Mon vide grenier Livresque #2

Bonjour tout le monde,

Etant tombée malade, et ne pouvant donc bien axé mes idées longuement, tout bien faire, ce sera le seul article de la semaine.
Je tente quand même de mettre à jour LA (si le livre existe) et babelio (où je peux mieux (surtout plus) écrire). Alternant debout/couché, et ma période d’ordinateur ne pouvant excéder 20-30 minutes. Je fais au mieux avec des forces diminuées.

J’ai découvert la semaine dernière « Mon vide grenier livresque », un nouveau rendez-vous littéraire lancé par la blogueuse Fifty shades of books. L’idée est de ressortir une ancienne chronique sur un thème imposé tout en partageant les chroniques d’autres blogs qui en ont également parlé.

En lisant le thème de cette semaine la semaine dernière, j’avais déjà pris ma décision ^^

Mon Vide Grenier Livresque.jpg

Dans mon grenier, il y a :

Une dystopie 

Avec pour sous thème : De la romance apocalyptique (en gros, il faut qu’il y ait une romance) ou C’est la guerre (Le récit se concentre sur une guerre entre deux clans) 

Pour le livre, je vous présente un de mes coups de coeur de l’année : The Curse tome 1 qui réunit tout dystopie, romance, guerre ^^

Ma chronique 

Celles d’autres blogueurs :

les instants volés à la vie
les blablas de tachan
Chez Olivres
Alice Neverland
La tête dans les livres

J’en profite également pour mettre en avant un manga : Love & Lies qui allie dystopie et romance.

Ma chronique

Celles d’autres blogueurs :

Songe d’une nuit d’été
Loulitla
Nakamanga

Publicités

Films Time : Nos amis les films

Hello tout le monde,

On se retrouve pour parler de quelques films, et téléfilms.
Je ne vais pas m’en sortir avec des fiches pour chacun, du coup j’espère que vous apprécierez ainsi.

Harcelée

Hier soir, j’ai regardé ce téléfilm sur france 2, suivi d’un débat très intéressant. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet.
Ici, nous parlons de harcèlement sexuel. Il y a aussi le harcèlement moral. Les 2 sont très graves et peuvent anéantir des vies : perte de confiance, perte d’envie de vivre, perte de sentiment d’appartenance, etc.
Des séquelles invisibles restent forcément et marquent profondément, pouvant induire des changements de comportement.
Les témoignages étaient tous très touchant et à différents niveaux, même des femmes qui avaient de hautes responsabilités.
C’est quelque chose de compliquer, cela peut être induit par un manque de communication ou une mauvaise communication MAIS si ça vous détruit, si vous n’arrivez plus aller au travail/en cours, vous perdez motivation, croyance, vous sombrez. Oui, c’est grave !!!! Attention, à la tendance de la société de parler de fort et de faible (on l’est tous à différents niveaux, on fait des choix au mieux), de victimiser les coupables, de taire les choses parce que ça dérange, voire de vous enfoncer encore plus, anéantir votre carrière … Une situation déjà grave, qui va ne pas s’améliorer avec la loi du travail (de l’esclavagisme moderne) -_-. Il faut aussi voir qu’on est dans un monde d’homme -_-, dans un monde de capitalisme et de profit, où on récompense les grandes gueules. Ce qui n’améliore rien.
Nous sommes des humains, à cause des complications j’ai d’ailleurs tendance à en dire le moins possible sur moi en public, au travail … dans ce genre de cercle.
Mais on peut aussi rencontrer son partenaire au travail, se faire des amis. Cela existe. D’ailleurs vous vous imaginez devenir ami avec des collègues ? En avez fait l’expérience ? Voire plus si affinités ?
Même si la frontière est compliquée, je pense quand même qu’on ressent la différence.
Vos collègues font des blagues sans fond méchant, et sans vous attaquer personnellement, ça passe, c’est la vie (j’ai envie de dire).
N’oubliez pas non plus, chose très importante, qu’on ne ressent pas tous les choses de la même manière, qu’on n’a pas le même degré de tolérance, qu’on peut aussi mal se comprendre. D’où l’importance de la communication, mais si on a du mal à communiquer ? (genre timide)

Dans le téléfilm, c’était insidieux et révoltant, elle se retrouve seule contre tout le monde, personne ne la comprend, et c’est elle qui semble avoir un comportement d’hystérique (j’emploie exprès ce mot vu ce qu’on a pu entendre dire par certains hommes).
Cette dame n’est pas timide, elle a une famille, elle est épanouie, mais y a des difficultés. En fait, tout se fait progressivement, on a quelques doutes. Puis à un moment, on n’a juste plus aucun doute. Déjà, je pense qu’il faut quand même distinguer quand on est dans la vie professionnelle : insultes inacceptables, touchers inacceptable, chercher le café NON (il est assez grand pour se le chercher lui-même !).
Ici, c’était très claire, il cherche le rapport de force, à dominer, à faire d’elle sa chose. Et cela est parfaitement inacceptable ! Il y a également des comportements, des choses à ne pas faire au travail. C’est déjà assez compliqué comme cela (de faire avec les autres, etc.), d’autant plus pour une femme malheureusement.
Du coup, il lui met le doute, elle se dévalorise, elle perd pied. Atroce.
Au travail, on se parle, on négocie, pas de manipulation et chose très importante ce sont vos compétences qu’on vend, pas vous (en tant que personne). Même si je pense sincèrement que tout notre système est à revoir, y compris éducatif, il y a foncièrement quelque chose qui ne va pas du tout, et c’est de pire en pire.

