Lecture Time : Le Joyau tome 3 (Fin)

Couverture Le joyau, tome 3 : La clé noire

Nous voici, avec le tome 3 du Joyau de la collection R d’Amy Ewing. Cette saga a été une très bonne surprise. J’ai passé de très bons et intéressants moments avec tout ce petit monde.Une saga que je ne peux que chaleureusement vous conseiller.

Le titre après lecture résonne en nous !

Tout a commencé ici

Lien LA vers le tome 3

Couverture :

Encore une jolie robe, mais aussi une jeune femme qui se tient droite et qui a l’air résolue.

Sans avoir lu les tomes 1&2 :

Ce tome 3 boucle bien l’histoire. Violet continue avec tout le monde son projet. Mais son coeur lui dicte également un projet fou, qu’elle ne peut s’empêcher de mettre en oeuvre. Elle a bien appris, elle est étonnante par moment. Cela lui fait également une bonne expérience, alors que la révolte qui gronde paraît loin d’elle, pendant son plan elle va d’autant mieux ressentir son poids. C’est différent quand on vit directement les choses.

On est tenu en haleine tout le long du tome, redoutant ce qui peut arriver, que tout tombe à l’eau. Comme dans toute révolution, il va y avoir de la casse, des dommages collatéraux, des pertes. 

Pourquoi conseiller de lire cette saga ?
*L’univers est riche et intéressant
*Il se lit comme un petit pain, les pages se tournent très facilement et défilent comme un rien
*Style très agréable. Les descriptions ne m’ont paru ni trop courtes ni trop longues, j’étais totalement dedans
*Pour la progression de l’histoire très intéressante. On est dans une certaine continuité et on monte d’un cran
*Pour la richesse des personnages
*Pour la moral, l’amour, et l’amitié que des gens partagent 
*Pour toute la réflexion dégagée
*Pour des histoires d’amour pas faciles, intéressantes
*Pour se dire que si ça va vraiment trop loin il faut se battre et non l’accepter
*Il y a un réalisme, une bonne continuité, progression, ni de choses trop faciles, ni trop compliquées.
*L’union fait la force. Ensemble contre l’oppression on est plus fort
*Pour des personnages humains, complexes, pas trop lisses

etc.

Attention, à la fin des tomes 1&2 on a très envie de continuer, on a bouclé notre tome mais le petit détail qui tue, le petit événement où il faut la suite.
L’histoire se finit, mais elle pourrait aussi continuer. Cela reste une vraie fin.

Vous avez lu les tomes 1&2 (ou ça ne vous dérange pas, je n’en dis pas trop ou à demi mot  pour certains points) :

La clé noire, symbole de liberté. Notre groupe se prépare pour la prochaine vente aux enchères, pour faire tomber la royauté. Ces nobles qui prennent les gens plutôt pour des objets, même leur prénom ils l’ont perdu. Ainsi, non, ce n’est pas seulement chez les mères porteuses que la colère gronde. Mais avec ce qu’on a appris, et si elles s’unissent l’espoir renaît chez chacun.
Violet est sauve, son amoureux est avec elle, mais elle est prête à se battre, d’ailleurs lui aussi, d’où des disputes. Avec la fin du tome 2, on sait quel nouveau coup a eu Violet, et c’est difficile pour elle. Les formations continuent, des idées germent. Le grand jour se prépare, mais ils ne maîtrisent pas tout.
Violet n’en peut plus et met au point un projet fou, grâce à ses nouveaux dons, on peut dire qu’elle a bien réussi une partie mais gare à la voix, et ceux qui la connaisse de trop. Dans l’antre de l’ennemi, elle découvre un autre travail, une autre manière de se promener dans cet endroit qu’elle connaît si bien et si peu à la fois. Sa folie reste mesurée, elle n’essayera pas de s’enfuir avec elle de suite.
Mais comment ne pas se faire découvrir ? Comment la sauver ? Comment vont-ils changer leurs destins lors des enchères ? (si tout ne s’arrête pas avant) Quelle vie ensuite ? Qui survivra ? Dans le plan fou de Violet, elle sera aussi au coeur, pourra apprendre des choses. L’aide et la trahison peuvent venir de partout. Seront-ils assez fort ? Tout le monde sera-t-il au rendez-vous ? Violet fera des choses bien, mais elle peut aussi se laisser dépasser ou submerger par les émotions, et là on peut en payer le prix.

On découvre d’autres choses, de nouvelles personnes, on en retrouve d’autres et on continue à apprendre des choses sur eux.
Coral (je ne précise pas qui elle est) est une noble, mais pas si méchante, Violet aurait pu travailler pour pire. Mais dans son éducation, sa tête, on voit bien les frivolités qui l’intéressent, qu’elle ne se rend pas vraiment compte ou ne le veut pas, en tout cas c’est loin d’être la pire.

Bref, venez dans le Joyau !

Publicités

Manga Time : Fire Punch tome 3

Fiche

Manga - Manhwa - Fire Punch Vol.3

Mon avis/mes impressions :

Cette fois ci on a une couverture blanche, qui me fait penser à la neige.
Le graphisme est toujours aussi beau, même si parfois j’ai un peu de mal à suivre toute l’action.
La lecture file assez vite, d’un coup le tome est finie.
Au début, on a même le droit à un peu de révision d’anglais.
Mais surtout, je suis fière d’Agni, qui déroge au plan de Togata, réfléchit par lui-même, ne veut pas juste une vengeance pure et dure, mais aussi un monde meilleur. La révolution ! Se battre contre le gouvernement ! En finir avec le fait que des humains vaudraient moins que les autres, et ne seraient que juste du combustible. Les autres humains « combustible » ne sont pas tous aussi fort, esclaves, on leur a tellement seriné qu’ils ne valaient rien, que leurs vies ne comptaient pas, que beaucoup s’en sont persuadés. Mais ici, avec Agni l’espoir renaît, à d’autres il a carrément donné la force de se battre.
Il se rappelle de quelqu’un qu’il a connu, et de son passé et agit enfin ! En voyant les esclaves il repense à certaines choses et déclenche quelque chose en lui !
On a le droit entre autre à un combat épique et également à une confrontation avec Judah.

