Manga Time : Kasane, la voleuse de visage tomes 7 à 9

Si vous voulez savoir, si ça vaut la peine de lire Kasane. Oui, totalement !

Manga - Manhwa - Kasane - La voleuse de visage Vol.7Manga - Manhwa - Kasane - La voleuse de visage Vol.8Manga - Manhwa - Kasane - La voleuse de visage Vol.9

Tome 7
Face à face, entre mensonges et vérités, avec ce passé bien difficile se retrouvent Kasane et Nogiku. Encore un excellent et très prenant tome.
Nogiku maudit sa beauté et la rejette, car elle a eu la malchance de terriblement en souffrir, de se retrouver en femme objet, en femme qu’on séduire avoir, posséder le corps pour sa beauté. Elle continue aujourd’hui à avoir une relation bizarre avec un homme. En repensant à son passé, on est mal pour elle, on a envie de vomir. Mais quel est son plan ? Et l’agent de Kasane voir clair dans son jeu.
Kasane ne pouvait rêver mieux, meilleur visage, pour revenir en tant qu’actrice, me^me s’il faut tout recommencer, son talent est sublimé.
On en découvre plus sur Izana, son passé, comment elle a rencontré ce gars qui est devenu l’agent de Kasane, pourquoi il l’aide et en sait autant. C’est un passage très intéressant.
Kasane se retrouve face à son destin, en n’ayant pas n’importe quel rôle ! Mais comment tout cela va finir, tourner ?!

Tome 8
Encore un super tome envoûtant, dangereux, intéressant. C’est un peu la mise en place d’un cruel acte final.
Kasane a fort affaire comme actrice, elle doit tenir le rôle de Lady MacBeth, tout se passe bien jusqu’à ce qu’elle soit atteint de folie. Elle peine à rentrer dans le rôle. le metteur en scène est constamment présent, dirige, reprend ses acteurs. C’est aussi son histoire à elle, car sa mère a tenu ce rôle, ce dernier rôle qu’elle a conduit au sommet, mais qui lui a fait perdre la tête. Sur Kasane pèse la menace de son histoire, son passé et aussi de son jeu d’actrice, elle va devoir se dépasser, comprendre son rôle, s’en imprégner, comprendre ce qui arrive à Lady MacBeth sans y perdre elle même la tête. Et c’est très dur pour elle d’affronter la vérité.
En parallèle son mari sur scène doit aussi assurer, mais comme elle l’a connu avant ça peut être éprouvant par moment. D’ailleurs le passé de sa soeur s’en mêle aussi, et chaque fois qu’on replonge dedans, on a le ventre et le coeur serré pour elle. D’ailleurs, Kasane lui fait confiance comme amie, elle assure vraiment son rôle jusqu’au bout, elle l’encourage ce qui lui donne des ailes, mais elle ourdit une machiavélique vengeance. Elle craint aussi un moment de se faire démasquer par l’impressario, et révèle une partie de son passé qui l’a fait vraiment souffrir en espérant que cela suffise.

Ce tome entre une pièce difficile et puissante, avec des paroles marquantes, une pièce, une histoire qui a marqué bien des gens, et une vengeance machiavélique en coulisse nous promet de sacrés sueurs froides.
PS : Je ne saurais trop vous conseiller d’avoir le tome 9 sous la main et un peu de temps après le tome 8 ^^’

Tome 9 :
L’acte final commence.
Qui est piégé ? comment ? Y renoncera-t-elle ? Qu’est ce que ça fait d’elle si elle menti et jouait ainsi avec les sentiments ? Quel avenir pour elles ? leurs relations ?
Je vous laisse découvrir de vous même ce qu’il se passe.

Ensuite ce tome nous révèle enfin le passé d’Izana, la mère de Kasane, et l’horrible secret de sa naissance. D’ailleurs, cela peut vous donne envie de lire le livre (chez Lumen 😉 )
On sait comment Izana a rencontré son agent, comment elle a rencontré la femme qu’elle va parfaire, celle dont elle a usurpée l’identité. Cette femme avait la beauté, mais Izana avait le talent, le jeu. On découvre comment Izana tombe amoureuse de la scène et comment elle pense pouvoir avoir une vie normale, erreur fatale.

