Films Time : Nos amis les films

Hello tout le monde,

On se retrouve pour parler de quelques films, et téléfilms.
Je ne vais pas m’en sortir avec des fiches pour chacun, du coup j’espère que vous apprécierez ainsi.

Harcelée

Hier soir, j’ai regardé ce téléfilm sur france 2, suivi d’un débat très intéressant. Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet.
Ici, nous parlons de harcèlement sexuel. Il y a aussi le harcèlement moral. Les 2 sont très graves et peuvent anéantir des vies : perte de confiance, perte d’envie de vivre, perte de sentiment d’appartenance, etc.
Des séquelles invisibles restent forcément et marquent profondément, pouvant induire des changements de comportement.
Les témoignages étaient tous très touchant et à différents niveaux, même des femmes qui avaient de hautes responsabilités.
C’est quelque chose de compliquer, cela peut être induit par un manque de communication ou une mauvaise communication MAIS si ça vous détruit, si vous n’arrivez plus aller au travail/en cours, vous perdez motivation, croyance, vous sombrez. Oui, c’est grave !!!! Attention, à la tendance de la société de parler de fort et de faible (on l’est tous à différents niveaux, on fait des choix au mieux), de victimiser les coupables, de taire les choses parce que ça dérange, voire de vous enfoncer encore plus, anéantir votre carrière … Une situation déjà grave, qui va ne pas s’améliorer avec la loi du travail (de l’esclavagisme moderne) -_-. Il faut aussi voir qu’on est dans un monde d’homme -_-, dans un monde de capitalisme et de profit, où on récompense les grandes gueules. Ce qui n’améliore rien.
Nous sommes des humains, à cause des complications j’ai d’ailleurs tendance à en dire le moins possible sur moi en public, au travail … dans ce genre de cercle.
Mais on peut aussi rencontrer son partenaire au travail, se faire des amis. Cela existe. D’ailleurs vous vous imaginez devenir ami avec des collègues ? En avez fait l’expérience ? Voire plus si affinités ?
Même si la frontière est compliquée, je pense quand même qu’on ressent la différence.
Vos collègues font des blagues sans fond méchant, et sans vous attaquer personnellement, ça passe, c’est la vie (j’ai envie de dire).
N’oubliez pas non plus, chose très importante, qu’on ne ressent pas tous les choses de la même manière, qu’on n’a pas le même degré de tolérance, qu’on peut aussi mal se comprendre. D’où l’importance de la communication, mais si on a du mal à communiquer ? (genre timide)

Dans le téléfilm, c’était insidieux et révoltant, elle se retrouve seule contre tout le monde, personne ne la comprend, et c’est elle qui semble avoir un comportement d’hystérique (j’emploie exprès ce mot vu ce qu’on a pu entendre dire par certains hommes).
Cette dame n’est pas timide, elle a une famille, elle est épanouie, mais y a des difficultés. En fait, tout se fait progressivement, on a quelques doutes. Puis à un moment, on n’a juste plus aucun doute. Déjà, je pense qu’il faut quand même distinguer quand on est dans la vie professionnelle : insultes inacceptables, touchers inacceptable, chercher le café NON (il est assez grand pour se le chercher lui-même !).
Ici, c’était très claire, il cherche le rapport de force, à dominer, à faire d’elle sa chose. Et cela est parfaitement inacceptable ! Il y a également des comportements, des choses à ne pas faire au travail. C’est déjà assez compliqué comme cela (de faire avec les autres, etc.), d’autant plus pour une femme malheureusement.
Du coup, il lui met le doute, elle se dévalorise, elle perd pied. Atroce.
Au travail, on se parle, on négocie, pas de manipulation et chose très importante ce sont vos compétences qu’on vend, pas vous (en tant que personne). Même si je pense sincèrement que tout notre système est à revoir, y compris éducatif, il y a foncièrement quelque chose qui ne va pas du tout, et c’est de pire en pire.

Je suis un peu désolée, parce que n’est pas vraiment pas gai, maintenant on passe au deuil

The book of love

Disponible sur Netflix

C’est un très beau film, très prenant. On revoit Arya (de GoT).
Beau, touchant, magnifique. 2 êtres brisés, un projet a priori fou.
Ici, nous avons un architecte, un métier plutôt bien, intéressant, il doit également être bon en dessin, mais il a aussi des impératifs, le côté client, etc.
Il est gentil, rationnel. Sa femme, elle est un électron libre, qui a un métier plus dans l’émotionnel. Elle est douce, enjouée, elle a des petits jeux, des petites choses pour donner du pétillant à leur vie, pas toujours facile, mais pleine d’amour et de projets. Chacun se donne à fond à sa façon. On reverra des bribes de leur passé. Mais un jour, c’est l’accident, qui a été fatal. Il perd sa femme, et bien plus, tout ses projets, son avenir, sa force. Et là, il est anéanti. Non franchement, il va prendre quelques jours et se remettre à bosser, voire se réfugier dedans ? mais à quoi bon ? Il est détruit, mais pas fou, personne ne peut lui rendre sa femme, alors qu’il doute, ne sait plus quoi faire, son chemin croise celui d’une jeune fille vive, intelligente, qui ne le laisse pas approcher facilement, qui récolte des choses, pour construire un radeau. L’architecte et le passionné s’anime en lui.
Mais qui est cette jeune fille ? Où sont ces parents ? …
Elle est seule, elle a l’habitude, mais elle ne l’est pas totalement, elle a son fidèle compagnon à 4 pattes, un chien, qui est un personnage tout aussi important dans le film.
Ces 2 êtres écorchés par la vie vont s’unir (et pas si facilement que cela) pour réaliser un projet fou, semé d’obstacles. Ils s’aident à tenir le coup, se concentrer sur autre chose, il y a des moments très forts en émotion, très émouvant !
La curiosité, c’est aussi ces 2 gars qui étaient venus faire des travaux. Il y a aussi sa mère à elle, très ancrée dans la vie réelle et encore très active.

Sous le même toit

Dans sous le même toit, on se retrouve avec quelques bonnes idées, du rire, mais aussi de l’horreur face à un tel comportement, et de l’énervement, surtout que le gars, le père de famille donne envie de lui mettre des claques, et qu’il est très énervant, il n’a pas l’air de faire grand chose.
On joue sur le problème d’argent, et de la société moderne, comme il a payé 20% de la maison, il a le droit d’habiter 20% de la maison ! Après avoir tenté de squatter tout le monde.
La femme est intelligente, mais j’ai trouvé certaines choses affligeantes même chez elle, comme la fête du divorce.
La gamine est une adolescente tête à claque, tout à fait dans le schéma, le petit gars est plus intéressant et sympathique. Mais même si sa soeur n’est pas toujours sympa avec lui, elle n’hésite pas à le défendre.
Comme je dis, il est sauvé par quelques bonnes idées. Mais a toujours le côté horrible et affligeant des films français, que je déteste.

