Cinéma Time : Action, politique et manipulation

Mes 2 derniers films ont en commun d’être des divertissements, d’avoir une dose d’action, mais aussi un côté politique (de quoi écoeuré et mettre mal à l’aise) ainsi que d’être de sacrés jeux du chat et de la souris, et de faire la part belle à la manipulation !
Là où c’est assez cool, c’est qu’on est surpris, et on se sait pas vraiment à quelle sauce on va être mangé. La dernière chose qu’ils ont en commun c’est la soif d’argent, qu’il est dur de s’en sortir avec le salaire donné, seulement à un moment donné ça va vraiment trop loin !

Sans avoir le truc en plus, ce sont de bons divertissements avec lesquels passé un bon moment, bastille day n’est pas seulement validé par moi XD

PS : Le lien vers la fiche sériebox est sur les synopsis.

Barry Seal : American Traffic

Synopsis :
L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis

Mon avis/mes impressions :
Barry Seal était un homme plutôt chanceux : doué et intelligent, avec un bon métier (pilote), une jolie femme, tout lui souriait. Tout a commencé avec des petites magouilles pour arrondir les fins de mois comme on dit. Repéré par plein de gens, et par soif d’argent et d’aventures, sa vie va devenir dangereuse, riche, aventureuse, de la folie pure.

On nous dit que c’est inspiré d’une histoire vraie.
J’ai juste vu le début de la BA mais je ne la trouve pas représentative du film.

Le générique est très original et sympathique.
Ils avaient également une manière très originale de représenter les guerres entre pays.
Barry est un homme attachant (comme il est incarné en tout cas), pilote (donc plutôt un bon métier), une famille. Malgré tout, tout du long, il reste assez gentil, il suit le courant, il participe à l’économie locale, il en a profité mais c’est loin d’être le seul, il s’est autant servi des autres que les autres se sont servis de lui. D’ailleurs, quand il a été invité par un narco-trafiquant pour transporter ses colis, il n’aurait pas forcément facilement pu lui dire non. Une fois dans l’engrenage, il pouvait aussi difficilement faire marche arrière.
J’ai adoré les scènes de vol, c’est vraiment un pilote hors pair, et il n’hésite pas à faire des suggestions et dire ce qui n’irait pas. Non parce qu’il y en a qui veulent vraiment tout, un peu une tendance humaine, et le poids alourdi l’avion. On visite des pays, on a des scènes spectaculaires, on a des scènes d’affaire. Barry est partout et toujours à l’aise, il est assez prévoyant, il a de bonnes idées. Son entreprise va même s’étendre.
Lucie, sa femme, lui permet de garder pied sur terre, de penser à rentrer chez lui, elle est réaliste, au début quand il veut quitter son entreprise elle se méfie, elle parle de la mutuelle … Mais ça ne va pas l’arrêter, comme beaucoup de fois sous couvert d’assurer une belle vie à sa famille, il se noie dans le « travail » et l’argent commence à un moment donné à couler à flot, tellement que ça en devient indécent (il y a d’ailleurs des scènes très drôles liées à cela). Une vie d’aventure, de risque et d’argent, mais jusqu’où cela continuera ? Qui tombera ?
Tom Cruise qui incarne ce pilote d’élite est un plaisir à retrouver, avec ses mimiques et tout, il nous le rend attachant.
Le film est vraiment dingue quelque part, mais quelle folie !

Bastille Day

Synopsis :
Michael Mason, un pickpocket américain, devient l’homme le plus recherché par la CIA à Paris lorsqu’il vole ce qu’il croyait être un simple sac. Sean Briar, l’agent chargé de l’enquête, se rend rapidement compte que Michael n’est qu’un pion dans le vaste complot qui se prépare, et il le recrute pour remonter jusqu’à la source. Commence alors une course contre la montre, où les deux hommes vont devoir faire équipe pour déjouer les plans d’une puissante organisation dont ils sont désormais les cibles.

Mon avis/mes impressions :
Michael est un pickpocket hors pair, doué comme tout. Une petite diversion et l’air de rien, il vous a dépouillé. Mais le jour où il repère cette jeune femme anxieuse et lui vole son sac, sa vie va basculer, car ce sac ne contenait rien de moins qu’une bombe. 3 personnes différentes vont se retrouver unis pour le meilleur et pour le pire, à devoir collaborer, pour déterrer la vérité et évité d’y laisser leur peau.

On commence avec Michael, qui a payé une fille pour qu’elle se promène toute nue : la diversion, et là tout facilement ils allègent les gens. Oui, la diversion, retenez bien !
Zoé a été embrigadée pour poser une bombe, seulement quand elle va dans les bureaux, elle tombe sur les femmes de ménage, alors qu’il devait n’y avoir personne. Elle part donc, et s’inquiète, alors qu’elle appelle, décide que non elle ne le fera pas, elle se fait détrousser son sac, qui n’a pas l’air de contenir grand chose, une fois que Michael a pris ce qui lui semblait intéressant, il repose le sac, et là il explose.
L’attentat est revendiqué.
La révolte gronde dans les rues avec plein de gens mécontents et en colère.
On est à la veille de la fête nationale de la France (prise de la Bastille).
Sean, un agent américain, mène aussi l’enquête, et poursuit Michael pour l’interroger. On a le droit à une superbe poursuite sur les toits de Paris (c’est dangereux, à ne pas refaire XD).
Nos 3 compères : Michael, Sean, et Zoé vont devoir se trouver, se confronter et rechercher la vérité. Ils risquent leur vie.
Qui veut vraiment poser des bombes et pourquoi ? Michael ne pourrait-il pas se reconvertir ?

