Manga Time : Fûka tome 5

Fuka T05 par Seo

Une très jolie couverture comme à chaque fois, avec un joli jeu de couleur, et Fûka qui se saisit du micro pour chanter.

Fiche

J’averti bien aimablement tout le monde de la nécessité d’avoir lu au minimum les 4 premiers tomes ou d’aimer être spoilé pour continuer la lecture de cet article (si ce n’est pas le cas arrêtez-vous là).
Si vous avez lu les 4 premiers tomes, n’hésitez pas non plus à lire le 5ème tome et revenir ensuite.
Oui, c’est toujours aussi bien, c’est vraiment bon puissant, prenant, et là ils ont osé, telle la vie.

Bien,  je vous aurais averti.

La fin du tome 4 faisait peur, mais vraiment ils ont osé aller loin, telle la vie, telle la réalité qui peut parfois être implacable et terriblement dure.

Attention au résumé du tome 5.

Comme beaucoup de fois, chacun a sa façon de réagir, même si on ne va pas à un enterrement, ça ne veut pas dire qu’on n’aimait pas cette personne. Mais quand on aime quelqu’un, c’est juste tellement dure d’accepter cette réalité. Ne pas voir le corps, faire semblant que tout va bien, pourquoi c’est arrivé ? Comment continuer ?
Yû se laisse complètement aller, il ne va plus à l’école, il cherche les coups, il évite les endroits où il a des souvenirs d’elle.
Tout le monde avance tant bien que mal.
Il se pose aussi la question du groupe, de l’intérêt de continuer sans elle. Et comme on est réaliste aussi de la possibilité de continuer sans elle.
Et maintenant que les autres membres ont trouvé un moyen d’avancer, comment à nouveau changer d’avis ? Faire face aux gens avec qui ils se sont engagés ? Le feront-ils ? Croiront-ils assez en eux, en Yû, en eux sans Fûka, avec qui tout a commencé. Peuvent-ils supporter d’être avec des gens, de reformer le groupe, mais sans elle, qui était l’unité, la joie de vivre, l’espoir, elle qui y croyait dur comme fer ?
En tout cas, Sara a avancé dans sa relation avec les autres. Tous les autres avaient trouvé quelque chose dans la musique, quelque chose à eux, quelque chose où ils peuvent s’épanouir tous ensemble.
J’ai autant de mal à réaliser qu’eux, ça fait vraiment mal.
Cela aurait pu être un bête accident, avec plus ou moins de séquelles, ici la faucheuse est passée, mais Fûka vit toujours à travers eux, leurs cœurs et les nôtres. Elle a laissé son empreinte. Niveau mangaka quelques mots sont laissés eu début aussi. Comme les personnages, on a l’impression de faire un mauvais rêve, un cauchemar.
C’est bien abordé, plus les questionnements.

Publicités

Manga Time : Moving Forward tome 6

Fiche

Moving Forward, tome 6 par Nagamu

Cette fois-ci c’est beaucoup plus classique, beaucoup de noeuds au cerveau et les affres de l’adolescence et de l’amour dans toute leurs splendeurs.
Par contre, il y a quelques phrases bien senties qui portent à réflexion.
Outa a été très maladroit dans le dernier tome en voulant se faire pardonner, ici il le fait avec plus de subtilités et en montrant qu’il l’a un minimum observé.
Sazuku aimerait joué avec d’autres musiciens, il en a pris conscience en étant poussé dans le tome 5 par Kuko et par le vieux homard, il prend donc son courage à deux mains et lui demande des cours.

Il y a également une très jolie sortie au parc entre 2 amis.
Des amis qui tiennent à leur amitié et ne veulent pas la perdre.
On remarque aussi l’incidence sur sa propre vie du regard de l’autre, également le poids de ses mots. Que ce soit des compliments comme tu es doué pour ça, ou des reproches, des choses méchantes tu es nul(le), inutil(e). Cela marque la personne dans un sens comme dans l’autre. Il faut veiller à faire la part des choses, également avoir différents retours, de différentes personnes.
Outa est par exemple très doué en dessin, dans son enfance on l’a beaucoup complimenté à ce sujet, ça l’a motivé à continuer à dessiner.
Une jolie série que j’encourage tout le monde à lire en tout cas.