Un ciel radieux

Ce téléfilm a été diffusé par Arte et est inspiré du manga du même nom de Jiro Taniguchi. J’ai eu peur, parce que malheureusement ce sont les français qui s’en sont occupés. Même si j’ai senti leur maladresse, leur côté soporifique, j’ai également senti la puissance et la force de l’histoire qui s’en dégage. Un coup de maître. J’ai très envie de lire le manga, et tout ces autres mangas, mais malheureusement ça se fera difficilement, vu leurs coûts.
C’était vraiment impressionnant à plusieurs niveaux. Déjà les problèmes de société sont bien pointés, dénoncés, là aussi. L’homme est dans la vie active, désabusé, et on sent également son horrible oppression. Le jeune homme est un adolescent typique.
Là encore, nous avons un accident. Un seul se réveillera, mais surprise, dans le corps de l’autre, d’où la dimension fantastique.
L’échange de corps permet de réfléchir à l’autre, à sa situation, à la vie. Il y a de beaux moments, des moments tendres, des moments durs, des moments tristes, des moments poignants … On passe par une très large palette d’émotions, y compris le rire, oui parce qu’il ne connaît pas la vie de ce jeune et reste lui, il s’adapte comme il peut. Je vous laisse par contre le plaisir de voir comment les choses vont se passer, si cet homme pourra protéger sa famille même mort, si Léo est vraiment mort, comment il va s’en sortir dans le corps d’un autre, d’un jeune loup fou, fougueux. Cette situation peut-elle durer ? Comment vont finir les choses ?

En tout cas, plein de sujets sur lesquels réfléchir !
Oui, c’est film au sens large, vu qu’on a aussi des téléfilms.
Vous en avez vu certains ? Ils vous intéressent ?

Publicités

Cinéma Time : Blade Runner & Blade Runner 2049

J’ai la phrase en tête du petit malin qui a sorti qu’il n’avait pas vu les 2048 autres XD

Aujourd’hui, on se retrouve pour parler de Blade Runner, de science-fiction, quand on pense que le premier est de 1982, wow quand même !
Encore plus fort, il y a plein d’anecdotes à son sujet.
Et c’est adapté librement d’un livre (Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick)
Déjà tout cela, ce n’est pas rien, le film a aussi une thématique très forte, qu’on n’a pas mal exploitée depuis, sur laquelle on s’est posé pas mal de questions.
La musique et le monde sont immersifs, que ce soit en 1982 ou en 2017.

Résumé:
L’an 2019.
Les bas quartiers de Los Angeles sont noyés de pluie et envahis par une foule grise.
Deckard, un ancien « blade runner », policier spécialisé dans l’élimination des « répliquants », ces rebelles humanoïdes ultra-perfectionnés habituellement cantonnés dans l’espace, est chargé de retrouver la trace de quatre d’entre eux, qui se sont introduits dans la ville.
Son seul indice pour les détecter : les répliquants n’ont pas d’affectivité, donc pas de mémoire.
Il commence ses investigations par une visite à Tyrell, le créateur de ces humanoïdes, et fait ainsi la connaissance de Rachel, l’assistante du savant.

Mon avis/mes impressions :

Pour une fois, j’ai été sage, j’ai bien fait les choses. J’ai donc revu le premier, qui n’avait rien perdu de sa force, qui dégageait quelque chose, et cette musique ! La ville, tout comme le thème nous montre quelque chose à la fois magnifique et effrayant.
Cela m’a également fait plaisir de revoir Harrisson Ford et jeune.
On nous parle donc de répliquant. Mais là où je trouve que c’est le plus dérangeant, c’est que d’un côté on veut les utiliser, mais de l’autre on les fait ressembler à des êtres humains, comment les différencier ? On nous dit même qu’ils ont eu une « merveilleuse » idée : c’est qu’un répliquant a une durée de vie limitée de 4 ans. Mais pourquoi donc ? Eh bien, tout simplement parce qu’on a remarqué qu’ils commençaient à avoir des sentiments, et que là ça dérange. Tout ceci questionne aussi l’humanité. Qu’est-ce qu’être un humain ? S’ils ont des sentiments sont-ils encore des robots ? On pourrait aussi les voir comme une version améliorée de l’humain, plus robuste et tout, comme l’avenir de l’humanité. Pourquoi auraient-ils moins de droits ? Ils ont quelque part étaient encore plus retord, car certains répliquants ne savent pas ce qu’ils sont. Comment est-ce possible ? On leur a implanté des souvenirs, comme c’est quelque part notre identité, ce qui nous forge.
Ici, on se retrouve donc avec 4 répliquants en fuite. Et un blade runner, il est chargé de les désactiver, de mettre hors service, ce n’est pas vraiment tuer comme ils sont considérés comme des machines. Mais avec Rachel, les doutes l’assaillent, puis il doute de ce qu’il est aussi. Plus rien se sera alors comme avant pour lui.

En 2049, la société est fragilisée par les nombreuses tensions entre les humains et leurs esclaves créés par bioingénierie. L’officier K est un Blade Runner : il fait partie d’une force d’intervention d’élite chargée de trouver et d’éliminer ceux qui n’obéissent pas aux ordres des humains. Lorsqu’il découvre un secret enfoui depuis longtemps et capable de changer le monde, les plus hautes instances décident que c’est à son tour d’être traqué et éliminé. Son seul espoir est de retrouver Rick Deckard, un ancien Blade Runner qui a disparu depuis des décennies…

Mon avis/mes impressions :

