Lecture : Nos mondes i-maginés (Fiche – Oneshot)

Couverture Nos mondes i-maginés

Auteur : TETSUYA SANO
Editions : Akata
Prix papier : 14.99€
Prix numérique : 6.99€
Collection Young Novel
Sortie le  26 août août 2021
Genre : Tranche de vie, Drame, Amour, Amitié, Deuil
192 pages

Résumé :

Je n’avais jamais cessé d’envoyer des emails à mon amie décédée…

Kôhei Somei a arrêté d’écrire depuis le décès de Yoshino, son amie écrivaine. Hanté par sa mort, il a perdu goût à la vie et a abandonné son rêve d’un jour devenir auteur. Incapable de réellement tourner la page, il continue même de lui envoyer des messages, sachant pourtant qu’ils resteront sans réponse.

Mais son quotidien bascule quand Mashiro, la nouvelle élève du lycée, lui pose des questions sur sa relation avec Yoshino et que, contre toute logique, il reçoit une réponse à un de ses messages…

Je rappelle mes autres avis sur les merveilleuses œuvres de Tetsuya Sano
Mon avis sur le roman Rendez-vous au crépuscule
Mon avis sur le manga Tome 1 Tome 2 Rendez-vous au crépuscule
Mon avis sur le roman Fragments de crépuscule

Hello Livre :

Je l’ai mis dans mes priorités vu mon affection pour Testuya Sano, sa plume et l’histoire m’intéressait fortement.
De plus, quand je croisais les belles citations partagées par les comptes Akata et Young Novel (oui ils ont leurs comptes maintenant) ça me confirmait que je voulais le lire.
J’hésitais sur quelle version (surtout niveau finance, caser …) mais j’ai pu me le faire confier par netgalley, et Akata que je remercie.

Edition :

Je ne peux pas vous en parler, j’ai eu la numérique. J’ai lu sur la tablette, du coup à part de léger soucis de mise en page, ça va.
J’aurai bien voulu le voir en papier lui.
On commence par quelques très belles pages couleurs ❤

Mon avis/Mes impressions :

Mini avis du Ly’s week : Très bonne lecture. Très belles citations ❤. Je vous en ai parlé pendant ma lecture dans les Ly’s week, je vous ai mis des citations, aussi dans un thread twitter. En bref, c’était une très bonne lecture avec une plume superbe, comme magique. Il a de quoi parler à tous les amoureux des mots, à tous ceux qui aiment s’échapper dans des mondes imaginaires, dans ceux des livres. Il a aussi de quoi parler aux écrivains, à ceux qui créent ces mondes.

Si je vous dis ça, je vous ai quelque part tout dit, en tout cas l’essentiel.
J’ai pris mon temps, je l’ai dégusté, pour qu’il fasse son chemin en moi, et ne se termine pas trop vite.

La plume est toujours aussi belle, poétique, ensorcelante. Il nous donne envie de rire, comme envie de pleurer. Il nous rappelle des éléments sur la vie, d’en profiter tant qu’on est vivant, et nous parle également merveilleusement bien des mondes imaginaires, des livres, de ce qu’ils peuvent nous apporter, et quelque part des 2 côtés : en tant que lecteur, en tant qu’écrivain. Une façon de laisser sa trace, mais comme toujours au moins pour certains, car certains oublieront, n’y auront pas accès …

Nous allons découvrir Kôhei Somei, un jeune lycéen, et quelque part surtout entre deux jeunes femmes, en circulant dans le temps.
Quand Yoshino est entrée dans sa vie, un peu par hasard, elle l’a changé du tout au tout. Leurs échanges sont savoureux, croustillants, ils partagent une passion, ils échangent sur tant de choses.
Mais nous allons aussi interrogé plus loin, car de mauvais sentiments peuvent naître en nous et se confronter. Yoshino est douée, intelligente, elle réussie. Kôhei Somei va à certains moments se retrouver partager, il est content pour son amie, mais en même temps jaloux d’elle. Ce qui bien sûr complique tout à certains moments.
Ils ont aussi cette façon d’être partagée entre de l’amour et de l’amitié.

