Film & BD Time : Au revoir là-haut

Ca m’embête un peu de ne pas avoir eu l’occasion de le faire plus tôt (un peu après visionnage et lecture)

Au-revoir là haut est un film, une BD et un livre. Oui, la totale.
J’ai regardé le film, puis découvert la BD. Je n’ai à ce jour pas eu l’occasion de lire le livre (et je ne sais pas si je le ferai, ça dépend aussi d’éventuelles occasions).

L’affiche est très belle, elle montre comme un visage/masque et plein de gens qui sortent de sa tête

Résumé :
Novembre 1919. Deux rescapés des tranchées, l’un dessinateur de génie, l’autre modeste comptable, décident de monter une arnaque aux monuments aux morts. Dans la France des années folles, l’entreprise va se révéler aussi dangereuse que spectaculaire…
(Source : Filmfrancophone.fr)

Adapté du livre Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

Fiche SB

Durée : 2 H 00
Genre : Comédie dramatique
Pays : France

Mon avis/mes impressions :

J’ai connu ce film et même cette histoire par sa bande annonce intrigante (et non le bruit qu’il a pu faire, le fait qu’il était adapté d’un livre et tout, sur quoi je suis tombée par après). La BA nous questionne si c’est un jeu ou la réalité mais elle est prenante.

Pour une fois qu’un film français est bien, prenant, intéressant et où 2 heures n’est pas un supplice. Je le conseille !

Voilà une histoire originale, intéressante, prenante, qui nous fait passer par tout un mélange d’émotions. On passe du rire aux larmes. C’est aussi une histoire pour réfléchir à différents niveaux. Albert Maillard (Albert Dupontel), Édouard Péricourt (Nahuel Perez Biscayart), et Louise (Héloïse Balster) forment un superbe trio et tiennent le film (l’histoire) à bout de bras. Cette histoire se passe un peu après la 1ère guerre mondiale, une belle amitié, un lien unique va les unir. Edouard qui a gardé de grosses séquelles de la bataille, et artiste dans l’âme, va se livrer à un drôle de jeu de masques !

Les premières minutes du film seront peut-être pour certains difficiles à soutenir, on est dans les tranchées, les hommes sont à bout de forces, la 1ère guerre mondiale fait rage, mais elle devrait bientôt se finir. Pourtant, cela ne semble pas convenir à tout le monde.
Après un coup fourré, étrangement il va se passer quelque chose de beau au milieu de l’horreur : Pericourt sauve Maillard in extremis, mais subit de graves séquelles. Pericourt est défiguré, et n’accepte pas de revoir sa famille ainsi. Maillard va le faire passer pour mort (à la demande de Pericourt). Pericourt est un artiste de génie dans l’âme, qui aime dessiner, pas toujours facile, et plein de surprises. Maillard se sent redevable, il ne le laisse pas tomber malgré sa situation difficile et qu’au final Pericourt est une charge supplémentaire à assumer. Pericourt s’invente de nouveaux visages. Louise est une fille du voisinage, elle s’attachent à eux, et peut interpréter les paroles de Pericourt.
Alors que Maillard avait un métier correct, qu’il a survécu à la guerre, rien ne l’attend à son retour, il affronte moultes difficultés et ne trouve plus d’emploi dans sa branche. C’est bien triste. Maillard et Pericourt ont une belle union, ils sont unis par quelque chose d’unique, cela n’empêchera pas les disputes.
Pericourt qui a la haine du système, qui veut se venger va monter une gigantesque et ironique arnaque, ce pauvre Maillard va être chargé de trouver l’argent pour mettre tout cela en place.
Pour le reste, je vous laisse découvrir vous-mêmes, vous verrez c’est plein de surprises !

Le film dégage une atmosphère particulière, unique, entre Pericourt et ses masques qui peuvent retracer son état d’esprit, qui sont intéressant et bluffant, Maillard qui est attachant, un honnête gars au départ, et Louise, qui sait interpréter ce que veut dire Pericourt et qui est toujours là pour eux, les soutenir, les aider.

En plus, les masques ça le faisait bien dans la période d’Halloween ^^

Il y a également des phrases bien senties et de jolies réflexions. De quoi être révolté aussi ! Et des choses pas mal dans le plan, mais je ne peux vous en dire plus.

Résumé :
1919. Au sortir de la guerre, la société française peine à ménager une place aux anciens poilus devenus encombrants, et les trafics les moins glorieux vont bon train. Albert Maillard, modeste comptable qui a sauvé la vie d’Édouard Péricourt, jeune fils de bonne famille, juste avant la fin des combats, tente de les faire vivre de retour à Paris. Édouard, défiguré, refuse de reprendre contact avec les siens et imagine une gigantesque arnaque à la nation pour tenter de se projeter dans une vie nouvelle, ailleurs.