Ici ils proclament haut et fort leurs désirs d’esclaves, oui comme l’Histoire nous le montre c’est avec des esclaves qu’on forge une grande société (c’est ce qu’un sombre homme soutient). Il y a donc ces êtres si semblables aux humains, mais qui n’en sont pas, pour s’occuper des tâches dont personne ne veut, il y en a pour donner du plaisir aussi, …
Encore une fois, on voit plein de choses gênantes, qui questionnent, qui mettent mal à l’aise. Etre un être de biogéniérie permet aussi de se casser moins facilement, d’être plus robuste, …
Bien sûr, on a toujours ces merveilleux implants, alors comment savoir si vous êtes humains ou non ? Mais finalement qu’est-ce qui fait de vous un humain ? On a de quoi se poser des questions, parfois ce sont les humains qui ressemblent le moins à des humains.
Et ces jolis souvenirs comment sont-ils créent ? appartiennent-ils à quelqu’un ? Comment savoir si c’est vraiment le sien ? Comment en inventer de si réaliste ?
La ville est toujours très colorée, agressive, voulant plaire, la nuit il ne fait pas si nuit que cela, aussi belle qu’étouffante, la prostitution existe toujours, il y a même moyen de moderniser. On a toujours ces affiches clinquantes, ces hologrammes, la pub vous prend de toute part et vient sur vous, de la folie pure !
On se retrouve à nouveau avec un blade runner, nommé K cette fois-ci, oui parce qu’il n’a pas vraiment besoin d’un vrai nom selon eux. K fait sob job, mais va tomber sur une épine, qui va le faire remettre des choses en question. K est régulièrement contrôlé par toute une batterie de tests. Alors que K semble seul dans son appartement, on entend une douce voix : sa chérie. Elle n’est pas comme vous le croyez, elle ne peut pas le serrer dans ses bras, mais elle a amour et réparti. C’est le job de ce qu’elle est, pourtant elle dégage tellement plus, dans ses expressions elle est si pleine de charme, elle s’émerveille de ce qu’elle découvre. Un très bel amour, fait tout en subtilité. Ils ont de très beaux échanges.

Blade Runner nous parle d’une histoire classique et dérangeante, c’est un grand film de science-fiction par sa thématique, son ambiance, ses questionnements qui nous mettent mal à l’aise et font réfléchir à plus d’un titre.
La relève est joliment assurée avec un visuel très fort, comme le permet l’époque. Bien sûr, depuis on a déjà vu ce questionnement avec les robots, machines dans des films, séries…Cela reste une thématique d’époque et importante !

J’ai eu l’impression que la musique dégageait quelque chose de plus fort dans le premier film, même si j’ai aimé dans le 2ème aussi, et qu’on a même envie de rester tout le générique, quitter cette ambiance c’est quelque chose (je crois parce que dans le 2 il n’y a jamais de paroles). A part que c’est long sur un fauteuil de cinéma, le temps est passé vite. J’ai aimé revoir des personnages du 1 voire faire quelques liens. La thématique est géniale ! Cela, je vous l’ai déjà dit XD !

Sinon oui l’histoire reste classique, elle n’en perd pas son efficacité, son propos, et les questionnements.
Je n’ai pas été choquée du jeu des acteurs, tellement j’étais prise dedans. Après Rick Deckard faisait bien l’homme blasé, un peu au bout, méfiant, mais qui a eu la force de survivre et pas totalement seul. Ryan Gosling était un plaisir à retrouver, peut être même oscillant entre machine et humain, ne savant plus trop. Mais c’est aussi à cause de son travail (oui ça aussi c’est une grande question le travail qui nous définit, peut modifier notre comportement, jusqu’où accepter etc.), pourtant il l’aime Joy, il est touché par des choses.
Quand à Ana de Armas et Carla Juri, elles sont merveilleuses et subtiles dans leurs rôles, très émouvantes.
Après de manière générale, je ressens moins le jeu des acteurs que d’autres (ou je mets sur le compte d’autre chose et je ne suis pas choquée XD)

Si jamais on a une suite, classique aussi vers quoi on va, vous avez deviné ? (surligner en dessous ou pas)
Révolte des machines

Il faudrait quand même allé plus vite ^^ (ne pas mettre aussi longtemps)

Cinéma Time : Action, politique et manipulation

Mes 2 derniers films ont en commun d’être des divertissements, d’avoir une dose d’action, mais aussi un côté politique (de quoi écoeuré et mettre mal à l’aise) ainsi que d’être de sacrés jeux du chat et de la souris, et de faire la part belle à la manipulation !
Là où c’est assez cool, c’est qu’on est surpris, et on se sait pas vraiment à quelle sauce on va être mangé. La dernière chose qu’ils ont en commun c’est la soif d’argent, qu’il est dur de s’en sortir avec le salaire donné, seulement à un moment donné ça va vraiment trop loin !

Sans avoir le truc en plus, ce sont de bons divertissements avec lesquels passé un bon moment, bastille day n’est pas seulement validé par moi XD

PS : Le lien vers la fiche sériebox est sur les synopsis.

Barry Seal : American Traffic

Synopsis :
L’histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l’une des plus grosses opérations secrètes de l’histoire des Etats-Unis

Mon avis/mes impressions :
Barry Seal était un homme plutôt chanceux : doué et intelligent, avec un bon métier (pilote), une jolie femme, tout lui souriait. Tout a commencé avec des petites magouilles pour arrondir les fins de mois comme on dit. Repéré par plein de gens, et par soif d’argent et d’aventures, sa vie va devenir dangereuse, riche, aventureuse, de la folie pure.

On nous dit que c’est inspiré d’une histoire vraie.
J’ai juste vu le début de la BA mais je ne la trouve pas représentative du film.

Le générique est très original et sympathique.
Ils avaient également une manière très originale de représenter les guerres entre pays.
Barry est un homme attachant (comme il est incarné en tout cas), pilote (donc plutôt un bon métier), une famille. Malgré tout, tout du long, il reste assez gentil, il suit le courant, il participe à l’économie locale, il en a profité mais c’est loin d’être le seul, il s’est autant servi des autres que les autres se sont servis de lui. D’ailleurs, quand il a été invité par un narco-trafiquant pour transporter ses colis, il n’aurait pas forcément facilement pu lui dire non. Une fois dans l’engrenage, il pouvait aussi difficilement faire marche arrière.
J’ai adoré les scènes de vol, c’est vraiment un pilote hors pair, et il n’hésite pas à faire des suggestions et dire ce qui n’irait pas. Non parce qu’il y en a qui veulent vraiment tout, un peu une tendance humaine, et le poids alourdi l’avion. On visite des pays, on a des scènes spectaculaires, on a des scènes d’affaire. Barry est partout et toujours à l’aise, il est assez prévoyant, il a de bonnes idées. Son entreprise va même s’étendre.
Lucie, sa femme, lui permet de garder pied sur terre, de penser à rentrer chez lui, elle est réaliste, au début quand il veut quitter son entreprise elle se méfie, elle parle de la mutuelle … Mais ça ne va pas l’arrêter, comme beaucoup de fois sous couvert d’assurer une belle vie à sa famille, il se noie dans le « travail » et l’argent commence à un moment donné à couler à flot, tellement que ça en devient indécent (il y a d’ailleurs des scènes très drôles liées à cela). Une vie d’aventure, de risque et d’argent, mais jusqu’où cela continuera ? Qui tombera ?
Tom Cruise qui incarne ce pilote d’élite est un plaisir à retrouver, avec ses mimiques et tout, il nous le rend attachant.
Le film est vraiment dingue quelque part, mais quelle folie !

Bastille Day

Synopsis :
Michael Mason, un pickpocket américain, devient l’homme le plus recherché par la CIA à Paris lorsqu’il vole ce qu’il croyait être un simple sac. Sean Briar, l’agent chargé de l’enquête, se rend rapidement compte que Michael n’est qu’un pion dans le vaste complot qui se prépare, et il le recrute pour remonter jusqu’à la source. Commence alors une course contre la montre, où les deux hommes vont devoir faire équipe pour déjouer les plans d’une puissante organisation dont ils sont désormais les cibles.

Mon avis/mes impressions :
Michael est un pickpocket hors pair, doué comme tout. Une petite diversion et l’air de rien, il vous a dépouillé. Mais le jour où il repère cette jeune femme anxieuse et lui vole son sac, sa vie va basculer, car ce sac ne contenait rien de moins qu’une bombe. 3 personnes différentes vont se retrouver unis pour le meilleur et pour le pire, à devoir collaborer, pour déterrer la vérité et évité d’y laisser leur peau.

On commence avec Michael, qui a payé une fille pour qu’elle se promène toute nue : la diversion, et là tout facilement ils allègent les gens. Oui, la diversion, retenez bien !
Zoé a été embrigadée pour poser une bombe, seulement quand elle va dans les bureaux, elle tombe sur les femmes de ménage, alors qu’il devait n’y avoir personne. Elle part donc, et s’inquiète, alors qu’elle appelle, décide que non elle ne le fera pas, elle se fait détrousser son sac, qui n’a pas l’air de contenir grand chose, une fois que Michael a pris ce qui lui semblait intéressant, il repose le sac, et là il explose.
L’attentat est revendiqué.
La révolte gronde dans les rues avec plein de gens mécontents et en colère.
On est à la veille de la fête nationale de la France (prise de la Bastille).
Sean, un agent américain, mène aussi l’enquête, et poursuit Michael pour l’interroger. On a le droit à une superbe poursuite sur les toits de Paris (c’est dangereux, à ne pas refaire XD).
Nos 3 compères : Michael, Sean, et Zoé vont devoir se trouver, se confronter et rechercher la vérité. Ils risquent leur vie.
Qui veut vraiment poser des bombes et pourquoi ? Michael ne pourrait-il pas se reconvertir ?

Cinéma Time : Nos amis les films

Les films nous emmènent pour un petit moment ailleurs, dans une histoire, nous dépayse … et on a de tout …

Cette année, il y a pas mal de films aussi au cinéma cet été qui font de l’oeil.

J’attends impatiemment d’en voir un, mais je l’ai décalé. Saurez-vous deviner lequel ?

Ces 3 films sont assez originaux et insolites, des expériences à faire !

Baby Driver

Résultat de recherche d'images pour "baby driver"

Une bande annonce plutôt fun et classe, le gamin avait l’air attachant et me voilà embarqué avec une copine en vostfr pour le regarder 🙂

Un film assez insolite et fun, à certains moments il prend le contre-pied total, et nous fait passer par plein d’émotions. Il est vraiment bien sympa ce petit film, et ce gosse est super ! Mais que vient faire un jeune homme dans ce monde là ?
Une bande son tout aussi originale et insolite, avec des titres qui sont de retour, parce que notre jeune homme surnommé Baby c’est jamais sans mon Ipod, et il va vous faire swinguer.

On commence sur les chapeaux de roue et attention ça décape, Baby sa mission c’est d’être chauffeur, il attend patiemment et quand vient le moment musique et il démarre au quart de tour, il y a des scènes assez impressionnantes, et la course poursuite du début avec les policiers qui sont très rapidement là est impressionnante, à couper le souffle, on se demande si c’est possible XD.
Il réfléchit et agit en conséquence.
Il apporte le café au groupe de manière originale, il parle peut mais est capable de restituer le plan dans son intégralité, il sa fait taquiner par ses collègues qui en plus changent du coup il faut tout recommencer. Le big boss au sommet des plans a de l’estime pour lui. Pourquoi fait-il cela ? Pour l’argent ? les sensations ? le tout ? Pourquoi toujours écoute de la musique même quand on lui parle ? Prévoit-il de s’arrêter ? …
C’est son passé qui petit à petit se dévoilera à nous qui va nous expliquer différentes choses. En attendant, on voit qu’il est le chauffeur, et se fait taquiner par certains du genre qu’il est planqué. C’est un bon petit gars il le prouve par ses actions. Il vit avec un grand-père noir. Qui est ce homme pour lui ? Là aussi, on va le découvrir.
Et un jour, il flashe sur une fille, s’ensuit des discussions sympathiques, mais comment faire avec son « métier » ? Quel avenir pour lui après avoir participé à ces opérations ?
Venez swinguer avec un petit gars pas comme les autres : Baby

Dunkerque

Mon cinéma a commencé par nous mettre un message pour nous expliquer qu’on avait plus de bande noires à certains endroits pour respecter le format voulu par le réalisateur Christopher Nolan.

Dunkerque reste un film de guerre, donc si vous n’aimez pas, ne supportez pas, passez votre chemin. Ca reste le genre de film difficile à voir et très triste. Mais je l’ai aussi trouvé assez insolite, original, voire déstabilisant j’avais un peu l’impression d’être comme dans un documentaire et de suivre quelques personnes, points de vue, sur terre ou en l’air. Il y a également un très beau message d’espoir qui s’en dégage. Ils ont tous l’air saisis au vif, parfois dépités au vue de la situation, mais se battant pour survivre, presque avec une force incroyable. Ils ont également peur de l’image qu’ils pourraient donner, de l’échec. Les hommes sont aussi beaux que cruels, tout le monde voulant survivre, essayant de légitimer des choix, plein de peuples différents, plein de fonctions différentes. Un sacré film quelque part avec de sacrés plans.

On a l’impression d’être dans une immense tromperie, débâcle. Des jeunes soldats courent, tentent de fuir, les balles fusent, et ils en tombent. Un jeune homme passe des lignes d’un autre pays, en disant qu’il est anglais il peut passer, rien de plus, rien de moins.
Et voilà qu’on est sur la page, avec plein de monde. Comment partir ?
Ils sont menacés par des torpilles de sous-marins, et également par ce que lâchent les avions. Il y a des pilotes dans le ciel qui livrent un combat intense pour la survie, pour se battre, pour protéger les leurs. Un combat grandiose et atroce, de penser de se servir d’un avion pour tuer des gens en lâchant des horreurs sur eux.
Il y a la mer, mais pas assez de bateaux. Ils ont tenté un pari fou, un appel à des civils, à des embarcations privées, moins grande, plus légère mais aussi plus malléable, qui peut tourner plus vite.
Il y a ce soldat qui suit, survit comme il peut.
Il y ce pilote qui combat autant qu’il peut avec son avion.
Il y a cette famille qui répond à l’appel, ce ne sont que des civils, mais le père est un homme qui tient à sa patrie, y croit et veut l’aider.
Il y a cet homme détruit qui a tout juste échapper de la guerre et est paniqué à l’idée d’y retourner (Cillian Murphy)
Il y la marine, et surtout le commandant, on lui a demande d’en sauver un certain nombre. Y arrivera-t-il ?
Une grande et atroce aventure humaine, où parfois de la lumière s’en dégage.
Des morts, des survivants de la guerre, et même une mort si dommage. Cette vie qui ne tient qu’à un fil, et pourtant certains s’en sortent malgré tout.