Je suis un peu désolée, parce que n’est pas vraiment pas gai, maintenant on passe au deuil

The book of love

Disponible sur Netflix

C’est un très beau film, très prenant. On revoit Arya (de GoT).
Beau, touchant, magnifique. 2 êtres brisés, un projet a priori fou.
Ici, nous avons un architecte, un métier plutôt bien, intéressant, il doit également être bon en dessin, mais il a aussi des impératifs, le côté client, etc.
Il est gentil, rationnel. Sa femme, elle est un électron libre, qui a un métier plus dans l’émotionnel. Elle est douce, enjouée, elle a des petits jeux, des petites choses pour donner du pétillant à leur vie, pas toujours facile, mais pleine d’amour et de projets. Chacun se donne à fond à sa façon. On reverra des bribes de leur passé. Mais un jour, c’est l’accident, qui a été fatal. Il perd sa femme, et bien plus, tout ses projets, son avenir, sa force. Et là, il est anéanti. Non franchement, il va prendre quelques jours et se remettre à bosser, voire se réfugier dedans ? mais à quoi bon ? Il est détruit, mais pas fou, personne ne peut lui rendre sa femme, alors qu’il doute, ne sait plus quoi faire, son chemin croise celui d’une jeune fille vive, intelligente, qui ne le laisse pas approcher facilement, qui récolte des choses, pour construire un radeau. L’architecte et le passionné s’anime en lui.
Mais qui est cette jeune fille ? Où sont ces parents ? …
Elle est seule, elle a l’habitude, mais elle ne l’est pas totalement, elle a son fidèle compagnon à 4 pattes, un chien, qui est un personnage tout aussi important dans le film.
Ces 2 êtres écorchés par la vie vont s’unir (et pas si facilement que cela) pour réaliser un projet fou, semé d’obstacles. Ils s’aident à tenir le coup, se concentrer sur autre chose, il y a des moments très forts en émotion, très émouvant !
La curiosité, c’est aussi ces 2 gars qui étaient venus faire des travaux. Il y a aussi sa mère à elle, très ancrée dans la vie réelle et encore très active.

Sous le même toit

Dans sous le même toit, on se retrouve avec quelques bonnes idées, du rire, mais aussi de l’horreur face à un tel comportement, et de l’énervement, surtout que le gars, le père de famille donne envie de lui mettre des claques, et qu’il est très énervant, il n’a pas l’air de faire grand chose.
On joue sur le problème d’argent, et de la société moderne, comme il a payé 20% de la maison, il a le droit d’habiter 20% de la maison ! Après avoir tenté de squatter tout le monde.
La femme est intelligente, mais j’ai trouvé certaines choses affligeantes même chez elle, comme la fête du divorce.
La gamine est une adolescente tête à claque, tout à fait dans le schéma, le petit gars est plus intéressant et sympathique. Mais même si sa soeur n’est pas toujours sympa avec lui, elle n’hésite pas à le défendre.
Comme je dis, il est sauvé par quelques bonnes idées. Mais a toujours le côté horrible et affligeant des films français, que je déteste.

Un ciel radieux

Ce téléfilm a été diffusé par Arte et est inspiré du manga du même nom de Jiro Taniguchi. J’ai eu peur, parce que malheureusement ce sont les français qui s’en sont occupés. Même si j’ai senti leur maladresse, leur côté soporifique, j’ai également senti la puissance et la force de l’histoire qui s’en dégage. Un coup de maître. J’ai très envie de lire le manga, et tout ces autres mangas, mais malheureusement ça se fera difficilement, vu leurs coûts.
C’était vraiment impressionnant à plusieurs niveaux. Déjà les problèmes de société sont bien pointés, dénoncés, là aussi. L’homme est dans la vie active, désabusé, et on sent également son horrible oppression. Le jeune homme est un adolescent typique.
Là encore, nous avons un accident. Un seul se réveillera, mais surprise, dans le corps de l’autre, d’où la dimension fantastique.
L’échange de corps permet de réfléchir à l’autre, à sa situation, à la vie. Il y a de beaux moments, des moments tendres, des moments durs, des moments tristes, des moments poignants … On passe par une très large palette d’émotions, y compris le rire, oui parce qu’il ne connaît pas la vie de ce jeune et reste lui, il s’adapte comme il peut. Je vous laisse par contre le plaisir de voir comment les choses vont se passer, si cet homme pourra protéger sa famille même mort, si Léo est vraiment mort, comment il va s’en sortir dans le corps d’un autre, d’un jeune loup fou, fougueux. Cette situation peut-elle durer ? Comment vont finir les choses ?

