Manga Time : Your Name Tome 2

Manga - Manhwa - Your Name Vol.2

Fiche

Mon avis/mes impressions :

Makoto Shinkai est juste tellement fort pour atteindre mes émotions, dans ce tome plein de choses se dégagent, et je me retrouve au bord des larmes (oui même en étant au courant, ça me fait toujours quelque chose).
Il y a des plans, images de toute beauté, vraiment sublimes <3.
Je suis très contente que le manga arrive à retransmettre aussi fortement les émotions et ne perde rien de sa magie. Je peux m’attarder à loisir sur certains plans.
Taki du mal à se remettre de cet échange de corps, du manque de Mitsuha, il sent les traces qu’elle a laissé, il est à la fois si proche et si loin d’elle.
Alors il écoute son coeur, et part à sa recherche, avec très peu d’indications et l’aide de ses amis. Là, il va aller de surprise en surprise. Une terrible vérité se dévoile à lui, et il a beaucoup de mal à encaisser le choc et faire face à ses amis qui doivent le prendre pour un fou.
On en découvre aussi plus sur la famille de Mitsuha, et là aussi on est touché en plein coeur. Le père de Mitsuha nous dévoile une nouvelle facette de lui.
On découvre également le musubi, le cours du temps, le fil du temps. Ce temps qui passe inlassablement, ces liens qui se créent.

C’est beau de voir qu’à travers une relation lointaine quelque chose s’est crée, et tous les 2 aimeraient se voir pour de vrai :).

Il y a eu des travers, des maladresses après l’échange de corps, il y a aussi eu beaucoup de gentillesse, des petites attentions, une aide apporté à l’autre pour améliorer des choses dans sa vie.

Mentions spéciales à leurs amis à tous les 2 qui ne les laissent pas seuls, quelque soit la situation.

Entra campagne et ville, entre tradition et modernité, une très belle histoire dont on ne se relèvera pas indemne.

OMFG encore une couverture à tomber pour le tome 3 prévu pour le 18 octobre !

 

Publicités

Manga Time : Your Name tome 1

Manga - Your Name

Disponible en numérique

Résumé :
Taki est Mitsuha, et Mitsuha est Taki. Le lycéen tokyoïte et la jeune fille de la campagne échangent mystérieusement, à plusieurs reprises, leurs corps durant leur sommeil, et vivent chacun la vie de l’autre. Voici l’histoire de deux destins entremêlés qui défient l’espace et le temps, dans laquelle la tragédie se mêle à la romance…

La série sera en 3 tomes.
Elle est édité par Pika, le dessin est de KOTONE Ranmaru et le scénario de SHINKAI Makoto.
On a également un film d’animation et un light novel/roman.

Mon avis/mes impressions :
Dès la sublime couverture et les premières pages tout en couleurs, la magie de Makoto Shinkai opère. On est emporté dans une histoire d’échanges de corps qui ressemble à un rêve. On a plein de différences classiques : campagne/ville, homme/femme. Il leur faut également accepté que ça se produit vraiment, et c’est qu’en voyant le résultat, la réaction des proches qu’ils y arrivent. Ils trouvent alors des astuces pour communiquer entre eux. Du rire vu les situations et plein d’autres sentiments s’entremêlent

C’est assez étrange. Quand je le feuilletais en librairie, j’étais déjà sous le charme de la couverture, mais moins de l’édition papier et du graphisme. Et là, c’est allé tout seul *o*. Je le fais en numérique celui-ci, et j’attendais avec grande impatience sa sortie <3.

Mitsuha est une jeune fille de la campagne, elle perpétue également une tradition, aussi belle que lourde. Elle rêve d’aller à Tokyo, de quitter cette campagne où il n’y a pas grand chose à faire.
Taki, lui vit à Tokyo.
Chacun se réveille dans le corps de l’autre, croyant à un rêve, mais si réaliste, ils ne savent pas qui ils sont, où allés, qui sont les gens qu’ils rencontrent, ils ne connaissent pas le corps de l’autre sexe. Tous deux ont de très chouettes amis sur qui compter :), mais qui sont très déboussolés par ce drôle de comportement d’un jour de temps en temps.
Quand ils en prennent vraiment conscience surtout par les autres, ils tentent de mettre des règles en place, de se dire ce qu’ils ont fait.
Chacun expérimente la vie de l’autre, ce qui est très intéressant, aussi comme ils peuvent faire bouger les choses (même si c’est aussi quelque chose à craindre). Ils ouvrent leurs horizons.
Evidemment, cela donne aussi des situations cocasses et de belles scènes de rire (ne pas aller dans les bonnes toilettes, etc).

