Manga Time : Masked Noise tome 4

Masked Noise, tome 4 par Fukuyama

Fiche

Pulse la musique, pulse le son ! Que la musique est bonne !
Ces hommes qui ne jouent pas sincèrement, qui ne sont pas sincère avec la femme de leur rêve, mais aussi ces femmes qui s’émoustillent.
Ici, on se rappelle de la difficulté quand on a un projet ensemble (groupe de musique, travail, …) d’y mêler des sentiments surtout amoureux. Nino est désaxée, Yuzu n’a d’autre choix que de jouer un rôle.
Momo et Yuzu ont une belle relation d’amitié masculine, assez unique, mais maintenant qu’ils savent, qu’ils veulent la voix de Nino voire Nino toute entière cela va s’avérer bien plus compliqué !
Il s’est passé énormément de chose dans ce tome.
Alice a réussi à se faire mieux accepter par un membre du groupe en lui prouvant quelque chose ! Elle apprend aussi comment le groupe s’est formé, et quelque part le lieux est vraiment bluffant.
Pour Yuzu, on savait plus ou moins certaines choses, mais il reste pas mal de mystères.
L’amitié et cette envie de former un groupe de musique par ces jeunes gens est belle et unique.
En revenant de nos jours, il prend à Alice une envie risquée, elle est assez directe à son interview, et le Rock Horizon se prépare.
Alors qu’elle a retrouvé Nino, il va prendre une nouvelle décision qui la blesse et en plus insulter son groupe.
Cela se réglera en musique et sur la scène !

Publié dans Manga | Tagué , , , , , , , | Laisser un commentaire

Manga Time : Dernière heure Tome 1

Ayant retrouvé un peu de forces, c’est parti 🙂

Manga - Dernière Heure

Résumé :
Cela fait cinq années que le Japon est en guerre. Mais Saku, jeune collégien, ne le réalise pas vraiment. Vivant sur une petite île isolée, son quotidien n’est synonyme que d’ennui, entre les cours et la frustration de repas trop sommaires. Pourtant, tandis que les affrontements semblent s’intensifier, une terrible nouvelle vient bouleverser sa vie et celle de ses camarades : désormais, chaque vendredi, certains d’entre eux seront appelés à aller se battre sur le front. Tous, sauf Saku et Miyako, son amie d’enfance, exemptés sans savoir pourquoi de partir à la guerre…

Manga en 4 tomes.

Fiche sur MN

Couverture et titre :
La couverture dégage quelque chose, elle est belle, et si on ne regarde pas de près, on aurait tendance à ne pas voir que cette jeune fille porte une arme.
Dernière heure peut évoquer tant de chose, on sait déjà que c’est relatif à la dernière heure de cours pour partir en guerre. Mais au fait pourquoi à ce moment là ? Et peut nous faire craindre d’autre chose, comme une fin imminente.

Mon avis/mes impressions :
Une belle découverte. La poésie se mêle au drame et les mystères restent entiers.
C’est une lecture des plus originales et des plus envoûtantes. On est dans du tranche de vie, des jeunes gens vont à l’école.
C’est la guerre au Japon depuis déjà 5 ans, mais dans leur campagne ils en sont loin, certains élèves sont même partis pour aller s’y réfugier. Et personne ne sait vraiment contre qui, pourquoi on se bat ! Certains parleraient d’extraterrestre. Certains élèves de la ville sont allés s’y réfugier, une notamment a du mal à s’acclimater à la campagne et a tout de suite mis de la distance avec ses camarades, qu’elle paye fort aujourd’hui, en étant totalement isolée, donc dans une situation pas bonne, sous-jacente de harcèlement.
Mais un jour, alors qu’ils se croyaient à l’abri, voilà qu’on lit sur le planning pour la dernière heure de cours du vendredi : GUERRE. Mais quelle est cette blague ? C’est loin d’en être une : chaque vendredi, pour la dernière heure de cours, il faudra que certains y aillent, à la Guerre. Et la préparation ? Que nenni pour le moment, un peu comme un propulsage sans préparation, comme on peut vous faire le coup dans la vie active.
Mais mystère 2 élèves sont dispensés, on en ignore totalement la raison, mais comme toujours ça va faire jaser, trop incompétent ? trop précieux ? 2 désignés au hasard ? Cela peut être tant de choses.
Et ils ne le prennent pas bien, se sentent coupables par rapport aux autres.
Ainsi c’est bien la réalité une élève est envoyé au front, reviendra-t-elle ? Qui seront les suivants ?
Les relations entre les gens changent.
Un autre mystère bien étrange se dévoile sont nos yeux.
Et pour en savoir plus, plus qu’une solution, allez le lire ! 😉

