Album Time : La Grande Ourse

 

La Grande Ourse par Bordier

D’Elsa Bordier
et Sanoe

Editeur : Soleil

Papier : 17.95€
Numérique : 12.99€
Il est atrocement cher sous ces 2 formats pour peu de pages.
Environ 80-90 pages

Je « connais » Sanoe par ses illustrations sur des albums sortis par Nobi nobi et j’adore son travail ❤

Résumé :
Louise, une jeune femme d’une vingtaine d’années, peine à oublier ses proches disparus. Elle vit depuis en leur compagnie, au point même de se couper des vivants de peur de les perdre à leur tour… Sourire, profiter de la vie sont des choses qu’elle semble ne plus savoir faire. Soudain, l’étrange Phekda, l’une des étoiles de la Grande Ourse, fait irruption… et l’entraîne dans une immersion au plus profond d’elle même. Une immersion qui passe par une virée sur la plage de son enfance, par une nuit dans une petite maison biscornue, par une forêt labyrinthique qui oscille entre réel et fantastique jusqu’à la montée de cet incroyable escalier sorti des nuages… Mais où la mènera-t-elle ? Et quelles en seront les conséquences ?…

Mon avis/mes impressions :
C’est superbe, les illustrations sont très belles, à couper le souffle. Le message délivré est beau. Mais ça va très vite et reste jeunesse.
L’histoire est comme un rêve éveillé, elle avance, elle ne trouve que bienveillance et aide. C’est beau, c’est doux, c’est plein d’espoir, on fait de très belles rencontres mais on n’a pas tous les dialogues, et l’histoire elle manque de profondeur. Si Louise en est là, ce n’est pas pour rien, et ça ne se répare pas si facilement !
Un livre à lire et à relire pour son graphisme et l’espoir qu’il dégage.

Louise est touchante. On voit juste qu’elle voit des fantômes, on ne connaît rien de son histoire. Apparemment, elle a même réussi à être en couple, mais il n’en peut plus et la quitte. La petite étoile si belle apparaît telle une fée, elle la connaît, elle l’a observé, elle veut lui redonner goût à la vie avant que Louise fane, s’étiole avant l’heure, et pour qu’elle n’ait plus peur, avance dans sa vie et en profite. Le propos est donc très beau et prometteur, du coup je regrette beaucoup le manque de consistance de l’histoire.
Mais ça reste un très bel album que je conseille pour les merveilleuses illustrations de Sanoe et l’espoir qu’elle dégage.

Vous devez donc garder en tête que c’est comme un album jeunesse, que le message est puissant, mais qu’il manque beaucoup de choses, ici c’est du fantastique, donc on va admettre que ça marche d’un coup de baguette et juste parce qu’elle a accepté et pris le risque de suivre Phekda. Magique !

Même si ça avait bien commencer quand Phekda la fait renouer avec son passé pour lui montrer qu’à une époque elle savait sourire. Mais les choses ont changé depuis, et elle a grandit.
Tout va vite, bien trop vite.

 

Publicités

Conte : Belle et la Bête Time

Et si aujourd’hui on parlait d’un beau conte, ses thématiques sont intéressantes et en tant qu’ « amoureuse » des livres ça ne peut déjà que toucher, non ?!

Je vous invite également à lire mon avis sur le magnifique film sorti cette année avec Emma Watson.

Quand je suis ironique, je dis : « Vraiment, tout ça pour une rose » ! XD
Mais quelque part ça aussi été une merveilleuse opportunité et rencontre pour l’un comme pour l’autre.

