Manga Time : Moving Forward tome 6

Fiche

Moving Forward, tome 6 par Nagamu

Cette fois-ci c’est beaucoup plus classique, beaucoup de noeuds au cerveau et les affres de l’adolescence et de l’amour dans toute leurs splendeurs.
Par contre, il y a quelques phrases bien senties qui portent à réflexion.
Outa a été très maladroit dans le dernier tome en voulant se faire pardonner, ici il le fait avec plus de subtilités et en montrant qu’il l’a un minimum observé.
Sazuku aimerait joué avec d’autres musiciens, il en a pris conscience en étant poussé dans le tome 5 par Kuko et par le vieux homard, il prend donc son courage à deux mains et lui demande des cours.

Il y a également une très jolie sortie au parc entre 2 amis.
Des amis qui tiennent à leur amitié et ne veulent pas la perdre.
On remarque aussi l’incidence sur sa propre vie du regard de l’autre, également le poids de ses mots. Que ce soit des compliments comme tu es doué pour ça, ou des reproches, des choses méchantes tu es nul(le), inutil(e). Cela marque la personne dans un sens comme dans l’autre. Il faut veiller à faire la part des choses, également avoir différents retours, de différentes personnes.
Outa est par exemple très doué en dessin, dans son enfance on l’a beaucoup complimenté à ce sujet, ça l’a motivé à continuer à dessiner.
Une jolie série que j’encourage tout le monde à lire en tout cas.

Dans l’histoire à part, on a une jeune fille qui traîne beaucoup de bagages, pour parer à tout et aussi aider les autres, et un jeune homme qui gueule fort. La fille se trouve pas assez doué, pas assez belle, pas assez tout, et c’est le moyen qu’elle a trouvé pour être utile. En attendant, cela lui fait un certain poids tout le temps. Les autres ne font-ils que l’utiliser ?
On a toujours une certaine manipulation, un côté utilitariste quelque part, mais tant qu’elle est bienveillante, et non malveillante, ça passe. Après il faut faire la part des choses et ses choix.

Publicités

Manga Time : Moving Forward tome 5

Fiche

Un excellent tome où j’ai pensé à mon dernier livre aussi (a good girl), toute la réflexion autour des sentiments, de l’être et du paraître.
Ce tome pourrait très bien faire pleurer une partie d’entre vous à chaudes larmes, il est très touchant, émouvant, il donne des nœuds au cerveau et dégage réflexion et prise de recul par rapport à soi-même aussi.
Kuko se confronte à Outa, mais c’est différent dans ses rêves.
Ici, nous confrontons pas mal 2 façons de faire : intérioriser ses sentiments ou les extérioriser. Ne pas dire forcément tout ce qu’on pense tout le temps, ou être très naturel : rire quand on est joyeux, pleurer quand on est triste, même si c’est devant l’autre, dans la rue, au travail, à l’école. Et vous que faites vous ? Une chose que laquelle nous pouvons évoluer, réfléchir, peut-être faire cas par cas, selon les personnes, selon les situations.
Nous pouvons même envier tout comme considéré comme un extraterrestre la façon de faire de l’autre si différente de nous.
On peut aussi être influencé par la culture, comment on a été élevé, les réactions des autres…
On parle aussi maladroitement peut-être de force et de faiblesse, qui peuvent influencer sur ce qu’on décide de faire.
Il n’y a aucune solution qui est à 100% génial. Chacune a ses avantages et ses travers.
Kuko est choquée, car comme beaucoup d’entre nous elle se découvre une part sombre, c’est difficile à accepter mais il le faut, cela n’en fait pas quelqu’un de méchant. Et il faut bien qu’elle s’extériorise un minimum avant que cela craque pour de bon. Elle se rend compte que parfois elle a considéré les autres de haut, elle ne comprenait pas leurs façons de faire, d’être, qu’elle considérait comme faible.
Bref, une très jolie réflexion.
J’ai aussi beaucoup aimé le dialogue, l’échange que Kuko a eu avec son père, aussi ce moment où le vieux fait venir un jeune à lui pour partager quelque chose d’unique.
Mention spéciale à la dernière histoire aussi qui met Ibu en avant, déjà j’aime beaucoup la complicité qu’elle a avec sa maman, ce partage de passion.