Le graphisme me plaît beaucoup. Et on a quelques pages couleurs pour commencer. On sait aussi que la série sera terminée en 4 tomes.
Une jolie pioche originale, mystérieuse, poétique, tranche de vie d’Akata.

J’ai hâte de découvrir la suite de cette histoire pas comme les autres.

 

 

Publié dans Manga | Tagué , , , , , , , , | 1 commentaire

Série Time : The Handmaid’s Tale

Résultat de recherche d'images pour "handmaid's tale serie"

 

 

 

 

Résumé :

Dans un monde dystopique où la femme est au centre du pouvoir car elle est en voie de disparition, chaque femme est séparée en trois classes : les Épouses qui ont le pouvoir, les Marthas qui s’occupent de la Maison et enfin les Servantes écarlates dont l’unique rôle est la reproduction.

Dans ce futur où la reproduction se fait rare à cause de la pollution, la religion prend le pas sur la politique dans une sorte de gouvernement totalitaire.

Defred (Offred en VO) va venir raconter son histoire de Servante écarlate… une vie pleine de souffrances.

Adapté du livre La Servante écarlate de Margaret Atwood

Adapté du film The Handmaid’s Tale

1ère saison de 10 épisodes d’environ 50-60 minutes

Mon avis/mes impressions :
Hanmaid’s tale nous raconte une histoire qui n’a rien d’un conte fée, mais qui est un futur possible, ni vraiment proche, ni vraiment éloigné de nous, comme dans toute dystopie des choses touchent, interpellent. Un formidable travail a été réalisée sur cette série diffusée par Hulu. Glaçante à souhait, on ne s’en relève pas si facilement !

Cette histoire est aussi un livre (1985) et un film ( 1990) qui datent. J’ignore si ils sont aussi bons. Si quelqu’un passe et connaît.
On a aussi pu revoir Alexis Bledel qui n’a rien perdu de sa beauté, son intelligence et son âme rebelle, ça fait plaisir !

June (jouée par Elisabeth Moss) nous entraîne dans sa vie de servante appelée servante écarlate, petit à petit on découvre son monde, y compris sa vie d’avant. On est souvent très mal à l’aise, cela semble aseptisé, glaciale, il y a de l’idée, mais y a aussi de quoi glacer le sang !
D’ailleurs personne d’autre ne l’appelle encore June. Bien sûr, on peut se demander pourquoi se laisser faire ? Pourquoi ne pas se rebeller ? Mais ce n’est guère si évident, elles ont été en quelque sorte dressées, conditionnées. Est-ce qu’elles ne sont plus humaines pour autant ? Bien sûr que non. Est-ce qu’elles ne désirent pas autre chose ? A votre avis ?! Elles n’ont pas vraiment eu le choix. On peut aussi se poser la question de supporter cette vie à tout prix ou de l’abandonner.

Ces filles ont été dans un centre, où elles ont subi une manipulation mentale à grande échelle, qui continue. Il y a la tenue, la formation au centre, la déshumanisation, elles portent un prénom qui peut changer, elles doivent appeler celle qui les forment et les surveillent tante (Nous on aura essentiellement à faire à tante Lydia), comme si c’était la famille. Elles vont faire des courses, peuvent ainsi prendre l’air mais toujours accompagnées d’une autre fille, elles peuvent se tenir compagnie et se surveiller. On leur parle d’accomplir un devoir, et l’acte sexuel est très encadré, fait d’une manière originale, avec la position aussi, pour ne pas exclure la femme du couple, comme si alors ce n’était pas un viol. Et les hommes peuvent-ils s’en contenter ? sans sentiment ? avec leur femme qui regarde ?
On les dit importantes, vitales, car fertiles mais on a volé leur vie, elles ne sont là que pour être une pondeuse, une fois l’enfant de la famille né, et allaité, à la maison suivante.
Ne pensent-elles pas à s’enfuir ? Mais pour aller où ? Il faut au moins changer de pays. Il y a des gardes à chaque coin de rue.
Là encore, on a utilisé la religion, une sorte, comme un prétexte fallacieux, comme une tromperie, comme si on pouvait tout justifier avec.

