BD Time : Une vie de moche (Fiche – Terminé en 1 tome)

Couverture Une vie de moche

Edition : Marabulle
de François Bégaudeau et Cécile Guillard
Oneshot
Genre : Tranche de vie, Société
Prix papier : 25€
Prix numérique : 16.99€
Sortie le 18/09/2019

Résumé :
Le parcours de Guylaine de sa naissance jusqu’à ses 60 ans. Sa particularité : être née moche. Pendant des années elle va ruser à coup de maquillage et de vêtements pour s’arranger avec la réalité. Les défauts s’atténueront avec le temps.

Mon avis/Mes impressions :

Merci à Babelio et Marabulles pour la lecture, m’avoir permis de découvrir cette BD.

C’est un livre imposant qui fait son poids. Les pages sont solides et agréables au toucher. On a vraiment quelque chose en main. L’édition est donc fort agréable.

Ce n’est clairement pas son graphisme qui a fonctionné sur moi, au départ il est étrange et dans des teintes noires et blanches mais son propos juste et troublant, qui encore une fois questionne notre chère société et le pouvoir des apparences. Et oui, au final, le graphisme finit par passer aussi, il fait très bien son travail.

Nous allons suivre Guylaine tout au long de son cycle de vie. 
C’est bien expliqué, touchant, troublant, voire malaisant, et elle nous donne les larmes aux yeux. Le tout sous un humour noir et cynique.

Guylaine est plutôt intelligente, elle comprend les règles de la société et tente se s’en accommoder et d’en jouer.

Pourtant quand elle était petite, tout allait bien. Pourquoi ne serait-elle pas rester un embryon ? Enfant désirée et aimée, ses parents prennent soin d’elle. Elle a même sympathisé avec un jeune voisin. Elle a passé beaucoup de temps avec lui, ils s’amusaient bien, et l’un comme l’autre n’ont en rien était choqué.

Et arrive le fameux regard des autres, le poids de la société, qui ne la quittera plus jamais. D’autres enfants ne veulent pas jouer avec elle, car elle est « moche« . Il est intéressant de voir qu’au départ ni elle ni son voisin ne comprennent ce mot.

Et comme elle le dit, si tout le monde trouver que « cela » est moche, pourquoi avoir donné la vie à « cela » ?
La beauté physique ne reflète pas l’âme l’on a beau dire que c’est la beauté intérieure qui compte le plus, tout le monde va d’abord regarder la beauté physique.

Le dessin oscille totalement, on n’a pas toujours l’impression qu’elle soit si « moche » que cela, des fois oui, et des fois comme une sorte de forme. Un peu de loin. C’est bien fait.

La BD met bien en avant toutes les portes qui se ferment pour Guylaine, toutes les difficultés et le coeur meurtri. Elle s’essaye à plusieurs façons de faire, qui sont bien réfléchies. [mi-spoiler]invisibilité, humour, coller une belle,rester avec une moche…[/mi-spoiler]
Pour elle, la vie est plus difficile dès le départ. C’est injuste. Elle n’a pas le droit à l’erreur, alors que les « belles » on leur pardonne tout.

Le livre est bien fait, et très éprouvant par moment, car c’est bien triste. Une triste réalité. 
Personne ne veut être vue avec une « moche »
Personne ne veut sortir avec une « moche »
Personne ne veut embaucher une « moche »
etc.

Et un coeur meutri peut parfois rendre la personne méchante.

Notre corps, nous ne le choisissons pas. C’est dur pour Guylaine de l’aimer, de ne pas le malmener.

Beaucoup d’éléments intéressants sont abordés. [mi-spoiler] comment faire en amitié ? en amour ? son métier (pour qu’elle se sente utile) et ce qui est bien c’est qu’elle ne finit pas par accepter n’importe quoi (coucher avec le premier venu, passer sous le scalpel (chirurgie esthétique)….chaque fois, elle essaye de faire au mieux avec l’expérience, l’opportunité qu’elle a sous les yeux…de se relever de ses espoirs déçue (certaines deviennent plus belles avec la puberté)….puis en vieillissant il y a un certain rééquilibre [/mi-spoiler]

Encore une lecture bonne, importante, difficile, qui fait réfléchir et pose de bonnes questions.

Citations :

« Si j’étais restée cette goutte d’eau à vie, tout aurait été plus simple. »
« Chaque jour, nos jeux construisaient un monde aux règles autonomes. Nous étions les souverains d’un pays connu de nous seuls. »
« Ce n’est pas mon genou qui saignait, c’était mon ventre. Une phrase tournait en moi qui me vrillait le ventre. »
« Tu vois, mon petit, le monde est divisé entre deux, et comme tu n’es pas tombé dans la bonne catégorie, il faut que tu saches que ce ne sera pas facile. Ce sera parfois brutal, il y aura des jours de peine et d’aigreur. »
« Une femme sans homme n’était pas viable. Je n’étais pas viable. »
« Nous ne naissions pas égaux. C’était la loi de la nature, dans le règne animal, il y avait des distinctions. Il y avait des crapauds et des coccinelles. Chacun fuyait les uns et cherchait les autres. »

Graphisme : à ajouter

4 commentaires sur « BD Time : Une vie de moche (Fiche – Terminé en 1 tome) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s