Fire Punch pose la question de ce qu’on peut accepter ou non, de vivre ou survivre, il a une force phénoménale mais un lourd tribut à payer, ce n’est pas comme s’il ne souffrait pas. On a de l’action, de la réflexion, et un monde glaçant. Surtout avec cette séparation avec ceux qui ne sont plus considérés comme des humains, mais jute du combustible.

NB : Un des combattants ça faisait un peu bizarre, du coup on pense aux histoires avec des robots de combat, à Gundam et compagnie.

Nous sommes dans la période frisson, angoisse, sombre d’Halloween, d’ailleurs ma journée y a fort bien correspondu. Tout cela pour dire, que si vous avez le coeur bien accroché et solide, c’est une bonne lecture pour Halloween, pour vous glacer le sang ! Avec plein de rebondissements inattendus.

Un bon titre mais réservé à un public mûr et averti.

Mon vide grenier Livresque #2

Bonjour tout le monde,

Etant tombée malade, et ne pouvant donc bien axé mes idées longuement, tout bien faire, ce sera le seul article de la semaine.
Je tente quand même de mettre à jour LA (si le livre existe) et babelio (où je peux mieux (surtout plus) écrire). Alternant debout/couché, et ma période d’ordinateur ne pouvant excéder 20-30 minutes. Je fais au mieux avec des forces diminuées.

J’ai découvert la semaine dernière « Mon vide grenier livresque », un nouveau rendez-vous littéraire lancé par la blogueuse Fifty shades of books. L’idée est de ressortir une ancienne chronique sur un thème imposé tout en partageant les chroniques d’autres blogs qui en ont également parlé.

En lisant le thème de cette semaine la semaine dernière, j’avais déjà pris ma décision ^^

Mon Vide Grenier Livresque.jpg

Dans mon grenier, il y a :

Une dystopie 

Avec pour sous thème : De la romance apocalyptique (en gros, il faut qu’il y ait une romance) ou C’est la guerre (Le récit se concentre sur une guerre entre deux clans) 

Pour le livre, je vous présente un de mes coups de coeur de l’année : The Curse tome 1 qui réunit tout dystopie, romance, guerre ^^

Ma chronique 

Celles d’autres blogueurs :

les instants volés à la vie
les blablas de tachan
Chez Olivres
Alice Neverland
La tête dans les livres

J’en profite également pour mettre en avant un manga : Love & Lies qui allie dystopie et romance.

Ma chronique

Celles d’autres blogueurs :

Songe d’une nuit d’été
Loulitla
Nakamanga

Manga Time : Love & Lies tomes 1 à 5 (Fiche)

Finalement, en voilà un de programmer durant mon absence, dont je me devais absolument de vous parler

En y pensant, si on traduit, c’est très commun et ne vend pas du rêve : Amour & mensonges, on dirait le titre d’un soap sans fin (vous savez style amour, gloire et beauté; les feux de l’amour, etc.)
Mais si je vous dis qu’avec on a un zeste de dystopie, qu’on choisit pour eux selon un traitement rigoureux avec qui se mettre en couple. Et si on n’est pas d’accord ? si on s’oppose ? Mais ça a vraiment marché pour plein de personnes !

Hésitante, dans les premiers tomes, je l’aimais bien, mais je me demandais s’il avait ce petit quelque chose en plus, je suis fière de dire que OUI ! Plus j’avance, plus j’aime.

Résumé :

Dans un futur proche, c‘est le gouvernement qui décide du conjoint avec lequel chaque citoyen, dès ses 16 ans, devra passer le reste de sa vie. Ce bonheur promis sur la base de critères génétiques est à la fois source d‘espoir et de désespoir…
Depuis toujours, Yukari nourrit en secret un amour brûlant pour Misaki. Mais alors qu’il déclare ses sentiments à la jeune fille, il reçoit l’avis gouvernemental avec le nom de sa future épouse, Ririna ! Dans une société où avoir des sentiments pour autrui est illégal, ce lycéen s‘apprête à vivre une aventure interdite !

Les couvertures jouent souvent avec le fil du destin.
Le graphisme est agréable. Il me plait bien.

Edité par Pika
Disponible en numérique
Fiche

Manga - Love and LiesManga - Manhwa - Love and Lies Vol.2Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.3Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.4Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.5

Tome 1
Je me rappelle je crois que c’est le tome où il apprend avec qui il est destiné être et qu’une drôle de chose se passe.
Il aime en secret Misaki, et elle que ressent-elle ?

Tome 2
Ici, on découvre sa promise, on fait sa connaissance.

Tome 1 & 2 – >
Je suis encore un peu dubitative, le contexte est très intéressant, mais pour l’instant on est surtout confronté aux affres de l’adolescence, avec des jeux un peu bizarres, avec des adolescents qui se cherchent, voire un peu malsain.
Mais le gouvernement qui s’en mêle, la chose bizarre qui se passe dans le tome 1, un des personnages qui s’intéresse aux réelles implications, pousse à réfléchir, se questionne sur la politique gouvernementale, l’intérêt se relève.
Si le monde dystopique est vraiment approfondi, ça pourrait être super !
La couverture du tome 1 intrigue, avec ce geste invitant au secret, à se taire. Sur les 2 tomes, le fil rouge de la vie se déroule.
Quoi qu’il en soit, le sujet est très intéressant !
A lire, voire à relire selon la direction qu’il prendra.