Dans l’histoire à part, on a une jeune fille qui traîne beaucoup de bagages, pour parer à tout et aussi aider les autres, et un jeune homme qui gueule fort. La fille se trouve pas assez doué, pas assez belle, pas assez tout, et c’est le moyen qu’elle a trouvé pour être utile. En attendant, cela lui fait un certain poids tout le temps. Les autres ne font-ils que l’utiliser ?
On a toujours une certaine manipulation, un côté utilitariste quelque part, mais tant qu’elle est bienveillante, et non malveillante, ça passe. Après il faut faire la part des choses et ses choix.

Manga Time : Moving Forward tome 5

Fiche

Un excellent tome où j’ai pensé à mon dernier livre aussi (a good girl), toute la réflexion autour des sentiments, de l’être et du paraître.
Ce tome pourrait très bien faire pleurer une partie d’entre vous à chaudes larmes, il est très touchant, émouvant, il donne des nœuds au cerveau et dégage réflexion et prise de recul par rapport à soi-même aussi.
Kuko se confronte à Outa, mais c’est différent dans ses rêves.
Ici, nous confrontons pas mal 2 façons de faire : intérioriser ses sentiments ou les extérioriser. Ne pas dire forcément tout ce qu’on pense tout le temps, ou être très naturel : rire quand on est joyeux, pleurer quand on est triste, même si c’est devant l’autre, dans la rue, au travail, à l’école. Et vous que faites vous ? Une chose que laquelle nous pouvons évoluer, réfléchir, peut-être faire cas par cas, selon les personnes, selon les situations.
Nous pouvons même envier tout comme considéré comme un extraterrestre la façon de faire de l’autre si différente de nous.
On peut aussi être influencé par la culture, comment on a été élevé, les réactions des autres…
On parle aussi maladroitement peut-être de force et de faiblesse, qui peuvent influencer sur ce qu’on décide de faire.
Il n’y a aucune solution qui est à 100% génial. Chacune a ses avantages et ses travers.
Kuko est choquée, car comme beaucoup d’entre nous elle se découvre une part sombre, c’est difficile à accepter mais il le faut, cela n’en fait pas quelqu’un de méchant. Et il faut bien qu’elle s’extériorise un minimum avant que cela craque pour de bon. Elle se rend compte que parfois elle a considéré les autres de haut, elle ne comprenait pas leurs façons de faire, d’être, qu’elle considérait comme faible.
Bref, une très jolie réflexion.
J’ai aussi beaucoup aimé le dialogue, l’échange que Kuko a eu avec son père, aussi ce moment où le vieux fait venir un jeune à lui pour partager quelque chose d’unique.
Mention spéciale à la dernière histoire aussi qui met Ibu en avant, déjà j’aime beaucoup la complicité qu’elle a avec sa maman, ce partage de passion.

Il faut aussi se rappeler que ce sont des adolescents qui se découvrent.

Manga Time : ReLife tome 6

Fiche

Manga - Manhwa - ReLIFE Vol.6

Couverture

On retrouve Arata avec un air perdu sur la couverture, mais qui a l’air d’arriver à faire sa cravate (oui pendant un temps il n’y arrivait plus -_-) et quelqu’un qui l’observe en coin.

