Série Time : Atypical

Résultat de recherche d'images pour "atypical"

Résumé :
Atypical raconte le passage à l’âge adulte de Sam, un jeune autiste de 18 ans en quête d’amour et d’indépendance. À la fois drôle et douloureux, ce cheminement à la découverte de lui-même bouleverse toute sa famille dont les membres, confrontés aux changements qui affectent leur propre existence, se posent cette question fondamentale : que signifie être normal ? (source : Allociné)

Il y a 8 épisodes qui font grosso modo entre 30 et 40 minutes, oui il y a des variations assez étranges de plusieurs minutes entre les épisodes.

Fiche série SB

Izana, je lui ai ajouté des points, j’ai valorisé l’exercice de la mangaka et de la suivre depuis le début de sa vie.
Atypical, je lui ai enlevé des points, car des choses me dérangent, et je ne l’ai pas suivi depuis qu’il est petit.

J’aime que le titre soit atypique. J’aime tellement qu’on questionne qu’est-ce que la normalité ?

Mon avis/mes impressions :
J’ai apprécié cette série, mais contrairement aux autres je lui reproche son côté trop soap family, et ne pas assez entré dans ce sujet très intéressant. J’aimerai beaucoup suivre quelqu’un de différent du début à la fin, voir comment il/elle s’adapte et peut arriver à construire une vie (?!) dans une société si codifiée, qui vous fait vivre l’enfer dès que vous n’entrez pas dans le moule. Mention spéciale à la soeur de Sam. J’ai aussi trouvé très bizarre même si ça a quelque chose de mignon, qu’on s’intéresse comme ça pile à Sam qui va avoir une petite amie. On dirait une envie pour lui d’essayer comme les autres.
Par contre, je salue netflix d’oser abordé des thèmes importants, qui dérangent la société quelque part.
Et j’ai adoré quelques réparties tellement bien senties.
La série garde un schéma ultra classique, où j’ai levé les yeux au ciel par moment, bon c’est humain aussi quelque part, mais elle fédère beaucoup de monde et ça c’est important.

Nous suivons Sam, un jeune adolescent, différent de la norme. Un adolescent comme les autres en apparences, avec sa maman et son papa, et une soeur.
Seulement, il est différent. Il a un ami, sympa et fidèle mais un sacré loulou, il a sa soeur qui n’hésite pas le défendre et ne laisse pas passer des situations hallucinantes même pour d’autres. Il a un petit boulot dans un magasin. Il a fait toute une préparation pour l’assurer  mais on ne le voit pas (dommage). Il voit sa psy, Julia, qui l’aide à décoder les comportements, la société.
Il aime l’Antarctique, les manchots…il pourrait en parler des heures, c’est dur pour lui de comprendre que ça n’intéresse pratiquement personne d’autres. Il est diagnostiqué autiste, et vit avec ce qu’on appelle des neurotypiques.
Lui, il ne comprend leurs codes, il ne supporte pas le bruit.
Lui, il est franc, direct, sincère, et franchement ça fait du bien.
Quelque part, il est logique et moins compliqué, mais comment trouvé alors sa place ?
Il y a des choses dont il est privé, certaines qui peuvent être vraiment amusantes, mais dur pour lui, trop de monde, trop de bruit.

Sa famille aimante, ce n’est pas tous les jours faciles. La mère y a consacré beaucoup de temps, d’énergie, elle fréquente un groupe. Son père, gentil, a eu beaucoup de mal, il aurait voulu partager des choses avec son fils, mais lui ne s’y intéresse pas, il a du mal à nouer le dialogue. La soeur de Sam construit aussi sa vie, et classiquement quand un enfant est « différent », il retient un peu toute l’attention.

Venez suivre la vie adolescente de Sam, venez rencontré sa famille, ses camarades. Voir ce qui est différent pour lui. Les difficultés rencontrées.
Chacun doit tenter de faire un pas vers l’autre. Mais Sam ne peut pas juste changer et répondre à une « norme ».

PS : Je croise les doigts pour une saison 2.

Si le sujet vous intéresse, j’ai regardé il y a quelques mois une série intéressante, moins facile à voir : The A Word.

