Téléfilm Time : Un menteur presque sincère

Vendredi dernier on a tenté arte, avec eux c’est quitte ou double, au pire on aurait continué supergirl

Résultat de recherche d'images pour "Un menteur presque sincère"

Résultat de recherche d'images pour "Un menteur presque sincère"

Résumé :
Pour garantir l’harmonie au sein de son foyer, un père de famille s’embourbe dans le mensonge… Le scénariste et réalisateur suisse Micha Lewinsky offre à Devid Striesow un rôle sur mesure, celui d’un homme complexe et dépassé, à la bonhomie affligeante. Une fiction récompensée en 2016 par le Prix du cinéma suisse.

Pour l’instant ici

Mon avis/mes impressions :

A la base, je suis partie ainsi avec aucune information supplémentaire.
Le film est intéressant à voir, les choses et les questionnements y sont bien expliqués, on nous montre aussi combien un petit mensonge peut faire effet boule de neige et qu’on peut s’embourber totalement dedans.
Pourtant le gars n’est pas un mauvais type, il a quelque chose d’attachant, mais quelle spirale infernale !

Je vais quand même vous en dire plus, à moins que ça vous dise de le découvrir ainsi, du coup vous pouvez vous arrêtez là voire revenir plus tard XD

Notre gars est un homme d’âge mûr, il a une famille, marié et père d’une jeune adolescente. Tout n’est pas au beau fixe, il propose donc d’emmener sa famille en vacances se ressourcer, mais également d’emmener la fille de son patron et ami. Vu comment ils se parlent, il y a clairement de l’amitié entre eux ! C’était assez bizarre par moment.
Sa fille à lui ne le prend pas très bien, elle aurait préféré emmener une vraie amie comme elle dit.
Nos deux demoiselles vont à une fête, plutôt arrosée, la fille du père de famille revient en râlant et traite l’autre fille de pute, qu’en plus elle les a présenté. L’autre fille est introuvable, il la retrouve en larmes, effondrée, elle dit qu’il l’a violé. Vous voyez déjà la différence d’histoire ? Comme l’autre fille se méprend ?
Il est affolé, mais veut la soutenir au mieux, il dit que c’est grave, fait attention à elle, lui demande si elle veut porter plainte, si elle veut appeler son père. Au début, elle ne veut pas, puis elle va revenir dessus.
Il essaye de tout arranger, de communiquer avec les gens. Mais tout empire et échappe de plus en plus à son contrôle !
Il a bien essayé d’en parler, mais personne n’était réceptif. Il a tenté de parler au père du gars accusé qui a changé du tout au tout, car cela pourrait briser la vie d’un honnête jeune homme. Mais où est la vérité ? Quand on voit l’état d’effondrement de la jeune fille on voit bien que c’est grave. Il se méfie des répercussions.
La situation échappe totalement à son contrôle et de manière hallucinante.

C’est un des cas les plus compliqués après une fête arrosée, ou quand c’est votre mari (oui ça arrive aussi).
Après la fête, à cause de l’alcool, qu’on dit qu’il y a des signaux contradictoires, que tout le monde ne voit pas la même chose, ne comprend pas la même chose mais si une femme dit NON à un moment donné, même si elle a dit oui juste avant c’est NON.

J’en profite pour partager une vidéo qu’une collègue nous a fait suivre cette semaine, elle est vraiment bien faite et peut faire réfléchir les gens sur une chose importante le CONSENTEMENT.

 

Publicités

Manga Time : Arte tome 6

Manga - Manhwa - Arte Vol.6

Fiche

Mon avis/mes impressions :

Une nouvelle lecture magnifique et touchante, qui m’a de nouveau mise au bord des larmes (your name 2 m’a fait cet effet). Des magnifiques et l’occasion de mieux comprendre Caterina.

