Cinéma Time : Point films

Le petit Nicolas
Les vacances du petit Nicolas

M6 a eu la bonne idée 2 mardi soir à une semaine près de nous plonger dans les aventures du petit Nicolas. Ce petit a quelque chose d’attachant. Il est de classe moyenne : ses parents ne sont ni vraiment pauvre ni vraiment riche.
Cette saga est désopilante, on rigole bien et on passe vraiment de bons avec eux. Les enfants peuvent avoir une de ces imaginations débordantes o_O.
Quand il est avec ces potes, c’est encore plus de bêtises par moment, plusieurs cerveaux qui réfléchissent mais pas forcément de la bonne façon XD.
Cela ne se passe pas dans nos années mais quelques temps avant (vers 1960).
Le premier film reste meilleur que le 2ème, mais on passe quand même de bons moments dans le 2ème aussi.
Et aussi ces chers enfants changent d’avis comme de chemise loool.
Dans le 1er film, un pote de Nicolas a eu un petit frère, il note certaines choses qui ont changé, et d’un coup Nicolas note les mêmes, s’inquiète, croit qu’il va être abandonné comme le petit poucet… Une imagination débordante et des discussions pas assez claires XD.
Dans le 2ème film, on dit un au revoir tonitruant à l’école, puis Nicolas part en vacances, là il va inventer des choses, croyant encore un drôle de truc, et faire la rencontre de plein de potes différents.
Les parents sont touchant à un moment donné ^^.
Alors, oui ça peut être exagéré, formaté, oui comme le petit Nicolas a grandi le temps de faire le 2ème film, c’est quelqu’un d’autre qui a pris sa place (et y avait un autre truc bizarre). Mais ce sont de bonnes détentes pour l’été à voir et revoir.

Diana 

affich_25458_2

Je l’ai pris comme un film à part et c’est intéressant de suivre une princesse alors qu’elle n’est plus une princesse. Malheureusement, j’ai trouvé qu’il lui manquait quelque chose.
Diana a la bonne idée de se servir de son pouvoir pour tenter de faire bouger les choses, s’investir dans des causes, mais elle ne cesse d’être traquée par des « pseudo-journalistes » à scandale, des paperazzis, parfois elle en joue, mais souvent elle est agacée de perdre son intimité. Autant ces combats ont à être connu, mais son intimité devrait lui appartenir. Elle tombe amoureuse d’un médecin étranger, qui est très attaché à sa carrière, même s’il tombe sous le charme de la femme, il a bien du mal avec l’image de Diana, et surtout de risquer d’être suivi comme cela, tout le temps. Diana tente de tenir le coup jusqu’à l’effondrement, l’épuisement. Jusqu’à ce qu’ironiquement le fait d’avoir été princesse, d’être connue la prive de quelque chose d’important pour elle.
Le film a de grosses lenteurs.
La dernière scène est poignante. C’est vraiment fou comme certains humains ont une aura qui attire les autres.

Jeu trouble / Come and Find Me

J’aime bien son titre en anglais : Viens et trouve moi. Vous n’en avez pas entendu parler ? Normal, il est sorti direct en VOD sans passer par la case cinéma, et ça se tient comme ça. Un thriller sympathique à voir une fois.
J’ai beaucoup aimé voir le couple construire sa vie par flashback, partager de tendres moments, parfois ils se disputaient aussi.
Un jour, Claire, sa future femme, sa fiancée, sa promise disparaît. David commence alors à chercher là où il ne faut pas. Mais qu’est-il arrivé à Claire ? Qui est-elle vraiment ? L’a-t-elle seulement aimée ? (et comment aurait-elle pu simuler à un tel point ?) Quelqu’un l’a enlevé ? Est-elle partie ? N’a-t-elle pas eu le choix ? POURQUOI ?
A première vue, lui semble avoir un métier stable, et elle semble plus dans l’émotionnel. C’est aussi sympathique de voir quelqu’un passionné par la photo, en faire en noir et blanc, dans un espace dédié pour les développer ..
Leur rencontre est inattendue, sympathique, et le début du film commence sur un drôle de jeu XD. Il y a des moments tendres, adorables, de vie tout simplement, et aussi la quête de la vérité.
Beaucoup aurait renoncé, mais David ne renonce pas, il veut retrouver Claire et enfin savoir la vérité (coup assez classique mais pas pour le commun des mortels XD).