Tome 3
On retrouve plein de choses classique, quelque part le trio, la vie de classe, le questionnement, le désir, faire la différence entre amour et amitié, etc.
Mais quand le gouvernement s’en mêle avec sa loi pour favoriser la natalité, une autre atmosphère s’installe. Le ministère les convoque à un cours obligatoire : où il y a la théorie suivie de la pratique. Un cours qui met mal à l’aise nos jeunes gens. Il nous permet de faire la connaissance d’un autre couple d’un des potes de Yukari. La fin nous permet aussi de faire la connaissance d’un nouveau couple, dont l’une est sous les projecteurs : une star. Est-ce que le gouvernement sait s’y bien faire les choses ? Est-ce que ça risque de nuire à sa carrière d’artiste ?
Plus important encore, y a-t-il des répercussions si le jeune décide de faire fi du partenaire que le gouvernement lui a choisi ? Sont-ils observés lors de la pratique ? le gouvernement sait que Yukari nourrit des sentiments pour une autre jeune femme ? Ririna qui les aide, quels sont ses sentiments ? Pourquoi Misaki passe son temps à le fuir dans ce tome ? Pourquoi un pote de Yukari réagit ainsi à l’annonce des cours tout en prétextant ne rien savoir ? etc.
Dans ce tome, la classe de Yukari s’organise également pour le spectacle, ils vont jouer Roméo et Juliette. Qui jouera Roméo ? Qui jouera Juliette ? Quel sera le rôle de Yusaki ? Ils nous réservent une petite surprise qui fait bien rire, mais ils nous ont déjà fait quelques fois ce coup là.

Tome 4
Je suis très contente que dans ce tome, on commence à aborder quelque chose qui m’avait intrigué dans le tome 1, qui était perturbant. On commence seulement, mais on y revient !
Dans ce tome, la fête de lycée se précise de plus en plus, nos protagonistes ont des motivations diverses, mais finalement chacun a l’air d’y donner du sien, pas forcément tout de suite, et pour la personne qui devait joué Juliette, il y avait pas mal de choses à accepter.
Ce tome nous fait également rencontré des nouveaux personnages.
On revient également sur le passé de 2 protagonistes, sur leur questionnement sur la loi. On ne sait pas ce qui est dit exactement, mais ça fait réfléchir. Ce fil rouge a l’air de les suivre depuis un moment.
Les jeunes gens autour qu’on a vu dans le passé mais qu’on ne voyait plus dans le présent, on va les revoir !
Ces jeunes gens résolvent aussi plus ou moins les situations entre eux, des lettres, se croiser…mais à certains moments, c’est bien difficile, ils ont humains, ils ont des sentiments, que la loi ne peut leur dicter.
D’ailleurs, il y a des gens qui travaillent pour le gouvernement, mais eux aussi ont été élève avant, on en croisera un. Un des personnages va en profiter pour lui parler.

Tome 5
J’aime énormément cette série. Plus j’ai avancé plus elle s’est bonifiée. On reprend à la grosse révélation de la fin du tome précédent et on continue à s’interroger sur cette loi qui nous trouve le partenaire idéal.
Apparemment elle fonctionne parfois. On assiste même à un mariage qui a l’air heureux, et où le couple a été décidé par cette loi, et où tout semblait mal parti.
On nous explique ce qui n’allait pas, et ce que cette loi à a priori amélioré.
On s’interroge toujours sur cette révélation, et on voit une des jeunes filles qui était très investie dès le départ, elle a vraiment beaucoup apprécié ce jeune homme et fait des choses pour s’en approcher.
On continue à apprendre des choses sur les personnages, à mettre les choses au point.
La jeune demoiselle Shû comment est-elle au courant ? Qui est-elle ? C’est aussi le moment d’en apprendre un peu plus sur elle.
On va même se promener dans un café chat.
Bref, un excellent tome, avec un joli graphisme et une histoire prenante.

Un anime est actuellement diffusé sur wakanim, il est également de très bonne qualité et très agréable à voir. C’est un plaisir de replonger dedans et de voir les personnages prendre vie. J’aime beaucoup l’opening qui joue avec le fil du destin. On retrouve aussi Misaki quand elle fait la fameuse croix en invitant à se taire.

Une histoire qui vous fera réfléchir comme toute bonne dystopie !
S’il est moyen pour vous, je vous encourage à persister jusqu’au tome 4/5. Le personnage de Nisaka devrait vous aider à tenir le coup !

J’ai tout repris pour lui faire une fiche complète ^^ (vu que j’avais zappé sa fiche, ou plutôt dans ce cas là besoin d’en savoir un peu plus).

Lecture Time : Le Joyau tome 2 La Rose Blanche

Couverture Le joyau, tome 2 : La rose blanche

Fiche

Mon avis/mes impressions :
Une dystopie très intéressante et puissante, on est totalement pris dedans, le style très agréable et très fluide fait que les pages glissent comme un rien. On continue à apprendre des choses, on a plein de rebondissements et on tient compte des sentiments de chacun.

