Cinéma Time : Justice League

Résumé :
Après avoir retrouvé foi en l’humanité, Bruce Wayne, inspiré par l’altruisme de Superman, sollicite l’aide de sa nouvelle alliée, Diana Prince, pour affronter un ennemi plus redoutable que jamais. Ensemble, Batman et Wonder Woman ne tardent pas à recruter une équipe de méta-humains pour faire face à cette menace inédite. Pourtant, malgré la force que représente cette ligue de héros sans précédent – Batman, Wonder Woman, Aquaman, Cyborg et The Flash –, il est peut-être déjà trop tard pour sauver la planète d’une attaque apocalyptique…(Source : Allociné)

DC Universe

Je rappelle que je n’ai aucune connaissance sur l’univers des Comics, pas par manque d’intérêt mais plus d’opportunités. Comme certains ami(e)s et connaissance(s), généralement j’y vais. J’y suis allée à l’aveugle à part l’affiche sur laquelle je ne me suis pas trop attardée, ni bande annonce, ni résumé. Ce sont les super-héros, des gens que je « connais » depuis longtemps par l’univers, les dessins animés de l’enfance, par les séries etc., que je connais plus ou moins. Je savais juste qu’il y aurait Wonderwoman et Batman, pire encore (j’ai une très mauvaise mémoire (même sur ce qui m’intéresse)), je ne me rappelais plus d’un détail d’importance (la mort de quelqu’un).

Mon avis/mes impressions :
Le film a rempli sa fonction de divertissement, j’ai été contente de revoir tout le monde et découvrir de nouvelles personnes, et revoir un gars que j’aime bien d’une série. J’ai passé un très bon moment en leur compagnie. C’est resté sérieux, avec des pointes d’humour bien dosés, la difficulté autant de s’associer à d’autres que de s’accepter soi-même pour certains, certaines histoires expliquées à grande vitesse, mais on a la base. On n’a pas mal de choses autour et tout le monde a le droit à son temps d’antenne. Ils ont tous quelque chose de spécial, bien à eux, en s’unissant il va falloir empêcher la fin du monde !
Mention spéciale à Diana Prince alias Wonderwoman, qui a beaucoup de classe, d’élégance, une bonne morale. Elle est un plaisir à retrouver <3. J’ai adoré sa première apparition.
La musique fait également très bien sa partie du travail.

Juste un peu après le début de la fin du générique, petite scène bonus rigolote. Il y en a une autre à la fin du générique.

Et vous avez-vous rejoint la ligue ?

Bruce Wayne alias Batman sent que quelque chose ne va pas, il rappelle donc Diana. Il aimerait former un groupe, celui qui deviendra la ligue des justiciers avec son aide. Il ne va pas se faire entendre si facilement que cela. Bruce a la particularité de ne pas avoir vraiment de super-pouvoirs mais l’argent et le pouvoir.
Bien qu’il reste quand même la grande question d’en général comment ils font avec une vie, un travail à côté ? et la fatigue ?

L’ennemi va s’éveiller, s’il réunit 3 boîtes dispersés, ce sera la fin ! Dispersés entre les peuples. Ce qui nous donne l’occasion de faire de jolies balades, et d’avoir de très jolis plans.

D’ailleurs, ils vont tenter un plan des plus fous, sans être certain de la réussite et de pouvoir vraiment le faire revenir !

Le film se boucle bien, on a action, réflexion, bonne musique, beaux moments tout comme des difficiles. C’est le début de la ligue des justiciers (ça me rappelle la table ronde de Camelot).

Si vous ne voulez pas en savoir plus, stop ^^

Qui rejoint la ligue ?

Batman qui est le précurseur, il se bat contre un des sbires et sent que quelque chose ne va pas. Il ne se remet pas de la mort de Superman et culpabilise.
Wonderwoman assez rapidement, en plus elle voit le message de son peuple et peut confirmer les craintes de Batman.
Aquaman, assez difficilement, mais comme son peuple y est mêlé, ils détenaient une des boîtes, il le faut. Il ne se sent pas vraiment à sa place ni sur terre ni sur mer, un loup solitaire.
Victor Stone (Cyborg), pour le sauver son père a fait de lui ce qu’il est, chaque jour il se découvre de nouvelles compétences et il peine à s’accepter. La ligue peut-elle l’y aider, lui donner un but ?
Et enfin Barry Allen alias The Flash, un jeune homme touché par la foudre qui a acquis une grande vitesse. Ici, il est encore jeune, sans emploi, et se retrouve parfois obliger de voler pour survivre. Heureusement, ils en ont fait quelqu’un de moins horrible à supporter que Spiderman, moins dénaturé. Il a peur ce qui peut se comprendre et quelques autres petites choses. Mais on dirait qu’ils ont un peu de mal avec les jeunes de manière général vu l’image qu’il en ressort.