En tout cas, plein de sujets sur lesquels réfléchir !
Oui, c’est film au sens large, vu qu’on a aussi des téléfilms.
Vous en avez vu certains ? Ils vous intéressent ?

Mon vide grenier Livresque #1

J’ai découvert aujourd’hui grâce à Xander « Mon vide grenier livresque », un nouveau rendez-vous littéraire lancé par la blogueuse Fifty shades of books. L’idée est de ressortir une ancienne chronique sur un thème imposé tout en partageant les chroniques d’autres blogs qui en ont également parlé.
J’aime bien l’idée mais je ne promets rien, je n’aime pas trop m’imposer des choses ici, c’est déjà assez compliqué IRL.

Cette semaine, la thématique du vide grenier est : La science-fiction avec comme sous thème Voyage dans le temps ou Voyage dans l’espace.

Je pense que mon livre correspondra (je suis encore toute marquée par mon visionnage du soir) : La nuit des temps de Barjavel

Couverture La nuit des temps Editions Pocket 2017

Un livre qui m’a marqué adolescente, un livre avec des questionnements, et un livre que j’ai même relu grâce à Phebusa

Ma modeste chronique ici

Celle d’autres blogeurs :

Phebusa
Ma Lecturothèque

Un livre qui reste intemporel, et a d’ailleurs de nombreuses chroniques de disponible. Vous l’avez lu ?

J’espère avoir bien fait les choses *moi fatiguée ^^’*

Cinéma Time : Blade Runner & Blade Runner 2049

J’ai la phrase en tête du petit malin qui a sorti qu’il n’avait pas vu les 2048 autres XD

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler de Blade Runner, de science-fiction, quand on pense que le premier est de 1982, wow quand même !
Encore plus fort, il y a plein d’anecdotes à son sujet.
Et c’est adapté librement d’un livre (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick)
Déjà tout cela, ce n’est pas rien, le film a aussi une thématique très forte, qu’on n’a pas mal exploitée depuis, sur laquelle on s’est posé pas mal de questions.
La musique et le monde sont immersifs, que ce soit en 1982 ou en 2017.

Résumé:
L’an 2019.
Les bas quartiers de Los Angeles sont noyés de pluie et envahis par une foule grise.
Deckard, un ancien « blade runner », policier spécialisé dans l’élimination des « répliquants », ces rebelles humanoïdes ultra-perfectionnés habituellement cantonnés dans l’espace, est chargé de retrouver la trace de quatre d’entre eux, qui se sont introduits dans la ville.
Son seul indice pour les détecter : les répliquants n’ont pas d’affectivité, donc pas de mémoire.
Il commence ses investigations par une visite à Tyrell, le créateur de ces humanoïdes, et fait ainsi la connaissance de Rachel, l’assistante du savant.

Mon avis/mes impressions :

Pour une fois, j’ai été sage, j’ai bien fait les choses. J’ai donc revu le premier, qui n’avait rien perdu de sa force, qui dégageait quelque chose, et cette musique ! La ville, tout comme le thème nous montre quelque chose à la fois magnifique et effrayant.
Cela m’a également fait plaisir de revoir Harrisson Ford et jeune.
On nous parle donc de répliquant. Mais là où je trouve que c’est le plus dérangeant, c’est que d’un côté on veut les utiliser, mais de l’autre on les fait ressembler à des êtres humains, comment les différencier ? On nous dit même qu’ils ont eu une « merveilleuse » idée : c’est qu’un répliquant a une durée de vie limitée de 4 ans. Mais pourquoi donc ? Eh bien, tout simplement parce qu’on a remarqué qu’ils commençaient à avoir des sentiments, et que là ça dérange. Tout ceci questionne aussi l’humanité. Qu’est-ce qu’être un humain ? S’ils ont des sentiments sont-ils encore des robots ? On pourrait aussi les voir comme une version améliorée de l’humain, plus robuste et tout, comme l’avenir de l’humanité. Pourquoi auraient-ils moins de droits ? Ils ont quelque part étaient encore plus retord, car certains répliquants ne savent pas ce qu’ils sont. Comment est-ce possible ? On leur a implanté des souvenirs, comme c’est quelque part notre identité, ce qui nous forge.
Ici, on se retrouve donc avec 4 répliquants en fuite. Et un blade runner, il est chargé de les désactiver, de mettre hors service, ce n’est pas vraiment tuer comme ils sont considérés comme des machines. Mais avec Rachel, les doutes l’assaillent, puis il doute de ce qu’il est aussi. Plus rien se sera alors comme avant pour lui.