J’ai à nouveau beaucoup aimé ce tome, la lecture était de nouveau très fluide, très agréable.
Ca se laisse lire comme un petit pain ! La chose la plus horrible, c’est à nouveau la fin qui nous laisse à nouveau gravement en plan.
On comprend vite d’où sort le titre, les augures ont un rôle encore plus grand à jouer.
Si on le soupçonnait fortement avant, ici on a la confirmation que ce ne sont pas seulement les mères porteuses qui sont mal loties, que plusieurs gens sont en danger, n’ont pas eu le choix, ont été pris à leur famille.
Beaucoup de gens veulent retrouver leur liberté, renverser le gouvernement, la royauté.
Le livre est à nouveau très riche, l’univers continue à se développer, on continue à apprendre pas mal de choses.
Violet découvre plus qui elle est.
En même temps, tout est très bien abordé, les doutes, les envies de chacun, la soif de liberté, d’en avoir marre qu’on lui dicte quoi faire.
On sent le danger, la révolte qui gronde.
A qui se fier ? Comment s’y prendre ?

Un tome à nouveau passionnant
Je vous encourage très fortement à découvrir cette dystopie ! Vivement le prochain tome (je pense me jeter dessus une fois ma nouvelle lecture terminée)

Un nouveau succès pour la collectionR

Le tome 1 nous disait « Vous êtes plus précieuse que vous le pensez« .
Le tome 2 nous dit « Combien êtes-vous prête à payer pour la liberté ? »
Une grande question que les êtres humains ne doivent jamais oublier.

Il est aussi question de se dépasser, de ne pas seulement penser à soi, de risquer sa vie, car une fois sauvée c’est aussi difficile de se remettre en danger. Violet est aussi motivée par l’envie de protéger sa famille.

Un peu plus :
Violet va souffrir pour découvrir et maîtriser son pouvoir et également devoir prendre en main d’autres mères porteuses.
L’union fait la force !

Je vous laisse découvrir les détails par vous-mêmes et surtout entièrement les savourer. Nous reprenons pile où nous nous sommes arrêtés au tome 1 😉

Lecture Time : Le Joyau tome 1 & tome 1.5

Couverture Le joyau, tome 1Couverture Le joyau, tome 1.5 : La maison de la pierre

Résumé :
Qui dit Joyau dit richesse. Qui dit Joyau dit beauté. Qui dit Joyau dit royauté. Mais pour les filles comme Violet, le Joyau est avant tout synonyme de servitude. Et pas n’importe quelle servitude : Violet est née et a grandi dans le Marais avant d’être formée dans l’optique de devenir Mère-Porteuse pour la royauté. En effet, au sein du Joyau, la seule chose qui prime sur l’opulence et le luxe, c’est la descendance…
Achetée par la Duchesse du Lac lors de l’Enchère des Mères-Porteuses, Violet est accueillie d’une manière singulière qui donne le ton. Désormais connue sous l’appellation #197, elle va rapidement découvrir la brutale réalité qui sous-tend l’étincelante façade du Joyau : cruauté, trahisons et violence sourde sont les méthodes de la royauté.
Violet doit accepter ce sinistre quotidien… et tâcher de rester en vie. Mais c’est alors que naît une romance interdite entre elle et un séduisant jeune homme …

Attention, le résumé de base en révèle plus sur le jeune homme, si vous voulez gardé la découverte ne le lisez pas en entier.

D’Amy Ewin
Chez CollectionR
Disponible en numérique

Mon avis/mes impressions :

Le tome 1.5 est consacrée à la meilleure amie de Violet : Raven. Dans le tome 1 on a de sérieux doutes, ici ils sont confirmés dans une petite histoire d’une soixantaine de page et uniquement en numérique apparemment. Il n’est pas conseillé aux âmes sensibles. Ce que je regrette le plus c’est qu’on soit laissé dedans, ça aurait été bien d’aller plus loin jusqu’où on en est à la fin du tome 1. Non, pas pour les séances de tortures, mais pour relier encore mieux les choses (je ne peux pas vous en dire plus).

Sans que cela soit un coup de coeur, c’est une excellente lecture, où les pages défilent comme un rien, le style est très agréable, c’est plutôt bien vu, de bons rebondissements. On est facilement totalement pris dedans.
Mélange de la sélection et the handmaid’s tale. On pense vraiment à ces 2 là en découvrant le monde du joyau.
Avec un peu de recul, même à the curse.
C’est la découverte d’un monde terrifiant encore plus selon sa classe sociale. La lecture est très fluide, très agréable, l’histoire est prenante et on suit une jeune femme intelligente, qui ne se faisait pas d’illusion non plus sur le monde.

Quand on rencontre Violet, elle est déjà à l’institut la préparant à être mère porteuse. C’est avec elle qu’on découvre le monde dans lequel on est tombé, comment il fonctionne. Violet est une jeune femme intelligente, qui suit les règles du mieux qu’elle peut tout en se faisant aucune illusion, en remettant en cause ce qu’on lui dit. Raven est sa meilleure amie, elle l’a aidé lors de son arrivée à l’institut et est beaucoup plus rebelle et révoltée. Lily, elle croit tout, naïve, mais attachante, elle y croit dur comme fer, et suit tous les potins.
Ces jeunes filles ont été arrachées à leurs foyers car un test les a prédisposé pour être mère porteuse. Il y a également une belle dimension fantastique avec les augures, c’est important, quelque part magique, mais elles en payent le prix à l’utilisation, et elles n’ont aucune véritable idée de ce qui les attend, et de ce à quoi cela va leur servir.
Y a-t-il vraiment un endroit mieux ? On voit que la vie qui les aurait attendu était bien pénible et difficile, oui mais seulement il y avait plus de libertés.
On découvre le passé et comment elles en sont arrivées là au fil de l’eau.
Violet, Raven, Lily et tant d’autres sont arrivées à la fin de leur formation, maintenant voilà qu’elles perdent leur identité et sont de simples numéros de lot, qui vont être vendues aux enchères.
On leur tourne cela comme une belle mission, comme un honneur, vu qu’elles peuvent enfanter. Oui, il y a des problèmes de natalité.
Mais comment vont-ils s’y prendre ? Quel futur ?
Violet est devenue le lot 197 acquise par quelqu’un du joyau, par une des maisons fondatrices, mais quel honneur !
Ces dames sous les apparats, les airs, la richesse vont vous dégoûter, même si Violet aurait pu tomber bien pire.
On donne une belle chambre à Violet, de bons repas, de drôles de règles, on récompense et on punit. Bref, sa vie ne lui appartient plus vraiment, encore pire qu’au centre. Livrée à elle-même dans un nouveau monde qui pourtant brille tant, et sous-entend tout autant d’indicibles horreurs.
Alors qu’elle tente de rester en vie, de profiter des quelques personnes sympathiques qu’elle a croisé, qu’elle s’inquiète d’enfanter l’enfant d’une autre, qu’elle a plein de choses en tête, par hasard son regard croisera celui d’un homme, et là tout va changer pour elle, ça lui rappelle aussi qu’elle est une personne à part entière, une humaine, et non un jouet.
Est-ce que cela vaut le coup pour cet amour interdit de tout risquer ? L’aime-t-il seulement sincèrement ? Est-ce un piège ? Est-ce vrai ? Et quel avenir dans leurs conditions respectives ? Violet n’a jamais connu d’homme, jamais un amour dans ce sens là.