Prix papier : 22.50€
Prix numérique : 9.99€
Editeur : Rue de Sèvres
Relié: 168 pages 
Sortie le 3 octobre 2015
de Pierre Lemaitre (Auteur),‎ Christian de Metter (Illustrations)

Mon avis/mes impressions :

Au niveau de l’histoire, les grandes lignes restent les mêmes (cf avis film).
Il y a quelques petites choses moins expliquées, et d’autres plus expliquées.
Les 2 supports se complètent bien et sont intéressant, prenant à lire.

Je vous montre un peu le graphisme.
Texte très intéressant et touchant à lire au début.

On a pas mal de pages (168), donc ça s’est une bonne chose, pour bien (re)plonger dans l’histoire et qu’elle soit bien présentée quand même.

L’illustration de la BD est jolie, les ailes de paon, elle fait penser à la liberté. Elle est assez représentative l’air de rien.

lesvoyagesdely - BbG_BqzHGc_

Publicités

Cinéma Time : Jun, la voix du coeur

Le film a une affiche très belle et poétique, tout comme son titre.
On regrettera qu’on ait pas le droit de le voir sur grand écran, qu’il n’y ait pas eu de sortie cinéma sur ce titre.
J’ai eu très envie de voir ce film depuis que Kazé nous en a parlé sur les réseaux sociaux.

Le film est également connu sous les noms anglais et japonais :
The Anthem of the Heart
Kokoro ga sakebitagatterunda
Il dure environ 2 heures (1h59)
Un film de Tatsuyuki Nagai et Ken Sakamoto
Ecrit par Mari Okada
Avec Sora Amamiya, Yoshimasa Hosoya, Inori Minase…
Studio : A-1 Pictures
Il est disponible en
– DVD
– Blu-Ray
– Edition DVD + Blu-Ray -> Collector (avec un livret du 96 pages)
Edité par Kazé
Grosso modo le prix varie entre 15€ et 35€ selon le lieu où vous le prenez et le type d’édition.
Disponible en japonais sous-titré et même en français (bien si vous voulez le faire découvrir à des gens réticents à sortir du français, à lire des sous-titres).
On regrettera aussi qu’il ne semble pas y avoir de bonus spécialement intéressant, enfin juste un livret dans la collector
En streaming sur ADN

Fiche SB

Résumé :
Jun Naruse porte en elle le poids des regrets suite à un événement de son passé, elle en devient muette. L’histoire nous entraîne aux côtés de 4 camarades de classe qui ne semblent pas se connaitre vraiment mais qui doivent travailler ensemble sur un projet scolaire. Ils ont été choisi par leur professeur pour participer au comité et être en charge du projet présenté par leur classe. Il se dessine alors un collectif au mélange inattendu.

(Bon, j’ai pris un peu de 2 résumés différents, plus remanié).

Résultat de recherche d'images pour "Jun la voix du coeur"

Mon avis/mes impressions :

C’est un très beau film qui s’adresse à tout le monde, petits et grands enfants. Passionné du Japon, de mangas et autres, ou non. 
Le film bénéficie d’une image sublime *o*. L’animation est belle et toute en sensibilité. On sent très bien les sentiments des gens, leurs mouvements.
La musique est très belle et s’intègre au film. Il faut aussi savoir qu’on a de la musique classique, de la musique très connue, qui touche direct en plein coeur, qui évoque des choses pour la majeur partie d’entre nous (j’ai ajouté un point au film avec cela).
Le film aborde avec subtilité et brio le pouvoir des mots, de la communication, et ses difficultés à plein de niveaux, et pas seulement pour Jun.
Le film revêt une dimension fantastique, qui est plus de l’ordre de l’imagination débordante d’une jeune fille.

On commence l’histoire aux frontières du réel, il y a un château, et une petite fille rêve d’aller au bal du château, de rencontrer le prince, elle est subjuguée par ce lieu. Vous verrez quand vous saurez ce qu’est le lieu, la terrible ironie.
C’est notre Jun, encore petite et pleine de vie. Beaucoup de gens lui disent que c’est un moulin à paroles, ça ne lui fait pas trop plaisir d’être appelée ainsi.
Un jour, elle surprend quelque chose, qui elle la fait rêver avec son imagination débordante, qu’elle ne comprend pas, elle en parle en toute innocence, et à jamais sa vie va changer. Elle se sent responsable, mais elle n’a quand même fait que dire la vérité, elle n’y peut rien.
Pendant tout le film, on est cerné par les oeufs aussi (tamago). Oui, vous verrez une partie très fun.
Ainsi, Jun vit comme si on lui avait lancé une malédiction. Elle fait penser à quelqu’un qui a subi un choc traumatique, qui l’a rendu muette.
Je reste aussi assez marquée par le fait que finalement rien n’est fait à ce sujet, et que la mère de Jun se soucie surtout des rumeurs, de l’image que sa fille renvoie.

