Cinéma Time : Ce qui nous lie & Avant d’aller dormir

Dire que je n’ai toujours pas eu le temps … donc faisons au moins ces 2 là, peut être les autres en quelques lignes, ou pas, j’y réfléchis. Un avis ?

Voilà déjà 2 films qui valent le coup d’être vu

Résumé :
Jean a quitté sa famille et sa Bourgogne natale il y a dix ans pour faire le tour du monde. En apprenant la mort imminente de son père, il revient dans la terre de son enfance. Il retrouve sa sœur, Juliette, et son frère, Jérémie. Leur père meurt juste avant le début des vendanges. En l’espace d’un an, au rythme des saisons qui s’enchaînent, ces 3 jeunes adultes vont retrouver ou réinventer leur fraternité, s’épanouissant et mûrissant en même temps que le vin qu’ils fabriquent

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :

C’est assez impressionnant pour le noter mais nous voilà avec un bon film français, les choses sont bien abordées et avec intelligence, ça peut rappeler des problèmes que tout le monde peut avoir à affronter, déjà tout le monde vit, fait des choix de vie. Sous fond de vignoble, de saisons qui défilent telle la vie, et de flashback de l’enfance, un film intelligent, intéressant, qui nous touche en plein coeur.

La musique qui risque de vous trotter dans la tête

Nous avons 3 frères et soeurs, chacun a fait des choix de vie. Un est même parti à l’aventure, fuite, envie d’ailleurs, un peu tout ça finalement.
Ils ont grandi, mais des choses de leur passé leur reste en travers.
Ils ne sont pas non plus les plus à plaindre, pourtant la succession avant d’avoir l’argent reste houleuse, fait ressortir des choses de l’enfance, on se dit des vérités, on se confronte, on fait le ménage dans sa vie, on décide d’où on veut aller maintenant et on avance !
Dans le film, nous avons le droit à un très joli défilé des saisons, nous avons également des histoires autour du vin, c’est particulier, et on rentre un peu dans comment ça se passe. Vendange, goûter le vin, etc. On les revoit aussi enfant, ça donne plus de puissance au film, ça permet de mieux rentrer dans cette famille.
Les choses sont abordées avec une grande justesse, et plein de choses peuvent parler à plein de monde. Une grande force de ce film.

 

Résumé :
Christine Lucas est amnésique depuis quatorze ans, depuis qu’un grave accident l’a laissée sans mémoire.
Tous les matins, elle se réveille en ayant oublié tout ce qui lui est arrivé la veille, sans identité, et se croyant encore une jeune femme de 20 ans.
Jour après jour, aidée de son mari, elle doit tout réapprendre, tout en sachant qu’elle ne se souviendra plus de rien le lendemain. Son mari la soutient du mieux qu’il peut, ne ménageant pas ses efforts pour l’aider à supporter cette situation.
Un matin, le téléphone sonne : il s’agit de son médecin, le docteur Nash, qu’elle voit en cachette de Ben, et qui l’aide à reconstituer le fil de sa vie et de ses souvenirs grâce à un journal vidéo.
Bientôt, Christine découvre que tout, dans son existence, n’est que mensonges et interrogations. Qui est-elle ? Que lui est-il réellement arrivé, quatorze ans plus tôt ?

Adapté du livre Avant d’aller dormir de S.J. Watson

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :

Ce film est assez inédit tout en alliant des thèmes connus : l’amnésie & le jour qui recommence. Rien que pour son idée originale et intéressante, il mérite qu’on s’y arrête.

Nicole Kidman incarne donc cette jeune femme : Christine, qui chaque matin se réveille aux côtés d’un inconnu, qui lui dit être son mari. Vous imaginez ?
Autant pour elle qui ne se souvient de rien, qui naît comme « vierge » chaque jour que pour les proches qui sont oubliés, doivent se répéter, combien la situation est difficile.
Par un concours de circonstance, elle finit par suivre une thérapie. Son psy l’appelle chaque matin pour lui expliquer. Elle a fait également dans le film un journal en vidéo, elle se filme, se raconte ses sentiments, ses journées. Comme ça, elle a au moins une base.
Mais quelle vie avoir dans de telles circonstances ? Et si elle se rappelle ?
Comme dans tout bon thriller, le doute s’installe. On doute de plein de monde, y compris d’elle-même.
On finit par apprendre des choses, il y a des révélations. Et en même temps souvent, ça peut se tenir des 2 côtés. Dans cette situation, et à force, c’est dur de répéter la même chose chaque jour, surtout si ça fait mal. Comment faire la part du vrai du faux ? du réelle ou de l’imaginaire ? A qui faire confiance ?

Imaginez l’angoisse avant d’aller dormir, la journée que vous venez de vivre va disparaître, s’effacer de la mémoire comme les précédentes.

L’année prochaine, il va falloir que je lise le livre ! J’aurais juste lu qu’apparemment, dans le livre ce serait un journal papier.

