Manga Time : ReLife tome 6

Fiche

Manga - Manhwa - ReLIFE Vol.6

Couverture

On retrouve Arata avec un air perdu sur la couverture, mais qui a l’air d’arriver à faire sa cravate (oui pendant un temps il n’y arrivait plus -_-) et quelqu’un qui l’observe en coin.

Mon avis/mes impressions :

C’est à chaque fois un immense plaisir de retrouver ReLife (sauf pour mon portefeuille). Je suis étonnée qu’un point n’ait pas encore été abordé.
Ce tome m’a fait passer par un mélanger d’émotions, il remue également beaucoup de choses et donne un sacré coup. Je suis toujours aussi horrifiée et scandalisée par le passé d’Arata, ces premiers mois dans la vie active et une société. Malheureusement, ça fait aussi terriblement écho à la société actuelle et aux problèmes économiques voire même de caractères qui peuvent empêcher de tenter ailleurs. En même temps, Arata est dégoûté de la société et n’est pas sûr que ce sera mieux ailleurs, qu’il ne sera pas à nouveau exploité et que certains comportements seront infâmes. Et ça fait mal, très mal !
En dehors de ça, le travail que fait ReLife en étudiant à fond les dossiers est quand même un sacré travail, intéressant, prenant, et en plus ils jouent les lycéens (même si ça donne un côté harceleur aussi).
Chizuru arrive à aller vers les autres maintenant, même des fois à faire le premier pas. Elle reste directe. Je l’adore toujours autant et je suis contente de la voir avoir des amis.
D’ailleurs, l’air de rien, Arata peut influencer la vie de ses amis, comme il est un lycéen comme eux en apparence, il y a des moments où cela a plus de poids qu’un adulte, où c’est mieux accepté, car ils sont dans la même « galère » quelque part aussi, mêmes situations.
Arata va voir que son passé ne s’est pas juste évaporé, que ça a marqué, il n’est pas timide certes mais ça a dû être très dur pour lui de répondre à ces questions, il s’en sort vraiment pas mal et surtout n’édulcore pas la triste réalité, bien évidemment il ne parle pas de sa relife.
On se concentre aussi un peu sur Ogata. Et c’est vraiment un chouette gars, il participe au mieux pour sa famille sans même leur en vouloir, c’est extrêmement touchant, et malgré tout ce qu’il à a faire il réussi à maintenir un bon niveau.
Il y a beaucoup de taquineries sur des gens qui seraient en fait amoureux mais qu’en est-il vraiment ? Y a-t-il quelques prises de conscience ? Avec quelques remarques bien senties cela débloquerait-il des points ?
Arata redécouvre aussi le plaisir des grandes vacances, qui peuvent malheureusement être ternie par des rattrapages. Dans la vie active, il n’a plus autant de vacances -_-.

Une superbe série tout en couleurs que je recommande toujours autant <3.

Publicités

Manga Time : Close to Heaven tome 1 (Fiche)

Manga - Close to Heaven

Résumé :
365 jours, une année… c’est beaucoup et c’est peu à la fois. Bien que voisins, Ninon et Kira ne s’étaient jamais parlé. Ninon est une jeune lycéenne solitaire avec une perruche perchée sur son épaule alors que son voisin Kira est un garçon à l’air désabusé qui ne pense qu’à s’amuser. Tout semble les opposer mais quand Ninon découvre le cruel coup du sort qui frappe Kira, elle se sent investie d’une mission : partager avec lui des souvenirs inoubliables tant qu’il en est encore temps !

« Deux lycéens que tout oppose vont se retrouver liés par une promesse : passer 365 jours ensemble à tisser des liens, se créer des souvenirs et, qui sait, peut-être même à connaître l’amour ! »

Fiche MN

Edité par Pika
de MIKIMOTO Rin
Connu également sous son titre japonais : Kyô no Kira-kun
Il a également été adapté en film live cette année
Nous aurons normalement un tome tous les 2 mois.
Plus d’informations
Disponible en papier et numérique
Prix papier : 6.95€
Prix numérique : 4.49€
La série est finie en 9 tomes.
Sortie du tome 1 : 18 octobre 2017

Couverture :
Une toute jolie couverture toute douce, avec des effets très jolis sur le titre, et simplement un gars une fille et une perruche sur la tête de la demoiselle. Le tout comme dans un cadre photo d’un joli couple, ou un miroir.