Il faut aussi se rappeler que ce sont des adolescents qui se découvrent.

Manga Time : ReLife tome 6

Fiche

Manga - Manhwa - ReLIFE Vol.6

Couverture

On retrouve Arata avec un air perdu sur la couverture, mais qui a l’air d’arriver à faire sa cravate (oui pendant un temps il n’y arrivait plus -_-) et quelqu’un qui l’observe en coin.

Mon avis/mes impressions :

C’est à chaque fois un immense plaisir de retrouver ReLife (sauf pour mon portefeuille). Je suis étonnée qu’un point n’ait pas encore été abordé.
Ce tome m’a fait passer par un mélanger d’émotions, il remue également beaucoup de choses et donne un sacré coup. Je suis toujours aussi horrifiée et scandalisée par le passé d’Arata, ces premiers mois dans la vie active et une société. Malheureusement, ça fait aussi terriblement écho à la société actuelle et aux problèmes économiques voire même de caractères qui peuvent empêcher de tenter ailleurs. En même temps, Arata est dégoûté de la société et n’est pas sûr que ce sera mieux ailleurs, qu’il ne sera pas à nouveau exploité et que certains comportements seront infâmes. Et ça fait mal, très mal !
En dehors de ça, le travail que fait ReLife en étudiant à fond les dossiers est quand même un sacré travail, intéressant, prenant, et en plus ils jouent les lycéens (même si ça donne un côté harceleur aussi).
Chizuru arrive à aller vers les autres maintenant, même des fois à faire le premier pas. Elle reste directe. Je l’adore toujours autant et je suis contente de la voir avoir des amis.
D’ailleurs, l’air de rien, Arata peut influencer la vie de ses amis, comme il est un lycéen comme eux en apparence, il y a des moments où cela a plus de poids qu’un adulte, où c’est mieux accepté, car ils sont dans la même « galère » quelque part aussi, mêmes situations.
Arata va voir que son passé ne s’est pas juste évaporé, que ça a marqué, il n’est pas timide certes mais ça a dû être très dur pour lui de répondre à ces questions, il s’en sort vraiment pas mal et surtout n’édulcore pas la triste réalité, bien évidemment il ne parle pas de sa relife.
On se concentre aussi un peu sur Ogata. Et c’est vraiment un chouette gars, il participe au mieux pour sa famille sans même leur en vouloir, c’est extrêmement touchant, et malgré tout ce qu’il à a faire il réussi à maintenir un bon niveau.
Il y a beaucoup de taquineries sur des gens qui seraient en fait amoureux mais qu’en est-il vraiment ? Y a-t-il quelques prises de conscience ? Avec quelques remarques bien senties cela débloquerait-il des points ?
Arata redécouvre aussi le plaisir des grandes vacances, qui peuvent malheureusement être ternie par des rattrapages. Dans la vie active, il n’a plus autant de vacances -_-.

Une superbe série tout en couleurs que je recommande toujours autant <3.

Réflexion Time : Chien de ***

La semaine dernière, j’ai croisé par 2 fois l’expression chiens de * utilisée de manière péjorative. Ce sont aussi ceux qui font le sale boulot.
Dans l’anime psycho-pass avec les exécuteurs, qui sont en première ligne, qui sont policiers, mais ont perdu leur statut, dépendent d’un inspecteur, valent moins dans la société dirigée par Sybylle.
Et dans le film Wars dogs, pour les gens qui revendent des armes, des trafiquants d’armes, qui profitent de la guerre pour s’enrichir sans se salir les mains.

Manga Time : Moving Forward tome 4

Moving Forward - tome 4 (4) par Nagamu

Aussi touchée qu’agacée par ce tome, avec toujours Kobe, en toile de fond, qui nous donne vraiment envie d’aller y faire un tour.
Est-ce vraiment si grave qu’i se soit inspiré d’elle ?
D’après ce que j’ai vu d’une certaine manière et selon les circonstances voire les gens qui on est confronté on peut tous être fort et faible.
Kuko doit s’éloigner d’Outa pour laisser du temps, quelqu’un d’autre la sollicite même dans ce sens.
On ressent toujours ce spleen adolescent, mais de manière douce et touchante, et parfois un peu agaçante comme dans ce que nous raconte la mangaka, et comme dans la police de caractère utilisée.
Kobe porte une marque indélébile, que la plupart du temps on oublie, car il faut bien continuer à avancer, et on ne va se morfondre 24h sur 24.
Dans ce tome, on a l’apparition d’un nouveau personnage qui a un lien avec un autre, Morika, une belle jeune fille, assez franche. Apparemment elle dit directement ce qu’elle pense toujours. Est-ce vraiment le cas ? Qu’est ce qui fait et comment savoir qu’on est vraiment amoureux ?
Le titre continue à bénéficier de belles images, et d’un lieu qui rajoute quelque chose, ainsi que la jolie idée que la miss pratique sur son blog, mais il faut oser prendre ces positions avec risque de public.