La Belle et la Bête par Leprince de Beaumont

Fiche babelio

Mon avis/mes impressions :
Le livre est très grand pour offrir une meilleure immersion.
Il y a des moments où il y a juste un petit texte en italique, et autrement pas mal de texte pour nous conter cette histoire fort connue qui a des différences selon les versions.
Mais il en reste toujours que Belle aime les livres, est ouverte d’esprit, et qu’il ne faut pas se fier aux apparences.
Certaines pages textes finissent très joliment avec une ligne de bourgeons de roses.
Dans cette version, son père est marchand, fait faillite, et elle a 2 soeurs, odieuses, qui ne se fient qu’aux apparences et en plus lui mettent des bâtons dans les roues.
La bête l’accueille très gentiment, il a même préparé une chambre pour elle, petit à petit ils apprennent à se connaître et elle voit au delà de l’apparence du « monstre » elle voit son coeur, sa générosité.
On nous dit que 3 mois a passé, qu’ils passent du temps ensemble, mais on n’arrive pas à ressentir comment cette proximité s’établit. Ca va presque trop vite, heureusement elle n’a quand même pas accepté tout de suite XD.

Néanmoins, une lecture agréable, et je serai ouverte à lire d’autres livres de cette collection.

La Belle et la Bête - Le destin de Belle par DisneyLa Belle et la Bête : la Bête par Nobi Nobi

Fiche du manga MN

Comme vous le voyez, la rose se réunit une fois ensemble (wow et même parfaitement)
Il faut savoir que j’ai une sorte de crush avec nobi nobi, et avec ce conte.
Mais quand même, on vous dit c’est l’adaptation manga du film, donc pourquoi certains ne sont pas contents et le lui reproche ?!
Ensuite, vous avez 2 points de vue, eh oui les 2 personnages ont des scènes communes, mais si vous avez des variations, ne serait-ce que la pensée.
Il a apparemment fait couler beaucoup d’encre, beaucoup ont hésité à le prendre, et ensuite je l’ai vu se prendre de sacrés critiques.
Bref, pour celles qui sont sur les 2 points que j’ai cité, on était au courant quand même.
Après, oui ils auraient pu faire un effort pour le prix, de mettre des pages couleurs, voire un coup promotionnel les 2 pour le prix d’un.

Belle :
Dans cette relecture de la belle et la bête, j’apprécie autant sa modernité que sa magie, comme dans le film.
J’aime beaucoup le personnage de Belle, qui est indépendant et aime les livres. Ici, son père est inventeur, et elle est sa fille unique bien aimée.
On sent sa différence qui dérange les villageois.
Belle a de la volonté, très forte, qui passe par son regard.
Le trait graphique est beau.
Sa rencontre avec la bête est aussi belle qu’houleuse, car elle n’accepte pas si facilement de dîner avec lui, lui parler.
J’apprécie aussi les personnages qui s’animent autour d’elle, et qui arrivent à calmer le jeu.
C’est une jolie idée que de voir tout à travers les yeux de Belle, ainsi il est normal de ne pas voir son père arrivait au château. On voit ce qu’elle vit et son ressenti.

La bête :
La bête nous ait ici dépeint comme un prince cruel, très caractériel, et l’image qu’on a de lui au départ maquillé à outrance est laide.
Bref, on le plaint quelque part moins, on se dit plutôt qu’il ne l’aura pas voler.
Seulement tous ces domestiques ont été ensorcelés avec lui, tous les gens du château. Méritaient-ils un tel traitement ? On a plus de peine pour lui quand on voit que privé de sa mère, il en a oublié la compassion avec un père trop dur (petite pensée pour le conte les 3 soeurs et le roi méchant).
Mais il en reste, qu’ils n’ont rien fait, ils ont laissé faire. Pouvaient ils faire quelque chose ? (ça me rappelle la thématique du harcèlement).
Avec Belle, il est confronté à lui même, à ses erreurs où malgré l’enchantement et comme a dit mme samavoir, qu’il faudrait vraiment qu’ils apprennent de ces erreurs.

Ici, on a ce que vit la bête, avec ses pensées, on retrouve bien évidemment des images communes (vu qu’ils ont vécu des choses ensemble) mais également les différents ressentis, les pensées intimes des personnages.

