Lecture Time : À moi la nuit, toi le jour

Couverture À moi la nuit, toi le jour

Auteur : Beth O’Leary (anglaise)
Editions : Mazarine
Prix papier : 22€
Prix numérique : 15.99€
Sortie le 05 mars 2020
Genre : Contemporain
486 pages

Résumé :
Tiffany et Leon partagent un appartement.
Tiffany et Leon partagent un lit.
Tiffany et Leon ne se sont jamais rencontrés.
Tiffany Moore a désespérément besoin d’un logement pas cher. Leon Twomey travaille de nuit et a absolument besoin d’argent. Leurs amis respectifs pensent qu’ils sont complètement fous, mais aux grands maux les grands remèdes : pourquoi ne pas tout simplement partager un appartement, même s’ils ne se connaissent pas ? Leon habite le studio le jour de 9 heures à 18 heures, Tiffany le reste du temps. Mais entre les ex un peu fous, les clients exigeants, un frère emprisonné à tort et, bien sûr, le fait qu’ils ne se sont jamais rencontrés, ils vont découvrir que pour avoir un foyer harmonieux, il vaut mieux ne pas s’en tenir aux règles et suivre son coeur …

Mon avis/Mes impressions :

Merci à Netgalley et les éditions Mazarine pour cette très belle découverte.

Une idée aussi géniale que diabolique, qui est dû également au besoin d’argent.
Léon est infirmier en soin palliatif, et a pris toutes les nuits.
Tiffany dite Tiffy est assistante d’édition pour les livres sur les arts décoratifs. Elle travaille le jour, horaires de bureau classique.
Ils vivent à Londres, où c’est cher.

Léon est au départ avec Kay. Kay est sa petite amie. Il la rejoint les week-ends où il a libre. Léon a besoin d’un surplus d’argent pour une situation familiale.
Tiffy a un côté fantasque, il suffit de voir son association de couleurs et de vêtements, elle est très mal payée. Elle vivait avec Justin son petit ami jusqu’à ce qu’il la quitte. Il gagne largement mieux qu’elle. Et pour son indépendance, elle a besoin de son propre appartement. Mais de visite en visite, il n’y a rien de convenable sauf cette drôle d’annonce.

Tous les deux en ont besoin. Chacun a son côté du lit. Et c’est Kay qui va servir d’intermédiaire, ainsi ils ne se sont jamais rencontrés en vrai pendant toute une partie de l’histoire. 
Il apparaît très vite que c’est compliqué d’accueillir les affaires de quelqu’un d’autre, qu’il y a des questions. Il y a quand même une sorte d’intimité dévoilé.
Ils échangent pas par post-it. Leurs échanges sont intéressants et savoureux, et toute la première partie du livre, nous offre de belle tranche de rires.

Tiffy peut compter sur ses amis de la faculté : Gerty (fille, avocate de talent), Mo (homme, psychologue), mais également Rachel (fille, graphiste là où elle travaille).
Tiffy a également de la ressource. Elle invente de ces choses.

Leurs vies se déroulent au fil des mois. Nous voyons les mois passés. Et nous alternons entre Tiffy et Léon, ce qui est très intéressant, et permet de bien voir comment l’autre voit les choses.

Tout est très justement abordé. Nous avons la famille, les amis, et leurs limites. Nous avons la complexité d’être amoureux, mais également des différences très marquantes. Aimer de sorte à s’embellir, partager, ce n’est pas la même chose que d’autres formes.
Quand des sentiments sont sincères, non calculés, ça se sent aussi, et ce n’est pas du tout la même chose. Nous avons également des scènes chaudes, très bien décrites, et du coup qui s’insèrent bien. Nous avons les mensonges qu’on peut se raconter, et la nécessité de le prise de conscience par la personne elle-même. Nous avons beaucoup de personnages vrais, intéressants, qui apportent quelque chose au récit.

Une idée aussi géniale que dingue, à cause de problèmes monétaires, du besoin d’avoir son propre appartement, puis apprendre à connaître quelqu’un qu’on n’a jamais vu avec des post-it, par échange de mots. Chacun avance dans sa vie, son travail. Beaucoup de rires, beaucoup de vies. Deux personnes que tout oppose, y compris leur caractère sur le coup. Des vies qui cachent des parties plus sombres qui leur pèsent dessus.
Un livre en plusieurs couches, qui m’aura fait passer un très bon moment, tout en étant intéressant, touchant et très juste.

Bonus :

Une chanson évoquée dans le livre : Stronger (What doesn’t killed you)
Le plaisir d’être à Londres
Beaucoup de rires, de joies, mais également des choses plus profondes, importantes
Quand ils nous détrompent et nous en parlent de manière vraie et intéressante. Léon nous parle de son métier. Tiffy nous parle de sa grande taille (1m83)…
Coup de coeur pour la richesse et la justesse d’interprétation ❤

6 commentaires sur « Lecture Time : À moi la nuit, toi le jour »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s