Leur professeur leur fait un coup fourré en nommant Jun et 3 autres personnes pour le comité. Mais même si c’est eux le comité, c’est au final toute la classe qui sera concernée.
Ils sont différents, a priori ne s’entendent pas spécialement, mais vont devoir travailler ensemble, et même pire arriver à fédérer la classe entière.
On a entre autre Jun Naruse, muette, mais qui sait parler. On a ses essais pour dire ce qu’elle pense, ce que ça déclenche en elle (ce n’est pas rien). Daiki Tasaki, bourru, qui s’est blessé à l’épaule, ne peut plus jouer au baseball pour le moment et le vit très mal. Takagami Sagaki, qui vit avec ses grand parents (mais où sont ses parents ?), et qui lui essaye de lier connaissance avec Jun.

Le passé s’en mêle pour un peu tout le monde, les difficultés de communication pas mal de ces jeunes y sont confrontés. Oui, les mots peuvent blesser, mais parfois il faut aussi qu’ils sortent, avant que tout explose.

Le mal être de Jun, les mots qui sont difficiles à sortir, ce qu’elle ressent, les mots qui sortent mais difficilement, le prix qu’elle paye en sortant des mots (je vous laisse découvrir), tout cela a est très bien rendu, très expressif. Mais son coeur s’exprime lui aussi. Ses hochements de tête, ses expressions, cela fait partie de la communication, certes non verbal. Elle échange aussi pas mal par écrit par moment.

Le projet va dériver d’une certaine façon sur une comédie musicale. Jun arriverait à mieux s’exprimer en chantant, elle aurait l’illusion que là cela va mieux, que la malédiction ne fait pas effet. Autant dire que persuader tous les membres de comité, puis toute la classe d’un tel projet sera ardu.
Le projet est une bonne chose, il leur apprend à faire avec les autres, à contribuer, à socialiser, à faire avec les compétences et les aptitudes de chacun, à faire un travail d’équipe.

Jun arrivera-t-elle à nouveau à parler correctement ? Pourront-ils tous dire ce qu’ils ont sur le coeur ? Exprimer ce qu’ils ressentent vraiment ? Pourront-ils mener à bien une comédie musicale ? La mère de Jun ira-t-elle mieux ? Pourra-t-elle à nouveau communiquer avec sa fille, ouvrir les yeux sur elle ?

Mention spécial aux grand-parents de Tagakami, à leur gentillesse. A leur manière, sans reproche et avec une main tendue, ils savent être là pour quelqu’un qui en a beaucoup besoin.

Les âmes sensibles risquent de fondre en larmes dans les dernières minutes du film.

Une pépite que je vous encourage vivement à découvrir.

Cinéma Time : Before I Fall / Le Dernier Jour de ma Vie

Résumé :

Une élève de Terminale se rend compte qu’elle est peut-être en train de revivre sans cesse le dernier jour de sa vie jusqu’à ce qu’elle fasse les choses bien. (Source : Allociné)

Adapté du livre Le Dernier Jour de ma vie de Lauren Oliver

Mon avis/mes impressions :

Before I fall est peut être un film typiquement adolescent, mais c’est aussi tellement plus. Il aborde un sujet des plus intéressants et nous permet de fissurer tous les masques.
Et si vous deviez vivre éternellement la même journée ? Si rien de ce que vous faisiez n’y changeait rien ?

Before I Fall, avant que je ne tombe, avant que je réfléchisse, que je remette les choses en perspective.
La dernier jour de ma vie, mais elle n’est pas réellement morte, elle revit la même journée perpétuellement.

Samantha dite Sam est une adolescente à qui semble tout réussir, famille aimante, groupe d’ami, petit ami, pas de problème majeur à l’école, de santé ou autre.
Elle n’est pas vraiment méchante, mais elle n’hésite pas non plus à suivre le groupe, et donc à en rajouter une couche. Elle n’est pas vraiment gentille, car elle a oublié des choses essentielles, elle n’a plus beaucoup de contact avec sa famille, se souci de l’amour, de ses amitiés, ça ne la gêne pas de dire ou faire des choses méchantes, elle ne perd pas son temps avec certaines personnes. Bref, une adolescente dans toute sa splendeur. Les 4 filles ont quelque chose d’attachant, leur amitié, et en même temps on voit l’effet de groupe par moment. Le film ne récèle donc rien de spécial au départ, oui ces petits adolescents sont même énervants, ils n’ont pas l’air non plus de se tuer au travail ou de se soucier de leurs cours. Il disent des méchancetés, vont à des fêtes etc, la plupart. Ceux qui ne sont pas comme eux, qui sont considérés comme les « faibles » (je n’aime pas ce terme) en font les frais, à croire qu’il faut absolument emmerder l’autre, alors quoi ils ne se sentent pas vivre sinon ?!

Comme je dis toujours le harcèlement, le rejet c’est compliqué. Et cette vie qui ne tient qu’à un fil. Encore une journée passée 100 à l’heure, et là l’accident, ça aurait pu être la fin, mais Sam se réveille dans son lit, et tout recommence, c’est exactement pareil sauf si elle change la donne.