Mon avis/mes impressions :

C’est à chaque fois un immense plaisir de retrouver ReLife (sauf pour mon portefeuille). Je suis étonnée qu’un point n’ait pas encore été abordé.
Ce tome m’a fait passer par un mélanger d’émotions, il remue également beaucoup de choses et donne un sacré coup. Je suis toujours aussi horrifiée et scandalisée par le passé d’Arata, ces premiers mois dans la vie active et une société. Malheureusement, ça fait aussi terriblement écho à la société actuelle et aux problèmes économiques voire même de caractères qui peuvent empêcher de tenter ailleurs. En même temps, Arata est dégoûté de la société et n’est pas sûr que ce sera mieux ailleurs, qu’il ne sera pas à nouveau exploité et que certains comportements seront infâmes. Et ça fait mal, très mal !
En dehors de ça, le travail que fait ReLife en étudiant à fond les dossiers est quand même un sacré travail, intéressant, prenant, et en plus ils jouent les lycéens (même si ça donne un côté harceleur aussi).
Chizuru arrive à aller vers les autres maintenant, même des fois à faire le premier pas. Elle reste directe. Je l’adore toujours autant et je suis contente de la voir avoir des amis.
D’ailleurs, l’air de rien, Arata peut influencer la vie de ses amis, comme il est un lycéen comme eux en apparence, il y a des moments où cela a plus de poids qu’un adulte, où c’est mieux accepté, car ils sont dans la même « galère » quelque part aussi, mêmes situations.
Arata va voir que son passé ne s’est pas juste évaporé, que ça a marqué, il n’est pas timide certes mais ça a dû être très dur pour lui de répondre à ces questions, il s’en sort vraiment pas mal et surtout n’édulcore pas la triste réalité, bien évidemment il ne parle pas de sa relife.
On se concentre aussi un peu sur Ogata. Et c’est vraiment un chouette gars, il participe au mieux pour sa famille sans même leur en vouloir, c’est extrêmement touchant, et malgré tout ce qu’il à a faire il réussi à maintenir un bon niveau.
Il y a beaucoup de taquineries sur des gens qui seraient en fait amoureux mais qu’en est-il vraiment ? Y a-t-il quelques prises de conscience ? Avec quelques remarques bien senties cela débloquerait-il des points ?
Arata redécouvre aussi le plaisir des grandes vacances, qui peuvent malheureusement être ternie par des rattrapages. Dans la vie active, il n’a plus autant de vacances -_-.

Une superbe série tout en couleurs que je recommande toujours autant <3.

Manga Time : Close to Heaven tome 1 (Fiche)

Manga - Close to Heaven

Résumé :
365 jours, une année… c’est beaucoup et c’est peu à la fois. Bien que voisins, Ninon et Kira ne s’étaient jamais parlé. Ninon est une jeune lycéenne solitaire avec une perruche perchée sur son épaule alors que son voisin Kira est un garçon à l’air désabusé qui ne pense qu’à s’amuser. Tout semble les opposer mais quand Ninon découvre le cruel coup du sort qui frappe Kira, elle se sent investie d’une mission : partager avec lui des souvenirs inoubliables tant qu’il en est encore temps !

« Deux lycéens que tout oppose vont se retrouver liés par une promesse : passer 365 jours ensemble à tisser des liens, se créer des souvenirs et, qui sait, peut-être même à connaître l’amour ! »

Fiche MN

Edité par Pika
de MIKIMOTO Rin
Connu également sous son titre japonais : Kyô no Kira-kun
Il a également été adapté en film live cette année
Nous aurons normalement un tome tous les 2 mois.
Plus d’informations
Disponible en papier et numérique
Prix papier : 6.95€
Prix numérique : 4.49€
La série est finie en 9 tomes.
Sortie du tome 1 : 18 octobre 2017

Couverture :
Une toute jolie couverture toute douce, avec des effets très jolis sur le titre, et simplement un gars une fille et une perruche sur la tête de la demoiselle. Le tout comme dans un cadre photo d’un joli couple, ou un miroir.