Publicités

Cinéma Time : Seven sisters

Résumé :
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
(Source : Allociné)

Fiche SB

Le titre est soit Seven sisters (7 soeurs) soit What Happened to Monday ? (Qu’est il arrivé à Lundi ?). Les 2 titres sont plutôt pas mal et en anglais XD

Mon avis/mes impressions :
Les dystopies sont passionnantes, les sujets sont énormes, et ici il m’a tout de suite beaucoup intéressé ! Le film a un côté réaliste, cru, percutant, ironique, cynique tout en nous offrant des moments tendres, drôles.
J’ai beaucoup aimé ce film qui est marquant, et pourra encore nous faire réfléchir longtemps après. On peut déjà commencer dès qu’on lit l’histoire.
La première partie est assez psychologique, on les revoit aussi enfants et on voit une partie de comment ils se sont organisés. Leur grand père est rusé, intelligent. Son idée est aussi géniale que tordue. Mais l’idée qu’à 7 on est plus forte que seule est vraiment sympa.
La seconde partie nous plonge dans l’action, le thriller oppressant et angoissant, la lutte pour la survie, découvrir la vérité.
La musique participe bien à l’ambiance du film. Certes si vous êtes un peu habitué, vous devinerez certaines choses, mais une fois plongée dedans avez vous vraiment tout deviné ? Cela ne vous a pas fait de l’effet ? Fait réfléchir ?

Dès le début, le ton est donné, comme un documentaire, on voit le constat de ce monde et la politique de l’enfant unique qui fût mise en place pour pallier à la surpopulation. Certes, la loi est très cruelle, mais on peut aussi se poser la question de quel avenir pour les êtres humains sans elle ?
Certes quand des enfants sont arrachés à leurs parents ça fait très mal.
On peut aussi se poser la question du travail qu’on accepte de faire. C’est aussi une grande question non ?
Bien sûr, tout le monde ne connaît pas tout.

Le monde est rempli d’une technologie formidable, pourtant il m’a paru très froid, très austère, très aseptisé. Avec leurs règles, Karen Settman peut s’assurer une vie, qui semble assez « confortable ». Mais Karen est 7 personnes à la fois.
La maman des filles meurent en les mettant au monde, le papa est aux abonnés absents. Leur grand-père prend alors une décision, il va les élever et comme elles sont autant que de jour de la semaine, chacune portera le nom d’une journée : lundi, mardi, mercredi …
Et chacune sortira son jour de la semaine.
D’ailleurs samedi et dimanche ne serait-elle pas privilégier vu que c’est les jours de liberté ? XD
C’est déjà compliqué ainsi, alors je pense que le plus sûr était de ne surtout pas bouger la journée. On ignore le métier du grand père. Il est rusé, leur enseigne, met des règles en place, les met en garde. Et promet qu’on leur trouvera un métier qui se servira de toutes leurs compétences. Comment a-t-il fait pour toutes les nourrir ? Il n’y a pas de rationnement en place ?…
Comment assurer ceci : règles plus point quotidien en fin de journée où on doit tout se dire, montrer. Car il ne faudrait pas être prise en défaut. Il attend apparemment qu’elles aient l’âge de raison (6-7 ans) pour tenter la 1ère sortie.
C’est la promesse d’une vie qui n’est plus tout à fait sa vie, contre celle d’être cryogénisé, et de revenir plus tard, les siens ne seront plus là, et c’est sans sûreté.

Leur grand-père leur a dit dehors vous êtes Karen Settman, comportement identique, mais à l’intérieur vous êtes vous-mêmes, exprimer vous. Chacune a ses compétences, son style, sa coiffure, ses envies. Chacune aimerait ne pas juste avoir un jour de la semaine. Petites, elles ont déjà payées très chères. Et en grandissant, des envies se développent, elles veulent autre chose qu’une aventure d’un soir.
Et se sont-elles vraiment tout dit ? tout le temps ?

Mais voilà, qu’un jour, jour où elles allaient savoir si elles décrochent leur promotion grâce à un travail d’équipe, et étaient en concurrence avec un collègue, que Lundi disparaît. Que lui est-il arrivé ? Sont-elles compromises ? Quel avenir pour elles après ? Peuvent-elles vivre individuellement après autant de temps ? …
Alors que le gouvernement n’a aucun intérêt à avouer que pendant 30 ans elles ont réussi à survivre ensemble, une traque sans merci et sans pitié commence, où elles devront déployer toutes leurs compétences, où elles seront aussi fortes que faibles, où elles seront déstabilisées sur des parties qu’elles ignorent, où elles tenteront de reconstituer le puzzle, de découvrir la vérité, de survivre, où les pistes s’emmêlent pour nous perdre, où notre souffle sera coupé.

