Manga : Que reste-t-il de nos rêves ? Tomes 1 & 2 (Fin)

Couverture Que reste-t-il de nos rêves ?, tome 1 Couverture Que reste-t-il de nos rêves ?, tome 2

Résumé :

« Tu n’es pas encore mariée, n’est-ce pas ? Donc, tu es à moi. »

Kyoko est à l’automne de sa vie.
Elle peine parfois à reconnaître les siens. Pourtant, un jour, quelqu’un dont elle se souvient parfaitement lui rend visite. Il s’agit de Mitsu, avec laquelle Kiyoko a vécu une histoire d’amour.
Juste après la guerre, lorsqu’elles étaient adolescentes, cette passion a failli leur faire commettre l’irréparable. La tragédie et les aléas de l’existence les auront certes séparées – malgré des rencontres épisodiques –, mais la magie du récit permettra de remonter le temps jusqu’à ces instants où elles n’envisageaient pas de vivre l’une sans l’autre.

Fiche : à faire quand je peux mieux respirer.

Mon avis / Mes impressions :

« Que reste-t-il de nos rêves ? » bénéficie d’une bien belle et douce édition, même si son prix, près de 10€, en tant que personne me faisait hésiter.
Sur chaque couverture dans un fond d’une couleur différente une jeune femme est représentée. Vous pourriez vous y trompez et elle symbolise aussi quelque chose en même temps.
Le papier et la police d’écriture sont bien agréables.
L’histoire risque juste de totalement vous retourner, aussi douce qu’amère, aussi belle que terrible, avec encore une fois le poids de la société.

Tome 1

Dans cette histoire, comme la couverture ne le dit absolument pas mais le résumé si, nous commençons par la fin.
Voilà que Mitsu et Kiyoko sont devenues de vieilles dames, ont construit leurs vies, et garder des sentiments.
Cela se passe comme un compte à rebours. Nous apprenons ainsi à les découvrir ainsi que leur relation totalement à l’envers.
Kiyoko c’est la femme au foyer, celle qui sait bien tenir sa maison.
Mitsu c’est un électron libre, une femme qui a fait carrière.

Mais au fil du temps, nous verrons qu’outre la complexité de leur relation, tout est bien plus ambigu. L’entourage des deux jeunes femmes a également joué, d’un côté ou de l’autre. Des parents inquiets, ce sacro saint mariage, mais quitte à ce qu’il soit de convenance et non d’amour ?
Plusieurs fois, elles m’ont serré le cœur, en tout cas il se dégage indéniablement quelque chose de fort quand elles sont ensemble.

Mitsu n’a pas forcément réussie du premier coup. Jeune femme devant faire sa vie et ses preuves à Tokyo.
Kiyoko n’a pas forcément rêver et toujours voulue être une femme au foyer. En même temps, ce qu’elle fait n’est pas forcément donné à tout le monde.
Celle qui a la meilleure santé ne sera pas forcément celle qui vivra le plus longtemps, etc.
Ainsi va la vie, et toute son ironie.

De plus, elles font parfois référence à un temps encore plus sombre.

Citations :
« S’il y avait eu un changement d’une seconde à peine dans nos vies, nous ne nous serions pas rencontrées. Cette pensée est désagréable, n’est-ce pas ? »
« Les dragueurs comme toi je les déteste. On ne sait jamais quand on va se faire poignarder. »
« Acheter une petite maison. Planter des osmanthes qui donneront des fruits et regarder ensemble les oiseaux les manger. Si l’on pouvait un jour vivre à deux de cette façon, ce serait bien. »
« Je ne sais pas si je suis désabusée, mais je me sens lasse. Vivre, c’est amasser les problèmes. »
« Chaque jour, je pense à mes problèmes et j’en oublie ce qui m’entoure. Et je stagne, alors que le monde bouge. Et je n’ai pas avancé d’un centimètre… »

Tome 2

Nous continuons à suivre la vie et les choix de ces deux femmes, cette fois-ci, nous sommes plongés dans leur jeunesse.
Si la menace de la guerre était bien présente, ce n’est pas la seule chose qui a une influence, au contraire, elle a parfois servie de prétexte.

