Manga Time : Chat malgré moi tome 1 (Fiche)

Chat malgré moi Tome 1 par Wagata

Titre : Chat malgré moi
Titre japonais : Neko Hajimemashita
Scénario & Dessin : WAGATA Konomi
Editeur : Nobi nobi
Genre :  Animaux, Tranche-de-vie
Prix papier : 6.95€
Pas de format numérique

WAGATA Konomi est également l’auteur de Lusky, ami pour la vie, qui est également disponible en France, et tout est sorti.

Fiche MN

Titre :
Très bien trouvé, un jeune garçon qui devient un chat sans rien avoir demandé -> Chat malgré moi

Couverture :
Elle est dans le ton, on a un chat avec une drôle de tête, il nous montre une patte aussi. Une patte de chat est dessinée sur le numéro du tome. On a le jeune homme dans juste une petite boule mais ça montre que le chat c’est lui. On a des dessins de chats en arrière plan. Le titre est mis en forme et le C de manière spéciale. En tout cas, la couverture donne déjà très envie.

Histoire :
La vie du jeune Nao bascule après un terrible accident de la route : quand il reprend ses esprits, il se retrouve piégé dans le corps… d’un chat ! Pensant d’abord que ce n’est qu’un mauvais rêve, il va tester tous son potentiel de félin jusqu’à se rendre compte que la rue n’est vraiment pas faite pour lui… Heureusement, il va croiser la route de la jolie et maladroite Chika, une lycéenne qui vit seule et décide d’adopter ce petit chat peu ordinaire. Inconsciente de la réelle identité de son compagnon, Chika va le rebaptiser Nyao et commencer une nouvelle vie avec lui. D’aventures en aventures, Nyao parviendra-t-il à retrouver son corps humain ?

Mon avis/mes impressions :
Mignon et très drôle, j’ai passé un très bon moment et j’ai vraiment rit ce coup ci XD !
La façon dont les choses nous sont dites ainsi que les situations entraînent des moments cocasses et très drôles.
Il doit déjà se faire au fait d’être un chat et réalisé qu’il l’est vraiment, ensuite il se trompe par moment, et en apprend de plus en plus sur les chats, et en étant un être vivant aussi mignon il peut avoir accès à des choses insoupçonnées, où de son vivant garçon ça ne marchait pas.
D’un côté il réfléchit à comment il pourrait redevenir humain et d’un autre il se complaît dans sa vie de chat vu qu’il s’est trouvé une maîtresse sympa, qui est aussi une fille de son école.
Ex. Allez dans une litière, on le regarde faire, non pas possible, il aimerait bien aller au WC, mais sans se faire prendre.
Ou alors quand il apprend qu’un chat dort 14 heures par jour XD.

Pour moi, ce premier tome est une réussite. Ce manga s’adresse à tout le monde, petit et grand enfant, homme ou femme. Contrairement à Lusky qui s’adresse plus à public shojo, et qui aime les chiens.
C’est une thématique que j’aime beaucoup l’échange de corps, voir ce que l’autre ressent, comprendre l’autre en se mettant à son niveau. Ici, en plus, c’est un être humain qui a échangé avec un chat.
Les connaissances de Nao en chat ne sont pas tout à fait complètes et exactes, parfois il peut donc se faire des films et mal comprendre.
Le chat Nyao est un pur régal, ses expressions (visage/figure), ses positions. Il est très attachant.
Il y a aussi une bonne réflexion je trouve, des choses qui ne passerait pas pour un petit garçon humain, mais pour un petit mâle chat pas de problème.
On passe un très bon moment, et on rigole bien aussi. Je recommande à tout le monde :).

Publicités

Manga Time : Apeiron Tomes 1 & 2 (Fiche et fin)

Apeiron - Manga

Manga - Manhwa - Apeiron Vol.1Manga - Manhwa - Apeiron Vol.2

Editeur : Doki Doki
Dessin : KATÔ Takuji
Scénario : KUSAKA Shinya
Nombre de tomes : 2
Etat : Fini. Tout est sorti 🙂
Genre : Fantastique, Suspense

Fiche MN

Voilà un petit manga que j’avais envie de lire, que j’avais repéré, et m’étais dit allez un petit moment fun. Et donc qu’en est-il ?

Couverture :
Très jolie, toutes en couleurs.
la 1ère a l’air un peu dans la réflexion, l’attente et la 2ème dans l’action.

Titre :
Intrigant. Du coup, je cherche.
« L’apeiron (en grec ancien ἄπειρον / apeiron) est un concept philosophique présenté la première fois par Anaximandre au VIème siècle av. J.-C. ( voir La Parole d’Anaximandre ) pour désigner ce principe originel que recherchaient les tenants de l’école milésienne. Thalès voyait en l’eau le principe originel, la substance de toute chose. Pour Anaximandre, c’est l’apeiron, qui signifie illimité, indéfini et indéterminé, qui est le principe et l’élément de tout ce qui existe. L’apeiron est inaccessible à la sensibilité, mais il doit exister. Il est nécessaire pour expliquer l’existence de tout ce que nous percevons. Il ne peut posséder de qualité déterminée et n’est désigné que négativement.
Anaximandre décrit l’apeiron comme seule cause du développement aussi organisé de notre Univers. C’est en affirmant l’infinité de ce dernier qu’il décrit l’apeiron comme étant un élément invisible à l’œil humain déterminant tout ce en quoi consiste notre monde et ce, depuis toujours et jusqu’à l’infini. Ce serait aussi cette force qui aurait créé les humains, la Terre, les galaxies et les étoiles. C’est en somme le principe de tout ce qui est. »

Eh bien, je ne me rappelle pas du tout si j’avais déjà croisé ce terme.

Sous la jaquette :
Une petite scène rigolote au début. A la fin très épuré, avec un zeste de science.

Mon avis/mes impressions :

Tome 1
C’est un manga avec un graphisme agréable, de jolis traits et dynamique. Je me passerai juste bien des quelques scènes olé olé.
Au début du manga, j’ai eu une petite pensée pour la série Dark Matter, eh oui ils se reveillent tous amnésiques et ne se connaissant point. Ma comparaison s’arrête là.
Ici, ils se reveillent à l’hôpital. Au moins, aucun d’eux n’est seul, ils vivent tous la même situation, ce sont de jeunes adolescents. Ils n’ont au départ pas de raison spécifique de remettre en question ce que leur dit le corps médical, mais lors d’une sortie, et lorsqu’ils se font enlever, il en est autrement.
Ils ne savent alors plus qui croire, ce qui est vrai, ce qui est faux, s’ils peuvent se fier à leur mémoire. L’histoire soulève des thèmes importants, assez « classiques » et modernes.
Il a un côté bien WTF et savant fou. J’ai aussi eu une pensée pour in another world with my smartphone, car on leur donne des pouvoirs qui vont les aider.
J’ai aussi pensé à mon dernier manga lu pillow bear, car je me suis retrouvée avec une peluche qui parle, certes très efficace mais qui les laisse aussi beaucoup seul et en veille, il a aussi un côté pervers, et une préférence pour aider les demoiselles. Un des membres du groupe semblerait avoir des capacités spéciales. Comment la peluche (vous verrez son nom est bien choisi aussi XD)  a-t-il choisi quelle capacité leur transférer ? selon le caractère ? On n’a pas vraiment le réponse.
Justement, nos jeunes amis se doivent de trouver des réponses, ils sont poursuivis sans relâche par des stigmas, un service spécial avec des capacités hors du commun des mortels, plus vraiment humains.
Ils sont recherchés morts ou vifs. Qu’avaient-ils donc prévu de faire d’eux ? Quelle est la vérité ?
Petit à petit se dévoile dans ce tome des choses, pas vraiment jolis, et il va falloir se battre s’ils veulent survivre. Evidemment, ils aiment nous laisser bien en plan avec cette fin de tome !

Tome 2
Dans le tome 2, ils apprennent qui ils sont, leurs origines. Le tome 2 est riche en actions et révélations. On a même de nouveaux personnages qui apparaissent.
Pas de profusions de scène olé olé, juste une petite intégrée à l’action ouf.

Une série distrayante, sympathique, avec laquelle passer un bon moment, et qui nous pousse aussi à se poser des questions, se méfier, ne pas prendre tout ce qu’on voit, ce qu’on nous dit pour argent comptant.
Il y a énormément de choses qui sont condensés, abordés avec ces 2 tomes, c’est vraiment de la folie ! Ça part dans tous les sens, mais sans nous perdre non plus.
Le trait graphique est super agréable. Avec toutes les allusions, on a de quoi rire, sourire, ou avoir peur.
J’ai beaucoup apprécié cette lecture, à lire une fois c’est très distrayant, fun, on ne sait jamais ce qui va se passer, arriver, ce qu’ils vont encore nous sortir de leur chapeau magique.

L’édition est très agréable, on a le droit à des pages couleurs pour commencer dans les 2 tomes. Le 2ème tome est un peu plus épais.

Grosso modo ils doivent accepter qui ils sont, et décident de vivre malgré tout.
En 2 tomes on scelle l’histoire de qui ils sont, de l’acceptation, après on ne voit pas ce qu’ils deviennent. Oui, on aurait pu faire plus long, mais ça a été décidé ainsi. Dans Thirteen, on ne sait pas plus comment Ivy va réussir à construire sa vie, pareil pour Emily d’Absentia  (mais là ça reste à voir si on a une suite ou pas).

Connexion au système d’injection Code « …. »
Plein de possibilités !
Eh oui, ça fait un peu magical girl ^^

Transmission des pouvoirs
La « peluche » mord dans la peau XD. Ça fait un peu vampire.

 

Manga Time : Pillow bear tome 1 (Fiche)

Alors ce titre : un oreiller ours …
et cette couverture ? on en parle … ou pas …

Editeur : Akata
Dessin et scénario : KUMANOMATA Kagiji
Collection : WTF ?! – What The Fuck ?!
Nombre de tomes : 3
Fini chez nous (France) et au Japon.
Genre : comédie, tranche de vie

Fiche MN

Histoire :
Wataru est un lycéen introverti, et pour ne rien arranger, il a une passion peu avouable : il est littéralement dingue de peluches ! Il les collectionne, les affectionne… sans vergogne ! Jusqu’au jour où, pris pour cible par des camarades de classe, il s’enfonce dans les tréfonds d’une salle de jeux. Il se retrouve alors nez à nez avec une vieille machine abandonnée. Mais dans ce distributeur-là, se trouve une peluche unique en son genre : l’homme-peluche-ours, Mofutarô !!! Ce dernier, en tant que peluche digne de ce nom, ne veut qu’une seule chose : être câliné par Wataru ! Mais le pauvre lycéen, déjà mal dans sa peau, n’a pas très envie de faire des free hugs avec un homme à moitié dénudé… Son quotidien en sera profondément bouleversé, surtout que Mofutarô n’est pas le seul homme-peluche à débarquer dans le monde des humains !

Mon avis/mes impressions :
J’ai pris ce manga en prenant un énorme risque, surtout que j’ai réussi à avoir les tomes 2 & 3 avant le 1er. Mais je me suis dit que pour une lecture ça devrait quand même le faire.
La collection WTF, je vous avouerai, n’est pas non plus un franc succès avec moi. J’ai lu pas mal de gens se payait des barres de rire avec ce manga. Ce n’est pas non plus des barres, mais il a réussi à me faire rire quelques fois.
L’idée de base est assez sympathique, on pense aussi un peu au yaoi, à cause de ce qui est suggestif. Mais ce que j’ai le plus apprécie et ce pour quoi ils ont réussi à ne pas être en échec total avec moi c’est toutes les idées proposées, la réelle évolution, et la rencontre de nouveaux personnages. Egalement, Wataru, qui est touchant et mécompris avec sa passion des peluches, voire carrément mal vu par d’autres gens.
J’ai aussi particulièrement aimé la référence à l’école de formation des peluches, et on en reparle plusieurs fois, y a des choses bien vus, qui pris en peluche sont finalement asssez normales, mais prise humainement, serait choquante.
Tout comme une peluche sur le lit de Wataru, c’est mignon, pas choquant, ça décore, mais un gars à moitié à poil ça détonne, met mal à l’aise, fout en l’air la décoration.
Une peluche c’est doux, on la serre dans ses bras, mais l’homme peluche on n’a pas trop envie quand même.
Ce sont donc plutôt de bonnes idées bien exploitées, et une lecture ça le fait totalement 🙂
J’ai bien choisi quand commencer, il y a un chapitre consacré à Noël. D’ailleurs l’homme peluche aimerait à tout prix faire un cadeau à son maître, oui dit comme ça, ça fait tendancieux. Et ils en jouent à fond.

Manga Time : Dernière heure tome 3

Fiche

Dernière heure, tome 3 par Yû

Je me sens touchée, perdue, aussi doux que brutal, et poétique. Sur un sujet dur et poignant.
Le graphisme est toujours aussi beau et soigné.
Autant ceux qui restent ou ceux qui partent vivent cette guerre, la ressente, vive ses conséquences au quotidien.
On a de simples instants de vie parfois, de bons petits plats mijotés. C’est touchant.
Les premières pages sont tout en couleur et ça fait du bien aux yeux.
Il y a des tensions au sein du groupe de jeunes, des doutes, de la peur pour l’avenir.
Il y a ces mystères : l’ennemi, le lapin, le cube. Une personne qui a l’air d’être la seule à entendre le lapin, une autre qui a l’air de voir à travers lui quand il le représente sur son dessin.
Il y a cette île qui nous révèle un bien étrange mystère sur la procréation, sur comment un couple a un enfant et que depuis la guerre il n’y en a pas eu.
Qui sont les gens de cette île ?
Il y a l’ennemi, l’apparence, le doute, la peur !
Il y a cet enfant dont le père peignait la guerre, il participait à sa façon, sans aller au front, mais ça ne passait pas, et on lui faisait payer. Les gens oublient souvent qu’on ne voit pas tous le monde de la même manière, qu’on ne ressent pas les choses de la même façon, qu’on ne les voit pas pareillement, qu’on n’a pas tous les mêmes compétences.

Venez également retrouvé l’avis de tachan si juste qui touche en plein coeur : ici
« C’est doux, poétique et en même temps dur et sombre, j’adore. » Exactement !

Manga Time : Innocent Rouge tome 3

Innocent Rouge, tome 3 par Sakamoto

Fiche

Une belle couverture sanguinolente, telle les temps qui règnent.

Ça fait mal, ça prend aux tripes et les images nous subjuguent. On nous rappelle des faits, qui sont pour la majeur partie d’entre nous bien connus et marquants.
Quand on a une vue d’ensemble, on est toujours aussi scandalisé par la noblesse, la royauté, sa façon de faire et de claquer de l’argent par les fenêtres (au détriment du peuple qui lui souffre) !
Il y a quelques substitutions à l’image des personnes de la cours (genre pantins, et chiens).
Des femmes ont fait des choix, atteindre une position sociale par le travail ou leurs charmes (qui peut être éphémère), mais rien n’est jamais sûr dans les 2, soumis au bon vouloir et à l’humeur de celui qui détient le pouvoir et l’argent.
Marie-Josèphe répond à l’invitation de Marie-Antoinette et la défie.
Même pour la royauté, elle est entourée de luxe mais où est la liberté ? Qui est vraiment lui même de eux, de la cours ?
On nous présente aussi 2 personnages à nous donner des hauts le cœur, un homme atroce, et une femme déchue qui tente de retrouver la noblesse, la vie qu’elle aurait dû avoir.
On va aussi revoir Charles-Henri Sanson et son fils.
Bref, ça prend aux tripes, ça reste réservé à un public mûr et averti, avec des scènes crus et de misère, et d’autres de luxe à tomber par terre.

Manga Time : Fûka tome 5

Fuka T05 par Seo

Une très jolie couverture comme à chaque fois, avec un joli jeu de couleur, et Fûka qui se saisit du micro pour chanter.

Fiche

J’averti bien aimablement tout le monde de la nécessité d’avoir lu au minimum les 4 premiers tomes ou d’aimer être spoilé pour continuer la lecture de cet article (si ce n’est pas le cas arrêtez-vous là).
Si vous avez lu les 4 premiers tomes, n’hésitez pas non plus à lire le 5ème tome et revenir ensuite.
Oui, c’est toujours aussi bien, c’est vraiment bon puissant, prenant, et là ils ont osé, telle la vie.

Bien,  je vous aurais averti.

La fin du tome 4 faisait peur, mais vraiment ils ont osé aller loin, telle la vie, telle la réalité qui peut parfois être implacable et terriblement dure.

Attention au résumé du tome 5.

Comme beaucoup de fois, chacun a sa façon de réagir, même si on ne va pas à un enterrement, ça ne veut pas dire qu’on n’aimait pas cette personne. Mais quand on aime quelqu’un, c’est juste tellement dure d’accepter cette réalité. Ne pas voir le corps, faire semblant que tout va bien, pourquoi c’est arrivé ? Comment continuer ?
Yû se laisse complètement aller, il ne va plus à l’école, il cherche les coups, il évite les endroits où il a des souvenirs d’elle.
Tout le monde avance tant bien que mal.
Il se pose aussi la question du groupe, de l’intérêt de continuer sans elle. Et comme on est réaliste aussi de la possibilité de continuer sans elle.
Et maintenant que les autres membres ont trouvé un moyen d’avancer, comment à nouveau changer d’avis ? Faire face aux gens avec qui ils se sont engagés ? Le feront-ils ? Croiront-ils assez en eux, en Yû, en eux sans Fûka, avec qui tout a commencé. Peuvent-ils supporter d’être avec des gens, de reformer le groupe, mais sans elle, qui était l’unité, la joie de vivre, l’espoir, elle qui y croyait dur comme fer ?
En tout cas, Sara a avancé dans sa relation avec les autres. Tous les autres avaient trouvé quelque chose dans la musique, quelque chose à eux, quelque chose où ils peuvent s’épanouir tous ensemble.
J’ai autant de mal à réaliser qu’eux, ça fait vraiment mal.
Cela aurait pu être un bête accident, avec plus ou moins de séquelles, ici la faucheuse est passée, mais Fûka vit toujours à travers eux, leurs cœurs et les nôtres. Elle a laissé son empreinte. Niveau mangaka quelques mots sont laissés eu début aussi. Comme les personnages, on a l’impression de faire un mauvais rêve, un cauchemar.
C’est bien abordé, plus les questionnements.

Manga Time : Moving Forward tome 6

Fiche

Moving Forward, tome 6 par Nagamu

Cette fois-ci c’est beaucoup plus classique, beaucoup de noeuds au cerveau et les affres de l’adolescence et de l’amour dans toute leurs splendeurs.
Par contre, il y a quelques phrases bien senties qui portent à réflexion.
Outa a été très maladroit dans le dernier tome en voulant se faire pardonner, ici il le fait avec plus de subtilités et en montrant qu’il l’a un minimum observé.
Sazuku aimerait joué avec d’autres musiciens, il en a pris conscience en étant poussé dans le tome 5 par Kuko et par le vieux homard, il prend donc son courage à deux mains et lui demande des cours.

Il y a également une très jolie sortie au parc entre 2 amis.
Des amis qui tiennent à leur amitié et ne veulent pas la perdre.
On remarque aussi l’incidence sur sa propre vie du regard de l’autre, également le poids de ses mots. Que ce soit des compliments comme tu es doué pour ça, ou des reproches, des choses méchantes tu es nul(le), inutil(e). Cela marque la personne dans un sens comme dans l’autre. Il faut veiller à faire la part des choses, également avoir différents retours, de différentes personnes.
Outa est par exemple très doué en dessin, dans son enfance on l’a beaucoup complimenté à ce sujet, ça l’a motivé à continuer à dessiner.
Une jolie série que j’encourage tout le monde à lire en tout cas.

Dans l’histoire à part, on a une jeune fille qui traîne beaucoup de bagages, pour parer à tout et aussi aider les autres, et un jeune homme qui gueule fort. La fille se trouve pas assez doué, pas assez belle, pas assez tout, et c’est le moyen qu’elle a trouvé pour être utile. En attendant, cela lui fait un certain poids tout le temps. Les autres ne font-ils que l’utiliser ?
On a toujours une certaine manipulation, un côté utilitariste quelque part, mais tant qu’elle est bienveillante, et non malveillante, ça passe. Après il faut faire la part des choses et ses choix.

Manga Time : Moving Forward tome 5

Fiche

Un excellent tome où j’ai pensé à mon dernier livre aussi (a good girl), toute la réflexion autour des sentiments, de l’être et du paraître.
Ce tome pourrait très bien faire pleurer une partie d’entre vous à chaudes larmes, il est très touchant, émouvant, il donne des nœuds au cerveau et dégage réflexion et prise de recul par rapport à soi-même aussi.
Kuko se confronte à Outa, mais c’est différent dans ses rêves.
Ici, nous confrontons pas mal 2 façons de faire : intérioriser ses sentiments ou les extérioriser. Ne pas dire forcément tout ce qu’on pense tout le temps, ou être très naturel : rire quand on est joyeux, pleurer quand on est triste, même si c’est devant l’autre, dans la rue, au travail, à l’école. Et vous que faites vous ? Une chose que laquelle nous pouvons évoluer, réfléchir, peut-être faire cas par cas, selon les personnes, selon les situations.
Nous pouvons même envier tout comme considéré comme un extraterrestre la façon de faire de l’autre si différente de nous.
On peut aussi être influencé par la culture, comment on a été élevé, les réactions des autres…
On parle aussi maladroitement peut-être de force et de faiblesse, qui peuvent influencer sur ce qu’on décide de faire.
Il n’y a aucune solution qui est à 100% génial. Chacune a ses avantages et ses travers.
Kuko est choquée, car comme beaucoup d’entre nous elle se découvre une part sombre, c’est difficile à accepter mais il le faut, cela n’en fait pas quelqu’un de méchant. Et il faut bien qu’elle s’extériorise un minimum avant que cela craque pour de bon. Elle se rend compte que parfois elle a considéré les autres de haut, elle ne comprenait pas leurs façons de faire, d’être, qu’elle considérait comme faible.
Bref, une très jolie réflexion.
J’ai aussi beaucoup aimé le dialogue, l’échange que Kuko a eu avec son père, aussi ce moment où le vieux fait venir un jeune à lui pour partager quelque chose d’unique.
Mention spéciale à la dernière histoire aussi qui met Ibu en avant, déjà j’aime beaucoup la complicité qu’elle a avec sa maman, ce partage de passion.

Il faut aussi se rappeler que ce sont des adolescents qui se découvrent.

Mange Time : Im – Great Priest Imhotep tomes tome 4

Fiche

Im, tome 4 par Morishita

Nous restons dans la pure veine du shonen d’action et c’est toujours un plaisir d’avoir l’Egype comme thème. Cela reste une lecture très agréable, avec de beaux combats et des choses sur lesquelles réfléchir.
Mention spéciale au capitaine Lato, j’ai adoré ce personnage, cette femme forte et courageuse.
On continue à découvrir de nouveaux sorts intéressants.
Et surtout nous sommes confrontés au travail d’équipe, aux difficultés de communication. Haru a bien du mal à accepter Imhotep comme partenaire, il fait son loup solitaire, d’ailleurs il porte le poids de sa famille et de son passé. Dans le dernier chapitre, il va être poussé à sortir les mots, à révéler le fond de sa pensée !
Imhotep est tour à tour sérieux, puissant, et comme un enfant. Parfois, il ne paye pas de mine, il nous fait même rire, mais l’air de rien il a de l’expérience et assure !

Mention spéciale à une double page très belle avec plein de détails en arrière plan sur laquelle mes yeux se sont attardés.