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…

Mon avis/mes impressions :

Ici ils proclament haut et fort leurs désirs d’esclaves, oui comme l’Histoire nous le montre c’est avec des esclaves qu’on forge une grande société (c’est ce qu’un sombre homme soutient). Il y a donc ces êtres si semblables aux humains, mais qui n’en sont pas, pour s’occuper des tâches dont personne ne veut, il y en a pour donner du plaisir aussi, …
Encore une fois, on voit plein de choses gênantes, qui questionnent, qui mettent mal à l’aise. Etre un être de biogéniérie permet aussi de se casser moins facilement, d’être plus robuste, …
Bien sûr, on a toujours ces merveilleux implants, alors comment savoir si vous êtes humains ou non ? Mais finalement qu’est-ce qui fait de vous un humain ? On a de quoi se poser des questions, parfois ce sont les humains qui ressemblent le moins à des humains.
Et ces jolis souvenirs comment sont-ils créent ? appartiennent-ils à quelqu’un ? Comment savoir si c’est vraiment le sien ? Comment en inventer de si réaliste ?
La ville est toujours très colorée, agressive, voulant plaire, la nuit il ne fait pas si nuit que cela, aussi belle qu’étouffante, la prostitution existe toujours, il y a même moyen de moderniser. On a toujours ces affiches clinquantes, ces hologrammes, la pub vous prend de toute part et vient sur vous, de la folie pure !
On se retrouve à nouveau avec un blade runner, nommé K cette fois-ci, oui parce qu’il n’a pas vraiment besoin d’un vrai nom selon eux. K fait sob job, mais va tomber sur une épine, qui va le faire remettre des choses en question. K est régulièrement contrôlé par toute une batterie de tests. Alors que K semble seul dans son appartement, on entend une douce voix : sa chérie. Elle n’est pas comme vous le croyez, elle ne peut pas le serrer dans ses bras, mais elle a amour et réparti. C’est le job de ce qu’elle est, pourtant elle dégage tellement plus, dans ses expressions elle est si pleine de charme, elle s’émerveille de ce qu’elle découvre. Un très bel amour, fait tout en subtilité. Ils ont de très beaux échanges.

Blade Runner nous parle d’une histoire classique et dérangeante, c’est un grand film de science-fiction par sa thématique, son ambiance, ses questionnements qui nous mettent mal à l’aise et font réfléchir à plus d’un titre.
La relève est joliment assurée avec un visuel très fort, comme le permet l’époque. Bien sûr, depuis on a déjà vu ce questionnement avec les robots, machines dans des films, séries…Cela reste une thématique d’époque et importante !

J’ai eu l’impression que la musique dégageait quelque chose de plus fort dans le premier film, même si j’ai aimé dans le 2ème aussi, et qu’on a même envie de rester tout le générique, quitter cette ambiance c’est quelque chose (je crois parce que dans le 2 il n’y a jamais de paroles). A part que c’est long sur un fauteuil de cinéma, le temps est passé vite. J’ai aimé revoir des personnages du 1 voire faire quelques liens. La thématique est géniale ! Cela, je vous l’ai déjà dit XD !

Sinon oui l’histoire reste classique, elle n’en perd pas son efficacité, son propos, et les questionnements.
Je n’ai pas été choquée du jeu des acteurs, tellement j’étais prise dedans. Après Rick Deckard faisait bien l’homme blasé, un peu au bout, méfiant, mais qui a eu la force de survivre et pas totalement seul. Ryan Gosling était un plaisir à retrouver, peut être même oscillant entre machine et humain, ne savant plus trop. Mais c’est aussi à cause de son travail (oui ça aussi c’est une grande question le travail qui nous définit, peut modifier notre comportement, jusqu’où accepter etc.), pourtant il l’aime Joy, il est touché par des choses.
Quand à Ana de Armas et Carla Juri, elles sont merveilleuses et subtiles dans leurs rôles, très émouvantes.
Après de manière générale, je ressens moins le jeu des acteurs que d’autres (ou je mets sur le compte d’autre chose et je ne suis pas choquée XD)

Si jamais on a une suite, classique aussi vers quoi on va, vous avez deviné ? (surligner en dessous ou pas)
Révolte des machines

Il faudrait quand même allé plus vite ^^ (ne pas mettre aussi longtemps)

Manga Time : The Ancient Magus Bride tome 7

Manga - Manhwa - The Ancient Magus Bride Vol.7

Fiche

Sur la couverture, on dirait un simple instant de vie, du genre attende l’arrivée du train/métro. Et Elias serait déguisé/cosplayé XD

C’est parti pour un tour dans un univers magique.

Tout d’abord, ce serait appréciable d’avoir un récapitulatif sur les personnages et également un résumé. L’univers est riche, et du temps s’écoule entre chaque lecture de tome.