J’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture, tout en ayant un petit quelque chose qui me manque, une petite magie, étincelle que le manga n’a pas réussi à produire.
Certaines vont peut être un peu trop vite, trop suggestive avec juste une image, pour qu’on sente le rapprochement entre ces 2 êtres. Bien que l’essentiel soit dit et montré.

Il n’a donc pas dégagé la magie du film, tout en reprenant les points essentiels, tout en nous faisant rêver avec les objets animés et autres, il est mieux d’avoir vu le film avant pour ne pas être gêné par des petits manques, rapidité, petits éléments, le graphisme est sympa.
Après, à moins de faire une partie hors des 2 personnages, des choses se tiennent comme aucun des 2 ne l’a vécu directement.
L’idée est original, sympa, et mériterait une meilleure exploitation.

Si vous aimez beaucoup la belle et la bête, ça devrait vous faire plaisir.

Kushi, tome 1 : Le Lac sacré

Résumé :
Au début des années 80 en Chine, dans un petit village reculé de Mongolie Intérieure, KUSHI vit en harmonie avec la steppe et ses belles étendues généreuses, mais au fragile équilibre. KUSHI est orpheline. Apparue mystérieusement dans le village alors qu’elle n’était qu’un bébé, elle est considérée comme le mouton noir de sa communauté. Trop turbulente, cette surdouée recueillie et élevée par une vieille chamane, agace et attise la méfiance des villageois qui la traitent de petite sorcière. Quand elle découvre les agissements de BOLD, un bandit local prêt à tous les crimes pour s’enrichir au détriment du fragile équilibre de la steppe et de ceux qui y vivent depuis des millénaires, une lutte sans merci s’engage entre la jeune fille, cet escroc sans foi ni loi et les tenants d’une certaine idée du progrès.

Fiche Kushi sur MN

Disponible également en version numérique.

Mon avis/mes impressions :
Les éditions Fei nous convie à un nouveau voyage en la compagnie de la jeune, débrouillarde et intelligente Kushi et de son adorable chien loup. Une très belle aventure dans les steppes mongoles. Cette série sera en 4 tomes, les images sont belles, douces, on a envie de s’évader avec Kushi et son chien loup et hâte de découvrir la suite à la fin du tome.

Kushi ne se laisse pas faire, avec son chien loup, elle tente d’arrêter Bold, qui pille les steppes. Quel avenir pour son peuple s’il continue ainsi ?
Le progrès, la modernité mais à quel prix ? Alors que le chef de la tribu semble nourrir de bonnes intentions à la base en voulant mettre un peu de modernité, s’il soutient quelqu’un comme Bold, ses façons de faire, c’est loin d’être une si bonne chose.
Kushi jeune, a bien du mal à faire entendre sa voix à tous, elle n’est pas forcément vu d’un bon oeil par tout le monde, même si certains ont su l’apprécier. Elle est loin d’être bête. Et voilà que sous un prétexte fallacieux, le chef de la tribu cherche à l’éloigner, comme elle voit trop clair dans leur jeu et pourrait leur faire obstacle.
Heureusement, que Kushi peut compter sur son fidèle compagnon, qui n’est guère épargné et a intérêt à ruser, être agile.

Avec ce premier tome, on est convié à un voyage qui s’annonce intéressant, extraordinaire, difficile. Une fort bonne lecture, toute en couleurs, dans des tons doux.

Page de l’éditeur consacrée à Kushi (avec des extraits)

C’est une oeuvre de Patrick Marty 
et illustrations de Golo Zhao
Vous pouvez trouver leur profil sur le site de l’éditeur, et je vous ai même mis les liens 😉

screenshot_2017-01-25-00-47-35

screenshot_2017-01-25-00-43-15screenshot_2017-01-25-00-45-24screenshot_2017-01-26-01-11-33

J’aime beaucoup le mouton à la fin qui nous invite à la suite de ces aventures, mais chut je ne vous ai pas tout dit.

