Cinéma Time : No Mercy / La Voie de la Justice

Hello,

On fera une autre session détente plus tard, aujourd’hui on s’attaque à un sujet important et chaud.

Résumé :
Le combat historique du jeune avocat Bryan Stevenson. Après ses études à l’université de Harvard, Bryan Stevenson aurait pu se lancer dans une carrière des plus lucratives. Il décide pourtant de se rendre en Alabama pour défendre ceux qui ont été condamnés à tort, avec le soutien d’une militante locale, Eva Ansley. Un de ses premiers cas – le plus incendiaire – est celui de Walter McMillian qui, en 1987, est condamné à mort pour le meurtre retentissant d’une jeune fille de 18 ans. Et ce en dépit d’un grand nombre de preuves attestant de son innocence et d’un unique témoignage à son encontre provenant d’un criminel aux motivations douteuses. Au fil des années, Bryan se retrouve empêtré dans un imbroglio de manœuvres juridiques et politiques. Il doit aussi faire face à un racisme manifeste et intransigeant alors qu’il se bat pour Walter et d’autres comme lui au sein d’un système hostile.

Mon avis/Mes impressions :

A part un rythme qui peut être un peu lent parfois, c’est le genre de film important à voir, tiré d’une histoire vraie.
Ils font référence dès le début à « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur« .
L’Alabama aux Etats Unis, c’est là que Bryan va faire sa carrière. Il va créer un endroit « Justice pour Tous » (Equal Justice Initiative) pour s’occuper de tous ceux qui en ont besoin, même sans en avoir les moyens. Il s’associe à Eva.

La seule chose où je n’ai pas vraiment compris, c’est Eva ne peut pas être payée, elle est mère de famille. On voit son mari, on comprend alors que c’est lui qui va assurer les revenus. Mais pour Bryan s’il n’est pas payé, il vit de quoi ? Il est riche ? On ne vit pas d’amour et d’eaux fraîches et de beaux principes aux dernières nouvelles ???

A la fin, on a le droit à ce que deviennent les gens, des images d’archive, de voir les vraies personnes. Les derniers discours sont très beaux et forts en émotions.

Quand Bryan sort de l’Université, il est jeune, fringant, prêt à la Justice, mais ses illusions vont se confronter à la réalité.
Il tombe déjà des nues lors de sa visite en prison, mais aussi en étudiant le cas de Walter McMillian.

C’est fort, l’injustice est flagrante. Bryan essaye de faire de son mieux, mais se heurte à des murs, se fait humilier, les prisonniers ont du mal à croire en lui mais aimeraient. Une lutte qui va être âpre et difficile.

La Justice ne semble pas être la même pour tous, un pauvre noir même innocent, même avec des preuves qui ne ressemblent à rien, peut se retrouver enfermer et voir sa vie anéantie. Mais alors comment se sentir en sécurité ? Le cas de Walter McMillian est aberrant quand il le déterre, enquête dessus. Evidemment que ce qui est arrivé est grave, mais s’ils ont arrêté le mauvais gars à quoi ça sert ? A part que politiquement, ils voulaient absolument et rapidement un coupable, mais les habitants ne sont certainement pas plus en sécurité.

Bryan, bien habillé, avec un bon métier, va devoir rester stoïque plus d’une fois, se relever plus d’une fois, rester cordial alors même qu’il est malmené. Rien que le fait d’être noir semble rester un problème.

La film questionne la Justice. Un Etat de droits qui est censé être fiable. Un innocent ne devrait pas se retrouver derrière les barreaux. Les preuves devraient être solides.
Il montre également l’inégalité et les traitements dont rester victimes les personnes noires de peau, quelque soit leur statut.
Il montre également que les précédents avocats commis d’office n’avaient pas fait grand chose.
Et enfin, il questionne la peine de mort.

Bryan avec Eva se sont occupés de plein de cas, ont eu affaire à de nombreux obstacles. Dans ce film, nous allons également voir les prisonniers dans le couloir de la mort, nous attacher à eux, voir comment ils se sont liés, mais sinon nous voyons surtout deux cas : Herbert marqué par la guerre, PTSD, qui aurait posé une bombe et tué une jeune femme, il est pétrit de regrets, et il faudrait surtout le soigner. Et Walter McMillian condamné à mort pour le meurtre d’une jeune femme blanche, alors qu’il clame son innocence.

Un film que je vous encourage tous à voir.

3 commentaires sur « Cinéma Time : No Mercy / La Voie de la Justice »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s