BD : Nous étions les ennemis (Fiche)

Couverture Nous étions les ennemis

Sortie chez Futuropolis
de Steven Scott, George Takei, Justin Eisinger et Harmony Becker
Genre : Historique, Biographie
Prix papier : 25€
Prix numérique : 17.99€

Résumé :
Alors que les familles des États-Unis s’apprêtent à fêter Noël, une terrible nouvelle tombe à la radio : l’attaque surprise du Japon à Pearl Harbor. Le lendemain, le 8 décembre, l’Amérique entre dans la Seconde Guerre mondiale. Rapidement, le président Roosevelt signe un décret accordant aux commandants militaires le pouvoir d’arrêter et d’incarcérer « certaines personnes, voire toutes » d’origine japonaise, craignant la présence d’un ennemi de l’intérieur. La famille de George est américano-japonaise. Si sa mère est née aux États-Unis, son père, lui, n’a pas pu obtenir la citoyenneté alors qu’il vivait dans le pays depuis cinquante ans. George Takei, âgé de 4 ans suit alors sa famille pour le Fort Rohwer, l’un des dix camps d’internement établis par ordre du président. Nous étions les ennemis permet de mieux comprendre le parcours de cet acteur de la série originale Star Trek. Il associe l’esprit d’aventure de son personnage de fiction à l’histoire de ses parents qui se demandaient comment survivre et prospérer dans un pays où ils étaient littéralement qualifiés d’extraterrestres.

Mon avis/Mes impressions :

« Nous étions les ennemis » est un album en teinte noir et blanc, c’est un peu comme si le dessin était crayonné, mais au fil des pages, on s’y habitue bien. Il est également tout en rondeur.
Mais ce qui est le plus important et intéressant, c’est que c’est l’histoire d’un homme, George Takei, pris dans l’Histoire. Une histoire de son point de vue d’être humain, qui ne peut laisser indifférent le lecteur, l’album se passe sur plusieurs années de la vie de George, et permet de bien comprendre ce qu’ils ont vécu, et ce qui s’est passé, mais également les enjeux politiques.

George Takei est un acteur américain. Il a notamment joué Hikaru Sulu dans la série originale Star Trek. Nous mêlons les époques, les périodes avec délicatesse et intelligence.
Le lecteur voit également bien l’influence de son père. George, alors qu’il n’était qu’un enfant était loin de tout comprendre, il ne prenait pas la mesure de ce qu’il se passait, la situation le dépassait totalement.
Ce qu’il a vécu paraît si aberrant et injuste à des yeux humains.
Il a pu profiter de sa notoriété pour continuer à lutter, témoigner, apporter une autre image, faire fonctionner la démocratie.

Suite à l’attaque de Pearl Harbor, l’Amérique rentre dans la seconde guerre mondiale, et c’est également là que le rêve américain commence à s’effondrer pour la famille Takei.
Il a été décidé que vu qu’ils étaient de race japonaise, il étaient des ennemis. Il y a d’abord les réactions des gens, mais également le gouvernement qui va les priver de tout et les interner dans des camps.
Une nouvelle vie à laquelle il va falloir s’adapter. De leur hauteur d’enfants, encore jeunes, ils sont loin de tout comprendre. Parfois, ils voient l’inquiétude sur le visage de leurs parents, des larmes coulées. Mais leurs parents font tout pour les préserver et leur donner de la joie.
Au milieu de l’horreur, des disputes, il y a également de beaux moments, de jolis partages, de la solidarité.
La famille Takei est vraiment agréable à suivre. Le père de George est un homme sensé et intéressant. Et même après tout cela, il ne refusera pas d’échanger avec son fils dessus. Il y a seulement en grandissant que Georges comprend mieux certains éléments.

Des barbelés pour les tenir à distance. Ils étaient les ennemis. Et ceci, juste parce qu’ils étaient de race japonaise. Il y a différents cas, ceux qui ont immigré, ceux qui n’ont jamais été au Japon.
Beaucoup d’entre eux se sentaient américains et avaient fait le choix de vivre dans ce pays démocratique. Mais leur loyauté est mise à mal.
Il y a un beau recul pris qui montre bien le courage de bien des japonais, quelque soit la décision qu’ils ont prise à un certain moment. La difficulté de répondre à certaines questions.
Ironiquement, ce camp les enferme autant qu’il les protège.

Un livre qui nous parle de l’histoire édifiante d’un jeune homme, et comment il s’est forgé, jusqu’où il est allé, des éléments avec des faits, tout en prenant le recul, tout en montrant que la démocratie reste le meilleur système, mais ce sont des hommes qui dirigent, et qui commettent des fautes. Le tout en montrant ce qui s’est passé dans l’Histoire, et en nous faisant vivre le ressenti, cela a impacté bien des vies, et tout en faisant un lien avec d’autres événements.
C’est un album fort, émouvant, touchant, intéressant et important, dont je conseille la lecture si vous en avez l’occasion.

Graphisme :

Merci à Izneo pour la lecture.

5 commentaires sur « BD : Nous étions les ennemis (Fiche) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s