On retrouve Chisé en mauvaise posture (comme avec Après la pluie où un résumé aurait aussi été appréciable), d’ailleurs ils ont une autre chose en commun on se sent laissé en plan à nouveau à la fin du tome.

L’univers regorge de détails, de magie. Mais on est un peu perdu par moment dans ce tome.
C’était intéressant d’en découvrir plus sur Angelica, de bonnes choses en ressortent ainsu que des questionnements, des difficultés.
Elias n’est pas très bien, mais Chisé fait au mieux pour lui. Chacun a ses qualités et ses défauts.
Et par la demande du collège d’aide. On découvrir donc ces personnes, leurs buts. On voit aussi combien Chisé à de l’intérêt aux yeux de certaines personnes comme c’est une Slay Vega. Mais elle se defend maintenant, heureusement. Cette demande Elias n’est pas prêt à l’accepter si facilement, même si il va falloir « les » sauver pour préserver l’équilibre, entre autre à cause du danger de la mission.

Un peu plus mais pas tout (à vos risques et périls)
Mais qu’est-ce que le collège demande ?
On retrouve quelque chose qui depuis la fin de GOT peut vous manquer…des dragons.
Ici Chisé, Elias sont sollicités pour sauver des dragons braconnés et préserver l’équilibre.
Chisé en retrouve un lors d’une vente aux enchères qui lui rappelle son passé.

On fait le point (tout le monde peut lire)
Ce tome nous entraîne donc dans un monde fantastique et magique. Chisé a bien évolué, a une place maintenant. Elle compte pour des gens.
Dans ce tome, on la retrouve en danger au début et à nouveau à la fin.
On en apprend plus sur Angelica, on découvre de nouvelles choses, on retrouve des personnages. Le tome nous happe de plus en plus au fur et à mesure de la lecture du tome, nous percute, et nous laisse bien en plan !
Le tome pose aussi quelques bonnes questions et réflexions dont une sur envier les gens qui ont ce qu’on n’a pas, de savoir se contenter ce que l’on a.
C’est aussi difficile de se comparer aux gens, car on est loin d’être égaux, quelqu’un peut faire bien moins d’efforts que vous et avoir bien plus.

La mangaka nous parle un peu au début et à la fin, mais pas en plein dedans. Entre autre de son voyage en Angleterre.
On commence sur une belle page couleur (mais un peu seule), on finit sur une autre qui fait la publicité pour l’anime.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Manga Time : Shirayuki tome 16

Fiche

C’est toujours un énorme plaisir de retrouver Shirayuki.
C’est comme retrouver une bande d’amis qu’on n’aurait pas vu depuis trop longtemps.
Shirayuki et Zen avancent chacun de leurs côté, avec bonne volonté, ils ne sont pas ensemble, et cela doit être difficile par moment, mais ils ne sont pas seuls non plus.
Du côté de Shirayuki, elle a l’air épanoui dans sa vie et son travail est intéressant, les recherches continuent.
La grippe les menace (comme chez nous). Shirayuki et Ryu ont pas mal de travail, Ryu veut s’améliorer et être plus présent pour les gens, pour qu’ils aillent vers lui aussi, et Shirayuki accomplit une nouvelle chose pour continuer à gagner en autonomie.
Dans ce tome, on va aussi passer du temps avec Zen, qui va être amené à bouger. Le prince avance lui aussi.
Zen et ses compagnons discutent des propositions de mariage qu’ils recoivent tous, ils sont en âge.
D’ailleurs il se passe quelque chose de curieux avec les prétendants de Kiki. Ils disparaissent tous.
Zen parle de quelque chose d’intéressant avec 2 jeunes hommes, leur montrant que ce ne sera pas forcément dans leur intérêt de cacher qui ils sont.

On a du tranche de vie, de la recherche, des batailles (combats), des questionnements, tout le monde avance en y croyant et en faisant
son possible dans un monde fantastique.
C’est une série que j’aime beaucoup, l’épanouissement de Shirayuki fait plaisir à voir. Beaucoup de gens ont de la bonne volonté, trouvent de l’appui d’autres gens et progressent, et cela fait vraiment plaisir à voir !

Niveau chapitre bonus, c’est l’occasion de revoir quelqu’un pour Shirayuki.
La vie s’écoule avec des hauts et ses bas, tout le monde est bien occupé.

lesvoyagesdely - BZ-smj_HjzL

Dans les bonus de ce tome, petit encart à côté, la mangaka nous raconte quelques petites choses mais pas trop et en lien avec Shirayuki ^^
On se prend un peu de temps pour lire son tome de Shirayuki et le déguster.

Manga Time : Après la pluie tome 3

Manga - Manhwa - Après la pluie Vol.3

Nous voici avec une très jolie couverture un peu sensuelle, Akira s’est faite complètement trempée.

Fiche

Ce titre respire la douceur de vivre, adorable et dégage vraiment quelque chose à part. Ça va de nouveau trop vite et j’ai l’impression de me faire à nouveau laisser en plan (si pas de résumé je vais sans doute au 4 devoir relire le dernier chapitre du 3 xd)

L’histoire nous est très bien contée et de manière poétique, leurs gestions, expressions dégagent pas mal de choses. A certains moments, on sent qu’il y anguilles sous roche, mais on ne sait pas encore exactement pourquoi.
C’est un titre de grande qualité, qui sait redonner le sourire aux gens, et pourtant avec juste la vie qui se déroule, des questionnements, et pas d’univers fantastique, nous comme le notre.
Il y a une beauté et une douceur qui se dégage des images, surtout avec notre Akira.

La seule chose c’est que je trouve sa jupe très courte et comme en plus elle est grande ^^’

Et pour l’histoire ? Elle se déroule tout doucement, la vie suit son cours, et les gens suivent.
On a plein d’instants de vie. Akira, elle tente de saisir les opportunités qui se présentent à elle pour mieux connaître l’homme qui l’intéresse.
Il est question d’un hamster, celui du fils du patron, qui est une très belle occasion pour cimenter les liens avec son équipe, c’est même hallucinant de voir l’effet de ce petit chou, après il ne faudrait pas en oublie de travailler XD.
Akira suit des cours de rattrape, et a du mal dans sa relation avec une amie de sa vie d’avant, car elle est toujours au club. Cela questionne le fait de pouvoir et vouloir rester amies quand ce qui nous unissait est cassé.
Il y a le pouvoir de la lecture, et de très jolies phrases du patron. Cela vous parle ?

Je vous laisse le plaisir de vous faire subjuguer par cette lecture à votre tour 😉

lesvoyagesdely - BZ-tOfUHB3X

La présentation des chapitres est elle aussi douce et poétique

lesvoyagesdely - BZ-s62MH1AI

On a toujours le petit parapluie avant chaque chapitre aussi, les illustrations sont très belles et entre les chapitres on a des petits bonus rapides et très sympathiques. E, voici un exemple :

lesvoyagesdely - BZ-wsRYHSZ2

 

Manga Time : Flying witch tome 4

Manga - Manhwa - Flying Witch Vol.4

lesvoyagesdely - BZ7D_NJnhRQ

Fiche

La série doudou, feel good, toute douce qui fait du bien au moral. Un nouveau compagnon surprise à la fin du tome.
C’est à chaque fois un grand plaisir de retrouver cette série, elle fait du bien, elle est pleine de douceur, d’espoir, avec un zeste de magie.
La magie s’instille subtilement dans leurs vies.

Dans ce tome, Makoto tente d’aller à la mercerie par ses propres moyens sans se se perdre. Y arrivera-t-elle ? Et que désire-t-elle crée ?
Makoto et ses amis assistent à un cours de cuisine et se repartissent les tâches.
Makoto et les autres aident pour des tâches agricoles. A cette occasion le patois du père est retranscrit sans doute pour qu’on soit autant perdu que d’autres personnes dont Makoto.
Makoto doit retrouver sa référente pour parler de sa formation de sorcière.
Makoto fait la connaissance d’un nouveau, étrange, insolite et mignon compagnon (que je vous laisse le plaisir de découvrir)

C’est très bien fait et tout adorable, avec des petites difficultés.
Le graphisme est doux. Certains plans sont superbes.
On voit régulièrement certaines personnes, celles de la famille, et on en revoit d’autres qu’on a déjà croisé.

Venez croquer des instants de vie avec des zestes de magie, de la bonne humeur, de l’espoir avec une adorable sorcière toujours en formation.

Et même sa prof lui dit que c’est important de s’amuser : « En fait, je pense que c’est important de s’amuser. Pour devenir une bonne sorcière, rien ne vaut une vie bien remplie. Plus tu découvriras de passions, plus tu prendras plaisir à apprendre. »

C’est toujours plein de surprises aussi, de petites choses inattendues, il y a une somme de petits détails, de petites attentions, de petites magies qui me font l’adorer et me donne le sourire aux lèvres, et ça fait du bien ! <3.

Anime Time : The Ancient Magus Bride OAV

Mahou Tsukai no Yome - Hoshi Matsu Hito

Résumé :
Ces OAVs sont des prequels. Ils adaptent une histoire inédite, rédigée par l’auteur, se déroulant avant la rencontre de Chise Hatori et du magicien.

Les OAVs seront respectivement disponibles avec les tomes 6, 7 et 9 du manga. Le premier sera également diffusé en avant-première dans 8 cinémas nippons.

Allandryll vous présente d’ailleurs un regarde extérieur à la série.

The ancient magus bride est aussi connu sous le nom Mahou Tsukai no Yome

Pour ma part, je connais la série. La maison d’édition Komikku a eu la très bonne idée de faire rentrer dans nos contrées un peu de magie et d’espoir.
J’adore le manga, j’ai écris sur chaque tome, parfois ils étaient à part et parfois avec d’autres amis mangas : ici le tome 1.
Comme toujours, on va être sincère, il faut s’intéresser à la magie, à l’envoûtement, au tranche de vie, car ici ça ne profuse pas d’actions, et il y a des gens, c’est leur droit, avec qui ça ne marche pas, avec moi il marche à merveille.

Nous avons donc 7 très jolis tomes sortis dans notre contrée, par contre leur prix fait mal quand même. Les dessins sont beaux et nous emportent.
Je suis également très touchée par Chise, qui peut rappeler Natsume du pacte des yokai, car ils ont été rejetés, harcelés, ils ne correspondaient pas aux normes de la société. Mais tous les 2 ont une spécificité difficile à gérer, ils peuvent voir les Yokais, invisibles aux yeux de beaucoup d’humains.

Nous allons avoir un anime, qui appartiendra donc à la saison d’automne 2017. C’est juste merveilleux, qui sera disponible sur crunchyroll.

Et nous nous retrouvons en ce jour pour parler des 3 OAV qui constituent une histoire à part. A la hauteur des 3 OAV, une fois réunis, cela fait un film d’animation, ainsi même si vous ne regardez pas d’animes, si vous regardez des films d’animation, il n’y aucune raison de passer à côté !

Ces 3 OAV sont disponibles sur crunchryroll.

Mon visionnage c’est fait ainsi, le 1er sort je le regarde, le 2ème sort je regarde à nouveau le 1er puis le 2, le 3ème sort je regarde à nouveau le 1, le 2 puis le 3 ^^.
Cela se suit très bien, on reprend pile où on s’arrête au précédent et on a enfin toute l’histoire ^^.

Mon avis/mes impressions :
Il s’agit là de 3 sublimes OAV à regarder digne d’un film de Miyazaki, et qui m’ont fait fortement penser à cela. 
Vous aimez la lecture ? la magie ? Vous êtes contre le harcèlement, rejet ?
Venez vite ! Entrez dans ce monde !

Ici, Chise est avec Elias. Elle apprend, Elias lui fait part aussi de l’importance de la pratique. Elle vient de recevoir un colis d’Angelica.
Dedans, il y a un livre qui éveille ses souvenirs, son passé.
L’histoire qui nous est contée est autant emplie d’espoir que de douleurs.

Chise est encore une petite fille, qui ne maîtrise pas l’étrange pouvoir qu’elle a. Son comportement porte à équivoque, tant qu’il est difficile de blâmer totalement la famille qui l’a recueilli, ainsi qu’elle. Mais elle souffre. La situation se tend, et cela fait mal, très mal.

Un jour, elle se perd dans un parc, puis comme dans une forêt, puis elle voit une maison et entre, et là pour elle un monde merveilleux s’ouvre à elle, c’est comme une bibliothèque, avec plein de livres, de voyages, pouvoir oublier quelques instants sa propre vie.
Elle fait alors la connaissance du jeune homme qui la tient, reçoit d’étranges consignes, il se présente même d’une manière insolite.

Ce lieu devient son cocon, son refuge, elle partage des moments avec lui, elle peut enfin parler à quelqu’un qui la comprend.
Sa vie à l’extérieur fait toujours plus mal, la situation entraînée brise le coeur.
Mais un jour, elle pose l’oeil sur le livre qu’il ne fallait pas, celui qui éveille son histoire à lui.

Venez retrouvé ou découvrir Chise, petite fille, dans un monde merveilleux du livre. Venez découvrir une belle histoire qui fait passer par plein d’émotions.

Au niveau du graphisme, ce qui se dégage, cela rappelle Miyazaki et c’est du pur enchantement. C’est la magie, l’envoûtement qui rentre en nous. La musique est elle aussi sublime.

Les OAV porte le nom En attendant une étoile (en anglais The Man Who Waits for Stars).

Anime Time : Puco’s Udon World

J’ai d’abord voulu profiter de ma journée hier pour vous présenter mon grand coup de coeur anime, mais elle a filé comme un rien, donc aujourd’hui j’attaque cela en premier ^^’

Résultat de recherche d'images

Résultat de recherche d'images pour "poco udon world"  Résultat de recherche d'images pour "poco udon world"

Résumé :
Souta Tawara, 30 ans est un webdesigner travaillant à Tokyo, mais également le successeur du restaurant de son père basé en pleine campagne. Malheureusement, ce dernier est décédé ce qui entraîne Souta à revenir dans sa ville natale. Une surprise de taille l’attend toutefois dans la boutique lorsqu’il découvre un enfant se cachant à l’intérieur de celle-ci. Souta va rapidement s’apercevoir que le petit garçon n’est autre qu’un tanuki prenant l’apparence d’un être humain pour survivre. Décidant de s’occuper de lui, une nouvelle vie s’annonce pour Souta.