PS : Noomi Rapace est superbe dans ces 7 rôles différents.
Le film est mis en scène sous forme de chapitre qui correspondent aux jours de la semaine.

Cinéma Time : Atomic Blonde

Résumé :
L’agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionne du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s’associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers. (Source : themoviedb)

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :
Atomic Blonde m’a paru un film sympa, encore plus sur grand écran, oui forcement avec de l’action, espionnage, par contre j’ai trouvé qui lui manqué un petit quelque chose. La femme est un sacrée bout de femme et vraiment très forte, c’est impressionnant. Un sacré jeu du chat et de la souris se met en place dans une ambiance hostile et elle commence fort mal dès son arrivée. Malheureusement, rien de très original non plus.
Si vous aimez déjà à la base les thrillers et films d’espionnage, ça passera mieux ^^.

La première fois j’ai croisé cette bande annonce au cinéma, j’ai vu quand elle sautait d’un immeuble, c’était impressionnant, sans connaître l’histoire, je me suis dit alors qu’il va falloir voir puis gros moment de blanc à la fin en voyant le titre « Atomic blonde » -> Blonde atomique. Mais c’est quoi ce titre loool.

Bref, quand on rencontre Lorraine tout est déjà fini, on la sent sur la sellette subissant un interrogatoire. Du coup, progressivement on va découvrir tout ce qui s’est passé.
Cette fois-ci, c’est en Allemagne, à Berlin pendant que le mur de Berlin existait encore, le climat est totalement instable.
On confie à Lorraine (incarné par Charlize THERON) une mission de la plus haute importance et sensible, comme à tout agent secret on lui donne une couverture, puis on l’informe que sur place il y a déjà David Percival (incarné par James MCAVOY), mais qu’on ne sait plus trop si on peut se fier à lui, son rôle a déteint sur lui, et qu’au final il vaudrait mieux qu’elle ne se fie à personne. Elle doit récupérer une liste sensible, qui contient également le nom d’un traître.

Seulement, à son arrivée beaucoup de gens savent déjà qui elle est, adieu la couverture. On ne peut pas trouver un pire départ ! XD
Beaucoup de gens cherchent à mettre la main sur cette fameuse liste.
Les services secrets s’entremêlent, on ne sait vraiment plus à qui se fier, sa mission devient très vite tendue et très compliquée. Un redoutable jeu du chat et de la souris se met en place jusqu’au final !
Il y a 2 solutions pour avoir la liste. Avoir la bonne information est difficile. Et qui est le traître ? L’action se succède sans un moment de répit, et tout s’emmêle.

Cela fait plaisir de revoir James McAvoy qui est excellent, auquel on a envie de faire confiance et en même temps on doute de lui par moment.
Pareil Charlize Theron assure bien dans son rôle d’agent secret du MI-6, elle se bat avec tout ce qu’elle trouve sous la main, elle se débrouille même par moment avec des talons aiguilles. Elle met en place de ces choses, bref elle n’a rien à envier à Jason Bourne XD.
Les gens contre lesquels elle va se battre sont d’une grande ténacité, on a pas mal de casse sur la route (comme toujours dans ce genre de film j’ai envie de dire).

Quelques stratégies étaient bien pensées, et comme parfois on a plus de balles j’ai aimé sa débrouillardise pour se servir de ce qui est autour d’elle ou piquer celui de son ennemi.

PS : Le saut qu’elle fait de l’immeuble n’est pas aussi simple que le laisser croire la bande annonce XD.

PS: Le film a quelques scènes très explicites, oui quand 2 personnes se plaisent ils nous détaillent bien quand mêmes.

Manga Time : Alderamin on the sky tome 1

Manga - Alderamin on the sky

Fiche du manga MN

Résumé :
L’empire de Katjvarna, un pays régit par ses traditions, notamment religieuses. Sur ces terres, le respect des esprits magiques est un précepte qu’on ne peut enfreindre sous peine d’être exécuté.
Cependant, un vent de modernité souffle sur l’empire et ses voisins. si celui-ci refuse d’y céder, certains de ses hauts responsables souhaitent instaurer une logique plus rationnelle et scientifique qui permettrait à Katjvarna de faire face à ses ennemis, qui comptent la république de Kioka, un pays usant de ces nouvelles technologies, dans leur rang.

Mon avis/mes impressions :
Aldermamin on the sky bénéficie d’une édition de qualité qui fait plaisir : il est beau, il y a des effets graphiques, le papier est bien, on a des pages couleurs pour commencer l’histoire, elles ont l’air d’être sur papier glacé. Je ne m’explique pas les 3 pages blanches de papier glacé à la fin par contre XD. Bref, c’est un bel objet.
Ensuite, pour ma part, le graphisme particulier m’a immédiatement plus et mis des étoiles dans les yeux, pour moi c’est un très beau graphisme.
Et pour finir l’histoire est plaisante, intéressante, et ce n’est que le début. 1ère rencontre de gens. Ici, je suis aidée par l’anime, et donc je n’ai aucun doute sur la qualité et l’intérêt de l’histoire.