Mon avis/mes impressions :
Si on traduit, on se retrouve avec proche du paradis/ciel. Ici, nous nous retrouvons dans un shojo classique, des dessins sympa et typés shojo. La série nous est d’ors et déjà promise en 9 tomes.
Mais l’histoire est prometteuse, elle nous fera nous questionner sur le sens de la vie et bien d’autres choses.
Ce premier tome reste le début, annonciateur, mais très prometteur. On aborde déjà le rejet, le harcèlement, la maladie, et le masque qu’on porte à l’extérieur, devant les autres.
On a une dimension un brin mignonne avec comme une petite dose de fantastique avec la perruche de la demoiselle, son oiseau qu’elle fait passer de paille, il parle et c’est un personnage à part entière, qui permettra également d’apporter des éclaircissements. Elle se cache, elle est discrète, elle a son oiseau sur l’épaule, et sa différence dérange. Elle n’a pas vraiment d’ami.
Lui semble tout prendre à la légère, pas au sérieux, pas des plus sympathiques.
Alors quand par sa famille elle apprend ce secret sur lui, elle n’y croit pas, mais si c’est vrai elle veut qu’il profite de la vie, de chaque instant qu’il lui reste.
Il y a plein de jolies détails graphiques, déjà sur les chapitres. Quelques bonus à la fin : une petite histoire à part, mais aussi la fiche des personnages, un petit mot de la mangaka.

Un titre qui se démarque par le sujet dur et très intéressant abordé.

lesvoyagesdely - BaZiHHrHbXq

Close to Heaven - Manga

J’aime bien cette dernière image qui montre le fil de la vie qui les lie ensemble désormais ^^

Manga Time : 7th garden tomes 1 & 2

Manga - 7th GardenManga - Manhwa - 7th Garden Vol.2

Résumé :
Depuis qu’Awyn a libéré Vierde, une femme démon, elle ne cesse de lui proposer de signer un pacte avec elle. Mais Awyn, qui est devenu jardinier, n’a besoin de rien et coule des jours heureux aux côtés de la fille de son maître. Le jour où une purge est ordonnée et son petit village attaqué, la fille qu’il veut protéger se retrouve en danger. Il accepte alors de vendre son âme et de déchainer sa colère.

(texte corrigé et remanié)

Disponible en numérique : 4.99€
en papier : 7.99€
Un peu plus de 200 pages.
Edité par Delcourt Tonkam
Par IZUMI Mitsu qui s’est occupé d’Ano Hana, une partie d’entre vous savent combien je suis attachée à cette série, qui n’a rien à voir avec celle-ci ni graphiquement ni au niveau de l’histoire.

Fiche

« Un récit de Dark Fantasy pour ados/adultes mêlant amour, trahison et vengeance. » (MN)

Mon avis/mes impressions :

Tome 1 :

Quand le graphisme vous emmène ailleurs et est si beau. Quand l’histoire vous perd. Quand sous des airs classiques ça reste bien plaisant à lire. Quand c’est à se demander qui est vraiment le démon ? Quand votre lecture dure pour votre plus grand plaisir 🙂 
Tout un monde, univers à découvrir

Cette histoire bénéficie de premières pages en couleurs qui vous plongent, vous enivrent. le graphisme est sublime, il y a certaines planches sur lesquelles nos yeux s’attardent, y compris quand on passe en noir & blanc.

Elle a des airs classiques, mais reste plaisante à lire, tout comme on se sent étrangement perdue. On se pose vite des questions sur ce monde. On est scandalisé en voyant les purges.

On a de belles scènes d’action, de doux et tendres moments, des choses comiques. Plusieurs personnages nous sont présentés, certains ont déjà l’air d’avoir un passé intéressant et pas forcément facile.

On se demande qui est véritablement le démon ? Cette histoire d’ange a l’air bien obscure, pas clair ! Tout ce qui est ange, démon, mon monde, jardin miniature nous perd délicieusement.

Arwyn, notre gentil jardinier, au passé difficile, perte de ses parents, a maintenant un endroit à lui, grâce à la gentillesse et l’acceptation de quelques personnes, il a pu se former donc à être jardinier.
Mais quand son monde à lui est en danger, son petit havre de paix, sa gentille maîtresse qu’il veut protéger, il n’hésitera pas à passer un pacte avec cette étrange et drôle démone.

Affaire à suivre.

