Manga Time : Adieu, mon utérus (Oneshot – Fiche)

Adieu, mon utérus... - Yuki Okada

Edition : Akata
Autre titre : Adieu mon utérus
Dessin : OKADA Yuki
Scénario : OKADA Yuki
Seinen : Oneshot
Josei : Tranche de vie, Médical, Témoignage
Prix papier : 8.05€
Prix numérique : 4.49€

Résumé :
Yuki Okada, à 33 ans, avait tout pour être comblée : mariée et heureuse, mère d’une petite fille, et exerçant le métier qu’elle aime – autrice de mangas. Aussi, quand elle consulte son médecin pour un simple retard de règles, elle ne se doute pas de la terrible nouvelle qui l’attend : malgré son jeune âge, elle développe en effet un cancer du col de l’utérus. Chamboulée et perdue, elle ne saura d’abord pas comment réagir, et affronter cette épreuve que la vie lui impose… Pourtant, très vite, elle comprend qu’il lui faudra faire des choix. Mais entre les avis de ses proches et du corps médical, comment savoir ce qu’elle souhaite vraiment ?

Mon avis/Mes impressions :

Nous avons ici affaire à un manga témoignage de grande qualité. Oubliez le graphisme, moi j’ai du mal avec. Soyez prêt à suivre du tranche de vie mais aussi à aborder la lourde thématique d’un cancer. D’ailleurs, ils montrent bien que chaque situation est différente.
C’est difficile pour notre jeune mangaka d’affronter une telle annonce, et de savoir quelles décisions prendre. Elle n’y connaît rien, et on lui explique pas vraiment. Nous découvrons eu fur et à mesure avec elle, les réelles implications et les choix auxquels elle va être confrontés.
Qui a déjà entendu parler du cancer du col de l’utérus ? Mesure ces implications ?

Ce qu’il y a d’intéressant aussi à part de nous parler du cancer, ce sont les différentes réactions et façons de gérer les choses, mais également combien et comment cela remet tout en perspective.
Yuki Okada est une jeune maman de 33 ans, elle-même assez proche de sa maman, et Yuki est mangaka (auteur de manga). Son mari fait la même chose, mais au début il est très peu présent, beaucoup de travail.
Yuki a peur de déranger, d’embêter ses proches. Et de manière générale, elle faut déjà qu’elle l’affronte, alors elle a besoin de positivité. Souvent, et comme pour fuir, elle se livre à des activités de geek qui lui permettent de ne pas réfléchir à son propre cas : lecture de manga, jeux de drague sur console, etc.

Nous impliqué dans sa vie nous permet de prendre tous les côtés en compte : autant humain que médical.
Comme elle, nous découvrons petit à petit tout ce qui lui tombe dessus. Les médecins et la façon un peu distante de dire les choses, mais ils sont très directs ici. Sans parler des visites d’un groupe de médecins à l’hôpital, qui a également un côté malaisant, où nous faisons un peu cobaye.

Nous découvrons également d’autres problèmes qu’affronte Yuki au début de l’histoire, mais également toute la charge mentale qu’elle a. Ce qui sera impossible quand elle va devoir s’occuper d’elle-même et combattre de toutes ses forces sa maladie. En espérant et sans être certaine une guérison, en priant pour que ce ne soit pas trop tard, pas trop métastaser. Et il va lui en falloir affronter des choses. Dans son témoignage, elle détaille vraiment bien son cas, et son état d’esprit aux différents moments. Mais également celui de ses proches.

Mais il y a également une certaine unité entre les gens qui connaissent la même chose. Ils savent ce que c’est. Elle n’est pas seule, car elle a sa famille, ses amis, des médecins compétents pour s’occuper d’elle, mais également les autres personnes qui ont traversé la même chose et ont cette expérience.

Une histoire bouleversante où vous pourrez finit en larmes (oui, même moi, j’étais aux bords des larmes).
Une histoire qui mérite d’être lue et découverte.
Vous pourriez avoir quelques difficultés à rentrer dans l’histoire. Il vous faudra sans doute un peu de temps, mais ça vaut le coup.
Le fait de rentrer dans sa vie, découvrir les boires et déboires de son métier permettent d’encore mieux s’immerger dans l’histoire et d’être touché.
Et la maladie est abordée en totalité, sans nous épargner, de manière réaliste et percutante, et sans pathos non plus.

ps: L’image ne passe pas :\

 

2 commentaires sur « Manga Time : Adieu, mon utérus (Oneshot – Fiche) »

  1. Peut-être si un jour je tombe dessus en occasion mais autrement le titre ne me tente pas vraiment. J’avoue que je n’ai pas envie de lire de titres (romans ou manga) parlant de maladie. C’est un sujet déjà plombant IRL sans que j’ai besoin de le retrouver dans les lectures détentes ^^!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s