Classiquement, elle remet tout en question, elle a du mal à accepter la vérité. Et puis petit à petit, elle remet les choses en question autour d’elle, elle en marre de ces petits jeux qui se répètent inlassablement, elle réfléchit à ce qui est vraiment important, à ce qu’elle ressent vraiment, à comment les choses ont pu évoluer ainsi, elle se confronte à des gens, elle apprend des choses, des vérités qui ont de quoi vous faire rire jaune. Elle renoue avec sa famille, elle gueule d’abord un bon coup sur ses amies, puis la fois suivante renoue avec elles. Elle ose dire aux gens qui comptent pour elle que c’est le cas, qu’ils comptent, qu’elle les aime !

La musique participe bien à l’ambiance du film.

Tout a une nouvelle perspective pour elle, vu que ce qu’elle fait ce jour là, elle n’en a pas les répercussions, vu que le jour suivant n’arrive jamais. Elle ignore ce qui se passe, comment casser la boucle, si elle est en Enfer, si c’est une punition, elle réfléchit plus sur ses actes, la mort n’a plus la même perspective pour elle (si elle meurt, elle revient). Tout change !

La fin est assez abrupte, mais ce film vaut surtout pour ses réflexions et ce qui se dégage une fois le masque fissuré !
Ce ne serait peut être pas une mauvaise idée de temps en temps oublier la routine, se poser pour réfléchir sur soi, sur les autres, sur ses actions, sur ce qu’on désire vraiment, ce qui compte vraiment, si c’est juste la société qui a poussé à faire ce choix ….

Cinéma Time : Pirates des Caraïbes 5 (la vengeance de Salazar)

Eh bien, ce n’était déjà pas gagné avant, mais avec ces températures vous risquez de me perdre …

Résumé :
Jack Sparrow et ses compagnons se lancent dans une nouvelle quête. Cette fois ci se joindra à lui un jeune homme et une jeune femme scientifique. Leur rencontre sera houleuse. Un nouveau trésor.
Leur histoire débutera sur un plan qui tourne bien bizarrement.
Jack devra également craindre la vengeance du capitaine Salazar. Mais que lui a-t-il fait ? Comment est-il revenu d’entre les morts ?

Un peu plus :
Les temps sont durs pour le Capitaine Jack, et le destin semble même vouloir s’acharner lorsqu’un redoutable équipage fantôme mené par son vieil ennemi, le terrifiant Capitaine Salazar, s’échappe du Triangle du Diable pour anéantir tous les flibustiers écumant les flots… Sparrow compris ! Le seul espoir de survie du Capitaine Jack est de retrouver le légendaire Trident de Poséidon, qui donne à celui qui le détient tout pouvoir sur les mers et les océans. Mais pour cela, il doit forger une alliance précaire avec Carina Smyth, une astronome aussi belle que brillante, et Henry, un jeune marin de la Royal Navy au caractère bien trempé. À la barre du Dying Gull, un minable petit rafiot, Sparrow va tout entreprendre pour contrer ses revers de fortune, mais aussi sauver sa vie face au plus implacable ennemi qu’il ait jamais eu à affronter…

PS : Je vous déconseille de lire le résumé de seriebox, lisait celui d’allociné.

Fiche film SB

Après le flop total de mon revisionnage du 4ème film (fontaine de jouvence), j’ai hésité. Soit il ne fallait pas tenter de revisionner, ce n’était pas le bonjour, il est pire que les autres, autres, un mixte ?!

Mon avis/mes impressions :

Vous aimez les pirates ? le personnage de Jack Sparrow, Johnny Depp, les aventures ? Vous n’en attendez pas trop du film, juste un bon divertissement. L’idéal avec une chaleur pareil, alors vous pouvez allé passé un moment bien fun et emmenez les vôtres.
Il assure le divertissement, le spectacle, le fun. Il nous en met plein les yeux.
Soit on adhère, soit on n’adhère pas la plupart du temps, soit on fait comme moi on voit le genre de film, on n’en attend pas trop, et on s’éclate.
C’est reparti pour rechercher un nouveau trésor ! Quel est-il ? Pourquoi ? Venez voir ! XD

J’ai bien aimé le nouveau personnage, car c’est une scientifique ^^. Elle est plutôt indépendante, n’a pas la langue dans sa poche, elle peut paraître un peu froide, mais quelque part elle dit la vérité.
Le personnage de Jack Sparrow a toujours ses mimiques, par contre si on se penche un peu dessus il est quand même sacrément décevant alcoolique, les plans ne tiennent pas la route, pas vraiment fiable …
On a des nouveaux mais en liens avec le passé, des gens qu’on revoit, d’autres qu’on continue à voir.
J’ai bien aimé voir Jack jeune, comment il est devenu capitaine XD. J’ai moins aimé la vengeance de Salazar qui a quelque chose de lourd. Les revenants auraient de quoi vous faire peur, mais au final ils me paraissait plutôt risibles XD (mais eux sont en grand danger attaquer par des revenants).
C’est très classique et on devine pas mal de choses !
Il y a de très beaux visuels, ça le fait totalement sur grand écran, et la musique nous entraîne.
Parfois, ils essayent de trop en faire, ça devrait toucher, mais ça fait moins mouche du coup.
Et puis vous en reverrez 2 en guest XD.
Le film assure également une bonne dose d’humour, voire de rire jaune XD

Avec cette grande chaleur, un film idéal pour se détendre les neurones.
Et en plus la mer, l’eau :).