On pose dans cette oeuvre les questions innée/acquis, du talent….de ces choses qu’on n’a ou pas, y compris la beauté.
La beauté qui fait que les gens vous sourient plus souvent, que la vie vous sourie, que les gens vous aime, qu’on vous laisse passez des choses … mais aussi qui questionne mais si je suis vraiment aimé que pour ça ? Si les hommes ne pensent qu’à me posséder en me voyant ? …

Celle dont elle a pris le visage incarne candeur, gentillesse, elle peut être énervante parfois, belle, riche. Tout lui sourit, pourtant elle n’aimait pas monté sur scène. Et c’est une des rares personnes que j’ai vu réagir ainsi en voyant cet affreux visage. D’ailleurs ça a désarçonné, étonné Izana.

Tome 10 prévu pour le 26 octobre.

Publicités

Manga Time : Père et fils tomes 4 & 5

Fiche du manga

Tome 4 :

Père & Fils, tome 4 par Tagawa

Couverture :
Regardez moi ce petit bonhomme tout sourire, ainsi que le papa, et ce beau tirage de joues 🙂

Shiro grandit, il a 4 ans maintenant, son père veille sur lui et s’inquiète par moment, entre autre de ses relations avec les autres. Il a aussi une difficulté persistante à cause de la mauvaise image qui reste, vu que c’était un grand pleurnicheur. Il n’a pas trop le temps de faire connaissance et s’attacher non plus, vu qu’il est toujours sur les routes .
Torakichi, en bon papa, veille sur son éducation, sur son développement personnel et sur sa santé.
On va revoir une jeune femme, elle va s’apprêter très joliment avec l’aide de quelqu’un et se confronter à Torakichi.
Torakichi se replonge dans des souvenirs et découvre également des choses grâce au journal sur son fils, il fait également la connaissance du bébé de clients et est surpris positivement par son fils.
Shiro tente d’aller vers des enfants, ça se passe plus ou moins bien ils sont déjà grand, il va également faire quelques achats seul. Son père n’aime pas les mensonges, et quand on en fait parfois et que c’est la situation qui est insolite une autre fois, on n’est pas vraiment cru cette fois là.
On fait la connaissance d’une jeune femme et de son singe. En plus, elle connaît Torakichi, et a de forte tendance à s’amouracher facilement.
Par ailleurs, en visitant une cliente, Torakichi rencontre un gamin abandonné, du même âge que Shiro il est touché. D’abord très jaloux et possessif, Shiro s’ouvre à lui, c’est son premier ami. Mais l’heure de la séparation arrive.

C’est toujours aussi touchant, doux, poétique, bien que les gosses sont aussi un peu énervant par moment. Ils arrivent à discuter, avancer, il veille sur son éducation, à lui dire les choses, certains devraient prendre exemple.

Tome 5 :

Père & Fils, tome 5 par Tagawa

Couverture :
Regardez moi ce petit bout de chou qui a l’air très complice avec son papa, comme s’il allait lui dire des secrets, et le papa qui se baisse comme pour se mettre à son niveau, un moment tendre et unique père & fils.

Avec la fin du tome 4, j’étais bien contente d’avoir le tome 5 sous la main.
Ce tome était encore une fois beau, touchant, riche en émotions mais aussi en questionnement avec la vie qui les rattrapent.
Koma et Shiro se disent au revoir, on leur explique, ils prennent le temps, et sont tous les 2 motivés malgré leur jeune âge à apprendre à écrire pour s’échanger des lettres, garder contact, avoir des nouvelles. Par contre, dans le manga ça fait très rapide d’un coup, une case pour se dire au revoir !
Torakichi a commencé bien jeune, c’est adorable de le voir tout jeune, douté de lui, faire des efforts.
On voit également comment il a rencontré Shiori, comment la relation s’est créée entre eux, et pourtant ce n’est pas à la période le plus propice vu qu’il est en passe de devenir herboriste itinérant.
Shiro s’ouvre de plus en plus, est de plus en plus autonome, c’est bien pour lui, c’est des fois dur pour le papa, se pose aussi la question future de quand il devra aller à l’école, mais voilà que celle-ci se retrouve même précipiter.
On a l’occasion de revoir ses collègues et de mieux connaître l’entreprise dans laquelle il travaille, son patron, que ce soit dans le passé ou dans l’actualité.
Tout un mélange d’émotion se mêle, de la joie mais aussi de la tristesse, de la fierté pour l’évolution de Shiro ainsi que Torakichi dans son travail, car être reconnu c’est valorisant.