Tout le tome 1 nous entraîne dans cet échange de corps, cette prise de conscience, de tenter de profiter ce que l’autre à a offrir (ça peut être très simple comme pour Mitsuha aller dans un café …), de faire au mieux pour ne pas tout dérégler non plus dans la vie de l’autre, de respecter son intimité, … Ils y prennent même goût mais que va-t-il se passer ? quelque chose change lors du final.

IMG_1972IMG_1973

 

Manga Time : Au-delà de l’apparence tome 2

Manga - Manhwa - Au delà de l'apparence Vol.2

Fiche

Ici, Chitose nous fait apparaître un visage au bord des larmes, une main tendue vers elle semble la consoler, la soutenir.

Mon avis/mes impressions :
Au-delà de l’apparence reste un shojo assez classique, mais efficace. Il nous fait réfléchir sur le masque qu’on peut porter toujours, ou de manière occasionnelle, ou selon les situations, de la difficulté de rester soi-même et de faire entendre sa voix.
Le dessin est super agréable, et ça se lit comme un petit pain. Arriver à la fin, on a envie de continuer à tourner les pages.
Il parle aussi classiquement de la difficulté quand on tombe amoureux, de le savoir, de l’assumer, de le nourrir ou non, quand on a un objectif, on a aussi peur de l’anéantir en s’embarquant dans ce genre d’histoire.
C’est très intéressant de jouer sur l’art, sur la création et comme ils le disent si bien de « Créer pour se recréer ». Le petit plus, la petite différence de ce shojo.

Chitose arrive à être elle-même par moment, surtout avec les gens de l’école d’art, elle s’y investit à fond.
Mais par moment, presque par habitude et par peur de déplaire, elle remet son masque, même si elle tente de dire autre chose, un peu poussée, elle veut plaire à nouveau, elle a peur d’être détesté. Mais est-ce que cela sert vraiment de se retenir ? d’être aimé pour ce que l’on n’est pas ? A force, elle se met dans des situations compliquées qui peuvent mal tourner, la faire mal voir comme les autres n’ont pas toutes les informations, les bonnes aussi.
Il y a des avantages et des inconvénients à travailler seul(e) ou en groupe sur un projet. Néanmoins en discutant, on peut accélérer la réflexion, se confronter, développer des idées ensemble.
Itsuki la bouscule toujours, mais parfois lui aussi se cache derrière un masque, il est froid, abrupte, elle ne sait plus où elle en est par moment avec lui. Mais il l’aide à avancer. Et il reste présent pour la soutenir.

On entre plus dans le tome :
Dans ce tome, Chitose participe à un projet de groupe, où elle doit comme se ridiculiser au départ, elle prend un peu peur mais se fait projeter sur la scène, mais au moins elle ne sera pas la seule.
Elle va à la mer avec le groupe, et ici s’amuser avec le sable avec des artistes en devient magique XD
Elle participe aux cours d’été et notamment a un projet personnel qui lui prend beaucoup de temps. Elle tente bien de convaincre Itsuki de se joindre à elle, mais il refuse assez violemment.
Elle a également accepté de participer à quelque chose pour sa classe.
Elle est très occupée, ne voit pas ses journées passées mais volontaire et déterminée. Peut-elle tout gérer ? Elle y croit jusqu’à ce qu’un problème anéantisse ses efforts.
Chitose doit apprendre à accepter de l’aide quand cela s’avère nécessaire.
A la fin du tome, un nouveau personnage fait son entrée…affaire à suivre ! Et classique !

Manga Time : Au-delà de l’apparence tome 1

Fiche du manga sur MN

Résumé :
Chitose s’est façonné un masque derrière lequel elle a pris l’habitude de se cacher pour être appréciée de tous. Mais sa vie va complètement changer le jour où Itsuki, un bel inconnu, lui vient en aide.
Fascinée par son regard, elle décide de le suivre et se retrouve devant les portes d’une école d’art. Armée de son plus beau sourire, Chitose demande à son sauveur de lui faire visiter les lieux, mais ce dernier voit clair dans son jeu : impossible de lui mentir !