Lecture Time : Au gré du vent

au-gre-du-vent-pika-graphic_m

Résumé :
Pourquoi l’indice de bonheur des Népalais est-il si élevé malgré leur pauvreté ? C’est ce que la jeune Yumeng part découvrir afin d’écrire un article à la demande de sa rédactrice en chef. Durant le voyage, elle rencontre Wang, un gosse de riche qui vient de rater son mariage, et Li «Sang Chaud», jeune fille spontanée que son copain vient de quitter. Avec les autres voyageurs du groupe, ils vont tenter de trouver un sens à leur vie tout au long de cette aventure jalonnée de moments d’amitié, de bagarres, de retrouvailles et de révélation !

Fiche manga MN

Disponible en numérique.
One-shot : vous avez l’histoire de l’auteur en entier avec ce livre.

Sur la couverture, on voit la jeune fille avec son écharpe, le vent a l’air de l’emporter, ainsi que des cheveux. Un autre jeune homme, et une fille (oui c’est une fille) en arrière et un paysage.

Mon avis/mes impressions :
Au gré du vent passe la vie, les saisons, le temps. Le titre prendra aussi vers la fin un sens plus littéral.
Une chronique sociale douce amère, avec des couleurs chatoyantes, un voyage original qui permet de nouvelles rencontres, s’ouvrir à une autre culture, découvrir d’autres choses.
Une opposition entre la ville excitée, folle, toujours en mouvement et un endroit plus calme.
Une belle lecture qui peut vous faire réfléchir, ou simplement vous évader, sans rien de révolutionnaire non plus.
J’ai beaucoup aimé le graphisme, et découvrir plein de paysages le tout en couleur.

On a une jeune femme, chroniqueuse dans un journal dans la grande ville de Pékin, toujours en mouvement, éclairée la nuit. Elle était censée partir en Toscane faire un sujet, mais finalement elle est envoyée au Népal, et s’y rend plutôt à contre coeur.
Un jeune homme qui se dispute avec son père.
D’autres gens à l’aéroport.
On rencontre pas mal de gens, des gens qui ne se seraient sans doute pas adressés la parole sans ce voyage, d’âges, de niveau social différent, avec chacun son bagage, son histoire personnelle, sa raison de faire un voyage au Népal.
La jeune femme est touchante, notre chroniqueuse, elle fait bien écho à la jeunesse désabusée, et aux problèmes rencontrés comme le logement…
Ils tentent d’apprendre à se connaître, de s’ouvrir à la culture mais ce n’est pas toujours facile, et là aussi un mot mal placé devant les locaux peut poser problème, de faire avec ce qu’ils ont (il peut y avoir des surprises), de profiter de ce que le Népal a à leur offrir, de se confronter, se disputer, réfléchir à soi même et à sa vie.

Autant qu’elle doit rendre son article à temps, qu’elle devrait tenter de faire la part des choses voir le positif, le négatif, être professionnel dans son article me paraît normal, dit comme ça cela serait normal, mais la rédactrice qui lui dit vends du rêve, donne envie d’aller là bas, alors quitte à mentir ? inventer ? et si ce n’est pas à temps quelqu’un d’autre qui n’y est jamais allé va pondre un article, là ça ne pousse pas à faire confiance au journalisme et à ce qu’on lit.

Comme partout il y a du positif et du négatif, pour un voyage, faire une pause, si on est ouvert à d’autres cultures ça le fait d’être au Népal, on se ressource, on fait des choses que dans notre grande ville que ce soit Pékin ou ailleurs on ne pourrait faire : voyager sur le dos d’un éléphant, se faire doucher par l’éléphant …
Mais économiquement ce n’est pas tout rose, le travail il n’y en a pas tant que cela (c’est expliqué)…

Pour finir, on a le droit à quelques croquis se préparation.

