Lecture Time : Rendez-vous au Crépuscule (Fiche – Oneshot)

Couverture Rendez-vous au crépuscule alternative

Auteur : TETSUYA SANO
Titre original : Kimi wa tsukiyo ni hikari kagayaku
Editions : Akata
Prix papier : 14.99€
Prix numérique : 6.99€
Collection Youg Novel
Sortie le 19 mars / 11 mai 2020
Genre : Tranche de vie
222 pages dont 4 en couleurs

En savoir plus avec Akata

Résumé :
Connaissez-vous la maladie de la « luminite » ? Cette maladie rare affecte peu d’individus sur Terre. Le corps de ceux qui en sont atteints brille quand il est éclairé par la lumière de la lune… Takuya ne s’y était jamais intéressé plus que ça… Mais quand un jour, il se retrouve à devoir rendre visite à Mamizu Watarase, une de ses camarades de classe hospitalisée, son quotidien en sera changé à jamais. Lui-même endeuillé par la perte d’un proche, Takuya va se prendre d’affection pour la jeune fille, et décider de l’aider à réaliser ses rêves… Pourtant, les jours lui sont comptés, car d’après les médecins, son espérance de vie est déjà dépassée. Combien de temps encore pourra vivre la lycéenne ?

Hello Livre

Déjà, je fais partie du bon public à qui proposer ce type d’histoire, qui me touche souvent beaucoup. Après une telle réflexion sur la vie devrait quand même toucher tout le monde, mais sans doute pas de la même manière.
Je vous rappelle que j’ai défendu et voulu découvrir au plus vite la collection Moonlight, ainsi que « Je veux manger ton pancréas ».
Ensuite, dès que j’ai croisé son regard, il m’a donné envie. Autant dire qu’on me l’aurait proposé, j’aurais sauté dessus. Le titre, la couverture, le résumé, tout m’appelait.
J’aurais bien voulu voir le livre papier, voir si la couverture se reflète, le faire trôner dans la bibliothèque et posait mes yeux dessus, vous montrer un peu à quoi il ressemble, mais ce n’est pas possible.
Vu en plus la situation et toute l’incertitude qui la caractérise, j’ai écouté mon cœur qui me réclamait sa lecture et craquait pour l’édition numérique, après m’être assurée que le coeur de jiji (instants volés à la vie) avait été touché (étoiles/ notes), mais sans rien lire de plus.
Il fait tellement partie de ce que je veux découvrir que j’ai fuis tout avis lol ^^. Une fois que j’aurai écrit le mien, je pourrais aller voir les autres.

Edition :

Si vous avez la numérique comme moi, je vous conseille de regarder les premières pages sur la tablette pour avoir la magnifique couleur, après vous faites comme vous voulez.
Elle est correcte à quelques coquilles près, et j’étais un peu perturbée (mon côté perfectionniste) sur la liseuse avec ma version epub d’avoir en haut un nombre (?) puis la page à laquelle j’étais, et en bas le titre avec la page à laquelle j’étais, mais ce n’est pas la même page pour les 2 à quelques unes près.
Par contre sur la tablette, ça se met bien : titre en haut, nombre de pages en bas.
Sinon vous avez la couverture à couper le souffle, quelques pages couleurs de toute beauté, une séparation en plusieurs grandes parties, et une postface très intéressante.

A qui s’adresse ce livre ?

Pas forcément aux gens trop sensibles et/ou préparez vos mouchoirs.
A toutes personnes qui est touchée par les réflexions sur la vie, la mort, a été touché par « je veux manger ton pancréas », aime les listes, …
Si vous avez déjà lu d’autres livres du genre, pas de problème non plus, il a une empreinte unique et vaut le coup.

Mon avis/Mes impressions :

Ce livre c’est beaucoup d’émotions : des pleurs, du rire, la jeunesse, la vie. 
Il y a également beaucoup de surprises quand on apprend à mieux les connaître, découvrir.
Et la plume est belle, même très belle quand elle aborde des réflexions sur la vie, mais également sur la maladie de Mamizu qui introduit l’unique dimension fantastique du récit.

A travers Mamizu, nous apprenons à connaître cette étrange maladie : la luminite, qui a également une sorte de beauté morbide, elle devient de plus en plus comme une luciole. Elle brille. Elle se sait condamner, mais personne ne sait exactement combien de temps il lui reste à vivre. Au stade où nous la rencontrons, elle passe sa vie à l’hôpital.

Nous sommes surtout concentré sur trois jeunes gens, même si nous voyons un peu d’autres jeunes gravitaient autour d’eux, y compris certains parents. Mais c’est bien eux qui sont confrontés à la vie, à cette société parfois absurde et profondément injuste où certains feraient même un choix contraire à la vie.

Les trois jeunes lycéens sont liés d’une manière que je vous laisse découvrir. Ce que je peux vous dire c’est qu’il y a des surprises.
Mamizu va confier sa liste de choses à faire avant de mourir à Takuya.

Takuya n’est ni timide, ni introverti, ni autiste, mais solitaire, il vit un peu en-dehors du monde et sur le fil quand on fait sa connaissance. Il est marqué par la perte qu’il a subit, et a bien du mal à s’en relever, à comprendre, à continuer à avancer.

Akira nous apparaît comme un jeune homme désinvolte et plein d’énergie. Il semble lié d’une manière étrange à Takuya, sans qu’ils soient amis. Ce que je vous laisse découvrir par vous-même. Néanmoins, Takuya se sent son obligé et quand il l’envoie à sa place pour représenter la classe voir Mamizu, il y va même si c’est à reculons.

Mamizu et Takuya passent du temps ensemble. Finalement, ils passent même de plus en plus de temps ensemble, et les deux passent l’air de rien de bons moments. Mamizu a confié à Takuya une liste de choses à faire à sa place. Il lui fera un compte rendu de ses expériences. L’air de rien, ils se font du bien, et quelque part Takuya revit. Cela peut être de tout, par exemple il a dû aller dans un parc d’attractions seul et faire des montagnes russes.

C’est une ode à la vie, à l’espoir, malgré tout ce que la vie peut nous infliger, mettre sur notre route, malgré certains moments, malgré les doutes, malgré les peurs. Les trois sont liés d’une manière particulière que le lecteur découvre progressivement. Nous passons de la joie à la tristesse, par moment nous en oublions qu’elle va mourir, qu’il a subi une telle perte, mais la vie dans sa cruauté n’oublie pas de se rappeler à eux.
Cela montre bien également la société, les travers de celle-ci et la profonde injustice dont tout le monde peut être victime, tout comme l’impuissance que l’on peut ressentir face à certaines choses. 
Du début à la fin, c’est fort, beau, touchant, émouvant, sans pathos. Le lecteur est porté. Il a grand plaisir de les retrouver, et en même temps il a peur d’avancer, et encore en même temps, il ne veut pas les quitter.

Pour moi, c’est un coup de coeur.

PS : La postface est également un moment très touchant.

L’avis de Jiji / Instants Volés à la vie

Et vous ? Vous êtes tentés ?

9 commentaires sur « Lecture Time : Rendez-vous au Crépuscule (Fiche – Oneshot) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s