BD – Le club des inadapté.e.s (Oneshot)

Couverture Le club des inadapté.e.s

de Cati Baur, Christophe Bouchard et Martin Page
Edition : Rue de Sèvres
Prix papier : 14€
Prix numérique : 5.99€
Adaptation du court roman de Martin Page
Paru le 15/09/2021
96 pages

Fiche éditeur

Résumé :
Martin, Edwige, Erwan et Fred savaient que ça finirait par arriver un jour… et c’est le plus gentil d’entre eux qui s’est fait tabasser, sans que l’on sache par qui ni pourquoi. Cette injustice les a tous blessés et leur colère débordante les a poussés à agir, à leur manière… forcément particulière. Cati Baur scrute le petit monde de Martin Page avec son oeil de lynx, son humour et la tendresse de son dessin. Un album à conseiller à ceux qui trouvent que la vie est nulle, que grandir, ça craint, mais qui croient aux supers pouvoirs de la solidarité et de l’amitié.

Hello Livre :
Quand je l’ai croisé, à son titre, à son histoire, je savais que si c’était possible je voulais le découvrir. La présentation de l’éditeur n’a fait que renforcer cette envie.

Mon avis / Mes impressions

Edition papier :
Un format de taille moyenne, qui tient bien en main. Une couverture rigide. Un papier blanc qui tient bien en main super agréable <3.
Quand j’ai regardé le dos après lecture, un détail m’a fait tendrement sourire.

Histoire / Graphisme / Emotions ….

Le club des inadapté.e.s est à la base un court roman de Martin Page. Il a été adapté en album par Cati Baur, Christophe Bouchard s’est occupé de la coloration.
Nous avons déjà pu la croiser sur « Vent mauvais« , la saga des « Quatre soeurs ». Son trait graphique est un peu particulier, pas celui qui va le plus me plaire, mais il croque bien ses personnages en tout cas.
Un personnage de la bande s’appelle justement Martin, c’est surtout à travers lui que nous voyons l’histoire. Il est aussi celui qui dit ne pas avoir de talent particulier.
L’album a un joli mot pour tous les adolescents, surtout différents qui n’ont pas tout pour eux au départ. Tout est écrit comme de manière manuscrite, d’ailleurs parfois ça demande un peu de déchiffrage.
Il y a des petits moments qui nous trompent, et ça commence dès la première scène. A la fin, Cati Baur nous écrit un mot de remerciement original. La fin est d’ailleurs bien faite, intelligente.
Quelques pages pour le plaisir de nos yeux sont en pleine page.
Au début, tout à l’air normal, ils sont au collège, ils vivent leurs vies. Chacun son domaine de compétences et ses affinités pour les cours, pour les professeurs, etc.
Ils s’appellent Martin, Erwan, Edwige et Fred.
Ils sont une jolie bande d’amis, très vite on se rend compte qu’ils n’ont pas tout pour eux de leur coté, qu’il y des soucis dans leurs familles, et qu’ils ont des problèmes avec les autres jeunes gens de leurs âges. Ils se demandent même si ce sera encore pareil cette année.
Dans leur malheur, ils ont la chance de s’être trouvé, d’être amis, et de former à eux quatre le club des inadapté.e.s.
A un moment, l’un d’eux, Erwan, atterri à l’hôpital, il s’est fait agresser. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase. A partir de là, Erwan n’est plus pareil. Il tarde à revenir à l’école.
Il tarde à revoir ses potes. Et il a de drôles d’idées. Il laisse également éclater sa colère.
Chacun se sent concerner, cela aurait pu être lui, et Erwan est l’un d’eux.
Martin et les autres vont de plus en plus s’inquiéter pour lui, mais tous seront là pour lui. Ils ne peuvent pas non plus le laisser faire n’importe quoi et encore moins sombrer.
Ils leur manquent, ce n’est plus pareil d’aller à la cabane sans lui.

Drôle, acerbe, tendre, sincère, riche, ça fourmille d’idées originales, parfois révoltant, ne pas vouloir parler à quelqu’un ça peut se comprendre, mais purement rejeter, insulter, harceler, non, ça ne passera jamais.
Et encore pire, attaquer carrément. Ils n’ont certainement rien fait pour mériter cela et ils le disent. Ils ont le droit d’être différents. Ils ont le droit d’exister.
On y rit comme on pleure. Parfois, on est touché en plein cœur, et même aux bords des larmes.
Aucune scène qui pourrait être trop difficile n’est montré. On ne voit pas ce qui s’est passé avec Erwan non plus.

Venez rencontrer une joli bande d’amis qui va vous faire passer par bien des états. A mettre dans les mains des adolescents, et même en général des gens qui parfois se sentent différents.

Graphisme

Le tweet que j’avais fait

Reel

Citations :
« Ces coups reçus, comme un rappel à l’ordre, pour nous intimer de cesser d’être différents, ont eu l’effet inverse.
Nous avons encore moins envie de faire des efforts pour nous mêler aux autres. »
« Ce n’est pas facile, il faudra travailler mais je refuse que ça passe par l’ennui et la souffrance, nous allons nous amuser et devenir amis avec les nombres. »
« Il y a pas mal d’élèves dans ce collège qui ont tout pour eux. Ils sont riches, populaires, jamais malades, ils portent des vêtements à la mode, ils sont bons élèves. L’inégalité du bonheur et du malheur est un fait. Leurs parents ne sont pas morts et jamais au chômage. Ils règnent sur le collège. Ils sont à l’aise partout. Ils sont cools et ils nous méprisent. Je sais que c’est une question d’apparence et que les vies parfaites n’existent pas mais ils gagnent quand même sur pas mal de plans. »
« Il y a parfois des satisfactions dans la vie. Elles sont encore plus grandes quand on en est à l’origine. Tout n’est pas perdu. »
« Les adolescents les plus heureux ne sont pas les adultes les plus heureux. »
« Pourquoi NOUS ? Pourquoi TOUJOURS NOUS ? Pourquoi est-ce que c’est NOUS qui nous faisons harceler, insulter, frapper ? Qui tombons malades ? Dont les parents meurent ? Se retrouvent sans travail ? Pourquoi c’est NOTRE prof préférée qui est VIRÉE ? Nous sommes les quatre élèves les plus MAUDITS du collège. J’en ai assez. »

Ce que je décide de ne pas révéler directement mais si certains ont besoin d’en savoir plus
[spoiler?]A un moment il y a une idée qui a du potentielle : une machine égalisatrice des chances, et ça va créer le bazar.[/spoiler]

Vous pouvez remarquez que le titre est écrit de manière inclusive.
J’ai deux éléments qui émotionnellement m’ont traversé :
-> J’aurai voulu savoir comment ils se sont rencontrés, ce qu’ils deviennent une fois grand, rentrés plus dans toutes leurs vies … mais quelque part ça prouve un attachement
-> Je me demande si l’auteur tire des éléments et à quel point de son propre vécu.

Merci à Rue de Sèvres pour l’envoi de cette lecture et la confiance.

Et vous ? Ca vous tente ? Vous avez lu le roman ? Ce genre de thématique vous touche ?

2 commentaires sur « BD – Le club des inadapté.e.s (Oneshot) »

  1. Je comprends que l’album t’ait touché, c’est pile poil les thématiques que tu affectionnes et à raison.
    Moi, je ne suis pas fan des graphismes mais l’histoire m’intéresse, alors à l’occasion je le lirais bien.
    Merci pour la découverte !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s