Manga : Unsung Cinderella Tome 4

Hello,

Me revoilà. Je suis tombée très très malade, énergie out, j’ai donc réduit mon activité au minimum en faisant quand même quelques trucs quand c’était possible.
Je suis en vie (pour le moment), mais ce n’est pas la grande forme, donc les prochains temps il va falloir y aller en douceur, ne pas trop en faire.
J’espère que vous allez bien de votre côté.

Fiche

Couverture Unsung Cinderella : Midori, pharmacienne hospitalière, tome 4

Toujours aussi bien, intéressante, prenante et d’utilité publique
C’est une série que j’encourage un maximum de gens à lire, très pertinente, et avec un dessin agréable en plus.
Nous sommes amenées à réfléchir autant sur la santé, les médicaments, que les vies et les choix de vie des gens, y compris sur toute la dimension financière, qui malheureusement partout entre très considérablement en compte.
Dans ce tome, nous allons voir deux cas majeurs, celui d’une jeune femme qui a des règles très douloureuses, qui lui empoisonnent la vie, et celui d’une jeune femme qui a fait une overdose de médicaments mais ce n’est pas la première fois et ces paroles ne semblent pas fiables.
Le fait d’aborder les règles est aussi quelque chose d’important, cela permet aussi de montrer que les femmes ne sont pas toutes égales face à cette douleur, les comportements appréciables et non appréciables surtout venant des hommes. Ceux-ci ne sont pas à l’aise face à ce sujet, mais devraient ne pas oublier de ne pas faire cette remarque déplacée.
Cette jeune femme nous brise le cœur avec les douleurs qu’elle subit et qui influe directement sur son niveau de confort de vie, ses aptitudes.
Quand nous sommes malades, nous entraînons indirectement nos proches avec nous. Ils nous voient malade, ils sont impuissants et certains vivent à nos côtés. Cela aussi c’est fort.
Cela est encore plus terrible quand on retombe souvent dedans, comme la jeune femme et ces overdoses, et ou une maladie de longue durée nécessitant des soins à domicile.
Mais ce n’est pas seulement sur les malades et leurs vies que nous nous questionnons, mais également sur notre personnel de santé. Eux aussi ont des choix à faire, des difficultés à surmonter, etc.
Dans le domaine médical plus que jamais, la gestion des émotions est aussi sans doute plus difficiles. Ils ont besoin d’établir une relation de confiance avec leurs patients, de savoir les écouter.
C’est aussi enrichissant de les voir échanger entre eux, ou avec des médecins. Ils prennent mieux conscience des choses, certains règles ne sont pas si évidentes. C’est comme pour tout, sans vraiment en parler, sans vraiment connaître les implications, c’est compliqué de vraiment savoir, de vraiment comprendre.
Cela leur montre aussi la richesse de tout ce qu’ils vont pouvoir toucher pendant leur carrière. Ils pourront exercer dans plein d’endroits différents.
Ils abordent également les points délicats qui fâchent. Nous y sommes tous confrontés dans nos travails, mais ici on touche le domaine de la santé, la vie des gens, c’est encore beaucoup plus inconfortable qu’en général, c’est la sacro sainte rentabilité.
Midori est toujours aussi attachante. C’est un plaisir de la suivre, elle, ses collègues et ses patients, de voir les prises de recul dont ils font preuve aussi.
C’est très réussie. On apprend aussi les spécificités du système japonais. A la fin, la postface est également très intéressante.

Merci à Meian pour l’envoi de cette lecture et la confiance.

Citations :
« Moi, je ne suis pas du genre à ça prendre beaucoup de médicaments, alors je me demande si c’est vraiment bon que tu en avales tous les jours comme ça. »
« Celles qui n’ont pas de règles douloureuses ne peuvent pas comprendre alors tais-toi !! »
« J’ai l’impression que je pourrais oublier que j’existe mais tant que je suis ici, je suis « une patiente » c’est agréable d’avoir un rôle. »
« Bref, ce que je veux dire, c’est que toutes les interactions qu’on a avec nos patients auront un impact un jour ou l’autre »
« Avoir des règles très douloureuses sur le long terme. peut être un symptôme d’endométriose ou signe de présences de myomes. Ne croyez pas qu’il soit normal de souffrir. »
« Pour les patients, se faire soigner à l’hôpital, c’est un événement parmi plein d’autres dans leur vie ! Rien ne se règle uniquement entre les quatre murs d’un hôpital. »
« Les connaissances, comme l’expérience, s’acquièrent au fur et à mesure. »
« Avoir des gens sur lesquels s’appuyer, c’est quand même une chance. »

Très bonne lecture
Très bonne série.

Quelques images sur le tweet

Cette série est tellement bien que j’ai envie de la prescrire à tout le monde 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s