Arte sur cette couverture semble flotter dans sa robe.
J’ai toujours un peu de mal avec l’ancienne façon de faire des aristocrates, de ne pas d’occuper directement de leurs enfants, d’y penser comme un moyen d’arriver à certaines fins, de souhaiter un garçon à tout prix. Il y a quelque chose de vraiment abominable, tout comme le fait de marier une fille de 12 à 20 ans avec un vieux, souvent de 2 fois son âge.
Ici, on découvre la naissance de Caterina et comment elle a été confiée à une nourrice Bona, et envoyées à la campagne, pour son « bien », pour prendre l’air, pour avoir du bon lait. Sofia, la maman de Caterina a été alitée un moment, et a également dû se concentrer sur le fait de donner un fils à son mari, Marco.
Caterina a eu la grande chance d’avoir un oncle formidable, Youri, qui lui passe beaucoup de choses et lui permet d’expérimenter. Et surtout lui rend visite.
Bona est sa nourrice, elle avait plein de lait, un fils de 2 ans, un mari. Si j’ai bien suivi, elle a emmené son fils mais laissé son mari, dur aussi. Elle est très volontaire, très travailleuse et pleine d’énergie, à sa manière elle est épatante. Elle aime beaucoup Caterina, et a peur de lui laisser faire certaines choses, elle arrive aussi à ne pas oublier « sa place ». Caterina, Gimo (le fils de Bona) et Bona ont l’air de former une famille.
Caterina veut tester plein de choses, et fait des crises de pleurs dès qu’elle n’a pas gain de cause.
Un jour, alors que beaucoup de temps a passé et après une tragédie, elle est rappelée chez elle. On comprend bien que Caterina ne sent pas comme chez elle, qu’elle est déboussolée, d’où elle a adopté ce comportement.
Arte le comprend bien maintenant aussi et va tenter de lui faire comprendre qu’il faut l’accepter et avancer. Il va également n’en pouvant plus commettre une action dangereuse en disant ces quatre vérités à Marco, et à Sofia.
Caterina pourra-t-elle accepter son passé et enfin avancer dans sa vie ? Trouver sa place auprès de sa famille biologique ?

J’ai également adoré me promener à Murano, avec la verrerie *o*
Le dernier chapitre est consacré à Léo, qui a sa tête de tueur, et nous apporte un peu de fraîcheur, relâche la pression et nous fait rire.

Une pépite tant au niveau de l’histoire que du sublime graphisme. C’est toujours avec un extrême plaisir que je retrouve Arte.
Evidemment, une série que je conseille très chaudement.

Série Time : Berlin 56

C’est difficile de passer après une série qui donne la boule au ventre, met les nerfs à vif, vous percute : 13 reasons why.

Bref, aujourd’hui on se retrouve pour parler de 2 mini séries.

Tout d’abord :

Berlin 56

Ku'damm 56

Résumé :
Caterina Schöllack dirige une prestigieuse école de danse berlinoise. Sa plus grande préoccupation est de marier ses trois filles, Monika, Eva et Helga, à des gentlemen bien établis et de bonne famille, afin de conserver les traditions dans son école de danse “Galant”.
Toutefois, Monika vit difficilement son entrée dans l’âge adulte et son rôle en tant que femme à cette époque. Elle est en effet fascinée par un tout nouveau monde fait de coiffures banane, de vestes en cuir, de jupons et de rock and roll. (Source : Allociné)

Nombre d’épisodes 6.
La série faisait 6 épisodes lors de la diffusion sur Arte ou 3 (seriebox – 100 min) selon le découpage.

Merci Arte pour la découverte.
C’est une série allemande !

Cette série permet de revoir Maria EHRICH, l’héroïne des films de la trilogie des gemmes (rouge rubis etc.)

Mon avis/mes impressions :
C’est une série qui se passe dans l’après guerre seconde guerre mondiale. Le monde est en train de changer, malgré ceux qui veulent garder la tradition. La condition féminine est encore une véritable catastrophe, et certains sujets traités comme si ce n’était rien.
Les 3 premiers épisodes ont une certaine lenteur, c’est moins le cas dans les 3 derniers qui ont aussi vu un personnage très effacé évoluait, s’affirmait.
On a plutôt répondu aux questions en suspens, mais ce n’est pas non plus une fin réelle.