Publicités

Manga Time : Un coin de ciel bleu tomes 1 & 2

Manga - Un coin de ciel bleuManga - Manhwa - Un coin de ciel bleu Vol.2

Fraîcheur été garanti 🙂

Résumé
Bienvenue à Aobato, coin tranquille loin du tumulte de la ville, quelque part sur la côte japonaise. Doux bruit des vagues, chant apaisant des oiseaux, mais aussi rires en cascade sont au programme ! C’est là que vivent Haruka, Yuki, et Misaki, trois amies unies comme les doigts de la main, malgré des personnalités très différentes. Venez donc découvrir leur quotidien : entre les balades sur la plage et les festivals d’été, impossible de résister à l’envie de rejoindre ce joyeux trio !

Série éditée par nobi nobi, et sera finie en 3 tomes

Mon avis/mes impressions :
Nobi nobi nous embarque cette fois ci dans une lecture feel good, sans prise de tête, on nous invite à partager de brefs instants de vie de 3 amies.
Les scénettes vont très vite, cela fait juste quelques pages, j’ai d’abord été surprise.
Le manga est un peu lourd (son poids), et coloré. Il est tout en couleurs, le texte a des changements de couleurs, les bulles aussi.
Les graphiques sont agréables et on apprend à connaître ces 3 jeunes femmes, amies pour le meilleur et pour le pire XD
Bref, si vous voulez du tranche de vie avec des petites histoires, de l’amitié, qui fleure bon le soleil, l’été, s’amuser, du rire, la vie, venez embarqué pour cette petite série de 3 tomes, et sinon passez votre chemin.
A la fin, on a des bonus très sympa (en savoir plus), ainsi que de très belles illustrations pleines pages tout en couleurs *o*

Le manga parfait pour l’été, quand il fait chaud, pour s’évader et à se ressortir chaque été XD

Manga Time : Desperate Housecat Tome 1

Résumé :
Quel est le point commun entre une chatte qui se prend pour une pin-up, un pigeon tueur jaloux (tout droit sorti d’un film de Hitchcock !), une belle-mère psychorigide, un monstrueux beau gosse verdâtre et une équipe de marqueteurs ratés ? Aucun, à part qu’ils sont les héros du premier manga 100% gags…

Fiche de manga sur MN

Mon avis/mes impressions :
En voilà un drôle de manga, qui aime nous tromper à sa première heure, en nous faisant croire que c’est un manga sur les chats. C’est surtout des petits morceaux de vie croqués avec une terrible ironie.

Je n’ai pas d’effet spécial qui s’est dégagé, de sentiments, bien sûr j’ai senti la terrible ironie. J’ai même essayé alors qu’on m’avait déjà détrompé sur le sujet.
On a un chat en couverture dans une drôle de position, et un co pour compagnie nous prévenant plus ou moins XD
La couverture si on la soulève donne le ton et nous parle de couper dedans (mais oui bien sûr, ça commence bien)
La chatte surnommée Deneuve par un lycée est trop drôle XD.
Il y a quelques groupes de personnages qu’on retrouve, des instants de vie croqués.
Une fille et sa belle mère, à se demander si la fille est naïve ou intelligente et qu’elle en joue, une fille avec son petit ami qui doit subir son compagnon : un pigeon.
On voit également une lycéenne, bien sous tout rapport, douce, mais on nous montre ce qu’elle pense vraiment, ce qui se passe dans sa tête, où elle explose littéralement. La peur de dire ce qu’on pense vraiment ! Etre ou paraître !
C’est un peu pareil la petite amie essaye de faire avec le pigeon, alors qu’il lui fait des misères et qu’elle rêve de s’en débarrasser …

C’est un peu des instants de vie tournés en dérision, on en montre toute l’ironie.
Ce manga fait partie de la collecion WTF (What the Fuck) des éditions Akata.

Manga Time : Kiss Him, Not Me Tome 1

Résumé:
Kae est à la fois une Otaku et une Fujoshi (fan de boy’s love/Yaoi, qui aime voir les hommes ensemble), très enrobée et presque inexistante. Un jour, elle est choquée par la mort de son héros de dessin animé préféré et, déprimée, elle s’enferme dans sa chambre plusieurs jours durant. Après une perte de poids assez violente, elle revient au lycée et découvre qu’elle a dorénavant un physique de rêve, qui pourrait s’avérer ravageur…

Mon avis/mes impressions :
Un shojo très frais et drôle, qui prête aussi à réfléchir et joue totalement sur les apparences. Une bonne surprise.

C’est assez marrant car sur la couverture, elle se tient la tête et crie, du coup on peut penser à quelque chose d’horrible, du coup on est dans la bonne période : Halloween :p.
Elle est entourée de 4 beaux gosses, et le titre est « kiss him, not me » : « Embrasse le lui, pas moi ».

Junko est une auteur de Yaoi, qui cette fois s’essaye au shojo mais en utilisant ce qu’elle connaît bien.
Je ne suis pas spécialement fan de Yaoi, ça ne me dérange pas d’en lire non plus de temps en temps, je suis curieuse. Mais en tant que personne, je ne comprends pas spécialement quelqu’un comme Kae qui se fait des plans à tout va et à est très extrême. Dans toute passion, je conseillerai d’éviter d’être trop extrême ^^’.

Bref, les premières pages se laissent lire sans que rien de particulier ne s’en dégage. J’ai eu une petite pensée pour journal d’une fangirl et otaku girls.

Seulement voilà, suite à la perte d’un personnage d’anime, elle se prostre chez elle, ne sort plus, et un beau jour quand elle sort de la couverture, elle est belle, elle ne se reconnaît elle-même plus, la majeure partie de ses camarades de classe non plus sauf un.
Inutile d’essayer cela chez vous !!!

Et c’est ce jeu des apparences qui est plus intéressant. Surtout que s’ouvre à elle de nouvelles possibilités, de nouvelles portes.

Elle a une amie qui est toujours fidèle et partage la même passion, mais elle a évité d’en parler à son petit ami de peur de le perdre.
Il y a 4 garçons qui la connaissait avant, de caractères bien différents, dont un qui est très direct et ne fait pas dans la dentelle. Il lui a quand même sorti un jour quelque chose du genre non, ça va, je ne me suis pas fait mal, tes bourrelets ont amorti le choc.
Il y a aussi son frère et sa mère, son frère a un côté très rentre dedans, et il n’hésite pas à la « vendre ».

Elle essaye d’abord de faire taire cette passion, mais on ne change pas qui on est en claquant des doigts, d’un seul coup devant sa beauté ils sont beaucoup plus ouverts, sauf qu’ils ne s’imaginaient peut être pas que c’était à ce point là.

D’un seul coup plusieurs veulent sortir avec elle, et si on sortait tous ensemble ?
On lui demande de l’aide en sport, sous prétexte de connaître des animes sportifs elle se dit pas de problème huhu, elle va déguster mais elle a beaucoup de volonté.
Elle prépare déjà ses vacances avec plein d’événements liés à sa passion, sauf qu’un professeur lui rappelle que si elle n’a pas la moyenne ce sera rattrapage.
Quand ils viennent chez elle travailler, elle se dépêche de tout ranger, enfin caché.

img_7083

Je vous laisse le plaisir de découvrir le reste par vous-même 😉

Manga Time : Le monde de Ran Tome 1

monde-de-ran-1-black-box

Résumé :

Ran a 10 ans et dans sa famille, il y a son père, sa mère et son grand frère. Ils pourraient presque passer pour une famille normale, seulement, ils possèdent tous un pouvoir magique !

