Roman graphique Time : Vent mauvais (Fiche – Oneshot)

Couverture Vent mauvais

Edition : Rue de Sèvres
de Cati Baur (2020)
Prix papier : 20€
Prix numérique : 8.99€
Genre : Contemporain
Sortie le 10 juin 2020.
Environ 192 pages.
Oneshot.

Résumé :
Béranger est en crise, depuis son dernier succès au cinéma, il y a quinze ans, il est aussi peu inspiré dans son travail de scénariste que dans sa vie de divorcé, père de deux adolescentes, Lison et Violette. Il peine à écrire la suite que lui réclame son agent, son ex-femme lui empoisonne la vie et sa relation avec sa maîtresse ne mène à rien. Il décide de quitter Paris … pour s’installer à la campagne à côté d’un champ d’éoliennes face auxquelles il semble trouver l’inspiration. Sur place, il vit une idylle avec Marjolaine, une fille un peu décalée, la trentaine, un look de hippie qui conduit le bibliobus du village. Quand elle ne joue pas au scrabble, elle s’occupe de ses vieux parents, enterre les oiseaux morts et rêve d’ouvrir sa librairie. Alors que Béranger reprend goût à l’écriture, les saisons passent et apportent leurs lots de mauvaises nouvelles. Il glisse alors doucement vers la dépression tandis que Lison décide de s’installer chez lui. Marjolaine spectatrice malgré elle de la situation sera contre tout attente, celle sur laquelle ils pourront s’appuyer. Elle qui semblait jusqu’à présent subir sa vie, prendra des décisions radicales et deviendra maîtresse de ses
choix.

Hello Livre : Je suis de plus en plus avide de découvrir les parutions de Rue de Sèvres, de plus c’est de période, et enfin on m’a donné l’occasion de le faire. Un merci particulier car il est de l’an dernier.

Cati Baur : Elle a également écrit quatre soeurs, que j’aimerai bien découvrir, que j’avais déjà repéré.

Edition papier :
Nous sommes sur le format roman graphique, ça doit être le même genre pour les soeurs d’Ys.
Un véritable plaisir de l’avoir en main, de tourner ses pages. Nous avons une couverture cartonnée dure. Le livre a sa petite odeur, et les pages sont un régal à tenir, elles tiennent bien en main. Au niveau du toucher, on a comme un petit aspect granuleux. Le grande taille nous permet de bien apprécier le travail fait, de s’immerger dans cette histoire.
J’adore également quand on ouvre tout ce rouge, et le petit mot de Cati Baur qui nous donne immédiatement envie de découvrir ce qu’elle a à nous proposer.
J’ai également adoré le côté la vie qui passe au rythme des mois, des saisons, mais surtout la représentation originale de chaque mois.
Dans les bulles, c’est écrit de manière manuscrite, qui nous donne encore plus d’immersion, une touche plus personnelle.

Mon avis/Mes impressions :

Nous sommes en présence d’une chronique sociale, souvent des lectures intéressantes, qui peuvent être un peu difficile, comme c’est une sorte de réalité crue, qui peut faire mal.

Le graphisme est un peu particulier sur le coup, mais il se prête totalement à cet aspect contemporain, à cette façon d’être ancrée dans la vie réelle.

Nous faisons la connaissance de Béranger, un homme qui semble désabusé par la vie. Il est scénariste, du coup il y a une certaine inconstance, on se demande même de quoi il vit tout le temps. Depuis son dernier film, son dernier scénario dont il est fier, c’est un peu la calme plat. Dans sa vie professionnelle, c’est un peu la déroute, mais de même dans la vie personnelle : il a deux filles, pas toujours faciles, en pleine adolescence, par moment exigeantes, une ex-femme que le lecteur verra seulement mentionné, nous ne la verrons jamais, une maîtresse Laurence, avec laquelle il ne cherche pas à s’engager.

Tout est compliqué, complexe, comme peut l’être la vie. Pour retrouver l’inspiration, il va décider d’aller vivre à 1h30 de Paris, d’échanger son appartement au coeur de Paris, contre une maison dans à la campagne, dans un endroit isolé, mais où il est entouré d’éoliennes, d’ailleurs il a complètement succombé au charme des éoliennes, qui sont loin de faire l’unanimité. Il est d’ailleurs intéressant d’écouter les différents arguments, les différentes façons de voir les choses.

Nous confrontons la ville contre la campagne, les avantages et les inconvénients. Béranger a pas mal de fréquentations, mais quand ils lui font trop de remarques, il ne manque pas d’exploser.
Il a fait son choix en son âme et conscience ayant besoin de se recentrer sur lui-même, de trouver des idées.

Il va entre autre faire la connaissance de son étrange voisine Marjolaine, qui est a un coté fantasque, qui dénote par rapport à d’autres personnes. Une jeune femme attachante, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds, elle est grande, elle est un peu forte, elle fait avec et sera également une source de conseils et de réconfort pour l’une des filles de Béranger. Elles sont unies par des différences, et l’amour des livres. J’ai adoré faire la connaissance de cette jeune femme, son métier, ses envies, sa vie. Mais parfois derrière la porte, elle aussi peut pleurer.

Ce sont des personnages entiers, que parfois nous aimons, d’autres fois nous en détestons le comportement, ils se cherchent, se confrontent, font des erreurs et avancent chacun à sa manière.

J’ai beaucoup aimé la façon très douce avec laquelle Béranger et Marjolaine font connaissance et prennent le temps, à coup de scrabble aussi, qui aura encore un autre rôle.
Ce n’est pas non plus simple et très équilibre la vie d’artiste, et parfois Béranger se fait dépasser, surtout qu’il garde une certaine amertume.
Mais Marjolaine n’hésitera pas à le remettre à sa place s’il le faut.

La fin m’a fait un peu bizarre, un côté très précipité, très étrange, comme un coup, peut être comme quand la vie nous met un coup qu’on n’a pas vu venir, heureusement il y a un épilogue qui fait qu’on referme cette chronique sociale douce amère sans se sentir trop laisser en plan, avec autant de joie et de tristesse d’avoir fait leur connaissance. C’est comme la vie, qui peut être aussi douce que cruelle, et nous assène tout un lot d’épreuves.

Merci à Rue de Sèvres pour la lecture.

Graphisme

Et vous ? Vous connaissez ? Envie de découvrir une chronique sociale douce amère ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s