Tome 2 :

Cette fois ci, j’avais un peu moins de pages couleurs dommage, mais une au début quand même.
Le nombre de pages reste très sympathique, toujours un peu plus 200.
J’ai l’impression d’aborder énormément de choses, de croiser beaucoup de gens.
J’ai l’impression de me retrouver dans plein de choses à double face : les gens, les situations.
On en apprend un peu plus sur Vyrde.
On se retrouve dans des thématiques classiques et forte de manipulation, d’apparences trompeuses.
On est toujours aussi subjugué par le dessin, et l’histoire sous-entend aussi des choses assez horribles. Ces anges ont l’air de vils démons qui utilisent les humains comme des pions pour tromper entre autre leur ennui, et car pour eux c’est amusant.
J’ai aussi eu une pensée pour Marie Antoinette avec cette princesse qui vit dans le luxe, qui profite des belles choses, ni vraiment gentille ni vraiment méchante, mais son peuple lui est dans le besoin, et la révolte gronde. Et ceux qui laissent faire, ou de toute manière disent qu’ils ne peuvent rien y changer. Et il y a aussi cette personne qui risque sa propre vie pour sauver quelqu’un à qui elle tient et use de ses charmes même si elle s’en passerait bien.
Il y autant un désir de vengeance que d’oublier et de profiter de la vie qu’on a maintenant.

Quand il était enfant la mère d’Arwyn lui a dit de se méfier des démons.
Dans ce tome, un personnage lui dit que s’il connaissait la réalité de ce monde il ne pourrait plus y vivre.
On questionne aussi le fait de croire en Dieu, que la foi peut donner la force de continuer à vivre malgré tout.

Sur le coup, j’ai cru que je ne saurai pas quoi dire, mais une fois posée des mots sont sortis, un peu différemment. La lecture est plaisante, dure un moment, le graphisme est sublime si bien qu’on s’arrête sur quelques planches, on a de l’action, de l’amitié, du rire, du mystère. J’ai l’impression d’aborder énormément de choses, de voir énormément de gens, et d’avoir beaucoup de fausses apparences, voire une double lecture. Le 2ème tome précise l’histoire. Comme dans la vraie vie, les gens ne sont pas forcément 100% gentille ou 100% méchant. On questionne aussi la vengeance, qui implique quelque part de renoncer à sa propre vie, ou justement de profiter de l’instant présent, de ce qu’on a dans la vie aujourd’hui (même si on reste marquer inéluctablement par son passé). On peut tout à fait envisager de relire nos tomes ^^.
L’histoire est classique, mais en même temps elle se tient, elle a du potentiel. Je ressors avec des impressions emmêlées mais en même temps contente de ma lecture, et ça m’arrive de lire des choses plus moyennes.
Oui, ce n’est pas la 1ère fois qu’on croise une histoire de pacte avec un démon.
Bref, j’ai hâte d’échanger avec des gens dessus et de voir ce que va donner la suite, ça m’intrigue ^^

Edition numérique agréable, de belle qualité, bémol : où sont les pages sous la jaquette ?!

On a aussi des petits bonus, j’ai surtout aimé la carte à la fin du 2ème tome car comme je vous ai dit c’est vraiment très riche ^^.

Manga Time : ReLife Tome 5

ReLIFE T05 (05) par Yayoiso

J’adore ce manga, cette histoire, touchante et drôle à la fois. A chaque fois, j’ai la boule au ventre, en me remémorant ou en voyant les souvenirs de notre jeune homme de son taf. Hoshiro me touche toujours autant aussi, c’est une fille super, si on se prend la peine de la connaître, elle sent que quelque chose ne va pas mais ne sait pas comment faire avec ses 2 amies, elle demande alors conseil. C’est beau l’amitié, les non-dits tuent eux. Et j’aime aussi les 2 jeunes amis qui sont avec une des filles, amis d’enfance, on en découvre un peu plus sur la dernière histoire.
J’ai juste été surprise qu’on ait passé tout le tome là dessus, et même pas vraiment dépassé l’anime, et j’espère qu’on ne perd pas de gens en chemin, car vous n’avez pas encore tout vu.

Manga Time : Au-delà de l’apparence tome 2

Manga - Manhwa - Au delà de l'apparence Vol.2

Fiche

Ici, Chitose nous fait apparaître un visage au bord des larmes, une main tendue vers elle semble la consoler, la soutenir.

Mon avis/mes impressions :
Au-delà de l’apparence reste un shojo assez classique, mais efficace. Il nous fait réfléchir sur le masque qu’on peut porter toujours, ou de manière occasionnelle, ou selon les situations, de la difficulté de rester soi-même et de faire entendre sa voix.
Le dessin est super agréable, et ça se lit comme un petit pain. Arriver à la fin, on a envie de continuer à tourner les pages.
Il parle aussi classiquement de la difficulté quand on tombe amoureux, de le savoir, de l’assumer, de le nourrir ou non, quand on a un objectif, on a aussi peur de l’anéantir en s’embarquant dans ce genre d’histoire.
C’est très intéressant de jouer sur l’art, sur la création et comme ils le disent si bien de « Créer pour se recréer ». Le petit plus, la petite différence de ce shojo.

