Cinéma Time : Point films

Le petit Nicolas
Les vacances du petit Nicolas

M6 a eu la bonne idée 2 mardi soir à une semaine près de nous plonger dans les aventures du petit Nicolas. Ce petit a quelque chose d’attachant. Il est de classe moyenne : ses parents ne sont ni vraiment pauvre ni vraiment riche.
Cette saga est désopilante, on rigole bien et on passe vraiment de bons avec eux. Les enfants peuvent avoir une de ces imaginations débordantes o_O.
Quand il est avec ces potes, c’est encore plus de bêtises par moment, plusieurs cerveaux qui réfléchissent mais pas forcément de la bonne façon XD.
Cela ne se passe pas dans nos années mais quelques temps avant (vers 1960).
Le premier film reste meilleur que le 2ème, mais on passe quand même de bons moments dans le 2ème aussi.
Et aussi ces chers enfants changent d’avis comme de chemise loool.
Dans le 1er film, un pote de Nicolas a eu un petit frère, il note certaines choses qui ont changé, et d’un coup Nicolas note les mêmes, s’inquiète, croit qu’il va être abandonné comme le petit poucet… Une imagination débordante et des discussions pas assez claires XD.
Dans le 2ème film, on dit un au revoir tonitruant à l’école, puis Nicolas part en vacances, là il va inventer des choses, croyant encore un drôle de truc, et faire la rencontre de plein de potes différents.
Les parents sont touchant à un moment donné ^^.
Alors, oui ça peut être exagéré, formaté, oui comme le petit Nicolas a grandi le temps de faire le 2ème film, c’est quelqu’un d’autre qui a pris sa place (et y avait un autre truc bizarre). Mais ce sont de bonnes détentes pour l’été à voir et revoir.

Diana 

affich_25458_2

Je l’ai pris comme un film à part et c’est intéressant de suivre une princesse alors qu’elle n’est plus une princesse. Malheureusement, j’ai trouvé qu’il lui manquait quelque chose.
Diana a la bonne idée de se servir de son pouvoir pour tenter de faire bouger les choses, s’investir dans des causes, mais elle ne cesse d’être traquée par des « pseudo-journalistes » à scandale, des paperazzis, parfois elle en joue, mais souvent elle est agacée de perdre son intimité. Autant ces combats ont à être connu, mais son intimité devrait lui appartenir. Elle tombe amoureuse d’un médecin étranger, qui est très attaché à sa carrière, même s’il tombe sous le charme de la femme, il a bien du mal avec l’image de Diana, et surtout de risquer d’être suivi comme cela, tout le temps. Diana tente de tenir le coup jusqu’à l’effondrement, l’épuisement. Jusqu’à ce qu’ironiquement le fait d’avoir été princesse, d’être connue la prive de quelque chose d’important pour elle.
Le film a de grosses lenteurs.
La dernière scène est poignante. C’est vraiment fou comme certains humains ont une aura qui attire les autres.

Jeu trouble / Come and Find Me

J’aime bien son titre en anglais : Viens et trouve moi. Vous n’en avez pas entendu parler ? Normal, il est sorti direct en VOD sans passer par la case cinéma, et ça se tient comme ça. Un thriller sympathique à voir une fois.
J’ai beaucoup aimé voir le couple construire sa vie par flashback, partager de tendres moments, parfois ils se disputaient aussi.
Un jour, Claire, sa future femme, sa fiancée, sa promise disparaît. David commence alors à chercher là où il ne faut pas. Mais qu’est-il arrivé à Claire ? Qui est-elle vraiment ? L’a-t-elle seulement aimée ? (et comment aurait-elle pu simuler à un tel point ?) Quelqu’un l’a enlevé ? Est-elle partie ? N’a-t-elle pas eu le choix ? POURQUOI ?
A première vue, lui semble avoir un métier stable, et elle semble plus dans l’émotionnel. C’est aussi sympathique de voir quelqu’un passionné par la photo, en faire en noir et blanc, dans un espace dédié pour les développer ..
Leur rencontre est inattendue, sympathique, et le début du film commence sur un drôle de jeu XD. Il y a des moments tendres, adorables, de vie tout simplement, et aussi la quête de la vérité.
Beaucoup aurait renoncé, mais David ne renonce pas, il veut retrouver Claire et enfin savoir la vérité (coup assez classique mais pas pour le commun des mortels XD).

Publicités

Cinéma Time : Wonder Woman (2017)

Résumé :
Avant d’être Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.(Source : Allociné)

Fiche du film SB

J’essaye d’être assez patiente mais voilà un film que j’attendais avec grande impatience, de pied ferme.
Je rappelle que je n’ai jamais lu les comics, simple manque d’opportunité.