Disponible en numérique
1er tome à prix plus doux (on est toujours dans le cadre de leur opération sympa)

Mon avis/mes impressions :
Les éditions Kana nous ont sorti ce tout nouveau tout joli titre avec un graphisme tout doux, dans la pure veine du shojo mais en questionnant les apparences. En nous invitant à voir au-delà de l’apparence.
Le graphisme est très agréable, le titre nous emporte, on rencontre déjà plein de gens dans ce premier tome, et les mimiques de Itsuki valent le détour.

Kana nous met en 4ème de couverture la jolie phrase « Créer pour se recréer » qui va très bien avec l’histoire, vu qu’on est dans l’art, et vu ce que peut faire Chitose.
On a aussi la phrase « J’en ai assez d’avoir peur que les autres me détestent. »
Chitose se méfie des autres, de ses goûts atypiques, elle ne veut pas être rejetée, avoir une place, être aimée tout simplement, alors elle revêt un masque, ça lui demande des efforts, de l’énergie, ça la coupe d’elle-même. Et on peut se demander si c’est une solution ? Si elle est vraiment aimé pour elle-même, et pas plutôt une image ? Si ça lui convient vraiment, et si elle peut s’épanouir ainsi ?
Evidemment, dans un monde qui pratique le rejet et le harcèlement à tour de bras, et que le système ne fait pas vraiment grand chose et laisse majoritairement faire, même en entreprise, on serait bien naïf, de simplement lui dire que non, et d’être elle-même. Ses craintes sont compréhensibles.

Ses amis sont-ils vraiment ses amis ? Se détourneraient-ils d’elle sans son masque ? …

Mais un jour, elle rencontre Itsuki, qui voit au-delà de l’apparence, qui voit son masque, la voilà complètement décontenancée et intriguée. Elle le suit, et s’invite dans son monde comme attirée. Il ne va pas la laisser s’en tirer ainsi, il n’hésite pas à la bousculer, lui dire ses quatre vérités, lui dire qu’elle est plus intéressante quand elle fait tomber le masque, qu’elle arrêter de jouer les petites filles modèles. Pour la décontenancer, il n’hésite pas non plus à l’embrasser !

Chitose découvre cette école d’art, et a envie de tenter de s’investir. Ce jeune homme qui a vu au delà de son apparence, ces gens qui ont l’air si vrais, ce jeune homme qui a même su apprécié ses créations. Elle a quelque part envie de cette liberté, d’arriver à faire ce qu’elle a vraiment envie de faire sans honte, sans peur de jugement.

D’ailleurs, cette école d’art lui fait déjà beaucoup de bien, elle rencontre beaucoup de monde, elle apprend d’eux, elle est surprise, elle est plus elle-même. Classiquement, elle commence à nourrir des sentiments pour son « sauveur », mais lui ne l’entend pas vraiment de cette oreille.

J’ai hâte de lire le tome 2 qui ne devrait plus tarder à être à ma disposition, sauf que je ne suis pas sûre qu’il me reste des forces en semaine pour continuer la lecture. Mais bon, bientôt :).

Manga Time : Point La Maison du Soleil (tomes 1 à 3)

Couverture La maison du soleil, tome 01Couverture La maison du soleil, tome 02Couverture La maison du soleil, tome 03

Résumé :
Petite, Mao passait ses journées dans la famille Nakamura. La vie y était joyeuse et insouciante et comblait le vide laissé par l’absence de sa mère, partie avec un autre homme, et celle de son père, travailleur acharné. Plusieurs années ont passé… Le père de Mao s’est remarié et construit une nouvelle vie de famille à laquelle la jeune fille se sent étrangère. Hiro, l’aîné des Nakamura, vit seul dans la maison familiale depuis le décès de ses parents. Face à la détresse de la jeune fille, il lui propose d’emménager chez lui…

Série terminée en 13 tomes
Fiche du manga sur MN

Pika

Disponible en numérique et en papier.