Diana est la seule à d’interroger sur le droit d’envoyer les gens au combat, de les mettre en danger de mort. Prendre la tête n’est pas pour elle a priori, et si au fond c’était tout le contraire.

Contre quoi combattent-ils ?

Ils doivent empêcher les 3 boîtes d’être réunis. Une a été confiée aux amazones, l’autre aux Atlantes (le peuple d’Aquaman) et la dernière aux humains. Jadis, ils avaient lutté tous ensemble.

Comment ?

Bruce a l’argent, Victor et Barry des accidentés.
Est-ce que eux sont suffisant contre une telle menace ?
En apprenant à connaître les boîtes, ils mettent en place un projet fou, tenter de ressusciter Superman, qui lui a une grande force, un alien, vient d’ailleurs.
D’ailleurs on voit aussi Lois et la mère de Clark, les situations difficiles, l’incidence que ça a eu sur leur vie, leur moral.

Et l’incarnation des personnages alors ?

J’ai du mal avec celle de Batman.
Superman et Wonderwoman j’apprécie beaucoup.
The Flash, ça me fait bizarre, mais ça était.
Je ne connais pas assez Cyborg et Aquaman.
Aquaman n’est pas facile à approcher, par contre j’ai adoré le passage dans son peuple (avec les tenues)
De manière générale, ceux que je connais, j’ai croisé en live ailleurs, c’est un peu bizarre de changer de visage.

Bonus/Scènes supplémentaires :

Si jamais vous vous êtes faits avoir, je vous les donne :
1/Flash et Superman sur le point de faire un concours de vitesse XD
2/ « Tu es dans la prison où y a normalement Lex Luthor, mais il s’est échappé, tu le retrouves sur son yacht, et il y a Deathstroke (slade wilson, vu dans green arrow) qui monte à bord, et ils parlent de monter une ligue de super-vilain » (merci à mon amie)

Publicités

Lecture Time : Wonder Woman Warbringer

Dans le cycle des super héroïnes, je demande Wonder Woman, Diana, la princesse des amazones, aussi belle que forte, courageuse, mais également intelligente et avec le sens de la justice.

Couverture Wonder Woman : Warbringer

Résumé :
Un jour, elle sera la plus grande superhéroïne de tous les temps : Wonder Woman. Mais elle n’est encore que Diana, 17 ans, princesse des Amazones. Quand un bateau explose au large de son île, Diana porte secours à la jeune Alia, bravant ainsi l’interdiction faite aux Amazones d’accueillir des humains parmi elles. Et Diana pourrait le payer d’autant plus cher qu’Alia est une Warbringer : descendante d’Hélène de Troie, elle fait souffler partout un vent de discorde. Ensemble, de New York à la Grèce, les deux jeunes filles vont pourtant tenter de contrer la malédiction qui pèse sur Alia.

Edité par Bayard
Ecrit par Leigh Bardugo
Leigh Bardugo est aussi connue pour ses livres : Six of Crows et Grisha. Je n’en ai encore lu aucun, même si l’envie elle existe. C’est donc ma première rencontre avec l’auteure qui fut belle. J’ai aimé sa plume, son style.

Disponible en papier au prix de 16.90€
Disponible en numérique au prix de 10.99€

Wonder woman me faisait envie dès sa sortie, dès que je l’ai croisé. J’ai pu l’avoir entre mes mains (ceci est une autre histoire, si vous me suivez sur les réseaux sociaux vous savez, et j’en parlerai plus tard normalement, pour me consacrer seulement au livre ici)

Je pense que je peux aisément comprendre de circuler entre moyen, bon et très bon pour les gens. Malgré des petits détails, je ne lui ai pas fait perdre de point et c’est facilement bon/très bon pour moi.

Couverture :
Elle est très agréable au toucher. Le W symbole de Wonder woman se retrouve dans tous les débuts de chapitre.
On sent au toucher des choses (par ex ce qu’elle a sur le front)
En arrière plan, on voit comme la mer et des rochers, et que ça commence à gronder, ses cheveux ont l’air de flotter au vent, et elle a l’air très décidée. On ne voit pas un élément de son armure qui doit être caché par le W.