Mon avis/mes impressions :
Si on traduit, on se retrouve avec proche du paradis/ciel. Ici, nous nous retrouvons dans un shojo classique, des dessins sympa et typés shojo. La série nous est d’ors et déjà promise en 9 tomes.
Mais l’histoire est prometteuse, elle nous fera nous questionner sur le sens de la vie et bien d’autres choses.
Ce premier tome reste le début, annonciateur, mais très prometteur. On aborde déjà le rejet, le harcèlement, la maladie, et le masque qu’on porte à l’extérieur, devant les autres.
On a une dimension un brin mignonne avec comme une petite dose de fantastique avec la perruche de la demoiselle, son oiseau qu’elle fait passer de paille, il parle et c’est un personnage à part entière, qui permettra également d’apporter des éclaircissements. Elle se cache, elle est discrète, elle a son oiseau sur l’épaule, et sa différence dérange. Elle n’a pas vraiment d’ami.
Lui semble tout prendre à la légère, pas au sérieux, pas des plus sympathiques.
Alors quand par sa famille elle apprend ce secret sur lui, elle n’y croit pas, mais si c’est vrai elle veut qu’il profite de la vie, de chaque instant qu’il lui reste.
Il y a plein de jolies détails graphiques, déjà sur les chapitres. Quelques bonus à la fin : une petite histoire à part, mais aussi la fiche des personnages, un petit mot de la mangaka.

Un titre qui se démarque par le sujet dur et très intéressant abordé.

lesvoyagesdely - BaZiHHrHbXq

Close to Heaven - Manga

J’aime bien cette dernière image qui montre le fil de la vie qui les lie ensemble désormais ^^

Mon vide grenier Livresque #2

Bonjour tout le monde,

Etant tombée malade, et ne pouvant donc bien axé mes idées longuement, tout bien faire, ce sera le seul article de la semaine.
Je tente quand même de mettre à jour LA (si le livre existe) et babelio (où je peux mieux (surtout plus) écrire). Alternant debout/couché, et ma période d’ordinateur ne pouvant excéder 20-30 minutes. Je fais au mieux avec des forces diminuées.

J’ai découvert la semaine dernière « Mon vide grenier livresque », un nouveau rendez-vous littéraire lancé par la blogueuse Fifty shades of books. L’idée est de ressortir une ancienne chronique sur un thème imposé tout en partageant les chroniques d’autres blogs qui en ont également parlé.

En lisant le thème de cette semaine la semaine dernière, j’avais déjà pris ma décision ^^

Mon Vide Grenier Livresque.jpg

Dans mon grenier, il y a :

Une dystopie 

Avec pour sous thème : De la romance apocalyptique (en gros, il faut qu’il y ait une romance) ou C’est la guerre (Le récit se concentre sur une guerre entre deux clans) 

Pour le livre, je vous présente un de mes coups de coeur de l’année : The Curse tome 1 qui réunit tout dystopie, romance, guerre ^^

Ma chronique 

Celles d’autres blogueurs :

les instants volés à la vie
les blablas de tachan
Chez Olivres
Alice Neverland
La tête dans les livres

J’en profite également pour mettre en avant un manga : Love & Lies qui allie dystopie et romance.

Ma chronique

Celles d’autres blogueurs :

Songe d’une nuit d’été
Loulitla
Nakamanga

Anime Time : Puco’s Udon World

J’ai d’abord voulu profiter de ma journée hier pour vous présenter mon grand coup de coeur anime, mais elle a filé comme un rien, donc aujourd’hui j’attaque cela en premier ^^’

Résultat de recherche d'images

Résultat de recherche d'images pour "poco udon world"  Résultat de recherche d'images pour "poco udon world"

Résumé :
Souta Tawara, 30 ans est un webdesigner travaillant à Tokyo, mais également le successeur du restaurant de son père basé en pleine campagne. Malheureusement, ce dernier est décédé ce qui entraîne Souta à revenir dans sa ville natale. Une surprise de taille l’attend toutefois dans la boutique lorsqu’il découvre un enfant se cachant à l’intérieur de celle-ci. Souta va rapidement s’apercevoir que le petit garçon n’est autre qu’un tanuki prenant l’apparence d’un être humain pour survivre. Décidant de s’occuper de lui, une nouvelle vie s’annonce pour Souta.

