BD : Grand Silence

Grand Silence - Théa Rojzman

Résumé :

« Il faut en parler, nécessairement. » Sur une île inconnue où vivent des humains qui nous ressemblent, une sorte d’usine géante œuvre depuis toujours. Cette étrange usine a pour mission d’avaler les cris rendus muets des enfants. Elle s’appelle Grand Silence…Dans un conte pour adultes aussi beau que son sujet est délicat, Théa Rojzman et Sandrine Revel livrent un roman graphique puissant qui explore sans brutalité ni complaisance un fléau que l’on préfère ignorer : [spoiler, je préfère vous laisser le choix ou non de connaître le sujet traité selon vos besoins] celui des violences sexuelles commises sur les enfants.[/spoiler]

Mon avis / Mes impressions 

Cela fait un moment que j’avais repéré ce livre avec sa belle et étrange couverture à la fois.
La graphisme a une beauté fascinante en lui, tout comme le monde, qui rappelle le notre et parfois semble s’en éloigner.
Les couleurs sont superbes, et elles sont très bien utilisées tout au long, surtout une des idées une fois l’histoire bien installée, et un nouveau cap franchi.
Si vous regardez bien la couverture, elle a un côté terrifiant, le jeune garçon tient sa tête qui s’est détachée de son corps. Et nous verrons ainsi plusieurs personnes désarticulées, une façon de montrer leurs blessures, leurs fêlures, la façon atroce dont on les a casser.
On nous raconte l’indicible, l’inimaginable dans une sorte de conte, ainsi sans montrer des scènes horribles qui peuvent être gênantes, mettre mal à l’aise, donner envie de vomir, mais tout en montrant l’horreur, la cruauté, et tout en englobant l’ensemble de la problématique.
Le silence, voilà ce qui est utilisé. On tait ses horreurs, comme si ces choses infâmes n’avaient jamais existé, entre autre parce que c’est dur et rend réel, sans doute c’est difficile d’y mettre des mots, mais aussi il y a cette fausse culpabilité que les victimes ressentent.
Mais ces choses subies marquent à vie, et peuvent même dévier les comportements.
On a ces bulles sans texte, qui nous percutent de plein fouet. Seulement, à certains moments, l’on se dit mais ce n’est pas possible, y a une erreur, pourquoi là aussi ?
Important, percutant, très beau et horrible à la fois, superbement travaillé, en montrant bien les différents niveaux.
Triste mais nécessaire. Des horreurs tout comme toute forme de violence qui ne devraient pas exister, qui font tant de mal. Cela suffit !
Briser le silence, en parler, briser le cycle, trouver des solutions, plus jamais cela.
Théa Rojzman et Sandrine Revel nous ont réalisé là un travail de main de maître sur un sujet des plus délicats. Si vous voulez le connaître, il est marqué dans la dernière phrase du résumé.
A la fin, il y a une postface, des chiffres et des endroits où trouver de l’aide, des informations.

Lu avec Izneo
Un grand merci pour la lecture, de m’avoir permis de le découvrir.

Graphisme

Ly’s week : Le fond et la forme m’ont énormément touché. Une lecture importante, glaciale sur son propos, un dessin magnifique.

Tweet

Une lecture importante
Je compte sur les bibliothèques / médiathèques pour rendre cela disponible à un large public

L’as-tu lu ? Il te tente ? Connaissais-tu son existence ?

Publicité

6 commentaires sur « BD : Grand Silence »

  1. Comme je te l’ai dit, je l’ai commandé pour la médiathèque et j’ai vraiment très hâte de le livre, du fait du sujet qu’il traite qui m’intéresse beaucoup.
    J’espère ressentir les mêmes choses que toi à la lecture.

    (du coup quand tu dis que tu compte sur les médiathèques pour le rendre disponible à un large public, tu peux déjà te dire que ce sera le cas dans une !)

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s