Des noms spéciaux, voire un peu compliqué, un nouveau monde qui s’offre à nous, et l’épée de Damoclès de la guerre.
Ikta a passé un marché avec un marché avec Yatori qui insiste pour qu’il passe l’examen d’officier. Il le fera, mais ensuite elle lui assurera un poste tranquille, à l’abri.
Ikta n’est pas très engageant à la base, flemmard, tranquille, et un peu trop porté sur les femmes, de préférence d’âge mûr. On nous le dit dès le départ, on connaît son surnom ( l’invincible général oisif), mais rien ne le prédestine à cela, et peu de gens le croirait. Il peut être assez énervant face à des gens qui font des efforts, travaillent dur. Pourtant il se révèle un fin stratège, et quelqu’un de direct et droit. Peut être que c’est mieux d’avoir quelqu’un comme lui que quelqu’un qui aurait soif de pouvoir.
Ikta est très calme, très tranquille, mais il sait déployer ses capacités de stratège quand il le faut. Il n’est pas spécialement doué au combat, pas d’une bonne famille, mais son esprit est son arme, son intelligence, sa stratégie, il réfléchit, agit en connaissance. Il utilise les sciences.
Ikta arrive au moment de l’examen pratique, il n’a pas le choix, il embarque dans un bateau avec Yatori et d’autres gens qui vont aussi passer l’examen (futurs officiers). Il va falloir se supporter, ils sont différents, chacun avec sa compétence, son passif. Cela peut être houleux par moment. Il y a également une étrange jeune fille, mais que fait-elle ? Et elle manque de se noyer ?
Mais les voilà en pays ennemi, que faire ? comment s’en sortir ?
Le début de l’histoire bouleverse tous les plans d’Ikta, finalement rien ne sera comme il l’avait prévu.

C’est un temps de guerre, tout est loin d’être facile : on a de la stratégie, des combats (c’est super à regarder et bien à voir sur papier aussi), les sciences, les esprits (petit plus non négligeable que je laisse découvrir, que je n’aborde pas plus que cela avec ce premier tome), du rire, de l’action, de la politique…
Bref, c’est vraiment une très bonne pioche que de mon côté je conseille, sauf si vous êtes trop sensible !
On a aussi beaucoup de choses à découvrir sur leur univers.

A l’origine, c’est un roman, et j’aimerai bien qu’on y ait accès aussi.

Anime Time : Alderamin on the Sky Saison 1

Après Re/Zero dont le manga me fait de l’oeil, et l’anime attend que je lui trouve un peu de temps pour bien m’y mettre. Ototo manga nous sort Alderamin on the sky en manga qui me fait de l’oeil, je me renseigne et je vois qu’il y a un anime de 2016. Donc, je le tente 🙂
Il est disponible sur crunchyroll

Résultat de recherche d'images pour "alderamin on the sky anime"Résultat de recherche d'images pour "alderamin on the sky anime"

Résumé :
L’empire de Katjvarna est en guerre contre un pays voisin, la république de Kioka. Ikta Solork déteste la guerre, mais il passe un examen pour devenir officier afin de donner un coup de pouce à Yatorishino Igsem, sans prévoir de rentrer dans l’armée, mais d’avoir un petit travail tranquille loin des combats. Personne n’imagine que ce jeune homme de 17 ans pourrait demain diriger une armée, encore moins que son nom reste dans les annales comme celui d’un général légendaire…

Saison 1 composée de 13 épisodes. Fin correcte appelant une suite.

Mon avis/mes impressions :
Cet anime est la bonne surprise. On est totalement pris dedans du début à la fin, et l’air de rien il s’en est passé des choses sur 13 épisodes. On rit avec eux, on tremble avec eux, on se demande s’ils vont s’en sortir et à quel prix.
Au début j’ai eu un peu de mal avec le character design, les personnages, puis je m’y suis habituée. Mais sinon l’image de l’anime est belle. Il est coloré, fluide. Les combats rendent bien à l’écran. Et l’histoire est prenante, intéressante, surprenante. On est en temps de guerre, des choses ne sont pas faciles. Mais également de l’amitié, de belles valeurs, des moments de rire. Et un redoutable stratège qui n’a l’air de rien sur le coup xd

Certains noms sont compliqués, surprennent comme l’empire Katjvarna.
On a de tout dans les personnages, plein de caractères.
Un des génériques pour mettre dans l’ambiance : ici

Yatori et Ikta se connaissent depuis longtemps, depuis l’enfance même. Ils peuvent compter l’un sur l’autre, se comprendre facilement. D’ailleurs un des épisodes reviendra sur un moment de leur enfance, et ils ont vraiment assuré.
Yatori a une réputation à tenir, elle vient de la famille Igsem avec des exigences et des devoirs, elle est impressionnante au combat. Et n’en refuse jamais un.
Yatori a un grand sens du devoir.

Alors qu’Ikta rêvait d’une place à l’abri de la guerre, qu’il se prend pas au sérieux, qu’il court les filles, qu’il ne semble pas faire trop d’effort. Toute sa vie va se retrouver chambouler par un évènement, et il va finir par utiliser et déployer ses compétences de fin stratège.
Ik ne peut laisser l’injustice le remporter. Ainsi il sauve qui il peut, il n’hésite pas à remettre des gens à leurs places même si plus haut placer, ils sauvent des choses essentielles. Il dit ce qu’il pense.

Nous allons être amenés à croiser beaucoup de gens, comme on est en temps de guerre, on a toujours cette épée de Damoclès sur la tête à se demander si on reverra cette personne. Des amis d’hier peuvent très bien être les ennemis d’aujourd’hui et vice-versa.

On est particulièrement attaché à un groupe de personnes. On a fait leur connaissance au début, et ils se retrouvent plus ou moins liés par un évènement, même encore à une autre personne. Tout le monde participe femmes et hommes. Tout le monde apprend à vivre ensemble, à se battre ensemble, à survivre ensemble.

Quelque part, ils doivent très souvent prouver leur valeur, on peut très bien les remettre en cause. Quand on dirige, on a aussi des responsabilités, il faut continuer à avancer, ne pas se laisse miner. Et tout le monde peut se tromper, la vie, les batailles ne sont pas fait que de victoires. Mais il faut aussi apprendre de ses échecs, rebondir, et continuer à avancer.

C’était génial et quelle tension. On a fini mais c’est aussi loin d’être vraiment la fin alors peut être un jour une saison 2.

Manga Time : Tenjin, Dieu du Ciel tome 1

Manga - Tenjin - Le Dieu du ciel

Résumé :
Riku Sakagami est fils et petit-fils de pilotes militaires. Il rêve, lui aussi, de manœuvrer un avion de chasse !

Alors qu’il était à l’école primaire, son père est impliqué dans un accident grave qui a provoqué la mort d’un pilote en formation et de trois civils. S’il renonce à sa carrière de pilote, Riku, lui, n’en démord pas et reste persuadé de l’innocence de son père.
A l’école de formation, dès le premier vol, Riku fait la preuve d’aptitudes innées exceptionnelles.
Ce qui n’échappera pas à ses instructeurs mais également à Hayari, la meilleure recrue de l’école, qui pourrait bien voir en lui un rival !

Disponible en numérique.

Fiche du manga sur MN

Mon avis/mes impressions :
Un trait dynamique et agréable. Dépassement de soi, recherche de la vérité, acceptation des autres et leurs différences, voler, piloter différents appareils, engranger des connaissances, apprendre …
On respecte les codes du shonen, mais avec un dessin bien plus agréable que d’habitude. On retrouve déjà pas mal de choses dans ce 1er tome, de pistes de réflexion.
De plus, si comme moi vous avez rêvé un jour de voler dans le ciel, de piloter un avion. Si vous avez envie de côtoyer le ciel, d’aller vite, c’est une jolie façon virtuelle de s’évader.
C’est un shonen plus accès dans la réalité, et il ne me semble pas encore avoir vu une série nous emmenant dans le ciel. Une bonne pioche, découverte de Kana.

Riku Sakagami fait la couverture de cette toute nouvelle série qui va nous emmener dans le ciel *o*. Mais alors qui est ce fameux Tenjin ? Eh bien, nul autre, que le Dieu du ciel, si on y croit, ils protégeraient les gens là haut, et peu d’élus l’auraient rencontré. D’ailleurs, le rencontrer est le rêve de Riku, sa motivation. Dit comme cela, il fait l’objet de quelques moqueries. Mais ce jeune homme est depuis toujours attiré par le ciel. Est-ce que cela suffit d’être attiré ? de le vouloir ? On peut encore une fois posé la question du talent, des connaissances qu’on acquiert, du sang etc.

On va donc suive des jeunes personnes de tous horizons confondus, toute origine sociale, toute formation, faire leurs premiers pas de pilote. L’accès est réputé dur.
Riku va intégrer un groupe avec lequel il fait connaissance : le groupe C (Charlie), les débuts sont houleux. Riku a voulu accéder le plus vite possible au ciel, il est donc passé par une formation « rapide » de 2 ans, ce n’est pas le seul, il retrouve des connaissances/potes. Face aux universitaires (avec des études de 5 ans), des choses fâchent. Et comme Riku n’est pas très motivé pour la théorie, apprendre des choses, mais nécessaires et utiles, ça n’arrange rien.
Mais il y a aussi la pratique, et tenir le coup dans le ciel, à ce niveau Riku sort du lot ! Et se fait même remarquer par l’élite, un jeune homme très doué et qui a quand même l’air moins acerbe quand on discute avec lui que d’autres.

Il y a aussi la question de pourquoi avoir voulu piloté chez les militaires plutôt qu’au civil (Air Boeing …), on retrouve cette austérité militaire avec les pompes, lever tôt …
Mais piloter leurs avions ce n’est pas rien, chacun est différent, cela fait beaucoup de choses sur lesquels se former.

Rare sont les femmes, mais on en croise une. Elle nous fait d’ailleurs hésiter au départ si c’est une femme ou non. Bien vite, on comprend qu’elles n’ont pas les mêmes accès.

Dès le départ, certains choses sont classifiés (à tort ou à raison) : accès des femmes, accès selon son niveau d’étude. Certains postes resteront inaccessibles sans un certain niveau d’études.

Cela pose aussi la question de croire en ce qu’on fait, d’avoir une certaine confiance en ces formateurs et en ces collègues et camarades, vus tout ce qu’on va partager. Il y a également un risque non négligeable dans leur profession. On est jamais à l’abri d’un crash d’avion.
L’investissement est également énorme !

Par ailleurs, on a aussi ce drôle d’épisode qui s’est passé dans la jeunesse de Riku, sur son père, où on se pose des questions, et où pour vraiment comprendre on lui a dit qu’il fallait aller dans le même ciel.

On finit sur un sacré épisode, qui montre justement que personne n’est à l’abri, mais peut être un mal pour un bien, et de nouveaux horizons vont s’ouvrir ! On a hâte de continuer et de retourner dans le ciel.

Envolons nous  !

Cinéma Time : Wonder Woman (2017)

Résumé :
Avant d’être Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.(Source : Allociné)

Fiche du film SB

J’essaye d’être assez patiente mais voilà un film que j’attendais avec grande impatience, de pied ferme.
Je rappelle que je n’ai jamais lu les comics, simple manque d’opportunité.

J’ai vérifié, c’est long et heureusement que j’adore la bande son, il n’y a pas de scènes bonus. Aucune. Vous pouvez quitter la salle ^^’

Mon avis/mes impressions :
Diana Prince alias Wonder Woman a grandi loin des Hommes, elle en a gardé une fraîcheur, une innocence, elle a tout à découvrir.
Elle essaye d’être juste, elle est vite révoltée par certaines choses qu’elle voit. Elle est capable de déployer une force énorme. C’est une femme qui mérite d’être connue.
J’ai adoré le film, la mentalité de la miss, la bande son, l’action, l’humour.
Mais oui, on retrouve toujours un peu les mêmes choses, mais Diana souffle un air nouveau, de liberté, et découvre le monde des Hommes dans une bien sombre période. Elle s’imagine qu’il suffit d’abattre le grand méchant loup, pour que l’Homme redevient bon. Si seulement c’était vrai.
J’ai découvert son Histoire avec grand plaisir, et maintenant elle va se consacrer comme les autres super héros à rendre le monde des Hommes meilleur.

Au tout début, Diana semble s’être intégré au monde des Hommes, y vivre sa vie. Elle regarde une photo, et on va découvrir son Histoire.
On découvre alors la jeune Diana, tout le monde semble gentil et prévenant à son égard, elle est espiègle, rusée, elle en veut. Elle est la fille de la reine des Amazones, mais aussi la seule enfant de cette île paradisiaque. Mais comment ils fonctionnent ? On n’en sait pas vraiment grand chose, sauf que sa mère tente de la protéger, ne veut pas qu’elle participe aux entraînements et protège le secret de sa naissance et qu’il n’y a que des femmes sur cette île. On comprend aussi plus tard que Diana passait du temps le nez dans des livres ;).
Evidemment Diana ne l’entend pas de cette oreille, et s’entraîne comme toutes les autres Amazones. Quand sa mère comprend qu’elle n’y peut rien, elle exige qu’elle soit entraîner plus durement que toutes les autres. Diana a une force insoupçonnée en elle.

La vie s’écoule donc paisiblement sur cette île qui est de toute beauté. Mais un jour, tout change. La rencontre avec ce pilote blessé américain lui ouvre les yeux sur autre chose. De plus, leur île est brièvement en danger et des pertes sont essuyées.
Sa mère la reine tente encore une fois de la protéger, mais la laissera également tracer sa route, mais sans lui révéler toute la vérité avant son départ, et en la mettant en garde que si elle part, cela risque d’être pour toujours.
Diana et Steve apprennent à se connaître, elle découvre de nouvelles choses avec lui, entre autre ce petit instrument montre qui nous donne l’heure et assujettis le temps, nous dit quand manger, dormir, travailler, etc. C’est fou non quelque part ?!
Elle apporte un regard neuf sur toutes ces choses qu’elle ne connaît pas, ne comprend pas, ou a simplement lu dans les livres.
Ainsi ils partent ensemble, à la rencontre de la Guerre, Diana lui demande de l’emmener là bas, elle va tuer Arès et les humains seront sauvés et redeviendront bons.

Diana déchante vite en voyant Londres si moche, brumeux, noir, en voyant toute cette diplomatie. Elle acquiert donc le surnom, l’identité de Diana Prince, quand elle allait dire qui elle était XD.
Les gens sont fatigués, blessés, c’est dur d’y croire encore. Mais Diana ose tout, autant devant des machos diplomates, que sur le front. Elle apporte de l’espoir, un vent de liberté.
Diana est armée d’un lasso magique (pour attraper des gens, et aussi un très bon serum de vérité), d’un bouclier et d’une épée. Elle aime être libre de ses mouvements, et a de très bonnes protections bien utiles aux poignets.

Steve a dérobé un carnet à une horrible scientifique allemande, indigne d’une scientifique. Tellement horrible de se servir des sciences ainsi.

Diana va voir sa vie bouleversée à jamais, apprendre la vérité, faire la part des choses, tenter de mettre fin à la guerre, et assumer le combat que seule elle qui a plus de pouvoir que les Hommes peut mener, son combat à elle. Elle va aussi apprendre à connaître le monde des Hommes, autant sa beauté que sa laideur, et qu’ils peuvent basculer du côté obscur.