Manga Time : ReLife Tome 5

ReLIFE T05 (05) par Yayoiso

J’adore ce manga, cette histoire, touchante et drôle à la fois. A chaque fois, j’ai la boule au ventre, en me remémorant ou en voyant les souvenirs de notre jeune homme de son taf. Hoshiro me touche toujours autant aussi, c’est une fille super, si on se prend la peine de la connaître, elle sent que quelque chose ne va pas mais ne sait pas comment faire avec ses 2 amies, elle demande alors conseil. C’est beau l’amitié, les non-dits tuent eux. Et j’aime aussi les 2 jeunes amis qui sont avec une des filles, amis d’enfance, on en découvre un peu plus sur la dernière histoire.
J’ai juste été surprise qu’on ait passé tout le tome là dessus, et même pas vraiment dépassé l’anime, et j’espère qu’on ne perd pas de gens en chemin, car vous n’avez pas encore tout vu.

Manga Time : Dans l’intimité de Marie – Point série

Dans l'intimité de Marie, tome 9 par Oshimi

Avec ce tome se termine cette histoire originale, atypique, intéressante, troublante. On en ressort comme si on se disait au revoir, une nouvelle vie commence avec le risque de moins voir les gens de son passé (fin du lycée pour les filles), mais on apprend de toutes nos expériences.

Comme il n’y avait pas eu de fiche sur la série, profitons en pour la mettre.

Résumé :
Quand Isao komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l’université, il s’imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac… Mais sans vraiment comprendre comment ni pourquoi, le voilà déjà seul. Désabusé, il finit par vivre cloîtré chez lui. Son seul petit plaisir est d’aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s’y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d’habitude, il la suit jusqu’à chez elle, un curieux événement se produit : la lycéenne remarque sa présence et… Isao se réveille alors, un matin comme les autres, dans la peau de la jeune fille ?! Il devra désormais se faire passer pour Marie, la fille la plus populaire du lycée ! Un nouvel enfer quotidien commence pour le jeune homme, tandis qu’une énorme question subsiste : puisqu’il est entré dans le corps de Marie, où est passé l’esprit de la jeune fille ?

Fiche de la série

Terminer en 9 tomes, tous sont maintenant sortis et disponibles.

Point série : avis & impressions :

Le thème du changement de corps, même un changement de sexe en même temps est connu et intéressant. Mais encore jamais, vous n’aviez vu une série comme celle là.
Intéressante, troublante, déroutante, atypique, originale.
Mention spéciale aussi en particulier sur cette série où j’ai adoré le graphisme, les personnages si bien croqués, le décor, la vie tout simplement tellement bien croquée.
En parlant de vie, j’adore les instants de vie si joliment croqués.

Cette série peut être cru par moment, montré des détails. Il peut y avoir un côté pervers aussi. Mais en refermant ce dernier tome, et peu importe finalement la conclusion, j’ai l’impression qu’on a aussi un hymne à la vie. Continuer à avancer, éviter les pièges.

Le relation qui se développe entre Marie et Yori est belle et touchante, elles partagent des moments de complicité, d’amitié, s’aident à avancer, elle est aussi troublante par moment au vu de la situation étrange.

Isao Komori montre le piège à éviter. Il faut éviter de finir comme lui, être isolé, ne plus aller en cours, ne plus être motivé. Sinon c’est un peu comme la fin, et un cercle vicieux duquel il est dur de s’échapper.

En tout cas, c’est une expérience unique au monde ce manga XD.

Pour ma part, j’ai apprécié de le lire une fois.

Mention spéciale pour cette fin de série avec quelques bonus de fin, des mots de l’auteur et également d’autres auteurs.