La mère des filles est très traditionnelle dans sa façon de voir les choses, dans son école de danse, avec ses filles. Elle a un côté très austère, voire carrément cruelle. J’ai été très partagée me posant des questions sur elle, elle les aime à sa manière, mais les brident. Elle-même sa vie de femme n’a pas toujours été facile. Mais où est donc leur père ?
Les femmes n’ont pas beaucoup de droits, très contrôlées par le mari, et leur mère cherche à tout prix à les marier avec le meilleur parti possible. Et les sentiments ?
Helga est la première à se marier avec un chic type en apparence, qui se découvre de drôles de penchant. Ce n’est pas ça le pire, mais sa façon de reporter sa frustration sur sa femme. La voilà comme dans une prison, bridée, et même pas satisfaite, loin d’être épanouie.
Eva aurait voulu faire des études, mais c’est interdit aux femmes, elle travaille néanmoins à l’hôpital comme infirmière, et sa mère voudrait bien qu’elle se marie avec un professeur, docteur.
Monika est timide, douce, complètement bridée par sa mère, mais douée en danse, elle est attirée par les danses modernes, qui révulsent sa mère. Elle vit une expérience traumatisante poussée par sa mère, un type révulsant qu parfois le sera moins, un type qu’on n’arrêtera pas de croiser. Monika finira par faire quelque chose, un travail, où elle se fait complètement marcher sur les pieds au départ. Avec une bonne rencontre, un bon ami, elle s’ouvrira au monde, y arrivera beaucoup mieux face aux autres, sortira de son cocon pour devenir un beau papillon. Peut-il être plus pour elle ? Ce ne sera pas toujours facile pour elle, mais elle nous entraînera avec son talent sur les pistes de danse.
D’ailleurs, ce ne sera pas toujours facile pour aucune d’elles.
Que vont devenir les filles ? Quels choix vont-elles faire ? Comment est la vie à cette époque en Allemagne ?
Vous n’avez plus qu’à regarder la série pour le découvrir

Manga Time : Nos amis les mangas

Mes dernières lectures mangas 🙂

Arte tome 5

Arte arrive à Venise, avec nous, et les premiers temps on s’en met plein les yeux. J’adore son innocence et son émerveillement face à tout ce qu’elle découvre.
J’ai tout d’abord été subjugué par le faste et la beauté de la ville, la demeure. Je me suis posée des questions sur Caterina : belle, mais pourquoi ces parents n’y voit rien ? Est elle méchante ? Pourrie et gâtée ? Pourquoi ? Au fond, c’est une chic fille ! Arte est elle aussi subjuguée, jusqu’à voir que les gens sont partout les mêmes et que le mieux c’est encore de rester elle même.
On comprend mieux ! Mais tout comme Arte je me questionne sur le bien fondé de tout ça. Finalement la mère n’était elle pas désireuse d’autres choses ? Ne se privent ils pas de belles découvertes, de saveurs, de certains sentiments, partages, liens … En agissant ainsi ?!
Arte fait également un joli point sur sa situation, ses choix avec avantages et inconvénients. Elle est lucide, elle est géniale, sincère et directe.

Roue Eclipse Tome 3 et fin

Afficher l'image d'origine

Quelle brillante et émouvante série. On résout pas mal de choses. En fait, ce que j’ai beaucoup apprécié c’est de tenir compte de tout le monde, de ne pas faire ce qu’on ne voudrait pas qu’on nous inflige !
Ils trouvent une idée, une ruse pour contourner une des règles, rien de très étonnant, somme toute c’est assez logique, mais non sans risque. Et comme si ça ne suffisait pas, le phénomène de la lune rouge risque de disparaître.
Alors oui ça devient compliqué de suivre tout le monde, et les bonus sont aussi intéressants que drôles. Cela reste également de très bons questionnements sur l’apparence, et que c’est à tout le monde de faire des efforts. Il est toujours aussi difficile d’en vouloir totalement à Zenko que de tout lui pardonner. Son nouveau corps lui a-t-il vraiment apporter tout ce qu’elle désire ?
Il en ressort quand même pas mal de positivité qui donne le sourire aux lèvres, et ça fait un bien fou !