Films Time : Nos amis les films

Malheureusement, je ne suis pas remise à 100%, et hier j’ai voulu trop en faire, du coup ce sera réduit 😦 :s

Vous en avez marre des films prévisibles, où vous devinez tout, en voilà 2 qui sortent des sentiers battus avec un brin de fantastique. De là, à savoir s’ils vous plairont, tentez l’expérience si vous l’osez.

Take Shelter :
Un homme d’extérieur, apparemment une sorte de chef de chantier, vit avec sa petite famille dans une maison, une adorable fille, qui a un point particulier et la maman qui semble faire des petites choses avec ses mains qu’elle vend ensuite sur des marchés.
La vie se déroule tranquillement avec ses hauts et ses bas, et voilà qu’un jour monsieur commence à faire des cauchemars : prémonitions ? simples cauchemars ? folie ? …
Bref, il voit une tempête dévastatrice arrivée et se met en tête de construire un abri pour y parer. Il met alors tout en danger, les gens changent de regard, le passif de sa mère nous fait douter. Bref, on ne sait plus où en on est et à la fin pas vraiment non plus.
Un film dont on ne ressort pas indemne, qui montre aussi que les choses ne tiennent des fois pas à grand chose, et mention spécial au couple qui se soutient malgré les tensions.

Split :
La bande annonce intriguait, faisait peur et vraiment on ne savait pas dans quoi on se lançait. J’ai vu un kdrama dont je n’ai pas eu le temps de vous parler sur les personnalités multiples, mais ici une toute autre théorie intéressante est abordée.
Avoir 2-3 personnalités n’est déjà pas évident, et prête à discussion. Je comprends bien la thèse de la protection. C’est moins évident de se dire que une a conscience, les autres pas.
Et ici, on nous parle de 23 personnalités, bien qu’on en voit juste quelques unes vraiment ici, mais on a un petit aperçu de pas mal.
La psy est attachante, une vieille dame, cultivée, avec plein de bibliothèques, mais les patients sont comme ses enfants, elle a fait le choix de s’y consacrer. Elle a même l’air admirative, envieuse de ses étranges capacités.
Oui, car elle défend une théorie selon laquelle ils sont plus évolués, une des personnalités peut avoir le cholestérol, mais les autres pas, etc.
Les 3 filles kidnappées fréquentent le même cours, elles sont assez débrouillardes, et tentent des choses. L’une d’elle est plus renfermée, solitaire, mais aussi intelligente et maligne. J’ai apprécié qu’elle ait été invitée, on découvrira bien vite qu’elle a ses raisons. Mais quelle(s) personnalité(s) les a enlevé et que veulent-ils ? C’est quoi cette histoire de bête ?
Je salue l’originalité, la théorie, moins ce que ça sous-entend.
Bref, il va peut être vous falloir un peu de temps pour vous en remettre si vous tentez l’expérience.

Cinéma Time : Nos amis les films

Home ciné ou ciné grand écran, retrouvons nous pour parler de 3 films 🙂
Je vous laisse le lien vers la fiche dans le titre.

Life : Origine inconnue

Quand on me parle d’espace, a priori ça me tente déjà bien.
Alors je ne m’attendais pas à cela, je n’ai ni vraiment aimé ni vraiment détesté.
Âmes sensibles, abstenez-vous où l’entité vous fera faire des cauchemars.
Il ne m’a pas vraiment marqué, ça n’a pas vraiment pris, c’est resté très fade.
J’ai eu une petite pensée pour un des animaux fantastiques XD.
Pourtant quand on voit l’affiche c’est tentant. Niveau image sur grand écran, ça vaut le détour, la meilleure partie 🙂
Le fait d’avoir des gens d’origines différentes, d’autres pays, d’autres cultures, c’est intéressant aussi, de voir comment la vie sur l’ISS se fait avec ces hauts et ces bas, de voir qu’ils ont une vie, qu’ils ont des gens sur Terre et de les voir communiquer.
Un des personnages réserve aussi une sacré surprise, une chose qui lui est permise en apesanteur. D’ailleurs, les voir en apesanteurs, répondre à des écoliers c’est sympa. Tenter de communiquer avec la forme de vie microscopique c’est intéressant, puis quelque part sur un malentendu, se sentant agressé et ne pouvant communiquer il va défendre sa propre vie.
Mais le film n’a rien de spécial, ne dégage rien de spécial.
La fin n’est pas si inattendue non plus pour quelqu’un aillant un peu l’habitude, d’ailleurs j’ai failli éclater de rire.
Bref, à voir une fois pourquoi pas, mais il ne restera pas dans ma mémoire.

