Manga : Blue Period Tomes 2 & 3

Fiche

Couverture Blue Period, tome 02

Après un premier tome prometteur, « Blue Period » continue-t-il à nous charmer ?
Effectivement, nous continuons à avoir une vision intéressante et mâture de l’art, ainsi que de toutes les implications que cela peut avoir.

Une partie des professeurs, des parents, ou tout simplement une partie des gens, peut voir cela comme un passe-temps, comme quelque chose qu’on fait à côté de quelque chose de plus stable, comme quelque chose qui ne pourra pas rapporter assez d’argent pour en vivre.
Yatora va bientôt passer en première. Est-il toujours sûr de son choix ? D’en payer le prix ? Un léger problème se pose, il n’a pas encore osé en parler à ses parents, et à assumer le coût tout seul. C’est sa mère qui sera la plus difficile à convaincre.
Ils ont un échange savoureux, avec un argumentaire intéressant.

Yatora est à fond dans l’art, et fait tout son possible pour apprendre, pour progresser, pour se donner les moyens de réussir son futur concours. Il va échouer, puis se relever, c’est normal.
Chaque fois, il croit savoir et comprendre des choses, et pourtant il ne cesse de se remettre en question, de découvrir de nouvelles choses. C’est ce qui le fera évoluer, même si par moment cela peut être comme une véritable prise de tête. Copier mais pas trop voire plutôt s’inspirer, trouver sa façon de faire, y mettre sa touche, utiliser ses sentiments, mais savoir respecter les consignes.
Nous continuons à découvrir des œuvres connues, ainsi cela nous cultive en même temps, car l’art est vraiment abordé de près ici.

Nous allons également parler du fait de voir une œuvre dans un livre et de celui de la voir dans un musée. C’est la même chose, et pas vraiment, l’expérience est différente.
Yatora apprend autant de ses professeurs, de ses camarades, de livres, ainsi que de ses expériences. C’est un domaine, où il faut pratiquer. Mais aussi observer.

Nous verrons aussi un peu Ryuji qui fait la couverture, et sa façon particulière d’être qui ne plaît pas à tout le monde. Parfois, il en souffre, mais rentrer dans un moule serait pire pour lui.
Des moments à fleur de peau, et nous avons envie d’en apprendre plus sur lui, qui est touchant, et sur sa façon de pratiquer l’art.

Mais pourquoi Yotasuka fait-il des remarques si acerbes à Yatora ? Une des dernières va beaucoup plus surprendre et porter à réflexion.

C’est un tome riche, qui nous transporte et nous fait réfléchir sur de nombreux points. Il est aussi appréciable de voir que Yatora a toujours sa bande d’amis et peut compter sur eux, malgré le fait qu’une partie de ce qui l’anime aujourd’hui est difficile à comprendre pour eux. Question de centre d’intérêt.

Bonne lecture, très bonne approche, très intéressante, on apprend des choses sur l’art, ce n’est pas juste en toile de fonds et je suis quand même contente de voir d’autres gens y être réceptifs.

Couverture Blue Period, tome 03

Ce tome nous offre à nouveau une belle composition, et de très belles réflexions.
Yatora est dans la dernière ligne droite avant les concours, autant dire que la tension monte totalement.
Ce n’est pas facile de trouver un juste équilibre ente tout ce qu’il doit accomplir.
Si beaucoup de choses se passent pendant les cours préparatoires, n’oublions pas sa professeur d’art plastique du lycée qui l’aide également à se recentrer, à réfléchir, à se dépasser, à se trouver.
Un mélange de technique, de passion, d’expérience, de don de soi, de patience, de talent etc.
Le sujets qu’ils ont à traiter sont souvent en une phrase, et débrouille toi avec ta toile. Quelque part ce n’est pas sans rappeler la philosophie, ou simplement des dissertations. Une phrase, qu’on se lit, qu’on se relit, et avec laquelle il faut produire quelque chose. Ici, ce n’est pas avec les mots, mais ce qui est exprimé c’est sur la toile. Une autre forme de langage.
Il y a aussi cette peur de la page blanche, de ne pas être à la hauteur, le stress, ou dans son cas plutôt de la toile blanche.
Toutes ne dégagent pas la même puissance, il y a également quelque chose de personnel là-dedans. Yatora va également s’inspirer de ces camarades par des questions ou par leurs travaux.
Sa première difficulté sera lorsqu’il aura un sujet d’imagination. Ainsi, il n’y a rien à observer, il faut tout sortir de sa tête.

Nous sommes entraînes avec passion, force, intérêt dans cet univers. Il y aurait de quoi en perdre la tête aussi. Imaginez ce que vit notre cher Yatora. Il essaye, il réussit, il échoue, il se perfectionne, et ne doit pas oublier le plaisir qu’il y prend. Tout comme il doit innover, prendre des risques, tester différentes façons de faire, différents matériaux etc.
Par ailleurs, il y a quelques moments troublants mais tout aussi intéressant avec deux de ces camarades : Yotasuke Takahashi et Ryûji Ayukawa.
Et dire que sans la peinture, il n’aurait pas rencontré certaines personnes et tissaient certains liens.

Très bonne lecture. Un univers fascinant, tant de belles réflexions, on se laisse emporter.

Citations Tome 3 :
« Je veux une réaction chimique entre l’énoncé et toi ! »
« La compétence que j’aimerais que vous développiez à présent c’est l’adaptabilité. »
« Je prenais plaisir à faire du dessin d’observation parce que plus je m’exerçais, plus je devenais bon. »
« Durant les vacances d’été vous avez fait du dessin d’observation pour améliorer votre technique de reproduction. Constitué un scrapbook pour nourrir vos idées. Et pris une photo par jour pour approfondir votre sens de la composition et du point de vue. »
« J’aimerai que tu t’exprimes sur cette toile puisque l’art est un langage qui ne passe pas par les mots. »
« Faire ce qu’on aime c’est pas toujours une partie de plaisir, tu sais. »
« Les génies ont de la chance. Ils n’ont pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour être bons. Enfin on n’y peut rien. Si ça se trouve, les mecs lambda comme moi auront beau se démener, ça ne les mènera pas bien loin. S’il suffit de relever les manches, moi, je veux bien le faire, mais bon. »
« En art, l’échec n’existe pas. »
« Le plus important c’est d’exprimer ce que je pense et comment je vois les choses. Ensuite je me sers de l’outil pour rendre ça intéressant et plus beau. »

Lu avec Izneo
Merci pour ces lectures.

2 commentaires sur « Manga : Blue Period Tomes 2 & 3 »

    1. Yep, il vaut le coup. Je suis contente que tu le fasses aussi, puis comme ça je peux toujours venir vers toi aussi si envie/besoin XD. Je suis entre de la bonne et très bonne lecture selon le tome pour le moment. Avec de très belles réflexions souvent. J’ai hâte de voir l’anime, la couleur, le son, le mouvement pourraient bien amplifier mon ressenti.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s