Publié dans Série | Tagué , , | 3 commentaires

Réflexion Time : le culte de l’apparence et de la normalité

Notre société pratique tellement ces cultes qu’elle en obscurcit le reste et laisse faire l’innomable des fois.

Dès que vous sortez des standards, des normes.
je repense aussi du coup à mes 3 derniers voyages virtuels : les enfants loups, Izana et Atypical entre autres.

On croit que quelqu’un de beau à l’extérieur est forcément mieux, bien. Ce qui n’est pas forcément le cas. Mais par ces pubs, ces tricheries, on l’assène dans notre tête.
C’est sûr quelque chose de beau est plus agréable à voir.
Des gens font de la chirurgie esthétique, déjà ça a un coût mais toute chirurgie est un risque. Et savent-ils encore que c’est eux dans le miroir ?

Si vous ne respectez pas les codes sociaux, ne faites pas comme la « norme », vous êtes rejeté, paria …
Qu’est-ce que la normalité ?
On s’enrichit des différences, on a des choses à apprendre de l’autre mais il faut être ouvert d’esprit, tenter de comprendre l’autre. Chacun peut faire un pas vers l’autre.

Un scientifique qui ne pensait pas comme un autre.
Quelqu’un qui ne trouve pas sa place dans la société.

Pourtant tout accepter sans y réfléchir, ne serait-ce pas cela la plus grande erreur ?

L’Eglise a brûlé des femmes en criant à la sorcière
La 2nde guerre mondiale vous interdisait de vivre si vous étiez né juif

Et tant d’autres choses qui paraissent aberrantes.

Et aujourd’hui, même si des consciences se réveillent, des gens pratiquent le harcèlement sur d’autres…
Et on culpabilise les victimes, la société dit entre dans le moule, ou ne t’étonne pas.

La vie peut être si belle et si horrible à la fois, tout comme les humains …

 

Publié dans Useless Blabla | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Lecture Time : Izana, la voleuse de visage

Couverture Izana : La voleuse de visage

Résumé :
Dans le monde d’Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c’est tout ce qui s’étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres… tout ce qu’elle n’a jamais vu autrement que dans ses livres ou à travers les carreaux. Car depuis sa naissance, elle vit recluse, bien à l’abri entre quatre murs.

Si d’ordinaire, la laideur n’est pas un crime, il règne dans le village une terrible superstition. Autrefois se seraient affrontées une sorcière d’une grande laideur et une prêtresse d’une grande beauté : la première, victorieuse, aurait volé son apparence à la seconde. Depuis lors, toute petite fille laide née une certaine année est tuée sur-le-champ, sous peine de porter malheur aux habitants. Cette légende est même le thème d’une pièce de théâtre qui se joue chaque été. Izana y découvre pour la première fois, dans le rôle de la prêtresse, sa propre cousine. Née la même année qu’elle, Namino a été épargnée grâce à sa beauté extraordinaire…

Jusqu’où iriez-vous pour obtenir la beauté du diable, pour prendre le visage de votre choix ? À quel point l’apparence d’un être influence-t-elle son destin ? Dans une petite ville à l’atmosphère envoûtante, où des légendes séculaires restent terriblement vivaces, une adolescente marquée par le sort décide de briser les chaînes de son destin.

par Daruma Matsuura chez Lumen

Fiche LA

Oh conte cruel … Oh croyances folles !
Oh légende … toi qu’on préfère croire … mais quelle était ton but à l’origine ? N’a-t-elle pas été déformé avec le temps ?
Si je suis née laide, n’ai-je point le droit de vivre ?
Oh gens étroits d’esprit, si on ne suit pas votre code, vous nous condamnerez.

Mon avis/mes impressions :

Izana & Kasane :
Izana est la mère de Kasane, celle avec qui a tout débuté. Le prénom Kasane vous dit-il quelque chose ? Oui, c’est l’excellent manga Kasane, la voleuse de visage. Izana n’est autre que la mère de la jeune fille.
Nous allons enfin pouvoir répondre à certaines questions : celle du rouge à lèvre, et comment on a découvert ces pouvoirs, ainsi que ces limites (mais qu’à la fin).
Une merveilleuse façon de se faire rencontrer le monde des livres et des mangas 🙂 <3.

