BD : La bibliothécaire d’Auschwitz (Oneshot)

Rue de Sèvres
Prix papier : 22€
Prix numérique : 8.99€
Scénario : Salva Rubio
Dessin : Loreto Aroca
136 pages
Sortie le 31/08/2022
Extrait (cliquer sur la couverture)

Résumé

À quatorze ans, Dita Adlerova vit dans le ghetto de Terezín, à Prague. Déportée avec sa famille dans le camp de concentration le plus meurtrier de la Seconde Guerre mondiale : Auschwitz, elle rencontre Fredy Hirsch, éducateur juif qui lui propose de devenir la « Bibliothécaire d’Auschwitz ». Risquant sa vie pour que petits et grands puissent s’évader, Dita accepte de cacher et protéger les huit précieux volumes que les prisonniers ont réussi à dissimuler aux gardiens du camp. Mais elle doit faire preuve d’une extrême prudence car le docteur Mengele, célèbre pour ses atrocités, la surveille de très près.

Avis / Impressions

Aussi magnifique que terrible. Une histoire qui ne peut pas laisser indifférent et salue également l’amour des livres et de l’instruction.
Beaucoup d’entre nous avons croisé plein d’histoires de ce genre là, qui n’ont rien d’imaginaire, vu que cela s’est vraiment passé. Un devoir de mémoire nous habite, de restituer la vérité, tout comme plus jamais cela. L’histoire adapte un roman, elle prend donc des raccourcis et libertés dans cette BD / ce roman graphique qui ne perd rien de sa force et son intérêt.
La cruauté et l’enfer montent tout du long, implacablement, même si nous avons vu et lu déjà ce genre d’histoires, impossible que cela ne nous fasse rien. Ce n’est pas facile à lire, sans doute encore plus dure dans le roman, mais qui permettrait d’en savoir plus.
Les premières pages donneront le sourire à tous les gens qui aiment lire, et au-delà s’instruire, apprendre et découvrir. Edita Adlerova aussi surnommée Dita, à Prague, dans les années 1930, qui aime très fort les livres, c’est une part importante de sa vie. En ce temps-là, elle avait une vie normale avec ses parents aimants et veillant sur elle. Une famille classique en Tchécoslovaquie, rattrapait par l’horreur de son époque, du nazisme, d’Hitler, des camps de concentration.
Une vie qui change à tout jamais, vous imaginez l’impact d’être ainsi déraciné et traité de cette manière là ? Et encore, dans leur malheur, là où ils vont atterrir à Auschwitz, c’est différent.
Ils ne sont pas séparés de leurs familles, même si les hommes et les femmes sont dans des baraquements différents, ça s’entasse dans les couchettes, ils gardent leurs vêtements et leurs cheveux, mais autrement le danger et l’horreur rôdent, y compris incarnés dans certaines personnes.
Dita fera la connaissance du charismatique Fredy Hirsch, elle sera impressionnée. Mais c’est aussi dur de faire confiance. Dans cet enfer, elle rencontrera des gens, et finira par être gardiennes de livres précieux, elle deviendra la bibliothécaire d’Auschwitz, et l’air de rien c’est un poste dangereux et important. Des livres papier, quelques uns, de tous les genres mais aussi des livres vivants (quelle belle idée) [spoiler]des gens, qui racontent …[/spoiler]. A certains moments, on aurait presque l’impression d’une certaine normalité.
Alors qu’à d’autres l’horreur se rappelle à nous. Tant de gens morts, quelques uns ont survécu.

Le dessin est agréable. Tout est bien retracé. L’album se lit bien, mais fait mal, très mal.
Des parties nous les sentons occultées notamment celle avant le camp d’Auschwitz, le camp intermédiaire, l’épilogue permet de revenir dessus et d’en apprendre plus.
C’est toujours aussi intéressant. La fin de notre BD / roman graphique est porteuse d’espoir.
Le scénario est Salva Rubio, les dessins et couleurs de Loreto Aroca, qui adapte le roman du même nom de Antonio G. Iturbe. C’est édité chez Rue de Sèvres.

Quelques mots sur l’édition papier
A ajouter quand elle sera arrivée.

Mini avis Ly’s week : Très bonne lecture/Coup de coeur. Aussi beau que tragique, magnifique que terrifiant, les livres également au cœur du récit. 

Citations :
« 
A l’époque, elle n’était qu’une enfant mais déjà, les livres étaient pour elle autant de miroirs. Reflets du monde, reflets d’elle-même. A Prague, dans les années 30, la seule peur qui la taraudait c’était de manquer de temps pour lire tout ce qui lui plaisait. Son nom ? Edita Adlerova. Mais tout le monde l’appelait Dita. Les livres, c’était sa vie. »

« Dita quitta l’enfance ce jour-là. C’est à cet instant qu’elle commença à avoir peur des hommes. »

« Les nazis avaient débarqué en Tchécoslovaquie. Si tout le monde savait qu’ils haïssaient les juifs, personne ne pouvait deviner ce qui allait se passer. La seule chose à faire était de préserver un semblant de normalité. »

« Je veux emporter tous mes livres. »

« Cette nuit-là, Dita comprit que pour survivre, il lui faudrait faire preuve de courage. Et qu’elle avait une chance d’y parvenir. »

« Dita, les gens courageux sont précisément ceux qui sont capables de surmonter leurs peurs. C’est ton cas. »

« Oui, malheureusement. Les romans servent à apporter à la vie ce dont elle manque cruellement. »

« Ton travail est important. Ne baisse pas les bras, je t’en supplie petite reine des livres. »

« Les livres vivants, c’était un autre secret de la bibliothèque d’Auschwitz. Les gens pouvaient aussi bien emprunter les livres papier que les livres vivants et nombre de prisonniers avaient envie d’écouter ces derniers. »

« Dita…A toi, je ne vais pas mentir. Nous sommes tous en danger de mort. Cela peut arriver n’importe quel jour et à tout instant. C’est pourquoi il faut essayer de vivre sans peur et se battre jusqu’au bout. »

« Non. Ni moi, ni toi non plus. La vérité ne peut se résumer aux apparences. Nos pensées sont muettes, elles n’appartiennent qu’à nous. »

« En enfer, quand la vie ne vaut plus rien du tout, on n’a plus envie de se battre pour la conserver. »

J’encourage sa lecture et mise à disposition au plus grand nombre de personnes.

Tiré d’une histoire vraie.

Vous connaissez ? Vous avez lu le livre ? Elle vous intéresse ? Vous avez lu/vu des choses au sujet avec la seconde guerre mondiale ? Pas trop dur ?

Publicité

4 commentaires sur « BD : La bibliothécaire d’Auschwitz (Oneshot) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s