Manga : Komi cherche ses mots Tomes 1 & 2

Chez Pika
De Tomohito Oda
En cours au Japon avec 26 tomes
Pas disponible en numérique

Résumé : 
Dès la rentrée, Komi ne passe pas inaperçue : la beauté si singulière de cette fille et son élégance délicate en font une véritable déesse vénérée de tous ses camarades. Mais en réalité, son mutisme n’a rien de raffiné pour elle : en proie à une terrible anxiété sociale, Komi tente en vain de briser le mur du silence et de communiquer avec les autres… Tadano, son voisin de classe on ne peut plus ordinaire, découvrira son secret et décidera de l’aider dans ses incommensurables efforts pour s’ouvrir aux autres afin de réaliser son rêve : avoir cent amis !

Me sentant proche de Komi, et étant touchée par elle, il m’a fallu la soutenir. (après avoir hésité longtemps et me sentant abandonnée en tant que chroniqueuse par Pika)

Une autre alternative ou pour compléter la découverte : chronique de l’anime

Tome 1

Komi est une très belle jeune femme, très attachante, toute gentille, pleine de bonnes volontés, ces expressions sont superbement capturés tout comme tout ce qui la trouble, les difficultés rencontrées.
Elle apparaît aux yeux des autres telle une déesse inatteignable, seulement ils se font des idées. Elle est atteinte de trouble de la communication, d’anxiété sociale et n’arrive pas à communiquer avec eux.
Les mots restent coincés dans la gorge et ne veulent pas sortir, les camarades comme les professeurs se trompent totalement. Et comme, elle a la « chance » d’être très belle, de bien présenter, d’avoir une très belle stature, ça passe, sinon on aurait risqué le harcèlement scolaire.
Tadano va être le seul et le premier à voir au-delà. La première fois qu’il discute avec Komi, il s’y trompe. Elle devient sa voisine de classe. Et un jour, tous les deux seuls dans la classe, il comprend.
Komi va réussir à lui sortir tout ce qu’elle a sur le cœur, ou plutôt écrire sur le tableau. C’est un peu plus facile d’écrire qu’à l’oral, sans que cela suffise forcément à chaque fois.
C’est un très beau moment, lisez bien le tableau noir, qui nous rappelle les soucis de communication que nous pouvons tous avoir, ainsi que de se comprendre de travers.
Komi lui expose son rêve d’avoir 100 amis, dit comme ça c’est un peu fou mais elle doit réussir à communiquer avec les gens pour vivre des choses comme les autres et le bien de son futur.
Tadano veut bien non seulement l’aider mais aussi être le premier. Pourtant, par moment, il oublie cela, comme s’il se trouvait indigne d’elle, mais du coup lui fait de la peine.
Par contre, ils sont dans un lycée très spécial, où les personnalités sont au-dessus du reste, ainsi ils sont tous assez barrés, excentriques et à l’extrême, c’est le point qui me pose souci personnellement.
Mais comme je ne me fais pas d’illusion et vu le sujet, je me doute que le succès est surtout dû à cela, qui nous peut nous faire déclencher des barres de rire. Si les lecteurs pouvaient apprendre et faire attention à certains points au passage, et comprendre mieux Komi, ce serait totalement bénéfique.
Yamai qui adule Komi est celle que personnellement je ne peux pas supporter, pour moi elle va trop loin et c’est inacceptable.
Najimi est la personne aux antipodes de Komi, qui va facilement vers les autres, noue facilement des relations, il parle avec aisance avec presque tout le monde. Najimi est entre manipulateur et bonnes intentions. Sa première réponse est étonnante, et nous la comprenons mieux par la suite. Najimi n’hésite pas à mêler Komi, posé des tonnes de questions (bien trop), y aller franco, seulement attention les électrochocs ça passe ou ça casse, cela pourrait même faire tout le contraire. Il est aussi possible que ce soit pareil niveau lecteur ça va passer ou casser.
La suivante Himoko Agari, c’est mignon et intéressant quelque part qu’on en vient à ce que cela soit la suivante, a eu du mal à se présenter, a du mal à parler avec les autres, admire Komi, et plus quelconque physiquement (elle ne s’est pas faite), a le trac, tremble en écrivant au tableau, etc. Une bonne candidate ? En effet, mais les débuts sont remplis de malentendus. C’est assez intéressant de voir l’influence de Komi sur elle. Le point gênant à part de l’idolâtrer, c’est qu’elle se trouve uniquement digne d’être son petit chien. C’est hyper gênant et malsain, heureusement que Komi n’abuse pas des gens.
Les difficultés de Komi sont superbement représentés. Si Tadano veut l’aider, il rencontre un problème de poids, les autres ne l’apprécient pas, pire lui en veulent d’être à côté de leur déesse en classe et d’oser s’adresser à elle. Il aurait pu fuir, mais il tient bon.
Pour une fois l’édition papier est plutôt qualitative : papier blanc, papier de bonne épaisseur. Ouf.
Pour Komi

Citation
« Au téléphone, elle arrive à parler un peu sûrement parce qu’elle ne voit pas la personne. »
« Comment se manifeste l’anxiété sociale ? Elle peut empêcher quelqu’un d’adresser la parole à autrui, de l’approcher, ou même provoquer une certaine détresse verbale conduisant ces personnes extrêmement timides à chercher les bons mots indéfiniment. Néanmoins, s’il ne fallait retenir qu’une chose c’est que cette timidité maladive reste toujours l’expression d’une difficulté à nouer des relations et en aucun cas la preuve que les personnes concernées ne souhaitent pas se lier aux autres. »

Tome 2

Le tome rappelle comme le fait l’anime ce qu’est l’anxiété sociale, ce qui est bien c’est très bien abordé, qu’on n’en minimise ni les conséquences ni la résolution.
Cela ne se fait pas d’un coup de baguette magique mais progressivement.
Ce qui est moins bien et une question de point de vue, c’est l’humour, l’excentricité des élèves, et surtout les chapitres avec Yamai qui sont une horreur et insupportable, c’était déjà le cas dans l’anime.

Komi continue à avancer et c’est touchant, attention à ne pas trop la brusquer. Ainsi elle connaît enfin les discussions et sorties entre amis. Elle va même en inviter deux chez elle, bon elle est un peu poussée par Najimi, sans gêne, mais c’est l’occasion pour nous de voir sa maison, sa chambre, de commencer à découvrir sa famille <3, qui fait partie des points forts du titre.

Au tout départ, c’est visite médicale, prise de mesure et sport. Notre Komi assure là dedans aussi, cela renforce son image de déesse.
Nous faisons alors la connaissance de Makeru Yadano se considérant comme la rivale de Komi qui ne l’a jamais vu ni d’Eve ni d’Adam.

Le tome est aussi l’occasion de voir que Tadano, d’ailleurs si vous avez fait attention c’était légèrement abordé dans le tome 1 et ça lui a posé souci pour aller vers Najimi, se comportait différemment dans son passé, avant un certain évènement.
La dernière personne que nous rencontrons est Nanaka qui semble tout droit sortie d’un autre monde, avec des scénarios plein la tête.

Komi arrive parfois à se faire comprendre par certains sans parler. Dans ce tome, ils vont de plus en plus se dire bonjour le matin, un premier pas. C’est si touchant.

A lire ou regarder pour et surtout pour Komi ❤ (et Tadano).

Au niveau du graphisme, je n’ai pas finalement pas de souci, je le craignais plus à la lecture de l’extrait.
En perso, ça ne me fait pas vraiment rire. Si un jour on pourrait en avoir un sans la partie censé être drôle et excentrique, ce serait sans doute très fort.

Citation :
« Tout autour de nous, certaines personnes ont du mal à s’ouvrir aux autres. Elles regardent toujours leurs pieds. Les mots ne sortent pas comme elles le voudraient. D’autres apprécient tout simplement la solitude. Tout ceci est la manifestation de ce qui s’appelle l’anxiété sociale. »

En bref, si vous avez l’occasion regardez 3-4 épisodes de l’anime ou lisez ces deux premiers tomes, et voyez comment vous vous sentez par rapport au titre, et si c’est bon ou non pour vous, à lire au moins une fois, plus de fois, ou 0 fois.

J’encourage sa découverte pour Komi, l’anxiété sociale et la pertinence de son traitement, Tadano, la famille de Komi, la diversité des personnalités.
Je vous met en garde sur le côté personnalités trop excentriques, un côté gag manga qui passe ou qui casse, et l’insupportable Yamai Ren. 
Mais on se prend de plus en plus dedans et surtout Komi ❤ ❤ ❤

Mini avis Ly’s week 
Komi cherche ses mots Tomes 1 & 2 : Bonne lecture. Coup de coeur Komi <3. On y aborde l’anxiété sociale, les troubles de la communication de fort belle manière, il y a plein de choses intéressantes, mais le côté excessivement décalé et l’insupportable Yamai Ren font que la série baisse pour moi par rapport à ce qu’elle aurait pu être, alors que je ne me fais pas d’illusion cela permet sans doute de toucher un public plus large. Heureusement que si les autres c’est aussi douteux par moment, ce n’est pas aussi insupportable que Yamai et qu’il y a Komi et Tadano, et par la suite la famille de Komi <3.

Voici un thread pour découvrir un peu 😉

Il vous tente ? En anime ? En manga ? Les deux ?
Vous connaissez des œuvres ayant traité de l’anxiété sociale avec une certaine pertinence et pas le fait de la sous estimer, mésestimer et croire qu’on peut résoudre cela avec un petit coup de baguette magique ?

6 commentaires sur « Manga : Komi cherche ses mots Tomes 1 & 2 »

  1. J’ai été charmé comme toi par ces premiers tomes. Je trouve que le mangaka a très intelligemment dépeint la question de l’anxiété sociale, par le biais de Komi et de la façon dont il la met en scène.

    Une série à la fois drôle et touchante, sur un sujet important.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s