Couverture
Une très belle jeune femme nous apparaît sur la couverture, dans un miroir brisé où elle se retrouve légèrement déformée, mais sa beauté est toujours palpable.

Histoire :
Dans un village à l’esprit étriqué, l’horreur, l’innomable arrive. Une femme brave tous les interdits, une autre est comme privée de sa vie, mais quand même dans une forme de sécurité. Mais le temps passe, les sentiments, les hormones, la recherche de la vérité et des événements précipitent la tragédie et le changement d’un destin. Mais comment pourrait-on vraiment lui en vouloir ? Elle qu’on a rejeté, privé de sa vie, voulu tuer dès sa naissance pour sa différence.

Une femme du nom de Chigusa qui a un certain passif, certaines raisons, mais aussi une envie de refuser l’horreur assiste à l’accouchement de la mère d’Izana, et fait croire qu’elle est morte. Car c’est le terrible destin qui l’attendait. Elle prend l’enfant secrètement sous son aile sur la demande de sa mère : Kazura.
Chigusa ne devra jamais être découverte par les membres du village et surtout une certaine famille. Partir n’était sans doute pas simple, envisageable pour elle.
Ce petit village a sa façon de fonctionner, il y a une forme d’entraide, mais malheur a celui qui s’opposerait et serait isolé. Il y règne aussi de drôles de légendes. Et lorsque la quête de la vérité commencera, on aura encore plus de quoi être mal à l’aise et écoeuré surtout lorsqu’une terrible vérité jaillira.
Izana vit avec Chigusa sans jamais sortir, elle ne connaît pas les codes en société, mais ne manque pas d’éducation pour autant. A part son visage, c’est une petite fille bien portante et adorable. Tant qu’elle ne voit pas le reflet du regard de l’autre, elle ne prend pas vraiment conscience de cette différence qui gêne.
Elle tentera un jour une sortie qui lui fera très mal.
Elle aura aussi un endroit à part pour vivre.
Ce n’est pas facile de s’organiser et forcément il lui manque des choses.
Par l’intermédiaire de Chigusa, elle fera la connaissance houleuse d’un jeune homme, qui est aussi une occasion de découvrir de nouvelles choses, de parler à quelqu’un. Il a aussi une histoire compliquée, mais jouera un rôle essentiel dans la vie d’Izana.
Et il y aura aussi ce chercheur, ensemble par intermédiaire de lettres ils vont à la quête de la vérité, mais Izana a des sentiments qui commencent à naître.

Izana a vécu de manière cachée, à cause du village, à cause de légendes, elle n’en est pas moins une humaine qui a besoin d’amour, qu’on croit en elle, de s’épanouir. Les choses se font petit à petit, événement par événement, découverte par découverte, on est nous même mal à l’aise, on se questionne, et l’horrible vérité se fait jour. Izana décide de vivre, tout comme elle aurait pu décider de mourir, mais aussi de rétablir une certaine justice. On ne peut pas juste la blâmer, elle veut la vie dont ils l’ont privé toutes ces années, et elle ira jusqu’au bout !

Le livre est bien fait, très agréable à lire, on sent une tension dans le village et on a envie d’en savoir plus, on s’attache à Izana. Il change de ce qu’on peut lire habituellement.
Il a un côté poétique, intrigant et horrible à la fois.

J’espère que des gens qui découvriront ce livre par hasard, ça leur plaira et ils auront envie de lire le manga
Et inversement que ceux qui lisent le manga auront très envie de lire le livre et découvrir comment Izana a grandi.

La seule chose c’est qu’on en a fini avec le village, mais qu’on aimerait quand même savoir comment Izana a fait, s’est organisé ensuite. Petite fille est devenue grande….une femme…avec des envies et des désirs.

Izana comme Kasane, si elles avaient eu un beau visage, leurs vies auraient été différentes.