Equalizer

Dans un certain sens, j’ai adoré ce film qui a quelque chose de totalement classe, cool, de jouissif, enfin la justice !
Attention, déconseillé aux âmes sensibles, car il y a pas mal de violence, de scènes dures.
Revoir Denzel Washington et Chloë Grace Moretz fut un énorme plaisir.
La jeune fille n’a pas eu de chance dans la vie, elle vend son corps pour se nourrir, vivre, de nos jours. Elle croise souvent McCall dans un café, ils finissent même par discuter.
McCall a l’air d’un homme posé, calme, discret, intelligent, il est toujours prêt à écouter les autres et rend service. C’est un bon guide, conseiller. Il lit des livres. Il a un petit job dans un supermarché, rien de vraiment spécial. Il semble un homme des plus ordinaires et dégage déjà un petit quelque chose en plus.
Sa maison, son chez-soi, son appartement semble très sommaire. Il semble vivre très simplement.
Mais quand il voit des injustices devant lui, qu’en plus il s’attache au moins un peu à la personne, il la connaît juste un peu, il sort toutes ces compétences avec beaucoup de classe ! Il est fort, il ira jusqu’au bout pour remettre de l’ordre, même s’il ne pensait pas qu’il y aurait de si grandes conséquences.
Ca fait plaisir de voir le justice rendue vite fait et bien fait !

ps: Vous verrez également plein de façons inédites de vous servir de différents outils ! XD

Mes vies de chien

C’est un film fort sympathique et mignon, c’est aussi beaucoup d’émotions, de la réflexion.
Cette fois ci c’est déconseillé aux âmes trop sensibles parce qu’elles risquent d’être très touchées et fondre en larme.
Sa raison d’être fait aussi écho aux vies humaines.Les humains aussi se questionnent sur leur raison d’être.
Pour un humain, il y a aussi toujours cette difficulté s’il a un animal, que l’animal va mourir un jour et qu’il y assistera, il ne vivra jamais aussi longtemps que lui, ils n’ont pas la même durée de vie !
C’était très intéressant et sympathique de voir différentes vies, différents choix, différentes personnes, différents chiens. Et également de voir ce qu’il apporte dans la vie de ses maîtres respectifs.
Mais on a également un fil rouge, sa première vie l’a marqué et nous avec, car on a suivi ce petit bonhomme depuis son plus jeune âge, vu devenir adolescent, et que c’est vraiment un chouette gars (et qu’il n’y en a plus beaucoup). On a vu le chien grandir par la même occasion.
Le chien qu’on suit est adorable, pas spécialement intelligent, gentil, très loyal. Il se questionne, suit différents chemins : s’amuser, servir la patrie… Il affronte différentes morts aussi, et il nous livre ses pensées.

Cinéma Time : Beauté cachée

Résumé :
Suite à une terrible tragédie, un publicitaire new-yorkais à la réussite exemplaire sombre dans la dépression. Ses collègues échafaudent alors un stratagème radical pour l’obliger à affronter sa souffrance de manière inattendue…(Source : Allociné)

Mon avis/mes impressions :
Si vous laissez votre coeur vous émouvoir, vous toucher. Si vous voyez la beauté cachée, vous serez terriblement émus, et en plus on a plusieurs rebondissements. Mais je suis aussi consciente que d’autres n’aimeront pas, trouveront ça kitch, à l’eau de rose. Pourtant c’est surtout une belle et douloureuse histoire, c’est une chose à laquelle on peut tous être confrontés : la perte d’un être cher. On a tous des coups durs, des moments de doute, de tristesse …
Le temps, l’Amour, la Mort. Trois choses qui nous impactent tous, quelques phrases bien senties.

On le voit d’abord épanoui, heureux. Apparemment il a monté cette boîte avec ses amis, qui sont aussi ses associés. Ce serait presque un peu trop facile vu qu’ils sont déjà bien lotis, même je n’approuve pas trop le domaine publicitaire, ces communications qui peuvent être mensongères. Bref, on ne sait pas vraiment ce que fait tout le monde.
2 ans plus tard, on le retrouve, chaque matin, il va au travail, il met ses dominos en place, il ne parle à personne, on ne peut plus compter sur lui, il n’est plus que l’ombre de lui même, suite à la mort de sa fille. Son deuil est long, implacable. Il doit faire parti des gens entiers, vu l’état dans lequel il est, on a tous notre façon de supporter les choses, les vivre. Je le comprends.
Il y a cette idée d’écrire à l’Amour, le Temps, la Mort des lettres. Seulement, il ne pensait pas avoir vraiment de réponse. Peu importe vraiment qui ils sont, l’idée mise en place est bien vue, mais il fallait bien des gens extérieur à sa vie pour le pousser, lui donner des phrases sur lesquelles réfléchir.
Pourtant il reste bien conscient des choses, il est très touchant.
En plus ses amis et associés traversent eux aussi chacun des moments difficiles. On ne peut pas vraiment leur en vouloir ils s’inquiètent pour l’avenir de la boîte, les finances, culpabilisent par moment, mais tiennent à lui malgré tout.
Tout ces destins qui s’entremêlent, ces fils de la vie qui se relie, ça en fait un film vraiment très touchant.