Publicités

Cinéma Time : Coco

Coco (2017 film) poster.jpg

Résumé :
Miguel, un mexicain de 12 ans vivant avec sa famille dans une zone rurale du Mexique, résout un mystère générationnel lié à sa famille en déclenchant une série d’événements qui donnera lieu à une réunion de famille, entre défunts et vivants. L’action se déroule lors du traditionnel Jour des morts.(Source : Wikipédia)

Fiche SB

Coco est le dernier film d’animation né de l’association de Disney et de Pixar à être sorti.
Durée : 1h49

Coco nous parle de quelque chose qu’on connaît nettement moins chez nous, et demande une ouverture d’esprit. Chez eux, au Mexique, le jour des morts, la fête des morts : Día de los Muertos est un jour de fête, on honore les disparus, on se réunit en famille, on va les visiter, le tout en faisant la fête. On dit que l’âme des défunts peuvent venir rendre visite aux vivants seulement pendant cette période et seulement si on se souvient d’eux, si une photo de la personne de son vivant est sur l’autel.

Mon avis/mes impressions :
Coco est un très beau film d’animation qui nous fait découvrir la Dia de los Muertos et nous entraîne dans une folle aventure. Nos yeux ont de quoi s’émerveiller, s’ouvrir comme des soucoupes, on se régale, et quand l’impensable arrive on ouvre encore plus notre esprit, et nos yeux s’émerveillent constamment et découvrent un monde insoupçonné. Le film nous parle de choses bien connues, de la valeur de la famille, de prendre soin de ses proches, de profiter de leurs présences, de ne pas oublier ceux qui sont partis, qu’ils continuent à vivre dans le coeur, mais aussi de rêves, d’espoir, de musique.
L’histoire est quelque part assez classique mais on se laisse diablement entraînée.
Le travail d’animation, de musique participent à l’envoûtement qui opère magistralement bien.

Notre jeune homme aime la musique, mais dans sa famille, sans doute la seule au Mexique, la musique est interdite, on ne l’aime pas. D’ailleurs notre jeune homme s’appelle Miguel.
Dès le début, on comprend, l’histoire de sa famille nous est contée d’une manière qui nous entraîne directement dans son monde, dans la magie. Belle puis tragique, on comprend cette décision, mais en même temps cela reste le genre de décision compliquée, difficile, et qui peut nuire à beaucoup de monde, entraîne beaucoup de monde. Et on salue le courage de cette femme, de cette mère.
Et là, vous ne savez toujours pas qui est Coco, elle fait partie de la famille du petit, elle est très âgée, plus en très grande forme, mais elle est nulle autre que la petite fille du début de l’histoire (quand on nous raconte pourquoi cette famille a banni la musique de sa vie), ainsi elle a une grande importance. La famille l’aime et est aux petits soins pour elle. Il y a un respect de la personne âgée.
Miguel, lui a la musique dans le sang, la destinée familiale ne l’intéresse pas tant que ça, oui car le métier choisi pour survivre s’est transmis dans toute la famille. Lui il veut jouer de la musique. Il n’a pas le droit de jouer, mais s’entraîne en secret, son seul public est un drôle de chien.
Mais le fameux jour il en marre, il voulait tenter de se produire sur la place, il voulait tenter sa chance. Bien sûr, il ne suffit pas de le vouloir, alors est-il doué aussi ? Mais par un concours de circonstance, sa prestation commence à être menacée, il commet alors un acte impensable.
A moitié mort à moitié vivant, c’est l’occasion ou jamais de retrouver sa famille, découvrir ses racines, voir si la musique aura une place dans sa vie. Remettre de l’ordre dans la famille.

Notre jeune homme est cette fois-ci décidé, mais il lui faut réunir des conditions spéciales pour revenir, au lever du soleil il sera trop tard.
Il lui faudra affronter les épreuves se présentant devant lui, faire connaissance avec de nouveaux personnages, questionner son envie de musique, prendre des risques …

Le film questionne aussi ce qu’on est prêt à faire pour réussir.

Pourquoi il est si bien ?
– L’univers qu’on nous présente
– Spécialement celui dans lequel sont les gens qu’on a perdu, dans cet univers on a tout à découvrir
– Il en met plein les yeux
– De belles valeurs
– Des rebondissements
– De la musique qui nous fait encore plus plonger dedans
– Protéger sa famille, avoir une place pour eux
– Penser aussi à soi-même, ce qu’on veut
– Des moments tendres
– Des moments drôles
– Des moments touchants
– Découvrir une autre culture
– Découvrir une autre façon d’appréhender le monde des vivants et celui des morts
– Magique
– Coloré
– Riche
– Quelque chose de vrai et de puissant s’en dégage
– La façon dont des squelettes ont l’air vivant
– Une histoire complète qui se tient avec une réelle évolution
– Des personnages attachants

 

Séries Time : Thirteen & Absentia

Bonjour tout le monde,

On se retrouve enfin aujourd’hui, pour 2 bonnes séries, intéressantes, prenantes, difficiles, marquantes.
Il est conseillé de les voir sauf si vous êtes trop sensibles.