J’ai vérifié, c’est long et heureusement que j’adore la bande son, il n’y a pas de scènes bonus. Aucune. Vous pouvez quitter la salle ^^’

Mon avis/mes impressions :
Diana Prince alias Wonder Woman a grandi loin des Hommes, elle en a gardé une fraîcheur, une innocence, elle a tout à découvrir.
Elle essaye d’être juste, elle est vite révoltée par certaines choses qu’elle voit. Elle est capable de déployer une force énorme. C’est une femme qui mérite d’être connue.
J’ai adoré le film, la mentalité de la miss, la bande son, l’action, l’humour.
Mais oui, on retrouve toujours un peu les mêmes choses, mais Diana souffle un air nouveau, de liberté, et découvre le monde des Hommes dans une bien sombre période. Elle s’imagine qu’il suffit d’abattre le grand méchant loup, pour que l’Homme redevient bon. Si seulement c’était vrai.
J’ai découvert son Histoire avec grand plaisir, et maintenant elle va se consacrer comme les autres super héros à rendre le monde des Hommes meilleur.

Au tout début, Diana semble s’être intégré au monde des Hommes, y vivre sa vie. Elle regarde une photo, et on va découvrir son Histoire.
On découvre alors la jeune Diana, tout le monde semble gentil et prévenant à son égard, elle est espiègle, rusée, elle en veut. Elle est la fille de la reine des Amazones, mais aussi la seule enfant de cette île paradisiaque. Mais comment ils fonctionnent ? On n’en sait pas vraiment grand chose, sauf que sa mère tente de la protéger, ne veut pas qu’elle participe aux entraînements et protège le secret de sa naissance et qu’il n’y a que des femmes sur cette île. On comprend aussi plus tard que Diana passait du temps le nez dans des livres ;).
Evidemment Diana ne l’entend pas de cette oreille, et s’entraîne comme toutes les autres Amazones. Quand sa mère comprend qu’elle n’y peut rien, elle exige qu’elle soit entraîner plus durement que toutes les autres. Diana a une force insoupçonnée en elle.

La vie s’écoule donc paisiblement sur cette île qui est de toute beauté. Mais un jour, tout change. La rencontre avec ce pilote blessé américain lui ouvre les yeux sur autre chose. De plus, leur île est brièvement en danger et des pertes sont essuyées.
Sa mère la reine tente encore une fois de la protéger, mais la laissera également tracer sa route, mais sans lui révéler toute la vérité avant son départ, et en la mettant en garde que si elle part, cela risque d’être pour toujours.
Diana et Steve apprennent à se connaître, elle découvre de nouvelles choses avec lui, entre autre ce petit instrument montre qui nous donne l’heure et assujettis le temps, nous dit quand manger, dormir, travailler, etc. C’est fou non quelque part ?!
Elle apporte un regard neuf sur toutes ces choses qu’elle ne connaît pas, ne comprend pas, ou a simplement lu dans les livres.
Ainsi ils partent ensemble, à la rencontre de la Guerre, Diana lui demande de l’emmener là bas, elle va tuer Arès et les humains seront sauvés et redeviendront bons.

Diana déchante vite en voyant Londres si moche, brumeux, noir, en voyant toute cette diplomatie. Elle acquiert donc le surnom, l’identité de Diana Prince, quand elle allait dire qui elle était XD.
Les gens sont fatigués, blessés, c’est dur d’y croire encore. Mais Diana ose tout, autant devant des machos diplomates, que sur le front. Elle apporte de l’espoir, un vent de liberté.
Diana est armée d’un lasso magique (pour attraper des gens, et aussi un très bon serum de vérité), d’un bouclier et d’une épée. Elle aime être libre de ses mouvements, et a de très bonnes protections bien utiles aux poignets.

Steve a dérobé un carnet à une horrible scientifique allemande, indigne d’une scientifique. Tellement horrible de se servir des sciences ainsi.

Diana va voir sa vie bouleversée à jamais, apprendre la vérité, faire la part des choses, tenter de mettre fin à la guerre, et assumer le combat que seule elle qui a plus de pouvoir que les Hommes peut mener, son combat à elle. Elle va aussi apprendre à connaître le monde des Hommes, autant sa beauté que sa laideur, et qu’ils peuvent basculer du côté obscur.

On a un joli clin d’oeil vers la fin à un autre super héro.

Jolie réflexion de Steve sur ce qu’est être un héro aussi.