Chitose arrive à être elle-même par moment, surtout avec les gens de l’école d’art, elle s’y investit à fond.
Mais par moment, presque par habitude et par peur de déplaire, elle remet son masque, même si elle tente de dire autre chose, un peu poussée, elle veut plaire à nouveau, elle a peur d’être détesté. Mais est-ce que cela sert vraiment de se retenir ? d’être aimé pour ce que l’on n’est pas ? A force, elle se met dans des situations compliquées qui peuvent mal tourner, la faire mal voir comme les autres n’ont pas toutes les informations, les bonnes aussi.
Il y a des avantages et des inconvénients à travailler seul(e) ou en groupe sur un projet. Néanmoins en discutant, on peut accélérer la réflexion, se confronter, développer des idées ensemble.
Itsuki la bouscule toujours, mais parfois lui aussi se cache derrière un masque, il est froid, abrupte, elle ne sait plus où elle en est par moment avec lui. Mais il l’aide à avancer. Et il reste présent pour la soutenir.

On entre plus dans le tome :
Dans ce tome, Chitose participe à un projet de groupe, où elle doit comme se ridiculiser au départ, elle prend un peu peur mais se fait projeter sur la scène, mais au moins elle ne sera pas la seule.
Elle va à la mer avec le groupe, et ici s’amuser avec le sable avec des artistes en devient magique XD
Elle participe aux cours d’été et notamment a un projet personnel qui lui prend beaucoup de temps. Elle tente bien de convaincre Itsuki de se joindre à elle, mais il refuse assez violemment.
Elle a également accepté de participer à quelque chose pour sa classe.
Elle est très occupée, ne voit pas ses journées passées mais volontaire et déterminée. Peut-elle tout gérer ? Elle y croit jusqu’à ce qu’un problème anéantisse ses efforts.
Chitose doit apprendre à accepter de l’aide quand cela s’avère nécessaire.
A la fin du tome, un nouveau personnage fait son entrée…affaire à suivre ! Et classique !

Manga Time : Au-delà de l’apparence tome 1

Fiche du manga sur MN

Résumé :
Chitose s’est façonné un masque derrière lequel elle a pris l’habitude de se cacher pour être appréciée de tous. Mais sa vie va complètement changer le jour où Itsuki, un bel inconnu, lui vient en aide.
Fascinée par son regard, elle décide de le suivre et se retrouve devant les portes d’une école d’art. Armée de son plus beau sourire, Chitose demande à son sauveur de lui faire visiter les lieux, mais ce dernier voit clair dans son jeu : impossible de lui mentir !

Disponible en numérique
1er tome à prix plus doux (on est toujours dans le cadre de leur opération sympa)

Mon avis/mes impressions :
Les éditions Kana nous ont sorti ce tout nouveau tout joli titre avec un graphisme tout doux, dans la pure veine du shojo mais en questionnant les apparences. En nous invitant à voir au-delà de l’apparence.
Le graphisme est très agréable, le titre nous emporte, on rencontre déjà plein de gens dans ce premier tome, et les mimiques de Itsuki valent le détour.

Kana nous met en 4ème de couverture la jolie phrase « Créer pour se recréer » qui va très bien avec l’histoire, vu qu’on est dans l’art, et vu ce que peut faire Chitose.
On a aussi la phrase « J’en ai assez d’avoir peur que les autres me détestent. »
Chitose se méfie des autres, de ses goûts atypiques, elle ne veut pas être rejetée, avoir une place, être aimée tout simplement, alors elle revêt un masque, ça lui demande des efforts, de l’énergie, ça la coupe d’elle-même. Et on peut se demander si c’est une solution ? Si elle est vraiment aimé pour elle-même, et pas plutôt une image ? Si ça lui convient vraiment, et si elle peut s’épanouir ainsi ?
Evidemment, dans un monde qui pratique le rejet et le harcèlement à tour de bras, et que le système ne fait pas vraiment grand chose et laisse majoritairement faire, même en entreprise, on serait bien naïf, de simplement lui dire que non, et d’être elle-même. Ses craintes sont compréhensibles.

Ses amis sont-ils vraiment ses amis ? Se détourneraient-ils d’elle sans son masque ? …

Mais un jour, elle rencontre Itsuki, qui voit au-delà de l’apparence, qui voit son masque, la voilà complètement décontenancée et intriguée. Elle le suit, et s’invite dans son monde comme attirée. Il ne va pas la laisser s’en tirer ainsi, il n’hésite pas à la bousculer, lui dire ses quatre vérités, lui dire qu’elle est plus intéressante quand elle fait tomber le masque, qu’elle arrêter de jouer les petites filles modèles. Pour la décontenancer, il n’hésite pas non plus à l’embrasser !