Les personnages sont très vrais, aucun n’est vraiment parfait : ni Chigusa, ni Izana, ni le jeune garçon que prend Chigusa ensuite, ni le chercheur.
Même s’il n’en reste pas moins que Chigusa a pris des risques énormes, qu’elle lui a permis de vivre, qu’elle a assumé sa charge financière et autre.

Au fond, qui sont vraiment les monstres ?

Publié dans Livre | Tagué , , , , , , | 6 commentaires

Réflexion Time : Facebook ne serait-il pas un peu psychopathe et harceleur ?

Les réseaux sociaux ont leur avantages et leurs inconvénients, tout comme tout ici bas. On le sait bien. Cela peut être dangereux, mais c’est aussi un formidable outil de communication et de partage. Internet a un côté magique, mais comme toujours tout dépend de l’utilisation qui en est fait.

Le premier réseau social le plus connu et celui qui me met le plus mal à l’aise mais pratique pour avoir des nouvelles, des informations : Facebook.

Facebook, j’y suis comme individu depuis un moment, rien ne m’oblige à commenter, à écrire quelque chose … ou si j’ai envie …
Ce cher Facebook me souhaite mon anniversaire, me dit depuis combien de temps je suis ami avec quelqu’un sur FB, me suggère des pages, me dit de ne pas sortir des fois (tu me fais un mot pour le taf ?), si ça fait longtemps qu’on n’est pas venu il dit qu’on lui manque …. Bref, sous des airs de prévenance adorable, cela crée aussi un certain malaise….

En tant que personne, j’ai beaucoup évité de commenter directement, et de parler en public. On est obligé si on veut jouer. Je ne suis pas fan du process en tant que personne, mais je comprends un peu le truc comme analyste, sauf que j’avais l’impression d’imposer aux miens, ça c’est gênant.

J’ai rejoins des groupes : un sur le Japon, un sur les mangas tenus par Lince que j’adore suivre, un sur les livres, pour les plus importants. On parle dans notre petit groupe. J’ai eu de la « chance », ça s’est bien passé, les gens avaient du savoir vivre (comparé à ce que je peux lire et voir), et j’ai aussi pu partager, m’épanouir sur mes passions avec eux (surtout le groupe manga et +).

Et donc déjà que je ne pensais pas il y a des années aller sur FB en tant qu’individu, voilà que j’ai un blog, et que plus dingue alors je lui crée une page sans grande conviction (mais vraiment longtemps après lol), même si maintenant je suis attachée au blog et instagram surtout, en plus j’ai eu des échanges très sympa avec les gens qui donnent envie d’aller de l’avant. Eh bien, en créant une page, j’ai juste eu la sensation de me faire harceler toute la semaine : allez on va t’aider, fais toi connaître, et surtout paye …et blablabla …. lâche moi les gens viendront s’ils ont envie de partager ici aussi et sinon tant pis ….en plus ça prend du temps de comprendre comment la crée….

Publié dans Useless Blabla | Tagué , | Laisser un commentaire

Manga Time : Alderamin on the sky tome 1

Manga - Alderamin on the sky

Fiche du manga MN

Résumé :
L’empire de Katjvarna, un pays régit par ses traditions, notamment religieuses. Sur ces terres, le respect des esprits magiques est un précepte qu’on ne peut enfreindre sous peine d’être exécuté.
Cependant, un vent de modernité souffle sur l’empire et ses voisins. si celui-ci refuse d’y céder, certains de ses hauts responsables souhaitent instaurer une logique plus rationnelle et scientifique qui permettrait à Katjvarna de faire face à ses ennemis, qui comptent la république de Kioka, un pays usant de ces nouvelles technologies, dans leur rang.

Mon avis/mes impressions :
Aldermamin on the sky bénéficie d’une édition de qualité qui fait plaisir : il est beau, il y a des effets graphiques, le papier est bien, on a des pages couleurs pour commencer l’histoire, elles ont l’air d’être sur papier glacé. Je ne m’explique pas les 3 pages blanches de papier glacé à la fin par contre XD. Bref, c’est un bel objet.
Ensuite, pour ma part, le graphisme particulier m’a immédiatement plus et mis des étoiles dans les yeux, pour moi c’est un très beau graphisme.
Et pour finir l’histoire est plaisante, intéressante, et ce n’est que le début. 1ère rencontre de gens. Ici, je suis aidée par l’anime, et donc je n’ai aucun doute sur la qualité et l’intérêt de l’histoire.

