BD Time : Seule à la récré

Seule à la récré  par Bloz

Résumé :
La vie pourrait être parfaite pour Emma. Mais voilà, il y a Clarisse. Et Clarisse lui fait vivre un enfer à l’école. Elle a même réussi à monter les autres élèves contre elle. Ses parents ne remarquent presque rien, si ce n’est son changement de comportement, et les maîtresses ne prêtent pas attention à ce que l’on pourrait prendre pour « des jeux », mais qui relève de quelque chose de beaucoup plus grave. Parfois drôle, tendre tout le temps et se basant sur leur propre expérience, Ana et Bloz composent un album engagé sur un problème de plus en plus fréquent de notre société.

Mon avis/mes impressions :

Le harcèlement (scolaire) est une problématique compliqué et douloureuse, qui remet aussi profondément en cause notre système, et la sacro sainte loi du plus fort.
Avec des dessins (très BD) que je n’apprécie pas spécialement, mais bien quand même, ils ont ici assez bien expliqué le problème et également les réactions des gens autour adultes et enfants.
Le dossier à la fin est bien, et intéressant.
Cela n’a rien de drôle et de pardonnable, et cela peut avoir des conséquences graves et néfastes, sur la victime et les autres.
Je finirai par le fait que ce soit hallucinant le fait que les témoins laissent faire et participent, autant que la réaction des adultes, ou certains qui nient l’existence, ou d’autres que ça forge le caractère. Mais c’est malheureusement réaliste.
Les parents sont complètement dépassés, ils ne voient rien, et quand ils savent ont bien du mal à savoir quoi faire.
Le système éducatif a réagi de façon affligeante !
Bref, comme beaucoup de fois si on ne se lève pas tous à l’unisson, en disant stop ! C’est intolérable ! Rien n’avancera vraiment.
Bref, ce n’est vraiment pas comme cela qu’on peut apprendre à vivre ensemble, se respecter et respecter les différences de l’autre !

Surtout que les enfants sont encore malléables, et réagissent à leur environnement.

Publicités

Cinéma Time : Before I Fall / Le Dernier Jour de ma Vie

Résumé :

Une élève de Terminale se rend compte qu’elle est peut-être en train de revivre sans cesse le dernier jour de sa vie jusqu’à ce qu’elle fasse les choses bien. (Source : Allociné)

Adapté du livre Le Dernier Jour de ma vie de Lauren Oliver

Mon avis/mes impressions :

Before I fall est peut être un film typiquement adolescent, mais c’est aussi tellement plus. Il aborde un sujet des plus intéressants et nous permet de fissurer tous les masques.
Et si vous deviez vivre éternellement la même journée ? Si rien de ce que vous faisiez n’y changeait rien ?

Before I Fall, avant que je ne tombe, avant que je réfléchisse, que je remette les choses en perspective.
La dernier jour de ma vie, mais elle n’est pas réellement morte, elle revit la même journée perpétuellement.

Samantha dite Sam est une adolescente à qui semble tout réussir, famille aimante, groupe d’ami, petit ami, pas de problème majeur à l’école, de santé ou autre.
Elle n’est pas vraiment méchante, mais elle n’hésite pas non plus à suivre le groupe, et donc à en rajouter une couche. Elle n’est pas vraiment gentille, car elle a oublié des choses essentielles, elle n’a plus beaucoup de contact avec sa famille, se souci de l’amour, de ses amitiés, ça ne la gêne pas de dire ou faire des choses méchantes, elle ne perd pas son temps avec certaines personnes. Bref, une adolescente dans toute sa splendeur. Les 4 filles ont quelque chose d’attachant, leur amitié, et en même temps on voit l’effet de groupe par moment. Le film ne récèle donc rien de spécial au départ, oui ces petits adolescents sont même énervants, ils n’ont pas l’air non plus de se tuer au travail ou de se soucier de leurs cours. Il disent des méchancetés, vont à des fêtes etc, la plupart. Ceux qui ne sont pas comme eux, qui sont considérés comme les « faibles » (je n’aime pas ce terme) en font les frais, à croire qu’il faut absolument emmerder l’autre, alors quoi ils ne se sentent pas vivre sinon ?!

Comme je dis toujours le harcèlement, le rejet c’est compliqué. Et cette vie qui ne tient qu’à un fil. Encore une journée passée 100 à l’heure, et là l’accident, ça aurait pu être la fin, mais Sam se réveille dans son lit, et tout recommence, c’est exactement pareil sauf si elle change la donne.

Classiquement, elle remet tout en question, elle a du mal à accepter la vérité. Et puis petit à petit, elle remet les choses en question autour d’elle, elle en marre de ces petits jeux qui se répètent inlassablement, elle réfléchit à ce qui est vraiment important, à ce qu’elle ressent vraiment, à comment les choses ont pu évoluer ainsi, elle se confronte à des gens, elle apprend des choses, des vérités qui ont de quoi vous faire rire jaune. Elle renoue avec sa famille, elle gueule d’abord un bon coup sur ses amies, puis la fois suivante renoue avec elles. Elle ose dire aux gens qui comptent pour elle que c’est le cas, qu’ils comptent, qu’elle les aime !

La musique participe bien à l’ambiance du film.

Tout a une nouvelle perspective pour elle, vu que ce qu’elle fait ce jour là, elle n’en a pas les répercussions, vu que le jour suivant n’arrive jamais. Elle ignore ce qui se passe, comment casser la boucle, si elle est en Enfer, si c’est une punition, elle réfléchit plus sur ses actes, la mort n’a plus la même perspective pour elle (si elle meurt, elle revient). Tout change !

La fin est assez abrupte, mais ce film vaut surtout pour ses réflexions et ce qui se dégage une fois le masque fissuré !
Ce ne serait peut être pas une mauvaise idée de temps en temps oublier la routine, se poser pour réfléchir sur soi, sur les autres, sur ses actions, sur ce qu’on désire vraiment, ce qui compte vraiment, si c’est juste la société qui a poussé à faire ce choix ….

Lecture Time : 13 raisons

Ce sont les 3 couvertures que vous êtes susceptible de croiser pour ce livre.
Comme la majorité le sait, il a inspiré la série poignante, prenante et puissante de Netflix.
Mon avis ici

Histoire :
Clay Jensen reçoit sept cassettes enregistrées par Hannah Baker avant qu’elle ne se suicide. Elle y parle de treize personnes qui ont, de près ou de loin, influé sur son geste. Et Clay en fait partie. D’abord effrayé, Clay écoute la jeune fille en se promenant au son de sa voix dans la ville endormie. Puis il découvre une Hannah inattendue qui lui dit à l’oreille que la vie est dans les détails. Une phrase, un sourire, une méchanceté ou un baiser et tout peut basculer…

Mon avis/mes impressions :

L’auteur Jay Asher nous fait part de ses doutes à la fin du livre, très touchant, des gens qui l’ont soutenu. Et ils ont eu bien raison, car c’est un sujet grave mais aussi très difficile à traiter, pourtant cet auteur avec son style qui va droit au but, percutant l’a traité d’une main de maître. Il faudrait le rendre disponible aux élèves de collège et lycée, fortement les inciter à le lire. Et même, tout le monde devrait le lire !!!!

Vous avez vu la série ? Fort bien, mais je ne peux que vous encourager à lire également le livre !

Le livre se lit très facilement, sauf au niveau émotionnel. C’est un livre coup de poing, très intense, qui fait réfléchir.

J’ai vu sur amazon, que ça semblait compliquer de se procurer le livre aujourd’hui, mais ne vous inquiétez bientôt vous pourrez l’avoir avec la couverture de la série (ou l’avez déjà) en petit et grand format, et en numérique.
Papier grand format le 29 mars (donc disponible)
Papier poche le 28 juin (donc bientôt)
Numérique le 20 avril, acquisition immédiate sans attente, voire même lecture immédiate.
Sous réserve que les dates sur Amazon sont exactes
Bref, en clair vous pouvez l’avoir en numérique et grand format et pour le poche il faudra attendre fin juin.

Les grands faits restent les mêmes entre le livre et la série, mais des petits détails changent, des petites choses, voire des relations.
Vous avez ces petites différences et d’un coup vous avez les faits qui petit à petit ont contribué à la disparition d’Hannah.
Par exemple ce n’est pas le même type de magasin que les parents d’Hannah ont, la méthode de suicide d’Hannah n’est pas la même (mais le même lieu) et donner dès le départ.
Et on ne saura pas ce qu’ils font ensuite, on ne verra pas de confrontation, les choses sont posées, on a les réactions de Clay. Ici, on passe une nuit, une nuit longue et terrible avec Clay qui écoute les cassettes à la suite. Et se demande ce qu’il fait dessus ? s’il aura la force de les faire passer ? Comment se comporter au lycée demain matin ? Qu’est ce que ça lui fera de revoir les gens cités sur les cassettes ? …

La voix d’Hannah en direct et en stéréo sort des écouteurs, on a les paroles d’H., son ressenti, sa vérité, et Clay qui réagit, qui bouge, qui tente de faire face. C’est cruel pour Clay, il ne peut plus rien faire, mais c’est aussi important qu’il sache.