Chitose découvre cette école d’art, et a envie de tenter de s’investir. Ce jeune homme qui a vu au delà de son apparence, ces gens qui ont l’air si vrais, ce jeune homme qui a même su apprécié ses créations. Elle a quelque part envie de cette liberté, d’arriver à faire ce qu’elle a vraiment envie de faire sans honte, sans peur de jugement.

D’ailleurs, cette école d’art lui fait déjà beaucoup de bien, elle rencontre beaucoup de monde, elle apprend d’eux, elle est surprise, elle est plus elle-même. Classiquement, elle commence à nourrir des sentiments pour son « sauveur », mais lui ne l’entend pas vraiment de cette oreille.

J’ai hâte de lire le tome 2 qui ne devrait plus tarder à être à ma disposition, sauf que je ne suis pas sûre qu’il me reste des forces en semaine pour continuer la lecture. Mais bon, bientôt :).

Conte : Belle et la Bête Time

Et si aujourd’hui on parlait d’un beau conte, ses thématiques sont intéressantes et en tant qu’ « amoureuse » des livres ça ne peut déjà que toucher, non ?!

Je vous invite également à lire mon avis sur le magnifique film sorti cette année avec Emma Watson.

Quand je suis ironique, je dis : « Vraiment, tout ça pour une rose » ! XD
Mais quelque part ça aussi été une merveilleuse opportunité et rencontre pour l’un comme pour l’autre.

La Belle et la Bête par Leprince de Beaumont

Fiche babelio

Mon avis/mes impressions :
Le livre est très grand pour offrir une meilleure immersion.
Il y a des moments où il y a juste un petit texte en italique, et autrement pas mal de texte pour nous conter cette histoire fort connue qui a des différences selon les versions.
Mais il en reste toujours que Belle aime les livres, est ouverte d’esprit, et qu’il ne faut pas se fier aux apparences.
Certaines pages textes finissent très joliment avec une ligne de bourgeons de roses.
Dans cette version, son père est marchand, fait faillite, et elle a 2 soeurs, odieuses, qui ne se fient qu’aux apparences et en plus lui mettent des bâtons dans les roues.
La bête l’accueille très gentiment, il a même préparé une chambre pour elle, petit à petit ils apprennent à se connaître et elle voit au delà de l’apparence du « monstre » elle voit son coeur, sa générosité.
On nous dit que 3 mois a passé, qu’ils passent du temps ensemble, mais on n’arrive pas à ressentir comment cette proximité s’établit. Ca va presque trop vite, heureusement elle n’a quand même pas accepté tout de suite XD.

Néanmoins, une lecture agréable, et je serai ouverte à lire d’autres livres de cette collection.

La Belle et la Bête - Le destin de Belle par DisneyLa Belle et la Bête : la Bête par Nobi Nobi

Fiche du manga MN

Comme vous le voyez, la rose se réunit une fois ensemble (wow et même parfaitement)
Il faut savoir que j’ai une sorte de crush avec nobi nobi, et avec ce conte.
Mais quand même, on vous dit c’est l’adaptation manga du film, donc pourquoi certains ne sont pas contents et le lui reproche ?!
Ensuite, vous avez 2 points de vue, eh oui les 2 personnages ont des scènes communes, mais si vous avez des variations, ne serait-ce que la pensée.
Il a apparemment fait couler beaucoup d’encre, beaucoup ont hésité à le prendre, et ensuite je l’ai vu se prendre de sacrés critiques.
Bref, pour celles qui sont sur les 2 points que j’ai cité, on était au courant quand même.
Après, oui ils auraient pu faire un effort pour le prix, de mettre des pages couleurs, voire un coup promotionnel les 2 pour le prix d’un.

Belle :
Dans cette relecture de la belle et la bête, j’apprécie autant sa modernité que sa magie, comme dans le film.
J’aime beaucoup le personnage de Belle, qui est indépendant et aime les livres. Ici, son père est inventeur, et elle est sa fille unique bien aimée.
On sent sa différence qui dérange les villageois.
Belle a de la volonté, très forte, qui passe par son regard.
Le trait graphique est beau.
Sa rencontre avec la bête est aussi belle qu’houleuse, car elle n’accepte pas si facilement de dîner avec lui, lui parler.
J’apprécie aussi les personnages qui s’animent autour d’elle, et qui arrivent à calmer le jeu.
C’est une jolie idée que de voir tout à travers les yeux de Belle, ainsi il est normal de ne pas voir son père arrivait au château. On voit ce qu’elle vit et son ressenti.