J’ai réuni ces 2 séries car j’ai beaucoup pensé dernièrement à ces 2 jeunes femmes et ce qu’elles avaient vécu, et au final j’y ai trouvé des similarités.
Il m’est venu un mot : Brisée.
Etre forte et courageuse ? Elles ont survécu ?  Oui, mais elles sont brisées, leur vies volées, leurs repères bafouées, faussées. On se demande même comment elles ont réussi à survivre, qui elles sont aujourd’hui, on est amené à avoir des doutes sur elles, tout en étant touché.
Quelqu’un est entré dans leur vie pour la faucher, la briser, la voler.
En prenant encore un peu de recul, ça m’a même fait penser au harcèlement, qui finalement consiste aussi à briser les gens, changer leurs repères, des relations qui deviennent malsaines …

Thirteen

Résumé :
Ivy Moxam, jeune femme de 26 ans, parvient à s’échapper de la cave qui a été sa prison durant les 13 dernières années. Elle retrouve alors sa famille et doit aider la police à arrêter son kidnappeur.

Thirteen comme 13, 13 ans, l’âge qu’avait Ivy quand sa vie a changé à tout jamais. La série est aussi appelé Captive, qui a mon sens est plus parlant.
C’est une mini-série en 5 épisodes de 50-60 minutes dont s’est chargée la BBC. Un sujet brûlant vu comme jamais.

France 2 a pris le risque de lui faire prendre le relais de Broadchurch. Ce qui est quelque part une très bonne idée, c’est vraiment une série à voir et toute une réflexion.

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :

 

Jodie Colmer porte remarquablement le rôle difficile de Jodie Comer, on sent sa perte de repère, sa fragilité, d’un autre côté elle aimerait aussi passé à autre chose et en a marre de parler à la police.

Les policiers chargées de l’enquête, un homme et une femme. La femme essaye de raisonner, rester distante voire froide, remettre en question ce que dit Ivy, reste très professionnelle (comme on pourrait dire).
L’homme est très touché, prend des risques part rapport à son travail, veut la confiance d’Ivy.

La série commence quand Ivy sort d’une maison. Dès lors, on ressent toute la tension dramatique.
Qu’est-il arrivé à Ivy ? Dit-elle tout ? N’est-ce pas trop dur d’en parler ? Que lui est-il arrivé pendant ces 13 ans ?
Ivy est une jeune femme adulte de 26 ans, mais elle a quitté sa famille à 13 ans. Tous ses repères ont été faussés. Comment se réadapter à la vie aujourd’hui ? Est-ce seulement possible ?
Pour l’entourage, c’est aussi très difficile, c’est de l’inespéré mais en même temps comment faire maintenant ? Maintenant, alors que tous ont plus ou moins continuer, reconstruit leur vie. La disparition d’Ivy a touché largement, elle a fait volé en éclat pas mal de choses, que ce soit côté famille ou amis, les choses n’ont plus été les mêmes.
Treize années plus tard, rien n’a changé et tout à changé. Les gens ont grandit, évolué, reconstruit tant bien que mal.

Il y a également les journalistes, qui ressemblent à des piranhas, à vouloir la photographier, lui parler, c’est juste atroce.

Qui l’a enlevé ? Comment cela a-t-il été possible ?
Des non-dits, des secrets jaillissent.
Ivy aussi frêle que manipulatrice. Ivy qui ne reconnaît plus le monde d’aujourd’hui.

Dès la fin de l’épisode 1, on a un retournement de situation.

Absentia

Résumé :
En enquêtant sur un tueur en série, une jeune femme du FBI disparaît. Elle est retrouvée six ans plus tard dans une cabane, entre la vie et la mort. Une fois rétablie, elle découvre que son mari a refait sa vie avec une femme qui élève son fils. C’est alors que les meurtres recommencent.

Une série en 10 épisodes de 52 minutes de AXN.
Elle a été diffusée par la chaîne Altice de SFR.

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :

Stana Katic, que j’ai connu jouant Kate Beckett dans Castle, y incarne l’intelligente et troublante Emily Byrne. Elle n’est pas si éloignée que cela de son autre rôle, car elle est ici jeune agent du FBI. Mais à part ce métier, elle change radicalement et se fût un véritable plaisir de la retrouver, elle a assuré.

Emily a disparu il y a 6 ans, alors qu’elle enquêtait sur un serial killer. Son mari, également agent du FBI s’est remarié avec Alice, il avait perdu tout espoir. Ils avaient un fils, adorable, Flynn.
Et voilà qu’on la retrouve in extremis dans des conditions difficiles. Comment Emily a survécu 6 ans ? Quel traitement a-t-elle subi ? Comment reconstruire sa vie ? Mais pour l’instant, elle ne le peut pas, elle doit savoir ce qui est arrivé et mettre fin à ce « jeu » malsain, surtout que tout recommence, que des morts pleuvent, et qu’on doute d’elle-même.

Emily est très forte, elle sait très bien se débrouiller, c’est impressionnant. On sent le côté policier.
Warren Byrne est le père d’Emily, et la personne qui lui est la plus fidèle. Les discussions que les gens ont avec lui sont assez intéressantes voire mouvementées.
Jack Byrne est le frère d’Emily, alors qu’elle l’a quitté médecin, elle le retrouve représentant de matériel médical. Apparemment, il aurait très mal vécu sa perte, sombrer dans l’alcool et se serait fait licencier.
Nick est son mari. Enfin, l’était. Mais en revoyant Emily, on sent qu’il l’aime toujours, qu’il a beaucoup d’affection pour elle. Il ne l’a pas quitté par choix a priori, mais il a refait sa vie et la croyait morte.
Flynn est son fils, elle a le droit de le voir, mais c’est très difficile pour eux deux. Ils ne savent pas toujours quoi se dire. Et il appelle Alice maman.
Alice est l’autre femme. Celle que Nick a choisi et épousé après Emily. A priori, elle a l’air d’un ange, intelligente, mais elle ne semblait pas travailler. Elle s’occupe avec beaucoup d’affection de Flynn. Elle tente de tolérer la situation, cela aura fait d’elle un monstre sinon, mais par moment elle a du mal, et sans doute peur d’être un second choix, de tout perdre. Contrairement à Anna de la fille du train, il est difficile de simplement la détester.

Petit à petit des révélations sont faites, des secrets dévoilés. Et le doute s’installe. Emily finit par avoir toute la police à ses trousses. Victime ou coupable ? Et où trouver de l’aide ? Tout semble se liguer de plus en plus contre elle. Si c’est une victime, qui l’aurait piégé ? Et surtout pourquoi ?

Des scènes peuvent ici aussi être difficile à soutenir, comme la cuve d’eau. Ce que semble représenter l’image.

Digne d’un bon thriller, elle commence et c’est plutôt intéressant et au fur et à mesure, on est de plus en plus happé dedans, et on veut la suite ! On veut savoir !
On doute de tout le monde !
Si je me rappelle bien, ça a commencé a sacrément décoller après l’épisode 3.

Les histoires qui nous sont contées finissent vraiment, de ce côté là je n’ai pas eu de problème.

Thirteen est une mini-série, donc totalement terminée. C’est intéressant de plonger plus profondément dans ce genre d’histoire mais aussi glaçant.
Absentia, tout dépend de ce qu’ils voudraient nous raconter. Rien de choquant en tout cas s’ils s’arrêtent là non plus. Mais s’ils font quelque chose de qualité, je reste partante pour une suite.
Les musiques participent très bien à l’ambiance qui s’en dégage.

Quoi qu’il en soit, je ne regrette pas de les avoir vu.

Mon vide grenier Livresque #8

On se retrouve pour un nouveau vide grenier livresque, le rendez-vous initié par Fifty Shades of Books

Mon Vide Grenier Livresque

Le thème est mythologie:

Comme sous thème un livre qui en parle, même si c’est une seule ligne, un nom, ça peut être : Grec/romaine/égyptienne/nordique…

Enjoy it, je suis overbooké cette semaine. J’ai eu du mal à le caser !

Bref, en voyant ce thème j’ai immédiatement pensé à une très belle découverte de cette année qui fait la part belle à la mythologie….*roulement de tambour*….

Wonder Woman Warbringer

Couverture Wonder Woman : Warbringer

Les voyages de Ly

Les camarades de la  blogosphère :

Lire en bulles
Alice Neverland
Otak live
Les instants volés à la vie
Libertea site
Galleane
Rêve sur papier
Lune et plume
fifty shades of books

Manga Time : Dernière heure tome 3

Fiche

Dernière heure, tome 3 par Yû

Je me sens touchée, perdue, aussi doux que brutal, et poétique. Sur un sujet dur et poignant.
Le graphisme est toujours aussi beau et soigné.
Autant ceux qui restent ou ceux qui partent vivent cette guerre, la ressente, vive ses conséquences au quotidien.
On a de simples instants de vie parfois, de bons petits plats mijotés. C’est touchant.
Les premières pages sont tout en couleur et ça fait du bien aux yeux.
Il y a des tensions au sein du groupe de jeunes, des doutes, de la peur pour l’avenir.
Il y a ces mystères : l’ennemi, le lapin, le cube. Une personne qui a l’air d’être la seule à entendre le lapin, une autre qui a l’air de voir à travers lui quand il le représente sur son dessin.
Il y a cette île qui nous révèle un bien étrange mystère sur la procréation, sur comment un couple a un enfant et que depuis la guerre il n’y en a pas eu.
Qui sont les gens de cette île ?
Il y a l’ennemi, l’apparence, le doute, la peur !
Il y a cet enfant dont le père peignait la guerre, il participait à sa façon, sans aller au front, mais ça ne passait pas, et on lui faisait payer. Les gens oublient souvent qu’on ne voit pas tous le monde de la même manière, qu’on ne ressent pas les choses de la même façon, qu’on ne les voit pas pareillement, qu’on n’a pas tous les mêmes compétences.

Venez également retrouvé l’avis de tachan si juste qui touche en plein coeur : ici
« C’est doux, poétique et en même temps dur et sombre, j’adore. » Exactement !

Cinéma Time : Wind River

Résultat de recherche d'images pour "Wind river"Résultat de recherche d'images pour "Wind river"Résultat de recherche d'images pour "Wind river"

Résumé :

Cory, traumatisé par un événement de son passé, travaille comme chasseur de coyotes et autres prédateurs. Il trouve le corps violé d’une adolescente dans une région désertée, et aide une agent du FBI à en trouver qui est responsable.

Fiche SB

Durée : 1h50
Les 2 acteurs principaux sont Jeremy Renner et Elizabeth Olsen qui sont sur l’affiche et son très bien dans leurs rôles.
Genre : Drame, thriller

Mon avis/mes impressions :

Là où règne le silence, la neige. Là où les règles ont changé. Là où règne le froid et tout est recouvert de son blanc manteau, même si on n’est pas en hiver, un fâcheux événement se produit qui va entraîner une jeune agent du FBI et un chasseur blessé par son passé à la quête de la vérité.
Voilà, un bon thriller qui se passe dans une ambiance à part, assez froide et tendue. Mère nature est loin de faciliter cette délicate enquête.
Il règne dans ce coin de Wyoming à Wind river, un côté sauvage et brute de décoffrage.
Les paysages sont beaux et sauvages.
Le thriller est surprenant de bout en bout, les dernières scènes étaient difficiles à  soutenir. C’était hallucinant et à vomir, et on va encore plus loin ensuite.
J’en suis encore toute retournée.

Nous rencontrons d’abord cet endroit sauvage et loin de tout, sous la neige, qui nous subjugue par la beauté qu’il dégage. Cet endroit, ce paysage, est quelque part un personnage important lui aussi.
Nous faisons ensuite la connaissance du chasseur (Jeremy Renner / Cory Lambert). Petit à petit, on voit sa force, mais aussi les tensions, que malgré son intelligence et sa force, il n’a pas pu empêcher quelque chose qui le mine depuis, et il a dû apprendre à survivre. Quand on le voit faire, il dégage du charisme, il fait bien les choses, il piste, se prépare, tire au bon moment. C’est un bon pisteur et chasseur, d’ailleurs vu sa connaissance de la région et sur la demande de la jeune agent du FBI, il  va l’assister.
Un corps est retrouvé, une jeune femme.
Une jeune agent du FBI (Elizabeth Olsen / Jane Banner) va sur place, comme elle était la plus proche. Elle n’était pas du tout préparé à un tel climat et doit affronter la population locale.
Le médecin légiste ne peut conclure à un homicide, un meurtre, même si tout le monde sait que c’est à cause d’autre chose et donc comme un meurtre. J’ai apprécié que Jane prenne à coeur de rendre justice à cette jeune femme, de considérer cela comme un meurtre et de mener l’enquête. Personne ne pourra lui envoyer de l’aide avec un tel rapport, alors avec la police locale, et avec l’aide de Cory, elle se lance dans cette chasse qui s’avère compliqué, déjà avec ce temps qui efface les traces.
Nous allons nous promener en moto-neige, un moment très sympa.
Jane et Cory forment un très bon duo, tous les deux sont motivés pour découvrir la vérité. Elle s’interroge d’ailleurs sur ses motivations à lui.
Ici, tout est différent, si vous vous blessez, une ambulance va mettre un certain temps à venir … Ce qui change pas mal les règles par rapport à la ville. Ici, il faut avoir force psychologique et mentale et se battre pour sa survie.
Petit à petit, ils avancent dans leur enquête. Vers la fin, on revient visuellement sur ce qui est arrivé à la jeune femme (Natalie) et la force et le courage dont elle a fait preuve, et le dénouement de l’enquête, et c’est vraiment quelque chose ! Jusqu’au final, avec cette phrase qui nous assène un nouveau choc.

Le film s’inscrit apparemment dans une saga Le Nouvel Ouest (Sheridan) :
Le 1er : Sicario
Le 2ème : Comancheria
Le 3ème : Wind River

Il peut être vu indépendamment.

 

Mon vide grenier Livresque #7

On se retrouve pour un nouveau vide grenier livresque, le rendez-vous initié par Fifty Shades of Books

Mon Vide Grenier Livresque

Le thème est fantastique : donc ici, dès qu’il y a des choses surnaturelles, fantastiques.
Un petit rappel au passage ici

Aujourd’hui, je décide donc de vous présenter un de mes grands coups de coeur manga, qui vous met des étoiles dans les yeux et des papillons dans le ventre (notamment avec le passé de Chise, le harcèlement, la mauvaise compréhension). On s’en met plein les yeux, il y a plein de choses à découvrir dans cet univers.

The ancient magus bride

Couverture The ancient magus bride, tome 1

Tome 1

Les voyages de Ly
Galleane
Tachan
Ashes of memories
Pomme de renette
Roseau des merveilles

 

Série Time : Mindhunter Saison 1

Résultat de recherche d'images pour "mindhunter"

Résultat de recherche d'images pour "mindhunter"

Titre : Mindhunter

Une série créée par : David Fincher et Charlize Theron

Chaine : Netflix

Année : 2017

Episodes : 10 épisodes entre 35min et 60min

Genre : Drame – Thiller – Histoire

Avec : Jonathan Groff, Holt McCallany, Anna Torv, Hannah Gross, Cameron Britton…

Renouvelé pour une saison 2

Résumé :
À la fin des années 1970, deux agents du FBI font avancer la criminologie en s’intéressant à la psychologie du meurtre et en se rapprochant de monstres hélas bien réels.

Comment anticiper la folie quand on ignore comment fonctionnent les fous ? Deux agents du FBI imaginent une enquête aux méthodes révolutionnaires et se lancent dans une véritable odyssée pour obtenir des réponses.
En 1977, à l’aube de la psychologie criminologique et du profilage criminel au sein du FBI, les agents Holden Ford et Bill Tench vont s’entretenir avec plusieurs tueurs en série pour tenter de comprendre leur façon de penser et ainsi acquérir des connaissances afin de résoudre des affaires criminelles.

Fiche SB

Du coup, ça fait un peu chasseur d’esprit, de tête…remarque ils chassent du difficile XD -> profiler/profileur
Ah tiens, en cherchant un peu je suis tombée sur une information intéressante ici : le livre Mindhunter, dans la tête d’un profileur a inspiré cette série.

Pour le visionnage, je vous conseille d’être en forme. Vous pouvez enchaîner, mais ça peut aussi être difficile. Le 1er épisode était sympa, mais il lui manquait quelque chose, mais c’est encore mieux ensuite, et prenant.

Réservé à un public mûr et averti.

Mon avis/mes impressions :

Cette série se passe aux prémices de ce que l’ont a nommé ensuite serial killers / tueurs en série. Un nouveau type de criminel a appréhendé. Alors que la plupart du temps l’assassin connaît sa victime, et a une raison particulière (jalousie amoureuse, prendre la place du collègue pour avoir la promotion, pour avoir de l’argent, pour un héritage, etc.). Ici, cela semble sortir de nulle part et désarçonne pas mal de monde.
Ici, nous plongeons de manière très intéressante dans l’étude de ces criminels hors du commun, et quoi de mieux pour les appréhender que de discuter avec eux ! Logique, mais aussi difficile.

La série est très intéressante, glaçante, dérangeante, aborde plein de pistes de réflexion. On commence vraiment quand ces criminels n’avaient pas l’appellation qu’on leur connaît si bien aujourd’hui. C’est également le début de l’art du profilage.
Les 2 agents du FBI en charge sont intéressant et viennent avec leur histoire et personnalité. Plus tard, une universitaire les rejoint.
Même si nos 2 agents du FBI donnent des cours itinérant, cela n’a pas été une sinécure d’aller plus loin, de lancer une étude, de faire des entretiens avec eux, etc.
L’ambiance est très bien retracée, et la musique contribue à l’effet que fait la série sur nous !
Nous croisons différents serial killers enfermés ou libres, et la tension est à son comble.

Holden est une nouvelle recrue au FBI, prêt à bosser dur, à s’intégrer, avec ses idées. Amené dans cette nouvelle étude, il va se donner à fond. Il est bien apprêté, classe et élégant. Il n’hésite pas à défendre ses idées. Parfois, il ne voit pas où est le mal. Ce n’est pas toujours facile pour lui, surtout que son sujet n’est pas trop reconnu. Et il a un côté ambitieux.
Il va rencontrer sa petite amie, Debbie, de manière originale, elle est pleine de vie, de fougue, elle le fait bouger, l’initie à des jeux, parfois ils se disputent aussi, Holden a un côté jaloux. Debbie lui offre aussi son intelligence et ses connaissances, elle étudie la sociologie, c’est intéressant, à un moment donné elle va aussi se poser la question de quel travail elle va pouvoir faire avec ces études. Elle lui donne souvent des idées.
Bill est dans les sciences comportementales, il va prendre Holden sous son aile. Il sait bien s’y prendre avec les gens, trouver les bons mots, ne pas avoir l’air trop supérieur, des choses sur lesquelles Holden a du mal. Ils vont faire la route pour leurs cours. Et bien plus encore. Cela ne l’empêche pas d’avoir quelques soucis dans sa vie personnelle, dont un grand qu’il a bien du mal à résoudre.
Docteur Wendy Carr est une universitaire de haut niveau, elle va mettre une touche féminine, et universitaire, des connaissances, proposer l’étude, proposer de s’y impliquer totalement. Elle a l’air sûre d’elle, très professionnelle, peut être même un peu froide. Elle nous réserve également quelques surprises, notamment sur sa vie personnelle. Elle n’apparaît pas de suite. Elle voit dans leur travail quelque chose de grande importance, sur lequel il faudrait travailler à plein temps.
Holden, Bill et Wendy forment un bon trio, assez intéressant. C’est le début de leur équipe de recherche sur ces criminels pas comme les autres.
Holden, Bill, Wendy et Debbie sont des personnages très intéressant, chacun avec son caractère et intelligent.

Holden et Bill ont parfois du mal avec leur chef, à se justifier également.

Rencontrer, apprendre à connaître et comprendre les serial killers est difficile, éprouvant. Même pour nous à travers l’écran, il y a des moments très éprouvants. On peut également se poser la question de la limite à ne pas franchir, du danger que cela peut être de chercher à rentrer dans la tête de ces criminels hors du commun. Ils peuvent très bien être mariés, gentils à l’extérieur, intelligent…
Il est clair qu’ils dérangent, qu’ils interrogent, qu’ils ont tout bousculé. 

Déjà Holden avec sa jeunesse, sa fougue, ses idées, a du mal parfois, du mal avec les limites, car même si se mettre au même niveau que l’autre peut être un bon moyen de le faire craquer, lui faire croire qu’on le comprend, trouver le levier, il se pose aussi la question de l’effet que ça fait sur soi-même, de la limite à ne pas franchir. Il y a une grande majorité d’hommes parmi eux, ici on ne croisera aucune femme. Il y a également souvent une dimension perverse et sexuelle.
A la base, ça n’existait pas, on ne faisait pas attention à ses meurtres décousus en première apparence. Certains en ont même eu en marre, en quête de reconnaissance, ils se sont laissés arrêtés.
Ces meurtres a priori sans rapport ont un schéma. Il faudra trouver pour chacun celui qui lui correspond, également son levier. Parfois, leurs histoires nous glacent, et on s’interroge également sur un système qui a laissé ce genre de chose se faire, mais une fois la limite franchie il est trop tard pour eux.
D’ailleurs, Holden s’intéresse aussi sur la prévention, car c’est bien gentil tout cela, mais si on pouvait l’arrêter avant que ces atrocités soient commises ce serait mieux, si on pouvait l’empêcher de franchir la limite, empêcher la bascule. Holden se mêle d’un cas intéressant et très tendancieux, compliqué.
En tout cas, ça a contribué à l’incertitude de la société et que plus personne n’était à l’abri. Ici, les victimes étaient en majorité des femmes.

Ils peuvent très bien visiter plusieurs fois un serial killer (ils ont mis en place un processus aussi), des enquêtes peuvent s’étaler sur plusieurs épisodes.
Bill & Holden voyagent beaucoup.

Il y a encore largement de quoi faire et on en voit un se promener un tranquillement, du coup je serais partante pour une saison 2. C’est parfait, puisque ce sera le cas ^^.

Lecture Time : Le Joyau tome 3 (Fin)

Couverture Le joyau, tome 3 : La clé noire

Nous voici, avec le tome 3 du Joyau de la collection R d’Amy Ewing. Cette saga a été une très bonne surprise. J’ai passé de très bons et intéressants moments avec tout ce petit monde.Une saga que je ne peux que chaleureusement vous conseiller.

Le titre après lecture résonne en nous !

Tout a commencé ici

Lien LA vers le tome 3

Couverture :

Encore une jolie robe, mais aussi une jeune femme qui se tient droite et qui a l’air résolue.

Sans avoir lu les tomes 1&2 :

Ce tome 3 boucle bien l’histoire. Violet continue avec tout le monde son projet. Mais son coeur lui dicte également un projet fou, qu’elle ne peut s’empêcher de mettre en oeuvre. Elle a bien appris, elle est étonnante par moment. Cela lui fait également une bonne expérience, alors que la révolte qui gronde paraît loin d’elle, pendant son plan elle va d’autant mieux ressentir son poids. C’est différent quand on vit directement les choses.

On est tenu en haleine tout le long du tome, redoutant ce qui peut arriver, que tout tombe à l’eau. Comme dans toute révolution, il va y avoir de la casse, des dommages collatéraux, des pertes. 