Ran veut découvrir le monde, rencontrer des gens et voir sa maman plus souvent. Voilà, c’est ça sa vie !

Découvrez la vie de cette famille pas comme les autres dans les 7 volumes du Monde de Ran.

Série en 7 tomes. De Black Box Editions. Écrite par IRIE Aki.

Mon avis/mes impressions :
Une très belle couverture foisonnant de détails, un sublime graphisme.
On suit la vie d’une famille, seulement c’est une famille de magiciens ! Ainsi des petites choses peuvent rapidement se transformer.
Un très bon 1er tome qui nous entraîne dans un nouvel univers. On y est bien, tout va bien, mais juste à la fin, on se fait laisser en plan.

Si vous voulez garder toute la surprise, méfiez vous des résumés que vous pourriez trouvé. On voit très vite que chacun a un pouvoir particulier, j’en laisse la surprise ici, mais dès le 2ème tome, ce sera considéré comme acquis.

On commence avec la jeune Ran, 10 ans, qui cherche partout ses chaussures, pas n’importe lesquelles, et elle a ses raisons ! Jin, son frère, lui dit de faire le ménage et qu’alors elle les trouvera. Sa chambre est un sacré bordel. Une vie de famille somme toute normal.
Jusqu’à ce que la magie apparaisse !

Leur maman joue plus les absentes, mais elle a une magie forte, et est réclamée ailleurs. Elle se fait d’ailleurs bien remarquée quand elle va voir sa famille !

Du coup, la magie est-elle connu du commun des mortels ? de certains ?
On a des doutes avec ce que la mère a fait.
Mais d’autres en voyant Ran à l’école. Il semblerait qu’elle ait du mal à s’intégrer. Et vu ces essais houleux, certains se font de fausses idées !

Il faut se méfier de ce qu’on dit à Ran, elle se mettra en danger.

Plus tard, on croise un homme nu. On apprendra plus tard la raison, il passera sans problème, mais qui est-il ? Il va également rencontrer Ran et être induit en erreur. Son pouvoir  (celui de Ran) se confronte à la réalité : les agissements d’une gamine de 10 ans, qui ne voit pas certaines choses ! Il est très intrigué par elle, vu comment elle lui est apparu aussi XD

On a hâte d’en découvrir plus, surtout qu’un nouvel événement survient juste avant de se faire laisser en plan. ce n’est pas tant ce qu est annoncé, mais la réaction de quelqu’un qui intrigue fortement !

 

Manga Time : Telle que tu es Tome 1

telle-que-tu-es-1-kana

Résumé:

Sumugi est une adolescente douce et attentionnée. Ce qui la différencie des autres filles, ce sont ses quelques kilos en plus qu’elle porte sans complexe. Elle a subi autrefois quelques brimades… mais au lieu de se laisser abattre ,elle a décidé un jour de continuer à s’aimer elle-même quoi qu’en disent les autres.
C’est attiré par cet optimisme que Yukiya, un beau garçon, lui demande de devenir sa petite amie.Tsumugi hésite, assez incrédule qu’un garçon s’intéresse sincèrement à elle. Mais cette attirance de Yukiya pour elle va générer de la jalousie chez les autres filles…

Fiche de la série sur MN

 

Trailer de la série

Mon avis/mes impressions :
Telle que tu es est un shôjo qui sous des airs classiques parle de l’acceptation de soi-même, est tout doux, frais et pétillant, nous fait sourire et réfléchir. Et qu’on est vraiment pas égaux face aux choses !
Même si on doute de lui, on le voit faire des efforts et l’aimer vraiment pour ce qu’elle est !