La bête :
La bête nous ait ici dépeint comme un prince cruel, très caractériel, et l’image qu’on a de lui au départ maquillé à outrance est laide.
Bref, on le plaint quelque part moins, on se dit plutôt qu’il ne l’aura pas voler.
Seulement tous ces domestiques ont été ensorcelés avec lui, tous les gens du château. Méritaient-ils un tel traitement ? On a plus de peine pour lui quand on voit que privé de sa mère, il en a oublié la compassion avec un père trop dur (petite pensée pour le conte les 3 soeurs et le roi méchant).
Mais il en reste, qu’ils n’ont rien fait, ils ont laissé faire. Pouvaient ils faire quelque chose ? (ça me rappelle la thématique du harcèlement).
Avec Belle, il est confronté à lui même, à ses erreurs où malgré l’enchantement et comme a dit mme samavoir, qu’il faudrait vraiment qu’ils apprennent de ces erreurs.

Ici, on a ce que vit la bête, avec ses pensées, on retrouve bien évidemment des images communes (vu qu’ils ont vécu des choses ensemble) mais également les différents ressentis, les pensées intimes des personnages.

J’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture, tout en ayant un petit quelque chose qui me manque, une petite magie, étincelle que le manga n’a pas réussi à produire.
Certaines vont peut être un peu trop vite, trop suggestive avec juste une image, pour qu’on sente le rapprochement entre ces 2 êtres. Bien que l’essentiel soit dit et montré.

Il n’a donc pas dégagé la magie du film, tout en reprenant les points essentiels, tout en nous faisant rêver avec les objets animés et autres, il est mieux d’avoir vu le film avant pour ne pas être gêné par des petits manques, rapidité, petits éléments, le graphisme est sympa.
Après, à moins de faire une partie hors des 2 personnages, des choses se tiennent comme aucun des 2 ne l’a vécu directement.
L’idée est original, sympa, et mériterait une meilleure exploitation.

Si vous aimez beaucoup la belle et la bête, ça devrait vous faire plaisir.

Cinéma Time : La belle et la bête (2017)

affich_36928_4

Résumé :
Fin du XVIIIè siècle, dans un petit village français. Belle, jeune fille rêveuse et passionnée de littérature, vit avec son père, un vieil inventeur farfelu. S’étant perdu une nuit dans la fôret, ce dernier se réfugie au château de la Bête, qui la jette au cachot. Ne pouvant supporter de voir son père emprisonné, Belle accepte alors de prendre sa place, ignorant que sous le masque du monstre se cache un Prince Charmant tremblant d’amour pour elle, mais victime d’une terrible malédiction.(Source : Allociné)

Fiche du film sur SB

J’ai cru à l’affiche qu’il était en 3D, mais pas dans mon cinéma, ou c’est une 3D spécifique pas disponible partout.

Je les félicite tout particulièrement pour le magnifique travail réalisé sur ce film, s’ils font un travail d’aussi bonne qualité ils peuvent continuer à adapter en film live les autres Disney et même nous sortir des coffrets collector, mais abordable quand même.

Mon avis/mes impressions :
Venez vivre un moment magique et enchanteur, être transporté(e).
Il est quand même assez rare qu’un film vous touche autant, vous enchante, vous charme à ce point là. J’ai également eu la chance d’y aller avec quelqu’un de mon entourage qui était aussi enchantée, et transportée.
A la sortie du cinéma, vous avez le sourire aux lèvres, vous êtes ailleurs. Encore complètement sous le charme, émoustillé(e), transporté(e). Vous n’avez guère envie de redescendre sur Terre.
Il est magique, enchanteur, magnifique. Les effets spéciaux sont sublimes et participent au fait qu’on est aussi transporté(e). La magie des effets spéciaux opère complètement.
Mais c’est aussi une histoire qui aborde pas mal de choses. Elle a aussi réussi l’exploit, alors qu’elle est très connue, que pratiquement tout le monde la connaît, d’être aussi belle et magique.

J’ai revu il y a quelques mois, dans la période enchanteresse de Noël le film d’animation de Disney. C’était aussi un moment enchanteur et magique.
Mais alors que dans le film d’animation tout reste en surface, et plutôt gentil, on sent ici derrière les rideaux la réalité crue de la vie.

