Lecture – Bleu Silence (Oneshot)

Couverture Bleu silence

de Jean-Michel Audoual
Editions : Eyrolles
Prix papier : 16€
Prix numérique : 7.99€
Sortie le 7 octobre 2021
237 pages

Résumé :
Mickaëlla est une enfant mutique. Sa mère n’a pas les mots non plus pour exprimer sa souffrance. Il faut dire qu’il y a Franck Pou, son père, avec ses mains pleines de veines, ses mâchoires crispées. Alors, tout peut exploser, à la moindre occasion. À n’importe quel moment. Heureusement, grand-père Michou, le gardien des mots et Blabla, le perroquet, veillent au grain avant le grand Tsunami. Un jour Mick finira par parler. Tous ses mots lisseront leurs plumes, iront droit au but. Eux qui ont couvé leur colère pendant une décennie.

Hello livre
Je l’ai choisi au milieu d’une masse critique, qui me correspondait moins, mais parce que c’est bien d’ouvrir ses horizons. Et l’histoire était intéressante, prometteuse.

Mon avis / Mes impressions : 

Edition papier / Présentation :
La couverture et le titre sont sobre et efficace tout comme l’est le livre. Parfois, on n’a pas besoin d’en faire des tonnes.
L’édition papier m’a régalé à la lecture. Elle n’a rien de spéciale, mais encore une fois correspond à son histoire, par contre le papier est bien blanc, et une bonne consistance en main, et ça c’est bien 🙂
Au niveau des chapitres, ils sont courts, incisifs. On a le numéro de chapitre, plus un travail sur la police d’écriture par moment.

L’histoire bouleversante d’une enfant qui devra prendre la parole pour survivre

Histoire / Plume / Emotions

J’ai centré mon vendredi lecture sur 2 lectures : ce livre et un manga, et je vous ai superbement dit les choses, qui sont très bien pour les 2 :
Des maux et des mots
Le pouvoir des mots

Comme l’a dit l’auteur lui-même, c’est pudique, poétique, et il utilise vraiment à merveille les mots, et le pouvoir qu’ils ont en eux. 
Des mots simples, des mots compliqués, des mots sales, des mots horribles, des mots jolis, etc.
Le résultat est sublime, précis, efficace, sans fioriture. La lecture est très fluide.

Quand on rencontre Mickaëlla dite Mick, c’est une jeune demoiselle intelligente, gentille, mais également mutique, pourtant elle sait manier les mots, elle les manie à l’écrit, mais ils sont enfoncés dans sa gorge, ils ne sortent pas, ils ne veulent pas, alors c’est le silence.
Nous verrons également ce qui est mis en place vis à vis de cela, et les réactions et agissements des autres.

C’est très très très bien rendu, et l’air de rien s’en dégage une puissance redoutable. Nous apprenons à tous les connaître au fur et à mesure, et on se prend vraiment le temps, du coup on voit aussi les différents choix, mais on voit aussi cette violence qui est de plus en plus présente et pesante, et tout monte crescendo, dans nos cœurs aussi. Car on finit par avoir peur pour elles, à vouloir les libérer de ce monstre, qui a son propre passif certes, mais cela ne veut pas dire qu’il faut subir en silence, tout accepter.

Il y a aussi cette façon de taire l’horreur, de faire comme si de rien n’était, de se détourner, de ne pas trouver les mots.

Dans cette famille, il y a Blabla, le tout nouvel arrivant, un perroquet gris du Gabon. Le confident, l’ami de Mick. Celui qui répète des mots.
Il y a son grand père Michou, qui lui apporte et lui apprend beaucoup, très gentil.
Il y a sa tante Paulette, la soeur de sa mère, et son oncle Pierre.
Il y a sa mère Madeleine, Mado, qui supporte en silence. Sa maman qu’elle aime et à qui elle en veut aussi de subir. Elles ont des rares moments sans lui où elles sont différentes, déploient leurs ailes.
Il y a celle qu’on suit Mick, dont les mots sont coincés, ne veulent pas sortir.
Et il y a Frank, le père, papa, monstre, celui dont les mots font mal, celui qui donne des maux, celui qui a cette force physique qu’on redoute, qu’on craint.

L’émotion, est très présente, elle monte en nous, et on se demande si on peut trouver les bons mots pour dire combien cette histoire est belle, touchante, forte, importante.

Vidéo de l’auteur

Citations 

« Le silence des autres, c’est le pire des mépris.  »
« Peut-être qu’il faudrait que je hurle une fois pour toutes pour qu’on entende tout ce que j’ai sur le cœur.  »
« Il faut faire plaisir aux gens qu’on aime tant qu’ils sont là ! »
« Si c’est ça l’amour, je préfère rester toute seule, sans personne à détester. »
« En catimini.
C’est un joli mot, aussi discret que moi. »
« C’est pour cette raison que je veux devenir une femme importante, une femme qu’on respecte. Mais c’est pas demain la veille que c’est près d’arriver. D’abord, il faut que je m’exprime, que ma voix sorte complètement de son nid et qu’elle s’enfuie plus comme une petite souris blessée. »

Merci à Babelio et Eyrolle pour cette lecture importante, nécessaire, mais c’est triste que de telles choses existent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s