Manga Time : Golden Kamui Tome 1

golden-kamui-1-ki-oon

Fiche du manga sur MN

Résumé :

Saichi Sugimoto est une véritable légende de la guerre russo-japonaise du début du XXe siècle. Surnommé “l’Immortel”, il a survécu aux pires batailles menées dans les régions les plus sauvages qui soient. Mais quand le conflit se termine, il se retrouve seul et sans le sou… C’est alors qu’il apprend l’existence d’un fabuleux trésor de 75 kilos d’or accumulé par les Aïnous, peuple autochtone vivant en harmonie avec la nature. Hélas, le magot a été volé, puis caché par un homme désormais enfermé dans la pire prison d’Hokkaido. Les seuls indices menant au butin sont de mystérieux tatouages inscrits sur la peau de criminels évadés…

Pour Sugimoto, la chasse au trésor est lancée… Cependant, seul, il a peu de chances de s’en sortir. À peine sa quête commence-t-elle qu’il manque de se faire déchiqueter par un ours brun ! Il ne doit la vie qu’à l’intervention providentielle d’Ashirpa, jeune indigène liée aux propriétaires légitimes du butin. Ils décident de faire équipe pour affronter les nombreux dangers qui les guettent sur la route de l’or des Aïnous…

Mon avis/mes impressions :
Un bon premier tome, une histoire intéressante, de beaux dessins, un duo aussi intéressant qu’improbable !

J’ai beaucoup aimé ce tome très intéressant et prenant avec un beau graphisme.
Petit à petit, on commence à découvrir des choses en doutant que celui qu’on voit au début est bien celui qu’on voit galérer à chercher de l’or ! Ce n’est pas par plaisir mais par nécessité qu’il tue, d’ailleurs quand il est menacé il se métamorphose.
Une rencontre et un duo improbable mais intéressant. Elle est pleine de ressources et a aussi ses raisons à elle : Ashirpa est une jeune femme qui assure et connaît beaucoup de choses. Est-ce le cas pour toutes les filles Ainou ?
En déterrant ce sombre secret, en partant à la recherche de cet or, ils se mettent tous les 2 en danger, pourtant c’est bien plus qu’on ne peut le croire a priori.

On a des petites explications sur différentes choses, fortes intéressantes.

On a le droit à une page couleur pour commencer ❤

J’ai été totalement prise, intéressée et intriguée par l’histoire.

Tout commence, quand notre jeune homme, pas n’importe lequel vu son passif et son surnom. Est-ce justifié ? Un passé plus personnel par bribes nous apparaît aussi ! Il recherche de l’or et écoute les élucubrations d’un ivrogne. Mais le lendemain, celui-ci regrette, à partir de là tout va changer.
Il rencontre la jeune Ainou qui le sauve face à un ours, mangeur de chair !

 

La sortie officielle du tome 1 est prévu pour le 25 août.
Celle du tome 2 pour le 13 octobre.

Lecture Time : Père & fils Tome 1

pere-fils-1-ki-oon_m

Résumé:
Torakichi, apothicaire ambulant, passe la majeure partie de son temps sur les routes pour rendre visite à ses clients. Résultat, il n’a quasiment jamais vu son fils de trois ans, Shiro… À la mort de sa femme, il prend une décision qui changera sa vie : celle d’emmener le petit garçon avec lui sur les routes !
Mais si Torakichi est incollable sur les plantes médicinales, il n’y connaît rien aux enfants et est loin d’être un père modèle… Pourquoi Shiro pleure-t-il ? Pourquoi se réveille-t-il en pleine nuit ? Entre les soucis du quotidien et son travail éreintant, le jeune papa est complètement dépassé. Les aléas du voyage et les rencontres diverses l’aideront-ils à renouer le lien perdu avec son fils ?

Fiche manga MN

Mon avis/Mes impressions:
Une bonne intuition gagnante ! J’ai beaucoup aimé cette très belle découverte et ce merveilleux voyage.
Ce monsieur est un herboriste itinérant, son métier est cool et intéressant, et en plus après une lourde perte il commence à enfin nouer des liens avec son fils.
J’aime vraiment beaucoup le fait qu’il tente l’aventure avec son fils, au lieu de le laisser à quelqu’un d’autre, pour que de vrais liens se tissent ❤
Un titre également poétique, tout en douceur, où on découvre fur et à mesure des choses, également la maman.

La couverture est un peu différente d’autres, assez sympa à toucher.
Quand on le déshabille, on a des petites histoires supplémentaires.
On commence par une très belle page couleur <3.