Belle est une jeune femme intelligente, courageuse, belle (elle porte bien son prénom, mais il fallait oser), qui aime sa famille (mais il ne reste que son père), juste, authentique, franche mais aussi différente, voire en avance sur son temps.
Elle aime lire des livres, elle n’aime pas les mêmes activités que les autres, et comme bien souvent sa différence dérange. Sois belle et tais-toi, fais ce qu’on te dit, il n’en était pas question pour elle, elle aspirait à autre chose dans la vie qu’une vie bien définie, étriquée, et où elle risquerait de perdre sa liberté. Elle aide à la maison, elle rêve. On n’a aucune idée du métier auquel elle se destinerait pour assurer sa vie. Mais on sent aussi qu’elle est dans une époque où la place de la femme est à la maison. De plus, la menace voilée de Gaston laisse présager qu’elle serait dans l’embarras si son père décédait.
Elle vit dans un petit village, moins dangereux qu’une ville, mais où on peut être passé à la loupe.
Ils se disent bonjour, la plupart sont plutôt gentils, mais elle a bien conscience de ne pas être comme eux, et que ça en dérange, que leurs mots, le fait de dire qu’elle est différente, ce n’est pas un compliment.
On l’embête alors qu’elle trouve une manière originale de faire sa lessive, et qu’elle veut transmettre le goût de lire à une petite fille.
Son père est un homme bien, il aime sa fille, et lui cache une partie de son passé. Quand il appelle à l’aide, il a de quoi être déçu. Les villageois peuvent être méchant,se liguer, ne pas vraiment réfléchir par eux-même, ne pas faire la part des choses, foncer tête baissée, suivre comme une meute qui en devient austère et dangereuse (effet de groupe).
Gaston, est un homme qui paraît beau pour beaucoup de femmes, qui est fort, mais pas courageux, une grande gueule, mais qui réussit, et les gens n’y voient rien (un peu comme dans notre société moderne). Il est rustre, injuste. Il désire Belle pour sa beauté, et le plaisir de la chasse. Il décevra tout du long. Son fidèle acolyte le suit, l’encourage, et pourtant il se fait traiter plus bas que terre, restera-t-il ?

Le prince est un homme égoïste, il a un beau château, des gens à son service. Il n’arrête pas de vouloir donner des fêtes, de toujours en avoir plus, en faire plus. Il s’habille avec tellement d’artifices que ça en devient ridicule. Il est bien plus beau sans tout ce fatras. Cette nuit là, en rejetant cette femme, en étant aussi égoïste et cruel. Il va apprendre une bonne leçon, il pourra alors réfléchir sur ces actes, mais il garde beaucoup de dureté, de froideur, de rage. Les autres seront entraînés avec lui, car ils se sont moqués, ils ont laissé faire, ce qui est tout aussi répréhensible. Vous savez c’est comme dans les situations de harcèlement, on vous avez ceux qui commettent l’acte, mais également ceux autour qui ne font rien. Ne rien faire c’est aussi quelque chose !
Bref, ils semblent condamnés à une lente agonie. Tout ce petit monde nous semble même beaucoup plus sympathique sous leur forme actuel. Et c’est toujours amusant de voir des objets prendre vie, bien que pour Maurice et Belle, cela va surtout faire un choc.

Et un jour, la Belle et la Bête vont se rencontrer. Ils vont passer par plusieurs stades, se chercher, se confronter, elle cherche à s’enfuir, à comprendre. Elle voit les actes. Petit à petit, elle voit derrière les apparences.
Dans cette histoire, cela paraît toujours aussi fou au premier abord qu’on le laisse tout faire, mais qu’on le condamne pour une simple rose. Mais ceci est dû à son histoire à lui, et la trace que ça lui a laissé.
Les autres y voient une opportunité et tentent de les réunir, bien sûr ce n’est pas de la pure gentillesse au départ, mais totalement intéressés.
On a aussi de bons moments de rire : du genre, voilà votre modeste chambre, oui la chambre dans un château c’est vraiment modeste, tout est relatif.
Belle est émerveillée par sa bibliothèque, et lui n’en revient pas. Mais elle dans son village, elle n’avait accès qu’à quelques livres et se retrouver à devoir les relire pour à nouveau voyager.
Et la discussion qu’ils ont sur Roméo et Juliette XD.
C’est tellement bien de pouvoir aussi échanger, discuter, confronter les opinions, partager des choses ensembles, s’aider à s’épanouir.

Bref, c’est une très belle histoire remise au goût du jour, avec des choses bien connues, des nouvelles ou un peu différentes bien senties, avec beaucoup de thèmes importants abordés.

Bien sûr, il y a aussi les musiques. Du coup, ça donne aussi un petit côté comédie musical, que personnellement j’adore. La musique parle au coeur, et ça touche encore plus. J’aime aussi la voix-off qui nous explique des choses, nous conte au départ l’histoire du prince par exemple.

Ca m’a fait très plaisir de revoir Emma Watson aussi, qui a incarné une magnifique et intelligente Belle, et oui la robe où ils dansent est sublime.