En tout cas, l’auteur a su croquer une tranche de vie sociale douce amère et nous dépayser.

Un échantillon de ce superbe graphisme ❤

 

Lecture Time : Les contes de la ruelle

couv44095850

Résumé:
Le texte/résumé du livre qu’on trouve à l’arrière est : « Dans un vieux quartier de Pékin, Yu’er et son pépé Doubao vivent leur quotidien à la manière d’un conte de fée. »

Fiche LA

NB : Je choisis le texte du livre, plutôt que LA qu nous révèle tout de suite quelque chose sur la fille qu’on découvre dans le 1er chapitre.

Mon avis/mes impressions

L’objet livre lui-même est beau, couverture cartonnée/dure, de belles pages de qualité à l’intérieur, et plein de belles couleurs pastels, douces.
Il est divisé en plein de petits chapitres qui montre la vie de tous les jours avec une petite dimension fantastique.
C’est un très beau voyage en Chine, un livre qui enivre, qui fait du bien, on se délecte, on profite des couleurs, du soleil. Un brin poétique, onirique, on est emporté ailleurs, on rêve.
Quelque part, cela va bien avec le printemps aussi 😉

A la fin, on a un carnet de croquis en noir et blanc de toute beauté et quelques mots sur l’auteur, je vous donne la fin qui veut tout dire : « Dans les contes de la ruelle, il (Nie Jun) développe un style singulier, à la croisée des cultures européenne et asiatique, et fait naître de son trait délicat un univers mêlant magie, tendresse et poésie. »

Le graphisme ne m’avait pas vraiment plus, mais les couleurs si, et l’histoire aussi. Et même au final, le graphisme, on s’y fait. Je suis contente d’avoir croisé la route de ce livre tout à fait par hasard et d’être rentrée dans cette ruelle.
Et vous, tenterez-vous l’aventure ?

Laissez vous attendrir par cette petite fille et son grand-père, et par la dimension juste un peu fantastique, un peu rêvée et vous faites « Ohhhh » et vous laissez surprendre.
Si on nous ne le disait pas pour cette petite au début, on ne le soupçonnerait pas vraiment, on finit à chaque fois par l’oublier.
Petite à petit, venez rencontrer les habitants de cette ruelle, un lieu de vie comme tant d’autres.

Quelques images avant de se quitter :

 

 

Lecture Time : Doux rêves de moutons de Satoe Tone

51gshhkyrtl-_sy373_bo1204203200_

Satoe Tone, je l’ai connu grâce à Nobi nobi. Le jour où j’ai croisé ce tome, il m’a fait de l’oeil et je l’ai adopté : pour petits et grands enfants, à lire et à relire.

Résumé et un peu plus par Amazon :

MES FRÈRES MOUTONS APPORTENT DES RÊVES AUX ENFANTS.

POUR MOI, LE PETIT DERNIER, CE SERA MON TOUR CE SOIR POUR LA PREMIÈRE FOIS.

Pour la première fois, cette nuit, il va apporter des rêves aux moutons. Mais saura-t-il s’y prendre ?

Vous en voulez plus ?! (toujours par Amazon)

PS Moi : A lire après, sauf pour les impatients ou autres mais en toute connaissance de cause et ceux qui l’ont lu

Petit Mouton n’a jamais encore apporté de rêves aux enfants. Cette nuit, ce sera la première fois. Ses frères lui donnent un conseil et un seul : imaginer ce qu’il préfère le plus au monde. Ainsi il saura au moment voulu, quoi faire.

Il commence par accompagner ses frères pour regarder comment ils s’y prennent. Chacun d’eux amène ainsi un rêve merveilleux : une ville de nuages, une fête foraine en forêt, un immense château de sable, un paysage de fleurs où il fait bon dormir, un monde fait de bonbons. Quand vient son tour, il est effrayé. Il a peur de ne rien trouver de bien et même de provoquer un cauchemar. Pourtant il surmontera son appréhension et se rappellera vite le conseil avisé de ses frères. Ainsi il offrira le plus beau rêve qui soit !