Des noms spéciaux, voire un peu compliqué, un nouveau monde qui s’offre à nous, et l’épée de Damoclès de la guerre.
Ikta a passé un marché avec un marché avec Yatori qui insiste pour qu’il passe l’examen d’officier. Il le fera, mais ensuite elle lui assurera un poste tranquille, à l’abri.
Ikta n’est pas très engageant à la base, flemmard, tranquille, et un peu trop porté sur les femmes, de préférence d’âge mûr. On nous le dit dès le départ, on connaît son surnom ( l’invincible général oisif), mais rien ne le prédestine à cela, et peu de gens le croirait. Il peut être assez énervant face à des gens qui font des efforts, travaillent dur. Pourtant il se révèle un fin stratège, et quelqu’un de direct et droit. Peut être que c’est mieux d’avoir quelqu’un comme lui que quelqu’un qui aurait soif de pouvoir.
Ikta est très calme, très tranquille, mais il sait déployer ses capacités de stratège quand il le faut. Il n’est pas spécialement doué au combat, pas d’une bonne famille, mais son esprit est son arme, son intelligence, sa stratégie, il réfléchit, agit en connaissance. Il utilise les sciences.
Ikta arrive au moment de l’examen pratique, il n’a pas le choix, il embarque dans un bateau avec Yatori et d’autres gens qui vont aussi passer l’examen (futurs officiers). Il va falloir se supporter, ils sont différents, chacun avec sa compétence, son passif. Cela peut être houleux par moment. Il y a également une étrange jeune fille, mais que fait-elle ? Et elle manque de se noyer ?
Mais les voilà en pays ennemi, que faire ? comment s’en sortir ?
Le début de l’histoire bouleverse tous les plans d’Ikta, finalement rien ne sera comme il l’avait prévu.

C’est un temps de guerre, tout est loin d’être facile : on a de la stratégie, des combats (c’est super à regarder et bien à voir sur papier aussi), les sciences, les esprits (petit plus non négligeable que je laisse découvrir, que je n’aborde pas plus que cela avec ce premier tome), du rire, de l’action, de la politique…
Bref, c’est vraiment une très bonne pioche que de mon côté je conseille, sauf si vous êtes trop sensible !
On a aussi beaucoup de choses à découvrir sur leur univers.

A l’origine, c’est un roman, et j’aimerai bien qu’on y ait accès aussi.

Publié dans Manga, Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , , | 3 commentaires

Cinéma Time : Point film + 1 comédie musicale

Je continue à faire des voyages de toutes sortes. Home cinéma ou cinéma, un bref voyage. Et j’en ai fait de toutes sortes.

Au niveau du cinéma, je suis assez contente de ce que j’ai vu, mais j’hésite pour atomic blonde et tous ces singes sur grand écran non merci XD. Du coup, pas de cinéma grand écran où il faut sortir ce coup ci.

Les 2 premiers films sont des expériences à faire qui m’ont partagé.

War Dogs

Tomber dans le trafique d’armes pour assurer sa subsistance. Argent facile ? J’ai beaucoup apprécié le personnage de David Packouz (Miles Teller) malgré ce qu’il fait, on sent que c’est un gars bien. Par contre l’autre Efraim Diveroli (Jonah Hill) ne fait que décevoir, rien à sauver. C’est assez écoeurant de voir quelqu’un comme lui « réussir ». Et David s’est un peu trop laissé entraîner. C’est aussi navrant de se dire qu’en restant « honnête », on arrivera pas à avoir quelque chose de bien.
De leurs bureaux, ils tentent de faire des affaires, mais ils vont même mettre la main à la patte. Partir dans le danger, un moment mémorable et drôle.
Sauf que les humains, ils en veulent toujours plus, encore et encore, rien ne suffit donc ? C’est si excitant le danger ? Efraim est vraiment dégueulasse et mauvais payeur. Sauf qu’il faut faire la part des choses !