Violet ne connait que l’endroit où elle est née, que l’institut, que ce qu’on lui a appris. Elle se méfie, mais n’a guère le choix. Privée de sa liberté, elle tente de survivre. Elle est conciliante, ce qu’il faut pour survivre mais elle est et reste Violet Lasting et non un simple numéro de lot, lot 197. Moyen classique pour se détacher de l’humain derrière, l’oublier. On l’a acheté, elle appartient à quelqu’un. Une société pas si éloignée de la nôtre qui fait réfléchir, où seuls quelques nantis sont vraiment privilégiés, mangent à leurs faims, et pourtant se livrent des jeux macabres et malsains.

Un univers intéressant, riche et plein de surprises (Chut, c’est à vous de découvrir maintenant)

Attention risque : à la fin du tome 1 qui a mis les pièces en place, vous aurez envie de vous jeter sur le tome 2. Je suis d’ailleurs en train de le lire et il est tout aussi bien, fluide, intéressant.

Cinéma Time : Seven sisters

Résumé :
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
(Source : Allociné)

Fiche SB

Le titre est soit Seven sisters (7 soeurs) soit What Happened to Monday ? (Qu’est il arrivé à Lundi ?). Les 2 titres sont plutôt pas mal et en anglais XD

Mon avis/mes impressions :
Les dystopies sont passionnantes, les sujets sont énormes, et ici il m’a tout de suite beaucoup intéressé ! Le film a un côté réaliste, cru, percutant, ironique, cynique tout en nous offrant des moments tendres, drôles.
J’ai beaucoup aimé ce film qui est marquant, et pourra encore nous faire réfléchir longtemps après. On peut déjà commencer dès qu’on lit l’histoire.
La première partie est assez psychologique, on les revoit aussi enfants et on voit une partie de comment ils se sont organisés. Leur grand père est rusé, intelligent. Son idée est aussi géniale que tordue. Mais l’idée qu’à 7 on est plus forte que seule est vraiment sympa.
La seconde partie nous plonge dans l’action, le thriller oppressant et angoissant, la lutte pour la survie, découvrir la vérité.
La musique participe bien à l’ambiance du film. Certes si vous êtes un peu habitué, vous devinerez certaines choses, mais une fois plongée dedans avez vous vraiment tout deviné ? Cela ne vous a pas fait de l’effet ? Fait réfléchir ?

Dès le début, le ton est donné, comme un documentaire, on voit le constat de ce monde et la politique de l’enfant unique qui fût mise en place pour pallier à la surpopulation. Certes, la loi est très cruelle, mais on peut aussi se poser la question de quel avenir pour les êtres humains sans elle ?
Certes quand des enfants sont arrachés à leurs parents ça fait très mal.
On peut aussi se poser la question du travail qu’on accepte de faire. C’est aussi une grande question non ?
Bien sûr, tout le monde ne connaît pas tout.

Le monde est rempli d’une technologie formidable, pourtant il m’a paru très froid, très austère, très aseptisé. Avec leurs règles, Karen Settman peut s’assurer une vie, qui semble assez « confortable ». Mais Karen est 7 personnes à la fois.
La maman des filles meurent en les mettant au monde, le papa est aux abonnés absents. Leur grand-père prend alors une décision, il va les élever et comme elles sont autant que de jour de la semaine, chacune portera le nom d’une journée : lundi, mardi, mercredi …
Et chacune sortira son jour de la semaine.
D’ailleurs samedi et dimanche ne serait-elle pas privilégier vu que c’est les jours de liberté ? XD
C’est déjà compliqué ainsi, alors je pense que le plus sûr était de ne surtout pas bouger la journée. On ignore le métier du grand père. Il est rusé, leur enseigne, met des règles en place, les met en garde. Et promet qu’on leur trouvera un métier qui se servira de toutes leurs compétences. Comment a-t-il fait pour toutes les nourrir ? Il n’y a pas de rationnement en place ?…
Comment assurer ceci : règles plus point quotidien en fin de journée où on doit tout se dire, montrer. Car il ne faudrait pas être prise en défaut. Il attend apparemment qu’elles aient l’âge de raison (6-7 ans) pour tenter la 1ère sortie.
C’est la promesse d’une vie qui n’est plus tout à fait sa vie, contre celle d’être cryogénisé, et de revenir plus tard, les siens ne seront plus là, et c’est sans sûreté.