Et voici des extraits pour montrer le sublime graphisme, et la jolie page couleur.

Manga Time : Moving Forward tomes 1 & 2 (Coup de coeur)

Moving Forward - Manga

Manga - Moving ForwardManga - Manhwa - Moving Forward Vol.2

Résumé :
Sourire pour quoi ? Sourire pour qui ? Pour masquer ses blessures… ou exprimer sa joie ? Kuko, jeune lycéenne, affiche toujours un sourire radieux ! Mais autour d’elle, personne ne semble soupçonner que derrière cette apparente bonne humeur se cache une profonde douleur. Ni son père. Ni Kiyo, son voisin métisse. Ni Ibuki, son amie d’enfance fan de shôjo mangas. Seul Outa, jeune étudiant en école d’art, réussit à lire en elle, au-delà des apparences. Car en réalité, depuis sa plus tendre enfance, Kuko souffre d’une absence : de celle d’une mère décédée lors du grand séisme de Kobé. Alors, pour exorciser tout son mal-être, la jeune fille aime tenir son blog photo, sur lequel elle poste « sa vision du monde », à travers le regard des animaux. Mais l’arrivée dans son quartier d’un garçon plus perspicace que les autres pourrait bien chambouler son quotidien…

Fiche du manga

Mon avis/mes impressions :
C’est un manga, une histoire coup de poing et coup de coeur. Elle m’a touché au même niveau qu’a su me toucher 13 reasons why, je suis passée de la joie à la tristesse, par tout un lot d’émotions.
La mangaka dans ses paroles, ses échanges, me touche énormément aussi, on a juste trop envie de la connaître, tellement elle a l’air super.
Ce n’est pas l’histoire d’amour qui m’intéresse vraiment, mais justement la profondeur, tout ce qu’il y autour de tous ces personnages.
Se relever encore et encore, malgré tout.

En fait, je n’aime pas vraiment les histoires d’amour, je n’aime pas tout ce jeu, tout ce faux semblant, de ne pas pouvoir parler franchement, tout le mal fait autour, ces sempiternels trio où quelqu’un est fatalement laissé pour compte. J’aime les couples qui s’aident à grandir, se parlent vraiment, se respectent.
Oui, je lis des shojos, pour voir comment ça se passe, en soupirant plus d’une fois, et à cause des magnifiques graphismes.
C’est pourquoi l’histoire d’amour est souvent un plus dans les livres que je lis, mais tout ne tourne pas autour XD.

Bref, la mangaka a abordé un sujet douloureux, dur, puissant. Elle a des dessins doux, le détail de la ville, de Kobe, se promener dans les rues avec tout le monde, et ce qu’elle nous raconte autour, donne vraiment très envie de s’y rendre.
Avec toute la profondeur abordée, elle sait aussi nous amuser, nous faire rire avec des références à des choses connues et même à une des ses précédentes oeuvres parfait tic.

Tome 1
Le tome 1 dégage beaucoup de positivité, de soif de vie. Pourtant, si rien n’est vraiment dit explicitement, tout est déjà suggéré, on ressent quelque chose, une tension, une fissure.
Ce sont vraiment des adolescents typiques, avec chacun leurs caractères, leurs façons de réagir, de voir les choses. ce qui se profile niveau relationnel, histoire d’amour semble classique.
Néanmoins, ce que partage ces jeunes gens c’est leur ville, ils sont plus ou moins voisins. Ils ne vont pas du tout à l’école ensemble, ne sont pas tous du même niveau, vu qu’il y a cet étudiant en art. Après, il y a son voisin proche à elle, ami d’enfance. Il y a le nouveau qui en marre des pentes, se méfie des faux sourires, il a mal, il veut partir. Pourquoi ?
Et il y a cette amie, qui a plein de mangas, sa bibliothèque c’est son paradis, elle fait ses petites thèses liés au shojo qu’elle se lit.
Notre jeune femme est pleine d’énergie, un grand sourire aux lèvres, avec un tic pour s’aider avec ses cheveux. C’est un véritable singe, quelle souplesse, toujours prête à aider, et aimer des autres. Mais on ne voit que son père.
Elle a un blog, très original, très sympathique, elle fait des photos du point de vue des animaux. Cela a un rendu particulier, intéressant, sympathique. Il faut oser se mettre dans toutes ces positions pour y arriver.