Perfect World Tome 2

Afficher l'image d'origine

Sérieusement, ne me dites pas que ça se passe toujours comme ça ? On retombe dans des travers du shojo, heureusement ça n’empêche pas d’apprécier la lecture. Il y a toujours ces moments très poignants, ces petites choses toutes bêtes auxquels on ne pense pas de prime abord.
N’oublions pas qu’il n’a plus de sensation dans le bas de ses jambes, alors comment sentir quand on est blessé ?
On ne peut pas vraiment en vouloir, à cet homme de s’inquiéter, de culpabiliser d’avoir loupé son timing, aux parents de la fille de ne pas sauter de joie. Dans une société déjà dure, c’est un poids non négligeable, pas étonnant qu’il ait piqué de grosses crises à l’hôpital, plus voulu faire d’efforts. Heureusement, il avait du soutien et a pu voir que des choses restaient possibles. Ne soyez pas naïf, c’est vraiment dur, à assumer au quotidien, c’est pourquoi c’est difficile de totalement leur en vouloir, bien qu’une certaine femme m’a semblé très faux-cul, elle m’a bien énervé elle.
Ainsi, notre miss commence à voir d’autres choses : réaction de ses proches, ce qu’elle peut ou ne peut pas faire, ce qu’elle ignore de lui. Elle n’était pas lors du drame.
Préparez les mouchoirs T_T.

En scène tome 2 devrait apparaître dans la fiche avec le tome 1. C’était toujours aussi bien 🙂

 

Serie Time : Le Mystère Enfield

Afficher l'image d'origine

Résumé:
Eté 1977, Maurice Grosse, chercheur débutant dans le paranormal, enquête sur les événements étranges se déroulant dans une maison située à Enfield. Il est rejoint par la suite dans son travail par Guy Lyon Playfair, investigateur expérimenté qui aborde ce cas avec scepticisme.

Mon avis/mes impressions :
Une bonne série pour la période, totalement angoissante, prenante, effrayante. Une maison hantée.

Ce soir, le 27 octobre 2016, Arte a décidé de faire nous faire trembler, voire passer une mauvaise nuit XD. Une mini série qui va très bien avec la période d’Halloween et nous offre quelques frayeurs, on pourrait même se surprendre à sauter de son fauteuil.

La mini série est anglaise, elle fait 3 épisodes. Arte a assuré en ne cassant nullement l’ambiance et en nous mettant les 3 épisodes à la suite. Chaque fois que vous êtes à la fin de l’épisode et avez le fameux « à suivre », vous êtes bien content d’avoir la suite immédiatement.
La série est fort bien dans son ensemble !
D’entrée de jeu, on nous met un avertissement, oui prenez le au sérieux, si vous êtes seul(e) dans une vieille maison qui craque et/ou trop sensible, ne vous lancez pas dedans ou du moins pas seul(e). Vous voilà prévenu.
On nous dit que c’est inspiré de faits réels ! C’est « l’un des dossiers paranormaux les plus médiatisés d’Angleterre. »

Comme toujours, on peu douter, se demander où est la part de vérité. Et si c’est vrai, comment être cru et surtout comment s’en sortir ?
Les meubles qui bougent d’un coup mais comment ? Pourquoi ? Jusqu’où cela ira ? Comment faire si on n’arrive pas à avoir de preuves ?