Des petites choses où vous pourriez dire qu’elles sont insignifiantes, pas si graves, mais mis bout à bout, l’une après l’autre, ça a fait un trop plein ! Tout a éclaté !
Pourtant elle n’a pas pris sa décision à la légère, elle a même tenté de laisser passer, ce n’est que le lycée. Mais ce lieu, censé être un lieu d’apprentissage et d’épanouissement personnel, de communication avec les autres, est devenu un Enfer, un lieu oppressant, ça devait être dure pour elle de se lever tous les matins, encore une journée, encore tenir. Pourquoi ? Pourquoi me font-ils cela ? Que leur ai-je fait ? Pourquoi continuer ? A qui manquerai-je ?
On aurait pu la détromper, mais ces choses s’accumulent, elle ne trouve pas la force, pas encore, de l’espoir reste, mais il s’amenuise de plus en plus, elle provoque implicitement quelque chose de physique. Puis une dernière fois, elle tente de chercher de l’aide, elle ose enfin demander de l’aide, comme elle peut, c’est dur de le dire. Quand on le dit oralement, c’est comme si ça devenait réel, alors qu’avant on peut faire comme si ce n’était rien, comme si ça ne détruisait pas. Alors imaginez la difficulté, le courage qu’il lui a fallu pour faire ces cassettes et enfin tout sortir. Là, sa décision était prise et irrévocable, se sentant piégée, ne voyant plus d’issue, tout le système a échoué avec elle.

Il est très grave que de telles choses se produisent, il est très grave de dire que ce n’est rien de banaliser la violence, le rejet, le harcèlement, le viol …
Si c’est grave, et personne ne devrait subir cela !

Vous avez remarqué comme quand les choses restent moral, qu’il n’y a rien de physique, on minimise encore plus ?! Mais quand c’est physique, ils se sentent un peu obligé de faire quelque chose.

Par contre, j’ai toujours eu de mal à comprendre ces jeux idiots, il y a le terrible effet de groupe aussi.

Des gens ne se gêneront pas pour accuser Hannah, que c’est sa faute, et que se suicider est un acte de faiblesse. Pourtant c’est une décision lourde et on en arrive pas ainsi du jour au lendemain.

Hannah commence à voir sa réputation et son image défaillir, à voir le comportement des gens changeaient, et petit à petit elle est prise comme dans un cercle vicieux.
Clay lui s’en tire remarquablement bien, même sur son image.

C’est une histoire dont vous ne sortirez pas indemne et qui risque de vous marquez !
Si ça en fait réfléchir, ce serait bien aussi.

D’ailleurs j’ai écrit cet article en écoutant la sublime BO de la série <3.

Lecture Time : le retour d’Antoinette

Un roman graphique sarcastique et surprenant sur le harcèlement à l’école. La révélation de la jeune artiste allemande Olivia Vieweg et de son style naturel et dépouillé.

Antoinette doit y retourner une fois encore.
Retourner dans son village natal.
Retourner dans l’ombre des forêts et des maisons à colombages.
Retourner sur les lieux de ses tourments et humiliations.
Une dernière fois…
Retourner en enfer.

Cette BD aborde le douloureux et délicat sujet du harcèlement scolaire, bien que le harcèlement tout court scolaire ou autre soit grave.
Cette jeune femme est dans un autre pays, avec un bon métier, un mari qui l’aime et est acteur, au moins elle construit sa vie, mais elle s’invente aussi des choses un autre lieu, une autre enfance, les démons de son passé sont persistant. Non, elle n’a jamais pu complètement oublié.
Qu’on soit ignoré ou brimé, oui c’est du harcèlement !
Elle se met dans des états horribles, elle pratique la respiration (inspirer, expirer, pour se calmer).
Quand elle revoit des gens de son passé, c’est un grand salut, en plus elle est mariée à une star, un écœurement tout mielleux, le contraste est fort quand on voit aujourd’hui et comment ils étaient avant.
Ils ne s’excusent même pas, et au grand jamais le fait de n’avoir été que des enfants n’excusera leur immonde comportement impardonnable !!!
Et que dire de ceux qui laissent faire ?!
Il va quand même falloir que cela cesse !! Sinon, il ne faut pas non plus s’étonner après.

Ce n’est pas pour rien qu’elle parle d’Enfer !!!

IMG_6911 IMG_6913 IMG_6914 IMG_6915 IMG_6916 IMG_6917 IMG_6918 IMG_6919 IMG_6920 IMG_6921

J’ai toujours plus de mal avec le dessin « BD », mais il a été simple, efficace et percutant.