Après avoir vu la belle et la bête : on n’a pas envie de redescendre sur Terre, on a envie d’un thé, si on est passionné de comédie musicale on rêve de voir celle de la belle et le bête en live puis d’avoir le blu-ray ensuite.

Lecture Time : ReLIFE Tome 1

relife-1-ki-oon_m

Fiche du manga MN

Résumé :

À 27 ans, la vie d’Arata est loin d’être celle qu’il imaginait dix ans plus tôt : sans travail, sans petite copine, il n’a même pas le courage d’avouer à ses amis qu’il est sans emploi et se force à jouer la comédie. Son erreur a été de démissionner de son premier poste seulement trois mois après son entrée dans l’entreprise. Sur un CV, ça ne pardonne pas ! Chaque entretien d’embauche se solde par un échec. Cerise sur le gâteau : sa mère lui porte le coup de grâce en lui annonçant la fin de son soutien financier d’ici un an…
Arata est au bord du gouffre quand le mystérieux Ryo Yoake, employé de l’institut de recherche ReLIFE, frappe à sa porte et lui propose de participer à une expérience de réinsertion sociale, qui passe par… une année de retour au lycée ! Le jeune homme n’a rien à perdre. Il avale la pilule qui lui redonnera l’apparence de ses 17 ans et reprend le chemin de la terminale. Sa nouvelle vie d’adulte parmi les ados commence…

La présentation du manga lui même
Sur la couverture, on voit le jeune homme de 27 ans a l’air cool, cigarette à la bouche
et une jeune femme a l’air froide et sérieuse.
Et en 4ème de couverture, un groupe de lycéens.
Un résumé qui a l’air prometteur.
le manga est lourd, il pèse son poids !
Il est tout en couleurs
On a plein de jeux de couleurs fort sympathique, même des bulles en couleur, et parfois un fond noir, bien sombre, avec le texte en blanc du coup.
On voit quelques annotations de l’observateur sur le sujet.

La thématique est intéressante, mais il promet aussi d’être très intéressant s’il continue dans lignée, nous dévoile de nouvelles choses. Là, on a posé les bases, fait connaissance, et poser le deal.
Il nous fait rire en étant maladroit, et parce que c’est un jeune homme de 27 ans dans le corps d’un jeune homme de 17 ans, il ne pense plus à certains choses, mais il n’est pas idiot, surtout maladroit, avec des principes, et un côté gentil, d’ailleurs si ça se trouve il pourra lui-même apporté de bonnes choses aux gens qu’il côtoie.
Au début, on ne sait pas trop, mais il a voulu échapper à sa campagne, tenté une vie. Avait il une autre raison ? des difficultés ? de la flemmardise ? on ne sait toujours pas vraiment, et même s’il s’est lui même empêtré dans une sale situation, on comprend aussi que ce n’est pas si à la légère que cela qu’il a démissionnait au bout de 3 mois ! Mais alors que s’est il vraiment passé ?
Et surtout, ce n’est pas une raison pour ne plus lui laisser de seconde chance, n’est pas surtout notre société qui est horrible à le condamner ?
Mais quelles études a t’il fait ? Que cherche t’il comme poste ?
Evidemment, ce n’est pas la vie qu’il s’était imaginé !!!!!!

Il a des amis, mais leur cache sa situation, pour des raisons évidentes, socialement c’est dur, il a peur de leur regard, c’est sans doute plus des camarades, car il n’a pas l’air d’avoir de véritables amis avec qui vraiment parler !

Et que dire, que pensez de la société ReLIFE et du moment où cette personne apparaît ?! Quel est leur but ? Qu’attendent ils de lui ? Certaines règles luis ont édictées, d’autres il fallait les lire, et beaucoup de choses restent en suspens. Alors, oui saoul et n’ayant plus rien à perdre, il a pris la pilule, mais il est quand même méfiant.
Et pourquoi refaire précisément la dernière année de lycée ?
Entre les lignes, quand son observateur est au laboratoire, on sent qu’il y a des non dit aussi.
Est-il le premier sujet ? Y en a t’il d’autres en même temps que lui ?
Ils ont su trouver les arguments : tout frais payer pendant un an 🙂
et une recommandation pour un poste à la fin s’il n’a pas transgressé une certaine règle. Et à quel poste ? Ce n’est pas un emploi assuré, mais juste une recommandation.
Quand il commence le lycée, on a déjà une surprise, d’autant plus avec certaines paroles jointes, mais ça se tient d’une certaine manière ! ^^’

Une belle surprise, qui débute seulement et pourrait vraiment faire la différence si on continue sur cette belle lancée, être intéressante et il y a encore tant de mystères !