Pourquoi conseiller de lire cette saga ?
*L’univers est riche et intéressant
*Il se lit comme un petit pain, les pages se tournent très facilement et défilent comme un rien
*Style très agréable. Les descriptions ne m’ont paru ni trop courtes ni trop longues, j’étais totalement dedans
*Pour la progression de l’histoire très intéressante. On est dans une certaine continuité et on monte d’un cran
*Pour la richesse des personnages
*Pour la moral, l’amour, et l’amitié que des gens partagent 
*Pour toute la réflexion dégagée
*Pour des histoires d’amour pas faciles, intéressantes
*Pour se dire que si ça va vraiment trop loin il faut se battre et non l’accepter
*Il y a un réalisme, une bonne continuité, progression, ni de choses trop faciles, ni trop compliquées.
*L’union fait la force. Ensemble contre l’oppression on est plus fort
*Pour des personnages humains, complexes, pas trop lisses

etc.

Attention, à la fin des tomes 1&2 on a très envie de continuer, on a bouclé notre tome mais le petit détail qui tue, le petit événement où il faut la suite.
L’histoire se finit, mais elle pourrait aussi continuer. Cela reste une vraie fin.

Vous avez lu les tomes 1&2 (ou ça ne vous dérange pas, je n’en dis pas trop ou à demi mot  pour certains points) :

La clé noire, symbole de liberté. Notre groupe se prépare pour la prochaine vente aux enchères, pour faire tomber la royauté. Ces nobles qui prennent les gens plutôt pour des objets, même leur prénom ils l’ont perdu. Ainsi, non, ce n’est pas seulement chez les mères porteuses que la colère gronde. Mais avec ce qu’on a appris, et si elles s’unissent l’espoir renaît chez chacun.
Violet est sauve, son amoureux est avec elle, mais elle est prête à se battre, d’ailleurs lui aussi, d’où des disputes. Avec la fin du tome 2, on sait quel nouveau coup a eu Violet, et c’est difficile pour elle. Les formations continuent, des idées germent. Le grand jour se prépare, mais ils ne maîtrisent pas tout.
Violet n’en peut plus et met au point un projet fou, grâce à ses nouveaux dons, on peut dire qu’elle a bien réussi une partie mais gare à la voix, et ceux qui la connaisse de trop. Dans l’antre de l’ennemi, elle découvre un autre travail, une autre manière de se promener dans cet endroit qu’elle connaît si bien et si peu à la fois. Sa folie reste mesurée, elle n’essayera pas de s’enfuir avec elle de suite.
Mais comment ne pas se faire découvrir ? Comment la sauver ? Comment vont-ils changer leurs destins lors des enchères ? (si tout ne s’arrête pas avant) Quelle vie ensuite ? Qui survivra ? Dans le plan fou de Violet, elle sera aussi au coeur, pourra apprendre des choses. L’aide et la trahison peuvent venir de partout. Seront-ils assez fort ? Tout le monde sera-t-il au rendez-vous ? Violet fera des choses bien, mais elle peut aussi se laisser dépasser ou submerger par les émotions, et là on peut en payer le prix.

On découvre d’autres choses, de nouvelles personnes, on en retrouve d’autres et on continue à apprendre des choses sur eux.
Coral (je ne précise pas qui elle est) est une noble, mais pas si méchante, Violet aurait pu travailler pour pire. Mais dans son éducation, sa tête, on voit bien les frivolités qui l’intéressent, qu’elle ne se rend pas vraiment compte ou ne le veut pas, en tout cas c’est loin d’être la pire.

Bref, venez dans le Joyau !

Manga Time : Innocent Rouge tome 3

Innocent Rouge, tome 3 par Sakamoto

Fiche

Une belle couverture sanguinolente, telle les temps qui règnent.

Ça fait mal, ça prend aux tripes et les images nous subjuguent. On nous rappelle des faits, qui sont pour la majeur partie d’entre nous bien connus et marquants.
Quand on a une vue d’ensemble, on est toujours aussi scandalisé par la noblesse, la royauté, sa façon de faire et de claquer de l’argent par les fenêtres (au détriment du peuple qui lui souffre) !
Il y a quelques substitutions à l’image des personnes de la cours (genre pantins, et chiens).
Des femmes ont fait des choix, atteindre une position sociale par le travail ou leurs charmes (qui peut être éphémère), mais rien n’est jamais sûr dans les 2, soumis au bon vouloir et à l’humeur de celui qui détient le pouvoir et l’argent.
Marie-Josèphe répond à l’invitation de Marie-Antoinette et la défie.
Même pour la royauté, elle est entourée de luxe mais où est la liberté ? Qui est vraiment lui même de eux, de la cours ?
On nous présente aussi 2 personnages à nous donner des hauts le cœur, un homme atroce, et une femme déchue qui tente de retrouver la noblesse, la vie qu’elle aurait dû avoir.
On va aussi revoir Charles-Henri Sanson et son fils.
Bref, ça prend aux tripes, ça reste réservé à un public mûr et averti, avec des scènes crus et de misère, et d’autres de luxe à tomber par terre.