Citations :
« Plus on me dit que ça va, plus je m’inquiète. »
« C’est comme s’il m’avait porté un coup. »
« T’as cette attitude alors que tu es blessée tout ça c’est juste n’importe quoi ! »
« Je me suis toujours comportée d’une certaine façon, et soudain quelqu’un voit à travers moi et me dit que je n’ai pas besoin de faire la forte alors que lui il est complètement opaque. Et un autre vient critiquer le fait d’être fort. »
« Ton prénom vient des baies de ces baies, c’est ta mère qui a eu l’idée…Mais les baies de kukô sont incroyables, leur arbre est fort et robuste. Les fruits se mangent. Les baies et les branches ont des vertus médicinales. Elles donnent le sourire à tout le monde »
« Toucher une personne, ça veut dire que cette personne me touche aussi. Est-ce qie ça signifie que pour toucher quelqu’un, il faut se résigner à être touché ? »
« En quoi ça serait une souffrance d’exprimer ce qu’on a à l’intérieur de soi ? »
« Tout ce que je sais, c’est que tes seuls atouts, c’est ton visage, ta motivation et ton nombre d’amis ! faut que tu prennes soin de tes amis ! »
« Ces fissures qui sont venues fêler mon quotidien. De qui elles viennent ? De quoi ? »

Tome 2
On a un moment rempli d’émotions d’une force incroyable quand on découvre comment elle a perdu sa mère, quand on voit ce jeune couple plein de promesses, de gentillesse, avec leur bébé. Elle ne se rappelle de rien, elle sait juste ce qu’on lui a raconté. Tout commence à se fissurer.
Les jeunes gens se parlent, se confrontent, réalisent des choses.
Il y a comprendre les choses et faire semblant de ne pas comprendre pour ne pas briser la relation établie. Parce que c’est bien comme c’est alors pourquoi changé ? Mais ils grandissent inéluctablement.
Qu’est ce qui est de l’inspiration ? Qu’est ce qui est du vol ?
Pourquoi suis je blessée au fond de moi-même ?
Quand on demande ça va ? question de politesse, ou on veut vraiment la vraie réponse ? on est prêt à l’entendre ?
On imagine aussi les difficultés qu’a pu avoir le père de la miss a gardé la tête hors de l’eau, à continuer à vivre et à bien élever sa fille.
J’aime le fait qu’elle soit amie avec cette fille, pro des shojo, mais il devient très clair qu’elle ne va plus à l’école. Pourquoi ?
Toujours continuer à avancer, toujours faire comme si tout allait bien, toujours avoir le sourire, voire pouvoir le donner aux autres.

Citations:
« Forte, enjouée et courageuse. Telle une baie de kukô. Je pensais qu’il fallait que je sois comme ça pour les autres. Est-ce que je me trompais ? »
« Je ne comprenais pas, mais j’avais l’intuition que la joie était communicative. »
« C’est dur d’élever un enfant !! Kukô est toujours forte et souriante. Exactement comme toi, Nao, mais est-ce qu’elle va vraiment bien ? Comment dire, parfois, j’ai l’impression qu’elle ment. »
« Tout va bien pour moi. Je ne suis pas comme eux. Je suis un être humain. Je suis capable de mentir, dans un but précis, pour une personne précise. Pas pour protéger ma vie mais pour protéger mon coeur. Je peux choisir ma voie, choisir mon lendemain. »
« Je veux faire sourire. Je veux sourire. je m’aime quand je souris. Je veux qu’on m’accepte comme ça. Mais, je me suis rendue compte d’une chose. Quand quelqu’un attend de vous un sourire, ça peut être perçu comme un poids. »
« Qu’est ce que tu veux que je fasse ? Même si je me rends compte de mes contradictions, je ne sais pas comment m’adapter. »

En 11 tomes, terminé, on peut être rassuré sur le fait que ça ne tournera pas en rond. J’espère qu’elle va garder cet excellent niveau tout du long.

A lire et à relire et à faire découvrir autour de soi.

