Manga Time : 5 cm Per Second Tome 1 (Fiche)

Couverture 5cm per Second, tome 1

Edition : Pika
Titre japonais : Byosoku 5cm Metoru
Dessin : SEIKE Yukiko
Scénario : SHINKAI Makoto
Shonen : 1 tome en France, 2 au Japon. Terminé.
Genre :  Romance, Tranche de vie
Prix papier : 8.20€
Prix numérique : 4.49€

Résumé :

Lors leur rentrée en CM1, le jeune Takaki rencontre Akari pour la première fois. Nouvelle dans cette école, elle vient de déménager à Tokyo. Habitués tous deux à changer de ville au gré des mutations professionnelles de leurs parents, les deux enfants se lient rapidement d’amitié. Mais la famille d’Akari est mutée dans le nord du Japon, puis celle de Takaki doit partir pour Tanegashima, une île isolée du Sud…
Parviendront-ils malgré la distance à maintenir le lien qui les unit et à s’avouer leur amour ?

Mon avis / Mes impressions :

Titre/Couverture/Résumé/Graphisme ou Pourquoi il est venu jusqu’à moi ?

Il faut savoir que je suis une grande fan du travail de Makoto Shinkai, il touche mon coeur comme personne. Et avec celui-ci, il réalise déjà un sacré travail, le tout sans fantastique, même si oui, ce n’est pas forcément celui qui vous fera le plus vibrer. Bref, j’ai été ravie de pouvoir m’en occuper et y accéder rapidement.

Histoire :

Une bonne partie d’entre nous ont sans doute connu et vu le film diffusé il y a quelques années déjà : « 5 centimètres par seconde » de Makoto Shinkai. C’est l’occasion de replonger dans cette histoire aussi belle que triste, qui respire une certaine mélancolie. Le manga sera en deux tomes. Le graphisme est très agréable, et les sentiments parviennent jusqu’au lecteur.
C’est la jeune femme, Akari, dans une version déjà assez grande, qui fait la couverture du premier tome. Et de la même manière, Takaki fera la couverture du second tome. Ils ont tous les deux un air mélancolique, et des pétales de cerisier qui tombent sur eux. Le titre est relié au cerisier et à leur histoire. Les pétales de cerisier tombent à la vitesse de 5 centimètres par seconde. Tout a commencé comme bien des histoires, Akari et Takaki se sont rencontrés à l’école primaire, et ils ont tout de suite sympathisé, et des liens les unissent. Tous les deux ont des parents qui déménagent souvent et y sont habitués. Akari vient juste d’arriver à Tokyo, alors que Takaki est arrivé un peu avant et peut lui servir de guide. Ils partagent de tendres moments de complicité, qui feront sourire le lecteur. Un amour de la lecture, des sciences entre autres.
Mais c’est un peu plus compliqué quand leur classe les épingle comme des amoureux. Rien ne devait les séparer. Ils se protégeaient, passaient du temps ensemble, s’entendaient bien et partageaient pas mal de choses. Mais petit à petit à un âge charnière, où tout change très vite, y compris le corps, la vie joue avec eux. D’abord en n’étant plus dans la même classe, mais ensuite l’un d’eux doit déménager. Comment maintenir le lien ? Comment garder cette chose précieuse qu’ils ont tissé ? Ils s’écrivent, du moins au départ. Ils vont même se revoir avant d’être encore plus séparés. Du moins, c’est leur projet, je vous laisse le soin de découvrir si cela se concrétise. Au départ, ils tiennent bon dans leur correspondance.
Mais d’actes manqués en actes manqués, la vie les a séparé, et ils ne savent pas ce que vit l’autre. Ils sont trop éloignés physiquement, ils se perdent de vue. Mais leur coeur a-t-il vraiment oublier ? Dans une des dernières parties nous voyons juste Takaki et une jeune demoiselle amoureuse de lui : Kanae.

Ils pensaient rester toujours ensemble. Une complicité unique les reliait, mais la vie les a séparé. Que va devenir leur relation ? Vont-ils se revoir ? Nous sentons qu’ils sont liés, mais que c’est compliqué, sans savoir ce que l’autre est devenu. C’est une belle histoire, qui est également triste, mélancolique, et poétique. Ils sont particulièrement adorable à l’instant de leur rencontre, à l’école primaire, avec tout ce qu’ils partagent et leurs échanges. Une très belle et émouvante histoire sur l’amour à distance, qui est de surcroit un amour d’enfance, le premier.

Makoto Shinkai n’a pas son pareil pour émouvoir nos cœurs et nous mettre les larmes aux yeux. Le dessin de Seike Yukiko permet joliment à l’histoire de prendre vie dans le manga, certains plans sont magnifiques et dégagent vraiment quelque chose, surtout quand ils sont tous les deux ensemble. Nous ne découvrirons la suite et fin de leur histoire niveau manga que le 04 mars. Vivement. Une jolie initiative des éditions Pika d’avoir rendu le manga disponible en France.

Merci à Izneo pour cette très belle lecture, replongée.
Et ouf pour le retour de Pika.

La version papier bénéficie de quelques images couleurs très belles. C’est aussi un beau bébé d’environ 240 pages.
Je ne peux que le conseiller à tout le monde, çàd même ceux qui ne lisent pas souvent des manga.

Et vous ? Vous aimez le travail de Makoto Shinkai ? Racontez moi tout ^^.

 

 

4 commentaires sur « Manga Time : 5 cm Per Second Tome 1 (Fiche) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s