ou

La vie de Souta Tawara, 30 ans, est sur le point de basculer ! Web designer à Tokyo, il doit retourner dans la préfecture de Kagawa pour ranger le restaurant familial d’Udon qui a fermé. Là, il va faire une rencontre surprenante : un tout petit enfant dort dans un grand chaudron… Mais que fait-il ici ? Après bien des (més)aventures, il décide de l’appeler Poco et de s’en occuper. Retrouvez les aventures quotidiennes de ces deux personnages hauts en couleurs dans le paisible « Royaume Udon » et suivez Poco dans les rues de Kagawa, plus énergique que jamais ! Souta saura-t-il assumer ses nouvelles responsabilités ? Poco pourra-t-il s’adapter à sa nouvelle vie ?

Les 2 résumés sont bien sympathiques 🙂
L’affiche vous permet de voir la majeur partie des gens qui gravitent autour de Sôta.

Disponible
En DVD/Blu-Ray le 25 octobre 2017 chez Kazé
En streaming sur ADN
L’anime appartient en vérité à l’année dernière, saison automne 2016 (début octobre 2016).

J’ai également vérifié l’existence d’un manga . S’il est aussi bien que l’anime, je le veux <3. Monsieur l’éditeur ?! Prenez le !

Mon avis/mes impressions :
Mon anime coup de cœur, une petite merveille, la vie et des questionnements, de beaux paysages et un côté feel good.
On alternera aussi entre le présent et le passé, pour encore mieux connaître les personnages.
Le dernier épisode boucle merveilleusement et de manière intéressante l’histoire, tout en s’offrant la possibilité de revenir.

Ici, c’est la vie à l’état pur, avec ses bons moments, ses galères, ses questionnements et pourtant cet anime a un côté feel good, il fait du bien au moral, vous vous sentez tout bien en le regardant, ils posent plein de questions intéressantes et Poco est monstrueusement attachant.
Les gens n’ont pas toujours la tête de leurs vies, de leurs emplois, on sent aussi qu’on est lié par sa famille.
Il y a également beaucoup de bienveillance :), Poco permet à Sôta de s’ouvrir au monde, de renouer avec son passé.
On a aussi le côté ville/campagne, ce qu’on peut exercer comme métier à la campagne.
On a aussi des concours de circonstance qui peuvent vous faire basculer, c’est épatant quelque part comment Sôta a commencé son métier, un chouette métier qu’on ne voit pas si souvent que cela.
Retourner à Kagawa est difficile pour lui, il a quitté son père pas forcément en bon terme, jeune lycée il rêvait de plus grand et d’aller à Tokyo …
A Tokyo, il a son appartement, ici à Kagawa il y a la grande et belle maison familiale. Il renoue aussi avec cette ville que lycéen il commençait à détester et trouver étouffante.

Tout cela à l’aide de Poco, le petit garçon qu’il trouve dans un chaudron. Il est adorable, il peut faire des bêtises (mais rien de vraiment méchant), il apprend, mais en fait vite il s’avère que c’est un tanuki. C’est juste trop mignon de le voir se transformer, ou à moitié, ils se font une promesse qu’il ne devra pas se transformer devant les autres.
Sôta prend la responsabilité de ce petit être comme un père, il n’a pas le coeur à l’abandonner, et l’indécision règne dans son coeur, son travail à Tokyo est en stand-by, lui qui voulait vite vider la maison, la vendre, retourner à Tokyo ne sait plus quoi faire.

Autour de lui gravitent toute une galerie de personnages entre autre une amie d’enfance devenue mère, son meilleur ami (un sacré loulou), sa soeur, une dame qui adorait la cuisine de son père, etc.

Alors qu’on est parti pour plein d’épisodes où on le voit renouer, s’ouvrir à d’autres choses, s’attaché et passé du temps avec Poco. On finit par poser les questions qui dérangent : Que va-t-il faire ? Quelle relation peut-il gardé avec Poco ? Peut-il vraiment vivre avec lui et où ? … Son travail se rappelle à lui également.
Il se passe plein de choses intéressantes :).

Un anime feel good qui se laisse dévorer et vous met dans un état feel good, pourtant les thèmes abordés sont intéressant et pas toujours faciles.

A la fin, on a le droit à des mini-épisodes d’un drôle d’anime, avec un extraterrestre qui voulait devenir maître de la Terre voire la détruire, et là il se lie d’amitié avec 2 mécaniciennes, et découvre de nouvelles choses. Et dans notre anime, les enfants sont de grands fans de cet extraterrestre. Ce n’est pas juste balancé comme cela, cela a un réel intérêt !

Je vous quitte avec l’opening et vous encourage vivement à le découvrir si ce n’est pas déjà fait ❤ !

 

Manga Time : Fûka tome 4

Fuka, tome 4 par Seo

Fiche et avis sur les 3 premiers tomes

J’ai adoré ce tome qui nous emmène au sommet. C’est une véritable valse des émotions, si prenant, le tome a défilé comme un rien. Sans doute le meilleur de la série, en plus à la fin on a des petites histoires à part mais qui sont très intéressantes et permettent d’en apprendre encore plus sur les personnages et leur passé !
Vu comment on a laissé nos amis, le début du tome avec le concert est intense. C’est leur premier concert, il y a foule, mais à cause de la révélation de Koyuki à l’antenne,
Yû se fait agresser, mais ses amis et sa famille le soutienne. De plus, on lui recommande de ne rien faire, de laisse couler, mais de montrer ce qu’il vaut avec sa musique, son son. Dur ! Mais ils assurent ! Et se font même repérer.
En plus de cela, Yû a enfin clarifié ses sentiments et va les avouer. Comment va le prendre l’autre personne ? Qui est-ce ? Vont-ils sortir ensemble ? Comment tiennent-ils le coup à leur concert ? Vite, il faut foncer lire ce tome ! XD
Niveau ascenseur émotionnel, je ne vous parle même pas du fait que Yû va devoir prendre un autre rôle (haut la main là aussi). Mais la fin du tome nous laisse monstrueusement en plan !

Mention spéciale à la sublime couverture de ce tome <3.

Manga Time : Love & Lies tomes 1 à 5 (Fiche)

Finalement, en voilà un de programmer durant mon absence, dont je me devais absolument de vous parler

En y pensant, si on traduit, c’est très commun et ne vend pas du rêve : Amour & mensonges, on dirait le titre d’un soap sans fin (vous savez style amour, gloire et beauté; les feux de l’amour, etc.)
Mais si je vous dis qu’avec on a un zeste de dystopie, qu’on choisit pour eux selon un traitement rigoureux avec qui se mettre en couple. Et si on n’est pas d’accord ? si on s’oppose ? Mais ça a vraiment marché pour plein de personnes !

Hésitante, dans les premiers tomes, je l’aimais bien, mais je me demandais s’il avait ce petit quelque chose en plus, je suis fière de dire que OUI ! Plus j’avance, plus j’aime.

Résumé :

Dans un futur proche, c‘est le gouvernement qui décide du conjoint avec lequel chaque citoyen, dès ses 16 ans, devra passer le reste de sa vie. Ce bonheur promis sur la base de critères génétiques est à la fois source d‘espoir et de désespoir…
Depuis toujours, Yukari nourrit en secret un amour brûlant pour Misaki. Mais alors qu’il déclare ses sentiments à la jeune fille, il reçoit l’avis gouvernemental avec le nom de sa future épouse, Ririna ! Dans une société où avoir des sentiments pour autrui est illégal, ce lycéen s‘apprête à vivre une aventure interdite !

Les couvertures jouent souvent avec le fil du destin.
Le graphisme est agréable. Il me plait bien.

Edité par Pika
Disponible en numérique
Fiche

Manga - Love and LiesManga - Manhwa - Love and Lies Vol.2Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.3Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.4Manga - Manhwa - Love and Lies Vol.5

Tome 1
Je me rappelle je crois que c’est le tome où il apprend avec qui il est destiné être et qu’une drôle de chose se passe.
Il aime en secret Misaki, et elle que ressent-elle ?

Tome 2
Ici, on découvre sa promise, on fait sa connaissance.

Tome 1 & 2 – >
Je suis encore un peu dubitative, le contexte est très intéressant, mais pour l’instant on est surtout confronté aux affres de l’adolescence, avec des jeux un peu bizarres, avec des adolescents qui se cherchent, voire un peu malsain.
Mais le gouvernement qui s’en mêle, la chose bizarre qui se passe dans le tome 1, un des personnages qui s’intéresse aux réelles implications, pousse à réfléchir, se questionne sur la politique gouvernementale, l’intérêt se relève.
Si le monde dystopique est vraiment approfondi, ça pourrait être super !
La couverture du tome 1 intrigue, avec ce geste invitant au secret, à se taire. Sur les 2 tomes, le fil rouge de la vie se déroule.
Quoi qu’il en soit, le sujet est très intéressant !
A lire, voire à relire selon la direction qu’il prendra.

Tome 3
On retrouve plein de choses classique, quelque part le trio, la vie de classe, le questionnement, le désir, faire la différence entre amour et amitié, etc.
Mais quand le gouvernement s’en mêle avec sa loi pour favoriser la natalité, une autre atmosphère s’installe. Le ministère les convoque à un cours obligatoire : où il y a la théorie suivie de la pratique. Un cours qui met mal à l’aise nos jeunes gens. Il nous permet de faire la connaissance d’un autre couple d’un des potes de Yukari. La fin nous permet aussi de faire la connaissance d’un nouveau couple, dont l’une est sous les projecteurs : une star. Est-ce que le gouvernement sait s’y bien faire les choses ? Est-ce que ça risque de nuire à sa carrière d’artiste ?
Plus important encore, y a-t-il des répercussions si le jeune décide de faire fi du partenaire que le gouvernement lui a choisi ? Sont-ils observés lors de la pratique ? le gouvernement sait que Yukari nourrit des sentiments pour une autre jeune femme ? Ririna qui les aide, quels sont ses sentiments ? Pourquoi Misaki passe son temps à le fuir dans ce tome ? Pourquoi un pote de Yukari réagit ainsi à l’annonce des cours tout en prétextant ne rien savoir ? etc.
Dans ce tome, la classe de Yukari s’organise également pour le spectacle, ils vont jouer Roméo et Juliette. Qui jouera Roméo ? Qui jouera Juliette ? Quel sera le rôle de Yusaki ? Ils nous réservent une petite surprise qui fait bien rire, mais ils nous ont déjà fait quelques fois ce coup là.

Tome 4
Je suis très contente que dans ce tome, on commence à aborder quelque chose qui m’avait intrigué dans le tome 1, qui était perturbant. On commence seulement, mais on y revient !
Dans ce tome, la fête de lycée se précise de plus en plus, nos protagonistes ont des motivations diverses, mais finalement chacun a l’air d’y donner du sien, pas forcément tout de suite, et pour la personne qui devait joué Juliette, il y avait pas mal de choses à accepter.
Ce tome nous fait également rencontré des nouveaux personnages.
On revient également sur le passé de 2 protagonistes, sur leur questionnement sur la loi. On ne sait pas ce qui est dit exactement, mais ça fait réfléchir. Ce fil rouge a l’air de les suivre depuis un moment.
Les jeunes gens autour qu’on a vu dans le passé mais qu’on ne voyait plus dans le présent, on va les revoir !
Ces jeunes gens résolvent aussi plus ou moins les situations entre eux, des lettres, se croiser…mais à certains moments, c’est bien difficile, ils ont humains, ils ont des sentiments, que la loi ne peut leur dicter.
D’ailleurs, il y a des gens qui travaillent pour le gouvernement, mais eux aussi ont été élève avant, on en croisera un. Un des personnages va en profiter pour lui parler.