On découvre que la jeune Sumugi voulait faire plaisir à sa mère, en finissant les bons petits plats maison qu’elle préparait, qu’elle mange sans s’en rendre compte quand elle est nerveuse, que même si elle fait des efforts, elle perd très difficilement du poids. Le plus gros problème du surpoids est si ça commence à influencer en mal sur la santé. Et pourtant face aux autres, à la société, le plus gros problème c’est le regard des autres. Et si en plus, vous êtes avec quelqu’un qu’ils ne jugent pas digne de vous, en va vous en casser du sucre sur le dos !
Sumugi a tenté de garder le sourire, face aux moqueries de ses camarades, elle a d’abord tenté de s’aimer soi-même : « Aime toi, toi-même, et les autres t’aimeront. » Elle a bien raison, ne serait-ce qu’après elle dégagera une image plus positive et attirera plus les autres, et surtout elle sera bien dans sa peau. Enfin, on a beau le savoir, cela ne suffit pas forcément. Et parfois, toute notre bonne volonté retombe. Sumugi, c’est pareil. Au moins, cela l’aura fait rencontrer une très bonne amie, qui veille au grain ! Une grosse épreuve l’attend à la fin : quand il faut aller à la piscine, et que notre corps est livré en pâture.

Yukiya, appelé le gâchis de beau gosse, parce qu’il aime les grosses. Comme m’a dit un jour un pote une fois, tous les garçons n’aiment pas les squelettes où il n’y a rien après à toucher ^^’. Par contre, dans le manga, c’est bien exagéré, et il en découle des situations très drôles. Il adore la malaxer, ce qui donne une impression bizarre, un peu de malaise. Heureusement, il a aussi souvent sa boule à malaxer, tente de se retenir, apprend à la connaître, fait attention à elle, etc. Ce n’est pas comme si n’importe qui ferait l’affaire ! Elle l’attire ! Il nous fait quand même bien rire quand il nous explique pourquoi, voire comment il a su son attirance pour les grosses ^^’. Et les gamins, à la fin, à la piscine, ce qu’ils sortent directement ! Ouais, les gamins disent direct ce qu’ils pensent !

Ils apprennent petit à petit à se connaître 🙂 A la fin, la miss arrive à s’affirmer devant des péronnelles ^^’.

Le jeune homme pratique du Kyûdo, ça donne des images très classes et sympa 🙂

Anime Time : The Flying Witch

 

Résumé :
Makoto Kowata est une jeune sorcière âgée de 15 ans vivant à Yokohama qui n’a pas de réel but dans sa vie. Elle et son chat Chito devront toutefois déménager chez un de ses cousins au nord du Japon, à Aomori.

1 saison de 12 épisodes de 25min environ.
Un manga existe, il n’est malheureusement pas publié chez nous.
Crunchryroll s’est chargé de sa diffusion au printemps dernier.
Anime du printemps 2016.
Fiche sur SB

Mon avis/mes impressions :
J’ai tout simplement adoré ce petit anime tranche de vie, avec un zeste de magie.
Il est très plaisant à suivre. Ce n’est pourtant rien de spécial, un peu la vie de tous les jours, mais dans de très beaux paysages (on a juste envie de prendre de suite le billet d’avion pour le Japon et les rejoindre), avec plein de personnages à découvrir, et la magie qui sublime le tout et nous fait voyager, rêver. On passe par plein d’émotions et les sentiments sont bien capturées.

