Manga Time : Nos C(h)oeurs évanescents Tome 2

Fiche

J’ai eu du mal à savoir ce que je ressentais vraiment, bon, très bon, justement à cause de tout ce qui s’en dégage. A choisir sur LA si je mettais ce fameux point en plus qui me fait basculer. Je m’y suis reprise à plusieurs fois d’ailleurs avec la chronique. Akata nous met à l’épreuve, et je ne doute pas que les prochaines séries que j’ai à lire chez eux (bless you, don’t fake your smile, en proie au silence), ça va être tout autant ainsi.

« Nos c(h)oeurs évanescents » est de retour pour faire à nouveau vibrer nos coeurs, et il commence bien avec une magnifique page couleur, et une présentation originale des personnages.
Il y a toujours cette beauté, cette poésie, cette sensation que la musique veut s’échapper des pages.

Presque tous les chapitres ont les mots « adulte » et « enfant » dans le titre, dans une phrase différente.

Yutaka Aoi va partager son temps entre la chorale et l’opéra, et il rencontre les autres membres de l’opéra. Un grand moment.
Il est toujours aussi doué, particulier, et ces réactions naturelles sont par moment croustillantes et font du bien.

Ce tome dégage une certaine réflexion sur l’enfant et l’adulte, ce qu’on peut faire en tant qu’enfant, en tant qu’adulte, les différences, mais aussi sur les espoirs déçus, que tout le monde a besoin d’aide, que tout le monde a été enfant un jour…
En tant qu’enfant, ils ont encore la possibilité de tout faire, l’avenir devant eux, mais également beaucoup de choses à apprendre.
En tant qu’adulte, des espoirs ont pu être brisés, mais ils ont déjà appris pas mal de choses.
Nous allons également apprendre pourquoi le professeur référent de la chorale les a délaissé.

Le tome va majoritairement se concentrer sur Akitoshi Betsuyaku, le leader de la chorale et celui qui fait la couverture. Il veut parfois en faire trop, ne jamais demander d’aider, et le poids de sa famille pèse sur ses épaules. Il tente de faire de son mieux quitte à participer à un séminaire cerné d’adultes, mais c’est difficile. Parfois il n’arrive pas à faire passer ses idées aux autres membres du groupe, à se faire comprendre.

Encore une fois le graphisme participe bien aux ambiances, et emmène le lecteur. Il y a même des scènes qui semblent sortir de l’imaginaire pour bien montrer la solitude de Akitoshi Betsuyaku, sa difficulté à les emmener avec lui, comme si les autres étaient des aliens et ne parlaient pas la même langue.
En même temps, il ne faut pas oublier qu’ils sont en groupe, et que c’est ainsi qu’ils doivent réussir, qu’ils doivent transporter les spectateurs, avec la puissance de leurs chants.
Ils sont tous interdépendants pour le meilleur et pour le pire.

Ils s’inscrivent à un concours, le choix du morceau est compliqué lui aussi.

Un tome aussi poétique que triste et mélancolique, avec une réflexion sur l’adulte et l’enfant, les choix de vie.

Merci à Izneo pour la lecture.

2 commentaires sur « Manga Time : Nos C(h)oeurs évanescents Tome 2 »

  1. J’ai beaucoup aimé ce tome aussi même si comme toi ce fut dur de mettre les mots dessus.
    J’ai été touchée par le parcours de ce garçon « banal » issu d’une famille extraordinaire et qui a du mal à trouver sa place dans le monde mais qui y parvient grâce à son groupe d’amis. Très touchant 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s