Cinéma Time : Valérian et la Cité des Mille Planètes

Résumé :
Au 28ème siècle, Valérian et Laureline forment une équipe d’agents spatio-temporels chargés de maintenir l’ordre dans les territoires humains. Mandaté par le Ministre de la Défense, le duo part en mission sur l’extraordinaire cité intergalactique Alpha – une métropole en constante expansion où des espèces venues de l’univers tout entier ont convergé au fil des siècles pour partager leurs connaissances, leur savoir-faire et leur culture. Un mystère se cache au cœur d’Alpha, une force obscure qui menace l’existence paisible de la Cité des Mille Planètes. Valérian et Laureline vont devoir engager une course contre la montre pour identifier la terrible menace et sauvegarder non seulement Alpha, mais l’avenir de l’univers.
(Source : Allociné)

Adapté de la BD Valérian, Agent Spatio-temporel, tome 02 : L’Empire des mille planètes de Jean-Claude Mézières

Valerian est un film qui fait beaucoup parler de lui, il bénéfice de toutes les technologies actuelles possibles, il a été réalisé par Luc Besson et donc un français, il est tiré d’une BD connue.

Pour ma part, j’ai appris avec le film l’existence de la BD, je suis tombée sous le charme de la bande annonce. Et j’avais une immense envie d’embarquer avec eux, je trépignais d’impatience, mais j’ai sagement attendu une semaine en plus que mon amie soit libre ^^. Et donc qu’en est-il ? Telle est la question !

Mon avis/mes impressions :
Comme prévu, j’ai beaucoup aimé ce film, sans qu’il ne soit un coup de coeur. Il m’a aussi semblé original, décalé sur certains points, d’autres sont plus classiques, j’ai limite envie de dire humains. Malgré tout, ce côté décalé ne m’a pas empêché de profiter du film, et je me vois le revoir. Après tout, on ne fait pas un beau voyage, avec plein de rencontres comme ça tous les jours. En tout cas, le divertissement est assuré.

Le début du film est assez surprenant, mais beau d’une certaine manière. C’est un peu de manière très rapide l’avènement de la conquête spatiale et la découverte d’autres espèces et la tolérance de l’autre qui est différent mais a aussi le droit de vivre, d’exister dans la galaxie.
Après d’un coup 400 ans passent, autant dire qu’on est loin dans le futur, et ça y est nous faisons la connaissance de nos 2 agents spatio temporels. En tout cas, il semble bien jeunes comparés aux couvertures des BD. Ils n’arrêtent pas de se chercher, se taquiner, la fille ne veut pas être juste une proie, juste sur un tableau de chasse (j’approuve lool). Pourtant quelque part, ils feraient tout l’un pour l’autre. Les acteurs jouant Valerian et Laurine ne me disent pas grand chose de vue, ils avaient un certain style, ce sont des agents très décalés, quelque part ils n’ont pas trop l’air de se prendre au sérieux. Mais d’une certaine manière on s’attache à eux. Laurine a une voix bien spéciale, bien à elle, rauque. Ils ont une sorte de rituelle aussi quand ils s’attachent. Ils nous font rire, mais réfléchissent aussi par eux-mêmes aux situations.
Ils nous montrent un avant-goût de la technologie utilisée : quand ils sont appelés en mission, ils sont comme sur une plage grâce à la technologie, même s’ils peuvent en profiter, ça ne les empêche pas de rêver d’une vraie plage.
Ils débutent leur mission, et pendant la mission tenez vous bien pour vous promenez là bas. Seulement cette mission est bien plus compliquée qu’il n’y paraît !

On s’en met plein les yeux, et ça c’est super agréable :). On rencontre plein de peuples, de cultures, …
L’univers est riche et magique quelque part.
Mention spéciale à un peuple et à un animal super mignon et aussi très pratique !

Une jolie alliance USA-France malgré tout 🙂 (ce qu’on peur dire….)

NB : Valerian ce jeune homme, je l’ai vu 2 fois ce week end, son nom de scène est Dane DeHaan, et c’est le superbe Lockhart de A cure for life, des rôles très différents !

Publicités

Cinéma Time : Miss Sloane

Résultat de recherche d'images pour

Résumé :
Elizabeth Sloane est une lobbyiste impitoyable réputée pour son talent hors pair, prête à tout pour gagner. Ses bras de fer avec les plus hautes instances du Congrès américain lèveront peu à peu le voile sur les véritables règles du jeu en vigueur à Washington. (Source : Allociné)

Mon avis/mes impressions :
Miss Sloane est quelque part un film génial, un formidable jeu d’échec grandeur nature, où l’anticipation est vitale. Miss Sloane est une femme douée, intelligente, redoutable, froide, calculatrice, mais pas non plus méchante.
Jessica Chastain incarne une superbe miss Sloane. Si elle porte tout à bout de bras, prend des décisions, elle n’est pas non plus infaillible, et a son équipe autour d’elle.
Le film ne nécessite pas forcément le grand écran pour bien en profiter, il me donne même plus l’impression d’être à voir à la télévision.
Son « travail » met très mal à l’aise.
Intéressant, mais ne dégage pas le petit truc en plus. Il vaut le coup rien que pour la miss.

