BD Time : Dans les vestiaires (Fiche – Oneshot)

Couverture Les vestiaires

Edition : La boîte à bulles
de Timothé Le boucher
Oneshot
Prix papier : 20€
Prix numérique : 5.99€
Genre : Contemporain

Hello Livre : J’en ai entendu parler pour la première fois par Alex bouquine en prada dans une de ces vidéos qui vous donne peps, sourire, et envies, ça m’a semblé être une lecture d’importance, nécessaire, il me fallait plus qu’une occasion.
Notez quand même que là l’éditeur a été correct sur le prix du numérique.

Résumé :

Le nouveau vestiaire des collégiens ouvre ses portes. Vitres floutées et toilettes roses, les garçons découvrent les locaux rénovés avec un mélange de gêne et de moquerie. D’autant plus que les douches sont désormais collectives !

Ainsi deviennent-elles un centre d’intérêt particulier, dans cet espace clos où le principe fondamental de l’autorité adulte disparaît et où peuvent s’exprimer les instincts primaires à l’état le plus brut : agressivité, sexualité ado, moqueries, harcèlement de la tête de turc…

Est recréée au sein même du vestiaire une microsociété sans limites et à l’équilibre incertain, avec ses chefs craints et ses moutons noirs. Affranchis, les garçons du vestiaire affichent leur cruauté naturelle dans un récit à la fois captivant et étouffant qui n’est pas sans rappeler Sa Majesté des mouches.

Mon avis/Mes impressions

« Dans les vestiaires » est un album assez singulier et original du fait qu’il se passe uniquement dans les fameux vestiaires.
Du coup, chaque jeudi, nous les retrouvons dans ce lieu, à l’heure du sport. Apparemment ils en ont de tous nouveaux, refaits à neuf, sauf qu’il n’y a plus de casiers, que c’est douche commune, etc.
Nous ne voyons jamais rien d’autres, au niveau du graphisme, ce qui se passe dehors est même flouté, car la vitre du vestiaire l’est. (une grande originalité du récit)
Le graphisme est tout rond, agréable, sans se démarquer particulièrement.

Il y a tout un temps d’acclimatation et d’acceptation également surtout pour la douche commune. Au début, personne ne veut se laver. Certes, ils sont entre eux, entre garçons, mais cela implique de montrer sa nudité à tout le monde, des comparaisons, des possibles remarques, etc.
Il y a également un endroit qui donne visibilité sur celui des filles, et vice-versa du coup.

Ces jeunes laissés seuls en plus, on vraiment un côté bestial. Une hiérarchie s’inscrit, le jeune garçon de la couverture est un souffre-douleur, celui classé au plus bas. Ils s’amusent, mais font aussi les 400 coups sans limite. Un défi idiot après l’autre. Des amitiés peuvent finir, la hiérarchie peut changer, on évite de faire certaines choses, de parler à certains, pour ne pas descendre dans le classement.
Il y a un côté très réaliste, très brutal, et très absurde en même temps dans cet album, qui met en avant des problèmes de société, le harcèlement, ce besoin d’être ce qu’on n’est pas.
Ils trichent tous quelque part, chacun a ses problèmes, ses peurs, etc.
Mais ils vont aussi bien trop loin, comme s’ils étaient inconscients sur les limites.

Une histoire aussi percutante que cruelle qui vous laissera un goût amer dans la bouche, y compris la fin.
Les relations sont bien dépeintes, et navrantes en même temps.

Merci à Izneo pour la lecture.

Elle a eu un côté violent, je me suis sentie triste, mal à l’aise, et rappeler plus que jamais pourquoi je n’aimais pas le collège, pourquoi je me sens en rupture avec notre chère société.

A mettre en avant dans les bibliothèques, chez les jeunes, en espérant que ça les fasse réfléchir.

Et vous ? Il vous tente ? Redoutiez vous les vestiaires avec douche commune ? Ca était au collège ?

4 commentaires sur « BD Time : Dans les vestiaires (Fiche – Oneshot) »

  1. Bien qu’à part à la piscine, j’aie eu la chance qu’on m’épargne les douches collectives (il n’y en avait tout simplement pas d’utilisables dans le gymnase où nous allions), ton article a fait remonter en moi certaines émotions liées au harcèlement. Du coup, je reste très tentée par cet ouvrage et sa mise en scène originale, mais je sens qu’il vaut mieux que je choisisse avec le soin le bon moment pour le lire…

    Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai jamais eu droit aux douches collectives durant ma scolarité. Peut-être à la piscine, mais je n’en ai pas souvenir, car on avait le choix entre les communes ou les box individuels…. En revanche, je n’aimais pas me changer avec les filles. On ne peut éviter les comparaisons et les pestes qui se moquaient de toutes les filles au physique normal ou rond. Cela m’agaçait !
    Je suis intéressée par cette bd pour son sujet… D’autant que, de ce que je comprends, c’est traité avec justesse et noirceur… cela change ! D’habitude, les fictions se finissent bien et ne terminent pas sur une impression amère… Mais je trouve que c’est bien de montrer que, parfois, tout n’est pas rose et il existe des drames…. 😦

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, tout à fait, cela vaut le coup, c’est bien fait, percutant, et on en ressort pas indemne.
      Malheureusement oui…la mentalité imposée par la société en est un aussi (rentrer dans le moule, être premier, etc)…le harcèlement également, et cela peut arriver à n’importe qui…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s