Manga Time : Le Patron est une copine (Oneshot)

Patron est une copine (le) - Manga

Manga - Patron est une copine (le)

Edition : Komikku
Dessin : Nagabe
Scénario : Nagabe
Titre japonais : Buchô wa Onee
Shojo : Terminé en 1 tome. Oneshot.
Genre : Tranche de vie, Fantastique
Prix papier : 8.50€
Prix numérique : Pas d’édition numérique. Aucune à ce jour chez cet éditeur

Résumé :
Vincent Falnail est chef de service dans une grande entreprise japonaise. Travailleur et charmant, il est très apprécié par ses subordonnées. Mais ce qu’ils ne savent pas, c’est que le soir il devient “Fal”, un travesti haut en couleur dans un club d’hôtesses ! Alors qu’il essaie de cacher tant bien que mal sa vie nocturne à ses collègues, Vincent va se retrouver au cœur d’un triangle amoureux. Son cœur va ainsi balancer entre un client du club qui s’avère être un partenaire commercial de son entreprise et l’un de ses subordonnées qui va découvrir son secret ! C’est le début d’un enchaînement d’évènements qui vont bousculer ses habitudes et ses sentiments pour le pire et pour le meilleur !

Mon avis/Mes impressions :

Objet livre
Le titre et le dessin de la couverture annoncent la couleur étrange, la couverture est agréable au toucher et belle dans ses tons argentés. Le manga bénéfice de quelques pages couleurs du plus bel effet. C’est un bel objet avec une belle édition. Les pages blanches comme j’aime, avec une granularité (épaisseur de la page, comme elle tient bien en main) appréciable au toucher.

Mangaka
Il est surtout connu pour son manga aux dessins étranges et aux sentiments dégagés tout autant : l’enfant et le maudit.

Nous sommes ici en présence d’un oneshot qui se tient en tant que tel, donc plus petit investissement.

Graphisme
Il a été choisi de faire de l’anthropomorphisme, d’y mettre des animaux, et ça passe bien. Si ça se trouve, ce sera même plus facile à faire passer dès qu’on veut bien faire preuve d’ouverture d’esprit. Le graphisme est plaisant, les sentiments sont bien capturés. Cela détonne bien et fait de l’effet à certains moments.
Rien que la patron, avec sa carrure, sa prestance, ça détonne de le voir habillée en fille, rougir, être tout « mignon ».

Histoire
Quoi qu’on on pense, quoi qu’on en dise, c’est ainsi. Les sentiments peuvent être très complexes. Nous avons le droit d’être mal à l’aise, nous poser des questions, mais pas de condamner.

Vincent Falnail est un personnage très attachant, duquel ressort un bon capital sympathie, mais c’est clair qu’il y a de quoi être étonné. Il est chef de service le jour. Un bon, il travaille aussi, et pousse les gens à donner le meilleur d’eux-mêmes. Pas d’abus de pouvoir, pas de méchanceté gratuite, mais il sait être ferme quand il le faut et il est rigoureux. Il bénéficie d’un bon travail, intéressant, où il a l’air de se plaire et s’épanouir.
Et pourtant, la nuit venue, il travaille dans un bar et se travestit. Nous ressentons au travers des planches, que c’est un élément important pour lui, important pour son épanouissement personnel et son bien être. Les gens du bar, y compris la patronne semble très sympathiques, amicales, ils savent mettre les clients à l’aise, et même être comme des confidents.
Les situations étant tendancieuses voire improbables par moment, nous font bien rire.
On aime ce qu’on aime, mais rien n’empêche les compétences de s’exercer.
Parfois, Vincent qui aime le maquillage, etc, bref des choses dites féminines, commet des impairs, car son coeur réagit avant sa raison.
Il va avoir des choix à faire, mais surtout il craint que son secret soit éventé, et la réaction des autres, de tout perdre. Tout le monde ne réagira pas forcément comme il le penserait, mais c’est un risque.

Falnail s’émancipe, et cela lui fait beaucoup de bien aussi quand il voit qu’il peut être aimé pour lui-même, intéressé quelqu’un qui connaît se secrets.

Le manga a également eu l’intelligence de faire un chapitre pour nous montrer comment Vincent Falnail a commencé à travailler au bar et un petit chapitre de fin pour nous montrer l’évolution. Ce qui fait que nous ne nous sentons pas abandonné, et que ça se tient bien au un tome.

Le manga bénéficie également de très belles pistes de réflexion :
-> L’amour au travail ? entre collègue ou client
-> Doit on parler de sa vie amoureuse à des collègues ?
-> Le stress et la pression du travail
-> L’être et le paraître
-> Qui sommes-nous au fond de nous-même ?
-> Certaines personnes ont besoin de plus de temps
-> Partir en voyage d’entreprise ? Relation différente avec ses collègues qu’au travail.

Evidemment si les gens pouvaient prendre du recul et s’il n’y avait pas certains points de la nature humaine, cela ne deviendrait pas aussi tendancieux.

C’est donc un oneshot à découvrir si vous y êtes prêt.

Ce n’était pas dans mes priorités mais oneshot + komikku (en plus on venait de nous dire aidez komikku en plus) + librairie + un espace pour en prendre un autre + épreuve du feuilletage passe + Nagabe (intriguée) = adoption.

Graphisme : à venir (faut que je prépare et poste sur insta ^^)

3 commentaires sur « Manga Time : Le Patron est une copine (Oneshot) »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s