Manga Time : Shigurui Tome 1 (Fiche)

Couverture Shigurui, tome 01

Edition : Meian
Dessin : YAMAGUCHI Takayuki
Scénario : NANJO Norio
Shonen : 4 tomes en France. Cette édition sera terminée en 10 tomes
Genre : Drame, Action, Historique, Samouraï
Prix papier : 9.95€
Pas d’édition numérique

Il existe également un anime de Madhouse (chez Black Box).

Histoire

Le chant cruel des lames ensanglantées résonne…
An 6 de l’ère Kan’ei, début de la période d’Edo, au château de Suruga. Condamnés à combattre par une terrifiante fatalité, deux épéistes aussi beaux qu’implacables s’affrontent, dans un tournoi tabou, allant à l’encontre des lois de ce monde…
Ici commence le plus cruel et brutal des récits historiques.
Tiré du roman « Le tournoi du château de Suruga », Shigurui nous plonge dans l’univers impitoyable des samouraïs et brosse le portrait d’un Japon médiéval dont la beauté n’a d’égale que la cruauté.
– Édition en 10 tomes au format 21×14.8cm.
– Nouvelles traduction et adaptation.
– Papier de qualité supérieure.

Trailer
Extrait

Hello Livre

Je ne connais pas du tout Shigurui de sa précédente édition, j’en ai seulement entendu parler, il s’agit de samuraïs, j’ai eu l’occasion de tester, alors je me suis jetée à l’eau.

Edition

L’édition est sublime, elle rend hommage. Très qualitative, et pour un peu moins de 10€.
Il est un peu plus grand qu’un manga standard. Les pages sont d’une belle et impeccable blancheur, et bien épaisses, un régal à tenir en main.
Il fait un peu de plus de 300 pages (312).
Nous avons quelques pages couleurs papier glacé pour commencer, de bonne facture, et là aussi ça fait plaisir.
A force vous connaissez mon affection pour les pages couleurs et le papier de bonne qualité.
La couverture est elle assez déroutante. On y voit un jeune homme qui a l’air décidé, nous donne envie de le connaître, mais qui semble les tripes en l’air et là on a plutôt envie de fuir.

Mon avis / Mes impressions

Attention, si j’évite quand même toute scènes trop difficiles, c’est clairement à destination d’un public mûr et adulte (autant scènes de bataille que scènes privées).

Sensations

Toutes les émotions et sensations que dégagent la lecture de ce manga sont plutôt épiques et vives. Nous les ressentons totalement à fleur de peau. Nous sommes partagés, par moment elles sont violentes.
Le graphisme sur le décor est superbe, il captive nos yeux. Il est très beau, il y a beaucoup de détails. On a l’impression d’être avec eux là-bas en quelques sortes.
On y découvre des lieux, des modes de vie, des personnages.
Tout a un côté très mature et réaliste. Parfois on aime ce qu’on y voit, parfois on déteste, parfois on redoute de continuer.
Mais on est totalement saisi, pris aux tripes, avec l’envie mêlée à la peur de continuer l’histoire.
C’est un manga qui va vous donner beaucoup de sensations de toutes sortes.

C’est une sacrée claque.
Le genre de lecture où il vous faut un peu de temps pour vous remettre ^^’
On y mêle fiction et réalité.

Epoque

Il faut situer les choses, l’époque des Samouraïs, le mode de fonctionnement, la place de la femme.
Il y a des éléments intéressants, d’autres qui font grincer des dents.
Comme ils le disent, il y a un côté brutal et cruel dans ce récit historique, et en même temps c’est captivant.

Histoire

A ce niveau là, ils savent bien nous tromper, nous mettre le doute. Et vu comme tout commence, le lecteur se demande autant comment cela va finir que comment ils en sont arrivés là. En ayant cette information, cela nous fait redouter le pire à chaque fois une fois plongés dans leurs passés, surtout nous sommes aux aguets, sans doute plus attentif, en se disant est-ce ici que cela va tourner de cette manière ?
Ainsi, la manière dont nous est conté l’histoire a totalement su capter notre attention.

Le combat qui commencer au départ entre Gennosuke Fujiki et Seigen Irako, nous sommes comme certains des spectateurs à se demander si c’est bien viable, comment ils vont pouvoir assurer ? Mais quand ils commencent à se battre, nous ne disons plus rien, nous retenons notre souffle.
En vrai, il sera même coupé bien des fois durant notre lecture.

Ce n’est pas une sinécure de faire partie de cette époque. Le rapport de force est diablement mis en avant, donne des droits et des devoirs.

Combat

Les combats sont prenants, fascinants. Nous redoutons le pire.
Mais cette brutalité et cette façon de se mettre en danger, de se battre, a autant un côté intéressant que dérangeant.
D’ailleurs, les mots à la fin (postface) sur la cruauté de l’homme sont aussi intéressant que terrifiant.

Vous avez envie d’en savoir un peu plus, suivez moi, sinon paragraphe suivant 😉

Quand nous faisons la connaissance de Gennosuke Fujiki et Seigen Irako. L’un est estropié, l’autre est aveugle. Et on les fait se combattre. Il y a de quoi se poser des questions. Il apparaît très vite qu’ils sont d’un niveau supérieur, liés, quelques parts tout est entre deux eaux. Rivaux, ennemis, mais en même temps ils se poussent à se dépasser.
L’un a rejoint l’école de l’autre. Il a dû faire ses preuves, passer des épreuves, et les accepter. Ainsi, ils se retrouvent également à rivalité pour obtenir l’école, en hériter, ainsi que de la fille du maître.

Il y a des scènes de combats époustouflantes, des techniques de tout genre, ils y risquent leurs vies. Parfois, on leur demande d’accomplir des actes.
Beaucoup sont comme prisonniers de leur statut.
On laisse passer à ceux qui assurent, qui ont le statut, de vils actes. En même temps, personne n’ose s’y opposer.

La chair s’expose dans les combats, la chair des femmes aussi.

Anecdote

Je l’avais mis dans ma PAL vacances, sauf qu’avant j’avais lu Dead Company. Du coup je commence quelques pages, et je me dis bon même pour moi ça va faire trop, je vais attendre un autre moment. Et effectivement ce matin c’était le bon moment 🙂

Conseil :
Prévoyez bien le moment où vous allez vous lancer dedans ^^.

Graphisme

Vous vous intéressez aux récits de Samuraïs ? Envie de quelque chose de réaliste, de mêler réalité et fiction ? Pas peur des sentiments forts, de la violence, de la chair ? Envie d’être captivé, intéressé et pas peur d’être horrifié ? Envie de voir des techniques, la vie à cette époque ? Envie d’être pris aux tripes et pas peur de l’être ? Alors go.

La dernière image sert à vous montrer la différence par rapport à un manga standard.

Et vous ? Vous avez connu ? Il vous intéresse ?

Merci à Meian pour l’envoi de cette lecture et la confiance.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s