Graines de cheffes – Intégration, cultures et cuisine (Oneshot)

Couverture Graines de cheffes

Edition : Rue de Sèvres
de Lily Lamotte et Ann Xu 
Prix papier : 13€
Prix numérique : 5.99€
Genre : Cuisine, Tranche de vie, Intégration, Culture, Ouverture
Sortie le 09 juin 2021.
Environ 208 pages.
Oneshot.
BD jeunesse

Résumé :

La famille de Cici vient de quitter Taïwan pour vivre à Seattle, et l’adolescente n’a qu’une idée en tête : pouvoir fêter le soixante-dixième anniversaire de sa grand-mère. Pour financer le voyage d’A-Má, elle va tenter de remporter le premier prix d’un concours de cuisine pour enfants. Il y a juste un problème… Cici ne sait cuisiner que la nourriture taïwanaise.

Lily LaMotte et Ann Xu concoctent un conte savoureux, mélange d’identité, d’intégration, d’amitié et de courage. Le tout saupoudré d’un précieux message sur le pouvoir de la cuisine, qui rassemble les êtres et les cultures malgré les différences.

Hello Livre :
L’histoire m’a bien intéressé quand je l’ai croisé dans le programme, en plus j’aime bien la cuisine ^^

Mon avis/Mes impressions :

Graines de cheffes nous parle d’intégration, d’amitié, de trouver sa place, de cuisine et nous donne envie de goûter les bons petits plats de tous horizons.

L’album a une taille moyenne, il tient parfaitement en main, sur les genoux. L’histoire se finit en un tome, ce qui la rend également plus facilement accessible. La couverture est toute douce ❤
J’ai retrouvé certaines réflexions, paroles de mon précédent livre (Ranee Tara Sonia Chantal Anna) qui traitait justement de l’intégration, de partir de son pays, d’être un étranger ailleurs.
Et comme un peu toutes les différences, on se retrouve plus juger, à devoir en faire plus pour mériter sa place, prouver sa valeur. Cela peut être usant.
L’album a ses pages toutes douces, toutes jolies que j’aime tellement, et qui sont un plaisir à feuilleter.
Le graphisme est agréable. Aucun souci de mon côté.

Nous sommes tout d’abord en Taïwan, avec une famille aimante. Cici a des amies, et sa grand-mère qu’elle aime tant. Ses parents lui annoncent brutalement qu’ils vont partir aux Etats Unis d’Amérique, à Seattle, mais la grand-mère ne peut pas venir avec, entre autre à cause de la carte verte, car elle n’en a pas le droit. C’est un déchirement pour Cici.
Heureusement, elle va très vite se faire de nouvelles amies, mais elle ne sait pas ce qu’elle peut leur dire, à quel point ouvrir son cœur, elle a cette peut d’être rejetée, incomprise.
Nous voyons à travers différents personnages qu’ils ne sont pas les seuls à avoir des soucis d’intégration, à courir après la carte verte, à tenter de se faire une place aux Etats Unis pour avoir une vie meilleure. Comme toujours, la réflexion est douce et amère à la fois.

La famille de Cici, ses parents, sont très occupés par le travail. Mais j’aime énormément leur unité, la gentillesse. Il y a un côté dur mais pour le bien être de leur fille.
Ils ont également leur propre culture. Ils ont une obsession pour la réussite et sous une seule forme.
Oui, parce que au delà de la réussite sociale, demandez vous pour vous c’est quoi réussir ? Qu’est-ce qui vous rendrez heureux, vous conviendrez ?

Cici est adorable, elle aide ses parents, elle travaille dur. Elle se pose des questions. Elle veut aider à faire venir sa grand-mère pour l’anniversaire de celle-ci. Pour cela, elle va tenter un concours de cuisine (pour en gagner le prix). Celui-ci va bien sûr lui prendre du temps, qu’elle n’aura pas pour autre chose. Ca aussi, c’est bien compliqué par moment.
Le concours a tout d’une compétition, et nous sommes par moment aussi tendus qu’elle nous demandant comment elle va s’en sortir, ce qu’ils vont demander, en plus ils sont plein de surprises pour le meilleur et pour le pire. Elle aura l’occasion de développer une autre relation amicale à ce moment là.

Quand on observe les chapitres, on voit qu’il y a une branche avec plus ou moins de feuillage. Si si, regardez chaque début de chapitre. C’est plus percutant sur les derniers où elle a totalement fleurit et est très belle.

J’ai beaucoup aimé cette histoire, belle et touchante. Avec des réflexions intéressantes entre autre sur l’intégration, ce qu’est la réussite, le prix à payer, la famille, d’être étranger dans le pays où nous vivons.
J’ai aimé l’évolution de Cici, et le développement de ses différentes relations, le mélange des cultures.
J’ai aimé les passages à la cuisine.
J’ai aimé qu’elle allie le côté américain, et le côté taïwannais, car c’est elle tout cela. 

J’espère que vous aurez aussi l’occasion de le lire 🙂

Courage et conviction !
Je finis la petite larme à l’oeil
Contente qu’elle ait pu trouver de chouettes amies aussi

Rappel du mini avis du Ly’s week
Bonne lecture. Une belle découverte. Intégration, cuisine, se faire sa place, trouver sa voie. Une Cici charmante avec une belle évolution. Des petits plats qui donnent envie. Un album super agréable au toucher avec un graphisme que j’apprécie. Courage et conviction !

Graphisme

Citations

« Tu travailles dur, Cici, mais n’oublie pas de t’amuser. »
« Oui, tu feras de meilleures études ça t’ouvrira davantage de portes. N’oublie pas.
Bonnes notes, bonne fac, bon poste, vie réussie. C’était la devise familiale. »
« Dans la vie, il y a toujours des solutions, il suffit de les trouver »

Merci à Rue de Sèvres pour l’envoi de cette lecture et la confiance.

Et vous ? Il vous tente ? Une de vos différences vous a-t-elle déjà donné l’impression de devoir donner plus que les autres ?

Un commentaire sur « Graines de cheffes – Intégration, cultures et cuisine (Oneshot) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s