Leur grand-père leur a dit dehors vous êtes Karen Settman, comportement identique, mais à l’intérieur vous êtes vous-mêmes, exprimer vous. Chacune a ses compétences, son style, sa coiffure, ses envies. Chacune aimerait ne pas juste avoir un jour de la semaine. Petites, elles ont déjà payées très chères. Et en grandissant, des envies se développent, elles veulent autre chose qu’une aventure d’un soir.
Et se sont-elles vraiment tout dit ? tout le temps ?

Mais voilà, qu’un jour, jour où elles allaient savoir si elles décrochent leur promotion grâce à un travail d’équipe, et étaient en concurrence avec un collègue, que Lundi disparaît. Que lui est-il arrivé ? Sont-elles compromises ? Quel avenir pour elles après ? Peuvent-elles vivre individuellement après autant de temps ? …
Alors que le gouvernement n’a aucun intérêt à avouer que pendant 30 ans elles ont réussi à survivre ensemble, une traque sans merci et sans pitié commence, où elles devront déployer toutes leurs compétences, où elles seront aussi fortes que faibles, où elles seront déstabilisées sur des parties qu’elles ignorent, où elles tenteront de reconstituer le puzzle, de découvrir la vérité, de survivre, où les pistes s’emmêlent pour nous perdre, où notre souffle sera coupé.

PS : Noomi Rapace est superbe dans ces 7 rôles différents.
Le film est mis en scène sous forme de chapitre qui correspondent aux jours de la semaine.

Manga Time : Fire Punch tomes 1 & 2

Manga - Fire Punch

Résumé :
Plongés dans une nouvelle ère glaciaire, où le chaos et la famine règnent sur terre, les hommes sont prêts à tout pour survivre. Parmi eux, certains, possèdent des dons surnaturels. Agni et sa sœur Luna font partis de ces « élus » et utilisent leur pouvoir de régénération pour nourrir les habitants de leur village. Mais un jour, un terrible malheur les frappe. Agni sera le seul survivant d’un massacre qui a brûlé ses proches. Il part alors dans une quête effrénée pour assouvir sa soif de vengeance.

Fire Punch de  FUJIMOTO Tatsuki

Mon avis/mes impressions :

Un titre trompeur :

Fire Punch a fait un buzz énorme, tellement que ça me donnait plus envie de faire demi-tour XD. C’est aussi un titre que je trouve trompeur, à plus d’un titre, déjà le titre et la couverture m’ont fait penser à du pur shonen, avec le gars qui va se battre pour une certaine raison. Mais non, c’est un seinen avec de beaux dessins, qui s’inscrit dans une veine dystopique, qui ne fera pas pâlir des séries telles que Game of Thrones ou True Blood, car pour la lire il faut avoir le coeur solide ! Au vu des thèmes traités, du côté cru, même si ça reste également énormément dans la suggestion de l’horreur, le titre se verra réservé à un public averti, mature, pas trop sensible, pas cardiaque.

De jolies couvertures intrigantes :
On a d’ailleurs comme une opposition 1er tome a l’air de feu, 2ème tome a l’air de glace.

Tome 1 :
Je ne m’attendais pas à cela. C’est du bon, mais c’est dur, horrible. J’ai eu l’impression qu’on m’éviscérais. C’est un seinen. le graphisme est agréable.
Dès le départ, on est mis dans l’ambiance, à un moment on voit une scène horrible, et ils n’ont pas l’air de réagir plus que cela, on comprend ensuite la cause, et comment ils survivent. On a des flash backs pour nous permettre de mieux comprendre. On a de faux gentils, mais je me méfiais quand même. Bref, c’est un monde atroce, mais intéressant.
Affaire à suivre.

Tome 2 :
Ce manga reste énormément dans le suggestif. Il a un côté WTF mais intéressant. Il prend le contrepied. Il est vraiment original, et très cru, réservé à un public mature et averti. 
Un personnage croisé à la fin du tome 1 m’avait énormément interloqué je me demandais si c’était bien dans l’histoire ou un bonus. Oui, un personnage à part ni vraiment gentil ni vraiment méchant, mais cherchant le spectacle. Il y a une certaine dose d’humour, de terribles ironies. Il a toujours ce côté glaçant. On a aussi pas mal de personnages qui ont le dont de régénération et une sorte d’immortalité, des gens qui sont devenus très blasés, voire s’ennuient.

En bref, nous nous retrouvons dans un monde austère, dur, froid, où on peut vite se retrouver dans de sacrés situations. Le titre est assez novateur et terrible. Les dessins sont beaux. On n’est pas au bout de nos surprises. Et on a une certaine dose d’humour et d’ironie !

On rentre un peu plus, on ne dit pas tout mais quand même des choses (donc c’est à vos risques et périls) :

Tome 1 :
Une étrange légende, on n’a pas vraiment le temps de découvrir le monde que déjà on se retrouve avec du cannibalisme. Seulement c’est un peu plus compliqué que cela, Agni et sa soeur Luna ont un pouvoir de régénération, pour Agni il est bien plus fort ce qui le fera devenir le fireman. Ainsi, même s’ils se coupent des membres, ça va repousser, et donc ils partagent ! Non, ils ne se sont pas lancés un jour juste comme ça ! Et non, ce n’est la seule horreur que vous croiserez dans ce tome, disons qu’on n’hésite pas à se servir des gens, de leur pouvoir, que tout être doit être utile, et que tout le monde n’a pas vraiment le choix. Incompréhension, non-dit, ironie du sort, en tout cas suite à une visite la vie des 2 jeunes gens basculent.