Mary ou Gifted

Ce film est appelé Mary comme la jeune fille mais aussi Gifted (doué)

C’est un très beau film qui questionne encore une fois l’innée et l’acquis, mais qui nous rappelle aussi de penser à avoir une vie, s’amuser, profiter de sa vie. Qu’il faut vivre pleinement sa vie. Mary, différente, intelligente, est super attachante, c’est très sympa de passer du temps avec elle. Elle est adorable. On nous montre aussi que même imparfait, on peut être aimé. Sinon c’est bien triste de voir des gens de la même famille se battre. Beaucoup d’émotions dans ce film et de réflexions sur des valeurs. Une très belle complicité malgré des disputes lient Frank et Mary, et il explique bien les choses.

Le jour où Frank envoie Mary à l’école, il prend un gros risque, sa voisine l’avait prévenu, mais il veut absolument qu’elle ait une vie la plus normale possible. Et ça ne loupe Mary n’a pas la langue dans sa poche, elle ne comprend pas certaines choses, agit, trouve les cours ennuyeux, elle sait les réponses et même bien plus. Mary est une belle petite fille, dynamique, enjouée, cultivée, et très intelligente. Bien plus que les autres jeunes de son âge, c’est un « génie » comme on dit, même si ce n’est pas forcément l’idée du siècle de catégoriser les gens.
J’aime le fait qu’elle soit droite, on l’a accusé plusieurs fois bien maladroitement alors qu’elle ne faisait que défendre des gens, dire ce qu’elle pense.
D’ailleurs Mary a aussi un jour ramené Fred, un chat, mais il n’a qu’un oeil.
Frank veille sur son comportement, il la laisse faire, elle étudie déjà des livres de maths *o* bien compliqués XD, par contre il veille aussi à ce qu’elle ne fasse pas que cela, à ce qu’elle profite de couchers de soleil, de jouer, de sortir …
Des gens voudraient l’envoyer dans une école pour génie, il ne veut pas la freiner mais a peur qu’elle se perde. Ce n’est pas son père, mais son oncle. Il n’a pas officiellement son droit de garde. Qu’est-il arrivé à ses parents ? D’ailleurs Frank n’a pas toujours vécu ici et fait ce métier ! La grand mère ne jure que par l’excellence. Voilà que Frank va devoir se battre pour garder sa nièce avec lui, c’est une responsabilité de s’occuper d’une petite fille, mais vu qu’elle ne manque de rien, et qu’il veille sur elle, ils disent des choses bien injustes et cruelles. Et même s’il faut la laisser exploiter ses belles possibilités, elle ne doit surtout pas en oublier de vivre. D’ailleurs, sa mère, a payé le prix fort.

Cinéma Time : The Garden of Words

Résumé :
Takao, un jeune lycéen qui souhaite devenir cordonnier, sèche les cours et se rend dans un jardin japonais où il s’entraîne à dessiner des chaussures, les jours de pluie. Il y fait la rencontre de Yukino, une étrange jeune femme. Alors qu’ils deviennent de plus en plus proches, la saison des pluies touche à sa fin…

Durée 45 minutes de Makoto Shinkai
Traduction : le jardin des mots
Date de 2013

Mon avis/mes impressions :
Makoto Shinkai nous livre une pépite, une merveille à voir et à revoir, tant sur l’image, la bande son que sur l’histoire. Beaucoup d’émotions s’en dégagent.
Les images sont au niveau de l’affiche juste sublimes.
Deux êtres qui se rencontrent et se revoient dans d’étranges circonstances, ils partagent des choses mais ne se connaissent pas vraiment. Les jours de pluie, un nouveau monde s’ouvre à tous les 2. Ce petit jardin est leur lieu à eux deux.

Le graphisme est à tomber, on ne peut pas ne pas rester focaliser, garder les yeux dessus. Le film n’a aucune dimension fantastique.
L’esthétique est soignée, on bouge avec les personnages, on vit avec eux, on entend la pluie qui tombe, les émotions sont décuplées.

Le jeune Takao n’a pas forcément une situation familiale facile, mais il y a de l’amour entre eux, il est au lycée. Il souhaite devenir cordonnier, il craint qu’on se moque de lui. Il a des amis, il a sa vie. Seulement, il sèche ses cours les jours de pluie, et seulement les jours de pluie.
Un jour, il va dans un jardin, c’est un jour de pluie. Et il croise Yukino, qui semble plus âgée que lui. On ne connaît ni son âge ni son métier. Au fur et à mesure, ils font connaissance. Yukino a l’air blessé, elle récite des poèmes, l’écoute. Ensemble, ils partagent quelque chose. ils finissent par se retrouver tous les jours de pluie. Mais Yukino qui semble être en âge de travailler en entreprise, que fait-elle dans le jardin ? Peut-elle seulement se le permettre ?

Les moments de vie sont jolis, bien brossés. Ce n’est pas forcément parce qu’elle est la plus âgée, ou une femme, qu’elle sait ou pas faire quelque chose mieux que ce jeune lycéen.

Takao avance dans sa vie…les choses et des questions vont se relier magistralement.

C’est une oeuvre sublime, touchante, poétique, où 2 personnes partagent au départ de simples instants de vie sans en savoir beaucoup sur l’autre. Comme Takao, on va s’interroger sur Yukino …
Tant par l’histoire que par le graphisme, une histoire à voir et à revoir ! Une histoire touchante qui fait réfléchir.

Je ne peux pas vous en dire plus, mais si vous ne l’avez toujours pas vu, réparer vite cela XD !

Cinéma : Demain tout commence

Résumé :
Samuel vit sa vie sans attaches ni responsabilités, au bord de la mer sous le soleil du sud de la France, près des gens qu’il aime et avec qui il travaille sans trop se fatiguer. Jusqu’à ce qu’une de ses anciennes conquêtes lui laisse sur les bras un bébé de quelques mois, Gloria : sa fille ! Incapable de s’occuper d’un bébé et bien décidé à rendre l’enfant à sa mère, Samuel se précipite à Londres pour tenter de la retrouver, sans succès. 8 ans plus tard, alors que Samuel et Gloria ont fait leur vie à Londres et sont devenus inséparables, la mère de Gloria revient dans leur vie pour récupérer sa fille… (Source : Allociné)

Mon avis/mes impressions :
Pour une fois, on se retrouve avec un bon film français, touchant, même si parfois ça a l’air un peu idéalisé. C’est un très bon moment à passer, le meilleur rôle d’Omar Sy. On ne croirait pas que c’est un film français, il a marché comme marche des films américains, anglais sur moi. Comme quoi ils peuvent faire quelque chose de bien ! Un joli hymne à la vie !

Samuel (incarné par Omer Sy) vit une vie très tranquille, à la baba cool, le genre de personne qu’une partie de moi-même a envie de baffer à ne rien prendre au sérieux, faire n’importe quoi. On ne sait même pas vraiment s’il a fait des études, aucune attache, il anime un centre de vacances je dirai, la plage, la mer, les vacances, le bateau. Il fait la fête, couche avec plein de filles même plusieurs en même temps. Il ne se prend pas la tête, énerve sa patronne mais en même temps ramène des clients et les fait revenir avec sa chaleur, sa joie de vivre, qui sonne a priori assez naturelle.
Mais un jour, une jeune dame vient, elle lui annonce qu’ils ont couché ensemble il y a un an et lui présente son bébé. Là, il se livre à un jeu de mot, il est perdu. Et voilà qu’elle dit qu’elle va payer le taxi et le laisse, et qu’elle se casse avec le taxi (oui, elle abandonne sa fille à un inconnu, voire pratiquement)
Désemparé, et prenant la vie comme elle vient (c’est ce que je dirai), il la poursuit à l’aéroport, mais la rate, et va à Londres. Là, il est perdu, dans cet endroit où il ne connaît ni la langue ni la ville, adieu soleil et mer, bonjour pluie. Il ne se débrouille pas trop bien en anglais. Pour certain, la vie peut offrir de drôles d’opportunité, suite à une bévue et une rencontre voici son avenir pas si mal assuré que cela dans un métier certes original.
C’est absolument étonnant qu’il reste là bas, ne fait pas de test de paternité, ne la confie pas à la DDASS. Elle est là, et il l’intègre plus ou moins laborieusement à sa vie, sans se poser plus de questions. Il se bat d’abord pour retrouver sa mère, puis en sa mémoire invente des histoires.
Samuel, toujours aussi baba cool, mais avec une fille maintenant. Dans son malheur, cette rencontre a été une chance énorme, il a maintenant une vie un peu plus stable, un beau foyer, il y a mis sa joie de vivre, ses pétillements dedans. Il a une maison et une façon de fonctionner incroyable par moment. Il use toujours autant de ses charmes, atouts mais sans coucher à tout va.
L’histoire est belle, touchante, assez incroyable avec une très belle double lecture.

Samuel a sa fille Gloria, il fait tout pour elle, mais ne maîtrise toujours pas vraiment son anglais, c’est elle qui traduit pour lui. Il semble conserver des comportements que la société qualifierait d’irresponsable. Il ferait tout pour elle. Ils forment un magnifique duo à l’écran qui nous fait rire, nous touche en plein coeur. C’est un papa plein d’amour pour sa fille.

Mais un jour la mère revient. Et si tout cela n’était pas si simple ?

Mention spéciale à Bernie qui est une crème et une aide précieuse.
Mention spéciale à Gloria qui est une super jeune fille, intelligente, dynamique …

Ce film est beau, touchant, nous fait passer du rire aux larmes, nous entraîne. On ne peut pas être sûr avant la fin, les derniers mots qui nous sont donnés. C’est aussi un hymne à la vie, et d’en profiter. Et une réflexion sur qu’est-ce qu’un parent ? C’est aussi un humain, qui ne peut pas tout savoir, qui a ses défauts, mais c’est surtout important d’être présent pour son enfant, bien l’élever, passer du temps avec lui pour tisser des liens, lui donner de l’amour, de la confiance en lui.

Cinéma Time : Point films

Aujourd’hui on retrouve des gens qui n’ont pas leur langue dans leur poche à différents niveaux, de différentes façons.

Hitman & Bodyguard / The Hitman’s Bodyguard

Ce film est un concentré d’humour et d’action, il assure totalement la détente. Un peu irrévérencieux, disons qu’ils ont un langage cru. D’ailleurs, je pense qu’il est à voir de préférence en vostfr. Autant ennemi qu’ami, parfois il n’y a qu’un pas, avec des visions opposées, Ryan Reynolds et Samuel L Jackson se donnent la réplique, et c’est savoureux.

Le début est assez marrant, Ryan Reynolds est garde du corps, et d’un sacré niveau, triple A, il va d’ailleurs nous saouler tout le film avec son triple A. Tout se passe bien, tout est fait en fanfare et au dernier moment il arrive quelque chose et là il change. Beaucoup de choses changent, pourtant on constate vite qu’il est toujours aussi bon.
L’un est tueur, l’autre est garde du corps, ils se connaissent déjà, d’où les retrouvailles explosives, ils vont devoir s’allier pour faire tomber une sacrée ordure.
L’histoire est assez classique et atroce quelque part avec le type dont on fait le procès, mais nos 2 larrons apportent quelque chose de différent au film, et on rit à gorge déployée. Même si le début et pour un film du genre peut se tenir, la dernière partie est clairement très exagérée et diablement jouissive.
Petit à petit, on reconstitue certaines choses qui se sont passées aussi avec leur petit lot de suprises.

A coup de fuck, motherfucker et autres joyeusetés, n’hésitez pas à lui préférer la version en vostfr. De toute manière, les échanges entre les 2 larrons doivent être bien plus savoureux.

Quartet

Petite pépite britannique très sympa à voir avec du rythme, de la musique, la cruauté de la vieillesse, et la vie tout simplement. À voir en tout cas.
Les personnes âgées ont elles aussi été jeunes un jour, eu un métier, et ici ce sont  des musiciens et chanteurs d’opéra à la retraite. Chacun avec son caractère.
Quand une diva arrive, cela remue des souvenirs et ce n’est pas de tout repos. En plus, on lui fait une demande qu’elle ne s’empresse pas d’accepter. Ici aussi, on peut se retrouver avec un petit côté irrévérencieux quand tout ce petit monde se confronte, la situation actuelle ainsi que remue le passé.
La diva est incarnée par l’excellente Maggie Smith.

Cinéma Time : Seven sisters

Résumé :
2073. La Terre est surpeuplée. Le gouvernement décide d’instaurer une politique d’enfant unique, appliquée de main de fer par le Bureau d’Allocation des Naissances, sous l’égide de Nicolette Cayman. Confronté à la naissance de septuplées, Terrence Settman décide de garder secrète l’existence de ses 7 petites-filles. Confinées dans leur appartement, prénommées d’un jour de la semaine, elles devront chacune leur tour partager une identité unique à l’extérieur, simulant l’existence d’une seule personne : Karen Settman. Si le secret demeure intact des années durant, tout s’effondre le jour où Lundi disparait mystérieusement…
(Source : Allociné)

Fiche SB

Le titre est soit Seven sisters (7 soeurs) soit What Happened to Monday ? (Qu’est il arrivé à Lundi ?). Les 2 titres sont plutôt pas mal et en anglais XD

Mon avis/mes impressions :
Les dystopies sont passionnantes, les sujets sont énormes, et ici il m’a tout de suite beaucoup intéressé ! Le film a un côté réaliste, cru, percutant, ironique, cynique tout en nous offrant des moments tendres, drôles.
J’ai beaucoup aimé ce film qui est marquant, et pourra encore nous faire réfléchir longtemps après. On peut déjà commencer dès qu’on lit l’histoire.
La première partie est assez psychologique, on les revoit aussi enfants et on voit une partie de comment ils se sont organisés. Leur grand père est rusé, intelligent. Son idée est aussi géniale que tordue. Mais l’idée qu’à 7 on est plus forte que seule est vraiment sympa.
La seconde partie nous plonge dans l’action, le thriller oppressant et angoissant, la lutte pour la survie, découvrir la vérité.
La musique participe bien à l’ambiance du film. Certes si vous êtes un peu habitué, vous devinerez certaines choses, mais une fois plongée dedans avez vous vraiment tout deviné ? Cela ne vous a pas fait de l’effet ? Fait réfléchir ?

Dès le début, le ton est donné, comme un documentaire, on voit le constat de ce monde et la politique de l’enfant unique qui fût mise en place pour pallier à la surpopulation. Certes, la loi est très cruelle, mais on peut aussi se poser la question de quel avenir pour les êtres humains sans elle ?
Certes quand des enfants sont arrachés à leurs parents ça fait très mal.
On peut aussi se poser la question du travail qu’on accepte de faire. C’est aussi une grande question non ?
Bien sûr, tout le monde ne connaît pas tout.

Le monde est rempli d’une technologie formidable, pourtant il m’a paru très froid, très austère, très aseptisé. Avec leurs règles, Karen Settman peut s’assurer une vie, qui semble assez « confortable ». Mais Karen est 7 personnes à la fois.
La maman des filles meurent en les mettant au monde, le papa est aux abonnés absents. Leur grand-père prend alors une décision, il va les élever et comme elles sont autant que de jour de la semaine, chacune portera le nom d’une journée : lundi, mardi, mercredi …
Et chacune sortira son jour de la semaine.
D’ailleurs samedi et dimanche ne serait-elle pas privilégier vu que c’est les jours de liberté ? XD
C’est déjà compliqué ainsi, alors je pense que le plus sûr était de ne surtout pas bouger la journée. On ignore le métier du grand père. Il est rusé, leur enseigne, met des règles en place, les met en garde. Et promet qu’on leur trouvera un métier qui se servira de toutes leurs compétences. Comment a-t-il fait pour toutes les nourrir ? Il n’y a pas de rationnement en place ?…
Comment assurer ceci : règles plus point quotidien en fin de journée où on doit tout se dire, montrer. Car il ne faudrait pas être prise en défaut. Il attend apparemment qu’elles aient l’âge de raison (6-7 ans) pour tenter la 1ère sortie.
C’est la promesse d’une vie qui n’est plus tout à fait sa vie, contre celle d’être cryogénisé, et de revenir plus tard, les siens ne seront plus là, et c’est sans sûreté.

Leur grand-père leur a dit dehors vous êtes Karen Settman, comportement identique, mais à l’intérieur vous êtes vous-mêmes, exprimer vous. Chacune a ses compétences, son style, sa coiffure, ses envies. Chacune aimerait ne pas juste avoir un jour de la semaine. Petites, elles ont déjà payées très chères. Et en grandissant, des envies se développent, elles veulent autre chose qu’une aventure d’un soir.
Et se sont-elles vraiment tout dit ? tout le temps ?

Mais voilà, qu’un jour, jour où elles allaient savoir si elles décrochent leur promotion grâce à un travail d’équipe, et étaient en concurrence avec un collègue, que Lundi disparaît. Que lui est-il arrivé ? Sont-elles compromises ? Quel avenir pour elles après ? Peuvent-elles vivre individuellement après autant de temps ? …
Alors que le gouvernement n’a aucun intérêt à avouer que pendant 30 ans elles ont réussi à survivre ensemble, une traque sans merci et sans pitié commence, où elles devront déployer toutes leurs compétences, où elles seront aussi fortes que faibles, où elles seront déstabilisées sur des parties qu’elles ignorent, où elles tenteront de reconstituer le puzzle, de découvrir la vérité, de survivre, où les pistes s’emmêlent pour nous perdre, où notre souffle sera coupé.

PS : Noomi Rapace est superbe dans ces 7 rôles différents.
Le film est mis en scène sous forme de chapitre qui correspondent aux jours de la semaine.

Cinéma Time : Point films

Le petit Nicolas
Les vacances du petit Nicolas

M6 a eu la bonne idée 2 mardi soir à une semaine près de nous plonger dans les aventures du petit Nicolas. Ce petit a quelque chose d’attachant. Il est de classe moyenne : ses parents ne sont ni vraiment pauvre ni vraiment riche.
Cette saga est désopilante, on rigole bien et on passe vraiment de bons avec eux. Les enfants peuvent avoir une de ces imaginations débordantes o_O.
Quand il est avec ces potes, c’est encore plus de bêtises par moment, plusieurs cerveaux qui réfléchissent mais pas forcément de la bonne façon XD.
Cela ne se passe pas dans nos années mais quelques temps avant (vers 1960).
Le premier film reste meilleur que le 2ème, mais on passe quand même de bons moments dans le 2ème aussi.
Et aussi ces chers enfants changent d’avis comme de chemise loool.
Dans le 1er film, un pote de Nicolas a eu un petit frère, il note certaines choses qui ont changé, et d’un coup Nicolas note les mêmes, s’inquiète, croit qu’il va être abandonné comme le petit poucet… Une imagination débordante et des discussions pas assez claires XD.
Dans le 2ème film, on dit un au revoir tonitruant à l’école, puis Nicolas part en vacances, là il va inventer des choses, croyant encore un drôle de truc, et faire la rencontre de plein de potes différents.
Les parents sont touchant à un moment donné ^^.
Alors, oui ça peut être exagéré, formaté, oui comme le petit Nicolas a grandi le temps de faire le 2ème film, c’est quelqu’un d’autre qui a pris sa place (et y avait un autre truc bizarre). Mais ce sont de bonnes détentes pour l’été à voir et revoir.

Diana 

affich_25458_2

Je l’ai pris comme un film à part et c’est intéressant de suivre une princesse alors qu’elle n’est plus une princesse. Malheureusement, j’ai trouvé qu’il lui manquait quelque chose.
Diana a la bonne idée de se servir de son pouvoir pour tenter de faire bouger les choses, s’investir dans des causes, mais elle ne cesse d’être traquée par des « pseudo-journalistes » à scandale, des paperazzis, parfois elle en joue, mais souvent elle est agacée de perdre son intimité. Autant ces combats ont à être connu, mais son intimité devrait lui appartenir. Elle tombe amoureuse d’un médecin étranger, qui est très attaché à sa carrière, même s’il tombe sous le charme de la femme, il a bien du mal avec l’image de Diana, et surtout de risquer d’être suivi comme cela, tout le temps. Diana tente de tenir le coup jusqu’à l’effondrement, l’épuisement. Jusqu’à ce qu’ironiquement le fait d’avoir été princesse, d’être connue la prive de quelque chose d’important pour elle.
Le film a de grosses lenteurs.
La dernière scène est poignante. C’est vraiment fou comme certains humains ont une aura qui attire les autres.

Jeu trouble / Come and Find Me

J’aime bien son titre en anglais : Viens et trouve moi. Vous n’en avez pas entendu parler ? Normal, il est sorti direct en VOD sans passer par la case cinéma, et ça se tient comme ça. Un thriller sympathique à voir une fois.
J’ai beaucoup aimé voir le couple construire sa vie par flashback, partager de tendres moments, parfois ils se disputaient aussi.
Un jour, Claire, sa future femme, sa fiancée, sa promise disparaît. David commence alors à chercher là où il ne faut pas. Mais qu’est-il arrivé à Claire ? Qui est-elle vraiment ? L’a-t-elle seulement aimée ? (et comment aurait-elle pu simuler à un tel point ?) Quelqu’un l’a enlevé ? Est-elle partie ? N’a-t-elle pas eu le choix ? POURQUOI ?
A première vue, lui semble avoir un métier stable, et elle semble plus dans l’émotionnel. C’est aussi sympathique de voir quelqu’un passionné par la photo, en faire en noir et blanc, dans un espace dédié pour les développer ..
Leur rencontre est inattendue, sympathique, et le début du film commence sur un drôle de jeu XD. Il y a des moments tendres, adorables, de vie tout simplement, et aussi la quête de la vérité.
Beaucoup aurait renoncé, mais David ne renonce pas, il veut retrouver Claire et enfin savoir la vérité (coup assez classique mais pas pour le commun des mortels XD).

Cinéma Time : Atomic Blonde

Résumé :
L’agent Lorraine Broughton est une des meilleures espionne du Service de renseignement de Sa Majesté ; à la fois sensuelle et sauvage et prête à déployer toutes ses compétences pour rester en vie durant sa mission impossible. Envoyée seule à Berlin dans le but de livrer un dossier de la plus haute importance dans cette ville au climat instable, elle s’associe avec David Percival, le chef de station local, et commence alors un jeu d’espions des plus meurtriers. (Source : themoviedb)

Fiche SB

Mon avis/mes impressions :
Atomic Blonde m’a paru un film sympa, encore plus sur grand écran, oui forcement avec de l’action, espionnage, par contre j’ai trouvé qui lui manqué un petit quelque chose. La femme est un sacrée bout de femme et vraiment très forte, c’est impressionnant. Un sacré jeu du chat et de la souris se met en place dans une ambiance hostile et elle commence fort mal dès son arrivée. Malheureusement, rien de très original non plus.
Si vous aimez déjà à la base les thrillers et films d’espionnage, ça passera mieux ^^.

La première fois j’ai croisé cette bande annonce au cinéma, j’ai vu quand elle sautait d’un immeuble, c’était impressionnant, sans connaître l’histoire, je me suis dit alors qu’il va falloir voir puis gros moment de blanc à la fin en voyant le titre « Atomic blonde » -> Blonde atomique. Mais c’est quoi ce titre loool.

Bref, quand on rencontre Lorraine tout est déjà fini, on la sent sur la sellette subissant un interrogatoire. Du coup, progressivement on va découvrir tout ce qui s’est passé.
Cette fois-ci, c’est en Allemagne, à Berlin pendant que le mur de Berlin existait encore, le climat est totalement instable.
On confie à Lorraine (incarné par Charlize THERON) une mission de la plus haute importance et sensible, comme à tout agent secret on lui donne une couverture, puis on l’informe que sur place il y a déjà David Percival (incarné par James MCAVOY), mais qu’on ne sait plus trop si on peut se fier à lui, son rôle a déteint sur lui, et qu’au final il vaudrait mieux qu’elle ne se fie à personne. Elle doit récupérer une liste sensible, qui contient également le nom d’un traître.

Seulement, à son arrivée beaucoup de gens savent déjà qui elle est, adieu la couverture. On ne peut pas trouver un pire départ ! XD
Beaucoup de gens cherchent à mettre la main sur cette fameuse liste.
Les services secrets s’entremêlent, on ne sait vraiment plus à qui se fier, sa mission devient très vite tendue et très compliquée. Un redoutable jeu du chat et de la souris se met en place jusqu’au final !
Il y a 2 solutions pour avoir la liste. Avoir la bonne information est difficile. Et qui est le traître ? L’action se succède sans un moment de répit, et tout s’emmêle.

Cela fait plaisir de revoir James McAvoy qui est excellent, auquel on a envie de faire confiance et en même temps on doute de lui par moment.
Pareil Charlize Theron assure bien dans son rôle d’agent secret du MI-6, elle se bat avec tout ce qu’elle trouve sous la main, elle se débrouille même par moment avec des talons aiguilles. Elle met en place de ces choses, bref elle n’a rien à envier à Jason Bourne XD.
Les gens contre lesquels elle va se battre sont d’une grande ténacité, on a pas mal de casse sur la route (comme toujours dans ce genre de film j’ai envie de dire).

Quelques stratégies étaient bien pensées, et comme parfois on a plus de balles j’ai aimé sa débrouillardise pour se servir de ce qui est autour d’elle ou piquer celui de son ennemi.

PS : Le saut qu’elle fait de l’immeuble n’est pas aussi simple que le laisser croire la bande annonce XD.

PS: Le film a quelques scènes très explicites, oui quand 2 personnes se plaisent ils nous détaillent bien quand mêmes.