Mon avis/mes impressions sur ces 3 tomes :
La maison du soleil est un titre tout doux, tout mignon, on laisse rentrer le soleil dans notre vie, et tellement plus.
La maison du soleil c’est une maison où on se sent bien, où on apprend à vivre, à profiter, à participer … C’est important de pouvoir vivre dans un endroit où on se sent bien, comme dans un cocon.
Il est intéressant de voir ce jeune homme qui a un métier correct, intéressant, dans la vie active, à devoir tout assurer : ménage, coût, etc. Il vit tout seul à la base.
Il est mignon et intéressant de voir la relation se développer entre Hiro et Mao, et les animaux, de voir ce que chacun apporte, et sa contribution au bien être du foyer.

On n’empêche guère des écueils du shojo manga et quelque part de l’amour, des relations humaines : non dit, trio, secrets, malentendus, … Mais il y a tellement plus à en retirer, puis il fait du bien au moral. On est contente que Mao se soit trouvé un endroit digne d’être appelé maison.
Il y a aussi pas mal d’ironie, car Mao a été recueilli par Hiro, mais avec ses propres frères et soeurs, la relation n’est pas toujours évidente, et si un jour ils reviennent quelle serait la place de Mao ?
Mao nous touche avec ses différences, son caractère, sa volonté de ne pas être un poids…

Tome 1 :
Ce premier tome avait été une très jolie découverte, douce, intéressante, de jolis dessins et sentiments bien croqués, une situation familiale bien compliquée pour Mao et bien triste pour Hiro.
Ce tome met les choses en place, aussi beau que triste, et parfois on est mal à l’aise.

Tome 2 :
Ce deuxième tome confirme pour l’instant le bien que je pense de la série, même si les travers du shojo reste, et que vraiment le monde est petit parfois.
Je me retrouvais comme ma précédente lecture dans la thématique de la chaleur d’un foyer. Les paroles que dit Mao par moment font mal, sont bien tristes quelque part, et c’est bien comme cela qu’elle ressent les choses, sa vérité. Cela explique les difficultés, les peurs qu’elle peut avoir par moment.
Mao est également pleine de surprises vu qu’elle écrit un roman sur mobile et qu’en plus elle rencontre du succès, se posant des questions sur ses sentiments pour Hiro, elle bloque, et un de ses fans la joint, l’encourage et lui propose une rencontre.
Mao se demande si son père va tenir sa promesse envers Hiro, s’il se soucie vraiment d’elle.
Daiki va faire une réapparition, le frère d’Hiro. C’est intéressant.
Mao est partagé, elle a peur que si la famille d’Hiro se réunit, elle ne trouve plus sa place ici non plus.

Tome 3 :
Une fois encore, un tome tout doux, tout chou, tout mignon. Mettons un peu de soleil dans nos vies.
Le chien Croquette apporte une présence agréable en plus, c’est doux de s’amuser avec lui, quand il vient quand Hiro rentre le soir d’une journée harassante. Mais c’est aussi un coût, des soucis, il faut l’élever.
Le père de Mao nous met mal à l’aise, nous fait nous poser des questions, d’ailleurs Hiro aussi et il le confronte, le pousse à continuer à venir en personne, et que sa fille et lui parlent.
Mao est différente, elle a des goûts pas communs, ce qui lui a valu des difficultés relationnelles. Mais un jour, elle rencontre son amie Chii-san, et tout change pour elle. Elle est acceptée comme elle est, c’est quelqu’un avec qui elle peut bien discuter, d’ailleurs elle va enfin pouvoir vider son sac.
Par ailleurs, on voit que son ami qui a toujours eu du succès auprès de la gente féminine s’en méfie avec l’expérience de ses soeurs, mais Mao qui a des réactions différentes a su le toucher.
C’est intéressant de voir comment ces 3 là se sont rencontrés.
Mao n’a jamais vraiment appris les tâches ménagères, et fait pas mal de choses de travers, en plus comme elle est maladroite. Une fois que Hiro comprend la raison, il pourra l’aider, ainsi que Chii-san (maintenant qu’elle est au courant de la situation) comme ça ils seront 2 pour participer.
Et devinez qui vient à la fin ?