Mais en général, la condition féminine est une réelle catastrophe. Même pour la femme du couple. En gros on a les servantes (dites Servante écarlate), les domestiques (cuisine, ménage) (dites Martha) et celles qui a priori s’en tirent bien mais en fait non, comme la femme du commandant (dites Epouse). Mais elles n’ont plus voix au chapitre, n’exercent plus de métier.

C’est un monde où peu de bébés survivent, June quand elle a l’air plus vivante, plus humaine, nous montre déjà un monde dur, austère.
Mais quand on voit ce qu’ils ont fait sous des prétextes fallacieux, et comme elles se sont retrouvées prisonnières de leur sort, le sang se glace !
June tente de garder espoir, pense à sa famille. Elle se plie beaucoup, mais reste humaine.
On ne cesse d’apprendre des choses, avoir des surprises, on passe par toute la panoplie de sentiments possibles. Certains moments sont aussi jouissifs. On voit que derrière le masque, ce monde est des plus diaboliques.

Les femmes des commandants, des hommes qui occupent un haut rang sont tout en vert. On ne nous a pas expliqué les couleurs.
Les servantes en rouge et blanc. Le rouge se repère bien, peut se confondre avec le sang.
Leurs cheveux sont cachés, et ce qu’elles ont sur la tête cache le visage, on cache le côté femme, humaine. A certains moments spécifiques, elles enlèvent le chapeau.

Une série excellente, prenante, intéressante et glaçante à voir si vous en avez le courage, déconseillé aux âmes sensibles et aux personnes cardiaques.

La saison 1 se termine en nous laissant à bout de souffle, et dans le doute. Avec aussi une belle note d’espoir. Nous aussi, on veut y croire.

Publié dans Série | Tagué , , , , , , , | 2 commentaires

Manga Time : Our Summer Holiday (oneshot)

Manga - Our Summer Holiday

Résumé :
Natsuru, 11 ans, est la star de son collège et jeune espoir du football. Il se retrouve mis à l’écart le jour où il refuse les chocolats que lui offre la plus jolie fille de l’école. Seul, il fait la connaissance de Rio, une fille de sa classe qui est rejetée par ses camarades à cause de sa très grande taille. Ils vont petit à petit se rapprocher et Rio va alors lui avouer son lourd secret.

 

 

Mon avis/mes impressions :
Alors que Nobi nobi nous permet de nous décontracter, de profiter de l’été, mais qu’il ne faut pas en demander plus (Un coin de ciel bleu, Vite à la rivière)
Delcourt Tonkam a la bonne idée de nous proposer un oneshot pour profiter de l’été mais il est aussi très poignant et touchant. On suit ces 3 jeunes gens et on est touché en plein coeur. Il y a de la tristesse mais aussi de la joie, du partage, de l’amitié, et de l’espoir !
Comme c’est un oneshot, on va sans doute pouvoir réunir beaucoup plus de monde autour de ce titre, et pour les connaisseurs en manga cela pourrait être l’occasion de s’intéresser de plus près à l’auteur et à sa dernière oeuvre sortie en France : Immortal Rain.

J’ai tout de suite aimée la couverture qui sent bon les vacances d’été, la fille est aussi en yukata, tenue qu’on voit souvent quand ils vont à un festival. Le bleu de ciel est beau et rappelle celui de l’océan.
J’ai un peu plus tiqué sur le graphisme, sur le coup, mais une fois dedans ça était. Je regrette qu’il n’y ait pas de pages couleurs.
Et aussi j’étais très étonné que Rio et Natsuru ont 11 ans et sont en primaire, je pensais plus 14-16 ans et collège.