Miss Sloane fait un travail bien particulier, à la limite de pas mal de choses. Elle est belle (elle a de sacrées talons auguilles XD), douée, confiante, mais elle prend de quoi tenir, elle travaille énormément, des heures et des heures, elle n’a plus vraiment de vie privée, et rationalise ses besoins. Elle doit bien gagner sa vie, mais que lui reste-t-il ?
Elle dirige, mais elle a aussi une équipe sur qui compter. Comme une espionne, elle est obligée de distiller les informations, ne pas tout dire, pour que le visage, les gestes des autres ne la trahisse pas, pour garder intact l’effet de surprise.
Elle rationalise tellement tout, qu’elle en oublie ce qu’un humain peut ressentir, l’intelligence émotionnelle lui fait plutôt défaut.
On a aussi l’impression qu’on l’apprécie, la laisse plutôt faire, mais le jour où elle a le « malheur », l’audace de s’opposer aux armes, au droit de posséder une arme, ils veulent lui faire payer très cher.
Elle est loin d’être la seule à être à la limite de la légalité dans les agissements, mais elle est la seule qu’on a mis sur le devant de la scène, accusée, à qui ont intente un procès. Il faut croire que ces vieux schnocks, vieux messieurs, se sentent en danger et émasculés. Et pas seulement eux, des plus jeunes aussi, bref elle dérange, et ils veulent l’éliminer, non parce que vendre des armes c’est tout un marché juteux.

En toile de fond, le sujet est intéressant, et fait réfléchir !

Alors vous aussi viendrez vous faire ce remarquable jeu d’échec grandeur nature avec Miss Sloane ?!
Un film à voir au moins une fois !!!

Cinéma Time : Ballerina

Résumé :
Félicie est une jeune orpheline bretonne qui n’a qu’une passion : la danse. Avec son meilleur ami Victor qui aimerait devenir un grand inventeur, ils mettent au point un plan rocambolesque pour s’échapper de l’Orphelinat, direction Paris, ville lumière et sa Tour Eiffel en construction ! Félicie devra se battre comme jamais, se dépasser et apprendre de ses erreurs pour réaliser son rêve le plus fou : devenir danseuse étoile à l’Opéra de Paris…

Fiche du film SB

Mon avis/mes impressions :
Je suis ressortie conquise par ce film. C’était magique, on était emporté. Sous ses airs classiques, et pas tant que cela non plus, 2 jeunes gens plein d’énergie avec lesquels on a envie de croire en ses rêves. Venez vivre une aventure extraordinaire avec 2 jeunes gens formidables, volontaires, qui y croit, et ont eu également la chance de faire les bonnes rencontres.

Le film commence avec un très joli plan, le paysage est beau, et on s’avance vers une grande bâtisse qui n’est autre que l’orphelinat. Malgré la situation familiale, l’austérité première de l’orphelinat, Félicie et Victor ont la chance d’être amis, de beaucoup partager, ils sont plein de vie, d’espoirs, de croyances. Ils font leurs corvées à leur façon et rêvent d’un meilleur avenir.
Elle aime la danse, a la passion et voudrait être ballerine à l’opéra de Paris. Victor répare sa boîte à musique, seul héritage des parents de Félicie, invente des choses, est débrouillard, il veut être inventeur.
A l’orphelinat, on ne les encourage pas tant que cela, car la vie est dure, les désillusions peuvent être fortes et violentes. Ils ne sont pas si méchant que cela, mais doivent veiller sur une ribambelle de gamins.
Ils s’enfuient à Paris, et vont devoir tracer leur route. Par un très curieux hasard, drôle et tragique, ils se retrouvent assez souvent séparés puis se retrouvent en fixant même endroit même heure demain. Ainsi, Victor ne pourra pas protéger Félicie, elle va devoir se débrouiller toute seule.
Mais que vont faire 2 enfants seuls dans Paris sans nulle part où loger ? sans aucune connaissance ? et séparés ? à la conquête de rêves fous ?
Chacun fait un pas en avant vers son rêve, et saisit toute opportunité se présentant. Ils sont ensuite près à travailler dur et écouter les sachants, ceux qui ont percé dans ce qu’ils visent.
Ainsi Félicie fait la connaissance d’une femme de ménage élégante, belle, gracieuse, mais qui est-elle vraiment ?
Elle découvre que même si elle aime danser, et danse quand l’occasion se présente, elle est loin d’être au niveau et va devoir travailler dur pour rester dans la course et acquérir déjà les bases.
C’est notre Paris, mais pas tout à fait de notre époque, il y a des diligences, et la tour Eiffel est en cours de construction.

C’est très impressionnant de les voir aller vers leur rêve petit à petit, et complètement séparés. Ca ne tient vraiment souvent qu’à un fil, ça aurait pu complètement mal tourné pour eux 2 à pas mal de reprises. Il y a quand même un côté réaliste, car ça ne leur tombe pas tout cuit dans la bouche. Et on va dire, qu’ils ont une chance extrême de faire les bonnes rencontres, d’intéresser les bonnes personnes.
En tout cas, ils sont super, travailleurs, plein de vie, gentils, prêt à faire des efforts et passionnés par ce qu’ils visent. Et ils n’ont vraiment pas froid aux yeux ! Tout sera loin d’être facile et du tout cuit, mais le premier pas est fait, c’est maintenant à eux de se battre dur et faire leurs preuves.

Il y a vraiment de très belles scènes, du rire, de la bataille en danse, de marcher en équilibre à des endroits dangereux etc.
Il y a également la grande méchante, obstacle de Félicie : Une horrible mère d’une peste (qui finit par être très lourde et énervante), et la peste est plutôt bonne en ballet, du genre riche qui se croit au-dessus de tout le monde.

Je vous laisse le plaisir de voir par vous même comment ils quittent l’orphelinat, comment ils sont séparés, comment ils avancent vers leurs rêves, les obstacles, les doutes etc.