On a un joli clin d’oeil vers la fin à un autre super héro.

Jolie réflexion de Steve sur ce qu’est être un héro aussi.

Cinéma Time : Les gardiens de la galaxie 1 & 2

Les gardiens de la galaxie est une licence Marvel qui change, atypique. N’ayant pas du tout eu l’occasion de lire des comics, ce fût aussi il y a quelques années ma 1ère rencontre avec eux.
Ce sont des héros qui sont plus des anti-héros, c’est un groupe qui se forme qui a priori n’a rien à faire ensemble, mais on s’attache à eux, et pour eux ça devient leur famille.
Chacun à son histoire.
On est dans l’espace, dans la galaxie, ce qui me plaît totalement.
C’est une histoire qui n’est pas toujours facile, vu ce qui se passe, vu le passé, mais on ne ressent pas vraiment le côté tragique, tellement c’est fun et dansant. Et chose extraordinaire, même avec moi ça a marché !
Il y a aussi ces chansons des années 80 qui l’accompagnent, qui sont même sa marque de fabrique, et peuvent nous donner envie de danser.

J’ai revu le 1er il y a quelques semaines, plus les bonus du blu-ray, du pur régal.

Résumé : Peter Quill est un aventurier traqué par tous les chasseurs de primes pour avoir volé un mystérieux globe convoité par le puissant Ronan, dont les agissements menacent l’univers tout entier. Lorsqu’il découvre le véritable pouvoir de ce globe et la menace qui pèse sur la galaxie, il conclut une alliance fragile avec quatre aliens disparates : Rocket, un raton laveur fin tireur, Groot, un humanoïde semblable à un arbre, l’énigmatique et mortelle Gamora, et Drax le Destructeur, qui ne rêve que de vengeance. En les ralliant à sa cause, il les convainc de livrer un ultime combat aussi désespéré soit-il pour sauver ce qui peut encore l’être…

Mon avis/mes impressions :
Dès le début du film, le ton est donné et on entre dans la danse.
Dans le 1er film, l’équipe va se former, apprendre à se connaître, à s’apprivoiser, et ce sera loin d’être une sinécure.
Ils sont un peu comme des mercenaires, ils aident s’il y a une récompense à la clé, de l’argent, mais au fond ils ont aussi bon coeur.
Tous différents, tous avec leurs capacités, tous avec leurs défauts.
Et pour Peter, c’est jamais sans mon walkman.
Peter Quill, lui est moitié humain, il fût enlever suite à une tragédie et sa vie a totalement basculé.
C’est un moment intéressant, fun, pour se détendre, voire même danser et profiter des images de la galaxie <3.
Ils ne se prennent pas vraiment au sérieux, et n’hésite pas à ne pas suivre tous les ordres, toutes les lois. Rien n’a finalement jamais l’air si grave ou insoluble que cela.

Résumé : Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Mon avis/mes impressions :
Le 2ème film nous fait retrouver la bande, et ils se lancent toujours des piques. On les retrouve comme on retrouverait une bande de potes. On retrouve aussi les images de la galaxie <3.
La force du film est qu’on a une réelle suite, qu’on découvre de nouvelles choses, on a pas juste une mission, on avance vraiment dans ce qu’on sait de certains personnages, entre autre sur les origines de Peter.
On découvre de nouvelles personnes, de nouveaux peuples. Et on revoit des personnages, pas seulement ceux du groupe.
Ils sont allaient encore plus loin qu’on pourrait l’imaginer, de quoi faire de grands yeux. Quelque part ça en devient ridicule. Un peu comme le peuple de gens dorés, ils finissent par paraître complètement ridicule, ça me fait penser à une sorte de dénonciation du capitalisme à outrance, de vouloir être toujours le premier, au-dessus de tout le monde …
C’est à nouveau un moment bien fun, et on ressent à peine les tragédies. On sent aussi que vraiment malgré tout ils sont amis, c’est un groupe uni, et même une famille ❤
On va aussi repartir un peu dans le passé sur Terre pour assembler les pièces du puzzle. Et on est reparti pour une nouvelle tournée de chansons des années 80 awesome mix 2. J’ai une préférence pour awesome mix 1.
A la fin, après 2 bonus, on nous parle déjà de nous revoir et d’un awesome mix 3

Cinéma Time : Power Rangers

Fiche du film sur SB

Résumé :
Quand leur ville est attaquée par des aliens, 5 lycéens ordinaires vont se transformer en super-héros. Ils vont devenir les Power Rangers et vont rapidement découvrir qu’ils sont seuls à pouvoir protéger la Terre.
(Source : Allociné)

Mon avis/mes impressions :
C’est un film sympathique qui offre beaucoup de moments de rire. On se retrouve avec des jeunes adolescents, ils sont pour la plupart complètement barrés, irrationnels, ont des phéromones en puissance.
Ce qui est intéressant c’est qu’on assiste à l’origine des Power Rangers, que ce n’est pas si facile de revêtir l’armure, en être digne et qu’ils doivent former un groupe, alors que ce sont des gens  d’origine, de culture, de niveaux sociaux différents.
Action, rire, fun, prenez le comme il vient et passez un bon moment. Cela reste très classique.