Dans cette histoire, Natsuru frise la harcèlement scolaire en refusant les chocolats d’une fille, juste parce qu’elle est surnommée princesse, riche, inatteignable pour les autres, qu’elle se croit tout permis, ils n’ont jamais vraiment parlé, il a pu être surpris, ne pas aimer le chocolat, trouver ça trop brusque … Je suis toujours atterrée de voir combien les choses ne peuvent tenir qu’à un fil. Bref, les filles ne lui parlent plus, les garçons l’ont pris pour un fou mais comme il assure au football ça a atténué à ce niveau là.
Natsuru n’a plus de père, il n’y peut rien, c’est comme ça, c’est sa situation familiale. Sa mère, on dirait même sa soeur avant qu’ils nous le confirment et avec l’emploi de son prénom. Elle fait comme elle peut. Sa famille c’est donc eux 2. Alors que son entraîneur rencontre un grave problème, il est remplacé par quelqu’un dit meilleur, mieux côté, mais qui est trop direct, néglige l’intelligence émotionnelle et la façon de dire les choses, ainsi il se met Natsuru à dos, lui donne moins envie de faire du foot.
Puis il y a Rio, mal sapée, très grande, rejetée, encore du harcèlement limite, mais elle a bien d’autres soucis en tête. Ils font plus ou moins connaissance, il remarque des choses qui ne collent pas. Ils vont s’occuper d’un chat ensemble, il ne peut pas le garder, et elle exige quelque chose en échange. Comme beaucoup de fois, les apparences peuvent être trompeuses, on ne connaît pas la vie des gens et ce qu’ils ont vécu.

Mais quand Natsuru ne va pas à son camp et la rencontre, tout change, il va pouvoir apprendre à mieux la connaître et comprendre. Il fera également la connaissance de son petit frère. Il est alors partagé, il ne veut pas la trahir mais a peur de laisser la situation ainsi. Ils passent un très bel été, où ils apprennent à se connaître, où un lien se crée entre eux, sous la menace que les choses ne pourront pas durer si le masque tombe et la vérité se dévoile.

Pour ceux qui veulent savoir le thème surligné.
Il s’agit d’abandon parental du côté de Rio et de son jeune frère, ils veulent croire en leur père. Mais est il juste fantasque ou c’est encore autre chose ? La jeune Rio se débrouille fort bien pour assurer leur subsistance mais combien de temps ? Elle calcule tout, d’où elle demande une aide financière pour le chat, et pourtant elle a aussi le coeur sur la main moyennant finance oui au chat, oui au garçon.
Sa peur est légitime, et elle tient à son frère.

Publié dans Manga | Tagué , , , , , , , | 3 commentaires

Oh il a 2 ans

Je suis trop fatiguée du travail et de la chaleur

mais wordpress me dit que le petit (blog) a 2 ans …. comme le temps passe …

Résultat de recherche d'images pour "anniversaire molang"

Oh là là et j’avais déjà dit plein de choses la dernière fois o_O
Sinon je suis vraiment grave en manque de vrais voyages, etc.

Ah si je peux ajouter que d’autres coups de folie ont suivi, d’abord un instagram public que quelque part j’aime beaucoup. Et tout récemment un essai twitter (le réseau social que je connais juste de nom, j’ai un compte perso, mais je n’ai pratiquement rien fait dessus, j’ai donc cherché qqs minutes puis aider du net pour voir les commentaires d’un post par exemple lool (moi j’appuyais sur la bulle), eh oui faut toujours apprendre au départ, après d’autres choses vont plus vite vu que je connais quand même les réseaux sociaux). Ca facilite le partage d’y joindre ces 2 là. Pour les articles, le mieux reste de s’abonner (via bloglovin, en demandant à être informé par email (le plus top), …)

Merci aux personnes qui me suivent, qui m’encouragent, qui s’y intéresse de près ou de loin, et aux discussions que j’ai pu avoir avec de chouettes personnes (a priori).