Tome 5
J’aime énormément cette série. Plus j’ai avancé plus elle s’est bonifiée. On reprend à la grosse révélation de la fin du tome précédent et on continue à s’interroger sur cette loi qui nous trouve le partenaire idéal.
Apparemment elle fonctionne parfois. On assiste même à un mariage qui a l’air heureux, et où le couple a été décidé par cette loi, et où tout semblait mal parti.
On nous explique ce qui n’allait pas, et ce que cette loi à a priori amélioré.
On s’interroge toujours sur cette révélation, et on voit une des jeunes filles qui était très investie dès le départ, elle a vraiment beaucoup apprécié ce jeune homme et fait des choses pour s’en approcher.
On continue à apprendre des choses sur les personnages, à mettre les choses au point.
La jeune demoiselle Shû comment est-elle au courant ? Qui est-elle ? C’est aussi le moment d’en apprendre un peu plus sur elle.
On va même se promener dans un café chat.
Bref, un excellent tome, avec un joli graphisme et une histoire prenante.

Un anime est actuellement diffusé sur wakanim, il est également de très bonne qualité et très agréable à voir. C’est un plaisir de replonger dedans et de voir les personnages prendre vie. J’aime beaucoup l’opening qui joue avec le fil du destin. On retrouve aussi Misaki quand elle fait la fameuse croix en invitant à se taire.

Une histoire qui vous fera réfléchir comme toute bonne dystopie !
S’il est moyen pour vous, je vous encourage à persister jusqu’au tome 4/5. Le personnage de Nisaka devrait vous aider à tenir le coup !

J’ai tout repris pour lui faire une fiche complète ^^ (vu que j’avais zappé sa fiche, ou plutôt dans ce cas là besoin d’en savoir un peu plus).

Manga Time : A la folie … Pas du tout !

À la folie... Pas du tout ! par Ono

Résumé :
Ah l’amour. Les petites fleurs, les oiseaux qui gazouillent, le soleil au beau fixe. Les coups d’aspirateur en pleine face. Les écrasements de tête dans les murs. Les étranglements avec cette écharpe si douce dans laquelle on aimait tant se blottir à deux. Sora Ono en a gros sur le coeur.

Edité par Delcourt/Tonkam
De Sora Ohno
C’est un one-shot.

Mon avis/mes impressions :
J’avais au moins envie de tenter cette expérience des plus insolites, j’étais prévenue !
Le livre est un bel objet, de beaux dessins, grand format, sur un beau papier qui tient bien, de beaux dessins, une jaquette en transparence. Ils foisonnent de couleurs, des pages roses, des pages violettes.
L’homme parle en bleu, la fille en rose.
Néanmoins attention à ne pas trop l’ouvrir, je ne suis pas sûre qu’il tienne le coup sinon.
Un couple est mis en scène à chaque scénette.
La première partie s’intitule parle à ma main, elle met en scène un couple, et nous offre une fin des plus surprenantes, insolites et violentes. Il faut également lire ce qui est écrit en haut de la page en vertical en plus petit.
La deuxième partie s’appelle le mur, elle met toujours en scène des couples, et nous parlent de cette situation où on se retrouve dos au mur avec son autre moitié, et que notre coeur bat la chamade. On apprend plein de méthodes différentes, on a un petit texte. Oui, c’est tout aussi violent !
Parfois c’est par accident, parfois la situation dérape, parfois le couple minaude un peu.
C’est une expérience à part !
A offrir aux hommes qui en ont marre des comédies romantiques, des shojos mielleux XD
Ici, rien ne se passe comme on aurait pu l’imaginer.
Souvent les scénettes se déroule sur 2 pages, mais parfois même un peu plus.