Le roman va introduire une dimension mystérieuse que je vous laisse résoudre. Après la mort de Yoshino, Kôhei Somei  se relève difficilement, il n’a plus le goût à rien, et a également perdu celui d’écrire. Etonnamment, un peu comme s’il voulait toujours la toucher, l’atteindre, il continue à écrire à Yoshino, et un jour il reçoit une réponse. Il la teste, et il est surpris.

Quand Mashiro débarque à son lycée, c’est une nouvelle épreuve pour Kôhei Somei. Elle semble une fan du travail de Yoshino. Pourtant Kôhei Somei préfère faire comme s’il ne connaissait pas Yoshino. Qui est elle ?

A travers ses 3 personnages, nous questionnons la vie, l’envie de vivre, les relations sociales, les succès, les échecs, l’envie de partager, les mondes imaginaires dans lesquels on aime s’échapper ou qu’on aime crée, ce que l’écrivain met dans ses œuvres, à quel point la réalité peut avoir une influence sur un écrit et de quelle façon, le besoin d’échapper à cette réalité parfois angoissante, accablante, étouffante, les relations sociales, l’amour, l’amitié, le pouvoir des mots, les possibilités du monde, les différentes manières dont on gère et ressent les choses.
On interroge les rêves qui se confrontent à la réalité. Pas simple de croire en soi et de se lancer comme écrivain, et non pas seulement en hobby.

C’est très joliment fait, très bien géré, avec des personnages intéressants et attachants, et un pouvoir des mots sublime.
La lecture est très fluide. C’est aussi beau que triste. Cela touche assurément.

Comme toute son œuvre que j’ai pu lire, pour ma part, je recommande fortement <3.

Bonus : Les paroles de Tetsuya Sano à la fin.

-> Une très belle plume, c’est beau et triste à la fois
-> Pour toucher ceux qui aiment s’échapper dans les livres
-> Pour toucher ceux qui aiment créer des univers
-> De belles réflexions

Moi aussi, j’ai joliment joué sur le temps, vu que j’ai commencé la lecture un peu avant sa sortie officielle 🙂

Citations :
« Je veux détruire ce monde avec mes romans, a-t-elle déclaré d’une voix propre à faire trembler l’air autour de nous. Je veux faire de ce monde pénible un monde où l’on peut vivre. »
« Un soleil orange sombrait à l’horizon. La vacuité de mon existence m’a frappé. »
« Si Yoshino était vraiment en vie dans un autre monde alors c’était lui, le véritable monde. Celui où je vivais n’en était qu’une pâle copie.
Ennuyeux, sans intérêt, désolant. Mais temporaire. Cette idée m’a beaucoup rassuré. La déprime qui obscurcissait mon cœur s’est levée. »
« Où que j’aille, à n’importe quel moment, j’écrivais tout ce qui me passait par la tête. Exactement comme lorsque Yoshino était encore en vie. »
« Cela lui enlèverait-il sa valeur ? Quel rapport y a-t-il entre la personne qui écrit le livre, ses sentiments, et l’œuvre finale ? »
« Les autres tombent amoureux comme si c’était la chose la plus naturelle du monde, mais moi, ce sentiment m’échappe totalement. »
« J’ai l’impression qu’on communique beaucoup mieux par écrans interposés qu’en réalité. » (ça c’est tout moi XD)
« C’était peut-être bien la première fois que je pensais ça. Jusqu’ici, j’avais toujours apprécié ces moments de vide. J’avais toujours accordé plus de valeur au temps que je passais seul, qu’à celui passé avec d’autres. Mais cette année-là pour une raison inconnue, c’était différent. »
« Je n’avais rien fait de spécial pour mériter son attention. Je m’étais contenté d’exister. »
« Bien entendu, sa version de ces scènes différait de celle de mes souvenirs. Quels que soient nos efforts, notre talent, on peut pas raconter une histoire sans trahir la vérité. Écrire, c’est mentir. Il est impossible de restituer la réalité de manière parfaitement fidèle. Le passé, le présent, ne sont pas faits de mots ; il est naturel qu’en les transposant à l’écrit, même avec la plus grande transparence, on n’obtienne qu’un tissu d’inventions. »

Et vous ? Ca vous intéresse ? Qu’avez-vous déjà lu de lui ? Avez-vous envie de découvrir sa merveilleuse plume ?

4 commentaires sur « Lecture : Nos mondes i-maginés (Fiche – Oneshot) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s