La maison du soleil avec ses dessins doux, sa maison bienveillante fait entrer le soleil également dans nos vies, dans nos coeurs. Cette série en 13 tomes est pour le moment un grand coup de coeur, et on sent bien à sa lecture. Malgré les travers de la vie, des situations, on a le sourire aux lèvres. Il croque également plein de moments, d’instants de vie. Il y a également des situations amusantes.
J’attends chaque tome avec impatience ❤

Lecture Time : Au gré du vent

au-gre-du-vent-pika-graphic_m

Résumé :
Pourquoi l’indice de bonheur des Népalais est-il si élevé malgré leur pauvreté ? C’est ce que la jeune Yumeng part découvrir afin d’écrire un article à la demande de sa rédactrice en chef. Durant le voyage, elle rencontre Wang, un gosse de riche qui vient de rater son mariage, et Li «Sang Chaud», jeune fille spontanée que son copain vient de quitter. Avec les autres voyageurs du groupe, ils vont tenter de trouver un sens à leur vie tout au long de cette aventure jalonnée de moments d’amitié, de bagarres, de retrouvailles et de révélation !

Fiche manga MN

Disponible en numérique.
One-shot : vous avez l’histoire de l’auteur en entier avec ce livre.

Sur la couverture, on voit la jeune fille avec son écharpe, le vent a l’air de l’emporter, ainsi que des cheveux. Un autre jeune homme, et une fille (oui c’est une fille) en arrière et un paysage.

Mon avis/mes impressions :
Au gré du vent passe la vie, les saisons, le temps. Le titre prendra aussi vers la fin un sens plus littéral.
Une chronique sociale douce amère, avec des couleurs chatoyantes, un voyage original qui permet de nouvelles rencontres, s’ouvrir à une autre culture, découvrir d’autres choses.
Une opposition entre la ville excitée, folle, toujours en mouvement et un endroit plus calme.
Une belle lecture qui peut vous faire réfléchir, ou simplement vous évader, sans rien de révolutionnaire non plus.
J’ai beaucoup aimé le graphisme, et découvrir plein de paysages le tout en couleur.

On a une jeune femme, chroniqueuse dans un journal dans la grande ville de Pékin, toujours en mouvement, éclairée la nuit. Elle était censée partir en Toscane faire un sujet, mais finalement elle est envoyée au Népal, et s’y rend plutôt à contre coeur.
Un jeune homme qui se dispute avec son père.
D’autres gens à l’aéroport.
On rencontre pas mal de gens, des gens qui ne se seraient sans doute pas adressés la parole sans ce voyage, d’âges, de niveau social différent, avec chacun son bagage, son histoire personnelle, sa raison de faire un voyage au Népal.
La jeune femme est touchante, notre chroniqueuse, elle fait bien écho à la jeunesse désabusée, et aux problèmes rencontrés comme le logement…
Ils tentent d’apprendre à se connaître, de s’ouvrir à la culture mais ce n’est pas toujours facile, et là aussi un mot mal placé devant les locaux peut poser problème, de faire avec ce qu’ils ont (il peut y avoir des surprises), de profiter de ce que le Népal a à leur offrir, de se confronter, se disputer, réfléchir à soi même et à sa vie.

Autant qu’elle doit rendre son article à temps, qu’elle devrait tenter de faire la part des choses voir le positif, le négatif, être professionnel dans son article me paraît normal, dit comme ça cela serait normal, mais la rédactrice qui lui dit vends du rêve, donne envie d’aller là bas, alors quitte à mentir ? inventer ? et si ce n’est pas à temps quelqu’un d’autre qui n’y est jamais allé va pondre un article, là ça ne pousse pas à faire confiance au journalisme et à ce qu’on lit.

Comme partout il y a du positif et du négatif, pour un voyage, faire une pause, si on est ouvert à d’autres cultures ça le fait d’être au Népal, on se ressource, on fait des choses que dans notre grande ville que ce soit Pékin ou ailleurs on ne pourrait faire : voyager sur le dos d’un éléphant, se faire doucher par l’éléphant …
Mais économiquement ce n’est pas tout rose, le travail il n’y en a pas tant que cela (c’est expliqué)…

Pour finir, on a le droit à quelques croquis se préparation.

En tout cas, l’auteur a su croquer une tranche de vie sociale douce amère et nous dépayser.

Un échantillon de ce superbe graphisme ❤

 

Lecture Time : Devil’s line tome 2

Fiche MN

Disponible en numérique

La 1ère chose que je me suis dite c’est la couverture a l’air douce, à l’opposé du tome 1, toute blanche, mais on voit aussi de la neige, et une coupure sur le visage, ainsi que des yeux tristes.

On continue l’histoire, on continue d’apprendre des choses, on fait la connaissance d’un personnage intéressant nous en apprenant beaucoup, nous montrant également d’autres possibilités.
Et comme toujours il ne faut pas juste rejeter car différent. Il y a des humains pire que les vampires.
Classiquement on voit aussi un groupe qui s’est formé pour anéantir les vampires, où chacun a ses raisons.
La perte de raison impossible à arrêter avec juste de la bonne volonté est bien traitée aussi.
C’est bien fait, bien mené, non édulcoré.
Pour ceux qui ont une certaine expérience, rien d’innovant non plus.

Puis ça peut faire lecture d’halloween aussi :p

Tome 3 prévu pour le 4 décembre
Une couverture blanche, mais des yeux rouges et un sourire à vous faire peur.

11012460_10206086358492814_2012684101675373787_n 12189701_10206086358692819_7664402022385073903_n 12079550_10206086358932825_5375175833010536174_ndevils-line-3-kana

Lecture Time : Devil’s line Tome 1

Fiche MN

Disponible en numérique

———–
Histoire :
La société des hommes n’est pas celle que l’on croit. Sans le savoir, elle abrite une population de vampires qui côtoient les humains tout en dissimulant leur vraie nature. C’est ainsi que Tsukasa, étudiante à la vie tranquille, va en faire l’âpre découverte. Sauvée de justesse par un homme nommé Anzai, elle comprend que ce dernier n’est autre qu’un membre d’une brigade spéciale, chargée de neutraliser les vampires ayant franchi l’interdit : boire du sang humain.
Au contact de la moindre goutte, ces créatures deviennent des monstres incontrôlables, animées par une rage folle… que le jeune Anzai, être hybride, a de plus en plus de mal à maîtriser.
Une irrésistible attirance naît entre Tsukasa et Anzai, dont la soif de sang ne cesse de s’accroître en sa présence… Vampire et humain, prédateur et proie…
——–

Mon avis/Mes impressions :

Bonne découverte, avec de jeunes gens confrontés à la vie, des questionnements, des vampires, mais sur un ton résolument plus adulte, non édulcoré.

La 1ère chose qui m’a sauté aux yeux c’est que sur la couverture, il y a le logo Big Kana, et effectivement c’est dans la collection Dark Kana.
Ce n’est pas pour les âmes trop sensibles, les gens trop jeunes ou immatures. Je previens quand même.

Le ton est résolument plus mûr, adulte. On retrouve des choses classiques sur les vampires mais traitées de manière adulte.
Dans ce 1er tome, on apprend petit à petit les règles, on fait connaissance avec les personnages, on a le côté être différent et dans ce cas un vampire, mais également des humains pire que des vampires, la difficulté de la relation amoureuse humain/vampire.
Les dessins son agréables, directs, épurés, à certains moments on a l’impression que certains personnages sont mal dessinés, moches, mais c’est dans doute fait exprès pour montrer la laideur, ils jouent sur les cernes aussi.
Comme beaucoup de fois, attention le sang leur fait perdre la tête, même avec quelqu’un avec qui vous pourriez être depuis longtemps, donc on nous dit bien ne prenez pas les choses à la légère.
Le gars Anzai peut être très direct XD.
Une autre chose que j’ai bien apprécié, la jeune demoiselle est à la fac, à l’époque du mémoire, à avoir fait des connaissances à la fac, mais qui connait on vraiment ?!
Travailler ou le doctorat ?! Je ne peux m’empêcher de penser à une saga littéraire que j’adore, et c’est très appréciable d’avoir la vie de jeunes adultes.

Je suis contente d’avoir le tome 2 sous la main, pour me faire encore un meilleur avis, et continuait à avancer dans cette découverte.

12105924_10206077980643373_6889647870596333833_n 12065714_10206077981003382_519552118804956807_n 1002380_10206077981243388_269962847803073422_n

Lecture Time : Les misérables Tomes 1 à 3

Suite à ma lecture du tome 3, j’en profite pour en parler ici aussi, grâce à mon groupe, je vais pouvoir récupérer les avis sur les 2 1ers aussi 🙂

Fiche manga

Disponible en numérique

MN

—–
RÉSUMÉ

Jean Valjean soutient depuis toujours sa soeur et ses 7 enfants. Il essaie de gagner de l’argent et de les nourrir comme il peut en élaguant des arbres. Mais l’hiver arrivé, il n’a plus de travail. Après avoir vendu le pistolet de son défunt père, il ne peut même plus braconner et se trouve obligé de voler du pain pour les empêcher de mourir de faim.
Malheureusement, il se fait arrêter. Sorti de prison après 19 ans d’incarcération, c’est un homme changé, un rebut de la société qui n’a plus foi en rien. Après s’être fait rejeter de toutes les auberges et tous les villages sur son passage, il trouve refuge chez l’évêque Bienvenu, un homme d’église au cœur bon, qui ne vit que pour aider son prochain… Commence alors pour Jean Valjean, l’ancien forçat, une nouvelle vie.

LES POINTS FORTS DE LA SÉRIE:

La série reprend très fidèlement l’histoire du roman mais offre un support original et des illustrations remarquables. Idéale pour les curieux, les passionnés de l’œuvre…

Entre expériences amoureuses, aventure et conflits d’époque… ce classique littéraire ne vous aura jamais paru aussi moderne qu’en manga !

———–

Tome 1

C’est un classique, une histoire connue mais qui mérite de l’être
C’est un long roman en plusieurs tomes que j’ai lu une fois, il y a fort longtemps
Mes derniers souvenirs sont aussi un film comédie musicale
et un anime avec des sorties disparates, lentes que je n’ai jamais réussi à finir du coup

Le manga en lui même était super; j’ai été très agréablement surprise
J’y retrouve des éléments connus et révoltants : cette disparité énorme entre riche et pauvre, se faire arrêter pour ça (un vol de pain et même pas que pour lui) et surtout autant de temps.
En plus, il n’est pas fainéant du tout, essaye de trouver du travail, a beaucoup de gens à nourrir, et les petits ne sont pas fort raisonnables.
Après en exacerbant ses sentiments, il se fait d’autant plus avoir, à avoir plein de prolongations de peine.
Et pour achever le tout une fois sorti marqué ainsi, quelle chance de refaire sa vie ? avoir un travail ?
Vous « naissez du mauvais côté de la barrière », toujours plus dur.
Le graphisme est très agréable, beau, nous fait bien ressentir le lot d’émotions.
Dans ce 1er tome, on est témoin de la déchéance de Jean Valjean, de la haine qui naît en lui, comme quelqu’un peut changer les choses alors que d’autres enfoncent (expliquer moi l’utilité d’enfoncer les gens ainsi ?)
On a le droit à quelques belles pages couleurs *o*
Et il y a une superbe analogie faite avec les animaux.

Très belle découverte, fortement recommandé
Oui, classique, oui on suit ce que beaucoup connaissent déjà
mais je le conseille

et si ça peut permettre aux jeunes gens de découvrir cette histoire, c’est bien !

Tome 2 

Le graphisme est superbe.
Les quelques pages couleur sont très appréciables et superbes aussi
On reste sur ce qu’on connaît et on va se concentrer sur Fantine, une belle femme aux cheveux d’or, qui a l’air toute gentille, au début c’est la joie, elle est entourée d’amies…

Ca a toujours de quoi m’émouvoir et me révolter les différentes situtations de cette histoire (et il y aurait de quoi discuter un bon moment).
En tout cas, des personnages bien connus apparaissent : Thénardier, Javert, Cosette.

Fantine a fait quelques mauvais jugements qui lui coûteront très chers et pas seulement à elle.
De plus être une femme et dans sa situation à cette époque n’arrange guère les choses.
Ca devient comme un horrible cercle vicieux.

On revoit aussi Jean Valjean et on voit ce qu’il est devenu.

C’est toujours fou de voir comme de petites choses peuvent tout changer, une bonne rencontre, une mauvaise rencontre, les décisions prises, quelqu’un qui vous accorde sa confiance ….
Et notre passé nous marque et n’est pas pour rien dans nos agissements, réactions d’aujourd’hui.

C’est une bonne occasion de se replonger dedans ou de découvrir cette histoire pour ceux n’ayant point eu le courage de se lancer dans les livres.

C’est aussi l’occasion d’être à une autre époque: le XIXème siècle et en France.

J’évite de parler de tous les évènements, même si c’est connu de la majorité, c’est possible que pour certains ce soit une première fois.

Tome 3

J’ai été un peu surprise que dans mon sommaire on me parle de Cosette, et que finalement même s’il devait aller la chercher, il a un empêchement et on la voit juste à la fin.
A n’en pas douter, que le prochain tome sera centrée sur elle.

Cette histoire me prend toujours autant aux tripes et me révolte.
On peut se poser plein de questions suite à elle.

Je risque de rentrer peut être un peu trop dedans, mais comme c’est très connu, je rentrerai pas à fond dedans non plus.

Un titre que je vous recommande 🙂

Déjà, c’est comme si on avait une mauvaise communication entre Jean Valjean et Fantine, mais c’est aussi là que je me suis dit pour la première fois méfiez vos des intermédiaires, mieux vaut parler directement à la personne.
Ensuite on a les Thénardier, qui n’arrête pas de demander de l’argent pour Cosette (et comme vous vous en doutez ou le savez ne sont guère fiables).
Et puis vous avez le tiraillement de Jean Valjean qu’on ne peut juger, de toute manière on le ressent bien, on voit rationnellement mais aussi ce que ça lui fait, aussi les conséquences, et en plus les efforts qu’il doit faire.
Ce qui m’énerve toujours autant c’est Javert, qui n’a rien compris, et reste droit comme un I mais beaucoup trop !!! Et également la majorité des gens quand ils disent oui il était trop gentil, fallait bien que ce ne soit pas un honnête homme, en gros comme la majorité se détourne de lui malgré toutes les bonnes choses qu’il a apporté.
En gros, êtes vous condamnez par votre passé ? pouvez vous vous fier aux gens ?

La déchéance de Fantine brise toujours autant le coeur, clairement avec ce qu’elle a vécu, y avait il vraiment une chance de surmonter cela ?

Tome 4 prévu pour le 11 février 2016
Oui, les sorties sont pas mal espacées !

Bonne initiative de Kurokawa de ne pas avoir tourné le dos à ce grand classique.
J’espère que ça pourra contribuer à encore mieux la faire connaître, surtout aux jeunes et aux gens qui n’ont pas voulu lire tous ces pavés *compréhensible*

Je vous le recommande chaudement ❤

11091353_10204750697462123_5488800709616541227_n 10355015_10204750696662103_3305307101338741446_n 11080890_10204750696622102_8303559600205910549_n 11100150_10204750697582126_140404644199404041_n 11080890_10204750702262243_5554295587897670881_n

Lecture Time : Blue spring ride tome 11

Fiche MN

C’est une excellente histoire d’où se dégage toujours des émotions intenses, sans oublier le reste du groupe d’amis.
L’auteure est rigolote, et elle nous parle aussi de l’anime et du film live, où l’intensité des émotions a sû être conservée.
Je recommande chaudement le tout, et le manga sera fini en 13 tomes.

Disponible en numérique.

Un tome riche en émotions.

Dans ce tome, c’est la fin du voyage scolaire. Kô met de l’ordre dans ses sentiments, son
passé. Il sort du parc, Futaba va se dévouer pour l’accompagner en tant que représentante
des amis de Kô. Ils se rendent compte qu’il reste quelque chose entre eux. Kikuchi est très
gentil. Chacun essaye de faire de son mieux en tenant compte de ses sentiments réels. Et
ils se confrontent, à un moment il faut bien se parler.
Leurs amis c’est pareil, ils se parlent, se confrontent, avancent dans leurs histoires respectives tout en faisant au mieux pour leurs amis.
Makita fait plus ample connaissance avec son petit ami, fait des activités avec lui.
Murao et Kominato parlent ensemble, se confrontent, on apprend à mieux connaître Kominato par son enfance.

 12107019_10206006224449513_5103024221570033888_n12144953_10206006225329535_1552562111385018214_n