A cure for life

A cure for life ou a cure of wellness est un film à voir, qui met très très mal à l’aise. Qui nous fait trembler, et demander où on va, ce qu’il va arriver.
Lockhart (Dane DeHaan) mémorable dans ce rôle est un cadre ambitieux qui croit à fond dans le système. On voit très vite qu’il est intelligent mais à quelque part oublier de vivre. Que lui reste-t-il de sa vie d’humain ? de l’argent gagné ? Une question majeure dans notre société capitaliste et commerciale à l’extrême.
Sa société froide et aseptisée glace déjà le sang dès le début plus un autre événement.
Voilà que Lokchart part à cette cure trouver et ramener une personnage âgée, mais rien ne va se passer comme prévu. Le lieu, le médecin a l’air aussi sympathique qu’horrible. Certains choses mettent mal à l’aise, et des questionnements germent dans notre esprit.
Lockhart n’a pas trop l’air de leur faire confiance, mais en brave membre du système, il n’hésite pas à suivre certaines directives o_O. Seul jeune parmi tant de vieux, quand il tombe sur Hannah, des choses changent pour lui aussi.
Centre pour profiter après avoir oublié de vivre mais être dépouillé de son argent ? Sombre expériences ? Devient-il fou ? Veut-on se débarrasser de lui ? …
Un film qui met mal à l’aise et vous glacera le sang.

Les Francis

J’ai testé ce film sur TF1, j’ai juste retenu les beaux paysages. A oublier. J’ai déjà oublié loool.

Les misérables 

Cette semaine j’ai pu voir la comédie musicale des misérables Celle qui a été faite à l’occasion de ces 25 ans à Londres. Elle était en vostfr, et d’une puissance.
Quelques changements dans les personnages aussi surtout le physique et d’autres choses qui sont toujours les mêmes..
Fantine avait perdu ses cheveux blonds plutôt noire et toujours aussi belle, Javert avait la peau noire et toujours aussi intraitable, Cosette avait toujours les cheveux blonds, les Thénardiers étaient toujours aussi méprisables et laids, Eponine était belle…Gavroche un petit filou génial.
Quelques chansons très marquantes.
Quelque soit son support cette œuvre, histoire est toujours aussi marquante, bouleversante et émouvante. Avec la révolte qui gronde, dans nos cœurs aussi.
D’ailleurs il faut que je termine le super manga que j’ai dessus, celui en 8 tomes disponible chez Kurokawa
Il me reste les tomes 7 & 8 à lire.

NB : J’ai une passion pour les comédies musicales, elles arrivent à toucher mon coeur de glace ^^’.

Wall-E

J’ai revu Wall-E, depuis le temps que j’y pensais, là il m’a fait coucou, je suis allé le voir. C’est toujours aussi agréable, adorable, Wall-E est si attachant. Et quelque part quand on retrouve les humains, ça fait un peu froid dans le dos.

Braquage à l’ancienne 

J’ai pu regarder ce film avec d’autres gens, et il a rempli son job, ce à quoi je m’attendais, on a passé un bon moment, on a bien rigolé.
Je trouve que la situation est honteuse être privé de sa retraite -_-
J’ai  adoré l’amitié, la complicité entre les 3 petits vieux. Anciens collègues et amis aussi. D’ailleurs vous pensez qu’on peut être ami avec ces collègues ?
Après que l’un ait assisté à un braquage et avec la situation qui dégénère, l’idée commence à germer dans son esprit, il faut convaincre les autres, et trouver un plan.
Après un essai laborieux et n’importe quoi dans un supermarché, ils commencent à mieux y réfléchir, j’ai adoré les voir s’entraîner. Et ils avaient de l’idée. Alors ce plan ? Se sont-ils fait prendre ? repéré ? Il faudra voir le film pour le savoir XD
Tout le monde a le droit à sa part de tarte/de gâteau.
PS : Petit plus il y a un drôle de petit vieux (pas parmi ces 3 là), mais qui a marqué beaucoup d’entre nous dans un de ces rôles.

Publié dans Film | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire