Manga : The Sound of my Soul Tome 2

Fiche

Couverture The sound of my soul, tome 2

Préparez-vous à une véritable valse émotionnelle. C’est aussi beau, touchant que triste et révoltant, surtout certains comportements.
Ce petit bonhomme nous attache, nous donne le sourire, et envie de le voir s’épanouir et avoir une place, il est plein de courage.
Je ne peux que vous encourager à faire une petite place dans votre cœur à cet excellent manga, par contre ce sera peut être éprouvant mais important.
Sur la couverture, Mizuki Shikimachi au violon est avec une jeune fille Yui Hazuki au piano, avec qui il va pouvoir faire connaissance dans ce tome.
Tous les deux sont des personnages très attachant. Elle a un autre comportement que la moyenne des gens.
La série montre autant le courage de ce petit bout d’homme différent et combien sa passion pour la musique le sauve que la validisme sous toutes ses formes, y compris venant des adultes. Sa différence dérange, fait peur, et peu de gens sont enclins à essayer de la comprendre, à tenter de lui laisser une place.
Note société prône bien plus de suivre les règles, d’être comme tout le monde et sinon tant pis pour nous. Encore une fois, la cruauté des enfants est montré et être enfant n’est en aucun cas une excuse, notamment à travers un jeune garçon, un harceleur, mais le pire c’est sans doute la réaction et minimisation du système éducatif.
Ainsi le lecteur va passer par des émotions fortes et négatives, il sera révolté, écœuré, outré, scandalisé …
Et d’un autre côté il y a le validisme prétendument bienveillant. Vous avez ceux qui rejettent, insultent, dénigrent, mais aussi ceux qui veulent bien faire mais ont peur, ou sous prétexte d’aider, de préserver, de ne pas prendre de risques, entraînent tout autant des situations qui n’aident absolument pas, sauf que là c’est déjà plus compréhensible, l’erreur est vite faite.
Par contre harceler et minimiser du harcèlement sous des prétextes fallacieux ne le sera jamais, c’est trop grave, ainsi que les conséquences possibles.
Mizuki a choisi d’aller dans une école normale, et il va être confronté au validisme, à la cruauté des gens de plein fouet. Il essaye vraiment de faire face, de garder le sourire, d’expliquer, mais seulement une personne l’écoutera vraiment, par contre oui ça fait déjà une différence d’importance. Son aide est très inutile aussi, sans parler de ses remarques très déplacées.
A travers les images, beaucoup d’émotions nous traverserons aussi.
Mention spéciale à sa mère qui fait beaucoup pour lui et est également dégoûtée par certaines choses et paroles.

Mini avis : Très bonne lecture mais très éprouvante. Les deux jeunes de la couverture m’ont fait fondre. Mais certains comportements sont odieux. Il y a ceux qui sont intolérables, mais aussi ceux qui ne savent pas bien s’y prendre, qui en voulant bien faire n’arrangent rien.

Lu avec Izneo
Merci pour la lecture ❤

Citations :
« Ça va aller. Je n’ai pas besoin d’eux tant que j’ai mon violon. »
« S’ils ne m’aiment pas, c’est uniquement parce que j’ai un handicap parce que je suis différent. »
« Je suis comme je suis. C’est quelque chose que je ne pourrais jamais changer. »
« Je sais que je serai jamais comme les autres. Je l’ai toujours su. N’empêche parfois j’ai l’impression d’être plongé au fond d’un océan de solitude. Si je n’avais pas ce handicap j’aurais pu me joindre aux autres. J’aurais peut-être même pu être un bien meilleur violoniste ! »

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s