On passe par plein de phases, à part les événements paranormaux on est très ancré dans le réel, on voit la vie de tous les jours se dérouler, c’est une modeste famille, on voit les problèmes qu’ils ont, la situation familiale. On en découvre aussi plus sur Maurice Grosse, et comment il en est arrivé à exercer ce « travail ». Comme beaucoup de fois, ce n’est pas pour rien, surtout qu’il s’implique énormément et s’attache à la jeune fille. On voit également le harcèlement, les problèmes que Janet a à l’école suite à l’article.

D’ailleurs, autant lui que Guy qui dit s’y connaître et met tout en doute, en question, vont rester vivre avec la famille. Pour être là, également installé des caméras …

L’angoisse est présente tout du long. Maurice et Janet sont très attachant, en voit de toutes les couleurs, et tissent un lien.

C’est bien réalisé, l’ambiance est angoissante, on se questionne, on tremble avec eux et on sursaute.

La série est disponible 7 jours sur le replay d’arte.

Lecture Time : Arte tome 4

arte-4-komikku_m

Fiche manga MN

Mon avis/mes impressions :
La belle Arte aussi forte que fragile, pleine de vie, d’énergie a enfin été acceptée par ses pairs. Et maintenant, ils sont plein de bonnes intentions, et l’encourage. Elle a prouvé sa valeur ! :s
Mais comme la vie est loin d’être un long fleuve tranquille, elle rencontre de nouveaux personnages avec leurs histoires et a de nouvelles décisions à prendre.
Bien sûr, à nouveau un tome réussi, une histoire riche et prenante, un très beau voyage, un sublime graphisme et une fille qui vous fait sourire. Sa belle énergie est communicative.
J’ai hâte de la retrouver, lire le suivant, où du coup la couverture m’a plus ou moins révélé son choix final :p, mais pas comment on en arrive là 😉

J’ai vraiment du mal avec ce qu’ils ont fait subir à Arte et qu’elle doive leur prouver sa valeur, avec au fond comment fonctionne la société. Tout comme ce que Léo a subit. C’est pas pour rien s’il est solitaire et froid après :s
Elle est jeune, a une certaine naïveté, plein de forces, et elle s’y plie.
Elle est aussi très ouverte aux autres, apprend d’eux, mais c’est aussi du coup son talon d’Achille si elle doit négocier, marchander.
Ses sentiments : son visage les trahit facilement.
Et pourtant, certaines phrases dite maladroitement, froidement pour la libérer, elle va aussi les comprendre de travers.

Dans ce tome, on rencontre de nouveaux personnages, un aristocrate, dont on ne sait pas totalement quoi penser, il offre une opportunité à Arte, et eu envie de faire appel à elle d’une curieuse façon.
Ainsi qu’une amie de Léo, pleine d’énergie, de fougue, mais qui cache sa situation réelle.
Des personnages haut en couleur, et la touchante histoire de cette femme.
Arte pourrait se voir offrir des opportunités, justement par sa naissance, d’être une aristocrate, du coup c’est un peu difficile à accepter pour elle.

On a aussi au milieu de tout cela, de simples événements tranche de vie, il faut bien assurer le fonctionnement de la maisonnée, et un dernier chapitre centré sur la vie d’Arte de tous les jours avec Léo.
On revoit aussi d’autres personnages, et une jeune femme va devoir se bouger, accepter quelque chose pour pouvoir continuer à bénéficier ce dont Arte lui faisait profiter.

Lecture Time : Arte tome 3

arte-3-komikku_m

Fiche manga MN

Mon avis/mes impressions:
Arte m’a une nouvelle fois grandement enthousiasmé et intéressé, on en apprend plus sur le métier d’artiste peintre et également le passé de Léo. Mademoiselle doit négocier et réaliser une fresque avec beaucoup d’autres artistes. On y voit aussi l’importance de la corporation. Quelques belles leçons de vie et de courage ❤

