est devenu.

C’est toujours fou de voir comme de petites choses peuvent tout changer, une bonne rencontre, une mauvaise rencontre, les décisions prises, quelqu’un qui vous accorde sa confiance ….
Et notre passé nous marque et n’est pas pour rien dans nos agissements, réactions d’aujourd’hui.

C’est une bonne occasion de se replonger dedans ou de découvrir cette histoire pour ceux n’ayant point eu le courage de se lancer dans les livres.

C’est aussi l’occasion d’être à une autre époque: le XIXème siècle et en France.

J’évite de parler de tous les évènements, même si c’est connu de la majorité, c’est possible que pour certains ce soit une première fois.

Tome 3

J’ai été un peu surprise que dans mon sommaire on me parle de Cosette, et que finalement même s’il devait aller la chercher, il a un empêchement et on la voit juste à la fin.
A n’en pas douter, que le prochain tome sera centrée sur elle.

Cette histoire me prend toujours autant aux tripes et me révolte.
On peut se poser plein de questions suite à elle.

Je risque de rentrer peut être un peu trop dedans, mais comme c’est très connu, je rentrerai pas à fond dedans non plus.

Un titre que je vous recommande 🙂

Déjà, c’est comme si on avait une mauvaise communication entre Jean Valjean et Fantine, mais c’est aussi là que je me suis dit pour la première fois méfiez vos des intermédiaires, mieux vaut parler directement à la personne.
Ensuite on a les Thénardier, qui n’arrête pas de demander de l’argent pour Cosette (et comme vous vous en doutez ou le savez ne sont guère fiables).
Et puis vous avez le tiraillement de Jean Valjean qu’on ne peut juger, de toute manière on le ressent bien, on voit rationnellement mais aussi ce que ça lui fait, aussi les conséquences, et en plus les efforts qu’il doit faire.
Ce qui m’énerve toujours autant c’est Javert, qui n’a rien compris, et reste droit comme un I mais beaucoup trop !!! Et également la majorité des gens quand ils disent oui il était trop gentil, fallait bien que ce ne soit pas un honnête homme, en gros comme la majorité se détourne de lui malgré toutes les bonnes choses qu’il a apporté.
En gros, êtes vous condamnez par votre passé ? pouvez vous vous fier aux gens ?

La déchéance de Fantine brise toujours autant le coeur, clairement avec ce qu’elle a vécu, y avait il vraiment une chance de surmonter cela ?

Tome 4 prévu pour le 11 février 2016
Oui, les sorties sont pas mal espacées !

Bonne initiative de Kurokawa de ne pas avoir tourné le dos à ce grand classique.
J’espère que ça pourra contribuer à encore mieux la faire connaître, surtout aux jeunes et aux gens qui n’ont pas voulu lire tous ces pavés *compréhensible*

Je vous le recommande chaudement ❤

11091353_10204750697462123_5488800709616541227_n 10355015_10204750696662103_3305307101338741446_n 11080890_10204750696622102_8303559600205910549_n 11100150_10204750697582126_140404644199404041_n 11080890_10204750702262243_5554295587897670881_n

Lecture Time : Petit canard blanc, une enfance en Chine

Oneshot (OS) = Tome unique
Et nouvelle expérience urban china

MN : http://www.manga-news.com/index.php/serie/Petit-canard-blanc-Une-enfance-chinoise

RÉSUMÉ
Dans la Chine des années 1970, le monde est en train de changer pour deux petites filles. Da Qin et sa petite sœur Xiao Qin vivent dans la cité de Wuhan avec leurs parents. Depuis des décennies, le pays est maintenu à l’écart du reste du monde. Mais à la mort du président Mao, de nouvelles perspectives commencent à s’ouvrir… Huit petites histoires, basées sur les souvenirs personnels de l’auteur, donnent aux lecteurs l’occasion de découvrir ce que c’était que de grandir en Chine durant cette période de transformation.

Déjà le livre se présente de fort belle manière, un papier spécial mais de circonstances et bien 🙂
je ne crois pas qu’il soit disponible en édition numérique, je ne sais pas si c’est prévu, mais pour ce OS ce serait dommage, privilégié le papier 🙂
Il est tout en couleurs et à la fin, on a plein de bonus sympas et utiles : un glossaire, une chronologie, une biographie, une carte, une traduction de textes chinois croisés au cours de la lecture.
Pour ceux qui connaissent un peu l’Histoire, aucune grosse surprise, mais voir et ressentir l’histoire de la Chine à travers les yeux d’une enfant, en pleine période de transition est vraiment prenant et intéressant.
Elle qui grandit, et la différence avec l’ancienne génération, déjà ses parents.

La couverture ne donnait pas forcément envie, l’histoire oui (enfin dans mon cas), les personnages ne sont pas les plus emballants, mais de la réalité saisie, des décors sublimes, il y a des très beaux graphismes dedans.

Un titre que je vous recommande chaudement de lire.

Bonjour
Bonjour
Le pays des rêves est partout dans le monde XD !
Le pays des rêves est partout dans le monde XD !
Là aussi c'est partout la même chose XD !
Là aussi c’est partout la même chose XD !

11825131_10205539759308176_8404069596505618606_n