Sur Satoe Tone :
Auteur-Illustrateur : Satoe TONE, japonaise, a étudié l’illustration et le graphisme à l’université de Kyoto, puis a poursuivi ses études en Angleterre. Après avoir travaillé comme graphiste-designer dans le domaine des vêtements pour enfants, elle est maintenant illustratrice depuis 2010. Elle aime dessiner les animaux et la nature. Elle porte sur les choses un point de vue original qui lui permet de trouver son inspiration et sa poésie si particulière, empreintes de douceur, de rêves et de couleurs. Elle a reçu le Grand Prix International de l’Illustration à la foire du livre de jeunesse de Bologne en 2013.

Mon avis/Mes impressions :
Première surprise : il est tout petit (son format).
On retrouve la douceur des traits de Satoe Tone, un tout petit texte mais empreint de beauté, très doux,  plein de jolies petits choses toutes gentilles.
Simplement, pour faire une pause dans un monde de brutes et déguster de belles images.
De beaux rêves qui nous transportent ailleurs.
Cela va très vite, mais on peut s’attarder sur les images, se faire ce petit plaisir de temps en temps.

Les couleurs varient et nous chatouillent, parfois on a une même teinte quelques pages.
Je l’ai lu très fatiguée avant de dormir. Oui, vous savez les moutons qu’on compte pour dormir :p
Et là, justement cela parle du mouton qui va lui aussi apprendre à apporter du rêve. J’aime cette unité, pas de rejet, il peut observer les autres et apprendre d’eux, se prendre le temps de trouver son propre chemin, tout à son rythme. Même s’il y a des épreuves (d’abord c’est noir, et y a du cauchemar).
Ainsi au delà d’un petit livre pour enfant, je trouve qu’il s’en dégage de belles choses positives, même si tout va très vite ^^’
On peut aussi déguster  chaque rêve, se laisser entraîner dans toutes ces belles choses, on s’émerveille, et on finit en apothéose sur une toute belle phrase.

Pour petits et grands enfants,...en gros à tout âge, seul(e) ou accompagné(e), pour embaumer votre coeur de positif (on en a bien besoin).

Je vous laisse avec ces quelques images, et la nuit faites de beaux rêves.

 

Lecture Time : Facéties de chats

Résumé :
Le chat… Quel animal mystérieux que celui-là ?
Vous êtes-vous déjà demandé quelles pensées secrètes fleurissent derrière leurs yeux envoûtants ? Quelles idées farfelues leur passent par la tête ? Ou bien s’ils vivent des aventures extraordinaires lorsque vous avez le dos tourné ? Eux seuls le savent mais voici imaginées ici pour vous quinze facétieuses histoires de chats.

Fiche LA

Mon avis/Mes impressions:
On a d’adorables petites pattes de chat partout, aussi qui font office de pages. On se laisse délicieusement embarquer. Vous aimez les beaux objets, les chats, les textes poétiques, les présentations soignées. Foncez.
Vous appréciez Benjamin Lacombe et/ou Sebastien Perez, foncez aussi XD.

J’ai découvert Benjamin Lacombre grâce/à cause d’une amie.
On découvre plein de chats différents, de races différentes capturés par Benjamin Lacombe accompagnés de textes poétiques.
Cela se présente ainsi : Un chat dans un portrait avec son petit nom qu’on puisse l’identifier, mieux s’attacher, le chat dans une certaine position à droite et à gauche un beau texte l’accompagnant dans une belle police d’écriture et en bas le numéro de pages avec une patte de chat de chaque côté, quelle délicieuse idée. Et l’on y suit leurs facéties c’est bien le cas de le dire :p. Plein de jolies choses inventées.

C’est un bel objet, du soin lui a été apporté, le papier est très agréable à toucher.