Il y avait quelque chose de fort entre ces deux jeunes femmes, mais chacune a ressenti fortement tout le poids de la société, des convenances, de la famille.
Un temps où les mariages de raison faisaient encore légion, évidemment ils ont leurs arguments, mais et le coeur ? Et nos rêves ? Ne doit-on pas d’abord être bien nous mêmes ?

Un peu étrange et gênant, nous avons un élément fort dans le résumé du tome 1 fait au début de l’ouvrage, alors que nous voyons cela seulement dans le tome 2. Par contre c’est bien l’initiative du résumé et présentation des deux jeunes femmes.
Le genre d’élément troublant, quelque chose qui aurait pu fort mal tourner, mais elles en ont quand même payée le prix [spoiler]tentative de suicide[/spoiler]

Le tome 2 renforce toute la pression sociale. Tout n’est pas ce qu’il semble être à la base.

Evidemment, nous pouvons quand même nous sentir abandonnés en partie.

Nous sommes entrés dans la vie de ces deux femmes, sous la forme d’un compte à rebours, démarrant sur la fin. L’ironie de la vie frappe de plein fouet, tout n’est pas ce qu’il paraît être, mais surtout nous voyons mis en avant tout le poids des convenances, sociales, les attentes, voire même ce dont sont privées les jeunes femmes dans la société japonaise.
Cela sonne aussi terriblement que quand ils évoquent la guerre.
Le tout est très bien capturé graphiquement et tout en sensibilité.
Le lecteur, lui s’il attrape ces petits mots, tout ce à quoi elles ont fait face, sera complètement chamboulé, envahi d’émotions, voire aux bords des larmes ou en pleurs.

Avoir sa vie programmée, la recherche d’un bon parti, et ce n’est pas si grave si vous n’aimez pas l’homme avec lequel vous construirez votre vie.
La difficulté de trouver un travail pour une femme, considérée comme si de toute manière, une fois mariée, et ça ne tardera pas, elle restera à la maison.
Et que faire de cet amour entre deux femmes ?
Il n’y a que les hommes qui ont le droit à certaines choses …

Citations :
« Mon corps est toujours la chose de quelqu’un d’autre, la chose du pays, celle des parents et, un jour ou l’autre, celle d’un mari et d’une famille. Alors qu’en vérité mon corps et mon cœur n’appartiennent qu’à moi. Ce que je veux pouvoir décider par moi-même, ce n’est pas qui peut me blesser, mais si je veux l’être et comment. J’ai donc décidé [spoiler]de mourir au moment le plus heureux de ma vie.[/spoiler] »
« C’est inévitable que les bêtes sauvages chassent et dévorent les jeunes proies. »
« Je ne veux pas mourir, mais je ne veux pas vivre non plus. »

Tout est traité avec finesse et intelligence, de quoi nous faire réfléchir sur bien des choses.

Pas étonnant d’y perdre pieds.
Prêt pour une sacrée valse émotionnelle ?

Etrange ?! Le tome 1 a une jaquette qui s’enlève mais pas le tome 2.

Mini avis du Ly’s week
Que reste-t-il de nos rêves ? Tome 1 : Très bonne lecture, très forte, amère et douce à la fois. Magnifique <3, et triste. Une belle édition. En deux tomes.
Que reste-t-il de nos rêves Tome 2 (Fin) : Bonne à très bonne lecture. J’ai été bouleversée, émue, j’aurai voulu en savoir encore plus, passer plus de temps avec elles.

Si les femmes peuvent être plus touchée pour cause de payer plus chère, d’avoir plus de barrières sur la route, de devoir donner et prouver plus …
Nous sommes quand même tous concernés par l’aspect pression sociale et nos rêves….que sont-ils devenus ?

Vous connaissez son existence ? Envie de le lire ? Intéressé(e) ?
Rien que de mettre cette chronique en forme l’émotion me submerge à nouveau.

 

2 commentaires sur « Manga : Que reste-t-il de nos rêves ? Tomes 1 & 2 (Fin) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s