Manga : Blue Period Tomes 4 & 5

Fiche

Tome 4

Couverture Blue Period, tome 04

Tout le monde travaille à fond pour préparer les examens, les concours. On ressent une certaine tension.
Pour Yatora, ça n’a rien de facile. Le rythme est difficile à supporter. Beaucoup de prépa, de dessins, d’incertitudes.
Encore une fois, il y a des réflexions très intéressantes, dont certaines font écho au comportement de Yatora, et le fait qu’il ne peut pas tricher avec l’art comme il le faisait avant. Mais ce qui est vraiment très plaisant dans ce tome, c’est que Yatora va pas mal échanger avec ses potes, ceux qu’il avait avant, qui ne s’y connaissent pas spécialement en art, mais voir qu’ils comptent et s’intéressent les uns aux autres, ça met du baume au cœur. Il aura peut être même eu quelques influences sur ses potes, mais pas sur de l’art.
Après avoir passé un concours, Yatora va se consacrer à fond à sa prépa, toujours encadré par Madame Ooba. Ainsi, il se retrouve avec 4 heures de prépa jusqu’au concours de Geidai, après ses 8 heures de cours, soit 12 heures par jour. Ce n’est vraiment pas évident de tenir le coup, de faire attention à sa santé, et nous allons pouvoir le voir avec Yatora mais également d’autres élèves. Tout comme le danger de se comparer à d’autres. Nous allons également évoqué le cas de quelqu’un qui le fait par rapport à un membre de sa famille.
Certes, il faut de la motivation, se donner à fond, mais aussi toujours le vouloir, et ne pas se laisser submerger. Ce n’est guère évident de gérer la pression, et aussi de travailler dans ces conditions là.
Sur la fin, nous avons enfin la première épreuve du concours de Geidai, et nous suivons surtout Yatora, et quelques autres de loin. Mais c’est vraiment à ce moment-là que la tension habite tout le corps du lecteur, et que plus personne ne peut la nier. L’effet est assez saisissant.
Nous continuons à nous en mettre plein les yeux, tout en posant des réflexions fortes intéressantes. Nous avons également notre lot de surprises. Et dans ce tome, pas mal de stress.
Le lecteur aura hâte de continuer, mais sera content de pouvoir également souffler un peu.

Citations :
« Dire ou faire ce qu’on attend de toi c’est une de tes spécialités, Yatora. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi mais disons que c’est une habitude qu’il faudrait songer à perdre. Au lieu d’adaptabilité, j’ai pensé à un terme plus approprié. »
« Mais oui on n’est que des lycéens, après tout. C’est normal qu’on ne sache pas tout faire. Et c’est normal si on est complètement perdus quand on est face à un problème. »
« C’est bien de comprendre les œuvres des autres mais c’est risqué de se comparer. »
« Je sais pertinemment que dans notre société, ceux qui sont sûrs d’eux et profitent de la vie ont l’air beaucoup plus attirant que les autres. C’est pour ça que j’ai toujours fait croire que j’avais confiance en moi. Mais ce qui m’effraie dans l’art c’est qu’on ne peut pas faire semblant. »
« Tu compenses ton manque d’assurance par les efforts, en fait. »
« Je ferai tout ce qu’il faut. La base pour être efficace, c’est de dompter ses faiblesses. »

Tome 5

Couverture Blue Period, tome 05

La série assure toujours autant, et cet arc tend nos nerfs plus que jamais. Passer des concours n’est pas anodin, et peut être une grande source de stress.
Tout à travers les différents personnages est toujours aussi bien croqué.
Leur professeur Madame Ooba sait être toujours plein de surprises, de conseils, les diriger de main de maître. Tout ce qu’elle fait est très réfléchie. Elle va finir par leur donner certaines informations, alors que d’autres, nous lecteurs nous les voyons dans ses pensées.
Maintenant, que la première épreuve est terminée, que faire en attendant la deuxième ? Il ne faut pas oublier non plus de se ressourcer, de récupérer.
Encore une fois, on y aborde plein de choses puissantes : nos personnalités, le changement de regard selon notre situation, la confrontation aux autres, les couleurs, etc.
Ce qui change quand ils mettent leurs yeux d’artiste.
Yatora Yugichi n’est pas au bout de ses surprises, mais son corps semble se rebeller par moment.
Puisque tout le monde ne sera pas élu, comment rebondir ? Comment continuer sa vie ? Voilà, un autre point compliqué.
Nous pouvons aussi interroger les raisons de nos choix.
Au-delà du côté artiste, on y capture également un côté très humain, des gens, des besoins, des familles, qui ne sont pas semblables.
Tout le monde se retrouve confronter à des choix de vie et à tenter de se faire une place.
Ryûji Ayukawa continue aussi à être un personnage très intéressant, qui permet d’exploiter qu’on n’est pas tous logés à la même enseigne, qui confronte Yatora Yaguchi et va lui faire du souci. Sa façon de faire détonante, un personnage ambigu et intéressant, épris de liberté. Nous en découvrons plus sur lui.
La fin est bien sûre assez cruelle, et nous donne envie de lire la suite.
Mais cette expérience, cette grande série, nous allons pouvoir prolonger le bonheur de faire sa connaissance, de nous laisser transporter grâce à l’anime qui arrive sur Netflix.

Citations
« Tant qu’on ne sort pas de sa zone de confort, on ne peut pas élargir notre horizon. Et puis il arrive que ce soit les autres qui identifient nos qualités ! »
« C’est tout aussi important d’aller chercher la stimulation un peu partout que de procéder à une introspection sur une toile. »
« Parfois, les choses que l’on trouve normales sont, en fait, nos particularités. Sauf que l’on a tendance croire que ce qui nous semble normal l’est aussi pour les autres. Et ce sont eux qui nous font réaliser que ce n’est pas forcément le cas. »
« Toi, si tu vois quelqu’un qui se noie, tu iras chercher le matériel de sauvetage, mais tu ne plongeras pas en mer. Si tu vois une personne nue en train de pleurer, tu vas la couvrir avec un vêtement et lui tendre l’oreille, mais jamais tu ne te mettras nu comme elle. »

Lu avec Izneo
Merci pour ces lectures.

Alors si c’est plaisant de retrouver l’histoire avec l’anime, malheureusement il n’a pas su nous envoûter, apporter le truc en plus, alors que justement on a la possibilité des couleurs, des mouvements, un peu dommage quand même. Il va quand même falloir que je me mette à jour à un moment donné. En tout cas, moi je le ressens pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s