Mon avis/Mes impressions :
La découverte de la plume de l’auteur et de son style, ça était beaucoup de plaisir. Comme elle (cf. ses remerciements et explications) Wonder Woman alias Diana Prince a une place particulière dans mon coeur. Une femme qui peut défier les hommes, être plus forte qu’eux, qui allie beauté, force mais aussi intelligence, courage, et sens de la justice ! En tout cas, son image n’est pas trahie et reste intact à mes yeux, on retrouve des petites choses qu’on connaît sur elle et on découvre une belle histoire inédite. On en apprend plus sur les Amazones (ça c’est super). On passe du temps à différents endroits, on rencontre plein de gens, et on a de la mythologie. On a beaucoup de choses intéressantes et apparemment l’auteure a fait pas mal de recherches et pas mal discutés avec des connaisseurs sur chaque sujet.
Ici, nous rencontrons des femmes fortes et courageuses, mais aussi la science, mais également de la mythologie ! Et nous avons des phrases exquises. Car comme le dit un des personnages on vit (oui toujours aujourd’hui) dans une société patriarcale, où l’homme prédomine, et où la femme doit se battre 2 fois plus pour être vue et reconnue. Ici, c’est aussi l’histoire de l’émancipation de Diana et d’Alia.

Diana et Alia sont 2 jeunes femmes qui rien ne prédestinaient à se rencontrer. L’air de rien elles ont certaines choses en commun, Diana le reconnaîtra d’ailleurs, elle y pensera d’elle-même. Toutes les 2 tentent de se faire leur place.
Nous commençons en pleine course. Diana a parfois bien du mal à être reconnue par ses soeurs, ou se fait taquiner, car il y a quelque chose qu’elle n’a pas vécu elle-même et qu’elle est la fille de la reine Hyppolita !
Les règles de l’île sont importantes, voire exigeantes. Normalement, elle n’aurait jamais dû aider Alia, elle ne lui devait rien, mais à la voir ainsi, et sachant qu’elle peut tendre la main, comment pourrait-elle laisser quelqu’un mourir ainsi devant ses yeux ?
Diana se questionne souvent et n’hésite pas à se remettre en question ou ce qu’elle sait.
Seulement Alia n’est pas n’importe qui (à plus d’un titre), elle est une Warbringer, mais inconsciente du danger qu’elle représente et de ce qui pourrait se produire à cause d’elle. Diana voit au-delà, elle voit une jeune fille à sauver. Diana risquera tout et plus encore pour une parfaite inconnue et la justice.

La quête va être difficile, sans certitude d’y arriver à temps, sans certitude que Diana ait encore un endroit où rentré, les entraîner dans plein d’endroits, sans certitude que ce soit le bon, sans savoir vraiment à qui se fier.
C’est assez génial et intéressant de voir Alia sur l’île, dans le monde de Diana et d’en découvrir plus sur les Amazones et Themyscira, et ensuite c’est Diana qui va découvrir New York. Ainsi on a des regards totalement neutres, et vierges sur chacun des 2 mondes.
Diana va en épater plus d’un sur la terre avec sa force, mais elle n’a pas que cela pour elle, des choses qu’on connaît niveau matériel (il suffit de voir la couverture), mais également de l’intelligence, de bonnes réparties, une femme qui réfléchit par elle-même et qui tente d’être juste.
Sur la terre, nous rencontrons également 3 proches d’Alia, haut en couleur, intéressant, de caractères différents.

Pour moi, ça était une très bonne lecture, très riche, avec des rebondissements, des choses qui se lient, des découvertes, de belles réparties, de belles réflexions.
J’avais très envie voire l’impression de voir un beau film se dérouler sous mes yeux.

Il y a juste certaines choses où je me suis dit c’est un peu facile ^^ voire no kidding me. Mais bon, ça offrait une perspective intéressante aussi.
Pour l’autre point, c’est triste mais ça se comprend. *chut*

Il y a une très belle part faite à la mythologie. Si jamais vous vous y intéressez, ça peut être un très bon argument pour que vous vous lanciez 😉

Je vous laisse maintenant vous, vous plongez dans cette belle histoire.

Cinéma Time : Wonder Woman (2017)

Résumé :
Avant d’être Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.(Source : Allociné)

Fiche du film SB

J’essaye d’être assez patiente mais voilà un film que j’attendais avec grande impatience, de pied ferme.
Je rappelle que je n’ai jamais lu les comics, simple manque d’opportunité.