Tome 2:
Togata, le personne rencontrée à la fin du tome 1 a comme projet de faire un film, Agni lui a tapé dans l’oeil, voilà un sujet intéressant. La pauvre, elle a perdu sa collection de films. Elle a un pouvoir spécial, ce qui en fait une personne blasée mais également avec plein de connaissances intéressantes. Elle fait véritablement le lien avec notre monde, tant elle connaît bien la culture cinématographique, et les références sont assez géniales et amusantes. Bref, son but c’est de faire un super film, ce qui fait que son côté, ce qu’elle défend c’est que le film soit bon, puissant, intéressant. Elle se trouve même une caméraman, qu’elle sauve un peu par ironie et besoin.
Un personnage féminin nous intrigue et une question est posée.
Bref, on a encore beaucoup de choses à découvrir sur la vérité de ce monde.
On revoit aussi un autre personnage, dans une situation bien horrible, qui tient par l’espoir.

Il fait vraiment très mauvais d’être une femme et pas dans les bonnes sphères. Un nombre incalculable de fois des hommes ont voulu assouvir leurs désirs, pulsions sur les jeunes demoiselles.

Anime Time : Psycho-pass saison 1

Résumé:
L’histoire se déroule dans un futur proche, quand il est possible de mesurer instantanément et quantifier l’état d’esprit et la personnalité d’une personne. Ces informations sont enregistrées et traitées, et le terme « Psycho-Pass » fait référence à une norme utilisée pour mesurer un personne. La police peut désormais appréhender les « criminels dormants » avant même qu’ils n’aient commis leurs méfaits ! Akane Tsunemori intègre la Brigade Criminelle au grade d’inspecteur et elle va découvrir les avantages mais aussi les inconvénients de ce système !

La saison 1 est composée de 22 épisodes.
La saison 2 est composée de 11 épisodes. Dispo sur ADN.
Une saison 1 intitulée Psycho-Pass: Extended Edition Saison de 11 épisodes mais de 46 minutes
Un film d’animation
Des supports physiques sont sortis.
Et disponible sur netflix

Extended c’est la saison 1 refaite ?!

Le dominator :

On n’a plus besoin d’arme, seulement de celle ci, le dominator qui va d’abord vérifié votre psycho-pass et changer de mode selon l’état. Il est impossible de tricher. Mais qu’arriverait-il face à quelqu’un de dangereux alors que le dominator reste bloquer et que selon lui tout va bien ?

Un extrait, utilisation de la technologie moderne :

S’habiller en toute simplicité. Avec ça facile de changer de tenue. Facile d’avoir une tenue professionnelle et d’aller voir des amies après le travail avec une autre.

Un manga centré sur Kogami a commencé à sortir chez Kana. J’ai un peu de retard, mais d’après mes souvenirs un bon 1er tome, mais dommage pour des gens qui ne connaissent pas l’univers, sybille.
Bientôt va sortir celui centré sur Akane qui donc va reprendre l’anime, permettre de faire connaissance avec ce monde, cette technologie et le système sybille. Le premier tome sortira le 8 septembre, n’hésitez pas à tenter l’aventure si ces questionnements vous intéresse, ce monde, sybille.

Mon avis/mes impressions :
Psycho-pass est un excellent anime, très prenant, passionnant. Le monde avec le système Sybille semble en paix et en sécurité. Avec Akane on découvre de très sympathiques utilisations. Seulement il y a les exécuteurs, et ils n’ont pas forcément toujours été dans ce cas là. Seulement le système décide de tout, ce qui semble être un soulagement peut aussi prêter à questionnement. Petit à petit, le système n’a pas l’air d’être si parfait que cela. De quoi s’interroger jusqu’à la terrible vérité. Nos agents auront aussi à faire un homme intelligent et redoutable qui défie le système. Et qui les poussera à s’interroger.
Bref, très belle replongée et vivement qu’on ait le manga de cette partie là. Un anime que je ne peux que conseiller sauf aux âmes sensibles. Ça peut être dur.

Nous rencontrons Akane, qui a tout pour elle, son psycho pass a toujours été clair. Elle a l’embarras du choix pour son métier, elle eu la liste. Car oui, vous ne choisissez plus, selon vos résultats, vous avez une liste d’affectation possible. Akane est intègre, elle a le sens de la justice et du devoir, elle croit en ce système, en plus il a été doux avec elle, mais elle n’est pas au bout des ses surprises.
Le système sybille régente beaucoup de choses, il allège le poids pour les humains, et en même temps, on peut se questionner sur le libre-arbitre. Que devient-il ? Le système a-t-il forcément toujours raison ? En tout cas, la société semble baigner dans une paix apparente. Mais est-ce que tout le monde est heureux ?
Akane va travailler dans la police, son 1er vrai job, c’est différent de ses études. Elle s’adapte, voit comment ça fonctionne. Elle est calme et plutôt sûre d’elle en même temps, après tout elle a toujours été bien vu par le système, plein de possibilités se sont ouvertes devant elle, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.
De temps en temps elle voit ses amies, on voit l’impact, le pouvoir et la puissance de la technologie.
Au milieu des affaires se posent très vite une question. Il y a comme un problème, les exécuteurs ils étaient autre chose avant, ils avaient une vie, certains étaient même policier. Mais alors pourquoi tout a fini ainsi ? Et quel est le risque ? Ca en fait de mauvaises personnes ? Qui est préservé de basculer ? Si on prend les choses plus à coeur, on est plus sensible, ne risque-t-on pas de faire basculer son psycho-pass ? Peut-on totalement s’y fier ?
On sera amené à découvrir certains liens, certaines existences avant d’être exécuteur. Une fois que le psycho-pass a basculé, ils étaient isolés et certains ont eu cette proposition. Ils ne sont pas vraiment libres de leurs mouvements et sacrifiables.
Alors qu’Akane fait ses premiers pas, se confronte à toutes sortes de gens, découvre le métier qu’elle a choisi, le monde semble s’emballer, perdre pied, entre autre à cause d’une personne redoutable, intelligente, ça va pousser Akane a sacrément réfléchir sur des choses, sur le système Sybille.