Les Power Rangers, vous en souvenez vous ?
Go go Power Rangers.
Voilà un film live tout juste sortis sur nos écrans.

On commence avec un monde qui n’est pas le nôtre, un langage qui n’est pas le nôtre (mais on a le droit à une traduction). Notre langage, terrien, est considéré plutôt comme primitif.
On va découvrir au fur et à mesure ces jeunes gens, leur famille, leur vie de tous les jours. Certains font de drôles de choix, comme le jeune qui se retrouve coller suite à une action.
Ces jeunes gens appartiennent à une petite ville : Angel Groove. Une ville qu’ils aiment autant qu’ils détestent, rêvant d’herbes plus vertes ailleurs.
Ils n’étaient pas amis, ne se connaissaient même pas vraiment, certains de l’école, mais ils se retrouvent au même endroit au même moment, et l’inexplicable se produit.
Ils découvrent leur pouvoir, ils doutent, ils rencontrent un robot qui leur explique, ainsi que les règles et « quelqu’un » d’autre. Ils ne doivent pas se servir de leurs dons pour usage personnelle. Ils doivent réussir à faire le vide etc. pour que l’armure vienne sur eux, le passage où ils vont énormément galérer. Ils sont finalement envoyés au combat même sans réussir à avoir leur armure.
La méchante est assez kitch : Rita, elle a une histoire, elle arrive pile au même moment que les médaillons trouvent leurs propriétaires.
On a notre lot d’action, on devine assez facilement quelle sera l’action finale.

Cela peut être très sympa de les revoir, de découvrir l’origine, les moments de rire sont offert par leur incrédulité, découverte de pouvoirs, d’une force, mais également par leur inconscience, les décisions folles, insensées qu’ils prennent, par des phrases, des situations.
La bande son est assez sympathique aussi.

Un film pour se distraire !

Cinéma Time : Ghost in the Shell (2017)

Résumé :
L’adaptation du célèbre manga japonais. (Source : Allociné)

Mmh ok, c’est vraiment très condensé sur SB

Dans un futur proche, le Major est unique en son genre: humaine sauvée d’un terrible accident, son corps aux capacités cybernétiques lui permet de lutter contre les plus dangereux criminels. Face à une menace d’un nouveau genre qui permet de pirater et de contrôler les esprits, le Major est la seule à pouvoir la combattre. Alors qu’elle s’apprête à affronter ce nouvel ennemi, elle découvre qu’on lui a menti : sa vie n’a pas été sauvée, on la lui a volée. Rien ne l’arrêtera pour comprendre son passé, trouver les responsables et les empêcher de recommencer avec d’autres.

Mon avis/mes impressions :
Ce film a tout pour me plaire, je ne me rappelle même pas assez de ce que je connais déjà pour comparer alors qu’en est-il ?

Le film est visuellement époustouflant, pour une fois j’ai également eu l’occasion de le regarder en vostfr, le grand écran est vraiment un plus non négligeable sur ce genre de film. L’histoire est prenante, bien amenée, on a des rebondissements. Pourtant, il m’a manqué quelque chose, je ne trouve pas exactement quoi mais le petit plus qui fait la différence.

Avec le Major, on en revient à la question de robot, humain, la technologie très poussée et à la grande question qu’est ce qui fait de nous des humains ? des personnes à part entière ? Elle a un corps amélioré, et alors ? En est-elle pour autant dépourvu de sentiments ? Le corps n’est qu’une enveloppe qu’on nous prête. Ce qui est important c’est le ghost, l’âme.
A qui peut elle vraiment se fier ? Où est la vérité ? Il lui faudra batailler et tout risquer pour le découvrir.
On parle souvent d’avoir les informations, de manipulations mentales, mais ici avec la technologie, et le fait de pouvoir vous implanter des souvenirs, c’est encore une autre affaire. Et comment alors savoir qui on est ? Serait-on devenu autre chose avec des expériences différentes ? Il est des souvenirs qui marquent. Bref, le film en étant même pas trop long, moins de 2h (1h47) amène déjà tout un lot de questions.
Heureusement, elle appartient à la section 9, une équipe hors du commun, mais des gens intelligents, rusés, sur lesquels elle peut compter, même si à certains moments c’est à elle de s’en charger.
La ville était aussi excitante, belle qu’elle me mettait mal à l’aise, avec ses lumières permanentes, même la nuit, les hologrammes,des pubs grandeur nature ?
Les technologies dans ces mondes plus avancés, pas si loin du notre, un futur possible sont toujours intéressantes. Mais c’est toujours un peu la même chose, la science et la technologie sont fabuleuses, comme magiques, mais entre de mauvaises mains elles deviennent atroces, voire créent un enfer. Certains aimerait bien que le Major avec ses formidables capacités sois belle, fais ce qu’on lui dit sans réfléchir et s’en servir comme d’une arme !!!!
La voix-off intéressante nous explique des choses de ce monde, et nous pousse aussi à réfléchir.

Comme le corps n’est qu’une enveloppe de passage, ils ont trouvé de quoi tenir que la Major soit dans ce corps par exemple.

En tous les cas, visuellement c’est vraiment quelque chose *o* !!

Et vous, quelles impressions en avaient vous eu, pour ceux qui l’ont vu ?