Au début, je me suis dit que c’était une belle idée, intention, que malgré la mort de sa femme, il prenne avec lui son fils. Mais il a tardé !!! On l’apprend par la suite, mais mieux vaut tard que jamais.
Ces messieurs sous prétexte qu’ils vont aller gagner leur vie, s’éloigne de leur femme, du fils. He Ho et la participation à la maisonnée ? et le lien familial ?
J’ai beaucoup aimé son métier d’herboriste itinérant, tous ces gens rencontrés, et ces paysages ❤
Ces petites explications, tous ces caractères, toutes ces vies, toutes ces histoire, et ce petit être qui connaît déjà plein de plantes, qui fonce sur son papa, qui est tout mignon, mais pas toujours facile à gérer ! Mais pourquoi pleure-t-il autant les nuits ? Comment peut-il se souvenir de tels choses ? (certains apparemment, wow) A-t-il vraiment compris que sa maman ne reviendra plus jamais ? Son papa était beaucoup absent, beaucoup sur les routes
Les mots de l’auteur sont également intéressants.
Et Ieji, l’oiseau est bien sympa aussi 🙂 Il peut vraiment lui parler comme ça (wow).

Une très belle découverte 🙂 ❤

 

 

Lecture Time : Gisèle Alain

gisele-alain-1-ki-oon_mgisele-alain-2-ki-oon_mgisele-alain-3-ki-oon_mgisele-alain-4-ki-oon_mgisele-alain-5-ki-oon_m

Résumé:
Début du XXe siècle. Héritière d’une famille noble, en rupture avec les siens, la jeune Gisèle gagne sa vie comme logeuse dans une pension. Mélange déroutant d’assurance et de fragilité, l’intrépide demoiselle décide de monter son agence pour devenir… femme à tout faire ! Sauvetage de chats égarés, négociations secrètes pour les notables de la ville, bâtisse à retaper du sol au plafond : elle découvre les aléas de la vie, tout en enchantant son entourage par sa vitalité et sa fantaisie. Mais c’est sans compter sur un passé qui ne va pas tarder à la rattraper et à jeter un voile sombre sur cette liberté fraîchement acquise…

Fiche manga MN

Je voulais au moins présenter ce petit bout de femme, en plus on avait la journée internationale des droits des femmes cette semaine. Je dis bien des droits des femmes, car c’est beaucoup trop raccourci de juste dire de la femme, puis on a des blagues pourries aussi, et c’est quand même important et toujours d’actualité :s
Après, il y a aussi beaucoup de journées, du genre la journée internationale du chat (si si).

Si vous aimez le tranche de vie, le côté historique, des femmes différentes qui ne se laissent pas faire et ne rentrent pas dans la norme sociale, découvrir cette histoire est tout indiquée pour vous.
Vous avez aimé Arte, Emma (Victoria Romance Emma) ? alors venez rencontré miss Gisèle Alain.

Mon avis/Mes impressions sur Gisèle Alain :
C’est une drôle de jeune femme, forte de caractère, très sincère, très fraîche, très directe, elle reste elle même. Quelque part par ce qu’elle choisit, elle découvre la vraie vie. On rencontre plein de personnages. On a également un magnifique graphisme.

Gisèle Alain est une jeune femme de bonne famille, c’est pourquoi certaines choses elle ne les appréhende pas. Elle va vers les gens, veut les aider, parle très franchement, pose des questions très directes et reste elle-même.
Elle est devenue une femme à tout faire, elle règle les problèmes des gens dans la mesure de ses moyens. Elle est contente de le faire, apprend, découvre, ne se prend pas de haut.

Et le tome 5 ?
C’est donc le dernier sorti, le dernier lu, car oui je la connais depuis un moment, et pour ma part bien avant Arte.
On découvre comment elle a eu l’idée de tenter ce « job », de devenir une femme à tout faire. Elle fête son anniversaire, ses 14 ans, oui une toute jeune fille, c’est sans doute aussi pourquoi ces questions passent :p.
Elle ne juge pas, il y a une femme qui aime des femmes, elle est avec plusieurs, Gisèle s’interroge sur l’amour, elle ne juge pas du tout le fait qu’une femme aime d’autres femmes, mais se pose des questions sur ce qu’est l’amour, sur comment on sait qu’on est amoureuse, sur pourquoi en avoir plusieurs et si c’est une bonne chose, si toutes les autres savent, l’acceptent…
Elle s’inquiète pour son ami (voire plus si affinités), et va directement voir quelqu’un pour lui dire sa façon de penser, elle m’a donc rappelé la scène d’un film que j’ai vu récemment. Non, elle n’est pas timide !

Le plaisir était intact de la retrouver ❤

Lecture Time : Erased Tome 1

erased-1-ki-oon_m

Résumé :

2006. Aspirant mangaka dont la carrière peine à décoller, Satoru Fujinuma travaille comme livreur de pizzas pour joindre les deux bouts. Effacé et peu enclin à s’ouvrir aux autres, il observe le monde qui l’entoure sans vraiment y prendre part. Pourtant, Satoru possède un don exceptionnel : à chaque fois qu’un incident ou une tragédie se déroule près de lui, il est projeté quelques minutes dans le passé pour empêcher l’inévitable avant qu’il se produise…

Cette anomalie de l’espace-temps lui vaut un séjour à l’hôpital le jour où, pour rattraper le conducteur d’un camion fou, il est percuté par un autre véhicule de plein fouet. Après l’accident, petit à petit, les souvenirs effacés de l’enfance traumatisante de Satoru resurgissent…

Fiche manga MN

Mon avis/mes impressions :
Déjà, c’est mon anime coup de coeur de la saison, au niveau de l’histoire, de l’ambiance, c’est puissant avec de multiples rebondissements. J’aime aussi beaucoup l’opening.
Un 1er tome qui pose les bases, intéressant, avec une fin époustouflante qu’on n’abordera nullement dans ce lecture time, après ce sera censé être une donnée connue, donc si vous ne voulez pas savoir, ne lisez pas les autres lecture time sur ce manga !
Une thématique très intéressante, pouvoir revenir de quelques secondes pour effacer un drame, mais un passé houleux refoulé qui commence à ressurgir.
Le graphisme m’a fait bizarre par rapport à l’anime, j’ai moins aimé sur le coup, mais j’ai plus de détails dans le manga 🙂

Satoru est un jeune homme qui aspire à devenir mangaka, et qui a tendance à rester dans une position d’observateur, ne pas trop s’impliqué avec les gens. Ce qui lui vaut des ennuis, y compris professionnellement. Surtout que pour devenir un bon mangaka il faut atteindre les sentiments des gens.
Vu qu’il faut assurer sa subsistance, il est vendeur de pizza comme petit boulot, où on voit surtout son patron qui a l’air de reconnaître ses compétences, et Airi sa collègue a priori enjouée et souriante, bien différente de caractère de lui.
Sa mère revient, une femme libre, indépendante, super, qui s’est bien occupée de lui, qui a eu une vie active, intelligente. Sa relation avec elle est très houleuse.
Malgré sa tendance à ne pas s’impliquer, on lui avait appris à avoir des amis. Il y a pas mal de phrases marquantes dans ce manga. Et lors des rediffusions, il ne peut s’empêcher d’observer, trouver ce qui ne va pas, agir quitte à se mettre en danger.
Mais il semblerait que son  passé soit compliqué , qu’il ait été confronté à une sombre histoire d’enlèvements de jeunes enfants qui commence à ressurgir, alors qu’il avait oublié.

Mais que s’est il passé exactement quand il était en CM2 ? Et comment cela a-t-il influencé ce qu’il est devenu, ces relations avec les autres, sa relation avec sa mère ?!

Lorsqu’il se rappelle de quelques évènements de son passé et que nous on a le plaisir de le voir en image. On voit le jeune Satoru en CM2 sourire aux lèvres puis jouait avec d’autres enfants.
« Je n’ai pas appris à sourire parce que je m’étais intégré. Je me suis intégré parce que j’avais appris à sourire ! »
« Au début, je me contentais de les imiter, mais au bout d’un moment, je suis devenu capable de rire ou de me fâcher naturellement ! …. »

Lecture Time : Underwater tome 1

underwater-1-ki-oon_m

Fiche manga MN

Résumé:
Par un été étouffant, alors que d’importantes restrictions d’eau frappent le Japon, la jeune Chinami s’évanouit pendant un entraînement d’athlétisme. Mais lorsque la collégienne se réveille, elle se trouve sur les berges idylliques d’une rivière aux eaux cristallines.
Autour d’elle, un village paisible, où seuls vivent encore un vieil homme et un petit garçon. Ce lieu mystérieux, qui lui semble étrangement familier, va petit à petit lui livrer ses nombreux secrets…

Mon avis/mes impressions :

C’est beau, différent, poétique, emmêlant les générations, empreint de mélancolie, de tristesse. Touchant. Un beau et curieux voyage à la frontière du réel.
Une très belle couverture avec effets.

L’eau qui fait autant rêver qu’elle terrifie.
L’eau si nécessaire à la vie, à la survie de l’espèce humaine.

Sautez, quel effet, quelle fraîcheur. On vous pousse dans vos retranchements, vous finissez par sauter, mais attention on vous a dit pas de n’importe où non plus.

La peur de l’eau, la peur du saut, des paroles rassurantes, la découverte d’un nouvel univers.

Quand on me propose une histoire de l’auteur du merveilleux Mushishi, dans la collection Latitudes de Ki-oon, ça me tente beaucoup, certes tout comme Mushishi cela ne plaira pas à tout le monde, mais si vous l’osez le voyage en vaut la peine.

Tout comme Mushishi, on a une histoire, des personnages proches de la terre, par leur travail, la vie qu’ils mènent. En vivant dans un village comme celui-ci, guère vraiment le choix, sinon il faut aller en ville.
En trame de fond, on se retrouve toujours avec le prix du modernisme, la survie d’un village, d’un autre mode de vie.
On a aussi la position de la femme soit elle va en ville soit elle doit épouser quelqu’un du village, ou encore soit elle va abattre le travail d’un homme pour y échapper.
C’est vraiment, un village où on a envie de passer du temps, pour profiter de ses paysages, et surtout de l’eau, de la cascade *o* ❤

La couverture, elle est très agréable, avec ses effets, puis on plonge dedans et les premières pages couleurs nous charment et on a point envie de les quitter, et quelque part je me mets à rêver à un beau film rempli de couleurs et de musique douce 🙂
Les dessins sont agréables.

Petit à petit, on découvre cette belle et terrible histoire, à travers les différentes générations, sous couvert d’un conte très poétique aussi : une belle histoire d’amour.
Une cruelle proposition, comment tenir ?!
Mais cette dernière image est aussi cruelle que belle, car l’Atlantide, et vivre sous l’eau m’a toujours fait rêver. Sous l’océan…

A découvrir

Et du coup, si une belle histoire entre réelle et fantastique, des gens proches de la terre, ça vous tente et que vous n’avez toujours pas lu Mushihi foncez !
Si la vie sous l’eau en couleur et en musique douce vous tente : regarder l’anime Nagi no Asukara.
Pour le plaisir des yeux

 

 

 

Lecture Time : Kasane, la voleuse de visage Tome 1

kasane-voleuse-visage-1-ki-oon_m

Résumé :
Kasane est une fillette au visage repoussant, presque difforme, régulièrement moquée et maltraitée par ses camarades de classe. Sa mère, actrice de premier plan célèbre pour son immense beauté, lui a laissé pour seul souvenir un tube de rouge à lèvres, et une consigne mystérieuse : « Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise, et embrasse-le. »
Le jour où, au bord du désespoir, Kasane s’exécute, elle fait une découverte incroyable : le rouge à lèvres légué par sa mère lui permet de s’approprier le visage de ses victimes ! À la fois malédiction et bénédiction, cet héritage va offrir à la jeune femme un avenir auquel elle n’osait rêver jusqu’à maintenant…
« La beauté est une bénédiction : elle permet de tout obtenir… même quand elle n’est qu’illusion.»

Fiche MN

Extrait disponible en ligne également 😉

Cette couverture !

La couverture a l’air sublimé, frisant de perfection et de beauté, en illusoire, donc pas de surprise, je m’attendais bien que les dessins soient différents à l’intérieur, et je n’ai pas eu de problème majeur, j’en ai bien plus avec d’autres :p
La laideur et les difficultés de Kasane sont fort bien retransmises, on les ressent jusqu’au fond des tripes.
Déjà, déshabillé votre manga et l’illusion de dissipera.

Mon avis/Mes impressions:
J’ai beaucoup aimé ce 1er tome, une réussite, j’attends que ça se confirme et que ça relève encore le niveau, ce que la fin pourrait bien laisser présager.
Sous couvert des apparences, de l’illusion, et sur fond de rejet, d’harcèlement.
On ressent bien tout ce qu’elle endure au fur et à mesure, la prise de conscience de ce pouvoir aussi terrible que fascinant, cette vie qui pourrait s’offrir à elle, alors que là que peut elle espérer ?!

Le harcèlement, le rejet reste quelque chose de terrible et de vraiment grave, mais aussi de tellement compliqué, on ne se parle pas vraiment, on subit, et souvent il y a un effet de groupe pervers, déjà que souvent les gens sont beaucoup plus cons en groupe.
Notre jeune fille est différente, elle a un visage très laid (vraiment, la pauvre), bien sûr elle n’y peut rien, il ne reflète pas son coeur, son intérieur. Et en plus, elle avait une maman actrice connue, autant dire qu’ils ne la loupent pas et se disent que c’est impossible. Kasane, elle même doit douter, et tout doucement reconstitue des bribes, car oui sa chère maman n’est plus là pour elle.
Et en plus, c’est que la miss est douée pour jouer, pour réciter son texte en y mettant les sentiments, l’émotion qu’il faut.
C’est aussi une drôle de façon de faire, embrasser quelqu’un pour avoir son visage. La première fois, au bord du gouffre, après un nouveau sale coup, et les profs vraiment -_-, elle essaye presque par accident avec un côté jouissif, enfin elle peut être elle-même. Mais elle n’a aucune idée de comment ça fonctionne ? Combien de temps ça dure ? Mais alors et sa mère ? Et comment a t’elle fait ? Le prix ? Ai-je vraiment le choix ?
Cette 1ère fois dégénère et la mettra mal à l’aise, la première réaction vu la peste est bien fait, surtout qu’elle l’a provoqué.
La 2ème fois, où elle se sert de cet étrange pouvoir, prête plus à discussion, met mal à l’aise à cause de la bonté, gentillesse de la fille. Cela fait plaisir de la voir se rapprocher, atténuer l’horreur de ce qu’elle vit, mais malheureusement on sème les graines destructrices du doute dans son coeur.
Et on finit, par percevoir sa situation familiale actuelle, qui n’est guère rose non plus. Et quelqu’un du passé de la mère de Kasane fait surface.
Alors quelle sera la vie de Kasane ? Utilisera t’elle ce pouvoir et à quel prix ? Pourra t’elle toujours se regarder dans le miroir ?

Les quelques pages couleurs au début font plaisir, je les quitte toujours avec regret.

Vivement la suite !

 

Lecture Time : L’oiseau bleu

Un grand merci à Ki-oon pour m’avoir permis de découvrir cette histoire émouvante, touchante.
Et également d’y avoir joint un poster et un extrait d’Unlucky men, qui m’intrigue aussi.

IMG_9382

oiseau-bleu-ki-oon_m

Fiche one shot MN

Résumé:

Yuki Higashimoto est la plus heureuse des femmes : un mari aimant, Naoki, ainsi qu’un adorable garçon de cinq ans, Shu, la comblent de bonheur. Mais la sortie de route de la voiture qui les ramène d’un innocent pique-nique va sonner de manière cruelle et irrémédiable la fin de cette existence paisible… Le petit Shu ne survit pas à la violence du choc, et Naoki est plongé dans un coma végétatif. Pour Yuki, un long combat commence : comment reconstruire sa vie et préserver un lien avec un mari qui est présent sans l’être ?

LES POINTS FORTS DE LA SÉRIE:

Dans ce manga post 11 mars 2011, l’auteur du remarqué Chien gardien d’étoiles évoque la difficulté de surmonter la perte d’un être cher. Famille, enfance, vieillesse, oubli… la plume poétique de Takashi MURAKAMI parcourt délicatement le cycle de la vie et fait mouche en nous transmettant un formidable message d’espoir.

Mon avis/Mes impressions :

C’est une belle chronique sociale : prenante, intéressante, angoissante, on y rit, on y pleure. En somme, c’est la vie ! Dans toute sa splendeur et toute son infamie. Des personnages très réels, et faisant au mieux. Des femmes aimantes et courageuses.
Tout est inexorablement lié, la perte d’un être cher voire de soi-même en toile de fond. Comment y faire face ? Comme on dit, quoi qu’il arrive il faut continuer à avancer. Très réaliste sans jamais verser dans le pathos, tout en finesse.

L’oiseau bleu en voilà un beau titre, une belle couleur, une envie de liberté, de s’envoler.
Ce que j’ai trouvé : une quête du bonheur ? d’espoir de plus aucune maladie ? voire d’immortalité ?! Mais qu’est ce le bonheur ?
Un côté poétique.
L’oeuvre est décomposé en 2 grandes phases : l’oiseau bleu et les feuilles mortes dont le titre et son double sens japonais est expliqué à la fin par l’auteur, car oui on a une postface. Il nous explique aussi l’influence qu’à eu la catastrophe du 11 mars 2011, et son envie voire sa nécessite de parler de la perte d’un être cher.
Et tout est lié, plein de personnages. Dans un monde si grand, on peut même retomber sur quelqu’un de son passé.
Mais je ne vous dirai en aucun cas les liens. Vous les découvrirez par vous même.

Adolescente, j’en étais arrivée la conclusion la vie est une longue suite d’épreuves. Ce Oneshot nous montre plein d’épreuves, mais aussi la force de vivre, le courage, le cycle de la vie.

Un dramatique accident prive une maman de son jeune fils, et son mari tombe dans le coma dans un état végétatif où on est sûr de rien. Elle a beaucoup de mal à accepter la mort de son fils, elle fait beaucoup de dénis, par ailleurs elle s’occupe  énormément de son mari, fait tout pour lui, et pourtant le système ne l’aide pas, les frais sont conséquents. Certes, on est dans le système japonais, mais ça n’est guère mieux dans le français.
Par ailleurs, un homme fait tout son possible à son travail, dans une usine : une aciérie, il veut que son fils ait de meilleurs chances de s’en sortir, de pouvoir réfléchir par lui même grâce aux études. Du travail mais peu de personnel, l’usine demande souvent à ces employés de rester, comme cela veut dire plus de sous il se dévoue très souvent. Mais à trop en faire, qui peut tenir la cadence ? Et l’usine ne peut accepter cette vérité, car il y aurait des impacts négatifs. Un collègue, qui s’est souvent occupé de son fils, est très marqué par tout cela.
Et enfin, il arrive à un adorable couple âgé une chose effroyable et une rencontre impromptue, un peu de joie dans l’horreur. L’homme est frappé par la terrible maladie d’Alzheimer, j’ai été d’autant plus touché qu’il nous parle directement, nous explique ce qu’il ressent, et parfois le dessin devenait tout noir comme lui qui perdait tous ses repères. Là encore, le système est loin d’aider assez. Les post it aident bien à s’y retrouver, mais imaginez l’horreur pour sa femme, et fatalement plus la maladie avance pire c’est.

Pour finir, on a le droit à quelques belles pages couleurs : au tout début, avec l’oiseau bleu et à nouveau quand on débute les feuilles mortes.
Tout retournera à la poussière.

Le graphisme est bien et correspond à son genre.

 

J’ai hâte un jour d’enfin lire le chien gardien d’étoiles, un autre oeuvre du mangaka.

Lecture Time : Bride Stories Tome 7

Fiche manga MN

Un excellent tome, on n’a pas vu Amir, mais on la reverra sans doute la prochaine fois.
On continue le voyage avec Smith qui continue à découvrir leur mode de fonctionnement aussi.
Et on fait connaissance avec la sublime femme de la couverture, Anis, qui a quelque part de la chance, de l’argent, une belle maison, un bon mari qui en plus ne la garde qu’elle (ils ont le droit à 4 femmes), son mari est très gentil, se soucie d’elle, la respecte, et est poétique.
Mais dans sa jolie cage dorée, à ne pas sortir, à ne voir personne à part la dame qui la sert, les invités n’ont pas le droit de la voir, ses jolies ailes ne savent plus voler, alors sur conseil elle va découvrir le hamam, le bain public, elles sont toutes habillées de manière particulière en y allant, après elles sont entre femmes, du coup vu qu’on a pas mal de scènes du bain, on a pas mal de nudité.
Son mari a un peu peur de la laisser y aller, sans doute à cause du cancan de ses dames, elles l’accueillent gentiment mais avec plein de questions aussi.
Et elle va découvrir qu’elle peut avoir une soeur conjointe. Ce que cela implique, comment demander, qu’il y a toute une cérémonie. Elle est tout de suite attirée par Shirin, qui a eu moins de « chance » qu’elle. Leur rencontre est belle, poétique, de belles discussions, une jolie façon de se donner rendez vous, Anis fera un geste incroyablement généreux aussi dont on se doute vu la tournure.
Les dessins sont de toute beauté.

Dans ce tome, je me suis aussi amusée, car en fait je regarde la couverture, puis j’ouvre, la 1ère page et à côté puis pareil derrière et j’enlève la couverture et regarde et je vois un mr chat filou se balader un peu partout, et ensuite je le retrouve dans l’histoire huhu

+ Histoire bonus sympa et romantique :p

Une série que je recommande ❤ ❤ ❤
Le plus dur sera d’attendre le suivant.

IMG_7566 IMG_7567 IMG_7568 IMG_7571 IMG_7582