Réussir à voir la beauté cachée …

Je vous laisse découvrir par vous mêmes, les liens, ce que tout le monde traverse, leur manière d’y faire face, les répliques bien senties.

Cinéma Time :Kong Skull Island

Résumé:
Un groupe d’explorateurs plus différents les uns que les autres s’aventurent au cœur d’une île inconnue du Pacifique, aussi belle que dangereuse. Ils ne savent pas encore qu’ils viennent de pénétrer sur le territoire de Kong…(Source : Allociné)

Je n’ai pas eu l’occasion de le voir en 3D, j’aurai bien voulu voir quitte à le voir ce que ça donne avec ce plus, à la base je n’avais même pas spécialement prévu de le voir XD.

Mon avis/mes impressions :
Un film ni vraiment bon ni vraiment mauvais, qui fait tout à  fait son job de divertissement, surtout sur grand écran, les personnages sont très caricaturaux. Ce que j’ai vraiment bien aimé c’est que l’île recèle des mystères (surtout su vous avez évité la bande annonce), le fait qu’on joue sur les apparences, et le superbe visuel.

Le début du film donne un peu le ton. Une fois Kong qui apparaît, la bataille que se livre ces 2 hommes semblent bien dérisoire.
On réunit des scientifiques et des militaires, le cerveau et les muscles. C’est sympa d’avoir des gens riches et variés de divers horizons, mais un peu comme s’ils n’en sortaient pas, et le capitaine est tellement obtus. Un peu comme s’il voulait rattraper la bataille qu’il a perdu, mais ne surtout pas réfléchir plus loin que le bout de son nez.
Il y a les non dits, la vérité cachée, et des moyens de faire que je n’ai vraiment pas aimé, et pourraient être très dangereux. Pour débusquer Kong, sans savoir ce qu’ils vont trouver, et peu importe les dommages collatéraux, ils vont loin, trop loin.
On retrouve pas mal de personnes connues, ce qui peut nous faire sourire.
Entre autres, on a un très bon pisteur, Conrad, qui connaît le terrain en général. Et une intrépide photographe.
Certaines scènes vont nous faire penser à King Kong, petit clin d’œil.

Je vous laisse ici, car c’est surtout de pénétrer sur le territoire et découvrir plein de choses sur l’île qui est intéressant, et le visuel.
Faites bien attention, ouvrez bien les yeux XD !

 

Cinéma Time : Your Name

Résumé :
Mitsuha est une lycéenne qui réside dans une petite ville située dans les montagnes. Elle vit aux côtés de sa petite sœur, sa grand-mère ainsi que son père, bien que ce dernier ne soit jamais à la maison à cause de son travail de maire. En réalité, sa vie ne lui convient pas et souhaite pouvoir vivre à Tokyo.

Taki est un lycéen qui habite à Tokyo et qui adore l’architecture et l’art. Il vit une vie normale d’étudiant entouré d’amis et travaille même dans un petit restaurant italien. Mais un jour, il fait un rêve dans lequel il est dans la peau d’une jeune fille qui vit dans une ville en montagne. Mitsuha, quant à elle, fait également un rêve dans lequel elle est dans un corps d’un garçon tokyoïte.

Mon avis/mes impressions :
Makoto Shinkai a réussi a touché mon coeur de glace dès notre première rencontre. Ainsi quand on m’annonce un film de lui, je suis toute excitée et impatiente de le découvrir. Comme pour Miyazaki. J’ai lu que très tard le résumé de l’histoire, j’ai lu de nombreux propos dithyrambiques, mais moi il m’avait déjà acquise.
L’affiche est très belle et a quelque part une symbolique forte.
Comme toujours, il a parfaitement su rendre les sentiments et les situations. Au début, nous découvrons, et on rit énormément, vu les drôles de situations. On est également touché par ces 2 jeunes. C’est également une manière très intime, très spéciale de faire connaissance. Les choix, le fil de la vie, le temps qui passe. Attention, il faut bien suivre, oui c’est comme ça avec les changements de corps ! Le film fait partie de ceux qui dépassent tout en interrogeant nos sens les plus profonds. Si on ne vous a jamais fait ce genre de coup, vous tomberez de haut XD.
Un très beau, bouleversant film. Un merveilleux, beau, touchant, poétique film.

Du rire et plein d’autres choses.