J’ai vérifié, c’est long et heureusement que j’adore la bande son, il n’y a pas de scènes bonus. Aucune. Vous pouvez quitter la salle ^^’

Mon avis/mes impressions :
Diana Prince alias Wonder Woman a grandi loin des Hommes, elle en a gardé une fraîcheur, une innocence, elle a tout à découvrir.
Elle essaye d’être juste, elle est vite révoltée par certaines choses qu’elle voit. Elle est capable de déployer une force énorme. C’est une femme qui mérite d’être connue.
J’ai adoré le film, la mentalité de la miss, la bande son, l’action, l’humour.
Mais oui, on retrouve toujours un peu les mêmes choses, mais Diana souffle un air nouveau, de liberté, et découvre le monde des Hommes dans une bien sombre période. Elle s’imagine qu’il suffit d’abattre le grand méchant loup, pour que l’Homme redevient bon. Si seulement c’était vrai.
J’ai découvert son Histoire avec grand plaisir, et maintenant elle va se consacrer comme les autres super héros à rendre le monde des Hommes meilleur.

Au tout début, Diana semble s’être intégré au monde des Hommes, y vivre sa vie. Elle regarde une photo, et on va découvrir son Histoire.
On découvre alors la jeune Diana, tout le monde semble gentil et prévenant à son égard, elle est espiègle, rusée, elle en veut. Elle est la fille de la reine des Amazones, mais aussi la seule enfant de cette île paradisiaque. Mais comment ils fonctionnent ? On n’en sait pas vraiment grand chose, sauf que sa mère tente de la protéger, ne veut pas qu’elle participe aux entraînements et protège le secret de sa naissance et qu’il n’y a que des femmes sur cette île. On comprend aussi plus tard que Diana passait du temps le nez dans des livres ;).
Evidemment Diana ne l’entend pas de cette oreille, et s’entraîne comme toutes les autres Amazones. Quand sa mère comprend qu’elle n’y peut rien, elle exige qu’elle soit entraîner plus durement que toutes les autres. Diana a une force insoupçonnée en elle.

La vie s’écoule donc paisiblement sur cette île qui est de toute beauté. Mais un jour, tout change. La rencontre avec ce pilote blessé américain lui ouvre les yeux sur autre chose. De plus, leur île est brièvement en danger et des pertes sont essuyées.
Sa mère la reine tente encore une fois de la protéger, mais la laissera également tracer sa route, mais sans lui révéler toute la vérité avant son départ, et en la mettant en garde que si elle part, cela risque d’être pour toujours.
Diana et Steve apprennent à se connaître, elle découvre de nouvelles choses avec lui, entre autre ce petit instrument montre qui nous donne l’heure et assujettis le temps, nous dit quand manger, dormir, travailler, etc. C’est fou non quelque part ?!
Elle apporte un regard neuf sur toutes ces choses qu’elle ne connaît pas, ne comprend pas, ou a simplement lu dans les livres.
Ainsi ils partent ensemble, à la rencontre de la Guerre, Diana lui demande de l’emmener là bas, elle va tuer Arès et les humains seront sauvés et redeviendront bons.

Diana déchante vite en voyant Londres si moche, brumeux, noir, en voyant toute cette diplomatie. Elle acquiert donc le surnom, l’identité de Diana Prince, quand elle allait dire qui elle était XD.
Les gens sont fatigués, blessés, c’est dur d’y croire encore. Mais Diana ose tout, autant devant des machos diplomates, que sur le front. Elle apporte de l’espoir, un vent de liberté.
Diana est armée d’un lasso magique (pour attraper des gens, et aussi un très bon serum de vérité), d’un bouclier et d’une épée. Elle aime être libre de ses mouvements, et a de très bonnes protections bien utiles aux poignets.

Steve a dérobé un carnet à une horrible scientifique allemande, indigne d’une scientifique. Tellement horrible de se servir des sciences ainsi.

Diana va voir sa vie bouleversée à jamais, apprendre la vérité, faire la part des choses, tenter de mettre fin à la guerre, et assumer le combat que seule elle qui a plus de pouvoir que les Hommes peut mener, son combat à elle. Elle va aussi apprendre à connaître le monde des Hommes, autant sa beauté que sa laideur, et qu’ils peuvent basculer du côté obscur.

On a un joli clin d’oeil vers la fin à un autre super héro.

Jolie réflexion de Steve sur ce qu’est être un héro aussi.