L’opening

Quand on rencontre Makoto, c’est une jeune femme de 15 ans qui va rejoindre une autre partie de sa famille. On apprend très vite que c’est une sorcière, et que normalement dès 15 ans elles vivent seules. Mais vu la société actuelle, ce n’est pas tout à fait cela, et c’est plus un compromis. Elle est néanmoins très bien accueillie dans cette famille, où les parents ont un peu tardé à faire leur apparition au début :p.
Enfin une personne a un peu plus de mal au départ. Il faut dire qu’elle est un peu bizarre, fait de drôles de choses, parle à son chat, et reçoit de drôles de visite. Mais très vite, ce ne sera plus le cas.
On rigole quand par exemple elle essaye de trouver un balai, parle de ses soucis avec lui… On a envie de voir des tours de magie. Il y a d’autres sorcières et on en croisera certaines 😉
Elle se perd facilement, mais elle peut toujours compter sur son familier Chito, son chat, et non ce n’est pas toujours un chat. A vous de les découvrir 😉
On fera aussi la connaissance d’une grande voyageuse, qui me donne envie de voyager, et elle a de la chance tellement plus facile comme cela, elle entretient un lien particulier avec  Makoto, que je vous laisse découvrir et d’un caractère bien différent.

C’est un régal et un beau voyage, tout en étant très simple.
Je vous laisse le soin de découvrir par vous même les merveilleux paysages, les belles rencontres, et la touche de magie qui sublime le tout, et réserve son lot de surprises pour notre plus grand plaisir ! ❤

Anime Time : ReLife

13754197_10207888589347459_6015618309416550096_n

Remarquer le I qui devient une pilule.

Fiche de la série sur SB

Résumé :
Arata Kaizaki a 27 ans et est sans emploi. En effet, il rate tous ses entretiens et n’a tenu que trois mois dans sa dernière entreprise. Un jour, il fait la rencontre Ryo Yoake, membre de l’institut ReLife Research et propose à Arata d’être cobaye pour leur dernier projet ; un médicament qui lui permettra d’avoir l’apparence d’un lycéen de 17 ans et de pouvoir retourner au lycée.

Grâce à ce médicament, il va pouvoir rattraper ses précédents échecs dans la vie et donc avoir une seconde chance.

13 épisodes. Fini à l’heure actuelle.
Aura-t-on une suite ? Affaire à suivre !

Mon avis/Mes impressions :
ReLife est une histoire qui fait autant rire, que réfléchir, et nous apporte son lot d’émotions.
C’est un succès total, car j’ai été touchée en plein coeur ! Je suis passée par toute une palette d’émotions. La dimension psychologique n’est pas en reste, beaucoup de thématique sont exploitées.

On rit parce qu’un jeune homme de 27 ans qui doit se mettre dans la peau d’un lycéen de 17 ans ce n’est pas si évident ! Et cela entraîne son lot de quiproquos, malentendus, de plus il balise complètement quand il est seule avec une adolescente. Se comportera-t-il correctement ? Fumer, boire de l’alcool, n’est plus si évident non plus XD. Par exemple, dans le 1er épisode on nous offre un moment mémorable, surtout que sa réaction retarde, au départ il ne voit absolument pas ce qu’il a fait de mal.
On sait bien pourtant que tous les documents qu’on a signé, on est censé les avoir lu ! Ce n’est absolument pas son cas, il va avoir une grosse surprise aussi, et n’est point préparé. Je ne m’explique quand même pas pourquoi lui ne progresse pas d’un iota et enchaîne les rattrapages o_O. Qu’au début, il se fasse avoir, c’était couru d’avance, mais par après ?!
Kaizaiki a néanmoins comme un don pour rentrer en contact avec les gens, et se développent vite un cercle d’amis. Une grande force est qu’ils vont s’apporter des choses mutuellement !

Au début, on apprend que Kaizaiki a quitté son entreprise au bout de 3 mois, qu’il peine à retrouver un boulot et qu’il ment à ses potes. On a aucune idée de la raison, on se demande s’il est flemmard, on s’inquiète s’il fait des efforts que ça ne débouche pas. Et petit à petit, par bribes, on soupçonne, on le comprend mieux et quand on voit la raison et ce que lui a fait alors que tout le monde a pratiqué la politique de l’autruche, on dit bravo ! La raison, la société et les collègues ont de quoi faire bouillir le sang de colère, de rage, de désespoir ! C’est une telle honte ! Et là, ce ne sont même plus que des enfants (bien qu’à mes yeux, cela n’ait jamais été une excuse).
En plus, il a toujours un comportement professionnel, comme quand il demande une pilule pour redevenir adulte et quitter proprement son petit boulot, remettre ses affaires en ordre.