Quelques « intrus » se glissent et à la fin on nous présente les différentes races de chats du livre, bien vu.

Et j’ai juste envie d’utiliser ce qu’on a dit sur un film d’animation à venir : Savez vous ce que fait votre « adorable » animal, une fois que vous avez le dos tourné, une fois l’humain parti ?!

IMG_9112 IMG_9113 IMG_9114 IMG_9115 IMG_9116 IMG_9117 IMG_9118 IMG_9119 IMG_9120 IMG_9121 IMG_9122 IMG_9123 IMG_9124 IMG_9125 IMG_9126 IMG_9127 IMG_9128 IMG_9129 IMG_9130

Lecture Time : Où est mon étoile ?

——
MN
RÉSUMÉ
Petite souris a bien du chagrin : elle a perdu un ami auquel elle tenait beaucoup.

Mais on raconte que les êtres chers à notre cœur se changent en belles étoiles dorées pour nous protéger.

Bien décidée à trouver son étoile, Petite souris parcourt vastes prairies et hautes herbes en se laissant uniquement guider par les souvenirs de leurs moments passés.

« Étoile ! Étoile ! Est-ce toi là-bas ? »

—–

Mon avis/Mes impressions
L’alliance Nobi Nobi et Satoe Tone est très belle, très tentante. Retrouver le beau petit sigle de Nobi Nobi, le beau papier, la belle édition et les couleurs chatoyantes, le travail de Satoe Tone vous transporte. Petite souris est si touchante confrontée à la perte d’un être cher, elle va devoir apprendre à avancer, à l’accepter. Tes souvenirs restent petite souris, ton ami est parti mais toi tu dois continuer à vivre et tant que tu vivras ton ami vivra à travers toi.

Bien sûr, cela se lit vite, ou pas si on s’attarde sur les images, chaque fois qu’on tourne on se demande sur quelle couleur on va tomber et dedans on y voit plein de détails, quelque part c’est magique.

Un pur régal pour les yeux et l’âme <3.

Petite souris ne l’accepte pas, est toute mignonne, cherche une étoile, et va partout où ils s’amusaient ensemble, passaient du bon temps, cela personne ne pourra le lui prendre.
Je ne peux m’empêcher aussi de penser à la citation « Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé. »
Petite souris va devoir le comprendre, l’accepter surtout, faire son deuil, regarder autour d’elle et voir qu’elle n’est pas seule.

Précision : il est plus grand en hauteur que d’habitude.

IMG_9250 IMG_9252 IMG_9253 IMG_9254 IMG_9255 IMG_9256 IMG_9257 IMG_9258 IMG_9259 IMG_9260 IMG_9261 IMG_9262 IMG_9263 IMG_9264 IMG_9265 IMG_9251

Un joli petit plus comme magique
Merci à Nobi nobi et Satoe Tone pour le partage

Lecture Time : Miss peregrine et les enfants particuliers BD Tome 1

Pour l’histoire, cf le livre 😉
Attention, si vous ne connaissez pas et lisez le résumé mis sur ce support.

Mon avis :

C’est un très bel objet, une qualité de papier bonne, agréable au touché. On reprend tous les évènements clés du 1er tome du roman (en allant beaucoup plus vite), c’est un excellent complèment au roman, mais quand on lit des livres il ne faut pas se priver du roman, on y retrouve les étranges photos. Le texte est blanc sur fond noir, ou noir sur fond blanc, l’ambiance est bien retranscrite. A la façon des mangas, on a pas mal de noir et blanc, mais de la couleur apparaît aussi par moment. J’ai passé un excellent moment avec ce tome que j’ai dévoré après le film mis à l’occasion d’Halloween.
Je recommande ❤

12193572_10206116728892055_2030219367464068426_n 12190059_10206116729212063_5836394922477907860_n 12193332_10206116729332066_7175053863162786606_n Maison

Informations intéressantes :

RansomRiggs CassandraJean