N’hésitez pas à aller lire le merveilleux article de mon amie

Lecture Time : ReLIFE Tome 1

relife-1-ki-oon_m

Fiche du manga MN

Résumé :

À 27 ans, la vie d’Arata est loin d’être celle qu’il imaginait dix ans plus tôt : sans travail, sans petite copine, il n’a même pas le courage d’avouer à ses amis qu’il est sans emploi et se force à jouer la comédie. Son erreur a été de démissionner de son premier poste seulement trois mois après son entrée dans l’entreprise. Sur un CV, ça ne pardonne pas ! Chaque entretien d’embauche se solde par un échec. Cerise sur le gâteau : sa mère lui porte le coup de grâce en lui annonçant la fin de son soutien financier d’ici un an…
Arata est au bord du gouffre quand le mystérieux Ryo Yoake, employé de l’institut de recherche ReLIFE, frappe à sa porte et lui propose de participer à une expérience de réinsertion sociale, qui passe par… une année de retour au lycée ! Le jeune homme n’a rien à perdre. Il avale la pilule qui lui redonnera l’apparence de ses 17 ans et reprend le chemin de la terminale. Sa nouvelle vie d’adulte parmi les ados commence…

La présentation du manga lui même
Sur la couverture, on voit le jeune homme de 27 ans a l’air cool, cigarette à la bouche
et une jeune femme a l’air froide et sérieuse.
Et en 4ème de couverture, un groupe de lycéens.
Un résumé qui a l’air prometteur.
le manga est lourd, il pèse son poids !
Il est tout en couleurs
On a plein de jeux de couleurs fort sympathique, même des bulles en couleur, et parfois un fond noir, bien sombre, avec le texte en blanc du coup.
On voit quelques annotations de l’observateur sur le sujet.

La thématique est intéressante, mais il promet aussi d’être très intéressant s’il continue dans lignée, nous dévoile de nouvelles choses. Là, on a posé les bases, fait connaissance, et poser le deal.
Il nous fait rire en étant maladroit, et parce que c’est un jeune homme de 27 ans dans le corps d’un jeune homme de 17 ans, il ne pense plus à certains choses, mais il n’est pas idiot, surtout maladroit, avec des principes, et un côté gentil, d’ailleurs si ça se trouve il pourra lui-même apporté de bonnes choses aux gens qu’il côtoie.
Au début, on ne sait pas trop, mais il a voulu échapper à sa campagne, tenté une vie. Avait il une autre raison ? des difficultés ? de la flemmardise ? on ne sait toujours pas vraiment, et même s’il s’est lui même empêtré dans une sale situation, on comprend aussi que ce n’est pas si à la légère que cela qu’il a démissionnait au bout de 3 mois ! Mais alors que s’est il vraiment passé ?
Et surtout, ce n’est pas une raison pour ne plus lui laisser de seconde chance, n’est pas surtout notre société qui est horrible à le condamner ?
Mais quelles études a t’il fait ? Que cherche t’il comme poste ?
Evidemment, ce n’est pas la vie qu’il s’était imaginé !!!!!!

Il a des amis, mais leur cache sa situation, pour des raisons évidentes, socialement c’est dur, il a peur de leur regard, c’est sans doute plus des camarades, car il n’a pas l’air d’avoir de véritables amis avec qui vraiment parler !

Et que dire, que pensez de la société ReLIFE et du moment où cette personne apparaît ?! Quel est leur but ? Qu’attendent ils de lui ? Certaines règles luis ont édictées, d’autres il fallait les lire, et beaucoup de choses restent en suspens. Alors, oui saoul et n’ayant plus rien à perdre, il a pris la pilule, mais il est quand même méfiant.
Et pourquoi refaire précisément la dernière année de lycée ?
Entre les lignes, quand son observateur est au laboratoire, on sent qu’il y a des non dit aussi.
Est-il le premier sujet ? Y en a t’il d’autres en même temps que lui ?
Ils ont su trouver les arguments : tout frais payer pendant un an 🙂
et une recommandation pour un poste à la fin s’il n’a pas transgressé une certaine règle. Et à quel poste ? Ce n’est pas un emploi assuré, mais juste une recommandation.
Quand il commence le lycée, on a déjà une surprise, d’autant plus avec certaines paroles jointes, mais ça se tient d’une certaine manière ! ^^’

Une belle surprise, qui débute seulement et pourrait vraiment faire la différence si on continue sur cette belle lancée, être intéressante et il y a encore tant de mystères !