Toujours souriante et prête à travailler dure, Arte reste habillée comme une fille avec ses robes, mais elle fait son travail.
Notre jeune demoiselle apprend que peindre c’est bien, mais il faut aussi vendre ses œuvres, que des gens s’y intéressent, ainsi elle a la charge de négocier, revoir des frais, car il faut aussi payer le matériel.
Toujours prête à apprendre et se rendant compte qu’il lui manque quelque chose, elle prend des cours auprès de la courtisane Veronica, ce qui est une bonne idée. Se tenir droite et croire en soi, vous devez donner confiance en votre interlocuteur, poser des arguments est une bonne chose mais vous devez aussi à tout prix croire en vous !
C’est aussi l’occasion pour elle d’avoir quelques surprises sur le rapport qu’à son client à l’art et enfin d’en apprendre plus sur Léo, qui lui non plus n’a pas été épargné, a dû faire face à beaucoup de jugements.
Les attitudes peuvent être trompeuses, quelqu’un qui se soucie de vous, croit en vous et souhaite que vous progressiez va devoir vous apprendre des choses, vous corriger (pas forcément aimablement).
La Corporation est elle aussi intéressante, elle se soucie de l’unité et du bien être des gens en faisant parti, elle réfléchit à pas mal de choses et du coup Arte finit par les intriguer, surtout si elle risquerait de rompre l’harmonie.
L’union fait la force, travailler tous ensemble, suivre de nouvelles règles, voilà ce à quoi est confronté Arte et d’autres jeunes apprentis pour réaliser une fresque dans un délai assez court dans une belle salle d’apparat. Pour Arte il y a encore plus en jeu ! Que nenni, elle fait plein d’efforts dans sa tâche, elle travaille dure mais aussi elle sourit et tente de s’intégrer, en disant bonjour, en essayant de discuter, en se joignant aux jeux, et en ne se plaignant jamais que c’est trop dur. Bravo à elle.
La personne qui arrive à la fin nous intrigue et Arte l’intrigue lui. Oui, elle ne passe pas inaperçue.

 

Lecture Time : Arte tome 2

arte-2-komikku_m

Fiche MN

Toujours une jolie page couleur pour commencer.
Et des petites scénettes à part qui apportent un plus à l’histoire.

Mon avis/Mes impressions:
Quand une jeune femme bien née bouscule la société dans l’Italie du XVIème siècle en pleine Renaissance, n’accepte pas purement et simplement sa condition de femme. Une histoire riche et intéressante, plein de personnages, beaucoup de gens sont bousculés, énervés, embêtés, intrigués par ce petit bout de femme. Un graphisme sublime que ce soit sur les personnages ou les décors. Encore un succès pour Komikku ❤

Une autre petite merveille, tant par l’histoire que le graphisme, là aussi très beau et soigné autant sur les personnages que sur le décor.
Beaucoup de personnages, et la difficulté d’être une femme dans une société qui ne veut guère vous laissez votre chance.

Arte continue le portrait de Veronica, et la découvre mieux, et là ça a du mal à passer. Elle n’imaginait pas ce qu’impliquait d’être courtisane. Le fait de jouer avec les sentiments a du mal à passer. Je pense qu’on est nettement moins surpris qu’Arte qui vient de perdre un peu de sa naïveté.
Courtisane un jour, courtisane toujours ? Et quand on ne plaît plus ? Mais que faire d’autre ? Et si une jeune femme sa laisse prendre au piège de l’amour, cela peut très mal finir, je ne peux que repenser à Fantine aussi (les misérables).
Il y a beaucoup de problèmes de dot, de familles nombreuses. Angelo est gentil, mais on lui a appris que la femme était une faible chose qu’il fallait défendre :s, et du coup il est trop condescendant.
Dacia accepte sa vie, elle comprend qu’elle ne peut y rien faire d’être née pauvre, et se donne du mal au travail, oui mais voilà comme elle est née femme, on l’abuse : on lui donne moins de commandes gratifiantes. A un moment, il ne faut guère s’étonner que cela explose.
Arte dérange et détonne dans ce petit monde, et fait bouger les choses. Elle veut y arriver, mais par elle même et fait de gros efforts, y compris physique. Car pour se débarrasser d’elle, on peut céder, mais on va lui donner quelque chose à faire qu’on pense qu’elle n’arrivera pas et se découragera.
Le commerce implique de sourire en toute circonstance, oui monsieur, oui madame, le client est roi. Que faire quand ils sont méchants ? encombrants ?
Qu’on nous fait une proposition où on ne peut rentrer dans ses frais ? La force du travail, ok, mais faut il aussi pouvoir en vivre !