On va également s’intéresser aux autres lycéens, apprendre à les connaître, surtout ceux de notre groupe.
Cette demoiselle qui ne sait pas s’y prendre, et en voulant bien faire fait de drôles de sourire, ce jeune homme qui ne comprend pas que cette fille est amoureuse de lui, etc.

Et la fameuse entreprise ?! Elle n’est jamais loin, veille au grain, il doit y avoir un suivi pour faire un rapport, tout en limitant les interactions.
De plus, quand son responsable parle de sujet numéro 2, on a vite l’impression qu’il y a un malaise avec le sujet numéro 1, et on redoute le pire !

Oui, on aura des réponses, des surprises (qui n’en ont pas été totalement pour moi Xd).

Se mêler des affaire ou pas, jusqu’à quel point, et le deal pour des gens participant à l’expérience ReLife c’est que ça dure 1 an, et que les autres ne s’en souviendront pas. Alors, et ce même en général cela vaut-il le coup de nouer des relations qui ne dureront pas ?! Apparemment oui, c’est important, de vivre et de profiter à fond de l’instant présent. Le futur, on n’a pas la main mise totale dessus.

Lecture Time : Halcyon Lunch Tome 1

halcyon-lunch-1-casterman_m

Fiche du manga sur MN

Résumé:

La vie de Gen, chef d’entreprise quadragénaire, est retombée comme un soufflé raté.
Gen a la dalle, mais il est réduit à pêcher sa pitance dans les eaux bourbeuses d’une rivière.
Sa rencontre avec Hyos va changer le menu. La jeune fille est dotée d’un curieux coup de fourchette (ou de baguettes) : elle est capable d’avaler tout et n’importe quoi et de le régurgiter pêle-mêle, donnant vie à des créatures aussi monstrueuses que grotesques… Là où n’importe qui ferait la fine bouche, Gen voit en l’apparition d’Hyos une chance d’ajouter une étoile au guide de son existence. Mais il découvre très vite qu’en cuisine, une terrible menace plane sur la Terre… Bon appétit, Gen.

Série finie en 2 tomes.

Mon avis/mes impressions :

Une lecture très originale, décalée.
La thématique de l’histoire n’est pas mal du tout
Le rendu est particulier, le style graphisme cool, surtout les « filles d’ailleurs » :p, elles ont un look très sympa.
On nous interpelle parfois directement, on a plein de références qu’ils ont tenté de retranscrire au mieux, un lexique nous y aidant à la fin, attention pas facile de tout voir, parfois juste un numéro.

Je ne peux ni dire aimer, ni détester, mais c’est vraiment une expérience qui sort des sentiers battus !
Du coup, je vous conseille de vous faire votre propre idée, les images devraient vous y aider aussi.

On rigole aussi par moment, il faut bien car la situation de paumer des personnages pour qui ça a mal tourné fait plutôt froid dans le dos.
Ces personnages mangent de tout, elles peuvent aussi régurgiter (bonjour le spectacle) mais attention au résultat :p

 

Petits mot de l’auteur

13423851_10207624465144519_5778407777023541469_n

Cinéma Time : The Dressmaker

the_dressmaker_film_poster

Résumé:
Dans l’Australie des années 1950, Tilly, une jeune femme, vient chercher vengeance dans son village natal.

L’histoire plus complète que je reprends chez mon amie et dont vous pouvez lire l’avis ici :
Dans les années 1950, Tilly Dunnage retourne, après 20 ans d’absence, dans son Australie d’origine pour s’occuper de sa mère Molly, seule et malade. Avec sa machine à coudre et son apparence « Haute-couture », cette styliste transforme les femmes de son village et aspire à se venger de tous ceux qui lui ont fait du mal dans le passé.