Série Time : The Handmaid’s Tale

Résultat de recherche d'images pour "handmaid's tale serie"

 

 

 

 

Résumé :

Dans un monde dystopique où la femme est au centre du pouvoir car elle est en voie de disparition, chaque femme est séparée en trois classes : les Épouses qui ont le pouvoir, les Marthas qui s’occupent de la Maison et enfin les Servantes écarlates dont l’unique rôle est la reproduction.

Dans ce futur où la reproduction se fait rare à cause de la pollution, la religion prend le pas sur la politique dans une sorte de gouvernement totalitaire.

Defred (Offred en VO) va venir raconter son histoire de Servante écarlate… une vie pleine de souffrances.

Adapté du livre La Servante écarlate de Margaret Atwood

Adapté du film The Handmaid’s Tale

1ère saison de 10 épisodes d’environ 50-60 minutes

Mon avis/mes impressions :
Hanmaid’s tale nous raconte une histoire qui n’a rien d’un conte fée, mais qui est un futur possible, ni vraiment proche, ni vraiment éloigné de nous, comme dans toute dystopie des choses touchent, interpellent. Un formidable travail a été réalisée sur cette série diffusée par Hulu. Glaçante à souhait, on ne s’en relève pas si facilement !

Cette histoire est aussi un livre (1985) et un film ( 1990) qui datent. J’ignore si ils sont aussi bons. Si quelqu’un passe et connaît.
On a aussi pu revoir Alexis Bledel qui n’a rien perdu de sa beauté, son intelligence et son âme rebelle, ça fait plaisir !

June (jouée par Elisabeth Moss) nous entraîne dans sa vie de servante appelée servante écarlate, petit à petit on découvre son monde, y compris sa vie d’avant. On est souvent très mal à l’aise, cela semble aseptisé, glaciale, il y a de l’idée, mais y a aussi de quoi glacer le sang !
D’ailleurs personne d’autre ne l’appelle encore June. Bien sûr, on peut se demander pourquoi se laisser faire ? Pourquoi ne pas se rebeller ? Mais ce n’est guère si évident, elles ont été en quelque sorte dressées, conditionnées. Est-ce qu’elles ne sont plus humaines pour autant ? Bien sûr que non. Est-ce qu’elles ne désirent pas autre chose ? A votre avis ?! Elles n’ont pas vraiment eu le choix. On peut aussi se poser la question de supporter cette vie à tout prix ou de l’abandonner.

Ces filles ont été dans un centre, où elles ont subi une manipulation mentale à grande échelle, qui continue. Il y a la tenue, la formation au centre, la déshumanisation, elles portent un prénom qui peut changer, elles doivent appeler celle qui les forment et les surveillent tante (Nous on aura essentiellement à faire à tante Lydia), comme si c’était la famille. Elles vont faire des courses, peuvent ainsi prendre l’air mais toujours accompagnées d’une autre fille, elles peuvent se tenir compagnie et se surveiller. On leur parle d’accomplir un devoir, et l’acte sexuel est très encadré, fait d’une manière originale, avec la position aussi, pour ne pas exclure la femme du couple, comme si alors ce n’était pas un viol. Et les hommes peuvent-ils s’en contenter ? sans sentiment ? avec leur femme qui regarde ?
On les dit importantes, vitales, car fertiles mais on a volé leur vie, elles ne sont là que pour être une pondeuse, une fois l’enfant de la famille né, et allaité, à la maison suivante.
Ne pensent-elles pas à s’enfuir ? Mais pour aller où ? Il faut au moins changer de pays. Il y a des gardes à chaque coin de rue.
Là encore, on a utilisé la religion, une sorte, comme un prétexte fallacieux, comme une tromperie, comme si on pouvait tout justifier avec.

Mais en général, la condition féminine est une réelle catastrophe. Même pour la femme du couple. En gros on a les servantes (dites Servante écarlate), les domestiques (cuisine, ménage) (dites Martha) et celles qui a priori s’en tirent bien mais en fait non, comme la femme du commandant (dites Epouse). Mais elles n’ont plus voix au chapitre, n’exercent plus de métier.

C’est un monde où peu de bébés survivent, June quand elle a l’air plus vivante, plus humaine, nous montre déjà un monde dur, austère.
Mais quand on voit ce qu’ils ont fait sous des prétextes fallacieux, et comme elles se sont retrouvées prisonnières de leur sort, le sang se glace !
June tente de garder espoir, pense à sa famille. Elle se plie beaucoup, mais reste humaine.
On ne cesse d’apprendre des choses, avoir des surprises, on passe par toute la panoplie de sentiments possibles. Certains moments sont aussi jouissifs. On voit que derrière le masque, ce monde est des plus diaboliques.

Les femmes des commandants, des hommes qui occupent un haut rang sont tout en vert. On ne nous a pas expliqué les couleurs.
Les servantes en rouge et blanc. Le rouge se repère bien, peut se confondre avec le sang.
Leurs cheveux sont cachés, et ce qu’elles ont sur la tête cache le visage, on cache le côté femme, humaine. A certains moments spécifiques, elles enlèvent le chapeau.

Une série excellente, prenante, intéressante et glaçante à voir si vous en avez le courage, déconseillé aux âmes sensibles et aux personnes cardiaques.

La saison 1 se termine en nous laissant à bout de souffle, et dans le doute. Avec aussi une belle note d’espoir. Nous aussi, on veut y croire.