Tome 3 prévu pour le 11 février 2016.

Lecture Time : Arte Tome 1

—————
Fiche Arte MN avec preview dispo
RÉSUMÉ
Florence, début du 16e siècle.
Dans ce berceau de la Renaissance, qui vit l’art s’épanouir dans toute sa splendeur, une jeune aristocrate prénommée Arte rêve de devenir artiste peintre et aspire à entrer en apprentissage dans un des nombreux ateliers de la ville…
Hélas ! Cette époque de foisonnement culturel était aussi celle de la misogynie, et il n’était pas concevable qu’une jeune femme ambitionne de vivre de son art et de son travail. Les nombreux obstacles qui se dresseront sur le chemin d’Arte auront-ils raison de la folle énergie de cette aristo qui cherche son indépendance ?
——————–

Komikku a à nouveau su me transporter et me sortir conquise de ce titre.
Ce titre intéressant sur sa période : Italie – Renaissance – XVIème siècle, pour cette jeune femme Arte qui ne veut pas juste suivre le marie toi, et sur ces graphismes d’une grande beauté ❤ ❤ ❤

Arte est une jeune femme qui a eu la « chance » d’être bien née, dans une famille aristocratique, mais là aussi c’est avec plus ou moins d’argent, ça va ça vient, et le plus aberrant c’est si vous perdiez votre mari, apparemment la femme n’a le droit d’hériter de rien.
La condition de la femme était encore très particulière à cette époque : pas trop instruite, savoir faire les tâches ménagères, trouver un mari :s, vous êtes trop instruite, vous réfléchissez, ça va faire fuir de potentiels maris tssss tsss, enfin ça c’était juste un discours pour que l’homme assoit mieux sa domination et en plus il n’y avait la plupart du temps guère d’amour dedans, juste du buisness, et la dot à constituer pour une fille.
Arte, elle à son petit caractère, une grande détermination, une passion pour la peinture, et guère envie qu’on lui dicte sa conduite, ce changement va lui faire un choc, mais elle ne s’en plaint pas, persévère, agit de suite quoi je suis une femme et que je les coupe (bye bye les beaux cheveux :s), elle se fait claquer la porte au nez la plupart du temps avant même d’être juger sur son travail, t’es une femme t’as rien à faire là.
Un homme un peu par hasard un peu touché, va regarder, lui donner de grosses épreuves, et elle va évoluer à ses côtés, finalement assez vite, mais elle a déjà une certaine expérience en dessin, grâce à son père qui l’a laissé faire et encourager.
On découvre aussi la dure loi de la peinture, un peu comme partout me direz vous, mais en ce temps là ça marche, c’est demandé, il faut suivre tout un cycle, que tout le monde a suivi normalement.

Une page en couleur
La 1ère page, on sent la détermination de mademoiselle Arte
De magnifiques illustrations, décors, c’est un plaisir, un régal pour les yeux
Plein de choses à découvrir
Je regrette que les petits textes qui se promènent en italien ne soient pas traduit.
Je n’avais encore jamais entendu le prénom Arte, je connais juste la chaîne culturelle Arte :p

J’ai hâte de la retrouver >.<
Tome 2 prévu pour le 19 novembre 2015

11951171_10205726205809222_9066031658286276735_n11902280_10205726206969251_8882883797104154547_n16986_10205726208529290_7490903615226868072_n