Elle habite dans un coin de la campagne, un bled paumé, en plus dans sa famille elle perpétue les traditions, a une soeur, vit avec sa grand-mère, a des amis. Très tôt, je me suis interrogée sur la situation familiale, surtout une fois qu’on comprend que le père est en vie. Elle en a marre, veut partir à Tokyo, il n’y a même pas de café. Tout le monde sait tout sur tout le monde.
Il habite à Tokyo, a des amis, fait un petit boulot pour avoir des sous, vit avec son père.
Tous les 2 font un « rêve » bien étrange.
On a l’opposition village et grande ville, on voit que comme toujours il y a des avantages et des inconvénients.
Ils trouvent ce rêve bien étrange et réel, en plus dans le corps du sexe opposé, mais des lycéens du même âge. Ils ont une forme de bienveillance, respectent la vie de l’autre, même avant de se fixer des règles, seulement le caractère on ne le change pas en claquant des doigts.
Cela donne lieu à des scènes très drôles comme quand on prend conscience du corps de l’autre, se perdre en cours de route, s’extasier pour certaines choses, ne pas savoir, réagir avec son propre caractère (je vous laisse le grand plaisir de voir tous ces événements par vous mêmes). L’entourage finit aussi par se poser des questions, surtout ceux qui les connaissent bien. Mais comme ces échanges sont fréquents et qu’ils reviennent vite, ça se tasse. Seulement, ils n’ont aucune idée de ce qu’a fait l’autre. Ils apprennent donc à communiquer, se fixer des règles (je vous laisse aussi voir comment).
Pourquoi cela se produit ? Comment faire ?  Quoi faire ? Est-ce que comme quand on parle à quelqu’un qu’on a jamais vu, comme sur internet, le désir de se rencontrait naît ?
Les amis sont vraiment de supers amis, très sympa ❤ Ils ne les laissent pas tomber, ça fait très plaisir à voir. Bon évidemment, ils ont mesuré les informations données, ça va être dur à expliquer XD.

La deuxième partie va quelque part plus loin, alors qu’ils se sentent prêt, ils étaient loin de tout savoir, de se douter …
Ton nom …
Une expérience hors du commun.

Je vous encourage fortement à aller voir ce film au cinéma si vous en avez la possibilité, aussi pour qu’on arrive à avoir plus de séances, de salles qui veulent bien le diffuser.

 

Cinéma Time : Snowden

C

Résumé:
L’histoire d’Edward Snowden, l’ex employé de la CIA et de l’Agence Nationale de Sécurité Américaine ayant révélé au monde entier l’existence du programme d’écoute PRISM.

Fiche du film SB

Il y a des films, des gens, qui me touchent et me marquent plus, c’est le cas de mes 2 derniers films au cinéma.

Mon avis/mes impressions :
C’est un film qui suscite la réflexion, peut rendre paranoiaque, mais nous pousse à nous interroger sur le pouvoir de la technologie, des réseaux sociaux, de son prix, de notre liberté. Comme toujours dans toutes les merveilleuses inventions qu’il y a eu, ce n’est pas la science, la technologie, l’invention le véritable problème mais son utilisation par certains humains.
Snowden est une personne qui a vraiment existé, qui a douté à raison et a voulu informer le public pour qu’il sache à quoi s’en tenir. Malheureusement, le prix à payer pour lui est lourd. Il a eu beaucoup de courage !
A la fin du film, on voit de vrais images de lui et sa famille.
Un grand bravo pour cet excellent film !

En me basant sur le film, voilà ce qui s’en est dégagé.
Snowden était impressionnant de force de volonté : d’abord à l’armée, ne voulant pas trahir sa blessure, et tout de suite penser à une autre façon de servir son pays. Jeune, naïf, et croyant très fortement en son pays. Il est aussi une personne qui m’a paru très effacé, mal habillé par moment, mais très gentil, et vraiment doué. Il suit les règles, apprend de ses aînés.
Pour moi, sa petite amie est vitale à son équilibre, artiste et très différente de lui, elle lui permet de mieux apprécier la vie, ses joies, de savoir s’arrêter, faire des pauses, de connaître autre chose, elle est intelligente. Une très belle et forte rencontre. Même s’ils n’éviteront pas les disputes, à cause de la vie, du travail très intéressant et oppressant, de devoir bouger et que elle aussi veut s’épanouir, de tout ce qu’il ne peut lui dire secret défense, de sa réaction suite à la terrible découverte et vérité.
Tout est dégagé par flashback, il est avec les journalistes, il est très humble, craint pour sa vie. Il ne recherche rien d’autres que les gens soient informés, connaissent la vérité, aient le choix.
Prétendre tout surveiller, même une personne lambda, avoir accès à ses emails personnels, conversations personnelles, textos, tout et pas seulement ce que la personne a décidé de mettre en public, et pouvoir activer la webcam sans que la lumière ne se déclenche et vous voir, au nom de la sécurité est un engrenage infernal et peut être très grave. Ca l’a mis dans une gêne terrible.
Imaginez vous celà !!!!
On parle aussi des enjeux économiques et sociaux.

Un film dérangeant et très intéressant.

Joseph Gordon-Levitt incarne Edward Snowden. Certains de ses collègues sont intéressants, d’autres vont feront flipper avec leurs menaces à demi mots.
Shailene Woodley incarne Lindsay Mills, sa merveilleuse petite amie.

Je vous laisse découvrir le reste par vous même, si vous ne connaissez pas, j’espère vous avoir intéressé, suscité l’envie d’en apprendre plus.
Citizenfour est un documentaire sur lui, qu’il faudra que je regarde un jour !