Publié dans Non classé, Useless Blabla | Tagué , , | 2 commentaires

Manga Time : March comes in like a lion tome 4

Manga - Manhwa - March comes in like a lion Vol.4

Ce tome de March comes in like a lion nous permet de mieux découvrir Shimada, et le monde du shôgi.
Je suis toujours aussi partagée sur la soeur de Rei, car elle est nocive pour lui et lui fait mal, je comprends qu’il l’aime quand même et ne peut juste refuser de lui parler, sa compagnie.
C’est vraiment triste ces choix, sa réaction avec Rei, sa famille, comme quelqu’un le dit si bien on dirait vraiment une sorcière.
Rei rejoint un club d’études, comme toujours on en ressort des choses positives et négatives, le côté positif c’est de se confronter aux autres, élargir son opinion, sa vision, d’ailleurs ils en ont même des discussions enflammées. Mais c’est aussi difficile de faire face aux autres, faire entendre son opinion, voire être face à leur jugement.
Les filles remettent toujours de la bonne ambiance, et ça fait du bien, en tout cas elle aime leur famille et participe activement à son bien-être.
Shimada nous touche, il montre aussi la relativité des choses, combien on peut être bon à un endroit, mais plus commun à un autre. Il y a aussi quelque chose de vraiment dur dans les règles, c’est qu’ils peuvent être rétrogradé. Shimada fait face à ce monde avec beaucoup de courage, et le pauvre a pas mal de maux d’estomac.
On rencontre brièvement le Meijin, Soja, qui a l’air d’être un être à part, au-dessus, quand on le voit ainsi (mais peut-on juste dire ça ainsi ? et pour l’instant nous ne connaissons pas grand chose de lui).
Dans ce tome, il y a également quelques planches sublimes graphiquement *o*.
Quant à Rei, il fait de son mieux pour concilier le shogi, ses études, et faire face aux autres et leur potentiel jugement. Heureusement que des gens le connaissent et le soutiennent. Nishida est quand à lui très positif et étonnant quand il parle de son futur.

C’est beau, c’est triste, il y a de la joie, de la peine, des doutes, des succès, des échecs, et rien n’est jamais si évident que cela.
Rei gagne bien sa vie, assure son indépendance. C’est une chose positive, mais il ne doit cesser de se battre.

 

Publié dans Manga | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Manga Time : To Your Eternity tome 2

Manga - Manhwa - To Your Eternity Vol.2

Cette couverture est si belle et nous invite au voyage, en fait un voyage comme aucun autre. Maintenant que j’ai fini mon tome et que je la revois, elle prend tout son sens.

Je suis doublement secouée par ce tome de To Your Eternity d’un côté l’histoire prenante, intéressante, à la fois beaucoup de beauté et de cruauté. D’un autre ces dernières pages…

Il y a du mystère, de la poésie, il y a de belles choses, de belles paroles à méditer, mais aussi beaucoup de cruauté, de tristesse. C’est une lecture originale et surprenante, elle ne peut laisser indifférent.

March est une fillette vraiment adorable (ça fait vraiment plaisir de voir une enfant comme elle), elle a de l’innocence, et plein de belles volontés, elle nous fait sourire. Elle décide de prendre Imm sous sa protection, d’être un peu sa maman, de lui apprendre les choses qu’il ne sait point et qu’elle connaît.
Imm peut prendre toutes ses formes rencontrées, il apprend beaucoup au contact de March et Palona. Il acquiert des sentiments et des souvenirs pour la 1ère fois.

Quand le tome débute, on va dans une ville de promesse d’un monde meilleur. March découvre qu’elle ne sait pas écrire et de nouvelles possibilités. Mais bien vite le doux rêve prend fin car ils se retrouvent tous prisonniers. Que veulent-ils d’eux ? Quel avenir ? Y a-t-il un espoir de s’échapper ?

On découvre par flashback, comment la relation de Palona et March commence, se fait de plus en plus forte, comment ces 2 femmes sont liées. Palona ne l’entend pas de cette oreille et met en place un plan pour s’échapper et montrer la vérité au village. Elle a peur que sans preuve, cela ne serve à rien.

Dans cette prison, ils rencontrent une vieille femme qui nous fera rire, sourire, tout en nous inquiétant un peu par moment.

Quel espoir ? Vont-ils réussir ? Ce sera à vous le découvrir dans votre tome.

Mais alors que déjà plein de choses se dégagent, qu’on est en plein dans l’histoire, avec des sentiments emmêlés, des questionnements, les dernières pages nous apporte encore de la nouveauté, des interrogations.

Un voyage à faire, dont on ne ressortira pas indemne.

Si on devait comparer, à l’heure actuelle l’envie de continuer le voyage est totalement confirmée avec ce second tome, et la série me fait plus d’effet que l’enfant et le maudit.

Pour rappel : mon avis sur le tome 1 (avec fiche de présentation)

Publié dans Manga | Tagué , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire