Manga Time : En proie au silence Tome 1 (Fiche)

En proie au silence - Manga

Manga - En proie au silence

Edition : Akata
Titre japonais : Sensei no Shiroi Uso
Dessin : TORIKAI Akane
Scénario : TORIKAI Akane
Shonen : 1 tome en France, 8 au Japon. Terminé.
Genre :  Drame, Tranche de vie
Prix papier : 8.05€
Prix numérique : 4.49€

Résumé :
Misuzu exerce ce que certains appellent le plus beau métier du monde… Mais entre le désintérêt de ses élèves et surtout la blessure qu’elle porte en elle, la jeune femme essaie tant bien que mal de mener son existence, la tête haute. Hélas, quand Minako, sa meilleure amie, lui annonce ses fiançailles avec Hayafuji, son petit ami de longue date, le quotidien de cette professeure vacille pour atteindre, peut-être, un point de non-retour. Pourra-t-elle trouver son équilibre dans une société si foncièrement inégale et injuste ?

J’ai vérifié si je n’avais rien loupé, et non pas de vidéo de Bruno pour nous parler de ce titre. Etrange.

Mon avis/Mes impressions et plus encore :

Couverture :
La première fois que j’ai vu cette couverture, elle m’a fait une drôle d’impression, pas vraiment positive. Je ne sais pas pourquoi mais j’avais l’impression que ce n’était pas une femme, et encore du LGBT. Sauf que ce n’est pas la seule différence qui existe dans la société. Ainsi la couverture m’a trompé.

Titre :
Le titre m’a fait penser à la loi omerta, celle du silence, où on préfère taire les choses, ou que c’est plus d’usage et moins gênant. Un tire qui me paraissait lourd de sens.

Graphisme :
Le graphisme est agréable, et à un côté mature, réaliste.

Thématique :
Elles sont très fortes, pour moi plus que l’histoire de base encore, car elles montrent bien des problèmes de société. Akata frappe très fort et pour tous les gens assez mûrs et avertis, c’est une lecture nécessaire.

Histoire :
Akata nous sort un nouveau titre de société violent tant physiquement que psychologiquement, et qui risque de vous mettre à terre et mal à l’aise. Et pas seulement à cause des scènes osées. Le manga sera en 8 tomes. Il est réservé à un public mûr et averti. Un titre coup de poing, qui frappe fort et vous donnera pas mal d’électrochoc. Il questionne nos rapports sociaux en général, et le rapport homme / femme. Il questionne la liberté, le choix, la force, la faiblesse, la société.
Les personnages se confrontent et ça explose. Misuzu Hara n’a jamais quitter l’école, et pour cause, elle est devenue enseignante. Jeune femme de 24 ans, elle n’est pas du bon côté de la barrière. Elle n’a rien qui la démarque. Elle en a conscience, mais pour le moment, elle a l’air de faire avec. Il semble même qu’elle ait finit par accepter l’inacceptable, dont elle est toujours prisonnière aujourd’hui. Ce n’est pas tous les jours facile de s’occuper de ces jeunes adolescents. Ils se mettent dans de drôles de situation, ont de drôles de comportement. Tout ressemble à un sombre jeu, des faux-semblants. Vouloir sortir avec quelqu’un pour sa beauté, popularité, en jouait avec son corps. Remonter un peu sa jupe pour aguicher. Et il y a ces gens qui semblent faire partie de l’autre catégorie, ceux qui ont tout. Ils peuvent faire peur à ceux de la mauvaise partie, les acculer, si bien qu’ils leur cèdent. Sans compter qu’un homme a une force physique qu’une femme n’a pas. Misuzu Hara a une étrange amie aussi, le terme d’amie me semble d’ailleurs bien trop fort. La série devrait permettre de mettre en avant le sexisme, les inégalités entre les hommes et les femmes, mais pour l’instant presque tous semblent jouer à un drôle de jeu, qui nous fait questionner la sincérité de leurs sentiments, sauf entre autre Misuzu mais qui a l’air de totalement subir.
Soit elle observe, un peu perdue par moment, ou alors elle subit, sans avoir la force de s’opposer. Elle doit aussi faire attention à ne pas se faire manger par les jeunes adolescents. Et de l’autre côté, nous avons un adolescent, qui répond vraiment : la vérité, alors que personne ne le fait vraiment tant elle semble dérangé par moment.

C’est comme si la société elle-même vous inviter à mentir pour que ce ne soit pas trop perturbant. Le respect et le consentement semblent également des notions totalement oubliées comme si on était dans une sorte d’esclavage moderne où ceux du bon côté de la barrière assujettissent ceux du mauvais côté.
Ce premier tome met en avant pas mal d’éléments déréglés de notre société, et en cela il nous choque, met mal à l’aise, et poussera au questionnement, à la réflexion. De plus, le lecteur aura de quoi être curieux de voir le chemin que va prendre ce manga, cette histoire, osée et dérangeante, mais quelque part importante. Akata frappe fort avec ce titre choc sur la société, la vérité qui dérange et toutes les inégalités. Âmes sensibles et gens trop jeunes abstenez-vous. Les autres, n’hésitez pas à en parler avec quelqu’un de confiance. Le graphisme est agréable. L’idée dans le futur serait qu’au moins certains arrêtent les faux semblant, disent la vérité, arrêtent de considérer que tout cela est normal.

Merci à Izneo pour la lecture

Je me dis également que Akata nous lance un sacré défi pour nous les blogueurs/chroniqueurs de parler de ce titre.

Pour moi, il est important de ne pas trop en dire, mais chacun voit selon ses besoins, donc en spoiler je vous révèle des informations importantes.

[Spoiler]Misuzu a été violée, elle en est détruite, et elle n’arrive pas à se reconstruire car elle voit toujours son tortionnaire…Pour moi, ce qui est vraiment important c’est qu’on n’a pas à accepter d’être assujetti par une autre personne. Le fait qu’elle voit toujours son tortionnaire est violent, et complètement dingue, c’est comme les femmes battues qui n’arrivent pas à quitter leurs maris. Comme je vous l’ai dis, elle subit. Je m’interroge aussi sur son choix de devenir professeur, en tout cas elle le dit elle est bien contente de ne plus être une adolescente.
Ce que j’attends : le jeune adolescent est bien, différent des autres, il dit la vérité, il ne ment pas, et il s’est retrouvé piégé…certes elle est trop détruite et trop dans le « je ne mérite que ça », c’est un homme et ils lui font peur maintenant. C’est compliqué.
Bref, j’espère que ces deux là vont faire bouger les choses.
D’ailleurs c’est aussi abordé est-ce qu’on fait quelque chose pour provoquer cela ? A partir du moment où on dit non c’est NON, bordel, et le tortionnaire n’a pas à se servir. En plus, avec « l’amie » qu’elle a autant ne pas en avoir, elle ne fait que l’utiliser.[/Spoiler]

Vous pouvez également retrouvé les avis

Vous pouvez lire avant (rien de trop révélateur)

de Pomme qui rougit (qui comme moi ne révèle rien de trop)

Les instants à la vie (un très bel avis qui met les larmes aux yeux)

Tachan

Il vaut mieux lire après ou vouloir savoir certaines choses ou si vous avez besoin de savoir à quoi vous aurez à faire face et du coup vous avez aussi sans doute lui ma partie spoiler.

Xander qui attention vous révèle des informations importantes (donc soit vous voulez savoir soit vous lisez après lecture du manga) mais livre également son ressenti, également en tant qu’homme. Oui, heureusement qu’il y en a des comme lui. Evidemment comme pour tout, tout le monde n’est pas à mettre dans le même panier. Mais encore une fois, Misuzu est brisée et subit, elle a tout un travail à faire. Elle est certes enseignante, mais pas parfaite pour autant. Et ceux qui ne veulent pas de la vérité, ce n’est pas mieux.

Tempo des livres

Les lectures d’Hachi

Bulles et chapitres

bangarangdaily (Marie)

En tant que personne, j’ai été très mal à l’aise, mais comme je le dis c’est une lecture importante.
A base, j’ai commencé à être dans les manga pour leur bonnes valeurs, leur sens de l’amitié, etc.
Ici, cela me rappelle bien trop notre société, mais justement c’est nécessaire, surtout pour en prendre conscience, et si possible faire avancer les choses.
Bravo à Akata de nous sortir de tel manga. Je compte sur eux maintenant, et j’attends de voir ce que cela va donner dans le tome 2.

11 commentaires sur « Manga Time : En proie au silence Tome 1 (Fiche) »

  1. Un manga au sujet fort c’est vrai, mais que je trouve traité de façon inégale pour le moment.
    Je suis une femme et pourtant je partage l’avis de Xander, donc rien à voir avec le genre auquel on appartient 😉
    J’espère que le manga prendra la bonne tournure et sera plus équilibré dans ses critiques sinon je ne suis pas sûre d’aller jusqu’au bout. Je trouve déjà que la mangaka en fait trop…
    Sinon, un point sur lequel je ne suis pas d’accord, un homme n’a pas forcément plus de force qu’une femme aussi bien physiquement que psychologiquement !

    Aimé par 1 personne

    1. Il faut surtout voir comment cela va évoluer, j’espère avec la prof et l’ado qui se reconstruisent, et brisent le silence. Ce serait bien de briser les barrières aussi.
      Non, ce n’est pas que je dis -_-.
      Je crois que si j’ai l’occasion de le continuer, je serai quand même curieuse….Je ne sais pas….elle s’est retrouvée à devoir lui répondre, elle s’en serait passée, vu son état actuel…il a dit la vérité (ça fait du bien d’ailleurs)….
      Elle n’a pas pu préparer se réponse non plus, elle devait réagir sur le coup.
      Par contre comme je dis le manga met super mal à l’aise (et je veux en baffer au passage je peux ?…du genre la prétendue amie, le mec de son amie, la femme de l’employeur du jeune ado, certains ados)
      Tu penses que ça va trop loin sur quoi ? ou que c’est plus fort pour plus interpeller ? On n’a pas forcément tous les éléments encore non plus.
      Psychologiquement c’est sûr….physiquement, très généralement quand même j’ai l’impression…même si on peut apprendre à se battre, et même combler les lacunes de son corps autrement;
      Je te rajouterai et jiji quand vous les aurez fait/mis en ligne.

      En tout cas, ça fait aussi partie de ceux qui suscitent la discussion.

      Aimé par 1 personne

      1. Effectivement tout dépend de comment va évoluer la relation entre ces 2 personnages. J’ai espoir que le mangaka face vraiment dans l’équilibre et la nuance, sinon je ne vois pas ce qu’il ferait dans le catalogue d’Akata.
        Quand je parlais de trop loin, c’est parce que pour moi il y a un effet de surenchère avec cette accumulation de cas dans l’entourage perso et professionnel de l’héroïne, ça fait too much ! Du drame oui mais du mélodrame à outrance, non !
        J’ai aussi du mal à accepter un personnage comme elle aussi soumis et négatif à la fois. J’espère qu’elle aura une autre trajectoire et n’en restera pas là, parce que sinon ce n’est pas le genre de message que j’attends dans la littérature. Moi j’ai besoin d’espoir. Si je veux voir la sombre réalité autant lire un documentaire ou les faits divers… Pour moi la littérature doit apporter un message d’espoir même après toute cette noirceur et c’est ce que j’attends ici !
        Voilà 😉

        Aimé par 1 personne

  2. C’est vrai que le titre met mal à l’aise, je te rejoins sur ton avis. Par contre, comme pour tampopo, je n’ai pas apprécié le fait que Misuzu déverse sa colère sur ce jeune. D’une certaine façon, c’est un reflet honnête et humain de ce qui aurait pu arriver (car une personne ayant souffert comme elle peut exploser à trout moment et peu importe que ce soit injuste) donc c’est un bon point. Mais en tant que lectrice et personne, je n’aime pas les injustices peu importe la provenance
    Mais comme tu dis c’est un titre important 😊

    Aimé par 1 personne

    1. Hello,
      Merci de ton passage et commentaire.
      Je n’ai pas apprécié en tant que personne non plus, surtout que ce jeune m’a fait bonne impression. Mais justement c’est ça, sa réaction ne m’a pas paru insensée, surtout vu ce qu’elle a vécu, et qu’en plus elle a dû répondre instantanément. Si ça se trouve, en y repensant, elle va le regretter. C’est ce que j’ai essayé de dire.
      Moi non plus en tant que personne. Mais en prenant du recul, et comme le monde peut être cruel, que la souffrance et les injustices ne contribuent pas à ce qu’on reste gentil(le).
      Oui.

      Aimé par 1 personne

      1. Ah oui, j’avais bien compris ton avis et ce que tu voulais dire, t’en fais pas. Comme yavai la réponse de tampopo j’ai rebondi dessus. Personnellement je pense continuer jusqu’à la fin. Et bien qu’il y ait en effet des hommes moins fort physiquement et psychologiquement que les femmes, ce n’est pas la majorité. La généralité fait bien de la femme le sexe avec le moins de masse musculaire et le moins de force. Sur un plan égal sans forcément faire du sport et ce que l’on mange là tendance est de ce bord. Donc les propos de la mangaka peut paraître plus virulent envers les hommes et uniquement accusateur mais je ne l’ai pas vu comme ça.

        Aimé par 1 personne

      2. 🙂
        Sur le plan scientifique et physique, il me semble qu’une femme a moins de forces physiques, d’où il lui est si difficile d’échapper à son agresseur. Sauf si elle a pris des cours de self defense. Elle peut compenser d’une autre manière, la force physique ne fait pas tout. Déjà elle est plus agile.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s