Mon avis/Mes impressions :
J’ai tout de suite été intéressée, happée en voyant l’affiche avec une jeune femme élégante, classe, qui a l’air volontaire.
En lisant l’histoire, je me suis dit qu’elle avait dû être victime d’harcèlement, que non on ne pouvait pas oublier cela comme cela.
Le film est intéressant, décalé, assez original, avec du rire aussi, une belle dose d’ironie.  On admire les robes si belles, sur des gens pourtant si laids qui pas une fois lui parle vraiment, s’excusent et ne cessent de commérer. Cela me fait halluciner combien ça ne les gêne pas de profiter d’elle, ses talents, mais combien ils peuvent facilement l’abandonner, mais Tilly est douée !
Tilly renoue difficilement avec sa mère et fait le point sur son passé.

Dressmaker un beau titre qui fait rêver, couturière moins, styliste plus, mais traduit littéralement ça fait du genre : faiseuse de robes, et changer le look est toujours aussi impressionnant.
J’adore son arrivée, la valise qui se pose, l’ambiance, et Tilly qui lance des balles sur les maisons des gens qui ont contribué à sa souffrance morale, son rejet.
Au départ, sa mère a l’air d’un cas désespérée, on est dans une ville poussiéreuse du far west il n’y a guère d’aide sociale pour les personnes âgées. Et la maison est vraiment dans un sale état.
La musique contribue à l’ambiance et est assez particulière aussi.
Et pourtant, malgré les engueulades, sa mère une fois qu’elle se reprend en main, bouge d’elle même, devient intéressante.
Tilly avait l’air toute banale mais gentille, jeune, et pourtant elle est devenue une fille gracieuse, élégante, de grande classe, surtout avec ses belles robes. Ce qui nous manque c’est de la voir un peu quand elle a quitté ce lieu, après l’avoir jeté.
Tente-elle malgré tout de se faire accepter au début ? Là, non plus, après ne pas les avoir refusé alors qu’elle aurait pu, elle n’est pas au bout de ses surprises.
Ce sont vraiment de petits gens dans leur petite vie, effectivement quelque part ridicule.
Le policier nous partage, il a moins l’air d’un imbécile, même si une surprise de taille nous attend.
Et la vérité qu’elle est elle ? Une jeune fille de 10 ans a t’elle vraiment tué un petit garçon ? mais pas si innocent que cela comme c’est son harceleur. Pour survivre, Tilly a tout chassé de sa mémoire, et aujourd’hui elle tente de tout rassembler. Kate Winslet est superbe.
Elle trouve même du soutien en Teddy (Liam Hemsworth) qui tente de lui montrer autre chose de la vie, qu’elle n’est pas maudite, pour lui aussi ce n’est pas toujours facile, il connaît leurs attitudes vu que son frère est handicapé. Un homme charmant, travailleur, qui aide même Molly (la mère de Tilly), et qui joue à des jeux idiots avec ses potes. Je ne croyais pas si bien dire à ce moment là.
On remet les choses en ordre, on découvre toute la vérité.
La vie joue sa garce ironique, et la dernière partie est aussi triste que jouissive. Le tout avec une grande classe. Et Molly y a apporté sa contribution. Croyez vous vraiment qu’on peut juste tourner la page, pardonné ainsi ? Surtout en voyant le comportement des autres !

J’ai aimé aussi voir les robes, l’attention, le soin qu’elle y met, son doigté, bien expliquer le pourquoi des choses : pour de bonnes mesures, il faut tout enlever.
Sa mère, Molly, un sacré cas, qui boit pas mal, mais à un moment elle explique bien aussi à son âge, pour soulager les douleurs, d’ailleurs elle pique souvent son alcool à une certaine personne.