ou

La vie de Souta Tawara, 30 ans, est sur le point de basculer ! Web designer à Tokyo, il doit retourner dans la préfecture de Kagawa pour ranger le restaurant familial d’Udon qui a fermé. Là, il va faire une rencontre surprenante : un tout petit enfant dort dans un grand chaudron… Mais que fait-il ici ? Après bien des (més)aventures, il décide de l’appeler Poco et de s’en occuper. Retrouvez les aventures quotidiennes de ces deux personnages hauts en couleurs dans le paisible « Royaume Udon » et suivez Poco dans les rues de Kagawa, plus énergique que jamais ! Souta saura-t-il assumer ses nouvelles responsabilités ? Poco pourra-t-il s’adapter à sa nouvelle vie ?

Les 2 résumés sont bien sympathiques 🙂
L’affiche vous permet de voir la majeur partie des gens qui gravitent autour de Sôta.

Disponible
En DVD/Blu-Ray le 25 octobre 2017 chez Kazé
En streaming sur ADN
L’anime appartient en vérité à l’année dernière, saison automne 2016 (début octobre 2016).

J’ai également vérifié l’existence d’un manga . S’il est aussi bien que l’anime, je le veux <3. Monsieur l’éditeur ?! Prenez le !

Mon avis/mes impressions :
Mon anime coup de cœur, une petite merveille, la vie et des questionnements, de beaux paysages et un côté feel good.
On alternera aussi entre le présent et le passé, pour encore mieux connaître les personnages.
Le dernier épisode boucle merveilleusement et de manière intéressante l’histoire, tout en s’offrant la possibilité de revenir.

Ici, c’est la vie à l’état pur, avec ses bons moments, ses galères, ses questionnements et pourtant cet anime a un côté feel good, il fait du bien au moral, vous vous sentez tout bien en le regardant, ils posent plein de questions intéressantes et Poco est monstrueusement attachant.
Les gens n’ont pas toujours la tête de leurs vies, de leurs emplois, on sent aussi qu’on est lié par sa famille.
Il y a également beaucoup de bienveillance :), Poco permet à Sôta de s’ouvrir au monde, de renouer avec son passé.
On a aussi le côté ville/campagne, ce qu’on peut exercer comme métier à la campagne.
On a aussi des concours de circonstance qui peuvent vous faire basculer, c’est épatant quelque part comment Sôta a commencé son métier, un chouette métier qu’on ne voit pas si souvent que cela.
Retourner à Kagawa est difficile pour lui, il a quitté son père pas forcément en bon terme, jeune lycée il rêvait de plus grand et d’aller à Tokyo …
A Tokyo, il a son appartement, ici à Kagawa il y a la grande et belle maison familiale. Il renoue aussi avec cette ville que lycéen il commençait à détester et trouver étouffante.

Tout cela à l’aide de Poco, le petit garçon qu’il trouve dans un chaudron. Il est adorable, il peut faire des bêtises (mais rien de vraiment méchant), il apprend, mais en fait vite il s’avère que c’est un tanuki. C’est juste trop mignon de le voir se transformer, ou à moitié, ils se font une promesse qu’il ne devra pas se transformer devant les autres.
Sôta prend la responsabilité de ce petit être comme un père, il n’a pas le coeur à l’abandonner, et l’indécision règne dans son coeur, son travail à Tokyo est en stand-by, lui qui voulait vite vider la maison, la vendre, retourner à Tokyo ne sait plus quoi faire.

Autour de lui gravitent toute une galerie de personnages entre autre une amie d’enfance devenue mère, son meilleur ami (un sacré loulou), sa soeur, une dame qui adorait la cuisine de son père, etc.

Alors qu’on est parti pour plein d’épisodes où on le voit renouer, s’ouvrir à d’autres choses, s’attaché et passé du temps avec Poco. On finit par poser les questions qui dérangent : Que va-t-il faire ? Quelle relation peut-il gardé avec Poco ? Peut-il vraiment vivre avec lui et où ? … Son travail se rappelle à lui également.
Il se passe plein de choses intéressantes :).

Un anime feel good qui se laisse dévorer et vous met dans un état feel good, pourtant les thèmes abordés sont intéressant et pas toujours faciles.

A la fin, on a le droit à des mini-épisodes d’un drôle d’anime, avec un extraterrestre qui voulait devenir maître de la Terre voire la détruire, et là il se lie d’amitié avec 2 mécaniciennes, et découvre de nouvelles choses. Et dans notre anime, les enfants sont de grands fans de cet extraterrestre. Ce n’est pas juste balancé comme cela, cela a un réel intérêt !

Je vous quitte avec l’opening et vous encourage vivement à le découvrir si ce n’est pas déjà fait ❤ !