Cinéma Time : Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn)

Fiche SerieBox

Un film fun, déjanté, drôle, qui ne faut pas oublier de prendre tel quel, et qui du coup fait vraiment passé un bon moment qui change.

Harley Quinn est un personnage ambivalent, très particulier. C’est une psychiatre à la base, elle est tombée follement amoureuse du Joker, à l’asile d’Arkham. D’ailleurs, il y a une scène très drôle où on lui demande comment faire pour devenir comme elle, et où elle parle de ses longues études.

C’est miss Quinn elle-même qui nous raconte l’histoire, du coup totalement à sa sauce, de manière fun, déjanté et en ne mélangeant la ligne temporelle. L’effet rend bien, on finit par tout reconstituer, et clairement Margot Robbie a excellé dans ce rôle, et s’est sans doute bien amusée.

Elle est au centre de tout, l’équipe se réunit très doucement, et leurs rencontres sont plutôt explosives, mais du coup cela fait « les femmes ne compte pas pour des prunes.« . C’est sympathique d’apprendre à les connaître.
Le film casse clairement la baraque et en met plein les yeux. Cela nous fait du bien également de nous détendre.

De plus, elles font des choses qu’on ne peut pas faire, qui permettent d’extérioriser. D’une certaine manière, cela fait du bien aussi.

Il est également aussi intéressant que dingue que de voir la situation d’Harley Quinn. Déjà, elle semble n’avoir jamais eu trop de chance avec les hommes, mais toujours besoin d’un. Sa relation avec le Joker la rend invulnérable, elle peut faire tout ce qu’elle veut, personne ne lui dit rien. Mais quand elle change ce statut, avoue la rupture, elle en perd tous ses privilèges, et beaucoup de gens aimeraient se venger, régler leurs comptes. Mais pour la première fois, elle va assumer son statut de célibataire.

Du coup, le film joue sur pas mal de choses. Avec une bande son rythmée, il nous entraîne dans une aventure rocambolesque où les femmes ne sont pas en reste.
C’est aussi quelque part une façon de rejeter un système profondément injuste.

Miss Quinn, elle ne se formalise pas, elle vit comme elle l’entend, sans rendre de compte. Même si elle tente de faire au mieux, ce n’est pas une super-héroïne qui va se sacrifier pour les autres. Elle joue avec le système, le renie, mais normalement sans aller jusqu’à risquer sa peau, même si quelque part elle se met perpétuellement en danger, sans compter sur ses mauvais goûts en matière d’homme.

Un film déjanté, fun, explosif, qui vous en mettra plein les yeux, vous fera découvrir miss Quinn différemment et où les femmes ne comptent pas pour des prunes. Une alliance hétéroclite, qui a l’air impossible, un peu forgé par le destin, et c’est bien sûr Harley la reine du bal et elle qui nous compte l’histoire à sa manière.

5 commentaires sur « Cinéma Time : Birds of Prey (et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn) »

  1. J’ai adoré Birds Of Prey ! Je n’ai jamais apprécié le personnage, mais ce film aura été l’occasion de me faire -enfin- changer d’avis ! Pop, déjanté, déluré et ultra violent par moments ! Comme tu dis, c’est cathartique et ça fait du bien ce girl power mis en avant. Un régal !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s